Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ériger et borner diocèses et principautés au Moyen Âge

 | 
Nacima Baron
, 
Stéphane Boissellier
, 
François Clément
, 
et al.

I – Frontières politico-administratives (diocèses, « principautés » seigneuriales)

En deçà des bornes et par-delà les monts, emboîtements d’espaces et agrégations de territoires d’un lignage seigneurial auvergnat dans les siècles centraux du Moyen Âge : les sires de La Roue1

Jean-Luc Fray

Texte intégral

  • 1 La présente contribution reprend une thématique déjà explorée il y a plus de trente ans par Éliane (...)
  • 2 Commune de Saint-Anthème (Puy-de-Dôme, arrondissement et canton d’Ambert).
  • 3 Entre les seigneuries de la Roue et Montpeloux (commune de Saillant, Puy-de-Dôme, arrondissement et (...)

1Le 10 février 1312 (n. st.) et le 4 novembre 1317, le comte de Forez et son vassal le sire de La Roue2, maître d’une puissante forteresse auvergnate dominant (à près de 1100 m d’altitude) la vallée de l’Ance, dans les monts du Forez, mais en diocèse de Clermont et donc en Auvergne, font accord de délimitation de leurs terres respectives3 ; cette « frontière » se concrétise en 1317 par la mise en place de 194 bornes (soit, en moyenne, à peu près une borne tous les cinquante mètres !) le long de la limite orientale de la seigneurie de La Roue, qui suit la ligne de crête, de la Grande Pierre Basanne au Puy Jameton : reconnu par le Parlement de Paris en août 1448, ce tracé préfigure l’actuelle limite entre les départements du Puy-de-Dôme et de la Loire. Voilà donc une limite seigneuriale (mais qui est aussi topographique, diocésaine, plus tard « provinciale » – le sire de La Roue est aussi vassal des comtes d’Auvergne – départementale et, jusqu’en 2014, régionale) qui semble fermement verrouillée.

  • 4 Loire, chef-lieu d’arrondissement (et chef-lieu du département de 1801 à 1856).

2Cependant, la prise en compte d’autres sources permet de comprendre combien, dès le XIVe siècle, la seigneurie auvergnate de la Roue, sans se couper de ses relations et réseaux de dépendances du côté de l’Auvergne, est aussi puissamment orientée vers l’Est, vers le Forez voisin, soumise à l’attraction centrale de la ville forézienne de Montbrison4, capitale du comté (cela se vérifie encore de nos jours), plus que de la bourgade auvergnate d’Ambert, et, plus loin encore, attirée par la vallée du Rhône, bousculant ainsi, par le dynamisme des réseaux et des flux, la vieille frontière, apparemment si solide à en croire les sources judiciaires…

Une seigneurie auvergnate de montagne ; des frontières apparemment bien jalonnées

3On est ici par excellence – et depuis fort longtemps – dans une zone de limites : entre Ségusiaves, Vellaves et Arvernes, entre diocèses de Lyon, Le Puy et Clermont, entre Velay, Forez et Auvergne, entre Aquitaine et royaume d’Arles, entre langue d’oc et dialectes franco-provençaux…

La vallée de l’Ance ; un isolement ?

  • 5 En 1432, Saint-Romain de Valenchères est dit « de mandamento Montispilosi en Valorgues » (Archives (...)
  • 6 Haute-Loire, Yssingeaux, chef-lieu de canton.

4L’Ance est un torrent de montagne qui prend naissance dans les monts du Forez à 1350 m d’altitude ; 12 kilomètres plus loin, après être passée au pied de la forteresse de La Roue (altitude : 1160 m), elle entre, à Saint-Anthème (altitude : 930 m), dans une vallée large, la Vallorgue ou Vallis longa où s’est développée la seigneurie de La Roue5, vallée qu’elle va traverser pendant une quinzaine de kilomètres. Rivière active, elle portait un nombre incroyable de moulins jusque dans les années 1950 ; l’Ance est également réputée pour la pureté de ses eaux qui lui vaut encore d’être une rivière à truites et… à moules perlières. Puis, la rivière va s’enfoncer pendant une trentaine de kilomètres dans le plateau volcanique et perdre plus de la moitié de son altitude, avant de se jeter dans la Loire en amont de Bas-en-Basset6 (altitude : 444 m).

  • 7 La Chaulme, Saint-Clément-de-Vallorgue, Saint-Romain, Eglisolles et Saillant : Puy-de-Dôme, arrondi (...)
  • 8 Dans le cas du Chalard, le château du XVIe siècle est adossé à une ancienne motte féodale.

5La justice seigneuriale de La Roue s’étendait sur sept paroisses du bassin de l’Ance, sises dans la Vallorgue : Saint-Anthème, La Chaulme, Saint-Clément, Saint-Romain et partie d’Eglisolles, Saillant et Usson7. Elle était partagée entre quatre sièges de justice : La Roue, Montpeloux, La Chaulme et Usson. La justice était rendue à La Roue jusqu’à la descente du tribunal au bourg de Saint-Anthème en 1670, transfert tardif de centralité. Dans le val d’Ance, étaient vassales des La Roue les petites seigneuries de La Combette, Le Crozet, Le Faud, Grange-Neuve, le Patural, Chabannes, Le Chalard, chacune groupée autour d’une maison-forte8.

6Le bourg principal, Saint-Anthème, jusqu’en 2015 encore chef-lieu de canton, est relié à Ambert, son chef-lieu d’arrondissement, à 22 km à l’Ouest, par une route qui, pour traverser l’arrête montagneuse de direction Nord-Sud séparant la vallée de l’Ance de celle de la Dore, affluent de l’Allier, emprunte le col des Pradeaux à près de 1200 m d’altitude ; vers l’Est, 24 km séparent Saint-Anthème de Montbrison, la capitale du comté de Forez ; ici, la route franchit la crête principale du Forez au col de la Croix de l’Homme-mort (1162 m). Vers le Sud-est comme vers le Sud-ouest, les différentes routes vers Saint-Bonnet ou Arlanc nécessitent également de monter à 1070-1130 m. Seule la direction du Sud, vers Usson (où l’on rejoint la « voie Bollène », la grand-route ancienne de Lyon à Toulouse par Le Puy et Rodez), est plus aisée.

Les premiers seigneurs de La Roue ; une appartenance arverne

  • 9 Cartulaire de Brioude, éd. par Henri Doniol (Clermont-Ferrand : Thibaud, 1863), pp. 253-254, doc. n (...)
  • 10 Cartulaire de Savigny, éd. par Auguste Bernard (Paris : Imprimerie nationale, 1853), vol. 1, pp. 21 (...)
  • 11 Commune de Saillant.

7Le cartulaire de Brioude mentionne à la date de 922 une vicaria de Vallonica9, confirmée pour la seconde moitié du Xsiècle par le cartulaire de Savigny10, dont il est probable qu’elle donna naissance à la seigneurie de la Roue, encore que son premier lieu central ait pu être la forteresse de Montpeloux11.

8Les abbayes de Savigny (en Lyonnais), Manglieu, La Chaise-Dieu et Sauxillanges (en Auvergne) fondèrent quatre prieurés, respectivement à Saint-Clément-de-Vallorgues, Saint-Anthème, La Chaulme (Saint-Jean) et Viverols (La Madeleine).

