Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'orchestration de la mort

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

Autour du corps mort (XVIe-XVIIIe siècle)

La sépulture des non catholiques à Naples entre XVIIIe et XIXe siècle : règles et exceptions de l’intolérance

Diego Carnevale

Résumé

Les dynamiques de rencontre et d’affrontement entre cultures différentes sucitent depuis lontemps l’intérêt des sciences humaines. Le décès des personnes d’une confession différente de celle de la communauté d’accueil est un problème constant au cours de l’Ancien Régime européen. Dans ce contexte, le cas de la ville de Naples est particulièrement intéressant. La place de cette ville méditerranéenne dans les trafics commerciaux entraînait une présence constante d’étrangers. Frontière physique et culturelle de l’Europe occidentale, Naples développe au cours du XVIIIe siècle une culture florissante des Lumières. Cependant, la nature confessionnelle de l’État napolitain ne permettait pas d’établir un régime de tolérance. Parallèlement aux règles rigides de la ségrégation sociale sur base religieuse, une série de compromis a été expérimentée afin de ne pas compromettre les rapports économiques avec les communautés étrangères.

Non-Catholic Burial in Modern Naples (18th-19th centuries): Rules and Exceptions of the Intolerance
Social sciences explored for a long time the dynamics of encounter and conflict between different cultures. A constant problem during the European old regime was the death of people belonging to a different religion from that of the hosting community. In this context, the case of Naples is particularly interesting. The important role of this Mediterranean city in commercial traffics implied a frequent presence of foreigners. Habitually described as a physical and cultural frontier of Western Europe, Naples developed during the eighteenth century a flourishing Enlightenment movement. Nevertheless, the religious tolerance was not allowed, because of the status of confessional state maintained by the Bourbon dynasty. Consequently, while the inflexible rules of social segregation on a religious basis were in force, a series of compromises has been experimented in order to keep diplomatic and economic relations with foreign communities of different religions.

Texte intégral

  • 1 Giovanni Ricci, I turchi alle porte, Bologne, Il Mulino, 2008, p. 133, ici et dorénavant sauf autre (...)
  • 2 Sur le cas italien, notamment, cf. Silvia Cerutti, Étrangers. Étude d’une condition d’incertitude d (...)

1Les dynamiques de rencontre et d’affrontement entre cultures différentes suscitent depuis longtemps l’intérêt des sciences humaines. Parmi les multiples approches qu’a élaborées l’historiographie, l’analyse de la manière dont s’élabore l’image négative de l’altérité occupe une place importante. La construction de ces modèles s’effectue au niveau des pratiques quotidiennes : la langue, les vêtements, les habitudes alimentaires, les gestes rituels, l’aspect corporel participent à la formation « d’une culture visuelle stéréotypée » avec laquelle « la majorité des hommes (et aussi ceux qui sont au sommet de la société) continue à jauger le prochain1 ». Cependant, plusieurs recherches ont également pris en compte le rôle joué par des groupes d’intérêt (locaux ou nationaux) dans la création de ces modèles. Peurs, ressentiments, frustrations causés par des conditions de vie difficiles sont instrumentalisées pour favoriser l’exclusion sociale de l’autre, présenté comme dangereux pour l’intégrité matérielle et spirituelle de la communauté. Avant l’abolition des états confessionnels en Europe, la religion constituait un formidable outil de discrimination à disposition des élites. Pourtant, l’historiographie récente a mis l’accent sur les dynamiques concrètes d’interaction, afin de comprendre les possibilités réelles dont disposait l’« autre » pour affirmer, ou modifier, son appartenance2. Ce qui met en jeu une pluralité de facteurs politiques, militaires, économiques et sociaux susceptibles de conduire à des radicalisations éventuelles mais aussi à des compromis.

  • 3 Sur ces questions cf. Diego Carnevale, L’affare dei morti. Mercato funerario, politica e gestione d (...)

2Les gestes produits autour du corps mort avaient une importance primordiale dans les sociétés d’Ancien Régime. Le prestige d’un individu, d’une famille, ou d’une communauté toute entière se mesurait aussi à la manière dont le cadavre était traité et au lieu de sa sépulture. En effet, dans un espace si chargé de significations symboliques, comme l’était celui de la ville préindustrielle, la disposition des cimetières n’était pas due au hasard. Les décennies centrales du XVIIe siècle, en particulier, ont marqué un tournant significatif dans la conception du droit de sépulture. La conclusion des principales guerres de religion avait sanctionné la prise de conscience par les élites de la fin de l’œcuménisme catholique en Europe. Par conséquent, les exigences politiques et commerciales imposaient de rétablir et de redéfinir le système des rapports internationaux. À ces exigences s’est joint le développement moderne du droit naturel, qui reconnaissait à chaque individu le droit de recevoir une sépulture digne3.

3Dans cette perspective, le cas du Royaume de Naples et de sa capitale est particulièrement intéressant. La place importante dont jouissait Naples dans les trafics commerciaux de la Méditerranée centrale entraînait une présence constante d’étrangers. Il s’agissait d’un véritable territoire de frontière culturelle, où une florissante culture des Lumières s’est développée, au cours du XVIIIe siècle. Cependant, la condition d’état confessionnel qui était celle de la monarchie ne permettait pas le développement d’un régime de tolérance. Avec la conséquence que, parallèlement aux règles rigides – et apparemment incontournables – de la ségrégation sociale fondée sur la base religieuse, une série de compromis a été expérimentée pour éviter de compromettre les rapports avec les communautés étrangères.

La place de l’hérétique : sépultures orthodoxes et protestantes au début du XVIIIe siècle

  • 4 Cf. Vincenzo Giura, Storie di minoranze : ebrei, greci, albanesi nel Regno di Napoli, Naples, Ed. s (...)

4Dès les premières années de la domination espagnole (1503), dans le Royaume de Naples l’exercice de tous les cultes non catholiques fut interdit. Un seul rituel bénéficiait d’exceptions : celui des Grecs et des Albanais catholiques, assez nombreux dans le Royaume, qui observaient le rite oriental. Ces communautés étaient soumises à des règles qui avaient fait l’objet d’un accord passé avec Rome, par exemple autour du choix des ministres (les « papassi »), et elles étaient autorisées à ne pas suivre le rituel romain4.

  • 5 Ibid., p. 138-140.
  • 6 Cf. Giovanni Romeo, « Una città, due Inquisizioni : l’anomalia del Sant’Ufficio a Napoli nel tardo (...)

5À Naples les Grecs étaient réunis autour de la paroisse extranationale des SS. Pietro e Paolo, fondée en 1544 bien qu’une importante présence gréco-albanaise soit attestée depuis le XVe siècle. Les souverains espagnols accordèrent une attention toute particulière à cette communauté durant toute leur domination du Royaume. En effet, les Grecs constituaient un point de contact fondamental avec l’ennemi turc : ils agissaient en tant que diplomates, intermédiaires commerciaux, interprètes, espions. Probablement en raison de cette importance stratégique, les autorités laïques ignoraient délibérément les accusations portées par l’Église, d’abriter des crypto-orthodoxes5. Ce qui avait pour conséquence que la communauté était placée sous une stricte surveillance par le tribunal diocésain, qui à Naples était également de facto chargé de la fonction inquisitoriale6.

  • 7 Claudia Petraccone, Napoli dal Cinquecento all’Ottocento, problemi di storia demogra-fica e sociale(...)
  • 8 Cf. V. Giura, Storie di minoranze, op. cit., p. 148.
  • 9 Albanais, Slaves, mais aussi Russes et Syriaques étaient rattachés à l’église. Cela provoquait plus (...)

6Au cours de la seconde moitié du XVIIe siècle, après la peste de 1656, les Grecs quittèrent progressivement la capitale, en plein déclin économique. Au début du XVIIIe, la « nation » était très faible, et compte 71 personnes à peine dans le recensement de 17077. Les enterrements étaient de l’ordre de trois par an, toujours effectués dans la crypte de la paroisse sous la responsabilité du curé élu par les membres de la communauté (mais approuvé par le Diocèse)8. Cependant, au cours du siècle, les Grecs à Naples augmentèrent grâce à la politique commerciale menée par Charles de Bourbon et à la constitution d’un régiment de soldats albanais. Si la communauté résidente était maintenant nombreuse, bien plus importante était la quantité de « Grecs » de passage qui n’avaient pas l’obligation de faire la profession de foi catholique9.

  • 10 Cf. E. Marantonio Sguerzo, Evoluzione storico-giuridica dell’istituto della sepoltura ecclesiastica(...)
  • 11 Sur Paris cf. Jacques Hillairet, Les 200 cimetières du vieux Paris, Paris, 1958. Plus en général su (...)

7Toujours protégés par la couronne et dotés d’une communauté officiellement reconnue, les Grecs étaient dans une position privilégiée par rapport aux autres « nations suspectes ». En outre, le fait qu’ils soient déjà en possession d’une église et de sépultures propres ne facilitait pas la surveillance du tribunal diocésain sur les crypto-orthodoxes. Par ailleurs les gouverneurs eux-mêmes ne disposaient pas toujours des moyens nécessaires pour déterminer la réelle appartenance confessionnelle face à des comportements nicodémistes. En effet, dans le cas de la sépulture, la surveillance était rigide parce qu’il fallait empêcher la contamination de l’espace sacré. L’enterrement d’un hérétique dans le lieu où reposaient les fidèles entraînait une pollutio coemeterii, dont la conséquence était l’interdiction du site jusqu’à l’enlèvement du corps et la célébration d’un rite de réconciliation pratiqué par l’évêque ou son délégué10. Il est évident qu’une prédication basée sur ces présupposés pouvait facilement générer le mécontentement populaire, en évoquant la menace de la désacralisation des tombes que faisait planer la présence d’un élément étranger. C’est pourquoi, toutes les personnes qui étaient mortes en dehors de la communion catholique devaient être inhumées dans un espace séparé et désacralisé11.

  • 12 À ce sujet il est encore fondamental, René Girard, La Violence et le Sacré, Paris, 1972.

