Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'orchestration de la mort

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

Du cimetière consacré à la crémation (XIXe-XXe siècle)

Dom Sebastião du Portugal dans l’entre-deux-morts : enjeux symboliques autour du tombeau

Juliette Vion-Dury

Résumé

Le roi Dom Sebastião du Portugal pourrait être analysé comme une figure historique de l’entre-deux-morts. La répétition des procédures de reconnaissance de son corps, après qu’il est mort dans la mêlée d’une bataille aux conséquences catastrophiques pour l’indépendance de son pays, puis la répétition des rituels d’inhumation au retour de son corps au Portugal, au lieu de confirmer son décès aux yeux du peuple, ont contribué à le maintenir, ni vivant, ni mort, entre la vie et la mort, présent et absent, caché. Le roi Dom Sebastião du Portugal partit pour gagner à la bataille de El-Ksar el-Kébir la couronne de roi du Maroc, en 1578, il n’en revint pas. Ou plutôt en revint, roi du mystère, de l’espoir et de littérature.

Between Two Deaths. Symbolic Issues Around the Tomb
King Dom Sebastião of Portugal could be analyzed as a historical figure of the in-between-two-deaths. The repetition of procedures of recognition of his body after he died in a battle with catastrophic consequences for the independence of his country, and then the repetition of the burial rituals at the return of his body to Portugal, instead of confirming his death, have kept him neither alive nor dead, between life and death, present and absent, hidden. In 1578, King Dom Sebastião of Portugal left to win at the battle of El-Ksar El-Kebir the king’s crown of Morocco. He did not return. Or he did. He came back as king of mystery, of hope, and of literature.

Texte intégral

  • 1 Jacques Lacan, Écrits, Paris, Le Seuil, 1966.
  • 2 Jacques Lacan, Le Séminaire, Livre VII : L’Éthique de la psychanalyse, Paris, Le Seuil, 1986.

1L’entre-deux-morts, étudiée par Jacques Lacan dans les Écrits1 et L’Éthique de la psychanalyse2, pourrait se définir comme lieu psychique, et les deux morts entre lesquelles se trouve ce lieu comme mort psychique et mort physique.

2Une seconde mort peut être infligée par des profanations de tombes, des mutilations ou transformations de cadavres, ou perçue dans la décomposition naturelle des corps. Elle correspond également aux atteintes à la réputation, à l’héritage, à la postérité, à la descendance, à tout ce qu’un être humain peut laisser comme trace, signe et signification de sa vie. Pour les croyants, elle évoque, comme dans le Cantique du soleil ou Cantique des créatures de saint François d’Assise, la seconde mort de la damnation.

3La mort physique peut être précédée par une mort psychique : l’entre-deux-morts se déplace alors de l’autre côté de la mort, quand la vie « n’en n’est plus une », abîmée par le deuil, le chagrin, l’exil, l’humiliation, la honte, tout ce qui fait qu’un être humain, de son vivant, n’est plus que l’ombre de lui-même.

  • 3 Ibid.

4L’être peut enfin se maintenir, ou être maintenu, entre la vie et la mort : alors, « [l]’entre-deux-morts […] est une vie qui va se confondre avec la mort, […] l’entre-deux-morts […] est une mort vécue de façon anticipée3 ». Lacan en voit la représentation dans l’Antigone de Sophocle, il y situe également le Christ sur la croix contemplé par les mystiques.

« Un de ces hommes que leurs actes valeureux ont soustraits à la loi de la mort »

  • 4 « Depuis lors il disparut pour toujours. Il était âgé de vingt-quatre ans et laissait à la postérit (...)

5Le roi Dom Sebastião du Portugal pourrait être analysé comme une figure historique de l’entre-deux-morts dans la première acception du terme. La répétition des procédures de reconnaissance de son corps, après qu’il est mort dans la mêlée d’une bataille aux conséquences catastrophiques pour l’indépendance de son pays, puis la répétition des rituels d’inhumation au retour de son corps au Portugal, au lieu de confirmer son décès aux yeux du peuple, ont contribué à le maintenir, ni vivant, ni mort, entre la vie et la mort, présent et absent, caché. Homme du passé dans son propre siècle, souverain « qui n’était pas de son temps4 », il devint roi pour l’éternité. Car lorsque le roi Dom Sebastião du Portugal partit pour gagner à la bataille de El-Ksar el-Kébir la couronne de roi du Maroc, en 1578, il n’en revint pas. Ou plutôt en revint, roi du mystère, de l’espoir et de littérature.