  • 12 Généalogie communiquée à Hector Granet par Michel Maisonneuve, avoué à Ambert, acquéreur avant 1857 (...)
  • 13 Hector Granet, notes manuscrites, 1875, p. 52 (collection particulière).

9Entre 1050 et 1200 s’était constituée une vaste seigneurie foncière autour des prieurés de La Chaulme et de Saillant (deux dépendances de La Chaise-Dieu) : Pierre Wilhelmi de la Roue est mentionné, aux côtés de Dalmas de Roanne, auprès du comte Guillaume de Lyonnais-Forez lors de la donation à La Chaise-Dieu de l’église Saint-Julien de Moingt, aux portes de Montbrison (1096). Il est possible de suivre un certain nombre de ses descendants au fil de la documentation que nous ont laissé les XIIe et XIIIsiècles : Armand Ier « baron de la Roue, vicomte de Montpeloux » (!), seigneur de Saint-Anthème, accorde en 1240 des libertés et usages à la « ville de Montpeloux »12 ; le même fait en 1251 un compromis avec l’abbé de Manglieu et le prieur de Saint-Anthème13. C’est avec le sceau de Pierre de Roda ou Rota, chanoine-fordoyen du Puy qu’apparaît pour la première fois en 1245 l’écu familial, fascé de six pièces, avec la légende « S. PETRI de ROTHA CAN ».

10L’appartenance arverne semble fermement assurée par la fixité des limites de diocèses, à la frontière des provinces ecclésiastiques de Bourges (Aquitaine, avec Clermont) et de Lyon (royaume d’Arles et Saint-Empire jusqu’en 1307), tandis que le diocèse du Puy, théoriquement dépendant de la métropole de Bourges, est en réalité exempt. L’appartenance ancienne de la région de Saint-Anthème à l’Auvergne paraît claire aux yeux de ses voisins : lorsqu’en 1173 l’archevêque de Lyon et le comte de Forez se partagent les comtés lyonnais et forézien, l’un des espaces touchés par l’accord s’étend du château du Puy-Saint-Romain, dans la plaine forézienne, « de là jusqu’au Puy et en Auvergne » ce qui ne peut s’interpréter que comme « jusqu’aux limites des diocèses du Puy et d’Auvergne (Clermont) » ; or l’étude des pouillés des XIVe et XVe siècles montre que le diocèse clermontois englobait toute la vallée supérieure de l’Ance, soit les paroisses de Saint-Anthème, Saint-Clément, La Chaulme et Saillant, s’étendant vers l’Est jusqu’à la ligne de crête des « monts du soir », face aux paroisses de l’archidiocèse lyonnais. Le nom même de Saint-Anthème (Artemius) renvoie à un antique évêque arverne de la fin du IVe siècle et vient ainsi jalonner symboliquement la frontière sud-occidentale du diocèse.

  • 14 Pierre Gardette, Géographie linguistique du Forez (Mâcon : Imprimerie Protat frères, 1941), p. 268.

11Sur le plan linguistique, le bilan est plus nuancé : les lignes d’isoglosses de l’atlas linguistique opposent le franco-provençal (Forez) à l’occitan (Auvergne) et sont presque toutes concordantes, de Chalmazel à Saint-Jean-Soleymieux, sur 30 km du Nord au Sud, ce qui pourrait illustrer un rôle de barrière linguistique joué par la crête du Forez14. Plus au Sud, le plateau de Saint-Bonnet, quoique féodalement forézien, est délibérément de dialecte arverne et la limite des langues poursuit vers l’Est, passant au Sud de Saint-Étienne, entre Rochetaillée et Planfoy (Saint-Genès-Malifaux est occitan), entre Saint-Julien Molin-Molette et Saint Appolinard (Bourg-Argental est occitan) pour atteindre le Rhône au Sud de Champagne. En réalité, le versant auvergnat des monts du Forez manifeste l’inclusion dans ses parlers dialectaux de nombreux franco-provençalismes dans toute une zone comprise entre la crête des monts et, du Nord au Sud, les vallées de l’Allier, puis de la Dore, enfin de la haute Loire : les seigneuries de Thiers, Vollore, Olliergues-Meymont, La Roue et Saint-Bonnet appartiennent donc à cette aire linguistique de transition qui est aussi – on le verra – celle de la suzeraineté féodale forézienne.

  • 15 Bard et Ecotay-l’Olme : Loire, arrondisement et canton de Montbrison ; Champdieu : Loire, arrondiss (...)

12La présence monastique arverne en Vallorgue n’est pas – on l’a vu – négligeable : Manglieu est présent à Saint-Anthème ; on a pu mesurer plus haut le poids de La Chaise-Dieu dans la région. Mais les monastères arvernes poussent plus loin encore vers l’Est, en Forez : Manglieu est présent à Bard et Ecotay, et plus loin encore, au cœur de la plaine forézienne, à Champdieu, au Nord de Montbrison15. La Chaise-Dieu est présent en Vallorgue, à Eglisolles, Saillant et La Chaulme, mais aussi en Forez à Moingt et Montbrison.

La tentation du Velay et l’attraction forézienne

L’attraction ponote et les seigneuries vellaves

  • 16 Archives départementales de la Loire, B 1850 : Testament de « dame Sibille, veuve de messire Armand (...)
  • 17 Louis Douet d’Arcq, Collection de sceaux (Paris : H. Plon, 1867), vol. 2, p. 540, doc. n° 6824.
  • 18 Les Chazes : commune de Saint-Julien des Chazes, Haute-Loire, arrondisement de Brioude, canton de L (...)

13Le premier lignage des La Roue s’éteint en ligne masculine peu avant 1258 avec Armand, qui ne laisse que des filles de son mariage avec Sibille de Tournel16 ; les sources citent ses frères cadets, tous clercs : Goyet de La Roue, chanoine et trésorier du Puy, mort avant 1285 ; Pierre de la Roue, chanoine du Puy depuis au moins 1245 ; Guillaume de la Roue, prieur de La Chaulme en 1258, évêque du Puy de 1263 à 1283, constructeur du château épiscopal d’Espaly, près le Puy, dont le sceau ovale (1260)17 porte  SIGILLUM fratris Guillelmi, Dei gratia aniciensis episcopi ; Marguerite de La Roue, leur sœur, est abbesse de Saint-Pierre des Chazes ; un autre La Roue contemporain, Albert, est prieur d’Usson en 1258, puis de l’Hôpital-sous-Rochefort en 1262-126318.

  • 19 Solignac-sur-Loire : Haute-Loire, Le Puy, canton Velay volcanique (Cussac-sur-Loire) ; Saint-Agrève (...)
  • 20 Il fait, au château, composition avec les habitants de plusieurs mas du mandement de la Roue au suj (...)

14Vers 1290, Sybille de la Roue (dite « Siville d’Aurec » par le Répertoire des hommages) épouse Gilbert de Solignac, baron de Solignac et de Saint-Agrève en Velay19 ; leur fils puîné, Bertrand de Solignac, reprend le nom et les armes (fascé d’or et d’azur de six pièces) de La Roue, preuve de la reconnaissance par les Solignac de l’hypergamie de cette union. En 1317, Bertrand de la Roue, apparaît dans une charte sous les titres de « vicomte de Montpeloux et seigneur de Saint-Anthème et Usson »20.

