Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orare aut laborare ? Fêtes de précepte et jours chômés du Moyen Âge au début du xixe siècle

 | 
Philippe Desmette
, 
Philippe Martin

Deuxième partie. Situations établies et réformes à l’Époque moderne

Identités urbaines et fêtes d’obligation à Lyon au XVIIIe siècle

Nicolas Guyard

Texte intégral

  • 1 Émile De Heeckeren (éd.), Correspondance de Benoît XIV, Paris, Plon, 1912, t. I, p. 453. Lettre du (...)

Pour ce qui concerne la réduction du nombre des fêtes que vous avez faites et dont vous nous parlez dans votre lettre du 9 décembre, l’on ne pourrait être ni plus prudent ni plus sage1.

  • 2 Mandement de Son Eminence Monseigneur le Cardinal de Tencin, Archevêque et Comte de Lyon, Au sujet (...)
  • 3 Expression notamment employée dans Philippe Martin, Le théâtre divin. Une histoire de la messe XVIe(...)

1Ainsi le pape Benoit XIV validait la réforme du calendrier diocésain qu’avait effectuée le Cardinal Pierre Guérin du Tencin, archevêque de Lyon, en 1743, par la publication d’un mandement qui modifiait profondément le temps religieux2. Une telle réforme, au milieu du XVIIIe siècle, n’était pas anodine tant sur le plan spirituel que sur le plan politique. En effet, elle transformait de manière considérable un évènement religieux au cœur de la vie de la cité, véritable « théâtre »3 de la société urbaine lyonnaise.

  • 4 Voir notamment Nicole El Hajje-Kervevan, « Une réforme du calendrier liturgique : l’exemple des fêt (...)

2Cette décision archiépiscopale qui diminuait radicalement le nombre de fêtes d’obligation a été analysée en premier lieu sur un plan uniquement socio-économique4. La suppression de nombreux jours chômés s’inscrivait dans une temporalité plus large qui, sous l’impulsion des autorités civiles et religieuses, voyait le temps du travail prendre le pas sur le temps religieux. Cette décision de 1743 venait donc compléter et clore un cycle de réformes du calendrier, commencé à Lyon par l’archevêque Camille de Neufville, qui, en 1684, dans une ordonnance, déplaçait la fête du saint patron du diocèse saint Irénée, fixée à l’origine en pleine saison des moissons le 27 juin, au 23 novembre.

  • 5 Alain Cabantous, Entre fêtes et clochers. Profane et sacré dans l’Europe moderne, XVIIe-XVIIIe sièc (...)

3Initiée par les échevins lyonnais, cette réforme du calendrier urbain pose également la question de la conception du pouvoir local, de la religion et de l’identité collective par ses élites urbaines. En effet, la réduction considérable du nombre de fête dans le temps urbain diminuait de fait les occasions de réunir l’ensemble de la communauté dans un temps, un espace et des pratiques communes, socles d’une identité alors vécue et réaffirmée. Ce désinvestissement par les élites de la fête religieuse au milieu du XVIIIe siècle témoigne d’une délimitation de plus en plus poussée de la sphère religieuse, favorisant ainsi une sphère profane autonome dans laquelle pouvait dès lors se fonder et se réaliser l’identité collective de la ville5. Ainsi, les fêtes d’obligations constituaient des enjeux majeurs pour les différentes élites de la ville, car elles étaient autant de temps forts sociopolitiques. Cette réforme de 1743 pose la question de la place du religieux comme fondement d’une communauté urbaine, qui jusque-là se pensait comme sainte, ou du moins, aspirant à la sainteté.

Lyon, ville sainte moderne

4Les XVIe et XVIIe siècles ont largement contribué à la construction d’un calendrier religieux complexe, à travers un héritage médiéval important auquel se sont ajoutées les conséquences de la Réforme protestante et de la religion post-tridentine, pour aboutir à la situation de 1743.

5En effet, si la présence religieuse dans la ville de Lyon est historiquement très importante depuis le Moyen Âge, notamment à travers la question de la filiation avec l’Église des premiers temps, le XVIe siècle semble constituer un premier moment fort dans la constitution de la ville sainte. Assaillie par les armées huguenotes en 1562, Lyon affirme dès lors son identité catholique, à travers une activité religieuse investissant le temps et le territoire urbain.

  • 6 Natalie Zemon Davis, « The Sacred et the Body Social in Sixteenth-Century Lyon », Past and Present, (...)
  • 7 Max Weber, The Sociology of Religion, Boston, Mass University Press, 1963.

6Dans un article pionnier, Natalie Zemon Davis a bien mis en valeur l’union entre le religieux, le sacré, et le corps communautaire de la cité au XVIe siècle6, en reprenant une interrogation de Max Weber : comment la religion peut-elle façonner et donner un sens à la communauté urbaine ?7 La religion était alors, entre 1550 et 1580, un facteur unifiant la ville, que ce soit dans des dynamiques spatiales ou temporelles. En effet, dans un contexte d’affirmation confessionnelle, le temps et l’espace urbain étaient devenus des enjeux fortement investis par le religieux. Il s’agissait alors de marquer la ville, que ce soit par des signes, des traces, mais également par une présence, permanente ou éphémère. Autour de 1560, on assiste à la mise en place d’un espace catholique complexe, non homogène, avec des points de sacralité importants qui distinguaient et hiérarchisaient les différents espaces de la ville. Les nombreuses fêtes religieuses étaient autant de temps forts qui rythmaient la vie de la cité.

