Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Orare aut laborare ? Fêtes de précepte et jours chômés du Moyen Âge au début du xixe siècle

 | 
Philippe Desmette
, 
Philippe Martin

Première partie. Le temps de la fixation des normes

Fêtes et jours chômés dans le monde carolingien (VIIIe-Xe siècles)

Charles Mériaux

Full text

  • 1 Pour une vue d’ensemble de la question, voir : Guy Philippart, « Temps sacré – temps chômé. Jours c (...)
  • 2 Pour l’exemple du calendrier établi à Tours aux Ve-VIe siècles, voir Luce Pietri, « Calendrier litu (...)
  • 3 Comme le montrent la composition des grands martyrologes historiques du IXe siècle ou encore la dif (...)

1L’époque carolingienne apparaît comme un moment-clef dans l’établissement du temps chrétien en Occident. Certes, elle n’a pas imposé le principe du temps sacré, réservé aux fêtes et marqué par toute une série d’interdits, puisque toutes les religions antiques en connaissaient l’usage1. Elle n’a pas non plus introduit de grandes nouveautés dans le calendrier liturgique : les dates des grandes fêtes chrétiennes ont été fixées dans l’Antiquité tardive, de même que celles des fêtes des martyrs, rejoints par les confesseurs, évêques et moines, des Ve-VIIe siècles2. Mais elle a unifié et généralisé ce calendrier et a aussi cherché à imposer son usage à l’ensemble de la société3. Le moment carolingien se caractérise ainsi par un effort inédit, voulu par les souverains à partir de Pépin le Bref et surtout de Charlemagne ainsi que de l’épiscopat, visant un profond enracinement local du temps chrétien.

  • 4 Voir : Guy Philippart, op. cit. ; Jean Chélini, L’Aube du Moyen Âge. Naissance de la Chrétienté occ (...)
  • 5 MGH, Capitula episcoporum, t. I, Peter Brommer (éd.), Hanovre, 1984 ; t. II, Rudolf Pokorny et Mart (...)

2La question du calendrier chrétien et du repos imposé par les autorités carolingiennes a déjà fait l’objet de quelques exposés synthétiques4. Il ne sera donc pas question ici de faire à nouveau le tour du sujet. Si nous proposerons dans un premier temps un bref rappel des dispositions prévues par la législation royale et conciliaire produite entre la fin du VIIIe et le début du Xe siècle, nous livrerons ensuite quelques réflexions sur la diversité des adaptations locales telles qu’elles ressortent des statuts épiscopaux et synodaux désormais remarquablement édités sous le nom de capitula episcoporum5. Dans un troisième et dernier temps, nous chercherons à apprécier les effets de cette législation en sollicitant quelques récits de miracles particulièrement informés. C’est donc surtout de la réception locale du calendrier chrétien et des obligations de repos qui l’accompagnent dont il sera question dans cet article.

Fêtes et jours chômés d’après la collection de Réginon de Prüm

  • 6 Réginon de Prüm, Libri duo de synodalibus causis et disciplinis ecclesiasticis, Wilfried Hartmann ( (...)
  • 7 Robert Amiet, « Une “Admonitio synodalis” de l’époque carolingienne. Étude critique et édition », M (...)

3Concernant les dispositions de la pastorale carolingienne, il est assez commode de fonder l’exposé sur la collection canonique de l’abbé Réginon de Prüm. Composée à la demande de l’archevêque Radbod de Trèves et achevée peu après 906, l’œuvre s’organise autour de deux questionnaires à l’usage de l’évêque ou de ses ministres en visite dans les paroisses6. L’un concerne les activités du prêtre, l’autre le comportement des laïcs. Réginon fournit aussi, en guise de pièces justificatives, les textes canoniques de référence – en tout plus de quatre cents extraits d’actes de conciles, de capitulaires, de lettres, etc. Ainsi cette collection représente-t-elle un excellent récapitulatif de la législation en usage au IXe siècle et servit-elle ensuite de point de départ à des textes plus synthétiques, comme le célèbre sermon synodal largement diffusé dans l’Empire au Xe siècle et connu sous le nom d’Admonitio synodalis7.

  • 8 Réginon de Prüm, op. cit., p. 34 (c. 71) : Si diem dominicam et alia festivitates absque opere serv (...)
  • 9 Réginon de Prüm, op. cit., I, 388 : Festos dies in anno celebrare sancimus, id est diem dominicum P (...)

4Concernant les jours fériés, Réginon rappelle, dans son premier questionnaire, la nécessité pour l’évêque de vérifier que le dimanche et les « autres fêtes » sont bien chômés, c’est-à-dire que les fidèles s’abstiennent de tout « travail pénible […] du soir jusqu’au soir »8. Cette interdiction est appuyée par l’insertion, dans le livre II, d’une petite dizaine de textes (c. 383-390 et 396) dont une liste des fêtes, déjà sélectionnée par l’abbé de Fontenelle Anségise († 830) dans sa collection de capitulaires à partir du c. 36 des actes du concile de Mayence de 813. Ces fêtes sont au nombre de quatorze : Pâques et son octave, l’Ascension et la Pentecôte, la fête des saints Pierre et Paul (29 juin), la Saint-Jean-Baptiste (24 juin), l’Assomption de la Vierge (15 août), les fêtes des saints Michel (29 septembre), Remi (1er octobre), Martin (11 novembre) et André (30 novembre), Noël (25 décembre) et les quatre jours suivants, l’octave de Noël, l’Épiphanie (6 janvier), la Purification de la Vierge (2 février) auxquelles il faut ajouter « les fêtes des martyrs et des confesseurs dont les reliques reposent dans chaque diocèse »9.

  • 10 Réginon de Prüm, op. cit., p. 246 (c. 57) : Est aliquis, qui in die dominica vel in praecipuis fest (...)
  • 11 Ibid., p. 248 (c. 69) : Si unaquaque parochia decani sunt per villas constituti, viri veraces et De (...)
  • 12 Ibid., p. 248 (c. 73) : Inquirendum, quas festivitates colant ?
  • 13 Wilfried Hartmann, « Die Capita incerta im Sendhandbuch Reginos von Prüm », dans Olivier Münsch et (...)
  • 14 Réginon de Prüm, op. cit., II, 395, p. 432 : De decanis per parochias mittendis. Ex concilio Rothom (...)