  • 21 Ardèche, arrondissement Tournon, canton Le Cheylard.
  • 22 Aurec-sur-Loire : Haute-Loire, Yssingeaux, chef-lieu de canton. Nobiliaire du Velay et de l’ancien (...)
  • 23 L’abbaye de San Michele de la Chiusa (Sacra di San Michele : Italie, Piémont, Turin), fondation d’u (...)

15Par cette alliance, le lignage de La Roue se trouvait entraîné au cœur du Velay, avec la baronnie de Solignac, un gros bourg castral et prioral, chef-lieu d’archiprêtré, dominant la vallée de la Loire, immédiatement au Sud du Puy, sur la route menant de la cité vellave à Mende et à Rodez, et, plus loin encore, en Vivarais, avec Saint-Agrève et Empurany21, sur la route menant à la vallée du Rhône. Est-ce aussi à cette alliance, ou à un héritage précédent des La Roue, que Sybille était redevable de la seigneurie d’Aurec-s/Loire, qu’elle reconnaissait en 1297 tenir de l’évêque du Puy22 ? Il s’agissait là encore d’un bourg fortifié, sis en bordure de Loire et en contrôlant le passage, où les sires de La Roue posséderaient désormais l’un des deux châteaux, l’autre étant possession des prieurs locaux, dépendant de l’abbaye piémontaise de Saint-Michel de La Cluse23, encore une invitation à regarder vers la vallée du Rhône, les Alpes et le royaume d’Italie…

  • 24 Dunières : Haute-Loire, Yssingeaux, Boutières.
  • 25 Archives Départementales de la Loire, Fonds Chaleyer, n° 644, pièce 11.
  • 26 L’appellation « Dunières-La Roue » apparaît sous en 1506 chez le chroniqueur ponot Etienne Médici, (...)

16Plus tard, le 10 avril 1374, par le mariage en troisièmes noces de Briand de Dunières24, chevalier, et de Maragde de La Roue25, la seigneurie vellave de Dunières devait à son tour entrer en relation étroite avec le lignage auvergnat : l’un des deux noyaux formant ce bourg porte encore le nom de Dunières-La Roue26, au plus près de la rivière, avec des restes insignifiants du château et une église prieurale et l’on sait qu’en 1569 la mesure d’Aurec était également utilisée à Dunières ; la commune porte encore aujourd’hui les armes des La Roue (fascé de six pièces, or et azur).

  • 27 Huillard-Breholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, vol. 1, p. 161, doc n° 3186 : Armand les (...)

17Fils de Bertrand, Armand III de la Roue, époux d’Alix de Rochebaron, dame d’Usson est, en 1371, en possession de deux hôtels dans la cité du Puy, les hôtels de Montrevel et de La Roue, sis dans le cloître, et d’une rente sur le territoire de Rozada27. En s’avançant ainsi vers le Sud, les sires de La Roue s’approchent de l’axe transversal Craponne-Usson-Saint-Bonnet, qui est le tronc commun de la « Voie Bollène » (Lyon-Feurs-Usson- Saint-Paulien-Le Puy) et de la « Grande route de Forez » (Le Puy-Usson-Montbrison-Roanne-Nevers). Ils se positionnent également dans le riche bassin du Puy (Solignac), sur les rives de La Loire (Solignac, Aurec), et sur les voies qui permettent, à travers les plateaux du Velay et les monts du Haut-Vivarais, de rejoindre la vallée du Rhône (Dunières, Saint-Agrève).

Les premières attestations de relations lyonnaises et foréziennes. Bertrand de La Roue, un noble auvergnat au service du Forez

  • 28 De même l’abbaye lyonnaise d’Ainay à Estivareilles (Loire, arrondissement Montbrison, canton Saint- (...)

18Avec l’archidiocèse voisin de Lyon, les liens sont d’abord monastiques : le monastère de Savigny est ainsi présent au cœur de la Vallorgue et de la seigneurie de La Roue, à Saint-Clément28 ; mais la présence lyonnaise en terre auvergnate est des plus limitées, surtout au regard de la présence plus marquée des monastères arvernes en Forez : l’attraction, très tôt, joue au profit de l’Est.

  • 29 Dès 1146. Dom Cottineau, Répertoire topo-bibliographique des abbayes et prieurés (Mâcon : Protat fr (...)
  • 30 Aveizieux : Loire, arrondissement Montbrison, canton Andrézieux-Bouthéon ; Saint-Médard et Saint-D (...)
  • 31 Depuis 1062 (Cottineau, Répertoire topo-bibliographique des abbayes et prieurés). Gumières : Loire, (...)
  • 32 Prieuré Saint-Barthélemy de Ris (Puy-de-Dôme, arrondissement Thiers, canton Maringues), fondé par A (...)

19Le lignage de la Roue entretient des relations suivies avec les abbayes auvergnates de Manglieu et La Chaise-Dieu. Or, ces deux maisons étaient également présentes en Jarez et Forez, dans l’archidiocèse voisin de Lyon : la première par son prieuré de Champdieu, au Nord de Montbrison, assurant à son tour la collation du prieuré-cure d’Essertines ; La Chaise-Dieu par ses dépendances de Saint-Croix de Savigneux29 et Moingt ; d’Aveizieux, Saint-Médard-en-Forez et St.-Denis-s/Coise, proches de la route de Montbrison à Lyon30, plus loin, par le prieuré de Saint-Sauveur-en-Rue31 ; Gumières était un prieuré-cure Notre-Dame dépendant du prieuré cluniste de Ris, en Auvergne32.

  • 33 Nobiliaire du Velay, vol. 6, pp. 93. Saint-Sauveur = Saint-Sauveur-la-Sagne, prieuré (Puy-de-Dôme, (...)
  • 34 Huillard-Breholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, vol. 1, p. 24-25, doc. n° 104.

20La présence des sires de la Roue auprès des comtes de Lyon, puis (à partir de 1173) de Forez est ancienne : Pierre Wilhelmi de la Roue est mentionné aux côtés de Dalmas de Roanne auprès du comte Guillaume lors de la donation à La Chaise-Dieu de l’église Saint-Julien de Moingt (1096). Ce même personnage serait identifié comme compagnon de première croisade du comte de Forez et serait devenu chancelier d’Ascalon. Humbert de la Roue fait en 1173 des donations au prieuré de Saint-Sauveur-en-Rue et à l’abbaye de La Chaise-Dieu33. Un autre La Roue, Pons Willelmi est mentionné en 1181 comme chevalier hospitalier en Forez ; il est également témoin, entre 1180 et 1200, de la fidéjussion donnée par Guy II et Guy III aux hospitaliers de Montbrison ; ce même Pons témoigne en 1194 d’un accord entre les hospitaliers et le prieuré de Savigneux. Lorsque le comte Guy accorde en novembre 1223 une charte de coutumes aux habitants de Montbrison, Armandus de Rota intervient dans la liste des fidéjusseurs comtaux, à la cinquième place, après Guy de Thiers, Hugues Dalmas, Robert de Saint-Bonnet et Guillaume de Baffie ; c’est dire que les seigneurs de l’Auvergne occidentale (Thiers, Baffie, La Roue) affirment leur présence au premier rang de la cour comtale34.

