Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orare aut laborare ? Fêtes de précepte et jours chômés du Moyen Âge au début du xixe siècle

 | 
Philippe Desmette
, 
Philippe Martin

Deuxième partie. Situations établies et réformes à l’Époque moderne

Prélats jansénistes et calendriers diocésains dans la France septentrionale

Philippe Moulis

Texte intégral

  • 1 Isabelle Clauzel (dir.), Histoire de la fête à travers les âges, Saint-Martin-Boulogne, Cycle d’étu (...)
  • 2 Recueil des mandemens et de toutes les ordonnances de feu M. Louis Alphonse de Valbelle, évêque de (...)
  • 3 « On trouve aussi, dans les liturgies, des dimanches de la première et seconde classe. Ceux de la p (...)
  • 4 Ibid., t. III, p. 50.
  • 5 Voir à ce sujet M. Noirot, « Fêtes de précepte », dans Catholicisme. Hier, aujourd’hui, demain, Par (...)
  • 6 Philippe Desmette, « Les fêtes de précepte dans le diocèse de Cambrai à l’époque moderne », Revue d (...)
  • 7 Concernant la bibliographie, nous renvoyons à l’introduction générale de ce présent volume.

1Dans la religion catholique le cours de l’année est rythmé par des fêtes célébrées dont la liste est dressée par le clergé1. Une distinction est faite entre les fêtes solennelles et d’obligation et celles « moins solennelles » et de dévotion2. En 1776, Durand de Maillane, écrit dans son Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, au mot « dimanche » : « Jour du Seigneur consacré entièrement à son service »3 et au mot « fêtes » : « En général, sont des jours consacrés au service de Dieu, où à l’honneur de ses saints »4. Les fêtes de précepte5 dans le nord de la France sont nombreuses6. Parmi celles-ci, deux catégories sont à distinguer. En premier lieu, les fêtes mineures pendant lesquelles l’assistance à la messe est donc de précepte, mais le travail autorisé avant et après celle-ci. En second lieu les fêtes majeures qui imposent de s’abstenir de toute œuvre servile durant la journée, notamment le dimanche7.

  • 8 C’est-à-dire, Boulogne, Saint-Omer et Arras. Boulogne relevait de la province ecclésiastique de Rei (...)

2Les évêques jansénistes et les prélats qui leur sont proches ont-ils eu, de la fin du XVIIe au milieu du XVIIIe siècles, des pratiques différentes de celles leurs homologues ? Dans cette étude concernant les diocèses frontaliers entièrement français dans leurs limites territoriales8, seront analysés la législation en vigueur puis les modifications du calendrier diocésain, enfin les contrevenants et les incidents relatifs aux obligations de ces jours dits chômés.

Les textes normatifs et la réglementation

Une législation royale qui confirme le droit canonique

  • 9 Durand de Maillane, op. cit., V tomes ; Louis de Héricourt, Les Loix Ecclésiastiques de France dans (...)

3En lisant les statuts, les mandements et les ordonnances des évêques, on remarque que les prélats utilisent souvent l’expression « conformément aux édits de nos rois ». Cette législation est détaillée dans plusieurs ouvrages9. Durand de Maillane, par exemple, précise au mot « fêtes » :

  • 10 Durand de Maillane, op. cit., p. 50-51.

L’évêque a le droit d’établir des fêtes, et par conséquent celui de les supprimer. Le concile de Trente l’entend sans doute ainsi, quand il ordonne, Sess. 25, de regul., cap. 12, que les jours de fêtes, que l’évêque aura commandé dans son diocèse, seront pareillement gardés par tous les exempts, même réguliers. C’est sur ces autorités que le concile de Reims, en 1583, attribua expressément ce pouvoir aux évêques. Barbosa, de offic. & potest. episc. all. 105, n. 36. Mais en même temps, les autres conciles provinciaux, tels que ceux de Sens en 1524, de Bourges en 1528, de Bordeaux en 1583, exhortent les évêques diocésains de réduire les fêtes au moindre nombre que faire se pourra, afin que celles qui resteront, soient solennisées avec plus de décence et de piété. Mém. du Clergé, t. 5, p. 1219 & suiv. 1279 […].
Il paraît qu’en France les évêques ont toujours joui du droit d’établir et de supprimer les fêtes. […] Mais comme la cessation du travail intéresse l’État, les supérieurs ecclésiastiques ne peuvent dans ce royaume établir ou supprimer des fêtes, sans le concours de la puissance temporelle. L’art. 28 de l’édit de 1695 y est formel. En voici les termes : « les archevêques et évêques ordonneront les fêtes qu’ils trouveront à propos d’établir ou de supprimer dans leurs diocèses ; et les ordonnances qu’ils rendront sur ce sujet, nous seront présentées pour être autorisées par nos lettres. Ordonnons à nos cours et juges de tenir la main à l’exécution desdites ordonnances, sans qu’ils en puissent prendre connaissance, si ce n’est en cas d’appel comme d’abus ou en ce qui regarde la police »10.

4À la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle, il y a dans les diocèses du Nord un vaste mouvement de suppression de fêtes, essentiellement celles de juillet, août et septembre. Contrairement aux mandements, ordonnances et statuts synodaux, la législation royale est très claire :

  • 11 Ibid., p. 51.

La suppression des fêtes ne regarde que la liberté donnée aux peuples de vaquer à leurs occupations ordinaires. Mais à l’égard de l’office divin, les conciles cités exigent qu’il soit célébré dans les églises comme avant le retranchement ; c’est aussi le règlement du concile de Trèves en 1549. Mem. du Clergé, t. 5, p. 130611.

5Ensuite elle s’intéresse aux contrevenants :

  • 12 Ibid., p. 53-54.

On peut contrevenir en trois manières à la solennité ou sanctification des fêtes. 1. En ne faisant les œuvres de piété, qui sont commandées dans ces saints jours. 2. En faisant un travail ou exerçant un négoce qui est défendu. 3. En prenant des divertissements qui ne sont point permis en ces temps-là.
1. À l’égard des œuvres de piété, les S.S. décrets imposent aux fidèles l’obligation d’entendre la messe les jours de dimanches et de fêtes.
2. À l’égard du travail, il y a une infinité de règlements sur ce sujet, mais qui ne sont pas uniformes […]. On devoit s’abstenir les jours de fêtes, de toutes sortes de travail, à l’exception de celui qui est nécessaire à la vie, ou qu’une pressante raison de nécessité ou de piété oblige de faire12.

6Durand de Maillane cite les lettres patentes, les arrêts, les ordonnances, du XVIe siècle jusqu’en 1769, qui interdisent à différents corps de métier de travailler pendant les fêtes :

  • 13 Ibid., p. 55.