 

6Cette bataille, restée à la postérité sous le nom de « bataille d’Alcazar » ou de « bataille des Trois Rois », se déroula au nord du Maroc, le 4 août. Sur son champ moururent ou disparurent trois souverains : Sebastião, jeune roi portugais mystique et guerrier, et deux princes de la dynastie saadienne, rivaux pour la succession royale du Maroc, Abd al-Mâlik et Muhammad al-Mutawakkil. Ce dernier périt noyé dans l’eau sableuse, visage contre terre, écorché puis empaillé par son oncle Ahmad, frère de Abd al-Mâlik, devenu à l’occasion El-Mansour, Le Victorieux.

  • 5 Fernand Braudel, La Méditerranée et le Monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Colin, (...)
  • 6 Miguel d’Antas, op. cit., parties 59-60, non paginé.

7« Dernière croisade de la Chrétienté méditerranéenne » selon Fernand Braudel5, « dernier coup de lance du Moyen Âge expirant » selon Miguel d’Antas6, la bataille des Trois Rois fut tragique pour le Portugal, qui y perdit, avec son roi, pratiquement toute sa noblesse et tous les hommes de son armée. Le Portugal y perdit aussi sa position mondiale, car cette défaite sonna le glas de l’expansion outre-mer qui avait fait sa grandeur. Il y perdit enfin son indépendance, pour de longues années. Car après le règne de l’oncle de Sebastião, le vieux cardinal Henri, mort sans descendant, le cousin de Sebastião, António, prieur de Crato, échoua à s’approprier la couronne qui lui revenait. Philippe II la joignit à celle d’Espagne en 1580 et prit le nom de Philippe Ier du Portugal.

 

  • 7 Son père, seul fils survivant du roi Jean III et marié à seize ans, mourut à dix-sept, laissant sa (...)
  • 8 Bandarra, Gonçalo Anes, Trovas, reprodução fac-similada da edição de Nantes (1644), introdução de A (...)
  • 9 Luis de Camões, Les Lusiades/Os Lusíadas, édition bilingue, traduit du portugais par Roger Bismut, (...)
  • 10 Ibid., chant I, 2, p. 3.
  • 11 Ibid., chant I, 6-7, p. 5.
  • 12 « […] n’en prenez pour preuve que votre écu qui vous remémore l’antique bataille où Il vous donna e (...)
  • 13 Ibid., chant I, 6, p. 5.

8L’auteur de ce désastre devint, par un retour des choses, celui de sa consolation. Espérant le roi encore vivant, réfugié dans quelque retraite, repenti et pénitent, on se mit à attendre son retour. Alors commença, pour cet enfant posthume (puisque sa mère le mit au monde trois semaines après la mort de son père7), une seconde vie poétique. Seconde vie préparée déjà avant sa mort : Gonçalo Anes Bandarra avait prédit vers l’année 1540, dans le « Troisième Corps » de ses Quatrains8, que le Portugal trouverait le salut dans la venue d’un Roi Caché lorsque toute espérance serait perdue. Camões avait pour sa part demandé au jeune roi, dans ses Lusiades, et ce dès 1572, de « concevoir une entreprise digne d’être chantée, comme me le prédit mon âme inspirée, quand elle considère vos divines inclinations […]9. » Sebastião se révéla bien l’un de ces « hommes que leurs actes valeureux ont soustraits à la loi de la mort10 ». Ce fut par sa mort. Non pas comme « nouvel effroi de la lance du Maure11 », mais au contraire par la lance du Maure. Celui dont les armes portaient la mémoire de la glorieuse bataille d’Ourique12 devint effectivement la « merveille fatale13 » du Portugal et de la Chrétienté :

  • 14 Ibid., chant I, 11, p. 4.

Ouvi, que não vereis com vãs façanhas,
Fantàsticas, fingidas, mentirosas,
Louvar os vossos, como nas estranhas
Musas, de engrandecer-se desejosas :
As verdadeiras vossas são tamanhas
Que excedem as sonhadas, fabulosos,
Que excedem Rodamonte e o vão Regueiro
E Orlando, inda que fora verdadeiro14.

  • 15 Ibid., chant I, 11, p. 5.

9« Oyez : car vous ne verrez pas, pour les louer, parer vos vaisseaux de ces prouesses vaines qu’invente la fable aux fictions menteuses […]. Les véridiques prouesses des vôtres sont telles qu’elles surpassent les exploits fabuleux qu’un songe a enfantés ; elles surpassent Rodomont et l’imaginaire Roger, Roland lui-même, tout réel qu’il était15 ».