  • 35 De La Mure, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, vol. 1, p. 341.
  • 36 Inventaire des titres du comté de Forez fait en 1532 par Jacques Luillier, éd. par Auguste Chaveron (...)

21En février 1312 (n. st.), Bertrand de la Roue reconnaît, comme ses prédécesseurs, devoir l’hommage-lige au comte de Forez pour les châteaux de La Roue et Montpeloux35. L’Inventaire des titres du comté de Forez (1532)36 livre l’analyse de l’acte, donné à Montbrison, en la maison du comte : « Lettres d’accord entre messire Jean, comte de Forez… et messire Bertrand de La Roue, chevalier, seigneur du lieu, touchant la juridiction haute, moyenne et basse, fief jurable et rendable (…) » ; l’accord prévoit que Bertrand avoue en hommage lige et fief jurable et rendable le château de Montpeloux, et spécialement la maison dudit château nommée la « maison clérical », et reconnaît que le château de La Roue est également fief jurable et rendable.

  • 37 Archives Départementales de la Loire, B 1903. Pierre de Quier, nuntius des lombards de Montbrison, (...)

22Bertrand de la Roue est également en lien avec des financiers lyonnais et des Lombards et avec le monde des officiers des comtes de Forez. La documentation le montre tout d’abord en relation avec des prêteurs lombards originaires de Chieri, bien implantés en Forez et en Viennois : en juillet 1324 (probablement à Montbrison, si l’on se fie à la personnalité des deux témoins de l’acte), « Noble homme messire Bertrand, seigneur de La Roue » reconnaît devoir à « Geoffroy Bonnet de Quier (= Chieri, en Piémont), citoyen de Vienne », la somme de 50 lb. de tournois, reçue à titre de prêt et remboursable à la Saint André37.

  • 38 Jean Raymond apparaît à plusieurs reprises comme prêteur dans des actes touchant la châtellenie for (...)
  • 39 Pierre de Rochefort, bailli de Forez ; Jean Maréchal, damoiseau et châtelain de Montbrison.
  • 40 Maître Gérard de Rumanies, jurisperit ; Maître Pierre Chauve, professeur en loi.
  • 41 Archives Départementales de la Loire, B 1902.

23Bertrand fait également affaire avec des financiers lyonnais, dont Jean Raymond, un personnage dont l’activité est intense dans la première moitié du XIVe siècle en Lyonnais, Forez et Auvergne et auprès des Dauphins de Viennois : le 2 décembre 1323, « Noble homme messire Bertrand, seigneur de La Roue » se porte co-débiteur, avec le lyonnais Jean Raymond38, deux officiers des comtes de Forez39 et deux juristes40, d’une somme de 23 lb. de gros tournois d’argent « à l’O rond », due par Jean Lardier, bourgeois de Montbrison et trésorier des comtes de Forez à Jean de Varey, citoyen de Lyon, somme remboursable à Lyon avant la prochaine Saint Jean Baptiste ; or, l’acte est, partiellement, passé « à Montbrison dans la maison dudit seigneur de La Roue »41 : les sires de La Roue, outre une maison à Aurec-s/Loire, possédaient également un pied-à-terre à Montbrison, au plus près de la cour de leurs seigneurs les comtes de Forez.

  • 42 Chartes du Forez antérieures au XIVe siècle, éd. par Georges Guichard (Mâcon – Lyon - Paris : Prota (...)
  • 43 Chartes du Forez antérieures au XIVe siècle, vol. 8, pp. 1-72, doc. n° 906.

24Ce qui, en termes de dépendance financière à l’égard des prêteurs foréziens, est vrai du sire de La Roue l’est aussi de la paysannerie de sa seigneurie et même plus loin encore vers l’Est, en plein Livradois auvergnat : la collection des Chartes du Forez nous livre très tôt les testaments de deux bourgeois montbrisonnais grâce aux procédures de scellement des testaments par le juge de Forez et de leur inscription au registre des testaments et tutelles de la chancellerie de Forez (la supériorité de l’organisation de la chancellerie forézienne est ici éclatante et l’Auvergne n’a rien à offrir de semblable, ni de la part des comtes ou des dauphins, de l’évêque ou même du roi, maître de la « Terre royale d’Auvergne ») ; l’inventaire après décès des biens et droits de feu Jean de Sal (après le 26 janvier 1288)42, mentionne, à côté de cens, maisons, rentes, bancs de vente, jardins, colombiers, prés et vignes à Montbrison, plus de 420 reconnaissances de dettes pour près de 1100 livres. L’aire géographique couverte va de Cervières, Saint-Just-en-Chevalet et Balbigny au Nord à Monistrol et Craponne au Sud, Estivareilles et Usson au Sud-ouest ; vers l’Ouest, au-delà de la frontière d’Auvergne, on rencontre un habitant de Viverols, trois d’Usson et trois de Saint-Anthème, dont l’un est le métayer du bourgeois montbrisonnais et dont un autre paraît originaire du Puy, enfin plusieurs débiteurs de Pontempeyrat (au passage de l’Ance, sur la route d’Usson à Craponne) pour des valeurs qui s’étagent de 3 sous à 8 livres (cette dernière valeur à Saint-Anthème)43.

  • 44 Chartes du Forez antérieures au XIVe siècle, vol. 8, pp. 1-96, doc. n° 907. 

25Un second inventaire, celui de feu Pierre Alaysson, bourgeois de Montbrison (vers 1288)44, outre de nombreux biens mobiliers et immobiliers à Montbrison, dont un ban de boucherie et une importante provision de drap, classe les créances par paroisses dans une aire géographique qui va de Cervières et Boën au Nord au mandement forézien de Châtelneuf, près Essertines, contigu de celui de Saint-Anthème, puis à la haute vallée de l’Ance avec des débiteurs à La Roue, Saint-Anthème, Montpeloux, Saint-Clément, Sailhant, Viverols, mais aussi plus loin vers l’Ouest, jusqu’en plein Livradois avec Ambert, Marsat et Chaumont, Job, Valcivières et Baffie et même Olliergues : au total une bonne centaine de « clients ».

  • 45 Huillard-Breholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, vol. 1, p. 262, doc. n° 1518.

26Bertrand apparaît enfin comme un serviteur dévoué et un lieutenant du comte de Forez : en février 1319, avec les seigneurs de Roussillon, Cousan et Allègre, il se porte garant envers le duc Louis de Bourbon pour les conventions d’éducation concernant Jeanne de Bourbon, promise au fils du comte de Forez45.

  • 46 Huillard-Breholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, vol. 1, pp. 238-239, doc. n° 1382 : Bert (...)
  • 47 Augustin Chassaing, Spicilegium Brivatense, Receuil de documents historiques relatifs au Brivadois (...)

