Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'orchestration de la mort

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

Autour du corps mort (XVIe-XVIIIe siècle)

Aperto Cadavere : rechercher les causes de la mort à l’intérieur des corps aux XVIe et XVIIe siècles

Anne-Sophie Pimpaud

Résumé

Aux XVIe et XVIIe siècles se développe en Europe, à partir de l’Italie, la pratique des ouvertures des corps de malades par les médecins et chirurgiens, dans le but de déterminer les causes de la mort ou de comprendre les effets des maladies. Des comptes rendus de ces examens post-mortem, publiés d’abord dans des recueils d’observations médicales et chirurgicales, se retrouvent rapidement dans tous les genres de la littérature médicale (practica, traités de médecine théorique, anatomies, correspondances ou monographies). Bien que souvent avares en détails sur les aspects les plus concrets de ces nécropsies, ils permettent d’esquisser à grands traits le cadre pratique de leur réalisation. Caractéristiques des malades, lieux, témoins, motifs de la demande de nécropsie par les médecins ou par l’entourage du mort, résistances et refus, particularités du contexte médico-légal : ce sont ces éléments concrets qui permettent de comprendre les conditions d’une pratique à l’origine de nouvelles connaissances sur la maladie humaine.

“Aperto Cadavere”: Investigating the Cause of Death inside Bodies in the Sixteenth and Seventeenth Centuries
In the sixteenth and seventeenth centuries, the practice of openings of the body of patients by doctors and surgeons developed in Europe from Italy, in order to determine the causes of death or to understand the effects of diseases. Reports of these post-mortem examinations, first published in collections of medical and surgical observations, are rapidly spreading in all types of medical literature (practica, treatises on theoretical medicine, anatomies, correspondence or monographs). Although they often lack details about the most concrete aspects of these necropsies, they provide a broad outline of the practical framework of their implementation. Characteristics of the patients, places, witnesses, motives of necropsy’s request by doctors or the entourage of the dead, resistance or refusal, particularities of forensic context: these are the concrete elements that allow to understand the conditions of a practice which is founding new knowledge about human disease.

Texte intégral

  • 1 Des dissections humaines avaient déjà été pratiquées dans l’Antiquité, dans le cadre réduit de la m (...)
  • 2 Sur les premières nécropsies médiévales, voir W. Artelt. « Die ältesten Nachrichten über die Sektio (...)
  • 3 La littérature sur ce sujet des nécropsies privées au début de l’époque moderne est remarquablement (...)

1Des ouvertures de corps de malades par des médecins à des fins d’inspection des organes sont avérées en Italie dès la fin du XIIIe siècle1, dans des contextes épidémiques, puis médico-légaux2. Les premiers témoignages d’ouvertures de ce type sont même antérieurs, de peu, à ceux des premières dissections proprement anatomiques, visant à l’approfondissement des connaissances sur le corps normal léguées par les médecins antiques. L’intérêt primordial des médecins pour la compréhension des maladies, pouvant aboutir à une meilleure efficacité thérapeutique, les a poussés très tôt à rechercher dans les corps les causes du mal. Mais si la mortalité importante et leur sentiment d’impuissance lors d’épidémies ont motivé les premières ouvertures médicales des corps humains, ainsi que la quête de la preuve dans des procès pour suspicion d’empoisonnement, on voit se développer au XVe siècle, toujours en Italie, des ouvertures de corps dans un autre contexte, qui est celui qui nous intéresse tout particulièrement ici. Il s’agit des nécropsies pratiquées par les médecins sur leurs patients décédés, que l’on peut appeler nécropsies privées3, dans le but de déterminer la cause de la mort ou de la maladie. Celles-ci, réalisées loin des amphithéâtres, par de simples praticiens assistés d’un chirurgien dans le cadre intime du domicile des défunts, semblent se multiplier, en Italie d’abord puis, au XVIe siècle, en France, en Flandre, en Allemagne ou aux Pays Bas, dans la même période où se développe, dans toutes les universités d’Europe, la pratique des démonstrations anatomiques exécutées par des médecins anatomistes chevronnés, au profit des étudiants en médecine, en chirurgie, des artistes et des curieux.

  • 4 Voir par exemple Amatus Lusitanus, Curationum medicinalium centuriæ quatuor, Bâle, 1556 ; Jean Sche (...)
  • 5 On retrouve par exemple des récits de nécropsies dans des lettres de médecins de province adressées (...)

2Les recueils imprimés d’observations médicales fournissent, du début du XVIe siècle jusqu’à au moins la moitié du XVIIe, la grande majorité des comptes rendus de nécropsies qui ont été conservés. Ceux-ci, rédigés souvent par des médecins renommés de grands centres universitaires, visent au partage des connaissances avec leurs confrères et bien souvent à l’instruction des jeunes médecins ou des étudiants en médecine4. Mais la lecture de correspondances manuscrites entre médecins montre que la réalisation de ces nécropsies se déroule bien dans le contexte d’une activité médicale ordinaire5 et ne sert le plus souvent qu’à répondre aux questions du médecin qui les pratique ou à celles de la famille qui les réclame.

Problème de terminologie

3L’absence de vocabulaire spécifique pour décrire les ouvertures de corps dont il est question ici apparaît clairement à la lecture des textes médicaux de la période étudiée. Les termes qui nous paraissent les plus appropriés aujourd’hui pour les désigner, c’est-à-dire les mots « autopsies » et « nécropsies », ne font leur apparition dans le vocabulaire médical que dans la première décennie du XIXe siècle.