Quant aux divertissements qui sont défendus aux jours de fêtes, les SS. décrets sont encore exprès là-dessus. Les derniers conciles provinciaux de Rouen en 1581, de Tours en 1583, de Bourges en 1584, interdisent aux jours de fêtes et de dimanches, les jeux, les danses, les combats et autres spectacles13.

Le rôle crucial du curé

7Dans les villes, les Magistrats sont chargés de veiller à l’application de ces mesures, mais dans les faits, les curés, qu’ils aient charge d’âmes dans une paroisse urbaine ou à la campagne, jouent un rôle fondamental. D’ailleurs la centralité de ce prêtre est systématiquement rappelée dans les statuts synodaux et dans la réglementation royale :

  • 14 Ibid., p. 54-55.

En France, on a considéré dans les derniers siècles, les règlements qui ont été faits sur l’observance des fêtes, comme faisant partie de la police générale du royaume, de l’exécution de laquelle les magistrats sont chargés. […] Art. 28 de l’édit de 1695. […] Mais cette connaissance attribuée aux juges royaux, à cause de la police, ne dispense pas les évêques du soin de veiller à ce que les fidèles s’acquittent de leur devoir les jours de fêtes ; les curés des paroisses doivent concourir avec les officiers publics pour l’exécution des ordonnances, sauf pour les œuvres de piété et le travail particulier qui n’apporte point de scandale public, pour raison de quoi, c’est toujours aux seuls ministres de l’église d’en parler et de s’en enquérir14.

  • 15 Philippe Moulis, Le clergé paroissial du diocèse de Boulogne-sur-Mer de 1627 à 1789, thèse de docto (...)
  • 16 Dans le diocèse de Boulogne les Nouveaux convertis étaient surveillés par les autorités laïques et (...)

8Les documents royaux et ecclésiastiques font du curé le personnage central du respect de l’observation de la législation relative aux dimanches et fêtes. Mais cela pose de nombreux problèmes. La plupart des curés sont originaires du diocèse où ils exercent et beaucoup sont issus de milieux agricoles ou commerciaux. La répartition socio-professionnelle des pères des aspirants au sacerdoce dans le diocèse de Boulogne, par exemple, montre qu’à partir des années 1740 plus de 40 % des prêtres proviennent du monde rural et qu’entre 1775 et 1790 un prêtre sur deux a des parents paysans15. Ils connaissent bien les problèmes de leurs paroissiens et, excepté pour les Nouveaux convertis16, il y a bien souvent des arrangements locaux dans les campagnes dans l’observation de cette législation. De plus, n’oublions pas qu’une partie des revenus des curés provient de la paroisse. Dans les villes, les Magistrats disposent de moyens coercitifs plus importants.

Les modifications du calendrier diocésain

9Le bref pontifical de 1642, censé donner une impulsion à la modification des calendriers diocésains, a une influence limitée dans les diocèses du nord de la France. Ce n’est que dans les années 1660 que plusieurs prélats français opèrent des changements.

Un mouvement général à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècles

  • 17 Recueil des mandemens et de toutes les ordonnances de feu M. Louis Alphonse de Valbelle, évêque de (...)

10Les évêques du Nord modifient les calendriers à la fin XVIIe et au début XVIIIe siècles (voir tableau n° 2). Ceux de Saint-Omer et de Boulogne précisent dans leurs mandements ou ordonnances les motifs de ces changements. Le premier écrit qu’un « grand nombre de fêtes nuit beaucoup à ceux qui vivent de leurs journées et de leur travail », spécialement au temps des moissons17. Cette dernière période est celle où, précise l’évêque janséniste de Boulogne :

  • 18 Reglemens de Monseigneur l’évêque de Boulogne publiez en son synode du 7 mai 1704, pour addition au (...)

Le précepte de la sanctification des Fêtes étoit plus communément violé, et où il étoit plus nécessaire d’apporter un prompt remède. Nous avons pour ce sujet ordonné, à l’exemple de plusieurs grands évêques du Royaume, que les Fêtes qui arrivent pendant la saison de la Récolte, savoir pendant les mois de Juillet, Août et Septembre, seront transférées aux Dimanches les plus prochains non empêchez, soit devant ou après leurs jours propres18.

  • 19 Synode du diocèse de Saint-Omer du 31 mai 1702, dans Thomas Gousset, Les actes de la province ecclé (...)

11Les ordonnances rendues par l’évêque Louis Alphonse de Valbelle lors du synode tenu le 31 mai 1702 au sujet des fêtes et de la sanctification des dimanches et jours fériés, dressent la liste de celles qui « doivent être observées dans le diocèse de Saint-Omer, à commencer le premier jour de juin 1702 »19. L’évêque audomarois précise :

  • 20 Ibid., p. 663.

Il n’est personne qui ne voie que ce grand nombre de fêtes nuit beaucoup à ceux qui vivent de leurs journées et de leur travail et que dans l’abus où les choses se sont portées, cette multitude de fêtes est plutôt une occasion de désordres et de dissolutions, qu’une occasion de piété et de dévotion […]. Les curés n’annonceront que les fêtes qui sont commandées, et dans lesquelles il est défendu de travailler : pour satisfaire néanmoins à la dévotion de ceux qui voudront encore fêter les autres fêtes, ils continueront, dans les autres jours de fête, à faire les offices ainsi qu’ils les faisoient20.

  • 21 L’évêque d’Arras a effectué ces transferts en 1695, Recueil des ordonnances, mandements et censure (...)
  • 22 Trois lettres pastorales de Monseigneur l’évêque d’Arras aux curés, vicaires & confesseurs de son d (...)

12Tous les évêques de la région transfèrent une grande partie des fêtes des mois de juillet à septembre aux dimanches21. Selon ces prélats les abus sont nombreux. En 1697, pour Mgr Guy de Sève, beaucoup d’ouvriers et de paysans fréquentent les cabarets les jours de fête et les dimanches, ce qui occasionne ivrognerie, mauvais traitements envers l’épouse et les enfants et « ruine de la famille »22. En 1703, il écrit dans une lettre pastorale :

  • 23 Lettres pastorales de Monseigneur l’évêque d’Arras, contenant ses instructions, ses maximes, & ses (...)

Les pères et mères qui négligent l’instruction de leurs enfants, les maîtres qui empêchent sans cause légitime leurs domestiques d’entendre la messe les fêtes et les dimanches, ne sont point disposez à recevoir l’absolution, s’ils n’ont une ferme résolution de se corriger23.

Les évêques jansénistes

  • 24 Arch. Municipales de Saint-Omer : 10789.85-5, t. II : Mandement de Monseigneur l’évêque de Boulogne (...)
  • 25 Ibid., p. 5.