5Dans le second questionnaire à l’intention des laïcs, trois points sont évoqués. L’enquêteur doit chercher à savoir si des paroissiens travaillent le dimanche et lors des fêtes10. Il doit aussi s’assurer qu’il existe des « doyens » (decani) chargés de veiller à ce que cette obligation soit respectée et que tous se rendent à la messe et aux offices du matin et du soir11. Il doit enfin s’informer des fêtes observées dans la paroisse12. La disposition concernant les « doyens » est assurément la plus originale car elle est inédite, tirée d’un canon d’un concile de Rouen cité plus loin en entier par Réginon. Inconnu dans la documentation conciliaire, ce canon a longtemps été suspecté. Wilfried Hartmann considère cependant qu’il a pu appartenir à un capitulaire épiscopal de la fin du IXe siècle, consulté par Réginon mais aujourd’hui perdu13. Tel qu’il est cité par Réginon, le canon du concile de Rouen désigne sous le nom de « doyens » de pieux laïcs qui s’engagent par serment à informer les prêtres des manquements des autres fidèles sans faire d’exception, ni dans leur famille, ni dans leur entourage14.

  • 15 MGH, Capitularia regum Francorum, t. I, Alfredus Boretius (éd.), Hanovre, 1883, c. 19, p. 179 ; Col (...)
  • 16 Sur ces deux lettres, voir le tableau dressé par Jean Chélini, op. cit., p. 304.
  • 17 MGH, Capitula episcoporum, op. cit., t. III, p. 241-242 (c. 9) ; cf. aussi ibid., t. III, p. 131 (c (...)

6Réginon a estimé qu’il n’y avait pas lieu de rappeler toutes les autres dispositions. Ainsi n’a-t-il pas retenu tous les textes antérieurs comme ce chapitre des Capitula ecclesiatica de 810-813, pourtant inséré dans la collection d’Anségise. Cette liste est légèrement différente de celle du concile de Mayence puisqu’elle ne retient ni l’Assomption ni les fêtes des saints Michel et Remi ; elle prévoit une semaine chômée après Pâques. Il se trouve aussi qu’elle précise chacune des trois fêtes qui suivent Noël : la Saint-Étienne (26 décembre), la Saint-Jean-l’Évangéliste (27 décembre) et la fête des saints Innocents (28 décembre)15. On notera également que continuent à circuler au IXe siècle deux autres listes que Réginon n’estime pas nécessaire de mentionner : l’une est donnée par une lettre de saint Boniface au milieu du VIIIe siècle, l’autre par une lettre de l’abbé du Mont-Cassin Théodemar (787-797)16. Dès le milieu du IXe siècle, un évêque comme Joseph d’Ivrée a d’ailleurs cru bon d’établir une liste de synthèse complétée de surcroît par les Rogations17. En somme, si la collection de Réginon montre qu’à quelques rares exceptions près la liste des grandes fêtes religieuses était bien fixée dans le monde carolingien, elle suggère aussi, en reprenant le canon de Mayence de 813, qu’une certaine liberté était laissée aux évêques dans la mise en place d’un sanctoral local auquel il convient désormais de s’intéresser.

Les calendriers diocésains

  • 18 Ibid., t. I, p. 254 (c. 27) ; sur les saints du diocèse de Bourges, voir Maurice de Laugardière, L’ (...)
  • 19 MGH, Capitula episcoporum, op. cit., t. I, p. 191-192 (c. 28) ; sur le sanctoral du diocèse d’Orléa (...)
  • 20 Il s’agit des Capitula Ottoboniana cités supra n. 17.
  • 21 Pour le diocèse de Troyes, voir François Léauté, « Le respect des jours chômés au XVe siècle. L’exe (...)

7Indéniablement, la possibilité offerte aux évêques de compléter la liste des fêtes a été suivie d’effets. On en prendra d’abord pour preuve le capitulaire épiscopal de Raoul de Bourges, daté de 853-866, qui ajoute à la liste du concile de Mayence, outre la fête de saint Laurent le 10 août (déjà retenue par Théodemar du Mont-Cassin), celle des saints évêques mérovingiens de Bourges Ursin, Outrille et Sulpice18. Un peu plus tard, le capitulaire épiscopal de Gauthier d’Orléans (869 ou 870) reprend la liste des Capitula ecclesiastica, y ajoute la naissance et l’Assomption de la Vierge (retenue par le concile de Mayence) et le samedi saint. Surtout, Gauthier insère les fêtes locales des saints Euverte et Aignan (deux évêques d’Orléans des IVe et Ve siècles), de saint Benoît de Nursie (dont les reliques ont été apportées au monastère de Fleury/Saint-Benoît-sur-Loire au VIIIe siècle), de saint Mesmin (fondateur du monastère de Micy), de saint Lifard (fondateur du monastère de Meung-sur-Loire) ainsi que les fêtes de l’Invention et de l’Exaltation de la sainte Croix (à laquelle était dédicacée la cathédrale)19. Un capitulaire épiscopal de la fin du IXe siècle ajoute de son côté les deux noms de Remi et de Germain (d’Auxerre ou de Paris)20. Les deux exemples des diocèses de Bourges et d’Orléans invitent donc à penser que le calendrier local n’ajoutait qu’un petit nombre de fêtes (ici de quatre à six) aux autres jours chômés de l’année. Au total, si l’on ajoute la cinquantaine de dimanches et la quinzaine de fêtes religieuses, ce ne sont donc pas plus de soixante-dix jours chômés que devait compter le calendrier carolingien, sans commune mesure avec la bonne centaine de fêtes que l’on observait à la fin du Moyen Âge21.

  • 22 MGH, Capitula episcoporum, op. cit., t. I, p. 212 (c. 8) : Reliquae vero festivitates par annum, si (...)
  • 23 Ibid., t. II, p. 141 (c. 61).
  • 24 Comme le fait apparaître par exemple l’inventaire de la bibliothèque de l’église de Ville-en-Selve (...)

8Une solution moins directive a été préconisée par Haito de Bâle qui, dans son capitulaire de 806-813, laisse ses prêtres libres de choisir. Après avoir donné une liste des grandes fêtes à respecter – auxquelles il ajoute d’ailleurs la dédicace de l’église paroissiale –, il précise : « quant aux autres fêtes de l’année, comme la Saint-Remi, la Saint-Maurice et la Saint-Martin, il ne faut pas obligatoirement les fêter ni les interdire si le peuple souhaite le faire honnêtement et par amour de Dieu »22. Ceci pourrait expliquer pourquoi tous les évêques n’ont pas jugé utile de préciser les choses. C’est le cas d’Hérard de Tours qui, en 858, se contente de répéter la liste des Capitula ecclesiastica23, ou encore d’Hincmar de Reims (845-882) dont aucun des cinq capitulaires diocésains ne fixe exactement les fêtes que doivent observer les fidèles de son diocèse. Sans doute lui apparaissait-il inutile de redonner la liste des grandes fêtes ; sans doute aussi laissait-il lui aussi une certaine liberté à ses prêtres dont on sait que certains disposaient bien dans leur bibliothèque d’un martyrologe24.

  • 25 L’épisode pourrait suggérer que seuls les laïcs les plus éminents avaient alors l’obligation de se (...)
  • 26 Félix Grat, Jeanne Vieilliard et Suzanne Clémencet (éd.), Annales de Saint-Bertin, Paris, Klincksie (...)
  • 27 Charles Mériaux, Gallia irradiata. Saints et sanctuaires dans le nord de la Gaule du haut Moyen Âge(...)