Une étrange épitaphe

  • 16 Pour la description et l’analyse de ces rituels, voir Lucette Valensi, « Comment prouver la mort du (...)

10De fait, l’immortalité du jeune roi lui vint surtout du tombeau, après qu’il y a été enseveli à plusieurs reprises. Car Dom Sebastião fut l’objet de plusieurs rituels d’inhumation16.

11Tout d’abord par la volonté d’Al-Mansour, le vainqueur marocain de la bataille, désireux de prouver sa victoire et d’en assurer l’issue. Le 5 août, au crépuscule, le Sultan fait reconnaître le cadavre du roi sur le champ de bataille par des Portugais qui l’avaient servi de son vivant et le fait transporter sous sa tente. Il le fait reconnaître une seconde fois, cette fois par des nobles portugais prisonniers, qui doivent identifier une dépouille portant des blessures à la tête et exposée nue. Puis Al-Mansour fait reconnaître le corps une troisième fois, trois jours plus tard.

12Après quoi, il ordonne que le cadavre de Sebastião soit mis en bière dans de la chaux vive, de manière à lui assurer une plus longue conservation et à autoriser de nouvelles identifications. Il ordonne que le cercueil soit transporté, scellé, à El Ksar, sous escorte marocaine et portugaise. Là, des Portugais enterrent le corps, sur place, après une veillée et une messe funéraires assurés par des chrétiens portugais. L’un des officiers marocains qui avaient escorté la dépouille du roi jusqu’à El Ksar se rend à Tanger, encore tenue par les Portugais, pour témoigner de ce que l’inhumation du roi a eu lieu.

13En décembre 1578, le corps de Sebastião est déterré pour être transporté à Ceuta, ville également tenue par les Portugais. Le convoi comporte de nobles portugais rachetés de leur captivité qui peuvent témoigner de l’identité de la dépouille exhumée. Les représentants du Sultan remettent le corps au gouverneur qui en confie la garde aux frères trinitaires.

14Au Portugal, l’annonce publique de la disparition du roi a lieu le 24 août. Des funérailles nationales sont organisées, au cours desquelles l’on déploie des bannières noires, l’on rompt les écussons royaux et l’on enjoint à la foule de pleurer la mort du roi. Chacun de ces gestes est répété aux points stratégiques de Lisbonne. Mais tout ce rituel se déroule en l’absence du corps.

15Deux ans plus tard, à la mort du cardinal Henri, Philippe II d’Espagne veut prouver ses droits à la succession du Portugal. La première étape de cette légitimation nécessite la confirmation de la mort du roi Sebastião. Philippe II fait rapatrier le corps de Ceuta à l’Algarve. De nouvelles cérémonies funèbres, cette fois autour d’un cadavre effectivement présent, sont célébrées à Faro en présence du haut clergé et de la noblesse. Puis la dépouille est transportée en grande pompe vers la nécropole royale de Belem, à côté de Lisbonne. Le trajet du cortège des grands du royaume qui accompagnent un cercueil fait pour être vu, recouvert d’un drap d’or et précédé d’une immense croix dorée, est choisi de manière à traverser autant de terres portugaises que possible.

16Le cortège fait halte à Evora pour y déterrer les infants, fils des rois Manuel et Joao III, afin de les transporter avec le corps de Sebastião, puis de les ré-enterrer avec lui. Il s’agit de rendre à Sebastião sa place légitime, parmi les siens. Deux messes de requiem sont célébrées à l’occasion de ces exhumations, les 10 et 11 décembre. Enfin, le cortège funéraire se dirige vers Belem, où le corps de Sebastião et celui des infants sont ensevelis en présence de Philippe II, dans le transept de l’église des Jeronimos.

17Un siècle plus tard, après la restauration de l’indépendance du Portugal, le roi Pedro II fait exhumer à nouveau les restes de Sebastião pour les placer dans un tombeau monumental, copie de ceux des rois Manuel et Joao III, du cardinal Henri et de la reine Catherine. Une épitaphe en latin atteste qu’en ce tombeau repose Sebastião, mort sur les rivages africains :

CONDITUR HOC TUMULO, SI VERA EST FAMA, SEBASTUS
QUEM TULIT IN LIBICIS MORS PROPERATA PLAGIS
NEC DICAS FALLI REGEM QUI VIVERE CREDIT
PRO LEGE EXTINCTO MORS QUASI VITA FUIT

  • 17 Padre D. Rafael Bluteau, Prosas portuguezas recitadas em differentes congressos academicos, Lisbonn (...)