13Nommé à l’évêché de Boulogne en 1698, Pierre de Langle arrive dans son diocèse l’année suivante. Très vite, il en visite les paroisses visant, écrit-il, dans son mandement de mai 1701 « à en rechercher les plus grands besoins, à découvrir la source des relâchements qui s’y étoient introduits, et à trouver les moyens les plus propres pour y rétablir le bon ordre et une saine discipline »24. En 1700, un synode a lieu à Boulogne et Pierre de Langle publie de nouveaux statuts synodaux. Une partie du clergé les juge trop durs, sévères et austères25. Le prélat souhaite ne pas poursuivre les récalcitrants, stoppe l’impression des statuts et, après d’âpres discussions, les fait imprimer. Ils font l’objet d’une nouvelle publication en 1704, sous le titre de Règlemens de Monseigneur l’évêque de Boulogne, publiez en son synode du 7 mai 1704, pour addition aux statuts de l’année 1700, Boulogne, Battut, 1704, 40 pages. Ces statuts synodaux dressent une liste des fêtes en vigueur dans le diocèse de Boulogne. Outre les dimanches, Pâques, la Pentecôte et la Trinité qui sont toujours célébrées un dimanche, on dénombre 31 fêtes majeures. Figurent parmi les fêtes chômées toutes les grandes fêtes chrétiennes liées notamment à la personne du Christ (11 fêtes), dont les lundi et mardi suivants le dimanche de Pâques et de la Pentecôte. La Vierge est à l’origine de quatre de ces fêtes. Parmi les saints (17), on observe de nombreux saints bibliques, notamment les évangélistes Matthieu et Jean ou les apôtres romains Pierre et Paul. Certains sont fêtés le même jour. Enfin, le patron local, s’il ne figurait pas déjà parmi les saints privilégiés, ainsi que la dédicace de l’église viennent compléter la liste des fêtes majeures. Pierre de Langle supprime plus de jours que ses voisins et principalement entre juillet et septembre, sept jours pour la campagne et six pour la ville. Il ne mentionne pas les vigiles, les jeunes et abstinence. En 1702, l’évêque de Saint-Omer prescrit treize vigiles.

  • 26 Thomas Gousset, op. cit., p. 714-720, Titre XXI., De la sanctification des dimanches et des fêtes.
  • 27 Mandement pour la suppression de plusieurs, dont il est fait mention dans les annonces précédentes, (...)

14Les statuts synodaux boulonnais de ce prélat janséniste restent en usage jusqu’en 1744, date à laquelle François-Joseph de Partz-de-Pressy en publie de nouveaux, qui reprennent en grande partie ceux de Pierre de Langle26. Une nouvelle vague de suppression réelle des fêtes survient dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. À cette époque, il n’y a plus d’évêques jansénistes dans le nord de la France. En 1778, le prélat anti-janséniste, Mgr Partz-de-Pressy, publie un nouveau mandement en faveur de la suppression de plusieurs fêtes. Il écrit : « Toutes les fêtes non-comprises dans la liste ci-dessus étant supprimées, nous avons levé et levons l’obligation d’entendre la sainte Messe les jours où elles tombent : avons permis et permettons d’y vaquer aux œuvres serviles »27.

15Les textes normatifs rappellent sans cesse les abus qui surviennent lors des jours chômés. Ces plaintes sont-elles fondées ?

De la théorie réglementaire à la réalité quotidienne

16Ces législations royales et ecclésiastiques sont-elles appliquées ? Les paroissiens les respectent-ils ?

Guerres et intempéries

17Les guerres et les intempéries peuvent perturber le respect des jours chômés. Les grands conflits européens, du XVIIe siècle à 1713, ont des conséquences désastreuses dans les paroisses du nord de la France. De nombreuses églises ont été détruites ou ont subi des dégâts importants. Le curé Gobron, doyen du chapitre de la collégiale de Fauquembergues, a consigné dans le registre paroissial les désordres causés par les « ravage et pillage des troupes des alliés et du siège de la ville d’Aire » et les catastrophes climatiques. Les paroissiens avaient trouvé refuge dans l’église, et le culte interrompu ne reprit qu’après une bénédiction. Il écrit :

  • 28 Arch. Départ. Pas-de-Calais : 5 Mi 325 R1, registres paroissiaux microfilmés de la paroisse de Fauq (...)

Le dimanche quatorz[iesme] jour du mois de décembre mil sept cent dix l’on a faict la bénédiction de l’église de Faucquemb[ergues] pour icelle avoir esté pollué par les bestiaux que l’on a retiré dedans et autres delict ÿ commis pendant le siège de la ville d’Aire28.

18Il s’agit ici de cas de force majeure. Néanmoins, le respect des dimanches et des jours chômés a suscité dans plusieurs paroisses de nombreux problèmes.

Les contrevenants

  • 29 Arch. Départ. Pas-de-Calais : registre 1 G 31, 306 folios. Les doyennés sont cités dans l’ordre sui (...)

19Outre les problèmes de préséance, de querelles relatives aux bancs et chaises qui perturbent le déroulement de la messe, on observe, au cours du XVIIIe siècle, que l’interdiction de travailler pendant les fêtes de précepte n’est pas observée rigoureusement. Les mandements des évêques du nord de la France s’en alarment régulièrement. Il semblerait qu’il y ait une hausse conséquente de personnes travaillant les jours chômés. Des documents d’archives permettent de quantifier ces abus. En 1725, l’évêque anti-janséniste Jean-Marie Henriau envoie à tous les curés du diocèse de Boulogne un questionnaire contenant 39 questions. 275 réponses sur les 280 paroisses ont été conservées29. La question 34 est particulièrement intéressante. Le prélat demande aux curés « si les cabarets ne sont point ouverts pendant le service divin, de même pour les danses et les jeux ? »

