Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Orare aut laborare ? Fêtes de précepte et jours chômés du Moyen Âge au début du xixe siècle

 | 
Philippe Desmette
, 
Philippe Martin

Quatrième partie. La fête contemporaine : entre continuité et innovation

Repos dominical et jours fériés en Belgique au XIXe siècle : la transformation des obligations religieuses en revendication sociale

Pierre-Olivier De Broux e Florence Maertens de Noordhout

I formati HTML, PDF, ePub sono accessibili agli utenti delle biblioteche e degli istituti che hanno richiesto la licenza OpenEdition Freemium per Books. Ad ogni modo, l'opera potrà essere acquistata online tramite le nostre librerie affiliate, nei formati PDF e ePub. Se la versione a stampa è disponibile sono proposti dei link verso le librerie in questa stessa pagina.

Estratto del testo

Le respect officiel des fêtes religieuses dans la Belgique contemporaine est essentiellement un héritage de la période dite française (1795-1814), durant laquelle le droit – et en particulier les codes napoléoniens – ont intégré le régime du Concordat. C’est cette insertion des préceptes religieux dans le droit contemporain qui fait principalement l’objet de notre analyse. Le régime juridique français des fêtes religieuses va en effet perdurer jusqu’au début du XXe siècle en Belgique, non sans provoquer plusieurs controverses.

À la chute de Napoléon, la Belgique passe sous la domination hollandaise, formant un nouveau royaume divisé par une frontière religieuse, la population protestante au Nord, la population catholique au Sud. Le roi Guillaume impose d’emblée, dès 1814, le respect des dimanches et des fêtes religieuses. La révolution belge de 1830 épingle cette pratique, parmi d’autres griefs formulés au souverain hollandais. D’où l’adoption d’une Constitution belge, en 1831, qui d...

Autori

Université Saint-Louis, Bruxelles. CRHiDI

Université Saint-Louis, Bruxelles. CRHiDI

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540