8Dans la capitale du Royaume de Naples, le corps de ces personnes – parmi lesquelles il faut aussi compter les suicidés – étaient enterré dans des fosses creusées sur la plage de l’embouchure du fleuve Sebeto, dans une aire dite du pont de la Madeleine, situé un kilomètre à l’est de la porte orientale. Il s’agissait du lieu le plus infamant de la ville : soit parce qu’on y abandonnait aussi les corps des condamnés à mort, soit parce que les restes de la boucherie étaient jetés dans la même zone. L’inhumation extra muros était une peine supplémentaire infligée aux impénitents par le pouvoir laïc. Une coutume d’origine païenne, qui avait survécu dans toute l’Europe chrétienne, selon laquelle le corps du condamné devait être expulsé de l’espace civique, pour en préserver la pureté12. Du point de vue juridique, les schismatiques (orthodoxes), et les protestants n’étaient pas différents des impénitents. Si les premiers étaient partialement favorisés par la possibilité qu’ils avaient de dissimuler plus facilement leur appartenance religieuse, les seconds devaient faire face à des conditions plus difficiles. Cependant, le gouvernement vice-royal et le diocèse leur accordaient un lieu de sépulture digne, mais toujours situé à l’extérieur des remparts.

  • 13 Cf. Roberto Zaugg, Stranieri di antico regime. Mercanti, giudici e consoli nella Napoli del Settece (...)

9Au lendemain de la paix de Westphalie, les marchands anglais et néerlandais devinrent des agents du commerce de tissus et produits coloniaux dans le Royaume. Cette présence inquiétait Rome, notamment après l’extension au Royaume de Naples de la clause de la nation la plus favorisée, reconnue par l’Espagne aux sujets britanniques et néerlandais13. En 1666, le nonce apostolique à Naples, Bernardino Rocci, écrivait à Rome inquiet de la tolérance excessive qu’à son avis les autorités montraient à l’égard des protestants :

  • 14 Archives de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (ACDF), Sant’Ufficio, Stanza Storica, M 4-b (...)

Les Anglais notamment y résident avec le saufconduit du Roi d’Espagne […] avec l’accord qu’à l’apparence ils doivent être traités comme s’ils étaient catholiques ; qu’en rencontrant le Très-saint-sacrément ils doivent s’agenouiller ; qu’ils soient découverts dans les églises et qu’ils fassent tous les actes de révérence faits par les fidèles. Les mêmes mangent de la viande tous les jours dans leurs propres maisons et ils ont des ordres et des interdictions très rigoureux de ne pas parler aux femmes et de ne pas les fréquenter. Quand ils se retrouvent malades, la cour épiscopale envoie ses gardes [cursori] à la maison de manière à ce qu’aucun de leurs nationaux ne puisse y rentrer mais seulement le curé et d’autres prêtres pour provoquer la conversion avec les exhortations spirituelles. Suivant ensuite la mort sans profit pour leurs âmes, lesdits gardes accompagnent les cadavres hors les murs de la ville au lieu où on les enterre14.

10La tâche de conduire les hérétiques à leur lieu de sépulture incombait au tribunal diocésain. À la fin du XVIIe siècle, on utilisait le jardin du couvent extra-urbain de S. Carlo all’Arena, cédé par les moines moyennant payement. Ce jardin se trouvait à quelques dizaines de mètres au nord de la porte de S. Gennaro, près de l’angle nord-est de la muraille. Entouré d’un enclos, ce lieu permettait aussi la sépulture individuelle dans la terre. Toutefois, les mandats de sépulture rédigés par le diocèse napolitain témoignent d’un changement au début du XVIIIe siècle :

  • 15 Archivio Storico Diocesano di Napoli (dorénavant ASDN), Miscellanea, I, inc. 7, Sepoltura fuori luo (...)

Étant mort dans cette ville de Naples monsieur Thomas Conwaij [Conway], gentilhomme de la nation anglaise de religion différente de notre Sainte Foi Catholique Apostolique Romaine ; ce pour quoi il ne doit pas être enterré dans un endroit sacré, et en conséquence de quoi nous ordonnons que son cadavre soit enterré dans un endroit non sacré, selon la volonté des parties, sans pompe funèbre avec le consentement du propriétaire du lieu où on l’enterrera. À cet effet nous envoyons les ministres et les gardes de notre tribunal du Saint-Office de cette cour [de l’archevêché], lesquels vigileront que ledit cadavre soit enterré comme on a établi sous peine de sanction par le même tribunal15.

  • 16 Ibid.

11L’absence des pompes funèbres coïncidait avec les dispositions du droit canonique, qui interdisait toute cérémonie pour les impénitents. Le document ne fait pas mention du couvent de S. Carlo all’Arena ; il mentionne un « endroit non sacré » en général, avec « le consentement du propriétaire ». Le jardin d’un autre couvent fut aussi choisi, celui de S. Giovanni a Carbonara, situé « entre ledit monastère et la muraille de cette très fidèle ville, exactement celui qui a l’entrée sur la rue Pontenuovo16 ». Le couvent était adossé à l’extrémité nord-est de l’enceinte, du côté interieur. Donc, même s’il s’agissait d’une zone liminaire, Conway avait obtenu une tombe dans la ville. Le cas ne resta pas isolé, puisque, dix ans plus tard, le consul britannique Flint écrivit à l’évêque Francesco Pignatelli :

  • 17 ASDN, Miscellanea, I, inc. 7, ordre de sépulture du 22 mai 1712.

Le consul de S.M. Britannique suppliant demande à V.S. Très-illustre qu’étant son épouse sur le point de mourir et devant le suppliant trouver un lieu décent où l’enterrer, comme on a plusieurs fois pratiqué quand un Anglais est mort ici et qu’on l’a enterré dans le jardin de S. Giovanni a Carbonara avec l’ordonnance de V.S. Très-illustre et du Rév. Père le Prieur dudit vénérable couvent17.

  • 18 À la fin du XVIIIe siècle, le site de S. Carlo all’Arena était encore considéré comme le lieu de sé (...)

12Le prieur accepta, et ainsi Anne-Marie Flint fut enterrée dans le jardin de S. Giovanni a Carbonara. Il est probable que l’usage de ce site fut réservé aux personnes de confession protestante jouissant d’un certain prestige. On peut penser que l’idée de reposer en compagnie d’individus de toute sorte d’origine ne devait pas enchanter l’aristocratie britannique18.

13Les autorités locales montraient une certaine souplesse à l’égard des protestants dont les nations jouaient un rôle essentiel dans le commerce du Royaume. Cependant, lorsque le défunt n’appartenait pas à une communauté avec laquelle il fallait garder de bons rapports, leur comportement était bien différent :

  • 19 ASDN, Miscellanea, I, inc. 7, ordre de sépulture du 29 novembre 1694.

Étant mort dans cette ville de Naples Gratien Chassatto [Chassat ?] Juif, il ne doit pas pour cela être enterré dans un endroit sacré. Nous ordonnons donc que son cadavre soit inhumé dans un lieu profane, hors l’enceinte de cette ville, sans aucune pompe funèbre ecclésiastique. À cet effet, nous envoyons les gardes de notre tribunal du Saint-Office de cette cour, lesquels vigileront que ledit cadavre soit enterré comme ci-dessus, selon les peines à l’arbitre de ce tribunal19.

  • 20 Cf. Viviana Bonazzoli, « Gli ebrei del Regno di Napoli all’epoca della loro espulsione », Archivio (...)
  • 21 Cf. E. Marantonio Sguerzo, Evoluzione storico-giuridica, op. cit., p. 149.

14Les juifs avaient été expulsés du Royaume de Naples en 1541, mais ils pouvaient y transiter, notamment pour des motifs commerciaux20. Bien que les canonistes fassent une distinction entre la ratio infidelitatis (juifs, musulmans) et la ratio haereticae pravitatis (protestants) parmi les différentes motivations qui privaient de la sépulture ecclésiastique, les effets juridiques en étaient identiques21 : l’église napolitaine jugeait opportun d’inhumer Chassatto au pont de la Madeleine – une sépulture infamante –, sans aucune intervention des autorités laïques. Le traitement des défunts, on le constate, dépendait bien de leur pouvoir de négociation ou de celui de leur communauté d’appartenance.

15Une même attitude ambiguë s’observe chez l’autorité vice-royale en ce qui concerne la sépulture des esclaves musulmans de la flotte napolitaine. Ces derniers vivaient sur les galères avec les forçats chrétiens mais ils ne disposaient d’aucun lieu de prière. L’arsenal était adjacent à la muraille du Châteauneuf, au pied duquel, sur le front de mer, se trouvait un petit enclos où les esclaves pouvaient inhumer leurs compagnons, selon le rite islamique. Légalement, le site se trouvait hors la ville puisque, jusqu’à la nouvelle urbanisation promue par Charles de Bourbon, tout le front de mer était juridiquement extra-urbain. En effet, à l’exception de la partie séparée de la ville par les remparts, la plage de Naples était divisée par plusieurs barrières de douane, qui délimitaient une véritable frontière.

  • 22 Sur les conditions des captifs dans les royaumes de la Barbarie cf. Linda Colley, Captives : Britai (...)

16La concession d’un espace sépulcral aux forçats musulmans semble due à la nécessité de ne pas entrer en opposition ouverte avec les régences maghrébines, afin d’éviter des rétorsions contre les esclaves napolitains détenus sur l’autre rive de la Méditerranée22. Le principe d’opportunité qui guidait les décisions des administrateurs devient encore plus évident quand on examine le traitement réservé aux défunts juifs et musulmans quelques décennies plus tard.

La quête d’un cimetière pour les juifs

17En 1734, le Royaume de Naples regagnait son autonomie à la suite de la guerre de succession de Pologne. Le nouveau roi, Charles de Bourbon, planifia un vaste projet d’accords politico-commerciaux avec les principales puissances européennes, y compris un concordat avec le Saint-Siège. Parmi les initiatives les plus importantes, on comptait la réadmission des juifs ainsi qu’un traité de paix avec la Porte ottomane et ses vassaux maghrébins, qui, à cause de la piraterie, étaient en guerre permanente avec le Royaume.

