Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Orare aut laborare ? Fêtes de précepte et jours chômés du Moyen Âge au début du xixe siècle

 | 
Philippe Desmette
, 
Philippe Martin

Ouverture. Obligations, calendriers liturgiques et festivités. Regards anthropologiques sur les religions non occidentales

Lionel Obadia

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Sous des latitudes très diverses et dans des sociétés très différentes les unes des autres, les anthropologues (ici principalement entendus comme « ethnographes ») ont observé, enregistré et analysé des comportements festifs. Bien souvent, les actes festifs s’inscrivaient (et s’inscrivent encore) dans un cadre religieux, à l’occasion d’un rituel ou d’une cérémonie qu’ils colorent de réjouissances et d’apparents amusements qui ne sont pas étrangers au culte ou dérivés de lui, mais bien des composantes à part entière de l’activité sacrée. De là, il est une représentation qui a la vie dure : les ethnologues et anthropologues seraient les spécialistes des sociétés « primitives », sociétés qui seraient entièrement enchâssées dans des formes de religion privilégiant un sacré perpétuellement effervescent – celui des rites extatiques, excessifs et licencieux de religion sans réelle morale1, à la manière dont Émile Durkheim, retraçant la longue généalogie de la religion, avait dépeint les cu...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540