Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orare aut laborare ? Fêtes de précepte et jours chômés du Moyen Âge au début du xixe siècle

 | 
Philippe Desmette
, 
Philippe Martin

Quatrième partie. La fête contemporaine : entre continuité et innovation

Contraindre à la messe

Philippe Martin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le concile de Trente a été très clair : tout fidèle se doit d’assister à la messe dominicale dans sa paroisse. À sa suite, les liturgistes, les canonistes et les auteurs de piété développent une intense activité pour que l’obligation entre dans les faits. Étienne Guerry assure que le concile « n’a désormais laissé aucun doute aux Paroissiens, qu’il y ayt obligation d’assister à leurs messes de Paroisse toutes les Dimanches, sous peine de péché mortel »1. Pour prouver qu’il ne s’agit pas d’une nouveauté, il accumule les exemples montrant qu’il existe « dès le premier siècle obligation d’assister à la Messe de Paroisse »2. Cette prescription est si importante que le père Floriot lui consacre un traité afin de « représenter aux enfants de l’Eglise Catholique l’obligation qu’ils ont d’y estre presens, tant qu’il leur est possible, s’ils veulent s’acquitter dignement du culte et de l’honneur qu’ils doivent à Dieu, & se rendre dignes de recevoir de son infinie bonté les lumières & les...

Auteur

Université Lyon 2 Lumière - UMR 5190 LARHRA

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540