  • 23 Cf. Lucia Frattarelli Fischer, « La Livornina. Alle origini della società livornese », dans A. Pros (...)
  • 24 V. Giura, Storie di minoranze, op. cit., p. 100, qui reporte la transcription intégrale du Proclama (...)

18Le 3 février 1740, après des négociations avec les représentants juifs venus de Rome et des Provinces-Unies, le souverain promulgua un ban de 37 articles inspiré des dispositions « livornines » en vigueur en Toscane23. Les derniers articles concernaient le culte : le 29e prévoyait la construction d’une synagogue, tandis que le 30e accordait aux juifs le droit « d’acheter dans les villes et lieux » de résidence « un ou plusieurs terrains pour enterrer leurs morts, les devant tenir pourtant enfermés par des murs » ; en ajoutant que serait puni quiconque commettrait « des insolences dans lesdits terrains murés24 ». Il s’agissait bien d’aires internes aux villes, contrairement à ce qui se passait auparavant.

  • 25 Archivio di Stato di Napoli (dorénavant ASN), Segreteria di Stato degli Affari esteri (dorénavant S (...)

19Le 8 juin 1740, « les messieurs Musè Baruc Carvaglio, Juda de Rafele Farro, Abramo de Samuel Mendes da Costa, Isac de Castro et Abramo Nogueira, tous marchands juifs » arrivés à Naples « pour y domicilier en raison du négoce » demandèrent au roi « d’accorder à cette Nation quelque petit lieu, ou enclos pour servir de cimetière […] étant donné que leur Nation n’était pas encore en nombre suffisant pour soutenir les frais » d’achat25. La supplique, adressée au secrétaire d’État José Joachim de Montealegre, était accompagnée d’une annotation du magistrat délégué à la gestion des rapports avec les juifs, l’abbé Pietro Contegna, ancien et célèbre juriste connu pour son attitude légaliste et réformatrice :

  • 26 ASN, SSAE, b. 4401, supplique de 16 juin 1740.

Il faut réfléchir à ce problème, parce qu’en fait si, avant la fondation de la synagogue un juif meurt, sans que des dispositions aient été prises à propos de leur sépulture, il sera sans aucun doute nécessaire de l’enterrer au-delà du pont de la Madeleine, parmi les cadavres des bêtes ; et cela causerait une très grande honte et mortification à toute sa nation26.

  • 27 ASN, SSAE, b. 4401, lettres du 18 juin et du 2 juillet 1740 adressées à Contegna.

20Contegna figurait parmi les principaux partisans de Charles dans sa politique d’ouverture aux autres nations marchandes, les juifs en particulier. Le 18 juin, le Conseil d’État accepta la supplique, chargeant l’abbé de trouver une solution27. Après neuf mois, il fit une première proposition :

  • 28 ASN, SSAE, b. 4402, lettre de Contegna à Montealegre du 28 mars 1741.

Après de longues et diverses discussions avec les Juifs pour trouver un lieu adapté […], il est paru à eux et à moi, comme opportune une petite maison au rez-de-chaussée du site dit du Châteauneuf. Je n’ai pas négligé de prendre une information privée auprès de quelques officiers du Château pour savoir si la concession en tant que sépulture pour les Juifs causerait une quelconque difficulté [pregiudizio] au castellan ou au Château lui-même, et constamment on m’a répondu qu’elle ne causerait aucune difficulté ni à l’un ni à l’autre28.

  • 29 Ibid.

21Le site en question était proche de celui où les esclaves musulmans étaient ensevelis. Le rite funéraire juif imposait de laver le corps et de l’envelopper dans une toile de lin sur le lieu de la sépulture, après quoi il était inhumé en contact avec la terre. Il fallait donc trouver un endroit discret afin d’éviter « toute insulte de la Plèbe », et l’aire proposée semblait adéquate29. Toutefois, la demande fut repoussée parce que le terrain était jugé trop proche des maisons.

  • 30 Concernant la promenade royale réalisée le long du front de la mer cf. Brigitte Marin, « Sur les tr (...)

22En effet, au cours de cette période, la topographie de la capitale change sensiblement. Plusieurs nouveaux édifices se trouvaient en construction tandis que l’autorité était en train d’abattre les remparts, à partir du front de mer, pour réaliser des boulevards30. L’aire autour du Châteauneuf, en particulier, était maintenant saturée d’habitations, au nord et à l’est ; au sud, se dressaient les structures portuaires et à l’ouest la nouvelle extension du palais royal. Comme les théories néo-hippocratiques sur les dommages produits par la contamination de l’air dans les endroits habités dominaient dans le milieu médical napolitain, il fallait éloigner les sépultures et non en ouvrir d’autres en centre-ville. Une fois vérifiée l’impossibilité de construire un cimetière juif aux pieds du Châteauneuf, Contegna attira de nouveau l’attention de Montealegre sur le problème :

  • 31 ASN, SSAE, b. 4401, lettre de Contegna à Montealegre de 23 avril 1741.

Nous avons la nécessité de trouver un lieu convenable pour ensevelir les Juifs en cas d’accident mortel ; et en fait il y a déjà un qui est malade d’une fièvre dangereuse ; et puisque leur nombre et actuellement autour de cent, ce qui ne s’est pas passé peut bien se passer, et la chose porterait de la peine, d’autant plus qu’on ne peut pas jeter le cadavre en mer parce qu’on ne sera pas capable de cacher le fait, et certainement pour plus d’un mois à Naples, le Peuple ne mangerait pas du poisson, au prétexte vain que les poissons auraient mangé la chair du cadavre. Un tel scandale s’est déjà produit plusieurs fois à Naples, lorsqu’une barque ayant coulée les vagues de la mer ont amené des cadavres sur la plage. L’incomparable prudence de V.E. bien comprend, que le scandale serait bien plus grand si le cadavre était celui d’un Juif31.

  • 32 Cf. Vanessa Rousseau, Le Goût du sang. Croyances et polémiques dans la chrétienté occidentale, Pari (...)

23L’ingestion de poisson potentiellement nourri de chair humaine faisait partie des plus anciennes interdictions alimentaires de la doctrine chrétienne car elle était assimilée à l’anthropophagie32. Il n’est d’ailleurs pas facile d’établir si ce comportement attribué au peuple était le fruit d’une pédagogie menée par le clergé ou le développement de croyances autonomes. De toute manière, l’appréhension de Contegna face aux réactions du petit peuple traduit l’existence d’une résistance culturelle à l’introduction d’une communauté juive à Naples, et ce n’était pas le seul problème.

  • 33 Cf. V. Giura, Storie di minoranze, op. cit., p. 43.

24Le milieu marchand et les corporations artisanes n’appréciaient pas davantage l’arrivée de nouveaux concurrents, dotés, de surcroît, d’un excellent réseau commercial ; ils protestèrent donc auprès du gouvernement mais sans obtenir aucun résultat33. Plus efficace fut l’opposition de l’Église, déterminée à contrecarrer le projet du souverain napolitain. Le 9 février 1740, après la publication du ban d’admission des juifs, le nonce Gualtiero Gualtieri écrivait à Rome :

  • 34 Archives Secrètes Vaticanes, Segreteria di Stato, Napoli, vol. 240, fol. 3. En particulier, Gualtie (...)

Je n’ai pas négligé ce qui m’a été intimé avec la lettre de la Secrétairerie d’État le 22 du mois précédent, après que j’ai découvert l’imminente publication de l’édit […] concernant les Juifs, de me prodiguer efficacement auprès de quelque ministre principal de cette cour pour entraver le dessein ou au moins obtenir quelque limite à des privilèges qui sont directement contraires aux dispositions canoniques et à la coutume de cette Église34.

25Le nonce jugeait que la réadmission des juifs représentait un dommage « pour la Religion et l’État, notamment dans un pays où on peut dire qu’il n’y a pas de Tribunal du Saint-Office, à cause des empêchements continus qu’on lui oppose ». En plus du fait qu’ils constituaient une menace pour l’hégémonie culturelle de l’Église dans le Royaume, l’ouverture napolitaine aux juifs portait directement atteinte aux intérêts économiques des États pontificaux, d’où ils n’avaient été jamais expulsés. Le souverain semble avoir ignoré les sollicitations du nonce, qui conseilla à Rome de

  • 35 Ibid.

profiter, en premier lieu, auprès de la cour […] de M. le cardinal Acquaviva, en deuxième lieu, auprès du roi, de son confesseur, mais tout cela doit rester un secret qui ne doit pas être pénétré par aucun ministre, et si aucun de ces moyens n’est efficace, il sera nécessaire de s’adresser à la cour d’Espagne, où on sait que cette Nation [juive] est particulièrement détestée35.

  • 36 Cf. Eurigio Tonetti (dir.), Corrispondenze diplomatiche veneziane da Napoli. Dispacci, 30 giugno 17 (...)
  • 37 Cf. Nicola Ferorelli, Gli Ebrei nell’Italia meridionale dall’età romana al secolo XVIII, Bologne, 1 (...)

26L’importance des fins justifiait les moyens. Troiano Acquaviva d’Aragona était le représentant du Royaume de Naples auprès du Saint-Siège, tandis que le confesseur du roi était le franciscain Giuseppe Calzado de Bolaños, ce dernier étant, par ailleurs, peu apprécié par Gualtieri lui-même36. En juin, parallèlement au débat sur le cimetière, un pamphlet anonyme contre les juifs parut à Naples37.

  • 38 ASN, SSAE, b. 4402, Cimitero, circa gli Ebrei, lettre du représentant de la nation juive, avril 174 (...)
  • 39 Ibid.

