Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'orchestration de la mort

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

Prologue : Modes de sépulture et transmission de la mémoire dans la Rome antique entre le Ier siècle av. J.-C. et le IIIe siècle apr. J-C.

Sabine Armani et Giulia Masci

Résumé

Les auteurs étudient successivement les modes de funérailles dans le monde romain – notamment en Gaule – et une stèle provenant de l’antique Gaule Cisalpine (CIL, V, 7647) qui était un marqueur des sépultures. Les progrès des méthodes archéologiques associées à la relecture du rituel des obsèques rendus à leur vérité historique permettent une meilleure appréhension de la conception que les Anciens se faisaient de la mort et des morts ainsi que des évolutions des modes de sépulture. L’étude de cas qui suit présente une stèle dont les éléments décoratifs rappellent certaines étapes du rituel funéraire. Elle comportait une épitaphe collective d’une famille d’affranchis en pleine ascension économique dont le but est avant tout d’afficher la réussite sociale.

Modes of Burial and Transmission of Memory in Ancient Rome between First Century BC. and Third Century AD.
The authors study the funerary habits in the Roman world in general and in Gaul in particular using a funerary inscription from ancient Gallia Cisalpina (CIL, V, 7647) as a case study. The progress of archeological methods together with a new, more philological reading of the funerary rituals allow for a better understanding of the concept of death in the ancient world as well as of the evolution of the burial practice. The case study that follows introduces a head stone with decorations that recall specific passages of the funerary ritual; it is the collective epitaph of a freedman family presenting their elevation in social status and their economic progression.

Texte intégral

  • 1 Voir J. Scheid et al., Pour une archéologie du rite. Nouvelles perspectives de l’archéologie funéra (...)
  • 2 J.-L. Schenck-David, Dis Manibus. Images et expressions de la mort dans le Comminges antique, Saint (...)
  • 3 Post Mortem, rites funéraires à Lugdunum. Catalogue d’exposition au musée gallo-romain de Lyon-Four (...)

1Nos connaissances concernant les pratiques funéraires et mémorielles dans l’Empire romain ont fait l’objet d’un renouvellement constant depuis quelques années tant sur le plan de l’interprétation des vestiges matériels que de l’analyse des discours1, aux origines d’un nouveau champ disciplinaire : l’archéothanatologie2. Dans les provinces gallo-romaines, on a notamment bénéficié des apports des récentes fouilles effectuées à Lyon qui ont été portées à la connaissance d’un large public par une exposition au musée archéologique de la ville suivie par la publication d’un catalogue dont la consultation a inspiré la première partie de la présente communication3. Ces fouilles ont entre autres eu le mérite de montrer que les progrès de l’archéologie funéraire, à la suite de ceux de l’anthropologie biologique appliquée à l’étude des populations antiques, ont contribué à une meilleure connaissance de ces sociétés et à la manière dont elles envisageaient la mort. Ce regard croisé, rendu possible aussi par l’essor de l’archéologie préventive qui a dû apprendre à s’organiser face aux nouveaux enjeux urbains, a suscité le renouvellement des approches. L’analyse des monuments et des inscriptions longtemps considérés comme des vestiges de prestige qui, à ce titre, avaient seuls droit de cité dans les musées et au sein des études, se construit maintenant de plus en plus en parallèle avec les recherches à la fois sur la place des morts dans le territoire civique et sur les rites funéraires.

Où et comment enterrait-on les morts ?

  • 4 Discussions sémantiques autour des nécropoles, dans Post Mortem, rites funéraires à Lugdunum. Catal (...)
  • 5 « Les espaces funéraires se composent de petits groupes de tombes juxtaposées ici et là sur une dur (...)
  • 6 P. Le Roux, « Les villes de la péninsule Ibérique romaine : un siècle d’historiographie », Espagnes (...)
  • 7 J. Scheid, « Contraria facere : renversements et déplacements dans les rites funéraires », Annali d (...)
  • 8 Cf. le portrait que dresse Suétone d’Auguste à la nouvelle du désastre de Varus à Teutobourg en 9 a (...)
  • 9 P. Caillat, « Les dépôts de viande », p. 159 et M. Cabanis, « Les dépôts végétaux et préparations a (...)
  • 10 Énéide, 6, 224-225 ; Florides, 19 signalés par J. Scheid, article cité, p. 129.
  • 11 Cicéron, des Lois, 2, 57 ; Festus, p. 296-298L mentionnés par J. Scheid, article cité, p. 129.
  • 12 J. Scheid, article cité, p. 122-123. Voir aussi « L’éclairage dans le cadre funéraire », dans Post (...)
  • 13 Ch. Bonnet et A. Wittmann, « La vaisselle des vivants », p. 163 ; Ch. Bonnet, « Dépôts de vases sur (...)
  • 14 Ch. Bonnet, « Vases-ossuaires à Lyon », Post Mortem, rites funéraires à Lugdunum. Catalogue d’expos (...)
  • 15 M. Bettini, « Dai parentes ai “parenti” italiani », dans Affari di famiglia. La parentela nella let (...)
  • 16 Ovide, Fastes, II, 533-570.