20Vingt-neuf curés mentionnent l’existence de danses dans leur paroisse lors des dimanches et des fêtes et quatorze prêtres précisent que des jeux y sont organisés. Dans plusieurs paroisses, les contrôles sont effectifs. Les autorités municipales y veillent. Dans la ville de Saint-Pol-sur-Ternoise, le curé répond : « néant, les visites se faisant par les magistrats » ; à Audinghen, doyenné de Wissant : « Les plaintes contre les cabaretiers et danses publiques sont portés devant les juges royaux et seigneurs de chaque lieu ». Dans les villages, certains curés sont tolérants : à Amettes, doyenné d’Auchy-au-Bois : « On est assez sages dans cette paroisse sur les cabarets, sur les danses et sur les jeux » ; à Brimeux, doyenné de Frencq : « Pour les danses, elles paraissent assez réglées quoique le curé souhaiteroit les mettre bas parce que la plus grande partie des dimanches et fêtes est occupée à cela aussi bien qu’au jeu de paume ». D’autres sont particulièrement vigilants et inflexibles : à Licques, doyenné d’Alquines : « On y prend soin, on met à l’amende ceux qui sont en faute. On sonne la retraite les festes et dimanches à neuf heures du soir » ; à Erny-Saint-Julien, doyenné de Bomy : « Les danses et les jeux scandaleux qu’on y fesait du passé ne sont plus en usage » ; à Auchy-les-Hesdin, doyenné de Vieil-Hesdin : « Les cabarets ne sont points ouverts pendant le service divin. Il n’y a pas non plus de danses, ni de jeux pendant ce temps-là, au moins publics, et même hors ce temps-là les cabarets, les danses et les jeux ne sont guère en usage parce que la pauvreté de cette année a arrêté ce que nous ne pouvions empêcher par les avertissements et les exhortations que nous avons fait souvent à ce sujet ». Dans certaines paroisses, les curés sont dépassés : à Landrethun-lès-Ardres, doyenné de Guînes : « J’y mets bon ordre. Je les empêche autant que je le peux » et à Desvres, doyenné d’Alette : « Les danses sont fréquentes les dimanches et festes pendant l’été, mais les pluies et la misère y ont remédié cette année ».

  • 30 Marcel Marion, Dictionnaire des institutions de la France aux XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Picard, (...)
  • 31 Arlette Playoust-Chaussis, La vie religieuse dans le diocèse de Boulogne au XVIIIe siècle (1725-179 (...)
  • 32 18 curés (6,55 %) ne répondent pas à la question. Plusieurs curés, comme celui de Bezinghem, doyenn (...)

21La fréquentation des cabarets est normalement contrôlée30. Pourtant, la principale difficulté des curés concerne leur ouverture pendant le service divin31. Le tableau n° 1 récapitule les réponses des curés relatives à ce sujet. 207 (75,27 %) prêtres sur les 275 précisent que ces établissements ne sont pas ouverts pendant l’office divin32, notamment à Camiers, doyenné de Samer : « Ils ne le sont pas et je ne le souffrirois point » ; à Lières, doyenné d’Auchy : « Si cela arrivoit on aurait fin d’y remedier » ; à Campagne-les-Guînes, doyenné de Guînes : « Non, j’y tiens la main » ; à Saint-Martin-Boulogne, doyenné de Boulogne : « Les cabaretiers ont été avertis par le curé de faire leur devoir à l’occasion du service divin ». Dans bon nombre de paroisses, les contrôles sont stricts : à Saint-Pierre-lès-Calais : « La visite des cabarets se fait exactement dimanches et fêtes pendant le service divin par le Commandement du lieu, et par une autre personne nommé pour cette fonction » ; à Calais, doyenné de Marck : « On garde ici une police exacte pour les cabarets » et à Blangy-sur-Ternoise, doyenné de Vieil-Hesdin : « Les cabarets ne sont jamais ouverts pendant le service, de même pour les danses et les jeux, nous les [faisons] régaler par des bonnes amendes ». Cependant beaucoup sont ouverts après la messe. À Quernes, doyenné d’Auchy, le curé écrit : « Le cabaretier a soin de fermer sa porte aux buveurs pendant l’office divin » et à Maizières, doyenné de Saint-Pol : « Les cabarets ne sont point ouverts pendant l’office divin, mais après l’office divin, jour du saint dimanche, ils le sont le jour et pendant toute la nuit ».

Tableau n° 1 : Ouverture des cabarets les dimanches et fêtes dans le diocèse de Boulogne en 1725

Doyennés et nombre de réponses au questionnaire Ouverture Quelquefois Seulement pour les étrangers Ne sont pas ouverts Sans réponse
Alette (17) 3 1 1 11 1
Alquines (16) 1 1 1 12 1
Auchy-au-Bois (21) / 1 1 18 1
Bléquin (19) / 1 1 17 /
Bomy (20) 1 1 2 15 1
Boulogne (16) 2 / 1 11 2
Fauquembergues (15) 2 2 3 7 1
Fillièvres (13) / 1 / 12 /
Frencq (17) 1 / 3 13 /
Frévent (17) / 2 / 14 1
Guînes (18) / 2 / 13 3
Marck (16) 2 1 1 11 1
Saint-Pol (18) / 1 / 17 /
Samer (13) / 1 / 10 2
Tournehem (13) 2 1 1 9 /
Vieil-Hesdin (12) / / 1 10 1
Wissant (14) 1 1 2 7 3
Total (275) 15 17 18 207 18
% 5,45 6,18 6,55 75,27 6,55

22Cinquante curés (18,18 %) mentionnent l’ouverture des cabarets pendant la célébration eucharistique. En ce qui concerne cette catégorie, il y a trois types de réponses.

23Premièrement, dix-huit établissements (6,55 %) sont ouverts mais seulement pour les étrangers à la paroisse. À Boursin, doyenné de Wissant : « Les cabarets ne sont pas ouverts pendant le service divin pour les habitants du lieu » ; à Bourthes, doyenné d’Alette : « Les cabarets ne sont ouverts pendant le service divin sinon pour les étrangers qui peuvent avoir besoin de [se] rafraîchir » ; à Saint-Étienne-au-Mont, doyenné de Boulogne : « Les cabarets ne sont points ouverts pendant le service divin, si ce n’est pour les paysans et les voyageurs ; il s’y fait des danses le jour du Patron que le curé n’a pu jusqu’à présent empêcher » ; à Brexent, doyenné de Frencq : « Les cabarets sont ouverts à toute heure pour les passants et non pas pour ceux de la paroisse » et à Coquelles, doyenné de Marck : « Il n’y a que les étrangers qui passent à qui les cabaretiers ne peuvent refuser des rafraîchissements parce que c’est le chemin royal ». Mais les curés ne sont pas dupes. C’est le cas notamment de celui de Roellecourt, doyenné de Saint-Pol : « Ils le sont quelquefois pendant le service divin, sous prétexte que les personnes des villages voisins sont des étrangers quoiqu’ils y viennent exprès pour boire ».

24Deuxièmement, certains sont ouverts épisodiquement, ainsi à Alquines : « Ils sont quelquefois ouverts pour les étrangers, même pendant la messe de paroisse, et quelquefois il y en reste de la paroisse, cependant sans boire. Les danses et jeux s’y font de temps [en temps] entre les personnes de différent sexe dans la cour même du cabaret » ; à Bournonville, doyenné d’Alquines : « Cela ne si rencontre pas ou très peu souvent » ; à Coyeques, doyenné de Bléquin : « Les cabarets ne sont point très ouverts pendant le service divin mais ils le sont trop tard pendant la nuit » et à Hesmond, doyenné de Fauquembergues : « Ordinairement non, quelquefois par accident ».