27Tandis que les forces opposées adverses au projet de Charles s’organisaient, les juifs déjà installés à Naples étaient au nombre de « cent personnes environ » mais on en attendait « autant peut-être38 ». Bien que plus nombreuse, la communauté restait limitée et ne pouvait pas « encore prendre en charge les frais d’achat de l’endroit » destiné à devenir un cimetière, s’engageant à les soutenir seulement lorsqu’« au moins 40 familles aisées » se seraient réunies. Dépendant de l’intervention du souverain, les juifs proposent trois sites possibles qui n’auront pas « endommagé le fisc royal39 ».

  • 40 ASN, SSAE, b. 4402, Cimitero, circa gli Ebrei, lettre de Contegna à Montealegre, avril 1741.
  • 41 Ainsi à Livourne et à Venice, où l’on préférait aussi le transport des corps par voie de mer : A. F (...)

28Le premier lieu était le « terrain inutile », déjà mentionné, « qui se trouve au-dessous du Châteauneuf ». Le deuxième était « proche du Château d’œuf, derrière certains bâtiments ruinés au pied de la montagne de Pizzofalcone, et le troisième derrière la caserne de la cavalerie, auprès du pont de la Madeleine », non loin de la plage où l’on enterrait les impénitents et les restes des animaux. Ce dernier site semblait « le plus adapté car le moins éloigné », et de cette manière on pouvait transporter « les corps par voie de mer, afin d’éviter la rencontre avec le Peuple, puisqu’il fallait accomplir ces fonctions [funéraires] pendant la nuit40 ». Le transport funèbre nocturne des non catholiques, suivant un parcours bref et peu fréquenté, était une façon de faire très répandue dans les pays d’observance romaine, soit parce que c’était ce qu’exigeait la norme canonique soit pour des raisons d’ordre public41. Cependant, il est assez douteux que le choix d’un lieu proche du pont de la Madeleine relève de motifs purement pratiques. Vraisemblablement, Contegna avait trouvé un compromis entre l’exigence d’exclure les juifs et le souci de ne pas trop les humilier.

  • 42 ASN, SSAE, b. 4402, Cimitero, op. cit., lettre de Montealegre à Contegna, 2 mai 1741.
  • 43 Ibid., lettre de Contegna à Montealegre de 25 mai 1744 et réponse de ce dernier de 7 juin.
  • 44 Ibid., lettre de Contegna à Montealegre de 22 novembre 1741.
  • 45 Ibid.

29Le 2 mai 1741, Montealegre informa Contegna de la décision du souverain, le charge de pourvoir « avec l’intelligence d’un ingénieur » à l’aménagement « de la manière la plus convenable de l’enclos nécessaire à tel effet42 ». À la fin du mois, les dessins étaient prêts et le 7 juin le projet approuvé43. Alors que les difficultés semblaient avoir été toutes aplanies, le terrain choisi, une fois concédé aux juifs, fut aussitôt revendiqué par le marquis de S. Erasmo, qui en demandait le « prix, bail, ou affermage annuel qui sera établi par les experts ». Pourtant, après la demande de Contegna de produire les documents faisant foi, le prince de Cassano, tuteur du marquis, répondit « qu’ils n’avaient aucun titre, ou document, pour démontrer l’origine du droit prétendu […] mais seulement l’immémoriale possession, montrée par plusieurs documents44 ». Contegna exhorta alors Montealegre à remettre le litige entre les mains de la Chambre Royale de la Sommaria : « Juge compètent pour ce genre d’affaire, afin […] qu’elle décide si le terrain controversé appartient au Patrimoine Royal ou au Marquis de S. Erasmo45. »

  • 46 Ibid., lettre de Montealegre à Contegna de 3 décembre 1741.
  • 47 Une autre solution possible, mais plus coûteuse, était l’embaumement des corps et le transfert à Li (...)
  • 48 L’épisode est reporté par Raffaele Ajello, « La vita politica napoletana sotto Carlo di Borbone. “L (...)

30La proposition fut accueillie favorablement mais la documentation examinée ne donne plus d’informations sur les décisions de la Chambre Royale46. Nous ignorons si le cimetière fut finalement ouvert et utilisé, compte tenu de la brièveté de la présence de la nation juive dans le Royaume47. En effet, les efforts de la cour de Rome pour empêcher les projets du souverain commencèrent bientôt à donner des résultats. En mai 1742, lors des célébrations pour la liquéfaction du sang de S. Gennaro, patron de la ville et du Royaume, une violente manifestation antijuive éclata, alimentée par la prédication du jésuite Francesco Pepe48. Le pape Benoît XIV était intervenu personnellement auprès de Charles pour décourager la réadmission des juifs. Enfin, en 1746, pour continuer sa politique légaliste et conserver en même temps de bons rapports avec Rome, le souverain promulgua un nouveau ban d’expulsion.

Équilibres politiques entre les deux rives : la sépulture des musulmans

  • 49 Cf. Giuliana Boccadamo, Napoli e l’Islam. Storie di musulmani, schiavi e rinnegati in età moderna, (...)

31La nouvelle politique commerciale du Royaume incluait la signature d’une série de traités de paix et de commerce avec l’Empire ottoman et ses vassaux maghrébins. Pendant toute la période moderne, Naples reçut à plusieurs reprises des dignitaires venus de la rive sud de la Méditerranée. Les recherches témoignent de la présence d’une communauté musulmane vivace entre les XVIe et XVIIe siècles, largement composée d’esclaves affranchis. Il est probable que cette présence est devenue plus faible au lendemain de la peste de 1656, qui tua les deux tiers de la population urbaine49.

  • 50 ASN, SSAE, b. 4175, Relazione di conferenza avuta con Mustafà Bey di Derna ministro di Tripoli il 1 (...)

32À partir des années 1740, l’arrivée à Naples de ministres représentants de plusieurs cours musulmanes ouvrit une nouvelle phase dans les rapports entre le Royaume et les régences barbaresques. En novembre 1742, l’ambassadeur libyen, le bey Mustafa de Derna, protesta officiellement auprès de Montealegre en raison d’une « lettre envoyée par un esclave des galères royales qui se plaignait du fait qu’un esclave étant mort, ils n’avaient pas voulu permettre ni à lui, ni aux autres esclaves tripolitains, de l’accompagner à sa sépulture, qu’au contraire ils les ont gardés enchaînés50 ». Le bey demandait la libération temporaire des forçats pour leur permettre de rendre les honneurs funèbres à leurs compagnons décédés ; de son côté, il promettait de ne pas les recevoir « dans sa maison » en cas d’évasion. Deux mois plus tard, le gouvernement n’avait toujours pas pris position sur la question, tandis que le bey continuait à se plaindre :

  • 51 Ibid.

Les esclaves mahométans qui viennent de mourir sont enterrés dans la plage du Pont de la Madeleine, où on amène les cadavres des chevaux et les autres bêtes à voiture qui meurent dans cette ville ; et que les Cadavres desdits esclaves, étant déposés dans un endroit non surveillé, sont susceptibles d’être mangés par les chiens et qu’en outre, lorsqu’ils sont amenés dans ledit lieu, ils sont insultés à coups de cailloux par des Garçons et par la vile plèbe51.

  • 52 Cf. R. Ajello, compte rendu de l’article publié par Teobaldo Filesi, « Un interessante capitolo del (...)

33Moins de deux ans après que Contegna a voulu placer le cimetière des juifs à côté de celui des forçats musulmans, on avait cessé d’inhumer ces derniers dans le petit terrain sis entre le Châteauneuf, l’arsenal et la mer. La documentation n’explique pas les raisons de ce déplacement ; peut-être le ressentiment alimenté contre les juifs dans la même période avait-il aussi frappé les esclaves infidèles. D’autre part, l’hostilité de l’Église à l’égard de l’ouverture du Royaume au Levant s’était affirmée52.

  • 53 ASN, SSAE, b. 4175, lettre de Contegna à Montealegre de 30 janvier 1743.
  • 54 À propos du cas génois, par exemple, cf. Salvatore Bono, « Schiavi musulmani sulle galere e nei bag (...)

34La situation fut rendue plus difficile encore par une autre requête du bey, celle « d’attribuer aux Esclaves Mahométans qui servent sur les galères un lieu dans l’Arsenal […] pour faire ensemble et en commun leurs prières ». L’ambassadeur justifiait sa demande en affirmant que « dans la ville de Malte, et dans la ville de Livourne, depuis un temps très ancien, les Esclaves Mahométans disposent d’un semblable lieu destiné à leurs prières », qu’en outre « à Tripoli et dans autres ville de la Barbarie, les chrétiens ont leurs Églises et les Hospices des Trinitaires, par gracieuse concession des Princes de la Barbarie53 ». Ce genre de revendication est aussi attesté dans d’autres endroits de la Méditerranée occidentale : Civitavecchia, Gênes, Toulon, Marseille ; dont les gouvernements menaient des négociations permanentes avec les royaumes nord-africains pour améliorer les conditions de vie des esclaves détenus sur les deux rives54.

  • 55 ASN, SSAE, b. 4175, lettre de Contegna à Montealegre de 30 janvier 1743. Il ne faut pas négliger l’ (...)
  • 56 ASN, SSAE, b. 4175, lettre de Contegna à Montealegre de 30 janvier 1743.

35Pour résoudre l’affaire, Montealegre s’adressa une fois encore à Pietro Contegna, qui minimisait les doléances exprimées par le bey. L’ancien magistrat jugeait absurdes les dires sur les cadavres dévorés par les chiens, puisque les fosses destinées à recevoir le corps des esclaves étaient creusées très profond avant d’être remplies « de terre et sable55 ». De la même manière, Contegna qualifiait de « vaine » la prétendue proximité avec des carcasses d’animaux morts : « il est connu, au contraire, que les Cadavres des chrétiens condamnés à mort sont enterrés dans le même site dans un enclos de murs, on peut donc y placer aussi les cadavres des Mahométans dans un autre enclos ». À propos des insultes de la plèbe enfin, Contegna affirmait n’avoir jamais entendu parler de ces épisodes, mais reconnaissait qu’on pouvait détacher des gardes pendant le transport des corps56.

  • 57 Ibid.