2Le premier acquis des fouilles de Lyon consiste en effet dans la redéfinition du terme de nécropole, encore très utilisé, qui n’est pas opératoire partout et en tout cas plus pour la Gaule où les fouilles du centre de Lyon ont montré que le mot n’était pas approprié pour qualifier tous les espaces funéraires. En effet, dans l’imaginaire des historiens et des archéologues a longtemps persisté une opposition, comme un écho augustinien, entre deux univers opposés, deux cités : celle des vivants et son contraire, celle des morts (c’est l’étymologie même du terme nécropole) qui se serait systématiquement étendue en marge de l’espace urbain pour bien figurer la démarcation entre les deux. Or cette notion de nécropole, peut-être créée en même temps que le mot au XIXe siècle, époque où son emploi se diffuse chez les érudits, est désormais remise en cause4. Les fouilles de Lyon ont certes confirmé la concentration traditionnelle des espaces funéraires dans le suburbium, mais ont révélé en son sein la non-existence de lieu spécifiquement consacré aux morts5, dont la présence supposée relève de toute façon d’une vision moderniste de la ville, peu conforme à l’absence de politique urbaine dans le monde romain6. Les campagnes de fouilles menées à Lyon ont également permis de mieux comprendre la séquence des rites funéraires. Son étude corrobore l’analyse discursive des pratiques funéraires dont John Scheid avait bien mis en valeur dans un article fondateur de 1984 qu’elles mettaient en jeu des aspects qui concernaient la communauté dans son ensemble7. Cet article a surtout contribué à débarrasser l’analyse des rites funéraires romains d’une lecture chrétienne ou préchrétienne. Le rôle d’une cérémonie funéraire avait essentiellement pour but de remettre de l’ordre au sein d’une communauté souillée par le décès de l’un des siens qui la quittait définitivement pour rejoindre le monde des morts. Discours souvent allusifs ou fragmentaires et vestiges archéologiques se complètent alors pour saisir la séquence ordonnée des rites et leur contenu concret qui révèle, selon les époques, les catégories sociales et les régions, des nuances et/ou des adaptations. La première étape d’une cérémonie funéraire canonique, ainsi reconstituée, consiste en l’exposition du défunt à son domicile. Sa mort est annoncée par une branche de pin ou de cyprès, végétaux réputés funestes, plantée devant la maison endeuillée et par le retentissement d’une musique funèbre caractérisée par son fort niveau sonore qui sert à tenir le reste de la communauté à l’écart. Le port de vêtements négligés et de coiffures hirsutes permet de distinguer les membres de la famille du défunt des autres citoyens non touchés par le deuil. L’exposition du mort, préparée par ces différents rituels, révèle un certain nombre de comportements du même ordre : le défunt est toiletté ce qui l’oppose au monde des vivants incarnés par ses parents à l’aspect négligé8. Sa dépouille, en position de « départ », est exposée les « pieds devant » au sens propre de l’expression, tournés vers la porte d’entrée pour exprimer déjà la séparation qui s’opère entre les deux mondes. Vient ensuite la pompe funèbre proprement dite. Le défunt est alors conduit sur une litière tirée ou non par des animaux de trait jusqu’à sa dernière demeure et est escorté par un cortège haut en couleur. Les rites qui suivent prennent alors place dans l’aire funéraire qui devient le domaine du défunt. Ils commencent par une distribution d’aliments typiques pour l’occasion qui peuvent cependant varier selon les régions (légumineuses, porc, coq, fruits, etc.) entre les différents participants à la cérémonie9. Mais des offrandes diverses, alimentaires (vin, fruits) ou non (encens, parfums) étaient faites sur le bûcher funéraire et dans la tombe à en croire Virgile ou Apulée10. Selon d’autres auteurs encore tels Cicéron et Festus11, la cérémonie de la mise au tombeau et la purification de la famille souillée par le décès était sanctionnée par le sacrifice d’une truie en l’honneur de Cérès, déesse de l’agriculture et de la terre que le défunt rejoint. Ce sacrifice précède le banquet. Ses restes sont peut-être partagés inégalement en fonction de leur nature (viande, sang, etc.) et des acteurs conviés (vivants, mort, dieux) lors du repas célébré dans l’aire funéraire. Les convives ne sont pas tous admis à la même table : les dieux et le défunt participent à part au banquet depuis le bûcher, la tombe ou à même la terre avec laquelle les vivants ne doivent pas entrer en contact. L’exigence pour les vivants de se démarquer des morts tout au long de la cérémonie s’observe aussi à l’usage de la lumière, y compris en plein jour. La lumière est fournie par les lampes à huile que l’on trouve parfois en quantité importante dans les espaces funéraires12. La préparation, l’absorption de nourriture accommodée de manière inaccoutumée, ses modes de consommation, la destruction des ustensiles du banquet ou encore les pratiques de mutilations volontaires de vases réservés aux défunts13 renvoient sans doute une fois encore à la distinction fondamentale que les vivants se doivent d’opérer entre le monde des ténèbres et le leur. À la suite du banquet, le mort est inhumé et, s’il a fait l’objet d’une crémation, une partie de ses os est recueillie, nettoyée et conservée dans un récipient pour être placée dans la tombe. C’est la phase de l’ossilegium14 et de la sépulture, qui concerne tout ou partie des restes du défunt. Ces rites étaient répétés lors de la commémoration des morts, à l’occasion de la fête des Parentalia consacrée aux défunts qui aurait fondé, selon Maurizio Bettini, le sens moderne du terme parents, élargi à tous les membres de la famille et non plus limité aux seuls géniteurs que désignait primitivement le mot latin parens15. Cette fête se tenait en février de chaque année ; on mangeait alors près de la sépulture pendant que le défunt recevait sa part sous forme d’une libation ou d’offrandes16. Fréquemment, on dépose de la vaisselle dans la tombe, pour les repas de commémoration à venir, un dispositif à libations est mis en place permettant de verser de l’huile ou toute autre offrande dans un pot ou par une conduite, l’offrande arrivant directement dans la tombe. Cette dernière doit conserver le souvenir du défunt. C’est pourquoi, en général, une stèle, un autel ou une plaque fixée au caveau portent une inscription rappelant la mémoire du défunt : son état civil, son appartenance à un réseau social (parents ou amis), son âge au décès et parfois un appel lancé au passant sous forme de salut (« Ave », « vale » ou « tu quis legis, vale ») ou de demande de répéter une formule propitiatoire (« Tu qui praeteriens, dicas sit tibi terra leuis »). C’est parfois de son vivant que l’on prépare son épitaphe en associant les membres de sa famille proche dont on veut que le souvenir survive à ses côtés. L’épitaphe porte alors la mention uiuus ou uiui (comme en témoigne le formulaire de l’inscription étudiée infra).

