Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orare aut laborare ? Fêtes de précepte et jours chômés du Moyen Âge au début du xixe siècle

 | 
Philippe Desmette
, 
Philippe Martin

Première partie. Le temps de la fixation des normes

Fêtes et jours chômés dans le monde carolingien (VIIIe-Xe siècles)

Charles Mériaux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’époque carolingienne apparaît comme un moment-clef dans l’établissement du temps chrétien en Occident. Certes, elle n’a pas imposé le principe du temps sacré, réservé aux fêtes et marqué par toute une série d’interdits, puisque toutes les religions antiques en connaissaient l’usage1. Elle n’a pas non plus introduit de grandes nouveautés dans le calendrier liturgique : les dates des grandes fêtes chrétiennes ont été fixées dans l’Antiquité tardive, de même que celles des fêtes des martyrs, rejoints par les confesseurs, évêques et moines, des Ve-VIIe siècles2. Mais elle a unifié et généralisé ce calendrier et a aussi cherché à imposer son usage à l’ensemble de la société3. Le moment carolingien se caractérise ainsi par un effort inédit, voulu par les souverains à partir de Pépin le Bref et surtout de Charlemagne ainsi que de l’épiscopat, visant un profond enracinement local du temps chrétien.

La question du calendrier chrétien et du repos imposé par les autorités carolingiennes a déj...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540