27L’engagement du sire « auvergnat » comme membre de la noblesse du Forez se lit de façon non équivoque lorsqu’il apparaît en février 1315, parmi les 39 barons du Forez, ligués avec le commun de Forez et la noblesse et le commun de Champagne pour obliger Louis X à renoncer aux tailles et subventions levées « injustement » sous Philippe IV ; or, il y apparaît en seconde position, après le dire de Couzan, mais avant celui de Chalencon46. On notera qu’à l’inverse, les sires de la Roue ne faisaient pas partie, au milieu du XIIIsiècle, de la liste des vassaux d’Alphonse de Poitiers (où l’on trouvait en revanche les sires d’Arlanc, les sires de Baffie, les Olliergues-Meymont) ; la même observation vaut pour la liste des 19 seigneurs auvergnats qui en février 1254, adressèrent leurs doléances à Alphonse47 : même absence des La Roue, même présence attestée des autres ; on peut en conclure que les sires de La Roue ne sont pas comptés au nombre des « barons d’Auvergne ».

  • 48 Chartes du Forez antérieures au XIVe siècle, vol. 7, doc. n° 903, art. 44, nº 4.

28Si le sire de La Roue s’implante en Forez, au service du comte, celui-ci, à l’inverse, pousse ses avantages en Vallorgue : Bertrand reprend de lui La Roue et Montpeloux en 1311. Mais le comte forézien s’implante aussi plus au Nord-ouest, sur tout le revers auvergnat des « monts du soir » : maître de la forteresse de Cervières à partir des années 1180, il recueille, avant la fin du XIIIe siècle, les hommages des sires d’Olliergues-Maymont (vers 1290) et de Vollore (dès 1270) ; plus tard, il s’emparera de la seigneurie de Thiers (avant 1323). Est-ce hasard si, dans l’entre-deux-guerres encore, les paysans du Livradois nommaient les gens d’Olliergues, Vollore et Thiers les « fourinas » (= les foréziens)48 ?

Ce que dit l’analyse de centralité

  • 49 On rappellera que le concept de « lieu central » ressortit à une conception géographique et histori (...)

29Il convient à ce point de s’interroger sur le « poids » que peuvent représenter les différents « lieux centraux » de la haute vallée de l’Ance et des diverses possessions du lignage des La Roue ; il convient aussi de les mettre en regard des centralités exercées dans les seigneuries immédiatement voisines (Baffie et Viverols, toutes deux aux mains du lignage des Baffie) ; de comparer enfin les trois agglomérations extérieures – réparties entre les trois diocèses et trois « provinces » concernées – qui « pèsent » sur la région49.

  • 50 Saint-Anthème et La Roue proprement dite fonctionnent en « lieu central jumelé ».

30L’examen du tableau rend compte tout d’abord de la différence de niveau entre les degrés de centralité des bourgs qui structurent la seigneurie de La Roue (La Roue/Saint-Anthème50, Montpeloux, Usson, plus loin Aurec : de 2 à 4/5 critères) et la puissance attractive de deux des trois de localités de référence : Le Puy et Montbrison.

  • 51 Aujourd’hui encore, la commune de Grandrif se compose, en dehors d’un centre-bourg résiduel, de 25 (...)

31Le faible degré de centralité des bourgs de la seigneurie tient à la répartition des fonctions castrales, châtelaines et d’administration (mandements) entre La Roue, La Chaulme, Usson et Montpeloux (ce dernier lieu particulièrement faible, puisque privé de toute fonction paroissiale et de toute implantation priorale, qui valent, à l’inverse, quatre critères à La Chaulme et Usson) ; le phénomène joue de la même façon pour Baffie et Viverols et, plus loin, pour Aurec. On rappellera que la région est également marquée par la grande dispersion topographique de l’habitat en nombreux hameaux (« villages ») 51.

Localités centrales de la haute vallée de l’Ance et des dépendances de la seigneurie de La Roue dans la première moitié du XIVe siècle

Critères politico-administratifs Critères culturels et culturels Critères économiques Critère toponymique TOTAL
Montbrison 7 10 7 1 25
Ambert 3 4 2 9
Le Puy 5 22 6 1 34
Saint Anthème et La Roue 2 2 1 ? 4/5
Montpeloux 2 2
La Chaulme 2 2 4
Usson 2 2 1 ? 1 5/6
Aurec 2 2 1 5
Baffie 2 1 1 1 5
Viverols 3 2 1 6

32On comprend mieux pourquoi les La Roue sont peu attirés par Ambert – « nœud » trop faible, dans chacune des trois familles principales de critères, avec un total de 9 critères – et cultivent à l’inverse leur présence dans la capitale comtale du Forez qui, avec un imposant appareil politico-administratif et judiciaire, une offre dévotionnelle attractive et un appareil économique solide, fait office de capitale régionale (25 critères au total), que seule peut concurrencer, mais essentiellement sur le plan religieux la métropole mariale du Puy-en-Velay (les 2/3 de ses 34 critères relèvent de la sphère cultuelle-culturelle).

33Frappant est le contraste entre la faible empreinte des lieux centraux – qui servent aux La Roue de résidences montagnardes, d’appui mémoriels pour le lignage (impact paysager des forteresses de La Roue et Montpeloux) et de centres d’administration et de juridiction de leur(s) seigneurie(s) – et l’ampleur de leur zone d’action et de relations politiques, ecclésiales et économiques, ainsi que le déport de cette même zone vers L’Est et le Sud-est.

34Mais l’accumulation et l’agrégation de seigneuries voisines (La Roue/Monpeloux et Usson), plus lointaines (Aurec, Solignac, Dunières) ou carrément foraines (Vivarais), et le déport même, au service et dans la vassalité des comtes de Forez, dans l’orbite économique de Montbrison et ecclésiale du Puy, étaient probablement les conditions de la survie sociale du lignage.

35L’étude de l’agglomération des seigneuries du lignage et de l’expansion de son espace relationnel relève aussi d’un autre schéma explicatif des sciences humaines, celui des réseaux sociaux. La projection de ces réseaux sur le concret du terrain, en montre les formes de rapports différenciés avec le schéma de la centralité :

  • le réseau semble se plier aux hiérarchies de centralité lorsque, quoique soucieux de conserver leurs références lignagères traditionnelles et éponymes (La Roue, Montpeloux), les sires se plient à la domination des lieux centraux les plus attractifs (Montbrison et Le Puy plutôt qu’Ambert) ;
  • le réseau social vient conforter les effets de centralité, sous la forme de réalités monumentales (des hôtels urbains et des maisons-fortes du nom de la Roue apparaissent au Puy, à Montbrison, Aurec et Dunières) ou de liens symboliques (la réutilisation des armes des La Roue à Dunières, jusqu’à l’héraldique communale contemporaine) ; l’utilisation de la même mesure dans deux seigneuries excentrées des La Roue (mesure d’Aurec à Dunières) relève des deux types. Il conviendrait de s’interroger aussi sur la fréquence, dans des lignages voisins, en Forez, comme en Velay, des mêmes couleurs héraldiques, or et azur, qui sont celles de la Roue comme c’est le cas pour les Angérieu et les Aboën dans l’église de Luriecq52 ou pour les Aigrin.

Conclusions

  • 53 Etiane Viallard, « La haute vallée de l’Ance », Évolution de la maison dans la vallée de l’Ance, éd (...)