 

  • 17 Ces résultats sont confirmés sur d’autres sites, si bien que la situation lyonnaise semble de moins (...)
  • 18 M. Vovelle, « A century and one-half of American epitaphs (1660-1813) : toward the study of collect (...)
  • 19 Voir l’enquête de M. Carroll, « No part in earthly things ». The Death, Burial and Commemoration of (...)
  • 20 « Ce qui est nouveau avec l’époque romaine, c’est que les symboles de statut sortent de terre : l’i (...)
  • 21 C’est par exemple le cas des stèles à portrait de Mérida, capitale de Lusitanie, où le modèle est a (...)
  • 22 Voir Y. Duval, Loca Sanctorum Africae. Le culte des martyrs en Afrique du IVe au VIIe siècle, Rome, (...)

3La codification des rites témoigne de leur rôle de régulateurs sociaux qui fixent les relations entre les vivants, les morts et les dieux, garantes de la préservation de l’ordre naturel des choses. Ils n’ont donc pas une fonction de salut. La mémoire du défunt ne se perpétue que par le culte qui sera entretenu autour de son tombeau et par les épitaphes qui assurent la lecture régulière du nom du défunt, ou rappellent, pour certains, le souvenir de la générosité dont il avait su faire preuve de son vivant, comme la remise par la famille du défunt ou de la défunte des dépenses des obsèques prises en charge par la cité (d’où des formules du type « impensam funeris remisit »). Reste une question encore à envisager, celle du mode de sépulture. Les campagnes de fouilles menées à Lyon ont contribué à inverser le paradigme traditionnel fondé sur la disparition progressive de l’incinération au profit de l’inhumation sous l’influence du christianisme, en révélant la précocité des pratiques d’inhumation de même que la longévité de la crémation17. Les comportements funéraires peuvent également varier d’une classe d’âge à l’autre. On sait que les sociétés n’ont pas toutes porté la même attention à leurs morts et que toutes les catégories de la population ne faisaient pas l’objet d’un traitement égal. Les travaux de Michel Vovelle ont par exemple montré qu’aux États-Unis, avant la guerre de sécession, les jeunes femmes décédées avant mariage ne bénéficiaient pas toujours d’une tombe identifiée18. Au contraire, la faible part dans les nécropoles antiques des restes d’enfants morts en très bas âge, alors même que la mortalité infantile était très forte dans cette classe d’âge, tient autant à la décomposition rapide des ossements d’enfants ou à une mauvaise identification avec des ossements d’animaux par exemple, qu’à l’habitude de les inhumer à part, souvent au contact des lieux d’habitation, comme sous les seuils des maisons. Loin de traduire un quelconque désintérêt des sociétés anciennes pour les nourrissons (dont se font seulement écho les sources littéraires à portée philosophique ou moralisatrice), cette pratique révèle au contraire, dans la vie quotidienne, la nécessité de maintenir un lien étroit avec les petits défunts19. À Lyon, non seulement les très jeunes enfants jusqu’à l’âge de deux ans, sont toujours inhumés, mais à l’intérieur de la nécropole, ils sont même regroupés dans un « carré » réservé. Enfin, les pratiques funéraires étaient porteuses d’une culture matérielle que l’on voit évoluer. Le site de Lyon a permis d’observer un glissement des pratiques d’ostentation repérables, à l’époque romaine, au volume des objets détruits pendant les rituels, non plus à leur luxe. À l’inverse, c’est à l’époque romaine que l’on voit fleurir les indicateurs de tombes20 sous la forme de stèles, de plaques ou encore d’autels en tout genre21. Enfin, l’Antiquité tardive est marquée par une nouvelle évolution qui voit, à côté du maintien des pratiques traditionnelles, l’émergence de nouvelles formes de rapport à la mort en liaison avec la diffusion du christianisme. Si le repas funéraire ne disparaît pas, il se fait plus discret cédant la place principale au repas de commémoration qui, avec le développement du culte des martyrs, sera consacré sous la forme de la mensa martyrum (table des martyrs) qui ne recouvrait plus la tombe, mais servait de reliquaire22.

Un exemple : l’étude de CIL, V, 7647

  • 23 La chronologie est établie à partir de l’iconographie et du formulaire : la consécration à la memor (...)
  • 24 Découvert en 1690 par le prieur Stefano Gerbaldi dans le territoire de Romanisio, le monument a été (...)
  • 25 Pour une description plus détaillée de l’iconographie de l’inscription, L. Mercando, G. Paci, Stele (...)

4Une partie des thèmes qui viennent d’être présentés peut être illustrée par une inscription d’Italie, qui a attiré notre attention il y a quelque temps déjà. Il s’agit d’une inscription de la fin du Ier siècle apr. J.-C. ou du début du IIe siècle23, trouvée dans le sud du Piémont, à Fossano, dans la province de Cuneo, et connue depuis le XVIIe siècle24. Son analyse permet de comprendre plusieurs aspects de la conception romaine de la mort et de la construction de la mémoire. La forme extérieure reproduit l’architecture d’un petit temple, un édicule25 : un choix très commun pour les inscriptions funéraires qui s’inscrivent naturellement dans un contexte religieux.

