Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'orchestration de la mort

 | 
Elisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

Du cimetière consacré à la crémation (XIXe-XXe siècle)

La crémation : bref panorama de la Révolution à aujourd’hui

Jacqueline Lalouette

Résumé

En français, deux mots, crémation et incinération, désignent la combustion des corps. Si incinération concurrença un temps crémation, ce dernier mot est désormais le seul usité.
Interdite depuis Charlemagne, la crémation fut envisagée comme un possible mode de sépulture sous la Révolution. Mais le décret du 23 prairial an XII sur les cimetières ne la mentionna pas. Durant plusieurs décennies, elle apparut à certains esprits comme une pratique funéraire noble et plus digne que l’inhumation, mais malheureusement impraticable.
À partir des années 1870, des républicains anticléricaux, notamment des médecins, luttèrent pour la reconnaissance légale de la crémation, ce qui se produisit grâce à un décret, en 1889. L’Église catholique, elle, condamna cette pratique en 1886 et 1892.
Cette condamnation ne fut certainement pas étrangère à l’hostilité dont la société française fit preuve envers la crémation durant pratiquement un siècle. En effet, il fallut attendre les années 1980 pour que le recours à la crémation commence à progresser.
Cette pratique atteignit un pourcentage important (environ 35 %) en 2014. Depuis 1963, l’Église catholique admet la crémation, dont les règles ont été précisées par une instruction du 25 octobre 2016. La progression de la crémation correspond à une mutation anthropologique et spirituelle fondamentale. Elle doit aussi être analysée sous l’angle de l’écologie ; à l’origine, la crémation était présentée comme un moyen d’assurer la pureté des nappes phréatiques, mais elle est maintenant dénoncée comme un possible mode de pollution de l’atmosphère.

Cremation. Short Overview from the French Revolution to Nowadays
In french, two words, « crémation » and « incinération » (cremation and incineration), designate the action of burning corpses. If the word incineration was once used just as much as cremation, the latter is today the only one used out of the two. Forbidden ever since Charlemagne’s reign, cremation was seen as an alternative to burying during the French Revolution. But the decree of the 23 Prairial an XII (12 of June 1804) on cemeteries did not mention it. For decades, it appeared to many as a noble funeral practice, more honorable than a burial, but alas impracticable.
From the 1870’s, anticlerical republicans, including doctors, fought for the legal recognition of cremation, which happened thanks to a decree, in 1889. The Catholic Church, though, convicted the practice in 1886 and 1892.
This conviction was in no way stranger to the hostility that the french society felt towards cremation for almost a century. Indeed, before the 1980’s, the usage of cremation was frowned upon, and did not progress until then.
This practice reached an important percentage (about 35%) in 2014. Since 1963, the Catholic Church acknowledges cremation, but under certain conditions, the rules which have been specified by an instruction of 25 October 2016. The progression of cremation corresponds to a fundamental spiritual and anthropological mutation. It must also be analyzed under an ecological angle; originally, cremation was sold as a way to assure the purity of water tables, but it is today denounced as a possible pollution mode of the atmosphere.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Après un oubli de longs siècles, l’idée de brûler les morts resurgit en France durant la Révolution ; longuement débattue, elle ne fut cependant pas adoptée. Exprimée discrètement durant la première moitié du XIXe siècle, elle fut défendue avec force dès les premières années de la Troisième République et la crémation fut reconnue comme un mode de sépulture légal en 1887. Mais il fallut des décennies pour qu’elle devînt d’un usage courant.

Il convient tout d’abord de préciser que le terme de « crémation » rencontra un concurrent sérieux : « incinération ». Les deux mots eurent leurs partisans et leurs détracteurs, et alternèrent.

Une pratique, deux mots

En matière funéraire, les mots « crémation » et « incinération » s’appliquent tous deux à la combustion des corps ; on ne peut toutefois en faire de stricts synonymes puisque le premier se rapporte à l’acte même de brûler tandis que le second insiste sur les conséquences de cet acte : la réduction en cendres.

« Incinération », qui existai...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540