Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orare aut laborare ? Fêtes de précepte et jours chômés du Moyen Âge au début du xixe siècle

 | 
Philippe Desmette
, 
Philippe Martin

Ouverture. Obligations, calendriers liturgiques et festivités. Regards anthropologiques sur les religions non occidentales

Lionel Obadia

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sous des latitudes très diverses et dans des sociétés très différentes les unes des autres, les anthropologues (ici principalement entendus comme « ethnographes ») ont observé, enregistré et analysé des comportements festifs. Bien souvent, les actes festifs s’inscrivaient (et s’inscrivent encore) dans un cadre religieux, à l’occasion d’un rituel ou d’une cérémonie qu’ils colorent de réjouissances et d’apparents amusements qui ne sont pas étrangers au culte ou dérivés de lui, mais bien des composantes à part entière de l’activité sacrée. De là, il est une représentation qui a la vie dure : les ethnologues et anthropologues seraient les spécialistes des sociétés « primitives », sociétés qui seraient entièrement enchâssées dans des formes de religion privilégiant un sacré perpétuellement effervescent – celui des rites extatiques, excessifs et licencieux de religion sans réelle morale1, à la manière dont Émile Durkheim, retraçant la longue généalogie de la religion, avait dépeint les cu...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540