Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'orchestration de la mort

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

Autour du corps mort (XVIe-XVIIIe siècle)

Respecter les défunts en servant la science : la dépouille des soldats décédés dans les hôpitaux militaires français (XVIIe-XVIIIe siècles)

Élisabeth Belmas

Résumé

Les hôpitaux militaires français des temps modernes constituent un cadre privilégié pour appréhender quelques-unes des règles régissant le statut du corps mort et des pratiques qui entouraient sa « gestion » dans une société profondément religieuse, mais où la sécularisation progressait dans différents domaines, notamment dans celui de l’assistance sanitaire. Au fil des cinq conflits qui ont marqué la fin du XVIIe et le XVIIIe siècle, tandis qu’un réseau d’hôpitaux militaires s’édifiait le long des frontières du royaume, les autorités militaires ont dû répondre à plusieurs défis : soigner un grand nombre d’hommes – pour beaucoup jusqu’à leur fin –, leur assurer une mort et un enterrement chrétiens, tout en utilisant l’opportunité scientifique que leurs dépouilles représentaient pour les missions de recherche et d’enseignement qui leur avaient été confiées. Ainsi, les règlements en vigueur dans les hôpitaux militaires se sont-ils davantage préoccupés d’organiser l’encadrement du mourant que de réglementer la cérémonie d’enterrement proprement dite, d’un extrême dépouillement, exception faite de l’Hôtel royal des Invalides où les honneurs militaires étaient rendus aux pensionnaires. Ils ont aussi imposé des gestes de respect à observer à l’égard des corps utilisés dans l’intérêt de la santé publique. Confrontées par ailleurs à la terrible nécessité de gérer un nombre important de cadavres lors des conflits, les autorités militaires ont été contraintes de mettre rapidement en œuvre des procédures qui en permettaient l’identification, la préparation et l’inhumation.

Respecting Death while Serving Science: The Bodies of Soldiers who died in French Military Hospitals (17th-18th Centuries)
Modern French military hospitals provide a privileged framework for understanding some of the rules governing the status of the dead body and the practices surrounding its "management" in a deeply religious society, where secularization was progressing in various areas, in particular in the area of health care. In the course of the five conflicts that marked the end of the 17th and the 18th centuries, while a network of military hospitals was being built along the borders of the kingdom, the military authorities had to face several challenges: They had to nurse lots of soldiers — for many until their end —, to ensure a Christian death and burial, while using the scientific opportunity that their remains represented for the missions of research and teaching entrusted to them. Thus, the regulations in force in the military hospitals have been more concerned with ensuring the supervision of the dying person than with regulating the burial ceremony, with the exception of the Royal Hotel des Invalides, where military honors were restored to the boarders. They have also imposed gestures of respect to be observed with regard to bodies used in the interest of public health. Faced with the dreadful need to manage a large number of corpses during conflicts, the military authorities were obliged to implement promptly procedures for their identification, preparation and burial.

Texte intégral

1Les hôpitaux militaires français des temps modernes constituent un cadre privilégié pour saisir quelques-unes des règles régissant le statut du corps mort et des pratiques qui entouraient sa « gestion », dans une société profondément religieuse, mais où la sécularisation progressait, notamment dans le domaine de l’assistance sanitaire.

2Au cours des cinq conflits qui marquèrent la fin du XVIIe et le XVIIIe siècle, tandis qu’un réseau d’hôpitaux militaires s’édifiait le long des frontières du royaume, les praticiens des armées se trouvèrent confrontés à plusieurs défis : soigner un grand nombre d’hommes – pour beaucoup jusqu’à leur fin –, leur assurer un enterrement chrétien sans négliger l’opportunité scientifique que leurs dépouilles représentaient pour les missions de recherche et d’enseignement qui leur avaient été confiées. Ils ont ainsi été amenés à définir des procédures qui, tout en respectant les préceptes religieux, facilitaient une « gestion » décente des restes des soldats morts, quel que soit le sort – inhumation directe ou anatomie préalable –, qui leur était réservé.

Les prescriptions de la religion chrétienne

3Les aumôniers attachés au service des malades dans les hôpitaux militaires devaient respecter les dispositions canoniques en vigueur dans le royaume pour l’accompagnement des mourants et l’enterrement des morts.

Les dispositions canoniques générales

  • 1 Durand de Maillane, Dictionnaire de Droit canonique et de pratique bénéficiale, Paris, Desaint & Sa (...)
  • 2 Encyclopédie théologique, t. 34 : M. l’abbé Mique, Dictionnaire de théologie dogmatique, liturgique (...)

4Les dispositions canoniques d’accompagnement des mourants, telles qu’elles avaient été fixées par le Concile de Trente et diffusées par la pastorale de la Réforme catholique, recommandaient aux prêtres d’administrer aux malades en danger de mort le sacrement de l’extrême-onction1. Ce sacrement possède les vertus d’effacer les péchés que le mourant ne serait plus en état de confesser, de lui apporter la force de supporter le mal et de mourir saintement ; il peut même aider le malade à recouvrer la santé corporelle, au cas où un tel rétablissement serait utile au salut de son âme. En principe, l’extrême-onction est donnée quand le malade possède encore sa pleine connaissance, après qu’il s’est confessé – si c’était encore possible – et qu’il ait reçu les sacrements de pénitence et d’eucharistie2.

  • 3 Durand de Maillane, Dictionnaire de Droit canonique et de pratique bénéficiale, Paris, Desaint & Sa (...)