  • 8 Natalie Zemon Davis, op. cit., p. 54. Sur l’Abbaye de l’Île-Barbe et son pèlerinage, Claude Le Labo (...)
  • 9 Arch. Départ. Rhône : 10 G 3626.

7Elles marquaient en premier lieu l’espace urbain, à travers les processions générales, déambulations qui liaient les différents territoires de la cité. La fête de l’Ascension était l’occasion, par exemple, d’une procession générale pour le clergé et les autorités laïques vers le sanctuaire de Notre-Dame de l’Île-Barbe, situé aux confins septentrionaux de la ville, remontant la Saône en bateaux8. Au-delà de ces relations entre centre et périphéries, les processions générales lors des grandes fêtes unifiaient également la ville de Lyon, séparée par le Saône, entre la Côte de Fourvière et la Côte de Saint-Nizier. La Fête-Dieu était en effet l’occasion d’une procession partant de la cathédrale Saint-Jean, qui rejoignait l’église Saint-Paul, traversait la Saône en direction de Saint-Nizier, puis longeait le Rhône jusqu’au pont de l’hôpital, enfin revenant vers la Saône par le Couvent des Dominicains, terminant sa route à son point de départ la cathédrale Saint-Jean9. Le parcours n’était pas anodin et permettait de mettre sous la protection de la religion les principaux espaces religieux, sociaux et économiques de la ville à cette époque.

8Ainsi, les différentes fêtes pouvaient participer à la territorialisation de l’espace communautaire de la cité, soit en définissant ses frontières, soit en unifiant les territoires quartiers et hauts lieux de la ville, dans des processus de délimitation et de hiérarchisation. La centralité cathédrale était réaffirmée par les autorités épiscopales. Venaient après les grandes églises, comme Saint-Nizier, Saint-Just, Saint-Thomas de Fourvière, souvent collégiales, dont la place se justifiait par l’ancienneté et l’importance dans l’histoire religieuse de la cité. Enfin, les grands couvents mendiants étaient inclus dans cet ensemble, comme lieux centraux de la vie religieuse.

Le parcours de la procession de la Fête-Dieu à Lyon au XVIIe siècle.

Le parcours de la procession de la Fête-Dieu à Lyon au XVIIe siècle.

D’après la carte de Natalie Zemon Davis.

  • 10 Paul Dissard, Notice sur la confrérie des Pénitents de N.-D. du Confalon, Lyon, A. Stork, 1881.
  • 11 À ce sujet voir Georges Guigue, Les papiers des dévots de Lyon, Lyon, Librairie ancienne Vve Blot, (...)

9Les grandes fêtes catholiques permettaient également de fonder la cohérence de la communauté urbaine dans des dynamiques davantage temporelles, à différentes échelles. Les confréries de dévotion comme celles du Confalon10, du Saint-Sacrement11, ou de métier, les paroisses, notamment autour de la fête du saint patron, avaient leur propre rythme. Celui-ci rejoignait le calendrier général de la ville, qui lui-même connaissait des temps forts (en lien avec la tenue des quatre foires annuelles) et des temps creux.

10Ainsi, au moment où l’émergence et la diffusion de la Réforme dans la ville menaçaient la communauté urbaine d’une division, la réaffirmation d’une identité catholique marquait l’espace urbain, proposant une véritable interprétation théâtralisée du corps urbain. Les fêtes, dans leurs rapports au temps et à l’espace, constituaient alors les moments forts de l’unité de la cité, qui s’affichait dans ses hiérarchies et différences, mais qui s’affichait également comme une véritable communauté.

  • 12 Deux harangues, l’un Latine, pour le plat païs, contre la ville de Lyon pour la rendre taillable. L (...)
  • 13 Yann Lignereux, Lyon et le Roi. De la « bonne ville » à l’absolutisme municipal (1594-1654), Seysse (...)

11La ville de Lyon au XVIIe siècle continua et amplifia cet effort de définition communautaire par les fêtes et le religieux, jusqu’à postuler à la sainteté de la ville, équivalent de Rome ou Jérusalem12. C’est cette vision que Yann Lignereux nomme « l’urbanitas d’un peuple religieux »13. Par ce terme d’urbanitas, il entend :

  • 14 Ibid.

L’essence du peuple que ses magistrats lui donnaient à voir pour qu’au-delà de ses accidents historiques et de ses vicissitudes présentes il s’y reconnaisse et qu’il œuvre à l’abolition de la distance qui l’en tenait éloigné14.

  • 15 Théophile Raynaud, Les Saincts de Lyon, du R.P. Theophile Raynaud, professeur en theologie, de la C (...)

12L’état de sainteté apparait donc comme l’objectif communautaire à atteindre, atteignable à la fois par le comportement de chacun, mais aussi et surtout par des actions collectives. Il s’agit bien ici d’une forme de sainteté municipale particulière à la ville de Lyon, dont les magistrats devaient être les garants sinon les guides. Désormais le politique était en charge du salut des âmes de la cité, dans la lignée de la Réforme tridentine, largement relayée à Lyon par les élites cléricales et consulaires. Les historiographes de la ville s’emparèrent de ce thème de la sainteté urbaine, à travers notamment la mise en avant des saints martyrs lyonnais. Ce fut l’occasion de promouvoir un certain nombre de fêtes religieuses, comme les fêtes patronales. Ces nombreux écrits furent au cœur d’un renouveau pastoral, notamment autour des paroisses les plus anciennes de la ville. La paroisse de Saint-Irénée en constitue un bon exemple. Située sur la colline de Fourvière, l’église paroissiale fut détruite en 1562 par les protestants, puis reconstruite en totalité en 1635. À cette occasion le père Raynaud, jésuite, relança la confrérie dédiée au saint patron, et remit également au goût du jour la procession de la fête patronale15 avec la relique de l’illustre évêque.