9On pourrait objecter que les textes synodaux sont d’abord et surtout le reflet du programme des évêques carolingiens et que ses effets concrets restent difficiles à apprécier. Certains récits se font cependant l’écho de la réception des mesures concernant le calendrier et de certaines innovations. C’est ainsi le cas du récit de l’institution de la fête de l’Assomption de la Vierge dans le diocèse de Thérouanne tel que le donne Hincmar de Reims dans les Annales dites de Saint-Bertin dont il fut le rédacteur de 861 jusqu’à sa mort en 882. On l’a dit, l’Assomption figurait certes dans la liste du concile de Mayence de 813, mais elle n’était pas comptée aux nombres des fêtes religieuses dans les Capitula ecclesiastica de 810-813. Il y avait donc là une indécision qui pourrait expliquer pourquoi elle n’était pas respectée par tous dans le diocèse de Thérouanne – qui plus est à un moment où les fidèles devaient être requis par les travaux des champs. Le 15 août 862, un (ou une) esclave lavait (ou repassait) la chemise de son maître avant qu’il ne se rende à la messe – preuve que l’Assomption donnait bien lieu à une cérémonie solennelle à la cathédrale à laquelle participaient certains fidèles25. Le linge fut alors entièrement taché de sang et confié à l’évêque Huntfrid qui en tira argument pour instaurer solennellement cette fête dans l’ensemble de son diocèse26. Même s’il ne s’agit pas à proprement parler d’un miracle eucharistique, le sens du prodige apparaît clairement : le travail manuel doit laisser la place à la participation de tous les fidèles au sacrifice de la messe. L’épisode est révélateur des résistances que posait localement le respect des prescriptions conciliaires, ce dont d’autres sources témoignent dans le diocèse de Thérouanne27.

  • 28 Ibid., p. 172-177.
  • 29 Sur tout ceci, voir les références aux sources dans l’introduction de Wilhelm Levison à l’édition d (...)

10La mise en place du calendrier des fêtes religieuses à l’époque carolingienne a aussi nécessité un travail de clarification. Pour rester dans le diocèse de Thérouanne, rappelons que les principaux saints patrons du diocèse se trouvaient être les deux fondateurs du monastère de Sithiu au milieu du VIIe siècle : l’évêque Omer et l’abbé Bertin. Comme l’un et l’autre avaient été inhumés au sein du domaine monastique, se développèrent deux basiliques distinctes qui prirent l’une le nom de Saint-Omer, l’autre celui de Saint-Bertin. En 820, la première adopta la règle canoniale, l’autre la règle bénédictine, mais elles restèrent gouvernées par un seul et même abbé28. Jusqu’au début du IXe siècle, la depositio d’Omer était fêtée le 1er novembre comme l’atteste son inscription dans deux anciens manuscrits du Martyrologe Hiéronymien en provenance de Wissembourg et de Corbie, ainsi qu’une charte de donation faite en 808 en faveur du monastère de Sithiu. Les documents postérieurs signalent cependant un déplacement de la fête au 9 septembre, sans doute, comme l’a proposé naguère Wilhelm Levison, en raison de l’instauration sinon dans l’ensemble du diocèse de Thérouanne, du moins à Sithiu, de la fête de la Toussaint que célébraient surtout les Anglo-Saxons. Or Sithiu a été gouverné vers 820 par un chanoine d’origine anglo-saxonne, Fridugise, un disciple d’Alcuin dont on conserve une lettre évoquant précisément la Toussaint29.

  • 30 Bovon de Saint-Bertin, Relatio de inventione et elevatione Bertini, O. Holder-Egger (éd.), MGH, Scr (...)
  • 31 Code Théodosien, III, 12, 2 (3) ; cité par Guy Philippart, op. cit., p. 29.

11Par la suite, d’autres fêtes furent instaurées à Sithiu pour commémorer de nouveaux événements, en particulier les translations des reliques des deux saints que présida l’évêque Folcuin au milieu du IXe siècle : un 8 juin pour saint Omer et un 16 juillet pour saint Bertin. Si la multiplication des fêtes destinées à célébrer davantage les saints est un phénomène somme toute classique à l’époque carolingienne, on notera cependant l’explication vraisemblable qu’en donna l’abbé Bovon au début du XIe siècle : selon lui, l’instauration de ces nouvelles fêtes en juin et en juillet devait permettre aux fidèles d’y assister, ce qui était plus difficile en septembre en raison des récoltes30. On retrouve ici une volonté d’adapter le calendrier – déjà exprimée dans le Code Théodosien – au cycle des travaux saisonniers31.

  • 32 Sur le culte de sainte Hunégonde, voir Joseph Van der Straeten, « Sainte Hunégonde d’Homblières : s (...)
  • 33 Ce synode n’est pas connu par ailleurs : Isolde Schröder, Die westfränkischen Synoden von 888-987 u (...)
  • 34 Miracula Hunegundis, Jean Stilting (éd.), dans Acta Sanctorum Augusti, t. V, Anvers, Bernard Albert (...)
  • 35 Ibid., c. 21, p. 237 : Presbyter vero circumquaque discurrens, sanguinolentas spicas in manibus fer (...)

12Mais cette position accommodante n’a pas été partagée par tous. Plusieurs récits de miracles carolingiens témoignent des tensions locales que provoqua la mise en place de nouvelles fêtes, mais ils sont rarement aussi circonstanciés que celui donné par la petite collection des Miracula de sainte Hunégonde d’Homblières dont la fête, fixée le 25 août, fut instaurée au milieu du Xe siècle dans le diocèse de Noyon. Un premier monastère féminin aurait été fondé par sainte Hunégonde au VIIe siècle puis restauré au milieu du Xe siècle par des moines de Saint-Remi de Reims. Bien que le monastère soit déjà attesté au IXe siècle, on peut émettre quelques doutes sur l’ancienneté du culte de cette sainte Hunégonde qui n’apparaît dans aucun document hagiographique ou liturgique antérieur au troisième quart du IXe siècle. Les textes les plus anciens ont été composés au milieu du Xe siècle par Bernier, premier abbé du monastère réformé ; il s’agit d’une Vie de la sainte et d’un récit de l’invention de ses reliques qui présente l’échec d’une première restauration par des moniales et, dans un second temps, la réforme réussie par les moines de Saint-Remi. Une série de miracles sont aussi conservés qui ont pu avoir été consignés par Bernier lui-même ou par un auteur très légèrement postérieur32. Le miracle qui clôt le recueil rapporte ainsi que la fête de sainte Hunégonde fut instaurée par l’évêque Raoul à l’occasion d’un synode, sans doute diocésain33. Quelque temps plus tard, le 25 août 964, le prêtre Lantfridus de la villa de Sasnulficurtis, qui avait participé au synode, avait beau faire part de cette décision à ses paroissiens, ces derniers refusaient de chômer en raison de la moisson. La nièce du prêtre, une jeune fille du nom de Rotgildis, les suivait pour ramasser les épis et se mit alors à en trouver plusieurs trempés de sang34. Elle les porta à l’église. Le prêtre rassembla les paysans qui, pris de terreur, demandèrent pénitence et firent connaître partout le miracle. Au même moment, un paysan qui continuait à travailler fut subitement paralysé. Le prêtre du lieu avertit alors ses confrères des environs. Ils rassemblèrent la population et se rendirent au monastère pour obtenir le pardon de la sainte35. Ce petit exemplum, d’une précision assez rare, permet de suivre concrètement la manière dont une nouvelle solennité était instaurée : la décision prise en synode devait être relayée localement par le prêtre qui, lorsque les activités des fidèles s’y prêtaient mal, peinait à imposer le respect de cette fête. Finalement leur résistance est ici vaincue par un miracle, du moins veut-on le faire croire aux générations suivantes qui douteraient de la nécessité de chômer la fête de la sainte.