18« Si vera est fama », si ce qu’on dit est vrai : la formule autorisait le doute sur l’identité du corps qu’abritait le tombeau. Cette épitaphe se fit porteuse de tous les possibles, de toutes les interprétations, de tous les récits contenus en germe dans ses ambiguïtés. Le père Bluteau, présentant un siècle et demi après la disparition du roi un discours devant l’Académie à Lisbonne, eut beau jeu de conclure que l’on ne saurait finalement pas la vérité17.

L’Autel mystique de la rédemption

  • 18 « Mistico altar da Redenção », Affonso Lopes Vieira, Em demanda do Graal, Lisbonne, 1922, p. 386.

19Deux siècles plus tard encore, le poète Affonso Lopes Vieira transformait le tombeau de Dom Sebastião en « autel mystique de Rédemption18 » et l’épitaphe en injonction nationaliste, en introduisant dans l’écart de sa traduction du latin au portugais le glissement de l’espoir à la certitude :

  • 19 Ibid., p. 386.

Se é vera a fama, aqui jaz Sebastião,
Vida nas plagas de Africa ceifada.
Não divideis de que êle vivo, não !
A morte deu-lhe vida ilimitada19.

20« Ne doute pas qu’il vive, non ! La mort lui a donné une vie infinie » : à la foi gagnée dans le passage à la langue nationale fait écho celle que seule peut porter la poésie.

21Déjà le chroniqueur Miguel Pereira avait, en 1584, six ans seulement après la disparition du roi, fait un récit à charge de l’entreprise désastreuse de la « dernière croisade ». Consacrant deux chapitres complets à la description de la mort du roi et à celle des espoirs de son peuple perdus par l’incurie de leur souverain, il terminait pourtant sa Chronique du Roi Dom Sebastiam par ces vers :

  • 20 Crònica de El-Rey Dom Sebastiam de Miguel Pereira, Manuscrit de la Bibiothèque Nationale de Lisbonn (...)

« M’enserre la pierre incertaine
Ou bien le sable d’Afrique
Et ma mort précoce
De mon règne est la guerre éternelle

Ma vie est telle une flamme
Ma mort semble une énigme
Mais que terre ou que mer m’étreignent
Là où je suis est ma renommée20 ».

  • 21 Il leur fait porter une large part de la responsabilité de la défaite et de la mort de Sebastião : (...)
  • 22 En 1733. Le texte est cité et analysé dans Daniel-Henri Pageaux, op. cit., p. 102. L’allusion à Seb (...)
  • 23 Daniel-Henri Pageaux, op. cit. p. 102.
  • 24 Dans cet ouvrage inachevé, le père Vieira prédit au Portugal un avenir fait de « découvertes ». Voi (...)

22Les Jésuites n’avaient pour leur part pas œuvré à entretenir l’espoir du retour de Sebastião : en France, Agrippa d’Aubigné en témoigne au Livre V de l’Histoire universelle21. Le père Joseph-François Latifau, au livre XIII de l’Histoire des découvertes et conquêtes des Portugais dans le Nouveau Monde22, le décrivait d’ailleurs en souverain d’une monarchie « trop petite », « s’affaiss[ant] sur elle-même23 ». Le père Antònio Vieira, lui-même jésuite, apporta pourtant, au XVIIe siècle, un sens nouveau au destin du descendant de Charles Quint quand il lui offrit, un peu involontairement il est vrai, un Empire. Le Quint-Empire était réservé dans l’Histoire de l’avenir24 de Vieira, à Dom João IV, après qu’il aurait ressuscité. Vieira associait aux prédictions de Bandarra certaines interprétations bibliques, en particulier celle du songe de Nabuchodonosor dans le Livre de Daniel (Dn 2), pour annoncer le règne de João, empereur du monde qui, aux côtés du pape, gouvernerait un ultime empire du Christ, éternel et temporel à la fois.

23Au XXe siècle, le poète Fernando Pessoa, et avant lui plus d’un sébastianiste, confondirent alors dans leur espoir l’attente de la venue du Quint-Empire et celle du retour du Roi Caché. Ainsi, dans le poème éponyme de Message, Vieira n’est-il sacré à son tour « empereur » par Pessoa que pour voir sa prophétie détournée au profit d’un autre :

  • 25 Fernando Pessoa, « Antonio Vieira », Mensagem/Message, op. cit., p. 128.
  • 26 Ibid., p. 129.

