Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orare aut laborare ? Fêtes de précepte et jours chômés du Moyen Âge au début du xixe siècle

 | 
Philippe Desmette
, 
Philippe Martin

Première partie. Le temps de la fixation des normes

Les jours fériés et leur observance en Occident entre le XIIIe et le XVe siècle1

Catherine Vincent

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il est loisible à chacun de voir quelle dévotion le peuple chrétien apporte de nos jours à la célébration de ses fêtes. Rares sont ceux qui vont à l’église ; rarissimes ceux qui entendent la messe. […] L’un gagne sa villa, l’autre son négoce. La grande foule s’en va aux marchés. […] Certains sont conquis par les jongleurs ; d’autres envahissent les théâtres ; beaucoup sont pris par le sport, la majorité par le jeu2.

Cette citation de Nicolas de Clamanges (1363/1364-1437), brillant représentant du premier humanisme français, montre, outre la récurrence du discours des moralistes, que la question du respect des jours chômés a pu se trouver portée au cœur de débats à la fin du Moyen Âge. Le traité de notre auteur, De novis celebrationibus non instituendis (traduit Contre l’institution de fêtes nouvelles), en réalité seul représentant en son genre, s’inscrit dans un courant de réflexion sur le sujet auquel ont participé théologiens et pasteurs, ce qui vaut à l’historien un ensemble de so...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540