Le repos du dimanche et des jours fériés

  • 36 Guy Philippart, op. cit., p. 29-31.
  • 37 Guy Devailly, op. cit., p. 106-108.

13Les récits de miracles qui viennent d’être évoqués invitent à préciser désormais les activités qu’il était interdit de pratiquer le dimanche où lors des fêtes. La pierre angulaire de la législation des IXe-Xe siècles est le chapitre 81 du grand capitulaire programmatique de Charlemagne connu sous le nom d’Admonitio generalis (23 mars 789). Il donne le détail des activités prohibées le dimanche telles qu’elles avaient déjà été définies plus sommairement au concile de Ver de 755, à la suite d’une longue tradition d’interdits déjà présents dans la législation mérovingienne36. Le chapitre est ensuite repris tel quel dans la collection d’Anségise peu avant 830, puis dans les actes du concile de Mayence de 852. Quant à Réginon de Prüm, il le scinde en trois petits chapitres dans sa collection canonique. Comme l’a fait observer Guy Devailly, ces dispositions sont aussi fréquemment reprises dans la législation épiscopale avec de légères variations et quelques exceptions37. Voici donc le texte de l’Admonitio generalis :

  • 38 Admonitio generalis, éd. dans MGH, Capitularia regum Francorum, t. I, op. cit., c. 81, p. 61 : Omni (...)

À tous. Nous avons décidé également que l’on ne fasse pas de travaux pénibles les jours du Seigneur, selon ce que le Seigneur a ordonné dans sa Loi et selon ce que notre père, de bonne mémoire, a prescrit dans ses édits synodaux, à savoir que les hommes ne fassent pas de travaux champêtres : cultiver la vigne, labourer les champs, faucher ou rentrer le foin, poser une haie, déraciner ou couper des arbres dans les forêts, travailler dans les carrières, construire des maisons, jardiner ; que les hommes ne se réunissent dans les plaids ni ne chassent. Trois genres de travaux de transport au chariot sont permis le jour du Seigneur : les transports de troupes, de vivres ou d’un corps à la tombe lorsque c’est parfois nécessaire. Que les femmes non plus ne fassent de travaux ayant trait aux étoffes : couper des vêtements, coudre, broder, carder la laine, battre le lin, laver le linge en public, tondre les moutons afin que le jour du Seigneur soit tout à fait respecté. Mais que tous, de partout se rassemblent à l’église pour assister à la messe et rendent grâces à Dieu pour tous les biens qu’Il nous a faits en ce jour38.

  • 39 Guy Philippart, op. cit., p. 31-32 ; la Vie de saint Germain de Paris († 576) par Venance Fortunat (...)
  • 40 Guy Philippart, op. cit., p. 32-33.

14Voici pour la norme. Mais quelle efficacité doit-on lui prêter ? Il a été observé depuis longtemps que l’effort des autorités ecclésiastiques a été puissamment soutenu par la littérature hagiographique qui, dès l’époque mérovingienne, a mis en scène des miracles de châtiment quand le repos du dimanche et des fêtes n’était pas respecté39. Cette abondance de récits topiques a pu être considérée comme la preuve que ce repos était finalement très mal observé40.

  • 41 Miracula Richarii, Godefroid Henschenius (éd.), dans Acta Sanctorum Aprilis, t. III, Anvers, Michae (...)
  • 42 Charles Mériaux, « Les sanctuaires du haut Moyen Âge en Gaule (VIe-XIe siècle) », dans Lucia M. M.  (...)

15Il faudrait évidemment regarder de plus près les recueils carolingiens conservés en assez grand nombre. On se contentera ici d’un sondage dans la collection des Miracula de saint Riquier, patron du monastère de Centule en Ponthieu. Ils ont été consignés en deux temps au IXe siècle : entre 814 et 856 pour le premier livre, puis entre 859 et 864 pour le second. Au total une bonne trentaine de miracles se trouvent ainsi présentés. Dans plus de la moitié des cas (17), on précise qu’ils ont eu lieu un jour de fête. La plupart du temps, il s’agit du jour de la fête de Riquier, le 26 avril (15). Un miracle a lieu le dimanche ; un autre à Pâques41. Ces chiffres rappellent d’abord que, dans les environs des grands sanctuaires carolingiens, les fêtes des saints étaient effectivement mises à profit par les populations pour se rendre auprès des reliques qui n’étaient pas accessibles en temps ordinaire42. De fait, les fidèles abandonnaient momentanément les travaux qui les occupaient les autres jours de la semaine.

  • 43 Miracula Wandregisili, Pierre Van den Bosch (éd.), dans AA SS Julii, t. V, Anvers, Bernard Albert V (...)

16Assez bien représentés sont les miracles de punition touchant des personnes qui ont négligé de chômer les jours fériés. La collection de Saint-Riquier en comprend deux auxquels vient s’ajouter le miracle de sainte Hunégonde que nous avons déjà présenté. Mais il ne faudrait pas en conclure trop vite que le repos dominical se trouvait partout ignoré. Les hagiographes ne manquent pas de souligner un contexte souvent singulier : qu’il s’agisse de moments bien particuliers de l’année (lors des moissons et des récoltes) ou de personnes s’entêtant malgré les avertissements répétés de leur entourage. Ainsi les Miracula de saint Wandrille de Fontenelle (au diocèse de Rouen) font-ils mention de cette femme du pays de Caux, avertie à plusieurs reprises « par des voisins craignant Dieu » (a vicinis ac Deum timentibus) de renoncer à tisser le jour de la fête du saint (le 22 juillet) et de se rendre à l’église, mais qui passa outre et fut brusquement paralysée de la main43. La précision n’est pas anodine : elle renvoie à la pression que ne devait pas manquer d’exercer la communauté rurale sur chacun de ses membres. Le récit est d’autant plus remarquable que ces vicini ac Deum timentes rejoignent en quelque sorte les « doyens » laïcs préconisés par le canon du mystérieux concile de Rouen cité par Réginon de Prüm.