Imperador da lingua portugueza
[…]
No immenso espaço seu de meditar,
Constellado de fòrma e de visão,
Surge, prenuncio claro do luar,
El-Rei D. Sebastião25.
« Empereur de la langue portugaise,
[…]
Dans l’immense espace infini de sa méditation,
Constellé de forme et de vision,
Surgit, présage clair du clair de lune,
Le Roi D. Sébastien26 ».

Le Roi caché

  • 27 Voir Lucette Valensi, op. cit., p. 272-275.
  • 28 Pour la réception du sébastianisme en Angleterre, voir : Maria Leonor Machado de Sousa, D. Inês e D (...)
  • 29 Le pâtissier de Madrigal est l’un des faux Sebastião, « revenu » en 1594 dans cette ville. Sur cet (...)

24L’espoir était né d’une épitaphe, de deux prophéties, du mystérieux explicit d’une chronique. Mais les Portugais ne pouvaient en aucun cas penser que ce retour n’était que poésie. Il aurait fallu être capable de renoncer à attendre le retour de Sebastião dans la réalité pour le faire advenir en littérature27. En Angleterre, la bataille au cours de laquelle disparut Sebastião, qui avait aussi coûté la vie à un Lord commandant le contingent pontifical, fut chantée à l’époque élisabéthaine dans des ballades et des pièces de théâtre, dont l’une de George Peele, en 159128. À l’époque romantique, en Espagne, Zorilla, dans la pièce Traidor, inconfeso y martir, s’empara de la figure du plus célèbre prétendant du sébastianisme historique, le pâtissier de Madrigal29.

  • 30 Antonio Tabucchi, I Volatili del Beato Angelico, Palerme, Sellerio, 1987, p. 9. Une lettre de « Pas (...)

25Mais là où les Sebastião européens restent de « splendides extravagances », selon l’expression d’Antonio Tabucchi30, ils demeurent au Portugal chargés de mémoire collective et de sentiments très vifs, d’un caractère encore sacré, dont témoigne par sa volonté même de désacralisation ce portrait contemporain :

  • 31 Antònio Lobo Antunes, As Naus, Lisboa, Publicações Dom Quixote, 1990, p. 179.

[…] D. Sebastião, aquele pateta inútil de sandálias e brinco na orelha, sempre a lamber uma mortalha de haxixe, tinha sido esfaqueado num bairro de droga de Marrocos por roubar a um maricas inglês, chamado Oscar Wilde, um saquinho de liamba31.

  • 32 Antònio Lobo Antunes, Le Retour des caravelles, traduit du portugais par Michelle Giudicelli et Oli (...)

« […] Sébastien, ce crétin bon à rien qui se promenait toujours en sandales et portait une boucle d’oreille en suçant continuellement un joint de haschisch, avait été poignardé dans un quartier de drogués au Maroc pour avoir volé à un pédé anglais du nom d’Oscar Wilde un petit sac de marijuana32 ».

  • 33 Yves-Marie Bercé, op. cit.
  • 34 « Bandarra, le cordonnier prophète dont il sera question dans Message, a annoncé le retour du roi D (...)

26Dans le reste de l’Europe, le retour de Sebastião n’est pas devenu un mythe, même s’il est loisible de reconnaître dans la structure du sébastianisme celle du mythe politique populaire du « roi caché » telle que le décrit Yves-Marie Bercé33, structure à l’œuvre dans l’histoire du roi Sebastião, comme dans celles du roi Arthur en Grande-Bretagne ou du prince Dimitri en Russie, par exemple. Mais il est au Portugal un poète pour qui le retour du Roi était à la fois principe de sa poésie, objet de sa poésie, et métaphore de la poésie, un poète pour qui Dom Sebastião, parce qu’il incarnait le retour attendu, devint une figure du poète, un poète qui pensait que le roi reviendrait en poète34, un poète qui pensait que le roi était revenu en lui et n’en continuait pas moins de l’attendre… Dans le seul poème de Message où il parle à la première personne, Pessoa, puisque c’est de lui qu’il s’agit, fait du retour du Roi sa raison de vivre, sa capacité à aimer, son rêve, le soin de sa mélancolie, de sa saudade, cette attente douloureuse et créative :

  • 35 Fernando Pessoa, « Terceiro », Mensagem/Message, op. cit., p. 130.

Screvo meu livro à beira-magua.
[…]
Sò tu, Senhor, me dàs viver.

Sò te sentir e te pensar
Meus dias vacuos enche e doura.
Mas quando quereràs voltar ?
Quando é o Rei ? quando é a Hora ?