  • 16 Voir par exemple les différents procès opposant le chapitre cathédral aux autres corps de la ville, (...)

13Le XVIIe siècle fut donc un moment de réactivation des fêtes religieuses, que ce soit à un niveau paroissial, confraternel, mais également pour l’ensemble de la ville. Cela se traduisit par une recrudescence des conflits autour des festivités religieuses, notamment pour des questions de préséance entre les différents chapitres des principales de la ville comme Saint-Jean, Saint-Nizier ou encore Saint-Just16.

14Le zèle des magistrats lyonnais fut à l’origine de la grande fête mariale de la ville, instaurée à partir du 8 septembre 1643. Lors d’une nouvelle épidémie de peste cette année-là, le prévôt des marchands Mascranny décida de consacrer la ville à la Vierge, lors d’un vœu effectué par tout le consulat. Les magistrats promirent de faire dresser devant l’Hôtel de ville deux statues de la vierge, et surtout que :

  • 17 Arch. Munic. Lyon : BB 197.

Lesd. Sieurs prevost des marchans et eschevins voullant accompagner les actes exterieurs de devotion envers lad. Vierge, de la devotion interrieure de cœur et la continuer par une recognoissance annuelle17.

15Dès lors, les échevins, en habits, le 8 septembre, jour de la Nativité de la vierge, se rendaient processionnellement à Fourvière pour y entendre la messe et faire bénéficier toute la ville de la protection mariale. Cette fête d’obligation, véritable événement de la vie religieuse et politique de la cité lyonnaise, réalisait le temps d’un jour l’urbanitas rêvée.

16Ainsi, cette constitution progressive d’une sainteté urbaine permettait à la ville de Lyon, à la fin du XVIIe siècle, de fonder sa cohésion ainsi que son image sur une pratique religieuse affirmée, passant notamment par un calendrier religieux très dense, rythmé par des fêtes réunissant l’ensemble de la ville, que ce soit lors des célébrations ou des processions.

  • 18 François Comelet, Almanach journalier pour l’Année de grace 1698, Lyon, Loüis Servant, 1697.

17L’étude du premier almanach spirituel lyonnais18, publié en 1698, témoigne de l’importance des fêtes religieuses dans la vie de la cité. Le calendrier religieux de la ville apparaissait alors comme profondément hétérogène, avec 58 fêtes d’obligation réparties sur toute l’année, dont 21 dimanches, auxquelles il faut rajouter les fêtes des saints patrons de chacune des neuf paroisses de Lyon. Sans surprise, des périodes denses apparaissaient autour des temps forts de l’année liturgique que constituaient le Carême (près de 23 % des fêtes) et l’Avent. Le mois de mai était également particulièrement dense, tout comme celui de septembre. Au contraire, le début de l’été et la fin de l’automne apparaissent comme des périodes creuses en matière de festivités religieuses, ce qui explique, notamment pour les mois de juin et de juillet, par l’importance de l’activité, surtout agricole.

Liste des fêtes d’obligation en 1698

Jour de l’année 1698 Fête Type de fête
1er janvier Circoncision du Christ Propre du Temps
6 janvier Épiphanie Propre du Temps
26 janvier Septuagésime Propre du Temps
2 février Purification de la Vierge Propre des saints
9 février Quinquagésime Propre du Temps
11 février Mardi Gras Propre du Temps
12 février Les Cendres Propre du Temps
16 février Les Brandons Propre du Temps
19 février Quatre-Temps Propre des saints
23 février Reminiscere Propre du Temps
24 février Saint-Mathias Propre des saints
2 mars Oculi Propre du Temps
9 mars Laetare Propre du Temps
16 mars Judica Propre du Temps
23 mars Rameaux Propre du Temps
25 mars Annonciation Propre des saints
28 mars Vendredi saint Propre du Temps
30 mars Pâques Propre du Temps
6 avril Quasimodo Propre du Temps
1er mai Saint-Jacques et Saint-Philippe Propre des saints
3 mai Invocation de la Sainte Cène Propre du Temps
5 mai Rogations Propre du Temps
6 mai Saint-Jean Propre des saints
8 mai Ascension Propre du Temps
17 mai Vigiles de la Pentecôte Propre du Temps
18 mai Pentecôte Propre du Temps
21 mai Quatre-Temps Propre du Temps
25 mai Sainte-Trinité Propre du Temps
29 mai Fête-Dieu Propre du Temps
24 juin Saint-Jean-Baptiste Propre des saints
29 juin Saint-Pierre et Saint-Paul Propre des saints
25 juillet Saint-Jacques et Saint-Christophe Propre des saints
9 août Vigiles de Saint-Laurent Propre des saints
10 août Saint-Laurent Propre des saints
14 août Vigiles de L’Assomption Propre des saints
15 août Assomption Propre des saints
16 août Saint-Roch Propre des saints
24 août Saint-Barthélemy Propre des saints
25 août Saint-Louis (roi) Propre des saints
8 septembre Nativité de Notre-Dame Propre des saints
17 septembre Quatre-Temps Propre du Temps
21 septembre Saint-Mathieu Propre des saints
29 septembre Saint-Michel Propre des saints
27 octobre Vigiles de Saint-Simon et Saint-Jude Propre des saints
28 octobre Saint-Simon et Saint-Jude Propre des saints
31 octobre Vigiles de la Toussaint Propre des saints
1er novembre Toussaint Propre des saints
2 novembre Trépassés Propre des saints
11 novembre Saint-Martin Propre des saints
23 novembre Saint-Irénée Propre des saints
30 novembre Saint-André Propre des saints
8 décembre Conception de Notre-Dame Propre des saints
17 décembre Quatre-Temps Propre du Temps
21 décembre Saint-Thomas Propre des saints
25 décembre Noël Propre du Temps
26 décembre Saint-Étienne Propre des saints
27 décembre Saint-Jean Évangéliste Propre des saints
28 décembre Saints-Innocents Propre des saints