5Après le décès du fidèle, les curés avaient le devoir de l’ensevelir dans l’église ou le cimetière de la paroisse, sauf lorsque le défunt avait choisi un autre lieu de sépulture ou que l’Église refusait de l’inhumer dans un lieu consacré. Le droit canonique prive en effet d’accompagnement spirituel et de funérailles religieuses les défunts exécutés pour un crime, les clercs d’une église frappée d’interdit, les coupables de rapine ou de profanation d’un lieu saint qui ont avoué leur crime sur leur lit de mort, à un moment où ils ne pouvaient plus le réparer ; le prêtre est également fondé à refuser le sacrement d’extrême-onction aux agonisants qui persistent à rester en état de péché public ou qui y sont morts sans manifester le désir d’en sortir. En outre, sont privés de sépulture en terre consacrée – cimetière ou église –, tous ceux qui, même absous, ont perdu la vie dans un tournoi ou dans un duel, et ceux qui ont été frappés d’excommunication pour un crime énorme comme les incendiaires ou les suicidés3.

  • 4 Ibid.

6Il appartenait au curé de fixer l’heure de la cérémonie funéraire et de venir, en personne, lever le corps pour le conduire dans l’église de la paroisse d’inhumation. Après y avoir reçu la bénédiction religieuse, les défunts étaient enfin ensevelis dans le cimetière de leur lieu de résidence ou de leur choix4.

7Tels étaient quelques-uns des préceptes gouvernant l’activité pastorale des aumôniers qui exerçaient leur ministère dans les hôpitaux militaires.

L’encadrement des âmes dans les hôpitaux militaires

  • 5 R. Burnand, L’Hôtel Royal des Invalides, 1670-1789, Paris-Nancy Berger-Levrault, 1913, p. 178-182.
  • 6 Archives du Service de Santé des Armées, Val-de-Grâce, carton 3, dossier 11 : 1788-1789, Tableau de (...)
  • 7 SHD, Ya 190, pensions et récompenses, id., ibid.
  • 8 Arch. dép. du Bas-Rhin, C 585, 1742-1770, Intendance, varia, affaires confessionnelles à l’hôpital (...)
  • 9 Ibid., id., f° 24, s.d., « questionnaire et réponses sur les droits des autres religions », id., ib (...)

8Cet encadrement pouvait être confié par contrat à une congrégation religieuse – c’était le cas dans les institutions hospitalières importantes –, il pouvait aussi être assuré par des séculiers venus de la paroisse dont l’hôpital dépendait et c’était en général la situation que connaissaient les hôpitaux de petite taille. À l’Hôtel royal des Invalides, dès 1675, l’ensemble du service du culte fut concédé par un contrat – renouvelé en 1680 et en 1730 puis à perpétuité –, à douze prêtres de la congrégation de la Mission, dont le nombre fut porté à vingt en 16805. À l’hôpital militaire de Strasbourg, capucins et récollets se partagèrent le salut des âmes et les cérémonies du culte à partir 1727. On recensait en 1788 onze aumôniers pour les onze hôpitaux militaires d’Alsace, parmi lesquels on dénombrait huit capucins, un récollet et deux séculiers6. En 1747, le royaume comptait quatre-vingt-huit aumôniers « militaires » brevetés, placés sous l’autorité du Grand Aumônier de France ; ils se répartissaient en quarante récollets, dix-neuf capucins, quatre augustins, quatre cordeliers, deux minimes et treize séculiers7. Dans les régiments étrangers – suisses et allemands –, cantonnés à Strasbourg, la liberté confessionnelle fut garantie dès 17428 – en dépit de frictions répétées avec les aumôniers catholiques –, et les soldats réformés, hospitalisés dans une salle séparée, recevaient la visite d’un pasteur, lequel était aussi chargé de « veiller aux enterrements9 ».

 

  • 10 BnF, Imp., F 5002 (916-980), Actes royaux, « Règlement que le Roy veut estre observé à l’avenir dan (...)
  • 11 Ibid., F 40 844, Paris, Imprimerie royale, 1757, « Ordonnance du Roy portant règlement général conc (...)

9Les tâches pastorales remplies par les aumôniers des hôpitaux militaires furent précisées dès 1718 par les articles 36, 37, 38 et 39 du Règlement que le Roy veut être observé dans les hôpitaux de ses troupes et elles varièrent relativement peu dans les règlements et les ordonnances ultérieurs en 1728, 1747, 1781 et 178810. En premier lieu, venaient les tâches religieuses. L’aumônier avait l’obligation de confesser les malades à leur arrivée ou dans les 24 heures qui suivaient, un délai porté à trois jours après l’admission à partir de 1728. Il était tenu de dire la messe tous les jours, à heure fixe, et la prière tous les soirs, avant d’effectuer une ronde dans les salles et d’y prononcer régulièrement des « exhortations ». Comme l’aumônier devait être en mesure d’administrer les derniers sacrements à tout moment, il couchait dans l’hôpital ou du moins « très à portée ». Si deux prêtres se partageaient la charge, l’un d’entre eux restait toujours de service sur place11.

 

  • 12 BnF, Imp., F 5002 (916-980), Actes royaux, « Règlement que le Roy veut estre observé à l’avenir dan (...)
  • 13 Ibid., F 40 844, Paris, Imprimerie royale, 1757, « Ordonnance du Roy portant règlement général conc (...)
  • 14 Ibid., id., art. IX, p. 106.
  • 15 Ibid., id., art. X, p. 106.
  • 16 Ibid., id., art. XII, p. 107-108.

