Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orare aut laborare ? Fêtes de précepte et jours chômés du Moyen Âge au début du xixe siècle

 | 
Philippe Desmette
, 
Philippe Martin

Troisième partie. Aux marges de la catholicité

Une fête religieuse impensable chez les protestants français ? La « fête des morts dans l’Église réformée » (1901)

Nicolas Champ

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est admis, avec André Gounelle, que « le protestantisme n’admet ni de prières ni de rites pour les défunts »1 ; encore récemment le pasteur Flemming Fleinert-Jensen expliquait qu’à la question « Les protestants prient-ils les morts, pour les morts, sur les morts ? »2, une réponse lapidaire et négative pouvait être faite. Pour autant, les attitudes protestantes face à la mort ne restent pas intangibles au cours de la période contemporaine3. Elles constituent un terrain d’observation privilégié pour prolonger les remarques naguère faites par Guillaume Cuchet à propos du catholicisme :

Le problème devenu central […] des variations des contenus vécus de la foi par-delà la stabilité apparente des dogmes et des catéchismes était, par conséquent, rarement posé et l’on raisonnait le plus souvent à crédibilité constante des données de la foi, comme si celle-ci ne variait pas, ou quasiment pas4.

À ce titre, les débats autour d’une « fête des morts dans l’Église réformée » de France au seuil ...

Auteur

Université Bordeaux Montaigne - Centre d’Étude des Mondes Moderne et Contemporain

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540