Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orare aut laborare ? Fêtes de précepte et jours chômés du Moyen Âge au début du xixe siècle

 | 
Philippe Desmette
, 
Philippe Martin

Deuxième partie. Situations établies et réformes à l’Époque moderne

Le débat sur la réduction des fêtes religieuses de précepte en Italie au XVIIIe siècle : Guadagnini et le Progetto di fissazione del calendario ecclesiastico

Marco Rochini

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Réflexion historiographique

L’historiographie italienne a consacré une attention particulière au débat qui s’est développé en Italie au cours du XVIIIe siècle au sujet de la limitation des fêtes religieuses de précepte. Les études sur ce sujet ont été inaugurées par Franco Venturi1 ; il a enquêté sur la controverse qui, pendant les années 1740, opposa quelques-uns des principaux représentants de la culture catholique italienne. Un débat enflammé naquit après la publication de la Scrittura che si trasmette d’ordine di Sua Santità composta sopra l’istanza di sminuire le feste di precetto, encouragée par Benoît XIV en 17422. Le pape Lambertini considérant que les fêtes relevaient de l’ordre du disciplinaire, donc qu’elles étaient modifiables selon les nécessités contingentes, établit que les évêques qui en avaient fait la demande pourraient obtenir des « indults », c’est-à-dire des dérogations qui permettraient aux fidèles de travailler après avoir assisté à une messe de fête autre que ...

Auteur

Università Cattolica del Sacro Cuore, Milano

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540