  • 44 MGH, Concilia, t. II, op. cit. p. 644 (c. 50) : Decet igitur, ut eo die christianus divinis laudibu (...)

17Enfin, on constatera que les autorités ecclésiastiques locales n’ont pas nécessairement tenu partout le même discours. À la rigueur du prêtre de Sasnulficurtis qui se faisait le relais des prescriptions de son évêque malgré l’urgence des récoltes, on doit opposer la compréhension de ceux qui, dans le diocèse de Thérouanne, déplacèrent les fêtes principales des saints Omer et Bertin pour qu’elles n’entrent pas en concurrence avec l’urgence des moissons de septembre. Autre signe de cet accommodement, on peut constater que la littérature pénitentielle du haut Moyen Âge s’intéresse peu au respect des jours chômés. Il ressort aussi de nombreux capitula episcoporum que le travail n’était pas prohibé en soi, mais parce qu’il empêchait l’assistance à la messe dominicale et aux offices. C’est ainsi que les évêques réunis à Paris en 829 conclurent un long canon consacré au repos du dimanche : « Il faut donc que ce jour, le chrétien vaque aux louanges divines et non aux travaux ruraux »44.

  • 45 Vita Vulmari, Guillaume Cuypers (éd.), dans AA SS Julii, t. V, Anvers, Bernard Albert Vander Plassc (...)

18Un dernier exemple vient montrer que la question du repos dominical n’a pas nécessairement opposé, selon une logique que l’on pourrait qualifier d’institutionnelle, la hiérarchie ecclésiastique à la masse des laïcs. Il est tout à fait possible que des prêtres ruraux aient pu être enclins à négliger certaines fêtes quand des intérêts économiques étaient en jeu. Un miracle attribué à saint Vulmer, fondateur du monastère de Samer dans le Boulonnais, rapporte qu’un clerc du nom de Marfridus, desservant une église voisine dédiée à saint Martin, avait délibérément négligé la fête du saint (le 20 juillet) et demandé à ses ouailles de couper du foin – une activité explicitement interdite depuis l’Admonitio generalis –, vraisemblablement sur des propriétés de l’église ou parce qu’il y avait matière à prélever la dîme. Le récit inverse alors clairement les rôles et montre les paroissiens s’élever contre la décision du clerc de les faire travailler45. Celui-ci ne voulut rien entendre. Les champs furent alors brutalement inondés par le petit fleuve de la Liane et tout le foin perdu.

Conclusion

19Même s’il a été trop rapidement mené ici, l’examen de la documentation carolingienne aboutit à une conclusion assez nette. Les sources normatives émanant de la royauté et de l’épiscopat réuni en conciles ainsi que les textes produits par les évêques dans leurs diocèses suggèrent un réel enracinement des dispositions relatives au dimanche, aux grandes fêtes liturgiques et aux fêtes des saints, même si leur nombre apparaît encore assez restreint. Ainsi le IXe siècle amplifie-t-il et systématise-t-il un mouvement déjà bien perceptible aux VIe-VIIe siècles. On a pu aussi observer les moyens mis en œuvre : outre les injonctions épiscopales, le rôle du clergé local a dû être déterminant, de même que l’adhésion des fidèles, du moins d’une partie d’entre eux comme ces doyens « laïcs » du concile de Rouen.

  • 46 Guy Philippart, op. cit., p. 30.
  • 47 Voir, par exemple : Carine Van Rhijn, Shepherds of the Lord. Priests and episcopal statutes in the (...)

20En ce qui concerne les modalités du respect du repos dominical, il faut cette fois constater un décalage. Guy Philippart avait noté que les prescriptions normatives – notamment telles qu’elles sont résumées dans l’Admonitio generalis – donnent l’impression que « tout se passe […] comme si l’objet de l’interdit perdait de son importance, pourvu qu’il y ait interdit »46. La marge d’appréciation laissée aux pasteurs locaux s’en est donc trouvée élargie. Si certains – à l’image du prêtre Lantfridus – se montrèrent zelés dans l’application du calendrier, d’autres – comme son collègue Marfridus – n’hésitèrent pas à s’en affranchir. La question des jours fériés rejoint ainsi les observations faites ces dernières années concernant la mise en œuvre de la réforme religieuse des Carolingiens sur le plan local. On aurait tort de considérer qu’elle fut imposée d’en haut car il s’agit bien, à l’examen, d’un processus complexe au cours duquel tous les acteurs en présence – clergé épiscopal, clergé local, fidèles – contribuèrent ensemble à dessiner le système paroissial de l’âge classique47.

Notes

1 Pour une vue d’ensemble de la question, voir : Guy Philippart, « Temps sacré – temps chômé. Jours chômés en Occident de Caton l’Ancien à Louis le Pieux », dans Jacqueline Hamesse et Colette Muraille-Samaran (dir.), Le travail au Moyen Âge, Louvain-la-Neuve, Institut d’études médiévales de l’Université catholique de Louvain, 1990, p. 23-34 ; Le temps chrétien de la fin de l’Antiquité au Moyen Âge (IIIe-XIIIe siècles), Paris, Éditions du CNRS, 1984.

2 Pour l’exemple du calendrier établi à Tours aux Ve-VIe siècles, voir Luce Pietri, « Calendrier liturgique et temps vécu : l’exemple de Tours au VIe siècle », Le temps chrétien, op. cit., p. 128-141.

3 Comme le montrent la composition des grands martyrologes historiques du IXe siècle ou encore la diffusion du Reichskalender étudié par Arno Borst : Der karolingische Reichskalender und seine Überlieferung bis ins 12. Jahrhundert, Arno Borst (éd.), MGH, Libri memoriales, Hanovre, Hahnsche Buchhandlung, 2000.

4 Voir : Guy Philippart, op. cit. ; Jean Chélini, L’Aube du Moyen Âge. Naissance de la Chrétienté occidentale, Paris, Picard, 1997, p. 300-314 ; Guy Devailly, « La célébration du dimanche en Gaule au IXe siècle », Bulletin philologique et historique du CTHS, années 1982-1984, Paris, 1986, p. 103-118.

5 MGH, Capitula episcoporum, t. I, Peter Brommer (éd.), Hanovre, 1984 ; t. II, Rudolf Pokorny et Martina Stratmann (éd.), Hanovre, 1995 ; t. III, Rudolf Pokorny (éd.), Hanovre, 1995 ; t. IV, Rudolf Pokorny (éd.), Hanovre, 2005. On lira une bonne présentation en français de cette documentation par Joseph Avril, « L’institution synodale et la législation épiscopale des temps carolingiens au IVe concile du Latran », Revue d’histoire de l’Église de France, t. 89, 2003, p. 273-307.