18Si on reprend la distinction opérée dans le droit canon entre Propre du Temps et Propre des Saints, près de 40 % des fêtes chômées en 1698 relèvent de ce Propre du Temps, avec une densité très marquée autour des grandes fêtes que sont Pâques, l’Ascension et le Carême, de février à mai. Le Propre des Saints était donc le plus important d’un point de vue quantitatif.

  • 19 William A. Christian, Local religion in sixteenth-century Spain, Princeton, Princeton University Pr (...)

19L’étude plus poussée du calendrier religieux montre une articulation entre différents niveaux. L’année était tout d’abord scandée par des fêtes que l’on pourrait qualifier d’universelles, c’est-à-dire communes à toute la catholicité moderne, comme Pâques ou Noël. Ce premier niveau s’appuie sur l’Église universelle, les sacrements, la liturgie et le calendrier romain. Ensuite, l’Almanach témoigne de fêtes d’une forme de religion que l’on pourrait caractériser, à la suite de William A. Christian, de locale19, s’appuyant sur des saints patrons du lieu. Ce deuxième niveau fait émerger, par sa temporalité, une histoire locale sacrée qui était propre à la ville de Lyon. On y retrouve par exemple les dévotions particulières aux saints lyonnais, comme saint Irénée, patron du diocèse, le 23 novembre. Ces fêtes d’obligation locales constituent près de 20 % des fêtes du calendrier.

20Cependant, il ne faut pas non plus y voir deux calendriers parallèles, parfois en concurrence. Il semble bien qu’un niveau intermédiaire de fêtes permet régulièrement, au cours de l’année, d’articuler l’Église universelle à l’Église lyonnaise. C’était souvent des fêtes relevant du calendrier romain, mais qui avaient été l’objet d’une appropriation – sinon d’une adaptation – à l’Église locale. Nous avons déjà vu les exemples du pèlerinage général à Notre-Dame de l’Île-Barbe à l’Ascension ou encore de la fête de la Nativité de la Vierge du 8 septembre. À chaque fois, la fête était intégrée dans l’espace urbain et dans la temporalité propre du local, avec un ajout de rituels particuliers, mettant en scène le territoire de la ville, la communauté et ses membres.

21Au début du XVIIIe siècle, le calendrier religieux lyonnais témoignait d’une aspiration communautaire à la sainteté, la réalisation de cette urbanitas rêvée et vécue. La remise en cause du calendrier des fêtes religieuses chômées en 1743, si elle avait des implications spirituelles et socio-économiques, modifiait également la manière dont se pensait et se représentait la communauté urbaine.

Réformer le temps, réformer la ville

22Le mandement épiscopal de 1743 émis par le Cardinal du Tencin, archevêque de Lyon, doit être compris et analysé dans un contexte plus large, renvoyant à un ultramontanisme de plus en plus affirmé à Lyon, relayant les politiques papales dans de nombreux domaines.

  • 20 Sur l’histoire de la réforme du calendrier des fêtes, voir Jean-Yves Grenier, op. cit., p. 619-624 (...)
  • 21 Giuseppe Alberigo, Les Conciles œcuméniques. t. 2, les décrets de Trente à Vatican II, Paris, Cerf, (...)
  • 22 Robert Beck, Histoire du dimanche de 1700 à nos jours, Paris, Éditions de l’atelier, 1997.

23La réforme du calendrier des fêtes d’obligation était en effet un objectif de différents papes depuis le XVIIe siècle20. Les décisions du Concile de Trente donnaient à l’évêque du lieu tout pouvoir et toute légitimité pour ordonner le calendrier des fêtes dans son diocèse, obligeant notamment les réguliers à les célébrer21. Ensuite, le Concile permit le début d’une première forme de pastorale de la fête chômée, opérant ainsi un glissement d’une festivité dévotionnelle vers une transmission plus générale des valeurs catholiques, à travers des dynamiques d’encadrement et d’enseignement. Le calendrier des fêtes devenait donc un enjeu pour les autorités ecclésiastiques, qui, dans une optique d’efficacité et de contrôle par la hiérarchie cléricale, souhaitèrent les limiter dans l’espace et surtout dans le temps. Le dimanche fut notamment mis en avant comme temps fort de la semaine catholique22, et une hiérarchie entre les fêtes se dessina peu à peu, selon le contenu théologique.

24Ce renforcement posttridentin des enjeux autour des fêtes religieuses explique en grande partie les différentes interventions pontificales car le problème posé entrainait un changement d’échelle. Urbain VIII, le premier, par sa bulle Universa per orbem, tenta de fixer le nombre des fêtes d’obligation à partir des Décrétales de Grégoire IX, mais cette première législation en la matière ne rencontra guère de succès, notamment dans la France gallicane du XVIIe siècle. Cette bulle démontra néanmoins un souci de cohérence et d’organisation – voire de rationalisation ? – en matière de festivité religieuse. Elle marqua en tout cas le début d’une première vague de suppression de fêtes, qui toucha quelques diocèses français dans la décennie 1660.

