Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'orchestration de la mort

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

Autour du corps mort (XVIe-XVIIIe siècle)

La dernière mobilisation médicale contre l’inhumation dans les églises de France (1744-1776)

Joël Coste

Résumé

L’arrêt de l’inhumation des laïcs dans les églises de France constitua, à la fin du XVIIIe siècle, la manifestation la plus précoce et la plus emblématique de qui a été appelé « l’exil des morts ». Cet arrêt dut beaucoup à la mobilisation des médecins français aux côtés du clergé dans une campagne d’opinion visant les élites, mais aussi la population en général, d’abord rétive sinon hostile à l’exil des morts des églises. Cet article présente les temps forts de l’action médicale contre l’inhumation ad sanctos entre 1744 à 1776, puis analyse la conjonction des facteurs qui conduisit au déclassement, en trente ans à peine, d’une pratique plus que millénaire et encore très vivace au milieu du XVIIIe siècle.

The last Medical Mobilization against the Burial in the Churches of France (1744-1776)
The end of the practice of burying lay-persons within church buildings was the most early and emblematic manifestation of what has been called the “exile of the dead”. This end owed much to the engagement of French physicians alongside members of the clergy in a campaign to change opinions targeting elites but also the general population, which was reluctant if not hostile to the exile of the dead outside churches. This article presents the highlights of medical action against burial within church between 1744 and 1776 and then analyses the combination of factors which together result, in three decades, in the discrediting of a more than a millennium practice, still lively in the middle of the 18th century.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le dix mars 1776, répondant au « désir » des magistrats de son Royaume d’avoir « une loi capable de concilier […] la salubrité de l’air et ce que les règles ecclésiastiques peuvent permettre », Louis XVI déclarait que, désormais, « nulle personne ecclésiastique ou laïque, de quelque qualité, état et dignité qu’elle puisse être, à l’exception des archevêques, évêques, curés, patrons des églises et hauts-justiciers et fondateurs des chapelles, ne pourra être enterré dans les églises, même dans les chapelles publiques ou particulières, oratoires et généralement tous les lieux clos et fermés où les fidèles se réunissent pour la prière et célébration des saints mystères ; et ce pour quelque prétexte que ce soit1 ».

Bien que la déclaration royale ne fût ni immédiatement ni partout appliquée2, le processus d’abandon de l’inhumation des laïcs dans les églises de France était devenu irréversible. Cet abandon représenta, à n’en pas douter, la manifestation la plus précoce mais aussi la plus em...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540