36Le 4 novembre 1317, les commissaires désignés par les deux parties – à Raymond de Solignac, prieur de La Chaulme et frère de Bertrand de La Roue-Solignac, mort au cours de la procédure, a aussitôt succédé le doyen de la collégiale Notre-Dame de Montbrison ; le comte est représenté par le juge de Forez lui-même – finalisent l’accord entre leurs maîtres respectifs : après que les commissaires ou leurs aides ont consciencieusement arpenté – tout dans la procédure le laisse croire – les 27 km de tracé de la « frontière », les 194 bornes sont fixées et numérotées, en deux séries. Les bornes ont aujourd’hui disparu53 et il ne reste aujourd’hui de cette entreprise que ce document juridique, qui, si l’on ne s’attachait qu’à lui, risquerait de donner une image erronée de structures spatiales figées, et de survaloriser la signification des « barrières », limites et frontières.

37Au-delà d’une analyse sur les emboîtements d’échelles, sur les degrés relatifs de centralité des localités qui desservent et structurent cet espace et sur les transgressions de frontières (diocésaines et provinciales) et de limites (linguistiques), l’exemple des sires de La Roue-Solignac montre, sur plusieurs siècles (XIIe-XIVsiècles), comment les jeux de flux économiques et financiers (marchés et mesures, crédit local) et de réseaux (féodaux ; matrimoniaux ; ecclésiaux avec les abbayes, prieurés et cures qui en dépendent ; symboliques, avec la reprise – jusqu’à nos jours – de l’écu fascé d’or et d’azur) recomposent les lignes de force des structures spatiales : loin de s’enfermer dans leur nid d’aigle de La Roue, les sires ont su étendre leur regard jusqu’au Velay voisin, jusqu’à la riche et active plaine du Forez, jusqu’aux routes ouvrant vers la vallée rhodanienne ; très tôt, ils ajoutent à leur vieille forteresse éponyme de La Roue des résidences urbaines dans les villes du Puy et de Montbrison et au bourg d’Aurec ; ils ont choisi le service des comtes foréziens, plus riches, mieux organisés et plus ambitieux que leurs homologues auvergnats. C’est dire que l’accord de délimitation de 1317 – par ailleurs remarquable par sa méthode et sa précision – est finalement plus indicateur de la force des liens depuis longtemps établis entre les voisins que témoin d’une volonté d’isolement hautain.

38Mais on notera aussi que si les cadets et les filles des sires de La Roue sont non seulement présents dans des établissements auvergnats (prieurés voisins comme La Chaulme ou abbaye des Chazes), mais surtout en force au chapitre cathédral du Puy, on ne les rencontre jamais dans les institutions ecclésiales proprement lyonnaises (chapitre cathédral de Lyon, abbayes de Saint-Just et d’Ainay). Ainsi se manifeste une barrière mentale, peut-être à la fois sociale, spatiale et, pourquoi pas, politique : jusqu’au début du XIVe siècle, Lyon – contrairement au Forez – est encore terre d’Empire.

  • 54 Aujourd’hui l’équipement se réduit à trois routes carrossables et quelques pistes organisées de cyc (...)

39L’exemple contribue également à tordre le cou à la vieille légende historiographique (et politicienne) des « enclavements montagnards » : le procès-verbal de 1317 montre les vingt premiers kilomètres du tracé, correspondant à la zone la plus montagneuse (altitudes supérieures à 1100 m.), traversés par une vingtaine de routes et chemins (iter, éventuellement qualifié, selon le cas, publicus, vetus, novus ; trivium, quadrivium…) et de nombreux sentiers (viola, viala), tous unissant la vallée de l’Anse à la dépression forézienne54. À plus vaste échelle, l’exemple choisi ici montre la capacité contraire (par nécessité) des régions de montagne à projeter – au Moyen Âge et au moins jusqu’au XVIIIe siècle – leurs réseaux (dans le cas des sires de La Roue, l’image du « filet » s’impose) très au large…

40Le château de Montpeloux a disparu, remplacé, après un siècle d’exploitation de gravière, par un petit lac artificiel, aménagé en lieu de concerts et des conférences de plein air. Le château de La Roue attend désespérément sa remise en état et en valeur. Saint-Anthème, qui comptait plus de 3000 habitants au recensement de 1882, n’en compte plus qu’un peu plus de 700.

  • 55 Elle groupait (jusqu’à la réforme de 2015), autour de Saillant (la commune qui abrite le site de l’ (...)

41Sic transit… Mais la forte attirance de la région de la haute vallée de l’Ance, autour de Saint-Anthème, pour le Forez est encore vivace de nos jours : le site internet de feue la « Communauté de communes de la vallée de l’Ance55 » affiche Montbrison comme « ville la plus proche » et non point Ambert, dont elle dépend administrativement et qui est équidistante !

Annexes

Fig. 1. Panneau d’information touristique de la « Croix-du-Pialoux », à la limite des communes de Valcivières, Baffie et Saint-Anthème (Puy-de-Dôme), à 1385 m d’altitude. Réalisation : Cliché Marie Saudan.

Fig. 1. Panneau d’information touristique de la « Croix-du-Pialoux », à la limite des communes de Valcivières, Baffie et Saint-Anthème (Puy-de-Dôme), à 1385 m d’altitude. Réalisation : Cliché Marie Saudan.

Fig. 2. Borne (XVIsiècle ?) de la Croix-du-Pialoux. Réalisation : Cliché Marie Saudan.

Fig. 2. Borne (XVIe siècle ?) de la Croix-du-Pialoux. Réalisation : Cliché Marie Saudan.

Notes

1 La présente contribution reprend une thématique déjà explorée il y a plus de trente ans par Éliane Viallard, « La haute vallée de l’Ance : Forez ou Auvergne ? Relations entre le comte de Forez et le seigneur de La Roue-Montpeloux (XIIIe-XVe siècle) », Actes du 98e Congrès national des Sociétés savantes (Saint-Étienne, 1973), section d’Histoire et de Philologie jusqu’en 1614 (Paris : Bibliothèque nationale, 1975), vol. 2, pp. 119-144, et dans Éliane Viallard, Les comtes de Forez et la frontière auvergnate de leur comté (1173-1372) (Paris : École des Chartes [Thèse de doctorat], 1963). Le propos de notre devancière, qui a, après Louis-Pierre Gras « Documents historiques : limites du Forez et de l’Auvergne », Revue forézienne, 2 (1868), pp. 249-267, donné une édition améliorée du texte original et une identification très précise des bornes mises en place et des méthodes employées par les commissaires, envisageait la question dans un cadre spatial plus local que ce que nous livrons présentement et dans une perspective historienne plus classique. Notre propos – qui voudrait être celui d’un « géographe médiéviste » – s’inscrit dans la double perspective d’une aide scientifique à la mise en valeur patrimoniale du site féodal de La Roue et de la vallée de l’Ance et de l’application à cette région d’un programme de recherche (« Usages et représentations de l’espaces. Approches historiques et archéologiques ») conduit par le Centre de Recherche « Espaces et Cultures » de l’Université Clermont Auvergne.