25Il faut attendre le pontificat de Benoit XIII pour que ce processus s’accélère. Répondant à une demande du Concile provincial de Tarragone, il décida la suppression de 17 fêtes jusque-là chômées pour cette province ecclésiastique. Cette décision servit de jurisprudence et de modèle en la matière. Puis Benoit XIV systématisa la démarche à l’ensemble de la catholicité, à travers une enquête massive menée auprès des élites cléricales en 1742 autour de la question de la réforme du calendrier des fêtes d’obligation. Cette enquête présentait deux moyens pour supprimer des fêtes sans heurter les susceptibilités du clergé local ou de la population des diocèses concernés : le transfert de fêtes au dimanche suivant et la possibilité de célébrer plusieurs saints le même jour.

26C’est dans ce contexte que l’archevêque de Lyon, le Cardinal du Tencin, fit publier son mandement de 1743, sous-titré « au sujet des Fêtes qui doivent être célébrées dans son diocèse ». Ce document se présente en quatre temps bien distincts, qui montrent bien les motivations de la décision. La première partie est constituée de la supplique adressée par « les Prévôt des Marchands & Échevins de la Ville de Lyon », puis la deuxième partie contient le mandement épiscopal en lui-même. Il est suivi par les lettres patentes du Roi confirmant le mandement et enfin par l’extrait des registres du parlement de Paris enregistrant les lettres.

27L’argument utilisé pour justifier cette réforme était de nature socio-économique et non pas théologique, ce qui explique que, d’un point de vue formel, elle provenait des magistrats de la cité : les trop nombreux jours chômés maintenaient dans la misère les nombreux ouvriers lyonnais journaliers, dont une bonne partie profite de ces occasions pour se distraire plutôt que de participer convenablement aux cérémonies. Les visées d’encadrement pastoral et de diffusion des valeurs catholiques étaient bien visibles ici.

28La réforme du calendrier consistait en la suppression de nombreuses fêtes et à l’affirmation d’une hiérarchie théologique organisatrice du temps religieux :

  • 23 Pierre Guérin De Tencin, op. cit., p. 3.

Nous déclarons qu’il n’y aura dans notre Diocèse de Fêtes d’obligation que les suivantes.
Janvier : la Circoncision et l’Épiphanie. Février : la Purification. Mars : l’Annonciation. Juin : la Nativité de Saint Jean-Baptiste. Saint Pierre et Saint Paul. Août : l’Assomption. Septembre : la Nativité de la Sainte Vierge. Novembre : la Fête de tous les Saints, la commémoration des Défunts jusqu’après l’Office du Matin de la Paroisse. Décembre : la Conception de la Sainte Vierge, la Nativité de Notre-Seigneur, Saint Étienne, Saint Jean23.

29Il n’y avait donc plus que 14 fêtes chômées obligatoires dans l’année, auxquelles il faut ajouter les fêtes mobiles, ce qui portait le total à 21 :

  • 24 Ibid., p. 4.

Fêtes mobiles. Le jour de Pâque et le suivant. L’Ascension. Le jour de la Pentecôte et le Suivant. La Fête du Corps de Dieu24.

30Enfin, un certain nombre de fêtes chômées ne disparaissaient pas mais :

  • 25 Ibid.

Nous transférons au Dimanche d’après, les Fêtes suivantes, avec leur Office.
Saint Jacques le majeur, 25 juillet.
Saint Laurent, 10 août.
Saint Barthélemy, 24 août.
Saint Matthieu, 21 septembre.
Saint Michel, 29 septembre.
Saint Irénée, 23 novembre25

31Au final, c’était près de la moitié des fêtes qui n’étaient plus inscrites comme telles au calendrier du diocèse.

Calendrier des fêtes en 1744

Jour de l’année 1744 Fête Type de fête
1er janvier Circoncision Propre du Temps
6 janvier Épiphanie Propre du Temps
2 février Purification de la Vierge Propre des saints
25 mars Annonciation Propre des saints
5 avril Pâques Propre du Temps
6 avril Lundi de Pâques Propre du Temps
14 mai Ascension Propre du Temps
24 mai Pentecôte Propre du Temps
4 juin Fête-Dieu Propre du Temps
24 juin Saint-Jean-Baptiste Propre des saints
29 juin Saint-Pierre et Saint-Paul Propre des saints
26 juillet Saint-Jacques et Saint-Christophe Propre des saints
15 août Assomption Propre des saints
26 août Saint-Laurent Propre des saints
30 août Saint-Barthélemy Propre des saints
8 septembre Nativité de Notre-Dame Propre des saints
27 septembre Saint-Matthieu et Saint-Michel Propre des saints
1er novembre Toussaint Propre des saints
2 novembre Fête des Trépassés Propre des saints
8 décembre Conception de Notre-Dame Propre des saints
25 décembre Noël Propre du Temps

32Le nouveau calendrier, s’il gardait les mêmes logiques de densité autour des temps forts de l’année liturgique, apparaissait comme beaucoup moins dense que celui d’avant le mandement, avec 21 fêtes. Les jours chômés hors dimanche n’étaient plus que 12, répartis sur toute l’année.

