Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orare aut laborare ? Fêtes de précepte et jours chômés du Moyen Âge au début du xixe siècle

 | 
Philippe Desmette
, 
Philippe Martin

Conclusions

Philippe Desmette et Philippe Martin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dater le début des fêtes d’obligation dans la chrétienté ne relève-t-il pas de la gageure ? À moins qu’il faille considérer que la constitution impériale de Constantin, datée du 3 juillet 321, visant à instaurer le dies solis comme jour férié pour les procès et pour les autres actions publiques, soit un acte de naissance satisfaisant. Il faut cependant attendre le milieu du XIIe siècle, avec le Décret attribué à Gratien, pour disposer d’une liste de jours chômés pour l’ensemble de l’Église : 88 dates, 52 dimanches et 36 fêtes liées au Christ, à la Vierge et à quelques saints.

Dans le monde catholique européen, qui a retenu notre attention dans ce volume, la fête d’obligation est clairement définie. L’abbé Clairin rappelle que le premier commandement de l’Église « prescrit aux fidèles de sanctifier les fêtes de précepte »1. Elles ont deux fonctions : « porter les hommes à la vertu en mettant sous leurs yeux des événements pleins d’instruction et leur proposant des modèles à imiter ; s...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540