4Le mot « autopsia », presque toujours en graphie grecque, apparaît dans quelques textes médicaux dès la fin XVIe siècle, mais il conserve son sens littéral, celui de « voir de ses propres yeux », par opposition à ce qu’on a lu dans les livres ou à ce qui a été rapporté par autrui. Mais la référence assez fréquente à des preuves obtenues « per autopsia » dans le contexte d’une argumentation en faveur des ouvertures de corps au XVIIe siècle montre bien l’évolution sémantique en cours.

5Les termes non spécifiques de sectio ou dissectio sont utilisés pour désigner l’acte concret, pratique, d’ouverture d’un corps, quel que soit son contexte. Mais le plus souvent, dans les textes du début de l’époque moderne, les médecins et chirurgiens rapportant les ouvertures de corps se contentent d’introduire la description des nécropsies par un simple « aperto cadavere » (« le corps ayant été ouvert »), sans chercher à qualifier précisément leur démarche. Par souci de clarté j’emploierai dans la suite de cet article le terme de nécropsie qui, bien qu’anachronique comme celui d’autopsie, n’a pas le caractère équivoque de ce dernier qui est facilement rattaché par un lecteur actuel à un contexte médico-légal, alors que le cadre de cet article est beaucoup plus large.

Premières observations

  • 6 Benivieni avait commencé avant sa mort la rédaction de trois centaines d’observations (chiffre qu’i (...)

6Le premier texte médical imprimé à relater une pratique régulière de ces nécropsies privées est le De abditis nonnullis ac mirandis morborum et sanationum causis, recueil d’observations médicales du médecin et humaniste florentin Antonio Benivieni (1443-1502), édité et publié de manière posthume par son frère Girolamo en 1507 à Florence. 111 récits de cas médicaux rédigés par Benivieni6 sont ainsi rassemblés dont treize, ayant pour issu le décès du malade, sont clos par l’ouverture du corps et l’examen des organes internes. Le De abditis a été réimprimé à huit reprises au XVIe siècle, un tel succès d’édition pouvant sans doute s’expliquer en partie par le sens clinique très aigu de son auteur, mais surtout par la présence de ces récits de nécropsies dont il fournit le premier modèle.

7Le De abditis présente l’intérêt supplémentaire, pour le lecteur d’aujourd’hui, d’apporter de nombreux renseignements sur les circonstances concrètes de ces nécropsies. Les observations publiées à sa suite dans les deux siècles suivants en apporteront d’autres. Et l’on peut observer que ces circonstances varieront assez peu sur deux siècles, dans tous les pays où de telles observations ont été publiées (c’est-à-dire progressivement en Italie, en Suisse, en Allemagne, en France, aux Pays-Bas ou en Angleterre).

Contexte pratique des nécropsies

  • 7 J. Vons et P. Saint-Martin, « Certitudes et incertitudes autour de la mort de Charles IX. Enquête s (...)

8Il apparaît tout d’abord que toutes les personnes ayant recours aux services d’un médecin sont susceptibles d’être l’objet d’une nécropsie après leur mort, quels que soient leur âge, leur sexe ou leur catégorie sociale. On trouve en effet des cas d’ouvertures de corps d’hommes, de femmes, de vieillards, d’enfants, de nouveau-nés ou de fœtus avortés. Les indigents décédés à l’hôpital peuvent être ouverts, mais aussi les riches patients des médecins les plus renommés des grandes villes. Sont représentés les membres du clergé, régulier ou séculier, les artisans, les domestiques, les magistrats ou les membres de la petite ou de la plus haute noblesse, jusqu’aux rois de France7.

9L’ouverture est pratiquée le plus souvent au domicile du mort. Le médecin averti du décès de son malade fait appeler le chirurgien pour procéder à l’ouverture du corps, mais il peut arriver que le chirurgien soit seul présent. Le médecin ne procède pas lui-même à la dissection, sauf s’il s’agit d’un anatomiste entraîné. Dans le contexte des nécropsies courantes, les médecins n’ont en général ni le matériel ni le savoir-faire nécessaires pour opérer eux-mêmes et ils laissent faire les professionnels expérimentés, c’est-à-dire les chirurgiens.

10L’ouverture du corps a lieu, pour des raisons évidentes, le plus rapidement possible après la mort, c’est-à-dire le plus souvent le lendemain, le temps de convoquer médecin et chirurgien. Mais elle peut se dérouler le jour même, voire juste après le décès, lorsque le chirurgien est déjà sur place, dans le cas, par exemple, d’une opération qui tourne mal.

 

11L’ordre d’ouverture des différentes parties du corps semble suivre celui des dissections anatomiques, dicté par les vitesses de décomposition des différents organes : le chirurgien commence par ouvrir le ventre, puis le thorax, puis le crâne. Lorsque la partie atteinte est évidente, il est fréquent d’y porter le scalpel en premier, de commencer par exemple par le crâne et le cerveau dans les traumatismes crâniens ou les apoplexies, par le tronc en cas de blessure ou tumeur de cette partie, par l’utérus pour une femme morte en couche, et de s’arrêter là, ou bien de poursuivre la dissection pour examiner l’ensemble des organes.