10L’autre mission de l’aumônier concernait la tenue de l’état civil, dont le clergé avait la responsabilité dans toutes les paroisses du royaume depuis 1539. Il tenait « un registre fidèle des morts, signé à la fin du mois par deux officiers de l’hôpital et le commissaire des guerres » ; ce registre étant conforme à celui de l’entrepreneur12. L’agencement des registres des décès se précisa à partir de 1747, lorsque l’inscription du nom de guerre y fut rendue obligatoire ainsi que celle du lieu de naissance – avec l’indication de l’élection, du bailliage, de la sénéchaussée ou de la châtellenie où ce lieu était situé –, le nom du régiment et de la compagnie où servait le défunt, la date de son entrée à l’hôpital et celle de son décès13. L’aumônier devait également annoncer le décès en délivrant deux certificats – contresignés par le commissaire des guerres –, destinés au régiment du défunt, « d’où le capitaine ou officier commandant la compagnie en son absence en fera passer un à la famille14 ». Il était enfin chargé d’adresser « le premier du mois suivant au Secrétaire d’État à la Guerre, un extrait de son registre pour le courant du mois précédent15 ». Dès lors, « pour assurer la connaissance nécessaire à l’ordre des successions et au repos des familles des Soldats, Cavaliers et Dragons décédés au service du Roy », le Secrétariat d’État à la Guerre put établir un registre alphabétique détaillé, « régiment par régiment et compagnie par compagnie des militaires morts dans les hôpitaux du royaume » ; une précaution qui lui permettait de délivrer des extraits officiels si les registres des hôpitaux et les certificats mortuaires venaient à disparaître16.

11Jusqu’en 1747, les ordonnances royales restèrent muettes sur le traitement réservé à la dépouille mortelle des soldats. C’est à ce moment-là que la question de l’appartenance juridique du corps et celle de son sort furent soulevées.

Le respect dû aux militaires défunts

  • 17 BnF, Imp., F 5002 (916-980), Actes royaux, « Règlement que le Roy veut estre observé à l’avenir dan (...)

12Si en 1718 et en 1728, les textes mentionnaient les problèmes posés par la succession des soldats et des officiers – de leurs biens comme de leurs effets personnels17 –, c’est à partir de l’ordonnance du 1er janvier 1747 que les lettres patentes réglant le fonctionnement des hôpitaux militaires comportèrent désormais plusieurs articles intitulés « Des morts et de leur sépulture ». L’ordonnance de 1747, qui entendait rassembler et compléter l’ensemble des dispositions antérieures, fixa le traitement à réserver aux corps des soldats défunts. Deux aspects en ressortent : une « gestion médicale » du corps mort d’abord, un enterrement religieux sans cérémonie ensuite.

Une « gestion médicale » du corps des soldats défunts

13Tout en recommandant d’observer le plus grand respect envers les défunts, les textes en confiaient la « gestion » au personnel soignant.

  • 18 Ibid., F 40 844, Paris, Imprimerie royale, 1757, « Ordonnance du Roy portant règlement général conc (...)
  • 19 C. Jones, The charitable Imperative. Hospital and Nursing in Ancien Regime and Revolutionary France(...)
  • 20 SHD-DAT, 1 Xy, Liasse 1, layette 8, Description generale de l’Hotel Royal des Invalides et de l’éta (...)
  • 21 BnF, Imp. F 4775 (6), « Règlement sur les détails intérieurs des hôpitaux militaires du 1er septemb (...)

14Que prévoyaient en effet les différents articles des titres XVIII et XXV de l’ordonnance de 1747, à peine modifiés en 1781 et 1788 ? De 1747 à 1781, « immédiatement après le décès d’un malade ou blessé, le corps sera transporté par les infirmiers de quartier dans le lieu qui sera destiné à cet effet dans l’hôpital18 ». Le terme générique « infirmiers » englobait alors des civils – les fraters –, et surtout des clercs, des religieuses – très souvent des Filles de la Charité comme à l’Hôtel royal des Invalides, à Belle-Île et à Bayonne à partir de 1711 –, ainsi que des religieux tels les Frères de la Charité à Dunkerque19. Il est à noter que les hôpitaux militaires disposaient au moins d’une pièce « destinée aux ensevelissements », une morgue en vérité, dont on trouve mention dès 1676 dans les « infirmeries » de l’Hôtel des Invalides20. À la fin du XVIIIe siècle, en 1788, le constat du décès était effectué par le chirurgien de la salle où le malade était alité ; il examinait le corps et ordonnait « l’ensevelissement ». Une fois le corps déposé à la morgue, le « chirurgien-visiteur » dressait un procès-verbal du décès, mentionnant l’heure de la mort, l’examen pratiqué et le numéro de lit du défunt ; le dossier était remis ensuite à l’économe et au commissaire des guerres21.

 

  • 22 Ibid., F 40 844, Paris, Imprimerie royale, 1757, « Ordonnance du Roy portant règlement général conc (...)
  • 23 Ibid., id., art. II, p. 102.
  • 24 P.-A. Havé, op. cit., p. 111-113.
  • 25 H.-J.-M.-J. Leclair, Les hôpitaux militaires de Lille avant la Révolution. Essai historique, thèse (...)
  • 26 Id., op. cit., p. 46.