[…]
Quando viràs, ò Encoberto,
Sonho das eras portuguez,
[…]

Ah, quando quereràs, voltando,
Fazer minha esperança amor ?
Da nevoa e da saudade quando ?
Quando, meu Sonho e meu Senhor35 ?

  • 36 Ibid., p. 131.

« J’écris mon livre au bord du Triste
[…]
Toi seul, Seigneur, me donne vivre.

Seul te sentir et te penser
Dore et emplit mes journées vides.
Mais quand voudras-tu revenir ?
À quand le Roi ? Et à quand l’Heure ?

[…]
Quand viendras-tu, toi, le Caché,
Ô songe portugais des ères,
[…]

Quand voudras-tu en revenant
Que mon espoir devienne amour ?
De la brume et la peine quand ?
Quand donc, mon Songe et mon Seigneur36 ? »

Le Quint Empire des Lettres

27Ce collaborateur de la revue Orpheu, ce nouvel Orphée se retournant pour saisir et perdre à la fois le temps d’un seul regard l’objet de sa poésie aux rivages de la mort, faisait du mouvement de retour celui de son œuvre et de sa pensée. Ainsi Pessoa écrit-il, au trente-troisième de ses « trente-cinq sonnets » :

  • 37 « XXXIII », Fernando Pessoa, Le Violon enchanté (The Mad Fiddler) ; Écrits en anglais, traduit de l (...)

He that goes back does, since he goes, advance,
Though he doth not advance who goeth back,
And he that seeks, though he on nothing chance
May still by words be said to find a lack37.

  • 38 « XXXIII », Fernando Pessoa, Œuvres Poétiques, préface par Robert Bréchon, édition établie par Patr (...)

« Qui en arrière va, puisqu’il va, il avance
Bien que n’avance pas qui en arrière va,
Et qui cherche, bien qu’il n’atteigne rien jamais,
On peut dire en des mots qu’il trouve ce qui manque38 ».

  • 39 « Il fut sans avoir existé », Fernando Pessoa, « Ulysse », Message/Mensagem, op. cit., p. 41.

28Se tournant donc vers l’arrière, le poète y voit la figure d’Ulysse, héros de ces nostoï, retours homériques à l’origine de la littérature européenne, et fondateur mythique de Lisbonne. Ulysse précède Sebastião, recevant comme lui de son absence d’être une existence39. Ce que Pessoa désire, annonce, et ce faisant constitue, est une littérature qui serait au Portugal ce que la littérature anglaise est à l’Angleterre, un Quint-Empire des Lettres, dont le Roi poète régnerait comme Arthur sur un Autre Monde éclatant. Pessoa fait d’ailleurs dans ses vers de Sebastião l’ultime dépositaire d’Excalibur :

  • 40 Fernando Pessoa, « O Desejado », Mensagem/Message, op. cit., p. 118.

Onde quer que, entre sombras e dizeres,
Jazas, remoto, sente-te sonhado,
E ergue-te do fundo de não-seres
Para teu novo fado !

Vem, Galaaz com patria, erguer de novo,
[…]

Mestre da Paz, ergue teu gladio ungido,
Excalibur do Fim […]40.

  • 41 Ibid., p. 119.

« Ou que tu sois, lointain, gisant entre les ombres
Et les poèmes, sens nos rêves pleins de toi,
Et dresse-toi du fond de ton être-pas,
Pour ton nouveau destin !

Viens soulever, Galaad en sa patrie,
[…]

Maître de Paix, dresse ton glaive oint,
Excalibur des Temps derniers […]41 ».

Notes

1 Jacques Lacan, Écrits, Paris, Le Seuil, 1966.

2 Jacques Lacan, Le Séminaire, Livre VII : L’Éthique de la psychanalyse, Paris, Le Seuil, 1986.

3 Ibid.

4 « Depuis lors il disparut pour toujours. Il était âgé de vingt-quatre ans et laissait à la postérité le renom d’un prince plein de présomption, d’opiniâtreté et de témérité ; mais aussi celui d’un vaillant chevalier dont l’âme était accessible à des idées de grandeur et à un enthousisame patriotique et religieux qui n’était pas de son temps. » Miguel d’Antas, Les Faux don Sébastien ; Étude sur l’histoire du Portugal, Paris, Auguste Durand, 1866, Chapitre VI, p. 59-60.

5 Fernand Braudel, La Méditerranée et le Monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Colin, 1966, 2 vol., vol. II, p. 462.