12La scène, qu’on imagine impressionnante dans le cadre confiné d’une maison particulière, se déroule devant témoins : ce peuvent être d’autres médecins, appelés par le médecin ordinaire ou par la famille, des membres de l’entourage du mort qui ne seraient pas rebutés par le spectacle, des membres des autorités ecclésiastiques pour les nécropsies de religieux ou des représentants des autorités judiciaires dans le cas où celles-ci auraient ordonné l’ouverture du corps.

Pourquoi procéder à une nécropsie ?

  • 8 « Cependant l’ouverture des cadavres diffère totalement de leur anatomie, puisque dans celle-ci tou (...)

13D’une manière générale, médecins et chirurgiens recherchent dans les corps la cause du décès bien sûr, mais aussi des renseignements supplémentaires sur la maladie qui les a tenus en échec et les moyens d’améliorer leur pratique8. Une mort brutale, inattendue, ou précédée de symptômes inhabituels, une maladie chronique résistant à toute tentative thérapeutique, des tumeurs ou des déformations singulières, peuvent pousser le médecin à pratiquer une nécropsie. Dans ce dernier cas la cause de la mort peut n’être que de peu d’intérêt pour lui et le décès du malade fournit surtout l’opportunité d’en apprendre plus sur une manifestation clinique remarquable, comme dans le cas d’anévrisme thoracique ci-dessous, où les circonstances du décès ne sont même pas mentionnées par l’auteur, le médecin montpelliérain Lazare Rivière (1589-1655) :

  • 9 Lazare Rivière, Observationes medicæ et curationes insignes, Paris, 1646, traduction française par (...)

Un anévrysme.
Monsieur Petit, citoyen de Montpellier, âgé de cinquante ans, d’un tempérament atrabilaire, comme il était accablé d’affaires et de soucy, ensuite de plusieurs symptômes qui faisoient connoitre une mélancolie hypochondriaque, il eut une tumeur sous la clavicule droite de la grosseur de la moitié d’un œuf, molle et de la même couleur du reste de la peau, dans laquelle il avoit une grande pulsation ; Il fut jugé que s’étoit un anévrisme incurable. Ce cadavre étant ouvert, on trouva la grosse artère ascendente tellement dilatée depuis le cœur jusques à la clavicule, que l’on y auroit presque introduit le bras ou du moins un œuf de poule, outre cela sa tunique étoit devenue fort épaisse et cartilagineuse. Ce qui fait remarquer la providence admirable de la nature qui tachant d’éviter la ruption de cette tunique si fort dilatée l’avoit rendu plus épaisse et plus dure9.

14Des tumeurs de membres nécessitant une amputation peuvent même fournir l’occasion d’un examen en profondeur au médecin curieux, sans avoir à attendre le décès du malade.

15Mais l’initiative de la nécropsie privée n’est pas l’apanage du médecin, et les familles peuvent elles-mêmes la réclamer et faire appeler à cette fin médecin et chirurgien après le décès de leur proche. On retrouve le même type de motivation, un décès brutal et inexpliqué ou la crainte d’un empoisonnement, comme dans un cas rapporté par le médecin et chirurgien allemand Jean Scultet (1595-1645), concernant une enfant qu’il avait traité un an auparavant pour une contusion à la tête, qui en avait gardé pour seules séquelles des vertiges et qui mourut brutalement d’apoplexie :

  • 10 Johannes Scultetus, Armamentarium chirurgicum, Ulm, 1653, traduction française par François Deboze, (...)

J’ay observé semblable affection de cerveau […] en Marie fille de Michel Schmarmannen, qui après avoir esté guérie par mes soins, d’une contusion au sinciput ne se plaignit pendant une année entière que d’un seul vertige, et ayant employé en vain tous les remèdes, mourut d’une très forte apoplexie en soupant assise à la table. Ses parents me prièrent de luy ouvrir le crane pour lever, ou confirmer le soupçon du venin qu’ils avoient conceu de certaine chose, qui avoit esté faite. Luy ayant donc ouvert le crane et regardé le cerveau je trouvay une tumeur au costé gauche […]10.

16Le caractère soudain et inattendu de la mort de la jeune fille, associé à certains éléments qui ne sont pas précisés par l’auteur, conduit ses parents à soupçonner un empoisonnement et à demander l’ouverture du corps. Cette crainte sera dissipée par le chirurgien, après la découverte d’une « tumeur » du cerveau qu’il met en rapport avec le traumatisme crânien survenu un an plus tôt.

 

17Le souci de parents endeuillés de protéger leur descendance d’un mal qui les touche eux, ou un de leurs enfants, peut également décider du recours au scalpel du chirurgien post mortem. Ainsi, en 1486, un patricien florentin relate, dans sa ricordanza, la mort de sa femme, Bartholomea Rinieri :

  • 11 Cité par K. Park, « The life of the corpse », art. cit., p. 128.

Vers une heure et demi de la nuit, ma femme Bartholomea mourut à l’âge de 42 ans environ. Elle mourut d’une maladie de la matrice qui fut causée par un flux qui dura environ dix-huit mois et pour laquelle aucun médecin ne trouva de remède. Elle me demanda de la faire ouvrir pour que notre fille ou d’autres puissent être traitées. Je l’ai fait faire, et on trouva qu’il y avait une maladie de la matrice de telle sorte que sa matrice était si calleuse qu’elle ne pouvait être coupée avec un rasoir11.