15L’enterrement se déroulait au plus tôt 24 heures après le décès, une précaution courante à l’époque pour éviter l’inhumation de malades plongés dans un état de catalepsie22. Seuls le médecin et le chirurgien-major pouvaient décider d’abréger le délai légal d’attente, en cas de « corruption » du corps par la chaleur ambiante, par peur des épidémies aussi ou pour d’autres motifs tenant à « la salubrité de l’hôpital23 ». En temps normal, les hôpitaux militaires géraient un flux de décès modéré mais non négligeable. À l’hôpital militaire de Strasbourg, le plus important du royaume, on dénombrait entre onze et quarante-quatre décès quotidiens, en août et septembre 173424. Par contre, durant les conflits, les hôpitaux militaires devaient affronter l’afflux de nombreux blessés dans un état critique, à l’issue des combats. Ainsi, 3 872 blessés furent-ils évacués sur Lille, après la bataille de Fontenoy le 11 mai 1745. Les hommes de troupe furent accueillis dans les églises et les cloîtres des communautés religieuses pendant que les officiers étaient hébergés dans les hôpitaux de Comtesse, de Saint-Sauveur, dans le collège des pères jésuites, dans des auberges aussi et chez les bourgeois et les habitants de la ville, y compris les nobles et les ecclésiastiques normalement dispensés du logement des gens de guerre25. Sur les 3 872 blessés soignés à Lille, 654 succombèrent soit 16,88 %, qu’il fallut enterrer rapidement26.

 

  • 27 BnF, Imp. F 4775 (6), « Règlement sur les détails intérieurs des hôpitaux militaires du 1er septemb (...)

16Les préconisations des chapitres consacrés aux morts et à leur sépulture dans les ordonnances royales – qu’il s’agisse du respect dû aux soldats défunts, du souci d’identifier les corps ou des précautions d’hygiène à respecter –, donnent a contrario une idée des pratiques en vigueur, que la loi entendait réformer. Ainsi, était-il défendu aux infirmiers de laisser un cadavre dans les salles ou les lieux de passage, sous peine d’être punis. Les corps, enveloppés dans un suaire muni d’une étiquette signalant l’heure du décès, devaient reposer sur des tables dans une salle de dépôt, allongés à visage découvert, la tête surélevée, la face tournée vers le haut27. La présence de l’aumônier n’était pas mentionnée dans les textes ; il était requis seulement pour l’enterrement. Un lent processus de sécularisation de la mort semble alors s’engager, en concomitance avec le mouvement de laïcisation de l’assistance sanitaire qui caractérise l’époque moderne.

L’enterrement

  • 28 Ibid., id., F 40844, « Ordonnance du Roy portant règlement général concernant les hôpitaux militair (...)
  • 29 R. Burnand, op. cit., p. 193, note (2) « Contrat du 3 janvier 1680 » et note (3), « Lettre de d’Arg (...)

17Au dépouillement de la cérémonie d’enterrement en usage dans les hôpitaux militaires, s’opposait la solennité des honneurs réservés aux pensionnaires de l’Hôtel royal des Invalides. L’inhumation se déroulait à l’aube, autant que possible. Dans les hôpitaux militaires, l’aumônier présent à l’enterrement récitait les prières des morts ; les textes réglementaires ne mentionnant pas la célébration d’un office28. À l’Hôtel royal des Invalides, les funérailles des pensionnaires revêtaient un caractère plus solennel, à la fois religieux et militaire, respectant la hiérarchie des armées. Alors que quatre ecclésiastiques – un minimum fixé par les textes –, suivaient le convoi des anciens soldats et célébraient une messe basse, ils étaient six à accompagner le convoi des officiers et à chanter une messe haute. L’ampleur des honneurs militaires augmentait avec le grade : un lieutenant, par exemple, recevait les honneurs d’un piquet de vingt soldats, d’un tambour et d’un sergent commandés par un lieutenant29.

  • 30 P.-A. Havé, op. cit., p. 105.
  • 31 H.-J.-M.-J. Leclair, op. cit., p. 43-44.
  • 32 Id., ibid., p. 43-44.
  • 33 R. Burnand, op. cit., p. 194.
  • 34 Les textes fixent les caractéristiques techniques de la fosse mortuaire creusée à quatre pieds de p (...)
  • 35 R. Burnand, op. cit., p. 194.
  • 36 Id. ; Ibid., note (2) « Lettres du 8 et du 22 mars 1788 » – « Lettre du 1er avril 1788 », Registre (...)

