Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orare aut laborare ? Fêtes de précepte et jours chômés du Moyen Âge au début du xixe siècle

 | 
Philippe Desmette
, 
Philippe Martin

Quatrième partie. La fête contemporaine : entre continuité et innovation

Calendrier légal et temps religieux. Célébrer la messe pro populo de Benoît XIV à Pie IX

Vincent Petit

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Mon texte se trouve à la confluence de deux grands trends concomitants de l’histoire occidentale à savoir l’étatisation de la régulation collective du temps et la désintrication organique entre clercs et laïcs.

 

1. Le processus de réduction des fêtes, œuvre conjointe des souverains temporels et des autorités épiscopales, a en plus de ses inspirations utilitaristes, des causes spécifiquement religieuses, que ce soit la crainte des débordements festifs1, la volonté d’insister avant tout sur la sanctification du dimanche, la tentative d’établir un calendrier plus rationnel et plus didactique fondé sur le cycle temporal au détriment du sanctoral. Seulement, ce processus entraîne une divergence croissante entre le calendrier légal avec la norme romaine spécifiée par le pape Urbain VIII dans la bulle Universa per orbem de 1642. Du début du XVIIe à la fin du XVIIIe siècle, le nombre de fêtes d’obligation chômées passe en moyenne de 33 à moins de vingt dans la plupart des diocèses français2....

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540