18Il faut noter ici la confiance exprimée par Bartholomea et son époux, et sans aucun doute partagée par le médecin, dans la capacité de la nécropsie à faire connaître la nature de la maladie et ainsi protéger leur fille du destin de sa mère grâce à une thérapeutique qui pourra être adaptée au mal.

 

19En cas de désaccord sur les soins donnés, et plus encore en cas d’accusation de faute ou d’incompétence contre le médecin en charge du malade, la nécropsie peut s’imposer comme un moyen de vérification du diagnostic posé et de justification de la thérapeutique mise en œuvre. Elle est alors pratiquée à l’initiative du professionnel mis en cause et qui désire défendre sa réputation, ou bien à la demande de la famille mécontente, comme dans le cas ci-dessous, rapporté par le médecin Antonio Benivieni, et se situant donc, comme dans l’exemple précédent, dans la Florence des dernières décennies du XVe siècle :

  • 12 A. Benivieni, op. cit., p. 175. : « Decessit his diebus Aloisius Mancinus ardentissima, ut ferunt, (...)

Ces jours-ci mourut Aloisius Mancinus, d’une fièvre très ardente, comme on dit ; c’est ainsi en effet qu’en jugèrent les médecins qui l’assistaient. Mais lorsque contre l’opinion [des médecins] il mourut vaincu par la maladie plus vite qu’ils ne le pensaient, les parents décidèrent d’ouvrir le mort, plus pour montrer l’ignorance des médecins que pour connaître la nature du mal. Ils pensaient en effet avoir été trompés par les paroles des médecins. C’est pourquoi, une fois le mort ouvert, ils surent que l’homme avait été mal soigné, lorsque, contre l’opinion [des médecins] ils trouvèrent une pierre dans la vésicule, qui égalait la taille d’une chataîgne desséchée, et soixante autres petites pierres qui ne dépassaient pas la taille d’un grain de blé : je les vis moi-même, et les touchai : et j’estimai que c’était une chose tout à fait digne d’admiration, et je ne pus me convaincre en aucune manière de quelle façon les médecins avaient pu être trompés12.

20Là encore, la mort inattendue du malade, contraire aux pronostics des médecins, motive la demande d’ouverture du corps par la famille, non dans la crainte d’un empoisonnement cette fois-ci, mais dans celle d’une erreur de diagnostic de la part des médecins et donc d’une mauvaise prise en charge thérapeutique. Erreur confirmée par la découverte de pierres dans la vésicule, selon Benivieni qui se donne évidemment ici le rôle avantageux de celui qui aurait fait mieux que les autres.

 

21Presque deux siècles plus tard, en France, une lettre adressée à Gui Patin (1601-1672), médecin parisien renommé et ancien doyen de la Faculté de médecine de Paris, par un dénommé Rassyne, médecin de province, rend compte d’une situation du même type :

  • 13 Ms 2007, BIU Santé, fol 330.

10 janvier 1657,
J’avois pris la liberté de vous escrire il y a quinze jours pour apprendre de vous l’essence et les causes d’une maladie que je vous ay à peu près descrite par les symptômes et evenement. Je suis obligé maintenant de vous importuner et vous supplier très humblement à votre commodité de me donner touchant icelle un mot de vostre advis pour respondre à la mienne.
Ce médecin dont je vous parle est un nommé Gautrin qui pratique icy depuis seize ans et qui suit plustost la maxime des empyriques que celle d’Hippocrate. Il paye quelquefois d’authorité, jamais de raison. Il n’a jamais pu s’assir d’accord avec les autres médecins qui m’ont précédé et quy estoient ses anciens. C’est pourquoi je ne puis pas espérer vivre mieux avec luy. Il n’a point voulu souffrir dans une rencontre que je fusse appelé, et cette femme estoit décédée. Comme une personne de mon amye m’eust prié de voir l’ouverture du corps (qu’il espéroit faire et cacheter avec quelques chirurgiens de sa caballe) il ne put pas s’empescher de dire à mon arrivée qu’on luy avoit joué d’un tour auquel il ne s’attendoit pas. Il auroit volontiers remis la partie, n’eust esté qu’il appréhendoit que cela se fist sans luy, ce qu’il n’eust pas lieu de se deffendre de la calomnie dont on commençoit desja à l’attaquer. Je vous diray qu’auparavant de rien voir, j’assumoit qu’on trouveroit un abscès dans la poitrine et qu’il y pourroit bien avoir aussi quantité de sérosités rouges comme j’avois remarqué dans ce mien camarade à Montpellier. C’est pourquoy cela s’estant ainsy veu, je dict véritablement à quelcun quy ne s’en est pu taire qu’il ne falloit point hésiter dans les commencements à la saignée au lieu d’antimoine.
Je ne respondis rien sur le champ à ceste proposition qu’il advança que le pus qui se rencontra ne venoit point d’un absces et que ce n’estoit point la cause de la mort de peur qu’il ne parust que j’eusse esté là seulement à dessein de le contredire […]. Mais je seray content lorsque je sauray votre sentiment là dessus et pour lors je me deffendray mieux de ce qu’il pouroit dire au contraire […]13.

