Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orare aut laborare ? Fêtes de précepte et jours chômés du Moyen Âge au début du xixe siècle

 | 
Philippe Desmette
, 
Philippe Martin

Première partie. Le temps de la fixation des normes

Le dimanche chômé à l’époque romano-barbare

Bruno Dumézil

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si l’on en croit le Liber Historiae Francorum, le dernier grand affrontement des temps mérovingiens, la bataille de Vinchy, se déroula un dimanche de Carême, le 21 mars 7171. Même si la trêve de Dieu était inconnue du monde mérovingien, l’intérêt du chroniqueur pour cette date montre que le jour n’apparaissait pas neutre : se battre en un dies dominicus, qui plus est dans une période de préparation pascale, c’était transgresser un interdit tacite. Sans doute le clerc qui rédigeait ce texte voulait-il faire sens : une victoire obtenue un dimanche apparaissait comme la validation divine d’une légitimité jusque-là bien incertaine, celle de Charles Martel dont l’essor politique commençait justement en ce jour de 717.

Dans ce statut particulier accordé au jour du Seigneur, y avait-il une véritable nouveauté ? On a eu parfois tendance à retarder la christianisation de la société franque jusqu’au moment carolingien. Pourtant, des études convergentes insistent sur la forte influence du chris...

Auteur

Université Paris Ouest Nanterre – La Défense

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540