33Quels ont été les logiques et les critères d’organisation ? On retrouve volonté de sacraliser davantage la journée du dimanche comme temps religieux clairement délimité dans la semaine, concentrant à présent près de la moitié des fêtes.

  • 26 Arch. Départ. Rhône : 9 G 3.

34Si la part du Propre du Temps reste équivalente à celle de 1698, le Propre des Saints fut lui l’objet de profonds remaniements. Le culte de la Vierge prit alors une part très importante, constituant plus d’un tiers de ces jours chômés, au détriment des saints et des autres fêtes aux fondements théologiques moins avérés comme les Rogations par exemple. Seuls saint Jean-Baptiste, saint Pierre et saint Paul étaient encore l’objet d’une fête chômée. Les autres saints perdaient ce statut ou se trouvaient, pour les plus importants, transférés au dimanche suivant. Les fêtes des saints patrons des paroisses subsistaient, mais limitées à une seule par église paroissiale. Ces modifications témoignaient d’une prise en main par l’autorité épiscopale de la fête religieuse. Après 1743, les deux niveaux de religion, local et universel, ne se révèlent plus pertinents. Les fêtes locales avaient toutes disparu. Seule la fête de saint Irénée, saint patron du diocèse, était maintenue, mais renvoyée au dimanche suivant. Et les fêtes qui jouaient un rôle d’articulation entre un catholicisme local et un catholicisme universel semblent en perte de vitesse. Le pèlerinage à Notre-Dame de l’Île-Barbe paraît délaissé dès le premier tiers du XVIIIe siècle. En 1745, les bâtiments abandonnés et le sanctuaire furent affectés au séminaire Saint-Pothin26.

35Cette refonte du calendrier s’inscrit donc, en 1743, dans la lignée des décrets tridentins, dans un processus de délimitation du temps sacré, désormais rattaché fermement à la journée du dimanche et à quelques grandes fêtes très investies par un clergé formé, qui pouvait ainsi se porter garant de la bonne tenue et du bon comportement des fidèles. Et le cardinal du Tencin d’anticiper la question du recul du religieux :

  • 27 Pierre Guérin De Tencin, op. cit., p. 3.

À Dieu ne plaise, mes très Frères, que cette diminution dans le nombre des Fêtes en apporte aucune à votre dévotion envers les Saints, elle doit au contraire en devenir plus fervente et plus solide : il faut que ce qui sera retranché du culte extérieur soit ajouté à l’intérieur, surtout au culte de l’imitation, le plus glorieux pour les Saints, le plus avantageux pour nous, le plus conforme à l’esprit de la Religion selon la parole célèbre de Saint Augustin : summa Religionis est imitari quod colimus.
Nous espérons encore, mes très chers Frères, que le nombre des Fêtes étant moindre, celles qui resteront en seront mieux sanctifiées27.

36Cette quasi-disparition des fêtes liées aux saints ne fut pas, semble-t-il, compensée par une production littéraire hagiographique à destination du grand public, dans le cas de la ville de Lyon.

37L’archevêque de Lyon affirmait également à cette occasion que le paradoxe apparent n’en était pas un : diminuer le nombre de fêtes c’était renforcer la piété, par un meilleur contrôle. Et d’appeler à une translation d’une religion de la communauté vers une religion de l’individu, déjà décrite par Gaël Rideau. Les autorités ecclésiastiques mettaient donc en place un calendrier religieux moins densément rythmé par les fêtes, davantage concentré autour de grands évènements. Les élites religieuses pensaient ainsi contrôler des formes de religion qu’elles qualifiaient elles-mêmes de populaire, en la limitant dans sa forme locale à la fête patronale de la paroisse, dûment contrôlée par le clergé. La réduction des fêtes permettait donc bien une précision de la sphère du sacré, grâce à un calendrier religieux bien plus lisible, organisé et cohérent.

38Conséquence de ce processus de création d’un temps religieux à part, la religion locale semble disparaitre de la vie de la cité. En effet, les fêtes qui engageaient la communauté urbaine dans son ensemble ont été largement supprimées par le mandement de 1743. L’unité et l’identité de la ville de Lyon ne semblaient plus se réaliser dans cette urbanitas, dans l’objectif d’atteindre une sainteté urbaine, démarche engageant tous les membres du corps civique. Cette disparition de la religion locale au détriment de fêtes romaines universelles était renforcée par la présence de plus en plus importante d’une forme de religion monarchique, toujours sous l’impulsion du cardinal du Tencin. Sous son épiscopat, plus de quarante mandements furent publiés pour la tenue de prières et autres Te Deum en faveur de la famille royale.

39Ainsi, le cadre religieux des fêtes semblait de moins en moins servir de support à la construction et à la mise en scène d’une identité collective fondée sur une temporalité religieuse propre à la ville et à son histoire. Désormais la ville de Lyon devait être rattachée à la vie religieuse du royaume et à celle de l’Église universelle. L’urbanitas ne devait plus être la recherche d’une sainteté collective à une échelle locale, mais plutôt une bonne insertion dans les grands ensembles politico-religieux que constituaient la Catholicité et le royaume de France.