Stèle de Fossano (CIL, V, 7647).

Stèle de Fossano (CIL, V, 7647).

© Center for Epigraphical Studies, Ohio State University.

  • 26 La typologie iconographique de l’individu sur la kliné et du serviteur à ses côtés tire son origine (...)
  • 27 Sur les banquets funéraires et la participation rituelle du défunt, J. M. C. Toynbee, Morte e sepol (...)
  • 28 L. Mercando, G. Paci, Stele romane in Piemonte, Rome, 1998, p. 103.
  • 29 Voir J. Scheid, Iusta facere : le culte des morts dans l’Italie antique et dans les provinces septe (...)
  • 30 J. M. C. Toynbee, Morte e sepoltura nel modo romano, Rome, 1993, p. 19 et suiv.

5L’iconographie spécifique de la stèle et le texte donnent plusieurs informations sur les messages et l’idéologie véhiculés par l’inscription. Dans la partie supérieure de la stèle, est représenté un banquet funéraire26 : il s’agit d’une image traditionnelle et standardisée, mais, précisément pour cette raison, elle est porteuse d’un ensemble de valeurs morales qui reflètent et identifient les idées de la société romaine face à la mort. L’importance du banquet funéraire pour honorer le défunt se traduit en images avec des connotations précises : l’homme qui est représenté sur le tympan est le défunt lui-même dont on rend visuellement la participation rituelle au banquet27. À côté de lui se trouvent un chien et un coq, symboles religieux28. La femme à ses côtés, tête voilée, tenant peut-être un oiseau entre les mains, pourrait être interprétée comme une parente en train de faire un cadeau ou un sacrifice29. En plus des aspects religieux, le banquet funéraire était, comme on l’a vu, un moment de visibilité pour le défunt et sa famille : pour le premier, c’était utile pour construire ou consolider le souvenir de soi, pour la seconde, c’était une occasion de souligner la position atteinte dans la société par le défunt et d’en tirer éventuellement avantage30. Représenter le défunt dans le décor de l’inscription répondait à ce double but. Les rapports étroits entre le défunt et sa famille et les implications sociales de cette relation, suggérée par l’iconographie, sont explicités par le texte, où on lit :

  • 31 V(ivus) f(ecit) | Q(uintus) Minicius | Faber | ab asse qu(a)esitum | VIvir Aug(ustalis) | recuie (s (...)

Il a fait réaliser (ce monument) de son vivant, sou par sou. Quintus Minicius Faber, sévir Augustal, pour son (leur) repos et pour sa (leur) mémoire durable. À sa femme, Lollia Severa, à sa fille Festa, à son fils Marcus, à son fils Salvillus, à son fils Messor, à sa (seconde ?) femme Flavia Prisca. Publius Minicius Marmuris a pris soin de la réalisation. Largeur de l’enclos, cinquante pieds (15 mètres), profondeur, cinquante pieds (15 mètres)31.

  • 32 Sur ce point, voir désormais N. Mathieu, L’épitaphe et la mémoire : parenté et identité sociale dan (...)
  • 33 La formule ne semble pas avoir de véritables parallèles dans la production épigraphique romaine. Da (...)
  • 34 J. M. C. Toynbee, Morte e sepoltura nel modo romano, Rome, 1993, p. 19 et suiv.
  • 35 Voir supra. Le mot grec necropolis, ville des morts, devient pour les chrétiens le cimetière, dériv (...)
  • 36 J. M. C. Toynbee, Morte e sepoltura nel modo romano, Rome, 1993, p. 19.
  • 37 L’énumération des membres de la famille a, par exemple chez les affranchis, une valeur sociale voir (...)

6Les inscriptions latines constituent un moyen sans égal pour faire l’anthropologie du monde romain en lisant le texte entre les lignes. Le premier élément que l’on note est la quantité de personnes mentionnées dans le texte : le tombeau est dédié à Q. Minicius Faber, mais aussi à toute sa famille (y compris ses deux épouses) ; il s’agit de quelque chose de bien connu dans le monde occidental moderne : le tombeau de famille32. Dans le monde romain aussi, il est fréquent de trouver des monuments de ce type. Mais, naturellement, il y a des différences qui ont des significations très précises. Le but de cette inscription est spécifié à la moitié du texte : pour la mémoire éternelle des défunts33. Le repos était la condition incontournable pour obtenir la bienveillance des esprits des défunts pourvu que les tombeaux ne soient pas profanés ni oubliés par la famille34. Comme on l’a rappelé plus haut, pour les Romains, le lien entre les identités personnelles et les corps n’avait plus de pertinence après la mort : les religions sotériologiques, comme le christianisme, qui croyaient en l’importance de conserver les corps et d’avoir la possibilité de les reconnaître, n’avaient pas encore eu de réelle diffusion ; les Romains ne concevaient pas la résurrection et les esprits des défunts étaient considérés comme définitivement séparés des corps après la mort, mais l’espace funéraire se définissait comme un lieu sacré pour la conservation de la mémoire personnelle et familiale (d’où la variété des termes pour désigner les tombes en latin qui contraste avec l’absence de mot désignant l’équivalent de nos cimetières35) et, en même temps, comme la résidence terrestre des esprits des défunts. De tout cet ensemble d’éléments ressortent les raisons de l’appel au repos de Minicius Faber. Le deuxième aspect de cet appel est celui de la mémoire perpétuée de la famille : pour les Romains, comme on a vu, l’au-delà n’était pas un monde meilleur et les Romains n’avaient pas d’idées bien définies sur ce qui les attendait après la mort. La conception, toute chrétienne, que le jour de la mort était le jour de la naissance à la vraie vie n’existait pas ; au contraire, ce qui importait pour les Romains était ce qui se passait au cours de la vie : sans perspective eschatologique, la possibilité de continuer à vivre après la mort était déterminée par les souvenirs des vivants, c’était seulement dans leur mémoire que les défunts pouvaient survivre36. Cette conception se traduit dans le texte d’un côté par l’absence de dates de naissance ou de mort, dépourvues de toute façon de toute perspective ultraterrestre, absence remplacée parfois par l’indication des âges au décès des personnes nommées ; de l’autre, par la présentation des aspects considérés comme caractéristiques de la vie de l’individu et dignes d’être rappelés par les vivants, en particulier, la composition de la famille et les relations entre ses membres. En considérant que les personnes nommées dans le texte ne sont pas mortes en même temps et que, probablement, la plupart d’entre elles étaient encore vivantes au moment de la réalisation de l’inscription, la référence à la famille a une utilité non seulement pour le défunt, mais aussi pour ceux qui ne sont pas encore morts et qui, comme on l’a dit au début, peuvent utiliser le succès du défunt pour améliorer leur position sociale37. En deuxième lieu, l’inscription met en avant la profession, qui est ici représentée par l’image d’un homme construisant ou réparant une roue.

