Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orare aut laborare ? Fêtes de précepte et jours chômés du Moyen Âge au début du xixe siècle

 | 
Philippe Desmette
, 
Philippe Martin

Deuxième partie. Situations établies et réformes à l’Époque moderne

La fête processionnelle en France au XVIIIe siècle entre dévotion et police

Gaël Rideau

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans son article « Fêtes des chrétiens », Faiguet de Villeneuve associe étroitement fête et procession dans une critique sans appel. Dans cette lecture, la procession illustre « le penchant que nous avons à la paresse ; mais tout cela n’entre point dans l’esprit des fondateurs, & ne s’accorde point avec le service du public. Il vaudroit mieux faire son devoir & son métier, veiller, instruire & former la jeunesse, que de s’amuser, comme des enfans, à faire des processions & des tournées qui embarrassent la voie publique, & qui ne sont d’aucune utilité »1. Deux leçons sont alors à tirer. D’une part, la procession participe de la réflexion sur la fête et ses rôles. D’autre part, fête et procession sont relues au prisme de plusieurs registres qui associent économie, politique et vision utilitariste, comme dans l’article « Dimanche »2. Dans cette relecture, elles sont en contradiction avec le temps du travail et de l’instruction, venant perturber, pour des mauvaises raisons, l’ordre norm...

Auteur

Université d’Orléans - POLEN

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540