40Au cœur de ces processus, la réforme du calendrier de 1743 apparait avant tout comme une action commune des élites cléricales et laïques de la ville de Lyon, autour d’une sensibilité ultramontaine. La publication du mandement témoigne de ce phénomène. On y retrouve les élites urbaines et religieuses de Lyon, soutenues par les structures législatives de la monarchie, et indirectement par la papauté. Contrairement à ce qui a pu être avancé, ce n’est pas tant l’augmentation du temps de travail qui a été recherchée, mais davantage un renforcement d’un contrôle social. Pour le prévôt des marchands et les échevins de la ville, le calendrier religieux ne semblait plus adapté à la situation socio-professionnelle de la ville, créant des formes de désordres les nombreux jours chômés. La recherche d’un contrôle social accru sur une population jugée potentiellement dangereuse par les élites politiques urbaines transparait clairement dans la supplique adressée à l’archevêque de Lyon :

  • 28 Pierre Guérin De Tencin, op. cit., p. 1.

Les Prévôt des Marchands et Échevins de la Ville de Lyon ont l’honneur de représenter à Votre Éminence que cette Ville n’étant presque composée que d’Ouvrier qui ne subsistent que de leur travail journalier, ils reconnaissent chaque jour de plus en plus que la multitude des Fêtes qui se rencontrent dans plusieurs Mois de l’année les met hors d’état de subvenir à leurs plus pressans besoins, d’autant plus qu’un jour de Fête entraîne presque toujours la perte du lendemain, et que dans ses jours de Fêtes employés plutôt en débauches qu’à les sanctifier, la plus grande partie de ces Ouvriers consomment tout ce qu’ils ont pu gagner pendant le cours de la semaine, ce qui réduit leur famille à la mendicité, et les empêche de pouvoir subvenir aux charges publiques28.

  • 29 Louis Châtellier, L’Europe des Dévots, Paris, Flammarion, 1987, p. 250-253.

41La demande des échevins lyonnais revenait à demander au cardinal du Tencin de préciser la sphère des fêtes religieuses relevant du sacré, afin de permettre un meilleur contrôle. Apparaissait alors pour les élites politiques une autre sphère, celle du politique, en lien avec les valeurs du catholicisme, où eux pouvaient agir et ainsi instaurer la société chrétienne. La société dévote avait en particulier ciblé le monde des ouvriers des villes29. Du point de vue de l’archevêque, la supplique lui permettait de mener à bien sa réforme du calendrier des fêtes religieuses avec un appui local important lui donnant une légitimité à agir. L’enregistrement des lettres patentes royales par le Parlement de Paris lui garantit enfin la bonne application de l’édit :

  • 30 Pierre Guérin De Tencin, op. cit., p. 6.

Enjoignons aux Officiers de Justice et Police dans l’étendue dudit diocèse d’y tenir la main en ce qui pourra dépendre de leurs sons et de l’autorité de leurs charges, et ordonnons qu’aux jours dont les Fêtes cy-devant solennisées, sont retranchées par ledit Mandement, ils entrent au Palais pour y faire leur fonctions ordinaires et veillent à ce que les Boutiques soient ouvertes, et que les Artisans et Ouvriers vaquent à leur travail journalier30.

42La confirmation royale du mandement de 1743 érigea donc la réforme du calendrier des fêtes religieuses du diocèse de Lyon en un véritable modèle pour l’ensemble du royaume, à charge pour les officiers royaux de montrer l’exemple. Et par cette réforme du temps religieux, la ville de Lyon devait connaitre également une réforme de sa communauté dans son ensemble, à travers la réalisation d’une société, non plus sainte par son essence et sa destinée, mais chrétienne par son fonctionnement et ses principes.

43Ce moment de 1743 marqua enfin une dépolitisation locale des fêtes d’obligations. Sous contrôle de l’archevêque et du pouvoir royal, elles ne constituaient plus des espaces d’enjeux identitaires pour les élites laïques lyonnaises qui n’y avaient plus le premier rôle.

Conclusion

44Ainsi, le mandement de 1743, en homogénéisant et en réduisant de manière considérable le nombre de fêtes d’obligation, doit se comprendre dans le projet global d’une société catholique. La nouvelle organisation du calendrier religieux par la réduction du nombre de fêtes chômées témoigne d’une volonté de contrôle chez les élites urbaines qui passe par une maîtrise et une redéfinition du temps religieux communautaire. À Lyon, la fête semble être désinvestie par les élites de tout contenu identitaire ayant trait à la communauté dans son ensemble. Ces temps forts religieux doivent désormais être avant tout un moment public de dévotion où la société chrétienne se réalise pleinement dans son bon ordre social et moral.

45Cette redéfinition de la fête, souvent cantonnée au dimanche, comme un évènement exceptionnel, est la conséquence de modifications dans la représentation que se font les élites urbaines de leur rôle au XVIIIe siècle, à travers une universalisation des pratiques et donc un effacement des particularismes locaux. Face à l’autonomie du sacré et la disparition des cadres officiels diocésains, l’identité de la ville devait donc se réaliser dans une autre sphère, peut-être davantage socio-économique.

46Cependant, le point culminant que constitue la réforme du calendrier des fêtes de 1743 reflète avant tout le discours d’une élite politique et religieuse. Peu de sources permettent d’évaluer l’efficacité et le respect de la réforme dans la ville et le diocèse de Lyon. Néanmoins, un certain nombre de mandements épiscopaux rappellent à l’ordre et le clergé et les fidèles, concernant entre autres la tenue de banquets et de bals lors de ces fêtes, notamment paroissiales. Ces deux compléments à la fête religieuse, s’ils apparaissent comme profanant le sacré pour les élites diocésaines, témoignent d’un maintien de pratiques sociales communautaires, rassemblant la société paroissiale ou confraternelle dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Notes

1 Émile De Heeckeren (éd.), Correspondance de Benoît XIV, Paris, Plon, 1912, t. I, p. 453. Lettre du 1er janvier 1749.

