Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'orchestration de la mort

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

Autour du corps mort (XVIe-XVIIIe siècle)

Respecter les défunts en servant la science : la dépouille des soldats décédés dans les hôpitaux militaires français (XVIIe-XVIIIe siècles)

Élisabeth Belmas

Résumé

Les hôpitaux militaires français des temps modernes constituent un cadre privilégié pour appréhender quelques-unes des règles régissant le statut du corps mort et des pratiques qui entouraient sa « gestion » dans une société profondément religieuse, mais où la sécularisation progressait dans différents domaines, notamment dans celui de l’assistance sanitaire. Au fil des cinq conflits qui ont marqué la fin du XVIIe et le XVIIIe siècle, tandis qu’un réseau d’hôpitaux militaires s’édifiait le long des frontières du royaume, les autorités militaires ont dû répondre à plusieurs défis : soigner un grand nombre d’hommes – pour beaucoup jusqu’à leur fin –, leur assurer une mort et un enterrement chrétiens, tout en utilisant l’opportunité scientifique que leurs dépouilles représentaient pour les missions de recherche et d’enseignement qui leur avaient été confiées. Ainsi, les règlements en vigueur dans les hôpitaux militaires se sont-ils davantage préoccupés d’organiser l’encadrement du mourant que de réglementer la cérémonie d’enterrement proprement dite, d’un extrême dépouillement, exception faite de l’Hôtel royal des Invalides où les honneurs militaires étaient rendus aux pensionnaires. Ils ont aussi imposé des gestes de respect à observer à l’égard des corps utilisés dans l’intérêt de la santé publique. Confrontées par ailleurs à la terrible nécessité de gérer un nombre important de cadavres lors des conflits, les autorités militaires ont été contraintes de mettre rapidement en œuvre des procédures qui en permettaient l’identification, la préparation et l’inhumation.

Respecting Death while Serving Science: The Bodies of Soldiers who died in French Military Hospitals (17th-18th Centuries)
Modern French military hospitals provide a privileged framework for understanding some of the rules governing the status of the dead body and the practices surrounding its "management" in a deeply religious society, where secularization was progressing in various areas, in particular in the area of health care. In the course of the five conflicts that marked the end of the 17th and the 18th centuries, while a network of military hospitals was being built along the borders of the kingdom, the military authorities had to face several challenges: They had to nurse lots of soldiers — for many until their end —, to ensure a Christian death and burial, while using the scientific opportunity that their remains represented for the missions of research and teaching entrusted to them. Thus, the regulations in force in the military hospitals have been more concerned with ensuring the supervision of the dying person than with regulating the burial ceremony, with the exception of the Royal Hotel des Invalides, where military honors were restored to the boarders. They have also imposed gestures of respect to be observed with regard to bodies used in the interest of public health. Faced with the dreadful need to manage a large number of corpses during conflicts, the military authorities were obliged to implement promptly procedures for their identification, preparation and burial.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les hôpitaux militaires français des temps modernes constituent un cadre privilégié pour saisir quelques-unes des règles régissant le statut du corps mort et des pratiques qui entouraient sa « gestion », dans une société profondément religieuse, mais où la sécularisation progressait, notamment dans le domaine de l’assistance sanitaire.

Au cours des cinq conflits qui marquèrent la fin du XVIIe et le XVIIIe siècle, tandis qu’un réseau d’hôpitaux militaires s’édifiait le long des frontières du royaume, les praticiens des armées se trouvèrent confrontés à plusieurs défis : soigner un grand nombre d’hommes – pour beaucoup jusqu’à leur fin –, leur assurer un enterrement chrétien sans négliger l’opportunité scientifique que leurs dépouilles représentaient pour les missions de recherche et d’enseignement qui leur avaient été confiées. Ils ont ainsi été amenés à définir des procédures qui, tout en respectant les préceptes religieux, facilitaient une « gestion » décente des restes des soldats ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540