  • 38 La fonction de sevir Augustalis était probablement exercée par Minicius Faber dans la ville de Poll (...)
  • 39 La seconde provient du sud de l’Italie et la dédicante est une femme. CIL, IX, 2029 : Vibia L(uci) (...)
  • 40 G. F. G. Bagnolo (Della gente Curzia e dell’età di Q. Curzio l’istorico, Bologne, 1741, p. 45) croy (...)
  • 41 43, 1.
  • 42 Voir Th. Mommsen, Gesammelte Schriften. vol. 7 – Philologische Schriften, Berlin 1909, p. 204.
  • 43 Même si Paul Veyne n’emploie pas l’expression, elle correspond bien à la description qu’il fait des (...)

7Autre élément très important à rappeler : les fonctions religieuses que le défunt a revêtues au cours de sa vie. Il est probable, mais non certain, que cet homme était un affranchi (c’est-à-dire un esclave libéré) en raison de la fonction de sévir qu’il exerçait38. En droit romain, depuis la lex Visellia de 24 apr. J.-C., les affranchis ne pouvaient plus accéder aux charges politiques, mais pouvaient occuper des fonctions religieuses, qui constituaient le niveau le plus élevé de la reconnaissance sociale liée à leur statut. Finalement, les derniers éléments que l’on évoquera, sont ceux qu’il désire rappeler et qu’il va jusqu’à mettre à la première place en ouverture de l’inscription. Ils touchent aux aspects économiques : Q. Minicius Faber explique qu’il a fait construire le tombeau en totalité, sans autre participation. La formule ab asse quaesitum (quesitum ici) est très rare et mérite à ce titre que l’on s’y arrête. Avec la stèle de Faber, on ne possède à ce jour qu’une seule autre attestation39. La formule a donné lieu à plusieurs interprétations40. Un solide point de comparaison peut être trouvé dans le Satyricon où Pétrone41 écrit que Trimalcion a grandi en partant de rien42 (ab asse creuit). La symétrie de la formule, dans un contexte vraisemblablement identique – le statut de sévir de Faber oriente vers une condition d’affranchi qui était celle du protagoniste du Satyricon, héritier d’un riche maître – suggère que les deux hommes avaient à cœur de montrer, toutes proportions gardées, qu’ils ne devaient leur réussite qu’à eux-mêmes, des « self-made men » en quelque sorte43.

  • 44 La dimension de la zone de sépulture semble être jusqu’ici la troisième plus grande de la région : (...)

8À mi-chemin entre le niveau religieux et économique se situe la dernière ligne de l’inscription constituée par une série d’abréviations, qui indiquent les dimensions de l’enclos sacré délimitant l’espace funéraire : d’une part, comme on l’a dit, il était important d’identifier des espaces sacrés pour les esprits et pour les cultes qui leur étaient rendus – et la loi romaine prévoyait d’ailleurs des sanctions pour ceux qui profanaient ces espaces – mais d’autre part, c’est une manière de mettre en valeur la volonté du titulaire de la sépulture de faire remarquer aux passants les dimensions de l’espace délimité, surtout si on considère que le tombeau de Q. Minicius Faber est un des plus grands espaces funéraires connus dans cette partie de l’Italie44.

  • 45 C’est dans ce sens qu’il faut comprendre la présence de P. Minicius Marmuris comme curateur de l’in (...)

9L’allusion aux aspects économiques est le reflet fidèle de la mentalité romaine, en particulier celle des couches inférieures de la société : la continuelle tendance à l’amélioration du statut personnel et le désir de richesse sont caractéristiques d’une réalité où la mobilité sociale d’un point de vue individuel et, encore plus, intergénérationnel, était très forte et les inscriptions étaient conçues comme des outils de promotion de soi45.

10L’inscription de Q. Minicius Faber donne un exemple très clair et très riche du rôle que les Romains attribuaient à l’écriture, qu’ils utilisaient pour consigner des messages conçus idéalement pour une durée perpétuelle. En même temps, il est clair que les inscriptions funéraires étaient utilisées par les Romains comme un moyen de construire la mémoire de soi.

11Le mécanisme, dangereux sur le principe, était limité par le contrôle social : le contenu des épitaphes correspondait généralement à la réalité. D’ailleurs, elles sont souvent considérées comme un substitut d’état civil qui nous manque pour l’Antiquité. La fonction même de l’inscription qui visait à la consolidation de la position des générations futures limitait les falsifications et les exagérations et permettait de transmettre, par l’incision de la pierre, une image suffisamment fidèle de la réalité et, donc, plus largement, de la conception romaine de la mort.

