Version classiqueVersion mobile

L’orchestration de la mort

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

Du cimetière consacré à la crémation (XIXe-XXe siècle)

La gestion des restes de fœtus et mort-nés au XIXe siècle à Paris. L’itinéraire des corps entre suspicion de crime et convenances sociales

Vincent Gourdon, Catherine Rollet et Nathalie Sage Pranchère

Résumé

La catégorie des mort-nés a suscité au cours du XIXe siècle en France de multiples réflexions et productions législatives et réglementaires. Alors que les modalités de déclaration et d’enregistrement des mort-nés ont été fixées par la loi de juillet 1806 sur les « enfants présentés sans vie », le devenir administratif et matériel des fœtus continue de poser problème tout au long du siècle. La municipalité parisienne se saisit de cette question dès les années 1840 en améliorant la constatation du décès des fœtus et mort-nés, avant d’élaborer en 1868-1869 une réglementation imposant la déclaration de tout produit embryonnaire de 6 semaines de gestation à 4 mois révolus. Cette préoccupation municipale s’inscrit dans une sensibilité croissante au parcours des corps et dans une volonté de rationaliser le devenir matériel des fœtus pour éviter que les Parisiens ne s’en débarrassent d’une façon incompatible avec la dignité « humaine » de ces corps. Cette évolution réglementaire aboutit en 1882 à la mise en place d’un système de ramassage gratuit des corps de fœtus à domicile, pris en charge par les Pompes funèbres de Paris et articulé à la procédure de déclaration mise en place en 1868.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Celui qui a l’honneur de vous entretenir de ce triste sujet s’est appliqué depuis plus d’un mois à se renseigner auprès du personnel nocturne de la compagnie atmosphérique dite Richer, des balayeurs et des boueux charretiers. Il y a des fosses qui nous en donnent jusqu’à deux ou trois à chaque curage1.

En 1873, le docteur Josat fait un rapport devant la Société des médecins de l’état civil de Paris sur les dysfonctionnements des règlements parisiens dans la prise en charge des corps de fœtus de moins de cinq mois. Sa description en enquêteur inlassable auprès des personnels chargés de la propreté parisienne apporte une note pittoresque dans un propos qui reflète les préoccupations de cette société, fondée trois ans plus tôt par une trentaine de médecins chargés de constater à domicile décès2 et naissances. Le devenir des corps de fœtus interroge depuis plusieurs décennies et a suscité de la part de l’administration municipale parisienne propositions et innovations réglementaires succ...

Auteurs

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search