  • 33 Voir à ce sujet Robert Muchembled, La violence au village. Sociabilité et comportements populaires (...)

25Troisièmement, quinze curés (5,45 %) répondent que les cabarets sont ouverts. Dans plusieurs paroisses, les abus sont importants et l’ivrognerie et l’alcoolisme sont de véritables fléaux sociétaux33, ainsi à Anvin, doyenné de Frévent :

Les cabarets ne sont pas ouverts pendant le service divin, ni danse, ni jeux, mais tous les dimanches et festes on va au cabaret et on boit, on joue aux cartes jusqu’au lendemain et on blesse, tue et on se bat fort souvent et si on veut remédier aux iniquités, il les faut empêcher d’y aller les dimanches et festes.

  • 34 À Wissant, le curé écrit : « Plusieurs ne font pas leur devoir pachal à cause de leur ivrognerie et (...)

26À Alette, le prêtre signale « l’intérêt aveugle nos cabaretiers et ne sont pas scrupuleux pour le service divin » et à Beussent, doyenné de Frencq : « Un cabaret près de l’église suspect. De l’autel j’y entends blasphémer : Berault, maçon, est un blasphémateur public. Dans ses ivrogneries il ne parle que de tuer et bruler ; toute la paroisse le craint »34. À Selles, doyenné d’Alquines, le curé répond négativement dans un premier temps, puis écrit dans la marge du formulaire épiscopal :

Les cabarets ne sont point ouverts pendant le service divin, ni pour les danses, ni pour les jeux, à la réserve que la justice de Brumenbert a fait sonner la retraite pour empêcher les jurements et les blasphèmes qui se font dans le cabaret de ladite veuve de feu Guillaume Le Lieuve, nommé Françoise Level, qui donne à boire toute la nuit, malgré les remontrances que je lui aie faites tant en particulier qu’en publique, aussi bien que Messieurs de la justice et continue toujours de donner à boire toute la nuit et même pendant le service divin.

27Certains curés sont désemparés, notamment celui de Bazinghen, doyenné de Wissant : « Il n’y a pas d’autre cabaret que celui que tient mon maître d’école attenant au cimetière, ce qui me fait beaucoup de peine, cela étant contraire à l’article sixième du titre cinquième des statuts » ; à Pernes, doyenné de Boulogne, « une cabaretière dont la maison tient au cimetière de Pernes, retient souvent, malgré mes avis, les buveurs pendant une partie du service divin » et à Audresselles, doyenné de Wissant :

Ni les cabarets, ni les danses, ni les jeux ne sont point ouverts pendant le service divin, quand je peux les empêcher et le savoir. J’ay seu qu’on a bu deux fois cette année pendant les vespres mais ils ont continué de boire pendant le service divin depuis sans que je ne pus les en empêcher.

28D’autres sont résignés ou dépités. Le curé de Boisdinghem, doyenné de Tournehem, écrit : « Les garçons et les filles se trouvent au cabaret les dimanches et les festes, ne pouvant en venir à bout après que je les exhorte et se moquant des avertissements charitables que je leur donne » ; à Éperlecques, doyenné de Tournehem : « Dans les cabarets on y chante quelquefois plus haut que nous dans l’église. J’en y ai vu et trouvé. Le bailly ne fait pas son devoir, il y envoit les sergents qui souvent restent avec les autres » ; à Oye, doyenné de Marck :

Les cabarets sont toujours ouverts pendant le service divin. Je les ai surpris en faute plusieurs fois, et disent qu’ils ne peuvent empêcher les buveurs, qu’ils prennent à boire par force. M. Molé ne mettant à l’amende que les cabaretiers, les buveurs ne craignent pas, il faudroit un ordre contre les buveurs.

29À Longvillers, doyenné de Frencq, l’impuissance du prêtre est manifeste :

Il n’y a pas de danse, ni de jeux pendant le service divin, mais quelque soin que je prenne et quelque menace que je fasse sur les cabarets, les cabaretiers ne cessent pas de donner de la boisson pendant le service divin aux habitants de la paroisse.

30Le curé de Liettres, doyenné d’Auchy, propose une solution :

Qui les feroit fermer, au moins à neuf heures du soir des festes et dimanches, feroit une œuvre grandement et doublement bonne : ils sont l’origine de la ruine des âmes et des familles populaires. Tous les bons règlements sont sans effet faute de celui-là, quoiqu’il n’arrive pas de désordre dans ma paroisse mais beaucoup au voisinage.

  • 35 Fiona Verhaeghe, Le Calaisis au début du XVIIIe siècle : aspects démographiques, économiques, socia (...)

31Les lieux de tentation et de beuverie étaient pléthoriques. Le nombre de cabarets dans certaines paroisses était parfois surprenant. Dans le diocèse de Boulogne, par exemple, en 1709, il y avait seize cabarets dans la paroisse Saint-Pierre et sept dans celle de Guînes, soit un cabaret pour 141 habitants à Saint-Pierre et un cabaret pour 215 habitants à Guînes35.

32Des problèmes se posent également lorsque les jours chômés diffèrent d’un diocèse à l’autre. Le curé de Mentque, doyenné de Tournehem, écrit que « les jours des festes chômées dans ce diocèse et qui ne le sont pas à Saint-Omer », des paroissiens « charient du bois ou portent d’autres denrées dans cette ville, aussi communément qu’aux jours ouvrables ».

  • 36 Durand de Maillane, op. cit., t. III, p. 55-56.

33L’augmentation de la population et des prix des denrées, les salaires qui n’augmentent pas, encouragent de nombreuses personnes à braver les interdits. Ils vont augmenter au cours de ce siècle. D’ailleurs, en 1755, l’Assemblée du clergé se plaint que l’interdiction de travailler les dimanches et fêtes est de moins en moins respectée36.

Le rejet des prêtres jansénistes en Artois37

  • 37 L’Artois s’étendait sur les diocèses d’Arras, de Boulogne et de Saint-Omer.

34Les curés jansénistes sont plus vigilants concernant les fêtes, les danses et les jeux. Les cabarets et les cabaretiers sont aussi pour eux, mais dans une moindre mesure, des sources de problèmes dans leurs paroisses, notamment à Hames, doyenné de Guînes :

Depuis les cas réservés de feu Mgr de Langle, il est rare qu’on fréquente les cabarets pendant le service divin, mais il arrive qu’on y boit après le Soleil couché la nuit. Rarement des danses publiques. Cela arrive quelquefois malgré les remontrances du curé.

