Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Orare aut laborare ? Fêtes de précepte et jours chômés du Moyen Âge au début du xixe siècle

 | 
Philippe Desmette
, 
Philippe Martin

Quatrième partie. La fête contemporaine : entre continuité et innovation

Contraindre à la messe

Philippe Martin

Das Programm OpenEdition Freemium bietet den abonnierten Benutzern Zugang zu dem Volltext im HTML-, PDF- und ePub-Format. Das Buch kann auch für Privatnutzer über unsere Partnerbuchhändler im PDF- und ePub-Format online erworben werden. Falls die gedruckte Version erhältlich ist, sind die Buchhandlungen auf dieser Seite rechts verlinkt.

Textauszug

Le concile de Trente a été très clair : tout fidèle se doit d’assister à la messe dominicale dans sa paroisse. À sa suite, les liturgistes, les canonistes et les auteurs de piété développent une intense activité pour que l’obligation entre dans les faits. Étienne Guerry assure que le concile « n’a désormais laissé aucun doute aux Paroissiens, qu’il y ayt obligation d’assister à leurs messes de Paroisse toutes les Dimanches, sous peine de péché mortel »1. Pour prouver qu’il ne s’agit pas d’une nouveauté, il accumule les exemples montrant qu’il existe « dès le premier siècle obligation d’assister à la Messe de Paroisse »2. Cette prescription est si importante que le père Floriot lui consacre un traité afin de « représenter aux enfants de l’Eglise Catholique l’obligation qu’ils ont d’y estre presens, tant qu’il leur est possible, s’ils veulent s’acquitter dignement du culte et de l’honneur qu’ils doivent à Dieu, & se rendre dignes de recevoir de son infinie bonté les lumières & les...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540