Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orare aut laborare ? Fêtes de précepte et jours chômés du Moyen Âge au début du xixe siècle

 | 
Philippe Desmette
, 
Philippe Martin

Deuxième partie. Situations établies et réformes à l’Époque moderne

Prélats jansénistes et calendriers diocésains dans la France septentrionale

Philippe Moulis

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans la religion catholique le cours de l’année est rythmé par des fêtes célébrées dont la liste est dressée par le clergé1. Une distinction est faite entre les fêtes solennelles et d’obligation et celles « moins solennelles » et de dévotion2. En 1776, Durand de Maillane, écrit dans son Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale, au mot « dimanche » : « Jour du Seigneur consacré entièrement à son service »3 et au mot « fêtes » : « En général, sont des jours consacrés au service de Dieu, où à l’honneur de ses saints »4. Les fêtes de précepte5 dans le nord de la France sont nombreuses6. Parmi celles-ci, deux catégories sont à distinguer. En premier lieu, les fêtes mineures pendant lesquelles l’assistance à la messe est donc de précepte, mais le travail autorisé avant et après celle-ci. En second lieu les fêtes majeures qui imposent de s’abstenir de toute œuvre servile durant la journée, notamment le dimanche7.

Les évêques jansénistes et les prélats qui leur sont proches...

Auteur

Université de Paris 13 – Pléiade

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540