36Plus délicate était la question de l’érection d’un lieu de culte destiné aux musulmans. Contegna rappelait que « ni en Espagne, ni en Sicile, ni à Naples, ni en Sardaigne, ni à Gênes », les gouvernements n’avaient « accordé un lieu semblable ». Toutefois, la requête pouvait être comparée à celle d’une synagogue pour les juifs, « puisque cette permission est une simple et pure tolérance du Pontife et des Princes Chrétiens » ; le choix revenait donc au souverain57. Mais Contegna, quant à lui, déconseillait la construction d’une mosquée :

  • 58 Ibid. Concernant la générosité des princes musulmans à l’égard des trinitaires et des mercédaires, (...)

Nous avons bien raison de nous persuader qu’à Naples la concession d’un tel lieu aux Mahométans produirait un scandale infini. V.E. a pu bien reconnaître que le Peuple Napolitain est beaucoup plus attaché à l’écorce de la religion qu’à la moelle, en croyant que la moelle et la substance de sa Sainte religion consistent dans ladite écorce. Et une partie non négligeable de nos religieux (encore peu instruits sur l’essence et la substance de la religion chrétienne) au lieu d’effacer un préjugé aussi grave, le confirment et le nourrissent58.

  • 59 Contrairement à ce qui se passait au XVIe siècle, quand la population acceptait sans problème la pr (...)
  • 60 ASN, SSAE, b. 4175, lettre de Contegna à Montealegre de 30 janvier 1743.

37Enfin, si Contegna jugeait faux les récits concernant les insultes à l’égard des esclaves musulmans, il se méfiait en même temps du peuple napolitain59. Afin de ne pas décevoir Mustafa bey, l’abbé suggéra de lui expliquer qu’aux forçats de toutes les galères royales, y compris les chrétiens, il n’était permis de débarquer que quelques heures par jour et pour des raisons précises. À Malte et à Livourne cela était possible parce que « les constitutions politiques des Royaumes et États du monde sont bien différents et souvent ce qui est utile pour un État nuit dans un autre, et ce qui nuit dans un État est utile pour un autre60 ».

  • 61 Ibid., lettre de Montealegre à Mustafà bey de 20 février 1743.

38Le 20 février, Montealegre informa le bey de l’érection d’un mur d’enceinte autour du lieu de sépulture des esclaves morts. Néanmoins il ne pouvait pas satisfaire la demande qui avait été faite de leur accorder une mosquée, puisqu’« à Malte et à Livourne les esclaves se trouvent dans le Bain, mais n’ayant aucun Bain ici et n’ayant pas un lieu hors de la galère où les forçats puissent prier, ainsi il n’est pas possible de le donner aux esclaves turcs qui sont sur les mêmes galères61 ». La question semblait apparemment résolue mais elle eut des conséquences quelques mois plus tard. Le 7 septembre, Giacinto Voschi, délégué du Royaume auprès de la régence de Tunis pour négocier la paix, envoyait à Montealegre la lettre suivante :

  • 62 Ibid., lettre de Voschi à Montealegre de 7 septembre 1743.

Un de mes informateurs qui se trouve dans le Bardo m’a prévenu que ce Pacha a reçu une lettre de Tripoli après l’arrivée de Mustafa bey par laquelle il a été informé que ce Pacha [de Tripoli] a fait enchaîner tous les esclaves des Royaumes des Deux Siciles, en exigeant que la même chose soit pratiquée sur les galères royales à l’égard de ses sujets ; en outre que les mêmes [esclaves] n’ont pas une mosquée pour dire leur messe, ni un lieu expressément dédié à leur sépulture et qu’en outre ils sont maltraités ; et après avoir lu ladite lettre, il dit qu’il aurait parlé avec moi afin que ses sujets soient traités de la même manière qu’il adopte avec les esclaves chrétiens. J’en informe V.E. pour qu’il lui plaise de me dire comment je devrai me comporter quand le Pacha me parlera de ce sujet, étant leur coutume d’agir avant tout et de parler ensuite62.

39Il est intéressant de remarquer que, dans les menaces des pachas, à côté de la distinction religieuse, perçait aussi un discours sur l’appartenance politique. Le régent tripolitain avait ainsi ordonné de faire « enchaîner tous les esclaves des Royaumes des Deux Siciles », appliquant une classification fondée sur la provenance géographico-politique.

  • 63 Ibid., lettre de Montealegre à Voschi de 15 octobre 1743.

40Le 15 octobre, Montealegre écrivait d’informer le pacha de l’octroi, par le souverain, d’un lieu de sépulture pour les galériens tripolitains, raison pour laquelle il était possible « d’accorder la même chose pour les cadavres des esclaves tunisiens ». Pour la mosquée, il confirmait l’explication donnée à l’ambassadeur libyen : l’absence d’un bain imposait aux musulmans de se comporter comme les « esclaves chrétiens, lesquels sont contraints de faire leur prière dans les galères63 ». Il n’y avait apparemment aucune différence de traitement entre les forçats des deux religions. Pourtant la situation mono-confessionnelle du Royaume de Naples empêchait toute manifestation extérieure des cultes non catholiques. Les forçats chrétiens étaient régulièrement visités par les aumôniers de la chapelle royale, qui célébraient la messe et les assistaient spirituellement, en essayant, en même temps, de convertir les musulmans. Ces derniers, en revanche, ne pouvaient pratiquer aucun rite de leur religion, l’enterrement d’un coreligionnaire devenait l’une des rares occasions d’expression de la foi islamique.

41La géographie de la sépulture des non catholiques à Naples ne subit plus de modifications jusqu’à la fin du siècle. À partir des premières années du XIXe siècle, le changement du contexte des relations internationales ainsi que les transformations des modalités d’administration de l’espace sépulcral déterminèrent une mutation dans l’inhumation des non catholiques.

Regards sur le XIXe siècle : début d’une politique de tolérance ?

  • 64 Cf. D. Carnevale, « Una ciudad bajo la ciudad. Las tipologías sepulcrales y su función social en un (...)
  • 65 Cf. D. Carnevale, L’affare dei morti, op. cit., p. 302-314.

42Pendant la seconde moitié du XVIIIe siècle, comme dans toutes les grandes villes d’Europe, un débat s’engagea à Naples au sujet des sépultures urbaines et de leur impact sur la santé des citadins. La question revêtait une urgence particulière dans la mesure où le système funéraire napolitain était fondé sur une immense nécropole souterraine. Il se caractérisait par l’absence presque totale de lieux d’inhumation ouverts, la très grande majorité des sépultures étant située dans le sous-sol des établissements religieux64. Au cours des années 1750, Charles avait chargé le gouvernement de l’hôpital des Incurables, le plus vaste de la ville, de trouver une solution pour la sépulture des défunts des hôpitaux, compte tenu du fait que les hypogées de ces établissements n’étaient plus en mesure d’accueillir un flux compris entre 20 et 40 corps par jour, selon les saisons65.

  • 66 Il s’agit d’un critère de gestion de l’espace sépulcral dont on trouve d’autres applications ailleu (...)

43L’enquête menée par les gouverneurs des Incurables conduisit à la construction d’un cimetière (camposanto) extra-urbain, dessiné par l’architecte Ferdinando Fuga en 1762 et achevé trois ans plus tard. L’édifice, toujours existant, présente une cour carrée délimitée sur trois côtés par un mur d’enceinte, et sur le quatrième par un édifice rectangulaire qui comprend l’entrée, l’appartement du gardien, la salle mortuaire et la chapelle. Dans la cour, furent creusées 360 fosses de 7 m de profondeur, couvertes de pierres tombales (80 x 80 cm) gravées d’un numéro, disposées en rangées de 19 ; six autres fosses se trouvaient dans l’atrium, soit 366 au total, une pour chaque jour de l’année, y compris les années bissextiles. Sur la base de l’année solaire, chaque jour, la fosse correspondant au numéro quotidien était ouverte et on y jetait les cadavres. Ensuite, la masse des corps était recouverte de chaux vive, dont les propriétés corrosives devaient favoriser la décomposition. Enfin, la fosse était refermée et ne devait être rouverte que le même jour de l’année suivante, de façon à effectuer une véritable rotation des sépultures66.

44L’établissement se dressait sur la partie occidentale de la colline de Poggioreale, presque trois kilomètres au nord-est des anciennes portes de la ville. À partir de l’occupation française (1806-1815), ce camposanto fut utilisé aussi pour inhumer les pauvres. Ensuite le gouvernement napoléonien encouragea l’application du décret de Prairial dans le Royaume. Concernant la capitale, Joachim Murat ordonna la construction d’un nouveau cimetière public hors de la ville sur la partie orientale de Poggioreale. Cependant, il ne fut possible de mener à terme la réforme qu’à la restauration, à cause de la situation d’urgence entraînée par l’épidémie de choléra.

  • 67 Cf. D. Carnevale, L’affare dei morti, op. cit., p. 433-434.

45En 1832, l’épidémie sévit en effet dans l’Europe du nord. Malgré les efforts pour empêcher le fléau de pénétrer dans le Royaume, il s’y propagea partout dès 1835. Conformément aux dispositions sanitaires, les sépultures ordinaires devaient être fermées en cas d’épidémie. C’est pourquoi, à Naples, un terrain fut apprêté non loin du vieux Camposanto, puis remplacé par une aire plus vaste, située à proximité, entourée par une muraille et dotée d’une église. Ce cimetière, dit « des cholériques », accueillit 18 000 victimes, tandis que les travaux destinés à édifier le nouveau cimetière continuaient dans l’urgence. Le 9 mars 1836, le « Camposanto nuovo » fut enfin inauguré. L’autorité sanitaire se dépêcha de fermer toutes les sépultures urbaines en maintenant simplement l’activité du vieux camposanto des Incurables pour les malades et les pauvres67.

  • 68 Ibid., p. 469.

