Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

L'orchestration de la mort

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

Autour du corps mort (XVIe-XVIIIe siècle)

Des corps encombrants ? Le paradoxe des funérailles princières dans l’Europe moderne (XVIe-XVIIIe siècle)

Stanis Perez

Abstract

Une longue tradition historiographique, venue notamment des États-Unis, a fait des cérémonies entourant la mort des souverains à l’époque moderne un temps fort de la propagande monarchique et, par ricochet, un révélateur des structures intimes du pouvoir royal. Or derrière cette conception se cache une autre réalité : la dépouille mortelle des Princes est plus encombrante que sacrée ou, pour le formuler différemment, le protocole fait souvent écran avec la gestion complexe d’un cadavre dont la présence est à la fois un risque sanitaire et un obstacle politique. À rebours de la théorie des « deux corps », cette étude s’intéresse à la simple matérialité organique d’un défunt dont la dépouille encombre à la fois les espaces et les esprits.

Bulky Bodies? The Paradox of Royal Funerals in Modern Europe
A long tradition of historiography, notably coming from the United States, has made ceremonies surrounding the death of sovereigns in modern times a high point of monarchical propaganda and, in turn, a revealer of the intimate structures of royal power. But behind this conception lies another reality: the mortal remains of the Princes are more cumbersome than sacred or, in order to formulate them differently, the protocol often shields the complex management of a corpse whose presence is at the same time a health risk and a political obstacle. Contrary to the theory of “two bodies”, this study is concerned with the simple organic materiality of a deceased whose remains encumber both spaces and spirits.

I formati HTML, PDF, ePub sono accessibili agli utenti delle biblioteche e degli istituti che hanno richiesto la licenza OpenEdition Freemium per Books. Ad ogni modo, l'opera potrà essere acquistata online tramite le nostre librerie affiliate, nei formati PDF e ePub. Se la versione a stampa è disponibile sono proposti dei link verso le librerie in questa stessa pagina.

Estratto del testo

La question des funérailles princières est un thème devenu classique en histoire moderne depuis les travaux d’Ernst Kantorowicz et, plus encore, de son élève Ralph E. Giesey. L’étude des cérémonies entourant la mort des souverains permettait d’analyser un moment à la fois symbolique et politique qui refermait le règne d’une façon presque aussi spectaculaire que le sacre lui-même. S’interrogeant sur les manières de penser la transition d’un roi à l’autre, ces historiens – on parle d’école cérémonialiste américaine – ont porté leur attention sur la question de l’immortalité du souverain, résumée par une formule restée célèbre « Le roi est mort, vive le roi ». Toutefois, cette étrange confrontation entre le « mort » et le « vif » masque la complexité à la fois de l’expression, mais également celle de son emploi. Car si l’État se survit à lui-même (le droit romain et la loi salique prétendent-ils autre chose1 ?), le transfert du pouvoir de personne à personne n’est pas immédiat : le déc...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540