35Hugues Lagache, curé de Merck-Saint-Lièvin, doyenné de Fauquembergues écrit :

Les cabarets ne sont pas ordinairement fréquentés par les paroissiens pendant le service divin, sinon quelquefois qu’ils se rencontrent avec des étrangers de leur connaissance qui viennent en pèlerinage à St-Lièvin. Il n’y a ni danse, ni jeux pendant ce temps de l’office divin.

36Malgré la vigilance de Pierre de Corbehem, curé de Vieil-Église, doyenné de Marck, quelques abus concernent les cabarets :

J’ai soin que les cabaretiers ne vendent point pendant le service divin : si cela arrive quelquefois, c’est que je ne le sais point. J’aurois à me plaindre qu’il y en a qui restent au cabaret pendant l’office et se croient quitte en disant qu’ils ne boivent point. Il n’y a ni danses ni jeux pendant l’office.

  • 38 L’Unigenitus en frontière de catholicité. Pierre de Langle et ses correspondants (1711-1724), Phili (...)

37Les curés, dimanches et fêtes, sont censés rassembler la communauté catholique. La querelle de la bulle Unigenitus en 1713 va, dans certaines régions, comme l’Artois, briser ce lien, qui est aussi social et économique. À partir du bref Pastoralis officii de 1718 et de l’Accommodement en 1720, les curés jansénistes sont rejetés violemment par une grande partie de la population artésienne. Pierre de Langle, évêque de Boulogne, est agressé physiquement à Quernes. Des prêtres sont molestés. À Saint-Pol-sur-Ternoise, il y avait deux curés, l’un officiait une semaine et l’autre la seconde. Les paroissiens retardaient volontairement les baptêmes et les mariages lors de la semaine du curé janséniste. Lorsque ce dernier était chassé, Pierre de Langle nommait un autre prêtre qui subissait, à son tour, les pires vexations. Dans de nombreuses paroisses, les fidèles empêchaient ou perturbaient les célébrations eucharistiques. La correspondance de Pierre de Langle apporte des précisions38. Premièrement, il aimait écrire le dimanche. Plusieurs lettres sont datées du « dimanche en fin d’après-midi » ou « du dimanche soir » ou de fêtes. Il écrivait aux autres prélats jansénistes mais aussi à de nombreux correspondants de son réseau clandestin (Bruxelles, Provinces-Unies, Paris,…). Lors de ces jours chômés, il corrigeait les livres de ses amis. Deuxièmement, les évêques jansénistes sont sensibles à la pauvreté et s’intéressent beaucoup aux pauvres de leur diocèse. Ces thèmes reviennent régulièrement dans leur correspondance. Autre point, Pierre de Langle s’occupait beaucoup de l’instruction des enfants. Son diocèse étant un refuge pour les jansénistes, en décembre 1723, il nomme à la cure de Calais un prêtre parisien le père Desangin. Dans plusieurs lettres, le prélat précise qu’il lui a demandé d’instruire les enfants les dimanches et fêtes et de veiller à leur éducation. Troisième point, dans ses lettres, il méprise les Jésuites qu’il nomme la « séquelle noire ». Bien avant les critiques du milieu du XVIIIe siècle, Pierre de Langle pense que « les moines sont inutiles », les Récollets et les Frères Mineurs sont pour lui des fanatiques et les Prémontrés des incapables. Les moines ont, selon lui, trop de possessions, occupent trop de place dans les villes et interfèrent souvent dans le travail des curés.

38Les prélats jansénistes et ceux qui leur sont proches modifient les calendriers diocésains en même temps que leurs confrères. Les jours chômés et l’assistance à l’office suscitent quelques difficultés dans certaines paroisses. Les curés jansénistes sont plus stricts sur les jours de fêtes et les dimanches. La fréquentation des cabarets est un problème sociétal qui perturbe la vie paroissiale. La querelle de la bulle Unigenitus, le rejet des curés jansénistes en Artois, puis l’enfermement, l’exil, les refus des Sacrements envers les prêtres qui refusent de se soumettre auront des répercussions sur l’observation des dimanches et fêtes dans le nord de la France. La persécution envers ces ecclésiastiques va également choquer de nombreux fidèles et certains se détourneront de leurs pasteurs et petit à petit de l’Église.

  • 39 Nous avons mentionné dans ce tableau les trois fêtes de Pâques, de l’Ascension et de la Trinité, sy (...)