2 Commune de Saint-Anthème (Puy-de-Dôme, arrondissement et canton d’Ambert).

3 Entre les seigneuries de la Roue et Montpeloux (commune de Saillant, Puy-de-Dôme, arrondissement et canton d’Ambert) d’un côté, celles de Châtelneuf, Ecotay, Lavieu (Loire, arrondissement de Montbrison, cantons de Boën et Montbrison) et autres, appartenant au comte de Forez, de l’autre : Archives nationales, P 1400ter, n° 989 (1312) et P 1401, n° 1098 (1317). Jean-Marie De La Mure, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez (Paris : Potier, 1860), vol. 1, p. 350 ; Jean-Louis Alphonse Huillard-Breholles, Titres de la maison ducale de Bourbon (Paris : E. Plon, 1882), vol. 1, p. 215, doc. n° 1465, qui signalait déjà : « cette pièce très détaillée est d’importance pour la topographie locale ».

4 Loire, chef-lieu d’arrondissement (et chef-lieu du département de 1801 à 1856).

5 En 1432, Saint-Romain de Valenchères est dit « de mandamento Montispilosi en Valorgues » (Archives départementales de la Loire, B 1897, f° 29).

6 Haute-Loire, Yssingeaux, chef-lieu de canton.

7 La Chaulme, Saint-Clément-de-Vallorgue, Saint-Romain, Eglisolles et Saillant : Puy-de-Dôme, arrondissement et canton d’Ambert ; Usson-en-Forez : Loire, arrondissement de Montbrison et canton de Saint-Just-Saint-Rambert.

8 Dans le cas du Chalard, le château du XVIe siècle est adossé à une ancienne motte féodale.

9 Cartulaire de Brioude, éd. par Henri Doniol (Clermont-Ferrand : Thibaud, 1863), pp. 253-254, doc. n° 242.

10 Cartulaire de Savigny, éd. par Auguste Bernard (Paris : Imprimerie nationale, 1853), vol. 1, pp. 214-215 (doc. n° 374), p. 229 (doc. nº 426, note 4), pp. 475-477 (doc. nº 901).

11 Commune de Saillant.

12 Généalogie communiquée à Hector Granet par Michel Maisonneuve, avoué à Ambert, acquéreur avant 1857 du château de La Roue.

13 Hector Granet, notes manuscrites, 1875, p. 52 (collection particulière).

14 Pierre Gardette, Géographie linguistique du Forez (Mâcon : Imprimerie Protat frères, 1941), p. 268.

15 Bard et Ecotay-l’Olme : Loire, arrondisement et canton de Montbrison ; Champdieu : Loire, arrondissement de Montbrison, canton de Boën-sur-Lignon.

16 Archives départementales de la Loire, B 1850 : Testament de « dame Sibille, veuve de messire Armand, seigneur de La Roue » (v. 1287).

17 Louis Douet d’Arcq, Collection de sceaux (Paris : H. Plon, 1867), vol. 2, p. 540, doc. n° 6824.

18 Les Chazes : commune de Saint-Julien des Chazes, Haute-Loire, arrondisement de Brioude, canton de Langeac ; L’Hôpital : commune de Saint-Laurent-Rochefort, Loire, arrondissement de Montbrison, canton de Boën-sur-Lignon

19 Solignac-sur-Loire : Haute-Loire, Le Puy, canton Velay volcanique (Cussac-sur-Loire) ; Saint-Agrève : Ardèche, arrondissement Tournon, canton Le Cheylard. Adrien Lascombe, Répertoire des hommages de l’évêché du Puy, 1154-1741 (Le Puy : Bérard-Rousset, 1882).

20 Il fait, au château, composition avec les habitants de plusieurs mas du mandement de la Roue au sujet de la banalité du moulin de Tronel : Hector Granet, Description historique et pittoresque du bassin de l’Ance, 1909 (manuscrit, collection particulière), p. 25, citant un Inventaire des titres et documents de la baronnie de la Roue fait en 1510 par Jean de la Roue, pronotaire et prieur de Saint-Anthème (« document qui se trouvait en 1868 aux mains de M. de Sartiges d’Angles à Clermont-Ferrand »).

21 Ardèche, arrondissement Tournon, canton Le Cheylard.

22 Aurec-sur-Loire : Haute-Loire, Yssingeaux, chef-lieu de canton. Nobiliaire du Velay et de l’ancien diocèse du Puy, éd. Gaston de Jourda de Vaux (Le Puy – Lyon : Imprimerie Peyriller – Librairie Ancienne et Moderne Badiou - Amant, 1924), vol. 6, p. 94.

23 L’abbaye de San Michele de la Chiusa (Sacra di San Michele : Italie, Piémont, Turin), fondation d’un Montboissier, un auvergnat, à la fin du Xe siècle, possédait également des prieurés à Sauviat (Puy-de-Dôme, arrondissement Thiers, canton Courpières) et à Arlanc (Puy-de-Dôme, arrondisement et canton d’Ambert), dans la vallée de la Dore On voit là se dessiner un itinéraire cluséen, de la vallée du Rhône au cœur de l’Auvergne (Gondole, non loin de Clermont) et jusqu’en Limousin et Bourbonnais.

24 Dunières : Haute-Loire, Yssingeaux, Boutières.

25 Archives Départementales de la Loire, Fonds Chaleyer, n° 644, pièce 11.

26 L’appellation « Dunières-La Roue » apparaît sous en 1506 chez le chroniqueur ponot Etienne Médici, Chroniques d’Etienne Médici, éd. Augustin Chassaing (Le Puy-en-Velay : Imprimerie de M. P. Marchessou, 1869), vol. 1, p. 90.

27 Huillard-Breholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, vol. 1, p. 161, doc n° 3186 : Armand les abandonne à l’université des clercs du Puy pour solder les arriérés des donations testamentaires faites par ses prédécesseurs. Le texte évoque les mortalités intervenues naguère, le manque de locataires et la chèreté ; les deux hôtels sont en ruine.

28 De même l’abbaye lyonnaise d’Ainay à Estivareilles (Loire, arrondissement Montbrison, canton Saint-Just-Saint-Rambert), du diocèse du Puy, féodalement en Forez, mais non loin de la frontière d’Auvergne.

29 Dès 1146. Dom Cottineau, Répertoire topo-bibliographique des abbayes et prieurés (Mâcon : Protat frères, 1935). Savigneux : Loire, arrondisement et canton de Montbrison.

30 Aveizieux : Loire, arrondissement Montbrison, canton Andrézieux-Bouthéon ; Saint-Médard et Saint-Denis : Loire, arrondissement Montbrison, canton Feurs.

31 Depuis 1062 (Cottineau, Répertoire topo-bibliographique des abbayes et prieurés). Gumières : Loire, arrondisement et canton de Montbrison.

32 Prieuré Saint-Barthélemy de Ris (Puy-de-Dôme, arrondissement Thiers, canton Maringues), fondé par Amblard de Thiers, archevêque de Lyon.

33 Nobiliaire du Velay, vol. 6, pp. 93. Saint-Sauveur = Saint-Sauveur-la-Sagne, prieuré (Puy-de-Dôme, arrondisement et canton d’Ambert), ou Saint-Sauveur-en-Rue (Loire, arrondissement Saint-Etienne, commune Pélussin) aux limites du diocèse du Puy ?

