Version classiqueVersion mobile

L'orchestration de la mort

 | 
Élisabeth Belmas
, 
Serenella Nonnis-Vigilante

Prologue : Modes de sépulture et transmission de la mémoire dans la Rome antique entre le Ier siècle av. J.-C. et le IIIe siècle apr. J-C.

Sabine Armani et Giulia Masci

Résumé

Les auteurs étudient successivement les modes de funérailles dans le monde romain – notamment en Gaule – et une stèle provenant de l’antique Gaule Cisalpine (CIL, V, 7647) qui était un marqueur des sépultures. Les progrès des méthodes archéologiques associées à la relecture du rituel des obsèques rendus à leur vérité historique permettent une meilleure appréhension de la conception que les Anciens se faisaient de la mort et des morts ainsi que des évolutions des modes de sépulture. L’étude de cas qui suit présente une stèle dont les éléments décoratifs rappellent certaines étapes du rituel funéraire. Elle comportait une épitaphe collective d’une famille d’affranchis en pleine ascension économique dont le but est avant tout d’afficher la réussite sociale.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nos connaissances concernant les pratiques funéraires et mémorielles dans l’Empire romain ont fait l’objet d’un renouvellement constant depuis quelques années tant sur le plan de l’interprétation des vestiges matériels que de l’analyse des discours1, aux origines d’un nouveau champ disciplinaire : l’archéothanatologie2. Dans les provinces gallo-romaines, on a notamment bénéficié des apports des récentes fouilles effectuées à Lyon qui ont été portées à la connaissance d’un large public par une exposition au musée archéologique de la ville suivie par la publication d’un catalogue dont la consultation a inspiré la première partie de la présente communication3. Ces fouilles ont entre autres eu le mérite de montrer que les progrès de l’archéologie funéraire, à la suite de ceux de l’anthropologie biologique appliquée à l’étude des populations antiques, ont contribué à une meilleure connaissance de ces sociétés et à la manière dont elles envisageaient la mort. Ce regard croisé, rendu possi...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search