Tableau n° 2 : Les fêtes de précepte39

1642 (bref pontifical)
Fêtes majeures Circoncision, Épiphanie, Purification, Annonciation, Pâques, Lundi de Pâques, Mardi de Pâques, Ascension, Pentecôte, Lundi de Pentecôte, Mardi de Pentecôte, Trinité, Sts-Philippe et Jacques, Invention de la Ste-Croix, St-Sacrement, Nativité de St-Jean-Baptiste, Sts-Pierre-et-Paul, St-Jacques et Christophe, St-Laurent, Assomption, St-Bartholomé, Nativité de Notre-Dame, St-Mathieu, St-Michel, Toussaint, St-André, St-Thomas, Nativité de Jésus-Christ, St-Étienne, St-Jean Évangéliste, St-Patron de la paroisse, Sts-Simon et Jude, St-Matthias, Sts-Innocents, St-Sylvestre, St-Joseph, Ste-Anne, St-Patron du diocèse.
1700 (statuts synodaux du diocèse de Boulogne)
Fêtes et jours chômés Circoncision, Épiphanie, Purification, St-Matthias, Annonciation, St-Marc, Pâques, Lundi de Pâques, Mardi de Pâques, Ascension, Pentecôte, Lundi de Pentecôte, Mardi de Pentecôte, Trinité, Petite fête de Dieua, Sts-Philippe et Jacques, St-Barnabé, St-Sacrement, St-Jean-Baptiste, Sts-Pierre et Paul, Assomption, St-Louisb, Nativité de Notre-Dame, St-Luc, Sts-Simon et Jude, Toussaint, St-André, Conception, St-Thomas, Nativité de Jésus-Christ, St-Étienne, St-Jean-Évangéliste, St-Patronc, Dédicace de l’églised
Fêtes transférées au dimanche ou permission de travailler Déplacées au dimanche : (juillet) Ste-Marie-Madeleine, St-Jacques, (août) Saint-Laurent, St-Barthélémy, St-Louis (pour la campagne), (en septembre) St-Matthieu, St-Michel.
1702 (Mandement diocèse de Saint-Omer)
Fêtes et jours chômés Circoncision, Épiphanie, Purification de Notre-Dame, Annonciation, Pâques, Lundi de Pâques, Ascension, Pentecôte, Lundi de Pentecôte, Trinité, fête du Corps de Jésus-Christ, Nativité de St-Jean-Baptiste, Sts-Pierre-et-Paul, Assomption, Nativité de Notre-Dame, Saint-Omer (patron du diocèse), Toussaint, St-André, Conception, Nativité de Jésus-Christ, St-Étienne, St-Jean Évangéliste, St-Patron.
Fêtes transférées au dimanche ou permission de travailler Permission de travailler :
Mardi de Pâques, Mardi de Pentecôte, St-Matthias, St-Joseph, Sts-Philippe et Jacques, Invention de la Ste-Croix, Relation de St-Omer, Visitation, Ste-Marie-Madeleine, St-Jacques, St-Laurent, St-Barthélémy, St-Bertin, Exaltation de la Ste-Croix, St-Mathieu, St-Michel, Sts-Simon et Jude, St-Martin, Ste-Catherine, St-Nicolas, St-Thomas.
1744 (statuts synodaux du diocèse de Boulogne)
Fêtes et jours chômés Circoncision, Épiphanie, Purification, St-Matthias, Annonciation, [Pâques], Lundi de Pâques, Mardi de Pâques, Ascension, [Pentecôte], Lundi de Pentecôte, Mardi de Pentecôte, [Trinité], Petite fête de Dieue, St-Marc, Sts-Philippe et Jacques, St-Sacrement, St-Barnabé, St-Jean-Baptiste, Sts-Pierre-et-Paul, Assomption, St-Louis, Nativité de Notre-Dame, St-Luc, Sts-Simon et Jude, Toussaint, Jour des Mortsf, St-Maxime (patron du diocèse), St-André, Conception, St-Thomas, Nativité de Jésus-Christ, St-Étienne, St-Jean Évangéliste, St-Patron.
1751 (bref pontifical)
F majeures Circoncision, Épiphanie, Purification, Saint-Joseph, Annonciation, Pâques, Lundi de Pâques, Ascension, Pentecôte, Lundi de Pentecôte, [Trinité], St-Sacrement, Sts-Pierre et Paul, Nativité de St-Jean-Baptiste, Assomption, Nativité de Notre-Dame, Toussaint, Conception, Nativité de Jésus-Christ, St-Étienne, St-Patron du diocèse, St-Patron de la localité
F mineures Fêtes dégradées et anciennes fêtes mineures
1778 (mandement du diocèse de Boulogne)
Fêtes et jours chômés Circoncision, Épiphanie, Purification, Annonciation, Pâques, Lundi de Pâques, Mardi de Pâques, Ascension, Pentecôte, Lundi de Pentecôte, Trinité, St-Sacrement, St-Jean-Baptiste, Sts-Pierre-et-Paul, Assomption, Nativité de Notre-Dame, Toussaint, Jour des Mortsg, St-Maxime, Conception, Nativité de Jésus-Christ, St-Étienne.
Fêtes supprimées avec permission de travailler Supprimées : Mardi de Pentecôte, St-Matthias, Petite fête de Dieu, St-Marc, Sts-Philippe et Jacques, St-Louis, St-Barnabé, St-Luc, Sts-Simon et Jude, St-André, St-Thomas, St-Jean Évangéliste
Transférée au dimanche : St-Patron.
1782 (mandement épiscopal Cambrai)
Fêtes majeures Partie autrichienne : pas concernée (Idem 1771)
Partie française : Circoncision, Épiphanie, Purification, Annonciation, Pâques, Lundi de Pâques, Ascension, Pentecôte, Lundi de Pentecôte, Trinité, St-Sacrement, Sts-Pierre et Paul, Nativité de St-Jean-Baptiste, Assomption, Nativité de Notre-Dame, Toussaint, Conception, Nativité de Jésus-Christ, St-Étienne, St-Patron
Fêtes mineures Partie autrichienne : pas concernée (Idem 1771)
Partie française : aucune
a. Chômée jusqu’à midi.
b. À son jour pour la ville, fête transférée pour la campagne.
c. La fête du patron de principal de chaque église, se célèbre à son jour propre en quelques mois qu’elle arrive.
d. Le troisième dimanche d’octobre.
e. Chômée jusqu’à midi.
f. Chômée jusqu’à midi.
g. Seulement obligation d’entendre la messe.

Notes

1 Isabelle Clauzel (dir.), Histoire de la fête à travers les âges, Saint-Martin-Boulogne, Cycle d’études en Pays Boulonnais, 2015.

2 Recueil des mandemens et de toutes les ordonnances de feu M. Louis Alphonse de Valbelle, évêque de S. Omer contenant aussi plusieurs mandemens de messieurs les Vicaires Généraux, & de Monseigneur François de Valbelle à présent évêque de Saint Omer, Luxembourg, André Chevalier, 1718, p. 85-94.

3 « On trouve aussi, dans les liturgies, des dimanches de la première et seconde classe. Ceux de la première sont les dimanches des Rameaux, de Pâques, de Quasimodo, de la Pentecôte, la Quadragésime. Ceux de la Seconde sont les dimanches ordinaires », Durand de Maillane, Dictionnaire de droit canonique, et de pratique bénéficiale…, Lyon, Joseph Duplain, 1776, t. II, p. 327-328.

4 Ibid., t. III, p. 50.

5 Voir à ce sujet M. Noirot, « Fêtes de précepte », dans Catholicisme. Hier, aujourd’hui, demain, Paris, Letouzey & Ané, 1956, t. IV, c. 1225-1226 ; Raoul Naz, « Fêtes », dans Dictionnaire de droit canonique, Paris, Letouzey & Ané, 1953, t. V, c. 833-834.

6 Philippe Desmette, « Les fêtes de précepte dans le diocèse de Cambrai à l’époque moderne », Revue du Nord, t. XCI, 2009, p. 61-81.

7 Concernant la bibliographie, nous renvoyons à l’introduction générale de ce présent volume.

8 C’est-à-dire, Boulogne, Saint-Omer et Arras. Boulogne relevait de la province ecclésiastique de Reims, Arras et Saint-Omer de celle de Cambrai.

9 Durand de Maillane, op. cit., V tomes ; Louis de Héricourt, Les Loix Ecclésiastiques de France dans leur ordre naturel, et une analyse des livres du droit canonique conférés avec les usages de l’Église Gallicane, Paris, P.J. Mariette, 1748 ; Isambert, Decrusy, Tallandier, Recueil général des anciennes lois françaises, depuis l’an 420 jusqu’à la Révolution de 1789, Paris, Belin le Prieur, 1830.