6 Réginon de Prüm, Libri duo de synodalibus causis et disciplinis ecclesiasticis, Wilfried Hartmann (éd.), Das Sendhandbuch des Regino von Prüm, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft 2004 (Ausgewählte Quellen zur deutschen Geschichte des Mittelalters. Freiherr-vom-Stein-Gedächtnisausgabe, 42).

7 Robert Amiet, « Une “Admonitio synodalis” de l’époque carolingienne. Étude critique et édition », Medieval Studies, t. 26, 1964, p. 12-82. Sur les rapports de cette admonitio avec la collection de Réginon, voir : Rudolf Pokorny, « Nochmals zur Admonitio synodalis », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte, Kanonistische Abteilung, t. 71, 1985, p. 20-51. Le texte est présenté et traduit en français par Olivier Guyotjeannin, Archives de l’Occident, t. I, Le Moyen Âge (Ve-XVe siècle), Paris, Fayard, 1992, p. 203-209.

8 Réginon de Prüm, op. cit., p. 34 (c. 71) : Si diem dominicam et alia festivitates absque opere servili a vespera in vesperam celebrare doceat ; la formulation est reprise mot pour mot dans l’Admonitio synodalis, c. 69, Robert Amiet (éd.), op. cit., p. 61.

9 Réginon de Prüm, op. cit., I, 388 : Festos dies in anno celebrare sancimus, id est diem dominicum Paschae cum omni hebdomada, diem ascensionis Domini, Pentecosten similiter, in Pascha, apostolorum Petri et Pauli diem unum, nativitatem sancti Ioannis Baptistae, assumtionem sanctae Mariae, sancti Michaëlis, sancti Remigii, sancti Martini, sancti Andreae, in natali Domini dies quatuor, octavam Domini, Epiphaniam Domini, purificationem sanctae Mariae et illas festivitates martyrum vel confessorum observare decrevimus, quorum in unaquaque parochia corpora requiescunt ; cf. aussi Collectio capitularium Ansegisi, Gerhard Schmitz (éd.), MGH, Capitularia regum Francorum, Nova Series, t. I, Hanovre, 1996, II, 33, p. 555-556 d’après le concile de Mayence (813), c. 36 (éd. MGH, Concilia, t. II, Albrecht Werminghoff (éd.), Hanovre, 1906-1908, p. 269-270).

10 Réginon de Prüm, op. cit., p. 246 (c. 57) : Est aliquis, qui in die dominica vel in praecipuis festivitatibus quidquam operis faciat, et si ad matutinas et ad missam et vesperas his diebus impraetermisse omnes occurrant ?

11 Ibid., p. 248 (c. 69) : Si unaquaque parochia decani sunt per villas constituti, viri veraces et Deum timentes, qui ceteros admoneant, ut ad ecclesiam pergant ad matutinas, missam et vesperas, et nihil operis in diebus festis faciant, et, si horum quisquam transgressus fuerit, statim presbytero adnuncient ? Similiter de luxuria et omni opere pravo.

12 Ibid., p. 248 (c. 73) : Inquirendum, quas festivitates colant ?

13 Wilfried Hartmann, « Die Capita incerta im Sendhandbuch Reginos von Prüm », dans Olivier Münsch et Thomas Zotz (dir.), Scientia veritatis. Festschrift für Hubert Mordek zum 65 Geburtstag, Osfildern, Jan Thorbecke Verlag2004, p. 207-226 ; les actes de ce synode (diocésain ?) de Rouen ont été réédités dans MGH, Concilia, t. V, Wilfried Hartmann, Isolde Schröder et Gerhard Schmitz (éd.), Hanovre, 2012, p. 589-593.

14 Réginon de Prüm, op. cit., II, 395, p. 432 : De decanis per parochias mittendis. Ex concilio Rothomagensi. Ut populus admoneatur ut in dominicis et festis diebus omnes ad vesperas et nocturnas vigilias et ad missam omnimodis occurrant, et ut decani in civitatibus et in vicis publicis viri veraces et Deum timentes constituantur, qui desides et negligentes commoneant, ut ad Dei servitium absque occasione properent, et ut ipsi decani sacramento astringantur, ut nulla interveniente causa, scilicet aut amoris aut timoris aut propinquitatis aut muneris, negligentes et transgressores reticeant, quin sacerdotibus proprias eorum culpas manifestent. Sacerdotum autem erit, ita eorum vitia zelo et amore divino cum debita disciplina, sicut ipsi nolunt pro aliorum erratibus sententiam iustae damnationis suscipere, et ut dies festi a vespera usque ad vesperam absque opere servili cum debito honore celebrentur ; cf. aussi MGH, Concilia, t. V, op. cit., c. (7), p. 591.

15 MGH, Capitularia regum Francorum, t. I, Alfredus Boretius (éd.), Hanovre, 1883, c. 19, p. 179 ; Collectio capitularium Ansegisi, op. cit., I, 158, p. 514-515.

16 Sur ces deux lettres, voir le tableau dressé par Jean Chélini, op. cit., p. 304.

17 MGH, Capitula episcoporum, op. cit., t. III, p. 241-242 (c. 9) ; cf. aussi ibid., t. III, p. 131 (c. 131-132) pour les Capitula Ottoboniana (France du Nord ou Bourgogne, fin du IXe siècle). Les Rogations, dont la pratique est bien attestée en Gaule mérovingienne, ne sont cependant pas considérées comme des fêtes chômées dans les autres statuts synodaux carolingiens qui imposent seulement l’observance du jeûne.

18 Ibid., t. I, p. 254 (c. 27) ; sur les saints du diocèse de Bourges, voir Maurice de Laugardière, L’Église de Bourges avant Charlemagne, Paris, Éditions Tardy, 1951.

19 MGH, Capitula episcoporum, op. cit., t. I, p. 191-192 (c. 28) ; sur le sanctoral du diocèse d’Orléans, voir Thomas Head, Hagiography and the cult of saints. The diocese of Orléans (800-1200), Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

20 Il s’agit des Capitula Ottoboniana cités supra n. 17.

21 Pour le diocèse de Troyes, voir François Léauté, « Le respect des jours chômés au XVe siècle. L’exemple de la Champagne », Revue d’histoire de l’Église de France, t. 98, n° 240, 2012, p. 5-23. À la p. 9, l’auteur a ainsi relevé 117 jours chômés vers 1100 et 129 vers 1239 avant une décrue à la fin du Moyen Âge (106 en 1374 et en 1501).

22 MGH, Capitula episcoporum, op. cit., t. I, p. 212 (c. 8) : Reliquae vero festivitates par annum, sicut sancti Remedii, sancti Mauricii, sancti Martini non sunt cogendae ad feriendum nec tamen prohibendum, si plebes hoc caste et zelo Dei cupiunt exercere.