22Rassyne est en conflit manifeste avec l’un de ses confrères, les deux ayant des différents doctrinaux puisque Rassyne se réclame de l’hippocratisme et accuse son confrère Gautrin de suivre la « doctrine des empiriques », c’est-à-dire la médecine chimique. Ces divergences se retrouvent dans les méthodes thérapeutiques mises en œuvre : le premier préconise la saignée, là où le second prescrit de l’antimoine. En cela, ce n’est pas un hasard si c’est à Gui Patin que Rassyne s’adresse pour rechercher un soutien, Patin étant un opposant notoire à l’antimoine et un grand partisan de la phlébotomie qui ne pourra que le défendre sur ce point.

23Rassyne est donc invité par une tierce personne à assister à l’ouverture du corps d’une patiente de son rival, par celui-ci et quelques chirurgiens, la malade étant décédée quelque temps après une consultation médicale à laquelle Rassyne n’avait pas été convié. Il semble que des doutes aient été émis, sans doute par l’entourage de la femme décédée, concernant le diagnostic et le traitement mis en œuvre par le médecin, qui justifient la réalisation de la nécropsie et probablement l’invitation faite à Rassyne d’assister à celle-ci. Ce médecin contredit ouvertement son collègue et propose son propre diagnostic, un abcès dans la poitrine qui pourra être rendu visible par l’ouverture du corps, lui donnant publiquement raison.

Des nécropsies pas toujours acceptées

24Les familles peuvent donc autoriser les médecins qui leur en font la demande à procéder aux nécropsies, voire réclamer elles-mêmes l’ouverture du corps de leur proche, mais elles peuvent également s’y opposer, malgré parfois l’insistance lourde des médecins, qui le racontent eux-mêmes dans leurs écrits, tout à leur frustration de s’être vu refuser l’accès au cadavre et donc de n’avoir pas pu vérifier leurs hypothèses diagnostiques.

25Benivieni rapporte déjà un tel refus dans le De abditis. Il s’agit d’un homme de 50 ans, pris de vomissements incoercibles, avec arrêt des selles : Benivieni fait l’hypothèse qu’un obstacle doit se trouver au niveau de l’intestin grêle mais à la mort du malade son ouverture lui est refusée :

  • 14 Antonio Benivieni, op. cit., Cas 32 p. 91-92 : « id quod mortuo eo experimento comprobare volentes (...)

Voulant confirmer cela par l’expérience après le décès, nous avons tenté d’ouvrir le corps. Mais les parents ont refusé à cause de je ne sais quelle superstition, et nous n’avons pas pu faire selon notre désir14.

26Ole Borch (1626-1690), médecin danois, rapporte lui aussi, deux siècles plus tard, un tel refus concernant une femme enceinte de sept mois qui décède d’une hémorragie suite à une rupture de varices du pied. On ouvre bien l’utérus pour sortir le fœtus, qui survit deux heures à la mort de sa mère, mais le médecin, voulant aller plus loin dans l’ouverture du corps, se voit opposer un refus définitif :

  • 15 T. Bonet, Medicina septentrionalis collatitia sive rei medicæ, nuperis annis a Medicis Anglis, Germ (...)

Nous cherchons à obtenir du mari qu’il autorise l’ouverture du cadavre, mais nous ne pouvons en venir à bout ni par notre prière, ni par celle des autres15.

27Christian Friedrich Garmann (1640-1708), médecin allemand, nous livre l’observation, en 1673, d’un jeune garçon de 17 ans présentant une volumineuse tumeur du genou. La tumeur est ouverte à son décès, mais le médecin pense que la cause de la maladie réside dans le ventre :

  • 16 Idem, livre VI, section 4, obs. 22, p. 307-308 : « Infimum ventrem aperire erat animus, sed parente (...)

L’idée était d’ouvrir le ventre inférieur, mais les parents tenaient cela pour un sacrilège [piaculum], c’est pourquoi il ne fut pas permis d’ouvrir la source du mal16.

28Ces mentions de refus de la part des familles sont rares dans la littérature médicale (je n’ai pu en découvrir qu’environ une dizaine sur plusieurs centaines d’observations explorées) et ne permettent évidemment pas de se faire une idée de leur fréquence réelle dans le quotidien des médecins. Il ne semble pas s’agir d’oppositions de nature religieuse mais plutôt de réticences ponctuelles, liées au respect des morts et de leur intégrité corporelle.

Les nécropsies médico-légales

29Il existe bien sûr un cas particulier pour lequel l’ouverture du corps s’impose à tous : le contexte médico-légal. Pratiquées sur commission des magistrats dans les cas de décès par coups et blessures, suspicion d’empoisonnement, décès par pendaison ou noyade, ces nécropsies sont réalisées à Paris par des chirurgiens jurés commis aux rapports du Chatelet, nommés depuis 1602 par le premier médecin du Roi, en présence de médecins jurés. Ces nécropsies se déroulent dans les mêmes conditions que les ouvertures de corps précédemment décrites, souvent au domicile du mort quand celui-ci y avait été transporté suite à ses blessures et peuvent être pratiquées par les mêmes chirurgiens qui avaient pansé les blessures avant le décès.

30Ainsi François Valleriola (1504-1580), professeur à la faculté de médecine de Turin, rapporte le cas d’un jeune homme de 18 ans, atteint d’un coup d’épée dans le ventre, et qu’il soigne lui-même pour cette blessure :

  • 17 François Valleriola, Observationum medicinalium libri sex, Lyon, 1573, livre 2, obs 8 : « Mortuo ju (...)