6 Miguel d’Antas, op. cit., parties 59-60, non paginé.

7 Son père, seul fils survivant du roi Jean III et marié à seize ans, mourut à dix-sept, laissant sa jeune épouse enceinte. Cette dernière, sœur de Philippe II, quitta le Portugal et son fils Sebastião et repartit pour l’Espagne immédiatement après son accouchement.

8 Bandarra, Gonçalo Anes, Trovas, reprodução fac-similada da edição de Nantes (1644), introdução de Anibal Pinto de Castro, Edicões Inapa, Lisboa, 1989, non paginé.

9 Luis de Camões, Les Lusiades/Os Lusíadas, édition bilingue, traduit du portugais par Roger Bismut, coll. « Bouquins », Paris, Éditions Robert Laffont, chant X, 155, p. 453.

« Se me isto Céu concede,

E o vosso peito

Dina empresa tomar de ser cantada,

Como a pres[s]aga mente vaticina

Olhando a vossa inclinação divina […]. » Ibid., p. 452.

10 Ibid., chant I, 2, p. 3.

« E aqueles que por obras valerosas

Se vão da lei da Morte libertando […]. » Ibid., p. 2.

11 Ibid., chant I, 6-7, p. 5.

« Vò ò novo temor da Maura lança […]. » Ibid., p. 4.

12 « […] n’en prenez pour preuve que votre écu qui vous remémore l’antique bataille où Il vous donna et vous laissa pour armes celles qu’Il prit pour lui sur la Croix […] ». Ibid., chant I, 7, p. 5.

« (Vede-o no vosso escudo, que presente

Vos amostra a vitòria jà passada,

Na qual vos deu por armas e deixou

As que Ele pera si na Cruz tomou) […]. » Ibid., p. 4. À Ourique, D. Afonso Henriques vainquit cinq rois maures.

13 Ibid., chant I, 6, p. 5.

« Maravilha fatal », ibid., p. 4.

14 Ibid., chant I, 11, p. 4.

15 Ibid., chant I, 11, p. 5.

16 Pour la description et l’analyse de ces rituels, voir Lucette Valensi, « Comment prouver la mort du roi. Le Cas de Sébastien du Portugal », Les Cahiers du CRH, Archives, n° 5, 1990, et Fables de la mémoire ; La Glorieuse Bataille des trois rois, coll. « Univers historique », Paris, Le Seuil, 1992, p. 41-42.

17 Padre D. Rafael Bluteau, Prosas portuguezas recitadas em differentes congressos academicos, Lisbonne, 1re partie, 1727 ; 2e partie, 1728, p. 147-158.

18 « Mistico altar da Redenção », Affonso Lopes Vieira, Em demanda do Graal, Lisbonne, 1922, p. 386.

19 Ibid., p. 386.

20 Crònica de El-Rey Dom Sebastiam de Miguel Pereira, Manuscrit de la Bibiothèque Nationale de Lisbonne, 67 fol. In-8°, copie du XVIIIe siècle, traduit du portugais et cité par Lucette Valensi, op. cit., p. 30.

21 Il leur fait porter une large part de la responsabilité de la défaite et de la mort de Sebastião : « Mais ce qui mit le feu sous le ventre à ce roi, pour l’eschauffer plus efficacement, fut un grand concert de Jésuites, animez et gagnez pour cela. » [Cette phrase manque à l’édition de 1618], Agrippa d’Aubigné, Histoire universelle, Livre V, 1576-1579, Paris, Librairie Renouard, M DCCC XCI, p. 326. Voir aussi : chapitre XXI, p. 313-315 ; chapitre XXIII, p. 322-325 ; chapitre XXIV, p. 325-328. Sur cette question, et de manière plus large, pour la réception littéraire et historique du sébastianisme dans la France du XVIe siècle, voir Frank Lestringant, Le Huguenot et le Sauvage, Paris, Aux amateurs de livres, 1990, p. 203-212. Pour le XVIIIe siècle, voir aussi Daniel-Henri Pageaux, Images du Portugal dans les Lettres françaises : 1700-1755, Paris, Coïmbra, Fundacão Calouste Gulbekian, Centro cultural português, 1971.

22 En 1733. Le texte est cité et analysé dans Daniel-Henri Pageaux, op. cit., p. 102. L’allusion à Sebastião se trouve au Livre XIII, tome IV, de l’Histoire des découvertes, op. cit., p. 124-249.