2 Mandement de Son Eminence Monseigneur le Cardinal de Tencin, Archevêque et Comte de Lyon, Au sujet des Fêtes qui doivent être célébrées dans son Diocèse, Lyon, P. Valfray Fils, 1743 (Bibliothèque Municipale de Lyon : Fonds Chomarat A 6113).

3 Expression notamment employée dans Philippe Martin, Le théâtre divin. Une histoire de la messe XVIe-XXe siècle, Paris, Éditions du CNRS, 2010.

4 Voir notamment Nicole El Hajje-Kervevan, « Une réforme du calendrier liturgique : l’exemple des fêtes chômées dans le diocèse de Lyon (vers 1650-1787) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 1987, n° 94, p. 389-405 ; Jean-Yves Grenier, « Temps de travail et fêtes religieuses au XVIIIe siècle », Revue historique, 2012/3, n° 663, p. 609-641.

5 Alain Cabantous, Entre fêtes et clochers. Profane et sacré dans l’Europe moderne, XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 2002. D’autres historiens ont constaté ce phénomène, Philippe Martin, op. cit. pour le cas de la messe, Gaël Rideau, De la religion de tous à la religion de chacun. Croire et pratiquer à Orléans au XVIIIe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.

6 Natalie Zemon Davis, « The Sacred et the Body Social in Sixteenth-Century Lyon », Past and Present, n° 90, 1981, p. 40-70.

7 Max Weber, The Sociology of Religion, Boston, Mass University Press, 1963.

8 Natalie Zemon Davis, op. cit., p. 54. Sur l’Abbaye de l’Île-Barbe et son pèlerinage, Claude Le Laboureur, Les masures de l’abbaye royale de l’isle Barbe lez Lyon, Lyon, C. Galbit, 1665 ; Léopold Niepce, L’île-Barbe, son ancienne abbaye et le bourg de Saint-Rambert, Lyon, Librairie Ancienne de Louis Brun, 1890. Plus généralement Jacques Gadille (dir.), Histoire du diocèse de Lyon, Paris, Beauchesne, 1983.

9 Arch. Départ. Rhône : 10 G 3626.

10 Paul Dissard, Notice sur la confrérie des Pénitents de N.-D. du Confalon, Lyon, A. Stork, 1881.

11 À ce sujet voir Georges Guigue, Les papiers des dévots de Lyon, Lyon, Librairie ancienne Vve Blot, 1922 ; Jean-Pierre Gutton, Dévots et société au XVIIe siècle. Construire le Ciel sur la Terre, Paris, Belin, 2004.

12 Deux harangues, l’un Latine, pour le plat païs, contre la ville de Lyon pour la rendre taillable. L’autre Françoise pour ladite ville, et autres villes franches de la France, contre le plat païs, contenant le discours et partie des arguments de leurs exemptions. Prononcees le jour de sainct 21 Decembre 1577, à la nomination des Eschevins de ladite ville, à Lyon, Lyon, Antoine Gryphius, 1578, p. 39-40. On retrouve cette sainteté urbaine dans les écrits des milieux ligueurs notamment ceux de Claude Rubys et de Pierre Mathieu.

13 Yann Lignereux, Lyon et le Roi. De la « bonne ville » à l’absolutisme municipal (1594-1654), Seyssel, Champ Vallon, 2003, p. 718.

14 Ibid.

15 Théophile Raynaud, Les Saincts de Lyon, du R.P. Theophile Raynaud, professeur en theologie, de la Compagnie de Jésus : traduicts du latin par un Religieux de la mesme Compagnie, Lyon, Esprit Scot, 1629.

16 Voir par exemple les différents procès opposant le chapitre cathédral aux autres corps de la ville, Arch. Départ. Rhône : 10 G 3561-3168.

17 Arch. Munic. Lyon : BB 197.

18 François Comelet, Almanach journalier pour l’Année de grace 1698, Lyon, Loüis Servant, 1697.

19 William A. Christian, Local religion in sixteenth-century Spain, Princeton, Princeton University Press, 1981.

20 Sur l’histoire de la réforme du calendrier des fêtes, voir Jean-Yves Grenier, op. cit., p. 619-624 et également Jean-Marie Bercé, Fête et révolte. Des mentalités populaires du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1976, p. 152-156.

21 Giuseppe Alberigo, Les Conciles œcuméniques. t. 2, les décrets de Trente à Vatican II, Paris, Cerf, 1994. Notamment le chapitre XII de la session XXV, p. 1585.

22 Robert Beck, Histoire du dimanche de 1700 à nos jours, Paris, Éditions de l’atelier, 1997.

23 Pierre Guérin De Tencin, op. cit., p. 3.

24 Ibid., p. 4.

25 Ibid.

26 Arch. Départ. Rhône : 9 G 3.

27 Pierre Guérin De Tencin, op. cit., p. 3.

28 Pierre Guérin De Tencin, op. cit., p. 1.

29 Louis Châtellier, L’Europe des Dévots, Paris, Flammarion, 1987, p. 250-253.

30 Pierre Guérin De Tencin, op. cit., p. 6.

Table des illustrations

Titre Le parcours de la procession de la Fête-Dieu à Lyon au XVIIe siècle.
Crédits D’après la carte de Natalie Zemon Davis.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/17359/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M

Auteur

Université Lumière Lyon 2 - LabEx COMOD - LARHA

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site