18Les cimetières où l’on enterrait les soldats décédés étaient situés à proximité des hôpitaux militaires voire en dépendaient, comme à Strasbourg, où il s’étendait sur l’esplanade jouxtant l’hôpital avant d’être transféré, en 1753, en dehors des fortifications30. Pendant les conflits, il fallait improviser des sépultures dans l’urgence : on enfouissait alors les corps des soldats défunts dans de grandes fosses communes que l’on creusait au fur et à mesure dans les cimetières paroissiaux. C’est ce qui se produisit à Lille en 1745, après la bataille de Fontenoy31. Chaque jour, de grand matin, des chariots venaient chercher les morts de la journée précédente et de la nuit pour les transporter dans les cimetières ouverts aux faubourgs des Malades et de Saint-André ; ils y étaient ensevelis dans de larges fosses carrées, où l’on jetait un mélange de terre et de chaux vive pour éviter les épidémies. Les morts des troupes anglaises, hollandaises et hanovriennes étaient inhumés à côté desdits cimetières, hors de l’enclos consacré32. À l’Hôtel royal des Invalides, simples soldats et officiers étaient enterrés dans l’enceinte de l’institution. Trois cimetières y furent ouverts successivement, sur la partie occidentale du bâtiment, puis abandonnés car ils étaient devenus trop exigus33. Un quatrième cimetière fut aménagé, toujours sur la façade ouest de l’Hôtel, à proximité de la pompe, ce qui était malsain34. Les occupants du « Bâtiment neuf » – un corps de logis achevé en 1750 et qui hébergeait les officiers –, se plaignaient des exhalaisons insupportables qui en émanaient et du triste spectacle qui s’offrait à leurs yeux. Lorsque le règlement de 1er septembre 1788 ordonna de déplacer les cimetières situés à l’intérieur ou à proximité des hôpitaux, l’Hôtel royal des Invalides se vit assigner pour lieu de sépulture le cimetière de Saint-Sulpice, situé dans le village de Vaugirard, à l’extrémité de l’avenue de Breteuil35. Jusqu’en 1788, la coutume voulait que les officiers de l’État-major de l’Hôtel des Invalides soient inhumés dans la crypte de l’Église Saint-Louis, bien qu’aucun texte formel n’en autorise l’usage ; s’y étaient ajoutés au fil du temps, les familles des membres de l’État-major vivant à l’Hôtel, les médecins et chirurgiens-majors et leurs familles, ainsi que les prêtres de la Mission. C’est le maréchal de Ségur, ministre de la Guerre en 1788, qui interdit tout ensevelissement dans les cryptes de l’église : « cela étant une offense à la Divinité et seulement un moyen d’aller un peu plus tard au cimetière », écrit-il dans une lettre du 1er avril 178836. L’application de l’édit du 10 mars 1776 proscrivant les sépultures au sein des églises, à l’exception de celles des évêques et des prêtres de la paroisse, paraît ici bien tardive.

Les exigences de la science médicale et chirurgicale

19Cependant, il fallait concilier le respect dû aux corps des soldats décédés avec les missions scientifiques croissantes de la médecine et de la chirurgie militaires, lesquelles nécessitaient « l’ouverture » des cadavres. Les hôpitaux militaires présentaient en outre l’avantage de disposer d’un nombre important de corps, qu’aucune famille ne venait réclamer. C’est dans ce contexte que la législation des hôpitaux militaires s’efforça d’encadrer les pratiques d’autopsie.

La connaissance des traumatismes et des maladies

  • 37 BnF Imp., F 23619 (7), Actes royaux 1708-janv-février, « Édit du Roi portant création d’offices de (...)
  • 38 BnF Imp., F 5002 (918), Actes royaux, « Règlement que le Roi veut estre observé à l’avenir dans les (...)
  • 39 Ibid., F 40844, « Ordonnance du Roy portant règlement général concernant les hôpitaux militaires, d (...)

20Deux motifs furent avancés successivement dans et par les textes. Il s’agissait tout d’abord de mieux connaître les maladies et les traumatismes qui touchaient les populations militaires. Dès la création du service de santé des armées en janvier 1708, les médecins et les chirurgiens des hôpitaux militaires furent chargés de collecter et de transmettre des informations médicales. Ils devaient non seulement rendre compte aux « conseillers médecins et chirurgiens inspecteurs généraux des Armées de Terre et des hôpitaux des villes frontières et des Places de guerre » du nombre de malades et de blessés hospitalisés et confiés à leurs soins mais aussi les avertir de la nature des maladies et des blessures dont ces derniers souffraient, de la fréquence desdits maux, tous renseignements qui étaient ensuite communiqués au secrétaire d’État à la guerre37. À partir de 1718, « l’ouverture des cadavres » apparaît comme une méthode employée couramment pour étudier les pathologies. Médecins et chirurgiens majors étaient tenus de « faire observations et remarques utiles, tant par ouverture des cadavres qu’autrement », d’en dresser « un état circonstancié et raisonné, pour estre led. estat envoyé au secrétaire d’État de la guerre38 ». L’ordonnance de 1747 confirma ce moyen d’investigation : elle enjoignait aux médecins et aux chirurgiens des hôpitaux du roi « en cas de soupçon de maladie épidémique ou autres cas singuliers, de faire ou faire faire en leur présence ouverture des cadavres, à l’effet d’acquérir la connoissance des causes desdits cas et maladies, nécessaires à leur traitement39 » ; ils rédigeaient un rapport de leurs observations – « s’il y en a faire qui leur paroissent importantes » –, qu’ils adressaient sans tarder à « l’intendant du département » et au secrétaire d’État à la guerre ; un ensemble d’instructions qui fut repris dans des termes quasi identiques par l’ordonnance du 2 mai 1781 :

  • 40 Ibid., F 5002(1894), op. cit., f.(22), « Ordonnance du Roi portant règlement général concernant les (...)

Si les symptômes d’une maladie avoient donné l’indication de quelque épidémie, ou si l’incertitude des caractères avoient empêché d’en connoître la cause, les Médecins et Chirurgiens-majors feront ou feront faire, en leur présence, l’ouverture des cadavres, à l’effet d’acquérir les notions capables de déterminer, dans des cas semblables, l’application du traitement le plus convenable : ils dresseront procès-verbal de ce qu’ils auront remarqué d’intéressant, et l’adresseront sur le champ à l’intendant de la province et au Secrétaire d’État ayant le département de la Guerre40.

  • 41 Ibid., F 5002 (918), Actes royaux, « Règlement que le Roi veut estre observé à l’avenir dans les hô (...)
  • 42 Ibid., F 21801, Recueil des édits, déclarations, ordonnances, arrêts et règlemens concernant l’Hôte (...)
  • 43 Ibid., F 5002 (1097), « Règlement que le Roy veut estre observé à l’avenir dans les hôpitaux de ses (...)