Notes

1 Voir J. Scheid et al., Pour une archéologie du rite. Nouvelles perspectives de l’archéologie funéraire, Rome, 2008 (CEFR, 407).

2 J.-L. Schenck-David, Dis Manibus. Images et expressions de la mort dans le Comminges antique, Saint-Gaudens, 2016, Abelio, coll. « Histoire et Archéologie », p. 7-11.

3 Post Mortem, rites funéraires à Lugdunum. Catalogue d’exposition au musée gallo-romain de Lyon-Fourvière, 27 novembre 2009-3 mai 2010, 2009. Une présentation synthétique a été proposée sous forme d’entretien dans la revue Archeologia, n° 476, avril 2010, « Post Mortem… La mort à Lugdunum », p. 15-24, à laquelle nous empruntons, pour la conduite de cet exposé, les principales conclusions.

4 Discussions sémantiques autour des nécropoles, dans Post Mortem, rites funéraires à Lugdunum. Catalogue d’exposition au musée gallo-romain de Lyon-Fourvière, 27 novembre 2009-3 mai 2010, 2009, p. 86.

5 « Les espaces funéraires se composent de petits groupes de tombes juxtaposées ici et là sur une durée très variable, avec de nombreuses solutions de continuité… ils s’intercalent, au sein du suburbium, entre les activités économiques, artisanales voire entre des habitations, principalement en bordure de voies », dans Archeologia, n° 476, avril 2010, « Post Mortem… La mort à Lugdunum », p. 18.

6 P. Le Roux, « Les villes de la péninsule Ibérique romaine : un siècle d’historiographie », Espagnes romaines. L’empire dans ses provinces, Rennes, 2014, p. 189-209 et particulièrement p. 195 : « l’Antiquité romaine n’a pas connu, même à Rome, de “politiques de la ville”, telles qu’elles peuvent être pratiquées de nos jours. »

7 J. Scheid, « Contraria facere : renversements et déplacements dans les rites funéraires », Annali dell’Istituto Orientale di Napoli, 6, 1984, p. 117-139. L’évocation infra des étapes du déroulement de la cérémonie funéraire est directement tributaire de cette étude.

8 Cf. le portrait que dresse Suétone d’Auguste à la nouvelle du désastre de Varus à Teutobourg en 9 apr. J.-C. : « il laissa croître sa barbe et ses cheveux plusieurs mois de suite et il se frappait de temps en temps la tête contre la porte, en s’écriant : “Quinctilius Varus, rends-moi mes légions” » (Vie d’Auguste, 23).

9 P. Caillat, « Les dépôts de viande », p. 159 et M. Cabanis, « Les dépôts végétaux et préparations alimentaires », p. 160 dans Post Mortem, rites funéraires à Lugdunum. Catalogue d’exposition au musée gallo-romain de Lyon-Fourvière, 27 novembre 2009-3 mai 2010, 2009, identifient, à partir des apports de la zooarchéologie, les pièces de viande retenues de préférence pour le banquet funéraire.

10 Énéide, 6, 224-225 ; Florides, 19 signalés par J. Scheid, article cité, p. 129.

11 Cicéron, des Lois, 2, 57 ; Festus, p. 296-298L mentionnés par J. Scheid, article cité, p. 129.

12 J. Scheid, article cité, p. 122-123. Voir aussi « L’éclairage dans le cadre funéraire », dans Post Mortem, rites funéraires à Lugdunum. Catalogue d’exposition au musée gallo-romain de Lyon-Fourvière, 27 novembre 2009-3 mai 2010, 2009, p. 4.

13 Ch. Bonnet et A. Wittmann, « La vaisselle des vivants », p. 163 ; Ch. Bonnet, « Dépôts de vases sur une tombe-bûcher », Post Mortem, rites funéraires à Lugdunum. Catalogue d’exposition au musée gallo-romain de Lyon-Fourvière, 27 novembre 2009-3 mai 2010, 2009, p. 158.

14 Ch. Bonnet, « Vases-ossuaires à Lyon », Post Mortem, rites funéraires à Lugdunum. Catalogue d’exposition au musée gallo-romain de Lyon-Fourvière, 27 novembre 2009-3 mai 2010, 2009, p. 166.

15 M. Bettini, « Dai parentes ai “parenti” italiani », dans Affari di famiglia. La parentela nella letteratura e nella cultura antica, Bologne, 2009, p. 127-137.

16 Ovide, Fastes, II, 533-570.

17 Ces résultats sont confirmés sur d’autres sites, si bien que la situation lyonnaise semble de moins en moins être un cas isolé. Lire par exemple les récentes conclusions pour la cité de Barcino (Barcelone) tirées par D. Gorostidi Pi, J. López Vilar, « Las cupae de la Hispania Citerior : reflexiones sobre su origen y sobre el caso de Barcino », dans J. Andreu Pintado, Las cupae hispanas : origen, difusión, uso, tipología, Tudela, 2012, p. 25-76.

18 M. Vovelle, « A century and one-half of American epitaphs (1660-1813) : toward the study of collective attitudes about death », Comparative Studies in Society and History, 22, 1980, p. 534-547.

19 Voir l’enquête de M. Carroll, « No part in earthly things ». The Death, Burial and Commemoration of Newborn Children and Infants in Roman Italy, dans M. Harlow, L. Larsson Lovén, Families in the Roman and Late Antique World, Continuum, 2012, p. 41-63.

