Version classiqueVersion mobile

Regarder des films en Afriques

 | 
Patricia Caillé
, 
Claude Forest

Deuxième partie – Les pratiques spectatorielles contemporaines

Les pratiques spectatorielles au Tchad

Patrick Ndiltah

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Avec une superficie de 1 284 000 km2 – plus de deux fois la France, le Tchad accueille une population estimée à environ 12 millions d’habitants en 2015. La plus grande partie de cette population (70 %) vit en zone rurale, et près de la moitié des urbains résident à N’Djaména, la capitale. Depuis l’indépendance du pays en 1960 jusqu’à nos jours, il a été effectué deux recensements généraux de la population et de l’habitat (RGPH, 1993 et 2009) alors que les Nations Unies recommandent aux gouvernements de réaliser un recensement démographique tous les dix ans. Faute de moyens et en raison de l’instabilité politique, le Tchad n’arrive pas à respecter cette recommandation malgré l’appui de ses partenaires au développement1 pour l’organisation de son deuxième RGPH, qui avait dénombré 11 039 873 habitants en septembre 2009.

Sur le plan culturel, l’État tchadien n’a jamais mis en œuvre une politique structurée. À l’exception du Service Audiovisuel pour l’Éducation du diocèse de Sarh (SAVE), ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search