Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orare aut laborare ? Fêtes de précepte et jours chômés du Moyen Âge au début du xixe siècle

 | 
Philippe Desmette
, 
Philippe Martin

Première partie. Le temps de la fixation des normes

Jours chômés et fêtes dans la moitié nord du royaume de France au XVe siècle, d’après les normes épiscopales

Christine Barralis

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les trois derniers siècles du Moyen Âge ont vu une augmentation globale du nombre de jours fériés et chômés inscrits dans les calendriers, qui dépassent rapidement la liste de trente-six fêtes chômées inscrite dans le décret de Gratien au XIIe siècle1. Cette hausse du nombre de jours de fêtes répond incontestablement à des attentes spirituelles, dans le cadre d’une société marquée par un développement considérable du culte des saints, une meilleure formation des fidèles et leur souci accru de faire leur salut, notamment par la participation à des manifestations collectives de piété, telles que confréries, processions et festivités religieuses.

Mais cette croissance constante des jours fériés suscite aussi des critiques, dès le XIIIe siècle, par exemple de la part de l’évêque d’Angers Guillaume le Maire2. Ces critiques s’amplifient cependant au XVe siècle, dans le contexte de la réflexion sur la nécessaire réforme de l’Église. Ainsi, Nicolas de Clamanges, théologien fortement impliqué...

Auteur

Université de Lorraine/Metz - CRULH

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540