Le jeune homme étant mort, puisque nous avions l’ordre du gouverneur de la ville de donner notre avis sur le caractère de la blessure portée, et de porter témoignage : sur l’ordre des parents et avec leur accord, nous fîmes ouvrir le corps ; nous pouvions saisir par l’inspection oculaire que les parties internes étaient blessées, là où l’arme avait pénétré profondément. Ce qu’il est tout à fait nécessaire de dire dans un rapport pour un témoignage. En effet, le médecin ne peut jamais affirmer si une blessure est mortelle ou non avant l’inspection des parties blessées, étant donné qu’il doit avoir la plus grande certitude sur la nature des choses dont il est question17.

Conclusion

31Nous avons distingué ici trois catégories d’ouverture du corps par des médecins et chirurgiens : les dissections anatomiques (c’est-à-dire visant à l’exploration du corps « normal »), les nécropsies médico-légales et les nécropsies d’initiative « privée ». Mais une telle distinction faite a posteriori, bien que nécessaire à l’étude approfondie de ses objets, n’a pas un caractère absolu et il paraît utile de souligner ici qu’il existe une certaine continuité dans ces pratiques.

32Le médecin qui s’est occupé d’un blessé peut être amené à faire pratiquer l’ouverture de son corps après sa mort à la demande du magistrat, peut-être jointe à celle de la famille, tout en y trouvant son propre intérêt, c’est-à-dire l’occasion de faire de nouvelles observations qu’il pourra éventuellement partager avec ses confrères par lettres ou dans des recueils imprimés. Tout au plus le rapport médico-légal remis au magistrat impose-t-il une certaine rigueur dans l’examen pour assurer la fiabilité du témoignage dont les répercussions dépassent le médecin.

  • 18 André Vésale, De humani corporis fabrica, Bâle, 1543, p. 540, cité par K. Park, Secrets of women, o (...)
  • 19 André Vésale, Epistola rationem modumque propinandi radicis Chynæ decocti… pertractans, Bâle, 1546, (...)
  • 20 T. Bartholin, De Anatome practica, ex cadaveribus morbosis adornanda, consilium, cum operum autoris (...)

33Il existe également une certaine continuité entre les nécropsies privées et les dissections anatomiques, chez certains anatomistes qui sont amenés à ouvrir les corps de malades dans le cadre de leur pratique de médecin et saisissent l’occasion de mener une exploration plus large des corps, qui dépasse le cadre de la pathologie, pour en donner une description extensive dans leurs traités anatomiques. Ainsi Vésale admet dans la première édition de la Fabrica avoir peu de connaissances directes des organes féminins de la reproduction par manque de cadavres de femme à disposition pour ces anatomies18, et rapporte dans ses Epistola le cas d’une jeune noble qu’il a vu ouvrir pour une suspicion d’empoisonnement, et chez qui, après une description très succincte de l’estomac permettant de conclure à l’absence d’empoisonnement, l’appareil reproducteur a été soigneusement disséqué19. Les anatomistes rapportent également à l’occasion dans leurs traités des aspects anormaux des organes, souvent causés par des maladies, observés lors de dissections anatomiques publiques. L’anatomiste danois Thomas Bartholin (1616-1680), dans son Conseil pour une anatomie pratique (1674), c’est-à-dire pour une anatomie pathologique, recommande d’explorer tous les corps disponibles, y compris ceux des condamnés disséqués publiquement, pour y rechercher toutes les manifestations morbides observables20.

 

34La nécropsie, mettant sous les yeux des témoins ce qui était caché à l’intérieur des corps, apporte des éléments des plus précieux sur les manifestations internes de la maladie. Mais l’observation de l’aspect des organes internes qui est ainsi rendue possible n’est pourtant pas suffisante en soi pour en saisir la nature, générant diverses hypothèses selon les connaissances et théories médicales en cours et l’expérience du médecin : dans la lettre à Patin par le médecin Rassyne citée plus haut, l’empirique Gautrin doit bien reconnaître la présence de pus dans la poitrine, mais pour lui, il « ne venoit point d’un absces et ce n’estoit point la cause de la mort ». Les deux médecins s’opposent encore sur les phénomènes physiopathologiques à l’origine de la formation de ce pus, et la lettre de soutien demandée à Gui Patin, figure d’autorité, montre bien que la nécropsie n’a pas suffi à imposer de manière incontestable le point de vue de l’un ou l’autre des deux rivaux.

  • 21 T. Bartholin, op. cit. ; J. C. Peyer, Methodus historiarum anatomico-medicarum, Paris, 1678.
  • 22 Par exemple A. van den Spieghel (Spigelius), De semitertiana libri quatuor, Bruxelles, 1624 ; Jean- (...)

35C’est qu’il n’existe pas alors de corpus codifié, organisé, de connaissances anatoma-pathologiques auxquelles se référer, et en 1657, au moment de la rédaction de cette lettre, nombreux sont les médecins qui prennent conscience de cette lacune et encouragent à une étude poussée des corps de morts de maladie, pour aboutir à un savoir sur les aspects des organes malades du même niveau que celui qui a été obtenu sur les organes sains, au prix de décennies, voire de siècles d’efforts par des générations d’anatomistes. On voit donc apparaître dans la deuxième moitié du XVIIe siècle des ouvrages d’un genre nouveau : livres méthodologiques dédiés à la pratique des nécropsies où à l’organisation des observations qu’elles permettent21 ; monographies sur des pathologies données mettant en valeur les connaissances nouvelles tirées de l’ouverture des corps22 ; compilations d’observations médicales comprenant toutes des nécropsies, dont la première, le Sepulchretum de Théophile Bonet, publiée à Genève en 1679, est d’une ampleur (elle comprend pas moins de 2 000 observations, de 400 auteurs différents) qui restera inégalée jusqu’à la publication du magistral De sedibus et causis morborum de Jean Baptiste Morgagni en 1761.

