Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orare aut laborare ? Fêtes de précepte et jours chômés du Moyen Âge au début du xixe siècle

 | 
Philippe Desmette
, 
Philippe Martin

Troisième partie. Aux marges de la catholicité

Les fêtes dans le monde réformé (XVIe-XVIIIe siècles)

Yves Krumenacker

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le lien entre Réforme protestante et modernité fait partie de ces lieux communs qu’il n’est pas inutile de discuter, pour mieux préciser la part de vérité qu’ils contiennent – ou non. Elle s’est voulue en effet conservatrice, traditionaliste, recherchant avant tout à revenir aux origines. Pourtant, elle a pu, dans certains domaines, ouvrir la voie à de profondes mutations. Elle fut, entre autres, une grande entreprise de désacralisation du temps et de l’espace catholiques. Le rapport individuel du croyant avec Dieu aussi bien que le refus des pratiques rituelles imposées par Rome ont en effet abouti à une remise en question des jours de fête traditionnels, y compris du dimanche. L’ensemble de la Réformation condamna les fêtes catholiques comme nuisibles pour l’économie, la morale et la foi. Luther réclama dès 1520 l’abolition des fêtes patronales, liées au culte des saints, Zwingli fit de même en 1523. Calvin fut au moins aussi virulent. La Confession de foi des Églises réformées de...

Auteur

Université de Lyon Jean Moulin - UMR 5190 LARHRA

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540