Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orare aut laborare ? Fêtes de précepte et jours chômés du Moyen Âge au début du xixe siècle

 | 
Philippe Desmette
, 
Philippe Martin

Table des matières

Philippe Desmette et Philippe Martin

Introduction. La fête : un enjeu entre sacré et profane

Lionel Obadia

Ouverture. Obligations, calendriers liturgiques et festivités. Regards anthropologiques sur les religions non occidentales

Fêtes et obligations
L’idée de fêtes dans les « sociétés traditionnelles »
Un modèle à réviser
Le sens ethnographique de la fête (religieuse)
Conclusion

Première partie. Le temps de la fixation des normes

Charles Mériaux

Fêtes et jours chômés dans le monde carolingien (VIIIe-Xe siècles)

Fêtes et jours chômés d’après la collection de Réginon de Prüm
Les calendriers diocésains
Le repos du dimanche et des jours fériés
Conclusion
Catherine Vincent

Les jours fériés et leur observance en Occident entre le XIIIe et le XVe siècle

Déterminer les fêtes de préceptes et les jours chômés : le poids de la coutume
Résister et sanctionner
Une réflexion de fond et ses enjeux
Conclusion
Christine Barralis

Jours chômés et fêtes dans la moitié nord du royaume de France au XVe siècle, d’après les normes épiscopales

Caractéristiques générales et évolutions des calendriers
Que disent globalement les statuts locaux sur les fêtes et jours chômés ?
Une volonté de solenniser le temps du culte en limitant les activités profanes.
La question des festivités
La question des activités économiques
Conclusion

Deuxième partie. Situations établies et réformes à l’Époque moderne

Philippe Desmette

La réforme des fêtes de précepte dans les Pays-Bas autrichiens en 1751 : une affaire d’État(s)

Les prémices de la réforme
La réforme de 1751
Teneur
Mise en application
Conclusions
Marco Rochini

Le débat sur la réduction des fêtes religieuses de précepte en Italie au XVIIIe siècle : Guadagnini et le Progetto di fissazione del calendario ecclesiastico

Réflexion historiographique
Guadagnini et le Progetto di fissazione del calendario ecclesiastico
Conclusion
Philippe Moulis

Prélats jansénistes et calendriers diocésains dans la France septentrionale

Les textes normatifs et la réglementation
Une législation royale qui confirme le droit canonique
Le rôle crucial du curé
Les modifications du calendrier diocésain
Un mouvement général à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècles
Les évêques jansénistes
De la théorie réglementaire à la réalité quotidienne
Guerres et intempéries
Les contrevenants
Le rejet des prêtres jansénistes en Artois
Gaël Rideau

La fête processionnelle en France au XVIIIe siècle entre dévotion et police

Procession, fête et calendrier
L’encadrement épiscopal des processions
Une relecture du sens des fêtes
Nicolas Guyard

Identités urbaines et fêtes d’obligation à Lyon au XVIIIe siècle

Lyon, ville sainte moderne
Réformer le temps, réformer la ville
Conclusion

Troisième partie. Aux marges de la catholicité

Alain Cabantous

Un calendrier à l’épreuve. Dimanches et jours fériés en Angleterre fin XVIe-XVIIe siècle

Les pesanteurs du contexte
Réformes
Le temps royal et la Révolution
La dimension politique du calendrier anglais
Batailles autour des jours saints
La résistance des temps anciens
Save the date !
La leçon des diaires et… des almanachs
Conclusion
Yves Krumenacker

Les fêtes dans le monde réformé (XVIe-XVIIIe siècles)

La suppression des fêtes traditionnelles
Les jours de fête réformés
Le refus des fêtes, un anti-catholicisme ?
Nicolas Champ

Une fête religieuse impensable chez les protestants français ? La « fête des morts dans l’Église réformée » (1901)

Une nouvelle place pour le souvenir ?
Une conceptualisation progressive
Une initiative sans écho ?
Conclusion

Quatrième partie. La fête contemporaine : entre continuité et innovation

Philippe Martin

Contraindre à la messe

Contraindre pour convertir : les protestants
Contraindre pour former : les enfants
Contraindre pour évangéliser : les esclaves
Contraindre pour amender : les enfermés
Conclusion
Pierre-Olivier De Broux et Florence Maertens de Noordhout

Repos dominical et jours fériés en Belgique au XIXe siècle : la transformation des obligations religieuses en revendication sociale

Le contrôle des fêtes religieuses sous Napoléon et Guillaume d’Orange
La Constitution et les fêtes religieuses : une relation ambivalente
La loi du 17 juillet 1905, couronnement d’une revendication sociale
Conclusion
Vincent Petit

Calendrier légal et temps religieux. Célébrer la messe pro populo de Benoît XIV à Pie IX

La question de la messe pro populo
Le problème des fêtes supprimées
Une législation inégalement appliquée
Conclusion
Philippe Desmette et Philippe Martin

Conclusions

Un travail permanent
Variations autour du calendrier
Épurer la fête
Une question toujours d’actualité