10 Durand de Maillane, op. cit., p. 50-51.

11 Ibid., p. 51.

12 Ibid., p. 53-54.

13 Ibid., p. 55.

14 Ibid., p. 54-55.

15 Philippe Moulis, Le clergé paroissial du diocèse de Boulogne-sur-Mer de 1627 à 1789, thèse de doctorat d’Histoire, sous la direction du Pr. Gilles Deregnaucourt, Université d’Artois, 2008, t. II, p. 309.

16 Dans le diocèse de Boulogne les Nouveaux convertis étaient surveillés par les autorités laïques et religieuses. L’assistance à la messe était contrôlée par le curé.

17 Recueil des mandemens et de toutes les ordonnances de feu M. Louis Alphonse de Valbelle, évêque de S. Omer contenant aussi plusieurs mandemens de messieurs les Vicaires Généraux, & de Monseigneur François de Valbelle à présent évêque de Saint Omer. Luxembourg, André Chevalier, 1718, p. 85-94.

18 Reglemens de Monseigneur l’évêque de Boulogne publiez en son synode du 7 mai 1704, pour addition aux Statuts de l’année 1700. Boulogne, P. Battut, 1704, p. 53.

19 Synode du diocèse de Saint-Omer du 31 mai 1702, dans Thomas Gousset, Les actes de la province ecclésiastique de Reims, ou canons et décrets des conciles, constitutions, statuts, et lettres des évêques des différents diocèses qui dépendent ou qui dépendaient autrefois de la métropole de Reims, Reims, L. Jacquet, 1844, t. IV, p. 662-663.

20 Ibid., p. 663.

21 L’évêque d’Arras a effectué ces transferts en 1695, Recueil des ordonnances, mandements et censure de M. l’évêque d’Arras où l’on trouve d’excellentes règles pour la conduite des âmes, des remèdes éprouvez pour déraciner les abus, des instructions solides pour l’usage des sacrements, des moyens efficaces pour rétablir la discipline ecclésiastique, Arras, César Duchamp, 1710, p. 208.

22 Trois lettres pastorales de Monseigneur l’évêque d’Arras aux curés, vicaires & confesseurs de son diocèse accompagnées des recueils de ses maximes […], Delf, Henri van Rhyn, 1697, p. 402.

23 Lettres pastorales de Monseigneur l’évêque d’Arras, contenant ses instructions, ses maximes, & ses règlements touchant l’administration & l’usage des sacrement de la pénitence & de l’eucharistie, Orléans, Jean Borde, 1703, p. 74.

24 Arch. Municipales de Saint-Omer : 10789.85-5, t. II : Mandement de Monseigneur l’évêque de Boulogne, sur l’observation de ses statuts Synodaux publiez au Synode général de l’année 1700, Boulogne, le 15 mai 1701, p. 4.

25 Ibid., p. 5.

26 Thomas Gousset, op. cit., p. 714-720, Titre XXI., De la sanctification des dimanches et des fêtes.

27 Mandement pour la suppression de plusieurs, dont il est fait mention dans les annonces précédentes, donné à Boulogne le 25 mars 1778, dans Rituel du diocèse de Boulogne, publié par l’autorité de Monseigneur François-Joseph de Partz-de-Pressy, évêque de Boulogne, Boulogne, Battut, 1780, p. 263-264.

28 Arch. Départ. Pas-de-Calais : 5 Mi 325 R1, registres paroissiaux microfilmés de la paroisse de Fauquembergues.

29 Arch. Départ. Pas-de-Calais : registre 1 G 31, 306 folios. Les doyennés sont cités dans l’ordre suivant dans le document : Boulogne, Wissant, Samer, Frencq, Alette, Alquines, Guînes, et Marck. Arch. Départ. Pas-de-Calais : Registre 1 G 32, 367 folios, doyennés d’Auchy-au-Bois, Bléquin, Bomy, Fauquembergues, Frévent, Saint-Pol, Tournehem, Vieil-Hesdin et Fillièvres.

30 Marcel Marion, Dictionnaire des institutions de la France aux XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Picard, 1989, p. 63-64 ; Matthieu Lecoutre, Ivresse et ivrognerie dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècles), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011.

31 Arlette Playoust-Chaussis, La vie religieuse dans le diocèse de Boulogne au XVIIIe siècle (1725-1790), Arras, Mémoires de la Commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, t. XV, 1976, p. 222-225 ; Milan Vulic, Le cabaret, le bistrot, lieu de la sociabilité populaire dans le bassin houiller du Nord-Pas-de-Calais (1750-1985), doctorat d’Histoire, sous la direction du Pr. Alain Lottin, Université de Lille III, 1990, p. 5.

32 18 curés (6,55 %) ne répondent pas à la question. Plusieurs curés, comme celui de Bezinghem, doyenné d’Alette, d’Auchy, de Lespesses, de Rely, doyenné d’Auchy, de Longfossé, doyenné de Samer, sont heureux d’écrire : « il n’y a pas de cabaret dans la paroisse ».

33 Voir à ce sujet Robert Muchembled, La violence au village. Sociabilité et comportements populaires en Artois du XVe au XVIIe siècle, Turnhout, Brepols, 1989 ; Histoire de la violence, Paris, Seuil, 2008.

34 À Wissant, le curé écrit : « Plusieurs ne font pas leur devoir pachal à cause de leur ivrognerie et de leurs jurements » et à Sangatte, doyenné de Marck, le curé répond : « Le sieur Montador est un ivrogne de profession [qui n’a pas fait son devoir pascal depuis 27 ans] ; tels sont encore Delattre, Dupuy, messager, Desmart &c qui ne s’approchent pas des sacrements ». Concernant le cabaret, il précise : « Celui qui est à la porte de l’église est ouvert pendant le prône et l’office divin, et je n’en peux venir à bout ».

35 Fiona Verhaeghe, Le Calaisis au début du XVIIIe siècle : aspects démographiques, économiques, sociaux et religieux, Master I, sous la direction d’Alain Joblin, Université d’Artois, 2009, p. 162.

36 Durand de Maillane, op. cit., t. III, p. 55-56.

37 L’Artois s’étendait sur les diocèses d’Arras, de Boulogne et de Saint-Omer.

38 L’Unigenitus en frontière de catholicité. Pierre de Langle et ses correspondants (1711-1724), PhilippeMoulis (éd.), Paris, Honoré Champion, 2016.

39 Nous avons mentionné dans ce tableau les trois fêtes de Pâques, de l’Ascension et de la Trinité, systématiquement fixées un dimanche. Toutefois, nous les avons placées entre [ ] lorsque, pour cette même raison, un document ne les signale pas.

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site