21En second lieu, les textes invoquaient la nécessité de pratiquer des anatomies pour améliorer la formation des médecins, des chirurgiens des hôpitaux et des régiments ainsi que des auxiliaires de soin, garçons chirurgiens et infirmiers. Le règlement du 20 décembre 1718 mentionna, le premier, l’obligation faite au chirurgien – major de dispenser « autant qu’il pourra, un cours d’opérations de chirurgie et d’anatomie », à l’intention des chirurgiens de son hôpital pour les « fortifier dans l’exercice de leur art et pour y former des élèves qui puissent devenir utiles41 ». Des dispositions semblables furent imposées en février 1727 à l’Hôtel royal des Invalides – où se pratiquaient déjà des autopsies42 –, avant d’être étendues en novembre 1728 aux principaux hôpitaux militaires du royaume : le médecin y était chargé de donner tous les ans « un cours de médecine et le chirurgien-major pendant l’hiver un cours d’anatomie et d’opérations ». En outre, durant l’été, celui-ci assumait la responsabilité d’un « cours d’ostéologie et de bandages, ausquels cours les garçons chirurgiens seront obligez d’assister pour se former ou s’entretenir dans l’exercice de leur art et pour y former des élèves43 ».

  • 44 Ibid., 42856 (2), « Règlement concernant les amphithéâtres des hôpitaux militaires de Strasbourg, M (...)

22La vocation d’instruction des hôpitaux militaires prit une ampleur nouvelle avec la création en 1775 des trois hôpitaux amphithéâtres de Strasbourg, Metz et Lille, portés à cinq en 1781 par l’adjonction de Brest et Toulon44. Les démonstrations d’anatomie, qui entraient dans les sept matières enseignées, étaient désormais confiées au premier chirurgien-aide-major qui prenait le nom de « démonstrateur » ; les dissections y étaient réalisées sous la direction du second chirurgien aide-major, lequel dépendait du « démonstrateur ».

La surveillance des abus

  • 45 Ibid., F 21801, Recueil des édits, … concernant l’Hôtel Royal des Invalides, op. cit., « Règlement (...)
  • 46 Ibid., id.
  • 47 Ibid., F 5002 (1519), Actes royaux, op. cit., f. (33), « Ordonnance du Roi, portant règlement pour (...)

23La pratique régulière des anatomies dans les hôpitaux militaires ne manqua pas d’entraîner divers abus. Dès 1727, celles-ci étaient strictement encadrées à l’Hôtel royal des Invalides, où « l’abondance » de morts dont les familles ne se manifestaient pas avait très probablement donné lieu à un trafic auprès des praticiens et des étudiants parisiens, toujours à la recherche d’un sujet d’étude. Les leçons d’anatomie étaient ouvertes de novembre à Pâques. En étaient exclus les corps des officiers et ceux des soldats pour lesquels un service religieux était célébré, témoignant de l’existence d’une parentèle. Les chirurgiens recevaient un corps par semaine – aucune exception n’étant admise, sous peine de punition – ; ils pouvaient le garder quatre jours, à l’expiration desquels ils le restituaient au curé de l’Hôtel pour qu’il soit procédé à son enterrement45. Seul le chirurgien-major en chef était habilité à délivrer l’ordre d’enlever les corps. Il devait non seulement distribuer en personne le travail à ses élèves, inspecter tous les jours ce qui se passait « au cabinet de l’anatomie », mais encore confier la préparation de l’ouvrage à celui des fraters dont il était « le plus asseuré afin que tout se passe avec décence » ; il effectuait enfin lui-même les démonstrations. Les Filles de la Charité, qui administraient les « infirmeries » de l’Hôtel des Invalides, fournissaient au « garçon-chirurgien préposé par le chef de quoi ensevelir les sujets dont on se sera servi ». Il fallait également que les corps soient rendus entiers « en présence d’une des sœurs désignées par la supérieure46 ». Ces principes de « décence » furent rappelés avec fermeté dans l’ordonnance du 18 novembre 1766 portant règlement pour les cours d’anatomie dans l’Hôtel Royal des Invalides qui ajoutait en préambule : « il ne peut rien s’y passer de contraire aux bonnes mœurs qui doivent etre principalement respectées dans un monument de la piété et de l’affection paternelle du Monarque qui l’a érigé ». Pour « prévenir les abus qui pourroient s’introduire à cet égard », les leçons d’anatomie étaient finalement restreintes aux chirurgiens de l’Hôtel tandis que le curé de l’Hôtel royal et les sœurs de la Charité se voyaient confier la surveillance des conditions dans lesquelles se déroulerait l’enlèvement des corps par les garçons-chirurgiens – pendant la messe, à laquelle devaient assister les pensionnaires, ou « le soir, après la retraite », afin d’éviter tout émoi –, et leur restitution après l’anatomie47.

Conclusion

24Confrontées à la nécessité de gérer un nombre important de cadavres, en particulier lors des conflits, les autorités militaires édictèrent assez rapidement des procédures qui en permettaient l’identification, la préparation et l’inhumation.

25Confrontés également à la double nécessité de respecter les préceptes religieux entourant l’inhumation des défunts et d’utiliser leurs corps dans l’intérêt des sciences médicales, les règlements en application dans les hôpitaux militaires s’attachèrent davantage à l’assistance des mourants qu’aux cérémonies d’enterrement proprement dites, d’un extrême dépouillement, exception faite de l’Hôpital royal des Invalides où les honneurs militaires étaient rendus aux pensionnaires. Les textes définirent parallèlement des règles de « bonne conduite » envers les morts dont les dépouilles serviraient aux anatomies.