23 Ibid., t. II, p. 141 (c. 61).

24 Comme le fait apparaître par exemple l’inventaire de la bibliothèque de l’église de Ville-en-Selve (dép. Marne, arr. Reims, cant. Verzy) au milieu du IXe siècle : Jean-Pierre Devroey (éd.), Le polyptyque et les listes de cens de l’abbaye de Saint-Remi de Reims (IXe-XIe siècle), Reims, Académie nationale de Reims, 1984, p. 14-15.

25 L’épisode pourrait suggérer que seuls les laïcs les plus éminents avaient alors l’obligation de se rendre à la cathédrale ce jour-là, comme cela ressort de plusieurs conciles mérovingiens (Épaône, 517, c. 35 ; Clermont, 535, c. 15 ; Orléans, 541, c. 3).

26 Félix Grat, Jeanne Vieilliard et Suzanne Clémencet (éd.), Annales de Saint-Bertin, Paris, Klincksieck, 1964, p. 92 : Interea contigit miraculum in ciuitate Morinensi. Nam cuiusdam ciuis ipsius urbis mancipium mane in die adsumptionis sanctae Mariae uestitum lineum quod camisium uulgo uocatur leuigare incipiens ut illud dominus suus ad missam procedens paratum portare quiuisset, ad primum initium quo leuigam imprimens traxit uestimentum sanguineum est effectum ; sicque, quoties idem mancipium leuigam traxit sanguis est subsecutus, usque quo illud uestimentum totum reiacenti sanguine est infectum. Quod uestimentum Hunfridus uenerabilis ipsius ciuitatis episcopus ad se fecit deferri et in eadem ecclesia ad testimonium reseruari et quoniam eadem festiuitas ab incolis parrochiae illius non feriabatur, et celebrari et feriari debito honore ab omnibus eandem sollempnitatem praecepit. Voir Charles Mériaux, « Thérouanne et son diocèse jusqu’à la fin de l’époque carolingienne. Les étapes de la christianisation d’après les sources écrites », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 158, 2000, p. 377-406 (ici p. 403-404).

27 Charles Mériaux, Gallia irradiata. Saints et sanctuaires dans le nord de la Gaule du haut Moyen Âge, Stuttgart, Franz Steiner Verlag 2006, p. 160-162.

28 Ibid., p. 172-177.

29 Sur tout ceci, voir les références aux sources dans l’introduction de Wilhelm Levison à l’édition de la Vita Audomari, Bertini et Winnoci, dans MGH, Scriptores rerum Merowingicarum, Hanovre/Leipzig, 1910, p. 730.

30 Bovon de Saint-Bertin, Relatio de inventione et elevatione Bertini, O. Holder-Egger (éd.), MGH, Scriptores, t. XV-1, Hanovre, 1887, p. 524-534, ici c. 4, p. 530 : Quorum etiam sanctas translationes distinctis temporum diebus a cuncto populo diocesis suae magnificentius celebrandas sancivit, ut, quidquid in eorum depositionibus sanctis mense septembri concurrentibus, urgente messis necessitate, minus digne celebrarent, his sanctarum translationum sollempnitatibus liberius exsolvere possent. Voir Charles Mériaux, Gallia irradiata, op. cit., p. 176.

31 Code Théodosien, III, 12, 2 (3) ; cité par Guy Philippart, op. cit., p. 29.

32 Sur le culte de sainte Hunégonde, voir Joseph Van der Straeten, « Sainte Hunégonde d’Homblières : son culte et sa vie rythmique », Analecta Bollandiana, t. 72, 1954, p. 39-74. Voir spécialement p. 39-42 sur le plus ancien témoin de son culte, un calendrier copié dans le diocèse d’Arras-Cambrai, passé à l’abbaye de Corbie et aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de Saint-Pétersbourg (Latin Q I 56). Sur ce manuscrit, voir désormais Arno Borst, Der karolingische Reichskalender, op. cit., t. I, p. 150. Sainte Hunégonde est absente de tous les martyrologes et de toutes les litanies du IXe siècle ; les trois textes (Vita, Translatio et Miracula) sont conservés ensemble dans le légendier Bruxelles, Bibl. des Bollandistes, 506 du XIe siècle en provenance de l’abbaye de Marchiennes.

33 Ce synode n’est pas connu par ailleurs : Isolde Schröder, Die westfränkischen Synoden von 888-987 und ihre Überlieferung, Munich, Monumenta Germaniae Historica, 1980. Sur l’évêque Raoul, qui serait décédé en 954, voir les éléments rassemblés par Joseph Van der Straeten, op. cit., p. 46.

34 Miracula Hunegundis, Jean Stilting (éd.), dans Acta Sanctorum Augusti, t. V, Anvers, Bernard Albert Vander Plassche, 1741, c. 19, p. 236 : Anno igitur ab Incarnatione Domini nongentesimo sexagesimo quarto, die octavo calendarum septembris, festivitate scilicet beatae virginis Hunegundis, hoc, de quo loquimur, divina virtute factum est miraculum. In territorio namque cujusdam villae, quae dicitur Sasnulficurtis, messores in ipsa festivitate frumentum secabant ; quos presbyter eorum, nomine Lantfridus, frequenter pro hac temeritate redarguerat, dicens se synodo interfuisse, in qua ab episcopo Noviomensis ecclesiae Rodulfo haec festivitas devotissime celebrari jussa fuerit. Sed ipsi suorum vicinorum errorem secuti, dicebant se solos non posse hanc festivitatem celebrare, dum cunctos suos vicinos viderent necessitates suas operando implere. Unde contigit, ut quaedam puella, Rotgildis nomine, praedicti presbyteri, sicut ipse nobis retulit, ex sorore neptis, jam dictos messores prosecuta est, et spicas, quae de manibus eorum ceciderunt, colligebat. Cumque se inclinasset, ut spicas studiose colligeret, unam, dum a terra levaret, recenti sanguine madidam invenit.

35 Ibid., c. 21, p. 237 : Presbyter vero circumquaque discurrens, sanguinolentas spicas in manibus ferens, vicinarum ecclesiarum presbyteris, quod fuerat factum, nuntiavit. Qui omnes tantae novitatis signo turbati, convocatis suarum parochiarum populis, cum crucibus et cereis, uno facto agmine, nudis pedibus cum supplicibus votis, cum illo, cujus brachium diriguerat, et cum puella spicas sanguinolentas in manibus ferente, ad monasterium sanctae Mariae et sanctae Hunegundis celeriter pervenerunt ; et suam culpam confitentes, in terram prostrati, ut fratres pro se orarent, humiliter petierunt : quod et factum est.