20 « Ce qui est nouveau avec l’époque romaine, c’est que les symboles de statut sortent de terre : l’investissement porte sur les monuments et les stèles, non plus sur la destruction d’un mobilier prestigieux ou des sacrifices en masse d’animaux, à la différence des tombes gauloises », dans Archeologia, n° 476, avril 2010, « Post Mortem… La mort à Lugdunum », p. 24.

21 C’est par exemple le cas des stèles à portrait de Mérida, capitale de Lusitanie, où le modèle est arrivé au IIe siècle apr. J.-C. en provenance d’Italie, et fut adopté notamment par les affranchis vraisemblablement désireux d’affirmer leur position sociale : J. Edmondson, T. Nogales Basarrate et W. Trillmich, Imagen y memoria. Monumentos funerarios con retratos en la colonia Augusta Emerita, Madrid, 2001.

22 Voir Y. Duval, Loca Sanctorum Africae. Le culte des martyrs en Afrique du IVe au VIIe siècle, Rome, 1962.

23 La chronologie est établie à partir de l’iconographie et du formulaire : la consécration à la memoria du défunt (voir la traduction de l’inscription infra et la note 29 pour le texte latin) apparaît plus tôt en Italie et à Rome que dans les provinces.

24 Découvert en 1690 par le prieur Stefano Gerbaldi dans le territoire de Romanisio, le monument a été transporté à Fossano puis emmuré chez Gerbaldi ; en 1762, il fut déplacé à Turin et exposé dans le hall de l’université ; finalement il fut déposé au Musée de l’Antiquité de Turin.

25 Pour une description plus détaillée de l’iconographie de l’inscription, L. Mercando, G. Paci, Stele romane in Piemonte, Rome, 1998, p. 131-132, n° 63 et G. Mennella, E. Bernardini, Regio IX : Liguria, Pollentia, dans Supplementa Italica. Nuova serie, 19, Rome, 2002, p. 157, n° 190. Pour une comparaison avec d’autres inscriptions de seviri de la regio IX, V. Pettirossi, Il seviro augustale e il suo monumento nella IX Regio, Rivista di Studi Liguri, LXXII-LXXIII, 2006-2007, p. 35-90.

26 La typologie iconographique de l’individu sur la kliné et du serviteur à ses côtés tire son origine des répertoires grecs et compte plusieurs exemples en Cisalpine au Ier siècle apr. J.-C. et aux époques suivantes : C. Compostella, Banchetti pubblici e banchetti privati nell’iconografia funeraria romana del I secolo d.C., MEFRA, n° 104, 2, 1992, p. 659.

27 Sur les banquets funéraires et la participation rituelle du défunt, J. M. C. Toynbee, Morte e sepoltura nel modo romano, Rome, 1993, p. 50 et suiv.

28 L. Mercando, G. Paci, Stele romane in Piemonte, Rome, 1998, p. 103.

29 Voir J. Scheid, Iusta facere : le culte des morts dans l’Italie antique et dans les provinces septentrionales de l’empire (www.college-de-france/fr/site/john-scheid/course-2011-2012).

30 J. M. C. Toynbee, Morte e sepoltura nel modo romano, Rome, 1993, p. 19 et suiv.

31 V(ivus) f(ecit) | Q(uintus) Minicius | Faber | ab asse qu(a)esitum | VIvir Aug(ustalis) | recuie (sic) et memoriae | diuturnae | Lolliae Severae | uxsori Festae f(iliae) | M(arco) filio Salvillo f(ilio) | Messori f(ilio) | Flaviae Priscae uxsori | P(ublius) Minicius Marmuris | quram hegit (sic)/ [I]n fr(onte) p(edes) L in ag(ro) p(edes) L.

32 Sur ce point, voir désormais N. Mathieu, L’épitaphe et la mémoire : parenté et identité sociale dans les Gaules et Germanies romaines, Rennes, PUR, 2011.

33 La formule ne semble pas avoir de véritables parallèles dans la production épigraphique romaine. Dans la regio IX, il y a environ cinquante attestations de la formule « Hic requiescit bonae memoriae », dont notre texte donne une version nominale. Recuie au lieu de requiei ne semble pas être attesté ailleurs, à l’exception d’une inscription de Vénétie, où l’on rencontre le verbe « recuiescit » (IAquil, 3, 3014). L’adjectif « diuturna » n’est pas normalement combiné avec « memoria », tandis que l’on dispose d’une attestation de l’expression « quies diuturna » (AE, 1922, 25) et plusieurs de « memoria aeterna ».

34 J. M. C. Toynbee, Morte e sepoltura nel modo romano, Rome, 1993, p. 19 et suiv.

35 Voir supra. Le mot grec necropolis, ville des morts, devient pour les chrétiens le cimetière, dérivé du verbe grec qui signifie « dormir », en relation avec l’idée chrétienne de vie ultraterrestre.

36 J. M. C. Toynbee, Morte e sepoltura nel modo romano, Rome, 1993, p. 19.

37 L’énumération des membres de la famille a, par exemple chez les affranchis, une valeur sociale voire communautaire (au sens de la réunion dans la tombe de tous les membres d’une même communauté familiale) comme l’ont bien montré les travaux de J. Edmondson pour les inscriptions de Mérida en Lusitanie (voir supra note 19, par exemple).

38 La fonction de sevir Augustalis était probablement exercée par Minicius Faber dans la ville de Pollentia, dans le territoire de Fossano, où l’inscription a été découverte. À ce jour ont été trouvées cinq attestations de seviri sur le territoire de Pollentia : deux seviri Augustales, deux seviri nude dicti et un magister Augustalis, fonctions qui sont présentes aussi dans les inscriptions de la région. En Italie, l’origine souvent mixte de ces seviri, affranchis ou ingénus, ne nous permet pas d’obtenir d’information sûre concernant la condition de Minicius Faber, mais l’onomastique familiale, entre autres, plaide plutôt pour son origine servile.