26Ces principes imposés par les règlements successifs, de plus en plus précis, étaient-ils respectés dans les quatre-vingt-dix hôpitaux militaires que comptait le royaume à la veille de la Révolution ? À l’Hôtel royal des Invalides indéniablement, malgré des abus largement dénoncés. Ailleurs, rien n’est moins sûr… Seule une étude menée hôpital par hôpital permettrait d’obtenir une réponse plus assurée.

Notes

1 Durand de Maillane, Dictionnaire de Droit canonique et de pratique bénéficiale, Paris, Desaint & Saillant, 1761, t. 1, p. 608 : « Extrême-onction » ; t. 2, p. 696-697 : « Sacremens ».

2 Encyclopédie théologique, t. 34 : M. l’abbé Mique, Dictionnaire de théologie dogmatique, liturgique, canonique et disciplinaire, vol. 2, DAG-IVE, Paris, Ateliers catholiques au Petit-Montrouge, 1850, col 751-757 : « Extrême-onction ».

3 Durand de Maillane, Dictionnaire de Droit canonique et de pratique bénéficiale, Paris, Desaint & Saillant, 1761, t. 2, p. 727-732 : « Sépulture ».

4 Ibid.

5 R. Burnand, L’Hôtel Royal des Invalides, 1670-1789, Paris-Nancy Berger-Levrault, 1913, p. 178-182.

6 Archives du Service de Santé des Armées, Val-de-Grâce, carton 3, dossier 11 : 1788-1789, Tableau de l’ancienne administration des Hôpitaux militaires, dans P.-A. Havé, Médecins, chirurgiens et apothicaires du Roi : L’hôpital militaire de Strasbourg et ses praticiens au XVIIIe siècle, thèse de doctorat en histoire, Université de Strasbourg, 2011, p. 104.

7 SHD, Ya 190, pensions et récompenses, id., ibid.

8 Arch. dép. du Bas-Rhin, C 585, 1742-1770, Intendance, varia, affaires confessionnelles à l’hôpital militaire de Strasbourg, f° 16, Versailles, 28 mars 1742, lettre de d’Argenson à Brou, id., ibid., p. 106.

9 Ibid., id., f° 24, s.d., « questionnaire et réponses sur les droits des autres religions », id., ibid.

10 BnF, Imp., F 5002 (916-980), Actes royaux, « Règlement que le Roy veut estre observé à l’avenir dans les hôpitaux de ses troupes, du 20 décembre 1718 », p. 7-8 ; Ibid. F 5002 (1097), « Règlement que le Roy veut estre observé à l’avenir dans les hôpitaux de ses troupes, à commencer au 1er janvier 1729, du 22 novembre 1728 », art. XXV, p. 6 ; Ibid., F 40 844, Paris, Imprimerie royale, 1757, « Ordonnance du Roy portant règlement général concernant les hôpitaux militaires du 1er janvier 1747 », Titre XVIII : « Des morts et de leur sépulture », p. 101-108 et 135 ; Ibid., F 5002 (1984), « Ordonnance du Roi portant règlement général concernant les hôpitaux militaires du 2 may 1781 », p. 1-18 ; Ibid., F 4775 (6), « Règlement sur les détails intérieurs des hôpitaux militaires du 1er septembre 1788 », Titre XVI : « Des morts et de leur sépulture », p. 57-58.

11 Ibid., F 40 844, Paris, Imprimerie royale, 1757, « Ordonnance du Roy portant règlement général concernant les hôpitaux militaires du 1er janvier 1747 », titre XXV : « De l’Aumônier », art. II, p. 175.

12 BnF, Imp., F 5002 (916-980), Actes royaux, « Règlement que le Roy veut estre observé à l’avenir dans les hôpitaux de ses troupes, du 20 décembre 1718 », art. XXXVIII, p. 8.

13 Ibid., F 40 844, Paris, Imprimerie royale, 1757, « Ordonnance du Roy portant règlement général concernant les hôpitaux militaires du 1er janvier 1747 », Titre XVIII : « Des morts et de leur sépulture », art. VI, VII, VIII, IX et X, p. 104-106, p. 106.

14 Ibid., id., art. IX, p. 106.

15 Ibid., id., art. X, p. 106.

16 Ibid., id., art. XII, p. 107-108.

17 BnF, Imp., F 5002 (916-980), Actes royaux, « Règlement que le Roy veut estre observé à l’avenir dans les hôpitaux de ses troupes, du 20 décembre 1718 », art. XXXIX, p. 8.

18 Ibid., F 40 844, Paris, Imprimerie royale, 1757, « Ordonnance du Roy portant règlement général concernant les hôpitaux militaires du 1er janvier 1747 », Titre XVIII : « Des morts et de leur sépulture », art. I, p. 101 ; Ibid., F 4775 (6), « Règlement sur les détails intérieurs des hôpitaux militaires du 1er septembre 1788 », Titre XVI : « Des morts et de leur sépulture », art. II, p. 57.

19 C. Jones, The charitable Imperative. Hospital and Nursing in Ancien Regime and Revolutionary France, London & New York, Routledge, 1989, p. 162-176. Voir aussi J.-P. Gutton, « La mise en place du personnel soignant dans les hôpitaux français (XVIe-XVIIIe siècles) », Bulletin de la Société Française d’Histoire des Hôpitaux, 54 (1987), p. 11-19.

20 SHD-DAT, 1 Xy, Liasse 1, layette 8, Description generale de l’Hotel Royal des Invalides et de l’établissement des sœurs de la Charité, entrée le 16 febvrier de l’année 1676 pour le service des malades desdites infirmeries, n. f.