36 Guy Philippart, op. cit., p. 29-31.

37 Guy Devailly, op. cit., p. 106-108.

38 Admonitio generalis, éd. dans MGH, Capitularia regum Francorum, t. I, op. cit., c. 81, p. 61 : Omnibus. Statuimus quoque secundum quod et in lege Dominus praecepit, ut opera servilia diebus dominicis non agantur, sicut et bonae memoriae genitor meus in suis synodalibus edictis mandavit, id est quod nec viri ruralia exerceant nec in vinea colenda nec in campis arando, metendo, vel foenum secando vel sepem ponendo nec in sylvis stirpare vel arbores caedere vel in petris laborare nec domos construere nec in orto laborare ; nec ad placita conveniant nec venationes exerceant. Et tria carraria opera licet fieri in die dominico, id est ostilia carra vel victualia vel si forte necesse erit corpus cuiuslibet ducere ad sepulcrum. Item feminae opera textilia non faciant nec capulent vestitos nec consuent vel acupictile faciant ; nec lanam carpere nec linum battere nec in publico vestimenta lavare nec bervices tundere habeant licitum, ut omnimodis honor et requies die dominicae servetur. Sed ad missarum solemnia undique conveniant et laudent Deum in omnibus bonis quae nobis in illa die fecit. Est reprise, ici, la traduction de Georges Tessier revue par François Bougard et Laurent Feller dans : François Bougard (éd.), Le christianisme en Occident du début du VIIe siècle au milieu du IXe siècle. Textes et documents, Paris, Sedes, 1997, p. 69-70 ; Collectio capitularium Ansegisisi, op. cit., I, 75, p. 472-473 ; Réginon de Prüm, op. cit., I, 383-385, p. 194.

39 Guy Philippart, op. cit., p. 31-32 ; la Vie de saint Germain de Paris († 576) par Venance Fortunat ne compte pas moins de sept miracles liés au travail du dimanche ; voir Vita Germani, Bruno Krusch (éd.), dans MGH, Scriptores rerum Merowingicarum, t. VII, Hanovre, 1920, p. 372-418 (c. 14, c. 16, c. 35, c. 49, c. 50, c. 51, c. 58). Voir aussi Olivier Bruand, « Accusations d’impiété et miracles de punition dans l’hagiographie carolingienne », dans Lionel Mary et Michel Sot (dir.), Impies et païens entre Antiquité et Moyen Âge, Paris, Picard, 2002, p. 155-173 (ici p. 160-161). Pour la période suivante, voir : Pierre-André Sigal, « Un aspect du culte des saints : le châtiment divin aux XIe et XIIe siècles d’après la littérature hagiographique du midi de la France », dans La religion populaire en Languedoc, Toulouse, Privat, 1976 (Cahiers de Fanjeaux, 11), p. 39-59 (ici p. 44-45), sur une petite centaine de miracles étudiés dans cet article, l’auteur n’en relève que huit qui rentrent dans notre sujet.

40 Guy Philippart, op. cit., p. 32-33.

41 Miracula Richarii, Godefroid Henschenius (éd.), dans Acta Sanctorum Aprilis, t. III, Anvers, Michaelem Cnobarvm, 1675, p. 447-457.

42 Charles Mériaux, « Les sanctuaires du haut Moyen Âge en Gaule (VIe-XIe siècle) », dans Lucia M. M. Olivieri (éd.), Ordini religiosi e santuari in età medievale e moderna, Bari, Associazione Internazionale per le Ricerche sui Santuari, 2013, p. 73-84.

43 Miracula Wandregisili, Pierre Van den Bosch (éd.), dans AA SS Julii, t. V, Anvers, Bernard Albert Vander Plassche, 1727, p. 281-290, ici c. 1, p. 282 : Igitur cum quaedam milier in festivitate ejusdem praecipui confessoris in pago Caletensi ac villa Campania textrinum ageret opus, pohibita multum a vicinis ac Deo timentibus, ne in tanti patroni solennitate quotidiano insisteret operi ; quin potius ecclesiam adiret ac divinis vacaret laudibus, sicuti alii illius terrae populi ; nihiloque praefata mulier de objurgatione curaret eorum ; imo tumido corde pro nihilo duceret, illico manus illius, quam tramam aussi temerario per telam ducebat, obriguit… Sur ce recueil, voir : Ferdinand Lot, Étude critique sur l’abbaye de Saint-Wandrille, Paris, Honoré Champion, 1913 ; John Howe, « The hagiography of Saint-Wandrille (Fontenelle) (Province of Haute Normandie) (Sources hagiographiques de la Gaule 8) », dans Martin Heinzelmann (éd.), L’hagiographie du haut Moyen Âge en Gaule du nord. Manuscrits, textes et centres de production, Stuttgart, Beihefte der Francia (52), 2001, p. 127-192 (ici p. 171-186).

44 MGH, Concilia, t. II, op. cit. p. 644 (c. 50) : Decet igitur, ut eo die christianus divinis laudibus, non ruralibus vacet operibus ; cf. Guy Devailly, op. cit., p. 108.

45 Vita Vulmari, Guillaume Cuypers (éd.), dans AA SS Julii, t. V, Anvers, Bernard Albert Vander Plassche, 1727, p. 84-89, c. 23, p. 88 : Quodam itaque tempore cum festivitas beati Vulmari, quae est tertio decimo kal. Augusti, celebraretur, et multi tam de proximis quam de longinquis prosperassent regionibus, quidam clericus, Marfridus nomine, qui aedi beati Martini praeerat, quae a monasterio beati Vulmari uno milliario ad septemtrionem distabat, jussit eo die cunctos, qui eidem ecclesiae subesse videbantur, convocari ad secandum foenum juxta flumen, quod dicitur Elna. Illi vero accersiti ajunt : « Hodie nobis minime operari licet, quia festivitas sancti Vulmari a cunctis in agro hic degentibus cum ingenti colitur gaudio. » Ille autem spiritu superbiae inflatus, illorumque parvipendens dicta, nec considerans quanti ille meriti apud Deum omnipotentem esset, cujus festum colebatur, illico respondit dicens : « Ejus qui volunt festa colant ; vos tamen debitum servitium implere debetis ». Bien que la tradition manuscrite du texte ne remonte pas plus haut que le XIe siècle, plusieurs indices permettent d’en fixer la rédaction au IXe ou au début du Xe siècle : voir Léon van der Essen, Étude critique et littéraire sur les vitae des saints mérovingiens de l’ancienne Belgique, Louvain/Paris, Recueil des travaux de l’Université de Louvain, 1907, p. 412-414.

46 Guy Philippart, op. cit., p. 30.

47 Voir, par exemple : Carine Van Rhijn, Shepherds of the Lord. Priests and episcopal statutes in the Carolingian period, Turnhout, Brepols, 2007, et ead. et Steffen Patzold (éd.), Men in the Middle. Local priests in early medieval Europe, Berlin, De Gruyter, 2016.

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Read

Exclusive access

open access

Provided by L’éditeur de ce site