39 La seconde provient du sud de l’Italie et la dédicante est une femme. CIL, IX, 2029 : Vibia L(uci) l(iberta) Chresta mon(umentum) | fecit sibi et suis et C(aio) Rustio | C(ai) l(iberto) Thalasso filio et Vibiae |(mulieris) l(ibertae) Calybeni libertae Lenae | ab asse quaesitum lucro suo sine | fraude aliorum h(oc) m(onumentum) h(eredem) n(on) s(equetur).

40 G. F. G. Bagnolo (Della gente Curzia e dell’età di Q. Curzio l’istorico, Bologne, 1741, p. 45) croyait qu’il s’agissait d’un cognomen indiquant un travail où il était nécessaire de manipuler des as ; G. Furlanetto (Appendix Lexici totius latinitatis ab Aegidio Forcellino elucubrati et in tertia editione patavina ab Josepho Furlanetto aucti et emendati, dans Giornale dell’Imperiale Regio Istituto lombardo di scienze, lettere ed arti e biblioteca italiana compilata da vari dotti nazionali e stranieri, Tomo 2, Fascicolo 5, Padoue, 1841, p. 17 s.v. as) pensait qu’il y avait une référence à de l’argent gagné par la prostitution ; selon C. Promis (Storia dell’Antica Torino, 1869), il s’agissait d’argent gagné par le commerce et Minicius Faber aurait été nommé sevir Augustalis parce qu’il était riche. Selon Vollmer (Thesaurus Linguae Latinae, s.v. as, col. 746), le texte signifiait que Minicius n’avait demandé d’argent à personne pour réaliser le monument. E. De Ruggiero (Dizionario epigrafico di Antichità romane, s.v. as (ab asse), Rome, I, 1895, p. 712) comprenait que le monument n’avait pas coûté cher. H. Gummerus (« Darstellungen aus dem Handwerk auf römischen Grab-und Votivsteinen in Italien », Jahrbuch des deutschen Archäologischen Institut, 28, 1913, p. 63-126, p. 91) croyait que la sépulture avait été faite sur un terrain indivis, en supposant que le mot locum était sous-entendu avec quesitum et que la formule ab asse équivalait à ex asse. G. B. Roggia, dans un article dédié à l’inscription (« La lapide funeraria di Q. Minicio e la stazione romana di Romanisio », Bollettino della R. Dep. Subalpina di Storia Patria, Sez. Cuneo, 21, 1942, p. 43-51), interprète la formule comme « réalisée avec son patrimoine ». A. Ferrua dans Inscriptiones Italiae (IX, 1, Rome, 1948, n° 190) dit seulement « intellege monumentum hoc faciendum curavit ». G. Nenci, Ab asse quaesitum, dans Rivista di Filologia e d’Istruzione Classica, s. III, vol. 92, 1964, p. 331-333, supposait que la formule était une expression populaire pour dire que le monument avait été « messo insieme asse su asse, vale a dire soldo su soldo, dal nulla » (p. 333) et cette interprétation semble être confirmée par l’inscription de Bénévent (voir supra note 37) qui présente la même formule. Même si G. Nenci avait probablement raison, des recherches récentes ont proposé de nouvelles interprétations du texte : L. Schumacher, dans son ouvrage Sklaverei in der Antike : Alltag und Schicksal der Unfreien, Munich, 2001, p. 234, en parlant de l’inscription de Bénévent écrit que la formule se référait à de l’argent gagné grâce à la prostitution, comme l’avait déjà proposé Furlanetto. En 2008, U. Fellmeth a publié une recherche sur l’économie dans l’Antiquité ou il écrit que, dans l’inscription de Minicius Faber, « ab asse quesitum » indiquait une position sociale et économique modeste et que Faber avait connu une ascension sociale en arrivant à devenir sevir Augustalis (Pecunia non olet. Die Wirtschaft der antiken Welt, Darmstadt, 2008). Néanmoins, la théorie de G. Nenci semble être la plus satisfaisante, comme l’atteste aussi l’inscription de Bénévent.

41 43, 1.

42 Voir Th. Mommsen, Gesammelte Schriften. vol. 7 – Philologische Schriften, Berlin 1909, p. 204.

43 Même si Paul Veyne n’emploie pas l’expression, elle correspond bien à la description qu’il fait des affranchis, de la race de Trimalcion : « Or, nos affranchis, s’ils ont des ressources au départ, n’ont pas de métier à continuer ; ils ne sont pas soumis à un contexte. Ce sont des déracinés de vocation, des êtres marginaux. Ils sont condamnés à tirer d’eux-mêmes la règle de leur action, à inventer et à réaliser des combinaisons neuves » (Vie de Trimalcion, Annales ESC, 1961, 16, p. 228).

44 La dimension de la zone de sépulture semble être jusqu’ici la troisième plus grande de la région : seules deux autres de 100 pieds de large la dépassent (AE, 1994, 646 ; CIL, V, 73). Cela confirme le prestige et la richesse accumulés par Minicius Faber.

45 C’est dans ce sens qu’il faut comprendre la présence de P. Minicius Marmuris comme curateur de l’inscription : il utilise l’inscription funéraire de Q. Minicius Faber pour conférer l’éternité à son nom. La présence de u(iuus) f(ecit) au début de l’inscription peut être reliée à ce même P. Minicius qui est le dédicant de l’inscription, dont la dernière ligne suggère qu’elle a été réalisée après la mort de Q. Minicius.

Table des illustrations

Titre Stèle de Fossano (CIL, V, 7647).
Crédits © Center for Epigraphical Studies, Ohio State University.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17790/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site