46Parallèlement aux transformations matérielles, le contexte politique changeait lui aussi profondément. Comme la Grande Bretagne, l’Autriche et la Russie avaient soutenu le nouveau souverain, Ferdinand IV, – qui avait succédé à Charles en 1759 –, tantôt à l’occasion de la révolution de 1799 tantôt pendant l’occupation napoléonienne de la partie continentale du Royaume. En conséquence de quoi l’influence de ces nations avait considérablement augmentée auprès du gouvernement. En 1800, un nombre considérable de couvents furent supprimés partout dans le Royaume, parmi lesquels, à Naples S. Carlo all’Arena et S. Giovanni a Carbonara. Le premier fut vendu à un particulier, qui conclut en 1802 avec les nations protestantes un accord qui leur permettait de continuer à utiliser le jardin comme sépulture. La même solution ne pouvant être adoptée pour S. Giovanni a Carbonara, converti en hôpital, les protestants de condition élevée louèrent un terrain dans l’ancien faubourg de Chiaia, devenu un quartier aisé de la périphérie occidentale de la capitale. Mais le 12 décembre 1817, le mur de soutènement du jardin tomba, forçant le consul britannique Lushington à s’adresser au ministre de l’intérieur, Donato Tommasi, pour trouver une solution définitive68.

  • 69 Ibid.

47Après une période de débat, le 11 août 1826, un décret royal leur octroyait le jardin de l’hospice de S. Maria della fede dans l’ancien faubourg S. Antonio, inclus dans le quartier Vicaria dès la fin du XVIIIe siècle, à l’extrémité orientale de la ville69. Jusqu’à l’occupation française, l’établissement était resté une propriété du Real albergo dei poveri et son jardin était utilisé comme cimetière pour les indigents. Les nouveaux règlements concernant l’enterrement des pauvres promulgués par l’administration française avaient rendu ce site disponible, et il accueillit les corps des protestants jusqu’à la fin du siècle.

  • 70 ASN, Ministero degli affari interni (dorénavant MAI), IIe inv., b. 719, n. 8394, lettre de 8 août 1 (...)

48La création d’un nouveau cimetière pour les protestants n’avait pas mis un terme aux problèmes qu’une société cosmopolite comme l’était la société napolitaine pouvait poser aux autorités. Le 8 août 1837, le consul britannique William Temple rapportait le cas d’une « femme irlandaise », catholique et mariée avec un Napolitain, qui avait néanmoins demandé à être inhumée dans le cimetière anglais. Temple dénonçait le fait qu’après la mort de la femme, l’Élu du quartier, c’est-à-dire l’administrateur local délégué par la municipalité, avait refusé qu’elle soit inhumée en terrain protestant « puisqu’elle était catholique », et l’avait envoyée au nouveau camposanto de Poggioreale70. Temple reconnaissait ne pas avoir insisté parce que la femme vivait à Naples depuis longtemps et qu’en outre elle était mariée à un Napolitain. Néanmoins il demandait au souverain d’autoriser à l’avenir l’inhumation des Irlandais catholiques dans le cimetière britannique. Le gouvernement accueillit favorablement la requête, témoignant du changement d’attitude des autorités dans la définition des appartenances après tant de siècles de résistance politique et culturelle.

  • 71 Ivi, b. 3571, lettre de l’intendant au ministre de l’Intérieur de 25 janvier 1851.

49Toutefois, S. Carlo all’Arena et le nouveau cimetière de S. Maria la fede demeurèrent des lieux de sépulture pour les personnes aisées. Au début de 1838, le prêtre recteur de l’hôpital des Incurables se plaignait auprès du ministre de l’Intérieur, Nicola Santangelo, au sujet des cadavres protestants envoyés au vieux camposanto. Le problème concernait notamment les régiments suisses au service de la couronne, qui accueillaient des militaires non catholiques. Selon le recteur, autrefois – probablement au début de la restauration –, quatre fosses sur les 366 du cimetière avaient été réservées aux protestants, sous condition que les hôpitaux militaires aient pris soin « de faire apposer au bras du cadavre un ruban rouge » en signe d’identification. Cependant, l’augmentation constante du nombre de cadavres en provenance des hôpitaux et des établissements de bienfaisance ayant « agrandi la confusion, l’irrégularité et le désordre », le gouvernement évalua la possibilité de créer un autre champ funéraire pour « tous les hétérodoxes pauvres », en utilisant le site destiné aux victimes de l’épidémie de choléra. On choisit finalement de rendre plus visible la distinction entre les catholiques et les fidèles des autres confessions au vieux camposanto71. La documentation signale que les fosses destinées aux protestants furent réduites à une seule au cours des années 1840, alors que la nation russe s’adressait au souverain pour obtenir son propre terrain sépulcral.

  • 72 Cf. V. Giura, Storie di minoranze, op. cit., p. 141.

50Après la chute de la République napolitaine, une flotte russe amena dans la capitale un petit contingent d’aumôniers militaires orthodoxes. La présence des représentants d’une puissance de confession orthodoxe encouragea les gouverneurs de l’église des SS. Pietro e Paolo à débattre sur l’opportunité d’abandonner le rite grec-catholique. Le Diocèse protesta auprès du souverain qui obligea les gouverneurs à suivre la coutume, à savoir demander à l’évêque la validation de l’élection du curé. Au même moment, en 1804, Ferdinand accorda à la communauté russe l’autorisation d’ériger un lieu de culte destiné aux orthodoxes russes et grecs, suscitant ainsi la colère de l’autorité religieuse72. Le sujet du cimetière n’avait pas été abordé, mais l’arrivée de l’armée française, une année et demie plus tard, permit à la communauté grecque de jouir d’une autonomie sans précédent. Il est donc probable que, jusqu’en 1815 au moins, les orthodoxes aient pu être inhumés librement dans l’église des SS. Pietro e Paolo, sans devoir adopter l’attitude nicodémiste qui caractérisait une bonne partie des Grecs depuis la première époque moderne.

  • 73 Dans le Royaume de Naples, en revanche, on vérifie le phénomène contraire. À Barletta, par exemple, (...)
  • 74 ASN, MAI, IIe inv., b. 3571, lettre de l’ambassadeur russe Mutajanni de 10 janvier 1850.

51Les décennies centrales du XIXe siècle furent marquées par la diminution de la présence grecque à Naples et l’augmentation de celle des Russes73. Au début de 1847, l’ambassadeur russe à Naples demanda l’autorisation d’acheter un moggio (3 364 m²) de terre pour construire un cimetière à l’intention des sujets du tsar. Le gouvernement lui refusa l’autorisation au motif que le terrain en question était déjà hypothéqué. La légation russe n’insista pas jusqu’à janvier 1850, lorsque, sans prévenir l’administration napolitaine, elle acquit un terrain « d’un moggio et demi environ, situé à quelque distance des portes de la capitale dans le lieu appelé Piazzola près de l’ancien cimetière napolitain ». L’ambassadeur demandait de pouvoir y inhumer ses compatriotes « comme il fut permis autrefois pour les sujets de S.M. Britannique74 ». Théoriquement, les Russes pouvaient conclure des accords avec l’église grecque de SS. Pietro e Paolo, qui avait acheté une chapelle dans le nouveau camposanto de Poggioreale. Mais après la restauration de l’autonomie de la Grèce, en 1830, il est probable que les Russes aient voulu marquer la différence pour leur communauté nationale.

  • 75 ASN, MAI, IIe inv., b. 3571, lettre de l’ambassadeur russe Mutajanni de 10 janvier 1850.

52Le gouvernement fut surpris par ce geste et le ministre de l’Intérieur, Nicola Parise, retarda la procédure en demandant l’avis du surintendant à la Santé et du maire. Tous deux donnèrent assez rapidement un avis positif ; Parise s’adressa alors à l’évêque, Sisto Riario Sforza, avant « d’invoquer S.M. le Roi pour avoir son opinion75 ». Le 21 décembre, après deux sollicitations, Sforza répondit :

  • 76 ASN, MAI, IIe inv., lettre de l’évêque de 21 décembre 1850.

Certaines informations que j’ai cru nécessaire de résumer m’ont obligé à retarder jusqu’à ce moment un avis décisif, s’agissant d’une chose aussi délicate dans l’intérêt du Diocèse : mon conseil serait qu’existant déjà au vieux Camposanto certaines structures dans un lieu séparé pour accueillir les cadavres des protestants, y compris ceux des militaires suisses, et d’autres pour les juifs, on peut, dans le même endroit en donner quelques unes aux Russes. De cette manière on ne donnera pas lieu à des manifestations de la part des fidèles, en évitant le danger que dans un autre lieu public se pratiquent des rites et s’accomplissent des fonctions non conformes à notre Très-sainte Religion Catholique76.

53Parise informa le souverain, qui accueillit les suggestions de l’évêque. Une convention fut rédigée avec l’Empire russe, en utilisant comme modèle celle qui avait été précédemment établie avec la Grande Bretagne. La lettre de Sforza mentionnait aussi les juifs, qui avaient été réadmis dans le Royaume dès 1830 grâce à l’intercession de la famille Rothschild.

  • 77 Ce site demeura en activité jusqu’au 1878, lorsque la communauté, maintenant libre de manifester so (...)

54En 1821, une armée autrichienne était entrée Naples pour mettre fin au régime parlementaire instauré neuf mois auparavant, à la suite des émeutes de 1820. Ferdinand IV, devenu dès 1816 Ferdinand Ier des Deux Siciles, avait appelé les forces de la Sainte-Alliance pour l’aider dans la reconquête du Royaume. Les troupes autrichiennes restèrent à Naples jusqu’en 1827. Pendant cette période, Carl Mayer von Rothschild installa une filiale de la banque de sa famille dans la capitale, devenant ainsi un important créditeur de l’État. À partir de 1830, les premières familles juives arrivèrent à Naples, guidées par Isidoro Rouff, qui organisa avec les Rothschild l’achat d’un jardin sur la colline du Posillipe, à quelques kilomètres à l’ouest de la périphérie occidentale de la ville, pour y implanter un cimetière77. Il est donc probable que les fosses du vieux camposanto furent dès lors réservées aux juifs qui n’étaient pas en mesure de payer le convoi funèbre et la sépulture dans le terrain communautaire du Posillipe, à l’exemple de la distinction sociale observée chez les protestants.

