Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Orare aut laborare ? Fêtes de précepte et jours chômés du Moyen Âge au début du xixe siècle

 | 
Philippe Desmette
, 
Philippe Martin

Deuxième partie. Situations établies et réformes à l’Époque moderne

Identités urbaines et fêtes d’obligation à Lyon au XVIIIe siècle

Nicolas Guyard

I formati HTML, PDF, ePub sono accessibili agli utenti delle biblioteche e degli istituti che hanno richiesto la licenza OpenEdition Freemium per Books. Ad ogni modo, l'opera potrà essere acquistata online tramite le nostre librerie affiliate, nei formati PDF e ePub. Se la versione a stampa è disponibile sono proposti dei link verso le librerie in questa stessa pagina.

Estratto del testo

Pour ce qui concerne la réduction du nombre des fêtes que vous avez faites et dont vous nous parlez dans votre lettre du 9 décembre, l’on ne pourrait être ni plus prudent ni plus sage1.

Ainsi le pape Benoit XIV validait la réforme du calendrier diocésain qu’avait effectuée le Cardinal Pierre Guérin du Tencin, archevêque de Lyon, en 1743, par la publication d’un mandement qui modifiait profondément le temps religieux2. Une telle réforme, au milieu du XVIIIe siècle, n’était pas anodine tant sur le plan spirituel que sur le plan politique. En effet, elle transformait de manière considérable un évènement religieux au cœur de la vie de la cité, véritable « théâtre »3 de la société urbaine lyonnaise.

Cette décision archiépiscopale qui diminuait radicalement le nombre de fêtes d’obligation a été analysée en premier lieu sur un plan uniquement socio-économique4. La suppression de nombreux jours chômés s’inscrivait dans une temporalité plus large qui, sous l’impulsion des autorités civiles et ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540