36Cet effort pour amener l’expérience tirée de l’étude des corps post mortem au cœur de la connaissance médicale n’en est encore qu’à ses débuts à la fin du XVIIe siècle mais sera bien sûr développé et amplifié au cours des deux siècles suivants. Le premier cours d’anatomie pathologique, jeune discipline qui a longtemps cherché son nom (on trouve, tout au long du XVIIIe siècle les termes d’anatomie pratique, médicale ou morbide), est donné par Guillaume Dupuytren à la Faculté de médecine de Paris en 1803.

Notes

1 Des dissections humaines avaient déjà été pratiquées dans l’Antiquité, dans le cadre réduit de la médecine alexandrine du début du IIIe siècle av. J-C, cf. H. von Staden, Herophilus, The art of medicine in early Alexandria, Cambridge University Press, Cambridge, 1989, p. 138-153. La possibilité de la poursuite de ces pratiques au-delà de cette période, jusqu’au premier siècle de notre ère, a été âprement discutée au XXe siècle. Pour une bibliographie étendue de ces questions, voir J.-M. Annoni, V. Barras, La découpe du corps humain et ses justifications dans l’antiquité, Bulletin canadien d’histoire de la médecine, 10 : 1993, p. 185-227.

2 Sur les premières nécropsies médiévales, voir W. Artelt. « Die ältesten Nachrichten über die Sektion menschlicher Leichen im mittelalterlichen Abenland. » Abhandlungen zur Geschichte der Medizin und der Naturwissenschaften, H. 34 (1940) ; K. Park, « The criminal and the saintly body : autopsy and dissection in Renaissance Italy » Renaissance Quarterly, 47 (1994), p. 1-33 ; du même auteur, « The life of the corpse : Dissection and division in late medieval Europe », Journal of the History of Medicine and Allied Sciences, 50 (1995), p. 111-32 ; N. Siraisi, Medieval and early renaissance medicine, Chicago, 1990, p. 86-89.

3 La littérature sur ce sujet des nécropsies privées au début de l’époque moderne est remarquablement réduite, au vu de l’abondance de celle sur l’anatomie. On peut voir N. Siraisi, « Segni evidenti, teoria e testimonianza nelle narrazioni di autopsie del Rinascimento », Quaderni Storici 108/a. XXXVI, n. 3, dicembre 2001, p. 719-744 ; K. Park, Secrets of women : gender, generation and the origins of human dissection, New York, Zone Books, 2006 ; M. P. Donato, « Anatomia, autopsia, sectio : problemi di fonti e di methodo (secoli XVI-XVII) », dans G. Olmi, C. Pancino (ed.), Anatome : Sezione, scomposizione, raffigurazione del corpo nell’età moderna, Bologne, Bononia University Press, 2012.

4 Voir par exemple Amatus Lusitanus, Curationum medicinalium centuriæ quatuor, Bâle, 1556 ; Jean Schenk von Grafenberg, Observationum medicarum rariorum Libri VII, Bâle et Fribourg, 1584-1597, 7 vol. ; Marcellus Donatus, De Medica historia mirabili libri sex, Venise, 1588 ; Jean Chifflet, Observationes tam ex curationibus quam ex cadaverum sectionibus. Paris, 1612 ; Nicolaas Tulp, Observationum medicarum libri tres, Amsterdam, 1641.

5 On retrouve par exemple des récits de nécropsies dans des lettres de médecins de province adressées à Guy Patin (1601-1672), conservées dans le Ms 2007 de la BIU Santé (voir plus loin p. 8).

6 Benivieni avait commencé avant sa mort la rédaction de trois centaines d’observations (chiffre qu’il avait lui-même annoncé mais n’eut pas le temps d’atteindre) en vue de leur publication. Son travail inachevé fut retrouvé par son frère Girolamo qui en prépara l’impression avec l’aide d’un médecin, Giovanni Rosati, mais cinquante observations furent écartées, sans critère de sélection bien évident a posteriori. Ces observations supplémentaires comprennent trois cas de nécropsies. Le manuscrit original comprenant l’ensemble des observations fut découvert par François Puccinotti en 1855 et transmis à un paléographe, Cesare Guasti, qui en effectua la transcription. Le manuscrit autographe ayant été ensuite perdu, seule demeure cette transcription. Voir A. Costa and G. Weber, « L’inizio dell’anatomia patologica nel quattrocento fiorentino », dans Archivio De Vecchi, 39 (1963), 429-878, 939-993 ; Antonio Benivieni, De abditis nonnullis ac mirandis morborum et sanationum causis, G. Weber (éd. et trad. italienne), L.S. Olschki, Florence, 1994.

7 J. Vons et P. Saint-Martin, « Certitudes et incertitudes autour de la mort de Charles IX. Enquête sur l’autopsie d’un roi », Cour de France.fr, 2009 ; A. Corlieu, La Mort des rois de France depuis François Ier. Études médicales et historiques, Paris, H. Champion, 1892.