23 Daniel-Henri Pageaux, op. cit. p. 102.

24 Dans cet ouvrage inachevé, le père Vieira prédit au Portugal un avenir fait de « découvertes ». Voir Antònio Vieira, Història do futuro, introdução, actualização do texto e notas por Maria Leonor Carvalhão Buescu, Biblioteca de autores portugueses, Imprensa National-Casa da Moeda, 1992, p. 249 et suiv. pour la prophétie de Daniel ; p. 277 et suiv., le Quint Empire du Christ ; p. 289 et suiv. un Empire temporel et spirituel à la fois.

25 Fernando Pessoa, « Antonio Vieira », Mensagem/Message, op. cit., p. 128.

26 Ibid., p. 129.

27 Voir Lucette Valensi, op. cit., p. 272-275.

28 Pour la réception du sébastianisme en Angleterre, voir : Maria Leonor Machado de Sousa, D. Inês e D. Sebastiaão na literatura inglesa, Lisbonne, Vega-Universidade, s.d. et l’introduction au premier volume de : Alexander Dyce éd., The Works of George Peele, 2e éd., Londres, 1839.

29 Le pâtissier de Madrigal est l’un des faux Sebastião, « revenu » en 1594 dans cette ville. Sur cet épisode, voir Yves-Marie Bercé, Le Roi caché ; Sauveurs et imposteurs, mythes politiques populaires dans l’Europe moderne, Paris, Fayard, 1990, p. 45-47.

30 Antonio Tabucchi, I Volatili del Beato Angelico, Palerme, Sellerio, 1987, p. 9. Une lettre de « Passato composto. Tre letere » y est adressée par Sebastião au peintre Goya.

31 Antònio Lobo Antunes, As Naus, Lisboa, Publicações Dom Quixote, 1990, p. 179.

32 Antònio Lobo Antunes, Le Retour des caravelles, traduit du portugais par Michelle Giudicelli et Olinda Kleiman, Paris, Christian Bourgois Éditeur, 1990, p. 212.

33 Yves-Marie Bercé, op. cit.

34 « Bandarra, le cordonnier prophète dont il sera question dans Message, a annoncé le retour du roi Dom Sébastien pour 1888 […]. Il faut bien admettre que Pessoa, né en 1888, s’est considéré à la fois comme le “super Camões”, la réincarnation de l’esprit de Dom Sébastien et le seul dépositaire des secrets des templiers, non sans doute à titre personnel, mais en tant que poète. » Robert Bréchon, « Notes sur la poésie sacrée de Pessoa », p. 11-19, dans Fernando Pessoa, Œuvres de Fernando Pessoa, II, Poèmes ésotériques, Message, Le Marin, traduites du portugais par Michel Chandeigne, Patrick Quillier, Maria Antònia Câmara Manuel, Françoise Laye, Fernando Antunes, présentés par Yvette Centeno, Patrick Quillier et Teresa Rita Lopes, publiés sous la direction de Robert Bréchon et Eduardo Prado Coelho, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1988 p. 19.

C’est précisément dans un article de 1912, paru dans A Aguia, 4, à Porto : « A Nova Poesia Portuguesa Sociologicamente Considerada » que Pessoa prédit la venue du « super Camões ». Quant au retour du Roi Caché l’année de sa propre naissance, on le trouve dans un fragment de 1925.

35 Fernando Pessoa, « Terceiro », Mensagem/Message, op. cit., p. 130.

36 Ibid., p. 131.

37 « XXXIII », Fernando Pessoa, Le Violon enchanté (The Mad Fiddler) ; Écrits en anglais, traduit de l’anglais par Olivier Amiel, Dominique Goy-Blanquet et Patrick Quillier, avec la coll. d’Anne Terlinden, présenté par Patrick Quillier et Robert Bréchon, vol. VIII des Œuvres de Fernando Pessoa, publiées sous la dir. de Robert Bréchon et Eduardo Prado Coelho, avec le concours de l’Institut portugais du Livre et du Centre national des Lettres, Paris, Christian Bourgois éditeur, 1992, p. 330.

38 « XXXIII », Fernando Pessoa, Œuvres Poétiques, préface par Robert Bréchon, édition établie par Patrick Quillier, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 2001, p. 1495.

39 « Il fut sans avoir existé », Fernando Pessoa, « Ulysse », Message/Mensagem, op. cit., p. 41.

« Este […]

Foi por não ser existindo », ibid., p. 40.

40 Fernando Pessoa, « O Desejado », Mensagem/Message, op. cit., p. 118.

41 Ibid., p. 119.

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site