Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orare aut laborare ? Fêtes de précepte et jours chômés du Moyen Âge au début du xixe siècle

 | 
Philippe Desmette
, 
Philippe Martin

Deuxième partie. Situations établies et réformes à l’Époque moderne

La réforme des fêtes de précepte dans les Pays-Bas autrichiens en 1751 : une affaire d’État(s)

Philippe Desmette

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La seconde moitié du XVIe siècle a constitué un moment clé dans l’évolution des calendriers diocésains aux Pays-Bas. Les nouvelles circonscriptions voulues par Philippe II durent déterminer quelles seraient dorénavant leurs fêtes privilégiées. En 1570, le concile provincial de Malines se pencha sur la question et établit un calendrier commun à tous les diocèses relevant de la métropole1. La même année, le synode de Namur fixa lui aussi son calendrier2. Par ailleurs, le contexte réformateur post-tridentin amena certaines redéfinitions ou réaffirmations dans d’anciens diocèses3.

Le nombre de fêtes demeurait important : quarante-quatre dans la province de Malines par exemple. Pourtant, dans cette région comme ailleurs, de lourds constats s’imposaient depuis longtemps. Le chômage de rigueur certains jours bénéficiait de trop peu de respect, en raison notamment du poids financier qu’il faisait peser sur les populations défavorisées4. De nombreuses négligences se remarquaient dans l’assist...

Auteur

Université Saint-Louis, Bruxelles - CRHiDI

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540