Conclusion

  • 78 Sur l’identification du cimetière avec la paroisse cf. M. Lauwers, Naissance du cimetière. Lieux sa (...)

55Dans l’Europe d’Ancien Régime, le corps du non catholique était considéré par le droit canonique comme une source de pollution de l’espace sacré : il ne pouvait reposer avec les autres fidèles et devait être autant que possible soustrait aux regards de ces derniers. Le pouvoir laïc, de son côté, contribuait à marquer les différences d’appartenance en reléguant physiquement le cadavre à l’extérieur de la collectivité. Dans la tradition chrétienne, le cimetière n’était pas séparé de l’édifice du culte, dont la réalisation représente la pleine acceptation d’une minorité quelconque de la part de la société d’accueil78. Pour cette raison la concession d’un tel espace faisait l’objet d’une réflexion politique approfondie. Les communautés catholiques essayèrent d’ailleurs elles aussi de se rassembler autour d’une institution charitable (chapelle, confrérie, hôpital) lors de leur insertion dans un tissu social étranger. L’obtention d’un lieu de sépulture constituait donc une étape essentielle dans le processus d’insertion d’une minorité religieuse, surtout si ce lieu se trouvait à l’intérieur de l’espace urbain. La capacité limitée de dialogue existant entre les minorités religieuses et les pouvoirs imposait aux premières de trouver des marges de négociation. L’exemple des réformés français est à ce propos emblématique.

  • 79 J. Thibaut-Payen, Les Morts, l’Église et l’État, op. cit., p. 177.

56Durant le règne d’Henri IV, les rituels funéraires des huguenots furent préservés par les commissaires royaux, mais cette protection s’affaiblit après la mort du souverain, et jusqu’à la révocation de l’édit de Nantes toutes les dispositions prises sur ce point furent de « caractère exclusivement vexatoire »79. Dès 1685, l’action répressive de Louis XIV ramena le statut des défunts réformés à celui des juifs et des musulmans. Néanmoins, grâce aux remontrances des représentants des nations non catholiques, britannique et néerlandaise notamment, les étrangers d’autres confessions réussirent à obtenir des espaces d’inhumation dignes, à commencer par Paris en 1720. Cela permit également une progressive mais longue amélioration des conditions de sépulture des huguenots, selon les régions et les périodes, jusqu’à l’édit de tolérance de 1787.

  • 80 D’autre part, l’historiographie récente a montré qu’à Rome aussi les autorités montraient la même a (...)

57Un tel jeu d’équilibre ne s’est pas déroulé dans le contexte napolitain, caractérisé par l’absence de pluralisme religieux. Toutefois, les exigences politiques invitaient le pouvoir laïc à fermer les yeux malgré les protestations de l’Église et des autres couches de la société, une situation déjà évidente sous la domination espagnole dans le cas des Grecs orthodoxes ou lors de la reprise des relations commerciales avec les Anglais et les Néerlandais80. Charles de Bourbon poussé par son souci de développer le commerce, encouragea une politique d’ouverture dont la réadmission des juifs était une composante. Quant à ces derniers, l’installation dans le Royaume avait suscité un développement considérable de leurs affaires. C’est par conséquent sur ce terrain que se joua la négociation autour des conditions de vie – et de mort – de la nouvelle communauté étrangère. De la même manière, les demandes formulées par les autorités barbaresques pour un meilleur traitement des esclaves étaient prises en considération d’abord parce qu’il y avait des rapports commerciaux à préserver, mais surtout parce que les pachas pouvaient menacer de représailles les esclaves qu’ils détenaient.

58Les périodes révolutionnaire puis napoléonienne ont certainement contribué à réduire l’importance des facteurs religieux dans ces processus de négociation. La réapparition de ces facteurs sous la restauration fut vécue par les classes dirigeantes avec un certain embarras, si l’on tient compte du fait que le retour de la dynastie des Bourbons avait été rendu possible, grâce notamment à l’intervention de puissances non catholiques (Grande Bretagne, Russie, Prusse). Ce fut l’unité de l’Italie, dans un climat d’opposition politique entre le Royaume de Sardaigne et les États pontificaux, qui permit finalement le libre développement des minorités religieuses dans les villes du Mezzogiorno.

Notes

1 Giovanni Ricci, I turchi alle porte, Bologne, Il Mulino, 2008, p. 133, ici et dorénavant sauf autre précision toutes traductions sont miennes. Cette recherche a été réalisée dans le cadre du laboratoire d’excellence LabexMed, portant la référence 10-LABX-0090.

2 Sur le cas italien, notamment, cf. Silvia Cerutti, Étrangers. Étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Paris, Bayard, 2012, et Eric Dursteler, Venetians in Constantinople. Nation, Identity, and coexistence in the Early Modern Mediterranean, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2006.

3 Sur ces questions cf. Diego Carnevale, L’affare dei morti. Mercato funerario, politica e gestione della sepoltura a Napoli (secoli XVII-XIX), Rome, École française de Rome, 2014, chap. III.

4 Cf. Vincenzo Giura, Storie di minoranze : ebrei, greci, albanesi nel Regno di Napoli, Naples, Ed. scientifiche italiane, 1984.

5 Ibid., p. 138-140.

6 Cf. Giovanni Romeo, « Una città, due Inquisizioni : l’anomalia del Sant’Ufficio a Napoli nel tardo ‘500 », Rivista di storia e letteratura religiosa, 24, 1988, p. 43-67.

7 Claudia Petraccone, Napoli dal Cinquecento all’Ottocento, problemi di storia demogra-fica e sociale, Naples, 1974, p. 131-132.

8 Cf. V. Giura, Storie di minoranze, op. cit., p. 148.

9 Albanais, Slaves, mais aussi Russes et Syriaques étaient rattachés à l’église. Cela provoquait plusieurs problèmes dans le gouvernement de la communauté : ibid., p. 139.

10 Cf. E. Marantonio Sguerzo, Evoluzione storico-giuridica dell’istituto della sepoltura ecclesiastica, Milan, A. Giuffrè, 1976, p. 97-107.

11 Sur Paris cf. Jacques Hillairet, Les 200 cimetières du vieux Paris, Paris, 1958. Plus en général sur la France d’Ancien Régime cf. Madeleine Lassère, Villes et cimetières en France de l’ancien régime à nos jours. Le territoire des morts, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 20-21. À Londres, au début du XVIIIe siècle, bien que le pouvoir fût plus tolérant, aucune communauté non anglicane ne disposait d’un cimetière au sein de la City : cf. Vanessa Harding, The Dead and the Living in Paris and London 1500-1670, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, p. 93-100.

12 À ce sujet il est encore fondamental, René Girard, La Violence et le Sacré, Paris, 1972.

13 Cf. Roberto Zaugg, Stranieri di antico regime. Mercanti, giudici e consoli nella Napoli del Settecento, Rome, Viella, 2011, p. 60. Les traités qui reconnaissaient cette condition étaient, respectivement, celui de Munster (1648) avec les Provinces Unies, et celui de Madrid (1667) avec la Grande Bretagne.

14 Archives de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (ACDF), Sant’Ufficio, Stanza Storica, M 4-b (2), lettre de 29 juin 1666, cité par Irene Fosi, Convertire lo straniero. Forestieri e Inquisizione a Roma in età moderna, Rome, Viella, 2011, p. 170. Malgré l’occupation espagnole, Naples gardait son statut de capitale royale ; pour cette raison la papauté y tenait une nonciature apostolique.

15 Archivio Storico Diocesano di Napoli (dorénavant ASDN), Miscellanea, I, inc. 7, Sepoltura fuori luogo sacro dei sottosegnati perché morti non nella comunione cattolica (1692-1721), ordre de sépulture du 17 octobre 1700.

16 Ibid.

17 ASDN, Miscellanea, I, inc. 7, ordre de sépulture du 22 mai 1712.

18 À la fin du XVIIIe siècle, le site de S. Carlo all’Arena était encore considéré comme le lieu de sépulture des anglais et des protestants, cf. Vincenzo Florio, « Memorie storiche ossiano Annali Napolitani dal 1759 in avanti », Archivio storico per le province napoletane, XXXI, 1, 1906, p. 27-124, p. 68.

19 ASDN, Miscellanea, I, inc. 7, ordre de sépulture du 29 novembre 1694.

20 Cf. Viviana Bonazzoli, « Gli ebrei del Regno di Napoli all’epoca della loro espulsione », Archivio storico italiano, 137, 1979, p. 496-559 et 139, 1981, p. 180-287.

21 Cf. E. Marantonio Sguerzo, Evoluzione storico-giuridica, op. cit., p. 149.

22 Sur les conditions des captifs dans les royaumes de la Barbarie cf. Linda Colley, Captives : Britain, Empire and the World 1600-1850, Londres, Cape, 2002.

23 Cf. Lucia Frattarelli Fischer, « La Livornina. Alle origini della società livornese », dans A. Prosperi (dir.), Livorno 1606/1806. Luogo di incontro tra popoli e culture, Turin, Allemandi, 2009, p. 43-63.

24 V. Giura, Storie di minoranze, op. cit., p. 100, qui reporte la transcription intégrale du Proclama, o vero Banno, con il quale si concede alla Nazione Ebrea un Salvacondotto, perché possa venire a trafficare, ed a stabilire il suo Domicilio nelli Regni delle due Sicilie, e loro dipendenza.

25 Archivio di Stato di Napoli (dorénavant ASN), Segreteria di Stato degli Affari esteri (dorénavant SSAE), b. 4401, supplique de 16 juin 1740. Ce document est aussi cité par V. Giura, Storie di minoranze, op. cit., p. 50-51, qui remarque l’origine livournaise des marchands juifs.