21 BnF, Imp. F 4775 (6), « Règlement sur les détails intérieurs des hôpitaux militaires du 1er septembre 1788 », Titre XVI : « Des morts et de leur sépulture », art. III, p. 58.

22 Ibid., F 40 844, Paris, Imprimerie royale, 1757, « Ordonnance du Roy portant règlement général concernant les hôpitaux militaires du 1er janvier 1747 », Titre XVIII : « Des morts et de leur sépulture », art. II, p. 102.

23 Ibid., id., art. II, p. 102.

24 P.-A. Havé, op. cit., p. 111-113.

25 H.-J.-M.-J. Leclair, Les hôpitaux militaires de Lille avant la Révolution. Essai historique, thèse pour le doctorat en médecine, Lille, H. Morel, 1925, p. 39-41.

26 Id., op. cit., p. 46.

27 BnF, Imp. F 4775 (6), « Règlement sur les détails intérieurs des hôpitaux militaires du 1er septembre 1788 », Titre XVI : « Des morts et de leur sépulture », art. IV, p. 58.

28 Ibid., id., F 40844, « Ordonnance du Roy portant règlement général concernant les hôpitaux militaires du 1er janvier 1747 », art. III, p. 102.

29 R. Burnand, op. cit., p. 193, note (2) « Contrat du 3 janvier 1680 » et note (3), « Lettre de d’Argenson au comte de la Serre réglant l’ordre des détachements qui devaient assister aux funérailles, Versailles, 1er avril 1754 ».

30 P.-A. Havé, op. cit., p. 105.

31 H.-J.-M.-J. Leclair, op. cit., p. 43-44.

32 Id., ibid., p. 43-44.

33 R. Burnand, op. cit., p. 194.

34 Les textes fixent les caractéristiques techniques de la fosse mortuaire creusée à quatre pieds de profondeur au minimum (1,30 m). Il fallait que les corps ensevelis soient recouverts de terre bien foulée. Enfin, les lois précisaient que les fossoyeurs convaincus d’avoir dérobé les linceuls entourant les défunts seraient emprisonnés et punis, BnF Imp., F 40 844, « Ordonnance du Roy portant règlement général concernant les hôpitaux militaires, du 1er janvier 1747 », Paris, Imp. Royale, 1747, Tit XVIII, art. IV, p. 102-103.

35 R. Burnand, op. cit., p. 194.

36 Id. ; Ibid., note (2) « Lettres du 8 et du 22 mars 1788 » – « Lettre du 1er avril 1788 », Registre des séances du conseil d’administration, IV.

37 BnF Imp., F 23619 (7), Actes royaux 1708-janv-février, « Édit du Roi portant création d’offices de conseillers de S.M., Médecins et Chirurgiens Inspecteurs généraux et Majors à la suite des Armées, dans tous les Hôpitaux, Villes Frontières et anciens Regiments », janvier 1708, p. 4.

38 BnF Imp., F 5002 (918), Actes royaux, « Règlement que le Roi veut estre observé à l’avenir dans les hôpitaux de ses troupes du 20 décembre 1718 », art. XXXV, p. 7.

39 Ibid., F 40844, « Ordonnance du Roy portant règlement général concernant les hôpitaux militaires, du 1er janvier 1747 », Titre XVIII, art. V, p. 103-104.

40 Ibid., F 5002(1894), op. cit., f.(22), « Ordonnance du Roi portant règlement général concernant les hôpitaux militaires du 2 mai 1781 », Titre XVIII, art. 1er, § 5, p. 56-57.

41 Ibid., F 5002 (918), Actes royaux, « Règlement que le Roi veut estre observé à l’avenir dans les hôpitaux de ses troupes du 20 décembre 1718 », art. XXI, p. 4.

42 Ibid., F 21801, Recueil des édits, déclarations, ordonnances, arrêts et règlemens concernant l’Hôtel Royal des Invalides, Imprimerie Royale, Paris, 1781 « Règlement pour les chirurgiens par rapport à l’anatomie du 13 février 1727 », p. 291.

43 Ibid., F 5002 (1097), « Règlement que le Roy veut estre observé à l’avenir dans les hôpitaux de ses troupes, à commencer au 1er janvier 1729, du 22 novembre 1728 », art. XVII, p. 4. L’article XVIII ajoute que « dans les hôpitaux où il n’y a point de médecin, tout ce qui leur est enjoint par le présent règlement, sera executé par le chirurgien-Major ».

44 Ibid., 42856 (2), « Règlement concernant les amphithéâtres des hôpitaux militaires de Strasbourg, Metz, Lille, Brest et Toulon du 2 mai 1781 », art. I, p. 1-4. Les huit matières enseignées dans les hôpitaux amphithéâtre étaient : Médecine théorique et pratique, Chirurgie, Anatomie, Pharmacie, Chimie et Botanique.

45 Ibid., F 21801, Recueil des édits, … concernant l’Hôtel Royal des Invalides, op. cit., « Règlement pour les chirurgiens par rapport à l’anatomie du 13 février 1727 », p. 291. Le contingent d’un corps par semaine était jugé « suffisant pour l’instruction des chirurgiens commençans sans que qui que ce soit puisse sans exception en exiger aucun autre ».

46 Ibid., id.

47 Ibid., F 5002 (1519), Actes royaux, op. cit., f. (33), « Ordonnance du Roi, portant règlement pour les cours d’Anatomie dans l’Hôtel Royal des Invalides du 18 novembre 1766 », p. 1-2.

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site