8 « Cependant l’ouverture des cadavres diffère totalement de leur anatomie, puisque dans celle-ci toutes les parties du corps sont examinées et déployées pour connaître à fond l’état naturel de l’homme ; [tandis que] dans celle-là on cherche seulement à découvrir la cause de la maladie et de la mort consécutive, et l’état contre nature [de l’homme], afin que le travail du médecin soit d’autant plus efficace pour les autres qui luttent contre la même maladie ou une maladie analogue » (« Toto tamen cælo differt cadaverum apertura ab eorum anatome, siquidem in hac omnes corporis partes ad pernoscendum hominis naturalem statum examinantur et explicantur ; in illa tantum in caussam morbi, huncque insequentis interitus, adeoque statum hujus preternaturalem, inquiritur, ut aliis cum eodem aut analogo morbo conflictantibus opera Medici tanto fit præsentior. »), Rosinus Lentilius (Lisenbahrt), dans Théophile Bonet, Medicina septentrionalis collatitia sive rei medicæ, Genève, 1686, obs. 27, p. 20.

9 Lazare Rivière, Observationes medicæ et curationes insignes, Paris, 1646, traduction française par François Deboze, Lyon, 1688, Obs. 34, Centurie IV, p. 448.

10 Johannes Scultetus, Armamentarium chirurgicum, Ulm, 1653, traduction française par François Deboze, L’Arcenal de chirurgie, Lyon, 1675, livre II, observation XI, p. 256.

11 Cité par K. Park, « The life of the corpse », art. cit., p. 128.

12 A. Benivieni, op. cit., p. 175. : « Decessit his diebus Aloisius Mancinus ardentissima, ut ferunt, febre ; sic enim adsistentes Medici iudicarunt. Verum cum præter opinionem citius quam sperarent morbi oppressus defecisset, incidere mortuum affines decreverunt, potius ut inscitiam medicorum detegerent quam morbi naturam cognoscerent : Delusos enim putabant sese et verbis medicorum dirisos. Quare, inciso mortuo, male curatum homine cognoverunt, cum preter eorum opinionem in tunica fellis lapidem invenissent, qui aride castanee magnitudinem equaret, et alios sexaginta lapillos qui granum frumenti non excederent : quos ego vidi, et tetigi : et rem profecto admiratione dignam existimavi, nec mihi aliquo pacto persuadere potui quonam modo decipi medici potuissent. »

13 Ms 2007, BIU Santé, fol 330.

14 Antonio Benivieni, op. cit., Cas 32 p. 91-92 : « id quod mortuo eo experimento comprobare volentes corpus incidere tentavimus. Sed nescio qua superstitione negantibus cognatis, voti compotes fieri nequivimus ».

15 T. Bonet, Medicina septentrionalis collatitia sive rei medicæ, nuperis annis a Medicis Anglis, Germanis, et Danis emissæ, syntagma exhibens observationes medicas, Genève, 1686, livre VI, section 4, obs. 25, p. 320 : « Petimus a marito, ut apertionem cadaveris admitteret, sed neque nostras, nec aliorum prece id obtinere potuimus. »

16 Idem, livre VI, section 4, obs. 22, p. 307-308 : « Infimum ventrem aperire erat animus, sed parentes id piaculum reputabant, quo circa mali fontem rimati non licuit. »

17 François Valleriola, Observationum medicinalium libri sex, Lyon, 1573, livre 2, obs 8 : « Mortuo juvene, quum ab urbis praefecto iussi essemus de vulneris illati ratione pro sententia dicere, ac testimonium fere : de parententum consensu ac iussu, dissecari cadaver fecimus, quo quam alte descendisset telum, quae intus partes vulneratae essent, oculari inspectione deprehendere ipsi possemus. Quod ad sententiam pro testimonio dicendam necessarium omnino est. Neque enim medicus lethalene sit vulnus necne asserere usquam potest, non prius vulneratis partibus inspectis : ut ex rei natura qua de agitur exploratissimum haberi debet. »

18 André Vésale, De humani corporis fabrica, Bâle, 1543, p. 540, cité par K. Park, Secrets of women, op. cit., p. 190.

19 André Vésale, Epistola rationem modumque propinandi radicis Chynæ decocti… pertractans, Bâle, 1546, p. 141-142.

20 T. Bartholin, De Anatome practica, ex cadaveribus morbosis adornanda, consilium, cum operum autoris hactenus editorum catalogo. Copenhague, 1674, p. 10 : « Quotiescunque vero solennes sectiones ex sanis cadaveribus instant, supplicio addicti, vel furcae candidati per familiares vel Confessionarium blande sunt examinandi, an de morbo aliquo conquerantur, quasque corporis patiantur affectiones, ut deinde illae partes in dissectione solicitius excutiantur ».

21 T. Bartholin, op. cit. ; J. C. Peyer, Methodus historiarum anatomico-medicarum, Paris, 1678.

22 Par exemple A. van den Spieghel (Spigelius), De semitertiana libri quatuor, Bruxelles, 1624 ; Jean-Jacques Wepfer, Observationes anatomicæ ex cadaveribus eorum quos sustulit apoplexia, cum exercitatione de ejus loco affecto, Schaffhouse, 1658.

Auteur

École Pratique des Hautes Études, SHP

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site