Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orare aut laborare ? Fêtes de précepte et jours chômés du Moyen Âge au début du xixe siècle

 | 
Philippe Desmette
, 
Philippe Martin

Introduction. La fête : un enjeu entre sacré et profane

Philippe Desmette et Philippe Martin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1994, l’Allemagne décidait de faire du Buß-und Bettag, jour de pénitence et de prière, un jour ouvrable, mesure dont on espérait pouvoir appliquer le profit à couvrir les coûts de la dépendance1. La loi du 30 juin 2004 institua en France une journée de solidarité « en vue d’assurer le financement des actions en faveur de l’autonomie des personnes âgées ou handicapées » et fixa celle-ci, à défaut d’un autre choix concerté, au lundi de Pentecôte2. Avec toutes les réactions que l’on connaît. Ces mesures, dont on pourrait trouver l’équivalent dans bien d’autres États européens, rendent compte d’éléments fondamentaux en matière de fêtes : la fixation et les modifications de la norme, les implications qu’elles induisent et la perception de ces jours fériés.

Ces questions d’actualité, qui émergent dans des sociétés largement laïcisées, ne naissent pas de rien. Elles sont les héritières de deux millénaires de réalités festives et, singulièrement, de fêtes chrétiennes. Alphonse Dupront a m...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540