26 ASN, SSAE, b. 4401, supplique de 16 juin 1740.

27 ASN, SSAE, b. 4401, lettres du 18 juin et du 2 juillet 1740 adressées à Contegna.

28 ASN, SSAE, b. 4402, lettre de Contegna à Montealegre du 28 mars 1741.

29 Ibid.

30 Concernant la promenade royale réalisée le long du front de la mer cf. Brigitte Marin, « Sur les traces de la via Marina. Embellissements urbains et aménagements portuaires à Naples au XVIIIe siècle », Rives méditerranéennes, n° 39, 2011, p. 33-44.

31 ASN, SSAE, b. 4401, lettre de Contegna à Montealegre de 23 avril 1741.

32 Cf. Vanessa Rousseau, Le Goût du sang. Croyances et polémiques dans la chrétienté occidentale, Paris, Armand Colin, 2005. Dans la tradition islamique aussi, il est interdit de se nourrir d’un poisson où de la chair humaine avait été trouvée : cf. Hassan S. Khalilieh, Islamic Maritime Law : An Introduction, Leiden, Brill, 1998, p. 170-171.

33 Cf. V. Giura, Storie di minoranze, op. cit., p. 43.

34 Archives Secrètes Vaticanes, Segreteria di Stato, Napoli, vol. 240, fol. 3. En particulier, Gualtieri se référait aux privilèges suivants : « de ne porter aucun signe, de ne vivre dans un lieu à part, de se faire servir par des chrétiens et des chrétiennes, et par des boucheries chrétiennes selon leurs usages et de permettre à leurs médecins, et chirurgiens, de soigner les chrétiens, de se servir sans distinction de tous leurs livres, de tenir des écoles libres, d’avoir un sauf-conduit pour les crimes du passé, de ne pas être agacés que par leurs propres nationales ».

35 Ibid.

36 Cf. Eurigio Tonetti (dir.), Corrispondenze diplomatiche veneziane da Napoli. Dispacci, 30 giugno 1739-24 agosto 1751, vol. XVII, Rome, Istituto poligrafico e zecca dello Stato, 1994, p. 742, note 1.

37 Cf. Nicola Ferorelli, Gli Ebrei nell’Italia meridionale dall’età romana al secolo XVIII, Bologne, 1966 [1915], p. 250-253.

38 ASN, SSAE, b. 4402, Cimitero, circa gli Ebrei, lettre du représentant de la nation juive, avril 1741.

39 Ibid.

40 ASN, SSAE, b. 4402, Cimitero, circa gli Ebrei, lettre de Contegna à Montealegre, avril 1741.

41 Ainsi à Livourne et à Venice, où l’on préférait aussi le transport des corps par voie de mer : A. Fasiolo, Breve storia della Chiesa e della Arciconfraternita dei Greci Ortodossi di Livorno, Livourne, Parrocchia. Greco-Ortodossa di Livorno, 2002, p. 4, et Mathieu Grenet, « La mort à Venise. Cimetières et processions funéraires dans la communauté grecque-orthodoxe de Venise (XVIe-XIXe siècles) », dans M. Grenet, Y. Jambon et M.-L. Ville (dir.), Histoire urbaine et sciences sociales : problèmes, recherches et perspectives, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2014, p. 215-235. Sur la création des cimetières non catholiques en France cf. Jacqueline Thibaut-Payen, Les Morts, l’Église et l’État. Recherches d’histoire administrative sur la sépulture et les cimetières dans les ressorts du parlement de Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, F. Lanore, 1977, p. 94-204.

42 ASN, SSAE, b. 4402, Cimitero, op. cit., lettre de Montealegre à Contegna, 2 mai 1741.

43 Ibid., lettre de Contegna à Montealegre de 25 mai 1744 et réponse de ce dernier de 7 juin.

44 Ibid., lettre de Contegna à Montealegre de 22 novembre 1741.

45 Ibid.

46 Ibid., lettre de Montealegre à Contegna de 3 décembre 1741.

47 Une autre solution possible, mais plus coûteuse, était l’embaumement des corps et le transfert à Livourne ou ailleurs, comme on le faisait à Rome au XVIIe siècle : cf. I. Fosi, Convertire lo straniero, op. cit., p. 229.

48 L’épisode est reporté par Raffaele Ajello, « La vita politica napoletana sotto Carlo di Borbone. “La fondazione e il tempo eroico della dinastia” », dans Storia di Napoli, vol. VII, Naples, Società Editrice storia di Napoli, 1972, p. 461-984, notamment p. 672-673.

49 Cf. Giuliana Boccadamo, Napoli e l’Islam. Storie di musulmani, schiavi e rinnegati in età moderna, Naples, M. D’Auria, 2010, p. 147-148.

50 ASN, SSAE, b. 4175, Relazione di conferenza avuta con Mustafà Bey di Derna ministro di Tripoli il 19 novembre 1742.

51 Ibid.

52 Cf. R. Ajello, compte rendu de l’article publié par Teobaldo Filesi, « Un interessante capitolo delle relazioni tra Napoli e Tripoli », Clio, 2, 1971, p. 205-252, Rivista storica italiana, 85, III, 1973, p. 892-895, p. 894.

53 ASN, SSAE, b. 4175, lettre de Contegna à Montealegre de 30 janvier 1743.

54 À propos du cas génois, par exemple, cf. Salvatore Bono, « Schiavi musulmani sulle galere e nei bagni d’Italia, dal XVI al XIX secolo », dans R. Ragosta (dir.), Le Genti del mare Mediterraneo, Naples, Pironti, 1981, 2 vol., vol. II, p. 837-875, p. 857. Sur Marseille et Toulon : R. Bertrand, « Les cimetières des “esclaves turcs” des arsenaux de Marseille et Toulon au XVIIIe siècle », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, nos 99-100, 2002, p. 205-217.

55 ASN, SSAE, b. 4175, lettre de Contegna à Montealegre de 30 janvier 1743. Il ne faut pas négliger l’importance symbolique de la référence aux cadavres mangés par les chiens : dans la Bible cette éventualité est présentée comme la peine la plus infamante pour le corps des pécheurs. À titre d’exemple, voir les prophéties d’Élie et Élisée à propos du destin de la reine Jézabel : « Les chiens mangeront la chair de Jézabel dans le camp de Jizreel. Et le cadavre de Jézabel sera comme du fumier sur la face des champs, dans le champ de Jizreel, de sorte qu’on ne pourra dire : c’est Jézabel » (2 Rois, 9, 36-37, mais dans le livre des Rois il y a beaucoup d’autres références).

56 ASN, SSAE, b. 4175, lettre de Contegna à Montealegre de 30 janvier 1743.

57 Ibid.

58 Ibid. Concernant la générosité des princes musulmans à l’égard des trinitaires et des mercédaires, Contegna la jugeait comme un pur geste « d’avidité puisque ces religieux s’occupent de la rançon des esclaves ».

59 Contrairement à ce qui se passait au XVIe siècle, quand la population acceptait sans problème la présence d’un lieu de culte musulman auprès du port, lieu dont la présence était d’ailleurs contestée par le Diocèse : cf. G. Boccadamo, Napoli e l’Islam, op. cit., p. 15-16.

60 ASN, SSAE, b. 4175, lettre de Contegna à Montealegre de 30 janvier 1743.

61 Ibid., lettre de Montealegre à Mustafà bey de 20 février 1743.

62 Ibid., lettre de Voschi à Montealegre de 7 septembre 1743.

63 Ibid., lettre de Montealegre à Voschi de 15 octobre 1743.

64 Cf. D. Carnevale, « Una ciudad bajo la ciudad. Las tipologías sepulcrales y su función social en una metrópolis mediterránea en el Antiguo Régimen : Nápoles en el siglo XVIII », TRACE, n° 58, 2010, p. 62-70.

65 Cf. D. Carnevale, L’affare dei morti, op. cit., p. 302-314.

66 Il s’agit d’un critère de gestion de l’espace sépulcral dont on trouve d’autres applications ailleurs, par exemple à Rome, où Fuga avait déjà, en 1745, réalisé un projet similaire pour le cimetière de l’hôpital San Spirito in Sassia. Cependant, l’établissement napolitain a sans doute été la réalisation la plus réussie de cette typologie architecturale.

67 Cf. D. Carnevale, L’affare dei morti, op. cit., p. 433-434.

68 Ibid., p. 469.

69 Ibid.

70 ASN, Ministero degli affari interni (dorénavant MAI), IIe inv., b. 719, n. 8394, lettre de 8 août 1837. Pour des considérations sur la conscience nationale montrée par la communauté anglaise à Naples cf. D.L. Caglioti, Vite parallele. Una minoranza protestante nell’Italia dell’Ottocento, Bologne, Il mulino, 2006, p. 136.

71 Ivi, b. 3571, lettre de l’intendant au ministre de l’Intérieur de 25 janvier 1851.

72 Cf. V. Giura, Storie di minoranze, op. cit., p. 141.

73 Dans le Royaume de Naples, en revanche, on vérifie le phénomène contraire. À Barletta, par exemple, où la communauté grecque était bien enracinée depuis des siècles, un cimetière ouvert aussi aux orthodoxes fut réalisé au début des années 1840.

74 ASN, MAI, IIe inv., b. 3571, lettre de l’ambassadeur russe Mutajanni de 10 janvier 1850.

75 ASN, MAI, IIe inv., b. 3571, lettre de l’ambassadeur russe Mutajanni de 10 janvier 1850.

76 ASN, MAI, IIe inv., lettre de l’évêque de 21 décembre 1850.

77 Ce site demeura en activité jusqu’au 1878, lorsque la communauté, maintenant libre de manifester son culte après l’unification italienne, obtint de la mairie un enclos proche du camposanto de Poggioreale.

78 Sur l’identification du cimetière avec la paroisse cf. M. Lauwers, Naissance du cimetière. Lieux sacrés et terre des morts dans l’Occident médiéval, Paris, Aubier, 2005.

79 J. Thibaut-Payen, Les Morts, l’Église et l’État, op. cit., p. 177.

80 D’autre part, l’historiographie récente a montré qu’à Rome aussi les autorités montraient la même attitude, cf. Fosi, Convertire lo straniero, op. cit.

Auteur

Birkbeck, University of London

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site