34 Huillard-Breholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, vol. 1, p. 24-25, doc. n° 104.

35 De La Mure, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, vol. 1, p. 341.

36 Inventaire des titres du comté de Forez fait en 1532 par Jacques Luillier, éd. par Auguste Chaverondier (Roanne : Sauzon, 1860), vol. 2, n° 55.

37 Archives Départementales de la Loire, B 1903. Pierre de Quier, nuntius des lombards de Montbrison, est mentionné en 1324. Bonet de Quier apparaît à plusieurs autres reprises au cours des années 1325-1326 en Forez méridional.

38 Jean Raymond apparaît à plusieurs reprises comme prêteur dans des actes touchant la châtellenie forézienne de Saint-Galmier dans les années 1325-6 ; Archives Départementales de la Loire, B 1904.

39 Pierre de Rochefort, bailli de Forez ; Jean Maréchal, damoiseau et châtelain de Montbrison.

40 Maître Gérard de Rumanies, jurisperit ; Maître Pierre Chauve, professeur en loi.

41 Archives Départementales de la Loire, B 1902.

42 Chartes du Forez antérieures au XIVe siècle, éd. par Georges Guichard (Mâcon – Lyon - Paris : Protat – Audin - Klincksieck, 1942), vol. 8, pp. 1-72, doc n° 906 (Archives Départementales de la Loire, B 1850, f° 51 r°-56 r°) (le document est pourtant incomplet !).

43 Chartes du Forez antérieures au XIVe siècle, vol. 8, pp. 1-72, doc. n° 906.

44 Chartes du Forez antérieures au XIVe siècle, vol. 8, pp. 1-96, doc. n° 907. 

45 Huillard-Breholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, vol. 1, p. 262, doc. n° 1518.

46 Huillard-Breholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, vol. 1, pp. 238-239, doc. n° 1382 : Bertrand, sire de La Roa.

47 Augustin Chassaing, Spicilegium Brivatense, Receuil de documents historiques relatifs au Brivadois et à l’Auvergne (Paris : Imprimerie nationale, 1886), pp. 43-71, doc. n° 30 (v. 1250-1263) ; Etienne Baluze, Histoire généalogique de la maison d’Auvergne (Paris : Antoine Dezallier, 1708), vol. 2, pp. 109-110 (1254).

48 Chartes du Forez antérieures au XIVe siècle, vol. 7, doc. n° 903, art. 44, nº 4.

49 On rappellera que le concept de « lieu central » ressortit à une conception géographique et historique de l’espace qui insiste sur son inhomogénéité (faisant ainsi ressortir des « nœuds » accumulant les critères de centralité) et sa labilité diachronique (croissance, stagnation, décroissance, apparition ou disparition, déplacement de « lieux centraux ») dans le temps long.

La centralité d’un lieu exprime sa capacité à offrir des services collectifs à toute le population d’un espace donné, comprenant des habitats dispersés (mas et fermes, hameaux ou « villages, maison-fortes…) ou des localités agglomérées à plus faible degré de centralité –bourgs, petites villes…) : en ce sens forment chacun un premier degré de centralité l’offre de l’office dominical, du lieu de baptême et de sépulture par une église paroissiale, la protection offerte aux populations du pays par les murailles d’un château ou d’un bourg, l’existence d’un simple marché hebdomadaire ou d’une table de change, d’un banc de prêt… Sur le présent tableau, les critères ont été totalisés en critères de nature politiques et administratifs (et judiciaires), de nature cultuelle et culturelle, de nature économique, enfin de type toponymique (exprimant, dans la perception des contemporains, la conscience d’un lien spatial privilégié entre une point λ de l’espace et une localité centrale servant de référent : « λ-lès-Y, λ-devant-Y, λ-sous-Y », ou « Y » est souvent un lieu castral, éventuellement un chef-lieu d’archiprêtré ou une localité accueillant une communauté monastique ou canoniale). La totalisation de la dernière colonne ne doit être conçue que comme un indicateur d’ordres de grandeur. On trouvera de plus amples explications sur le système conceptuel, sa genèse, ses méthodes et ses applications dans : Jean-Luc Fray, Villes et bourgs de Lorraine, réseaux urbains et centralité au Moyen Age (Clermont-Ferrand : Presses universitaires Blaise Pascal, 2006).

50 Saint-Anthème et La Roue proprement dite fonctionnent en « lieu central jumelé ».

51 Aujourd’hui encore, la commune de Grandrif se compose, en dehors d’un centre-bourg résiduel, de 25 hameaux, pour une population communale de 177 habitants en 2014 (1581 en 1841) et une superficie de 22 km² ; Saint-Anthème (711 habitants en 2014 ; 3452 en 1861, pour 70 km²) connaît une dispersion encore plus marquée.

52 L’église Saint-Irénée de Luriecq (Loire, arrondisement et canton de Montbrison) présente les armes de familles de petite noblesse Angérieu (originaires de la région de Saint-Galmier) et Aboën (Loire, arrondissement Montbrison, canton Saint-Just-Saint-Rambert), portant or et azur (un échiqueté de 4 pour les Angérieu ; un contre-fascé de 6 pour les Aboën). Les armes des Angérieu sont également présentes à Rozier-Côte-d’Aurec (canton de Saint-Just-Saint-Rambert). Aurec, Rosiers et Aboën sont lieux voisins. Les Aigrin portent d’azur au chef d’or. La combinaison or / azur se rencontre également en Auvergne dans les armes des Dauphins d’Auvergne, seigneurs de Montferrand.

53 Etiane Viallard, « La haute vallée de l’Ance », Évolution de la maison dans la vallée de l’Ance, éd. par Francis Gonthier (Caluire : F. Gonthier, 1982), p. 122. En revanche, quatre au moins des bornes posées en 1518 à la suite de l’accord du 1er septembre entre la dame douairière d’Ambert, Anthonie de Polignac et les seigneurs de Baffie (Puy-de-Dôme, arrondisement et canton d’Ambert) et Viverols ont subsisté ; ces bornes délimitaient les pâtures d’estives – et les limites de perceptions des droits seigneuriaux afférents – sur les hautes chaumes formant la limite des paroisses de Valcivières et Saint-Martin-des-Olmes, Grandrif et Saint-Anthème (ces quatre communes : canton d’Ambert), en particulier à la « Croix du Pialoux » (altitude 1385 m), où l’une d’entre elle bénéficie d’une mise en valeur touristique.

54 Aujourd’hui l’équipement se réduit à trois routes carrossables et quelques pistes organisées de cyclotourisme ou de randonnée pédestre.

55 Elle groupait (jusqu’à la réforme de 2015), autour de Saillant (la commune qui abrite le site de l’ancien château de Montpeloux), sur un critère de « paysage naturel » lié à la Vallorgue et au cours de l’Ance, quatre communes de l’ancien canton de Saint-Anthème et six de l’ancien canton de Viverols, soit, à peu de choses près les anciens mandements de La Roue, Montpeloux et Viverols. Désormais, la fusion de toutes communautés de commune au sein de la nouvelle Communauté de communes « Ambert-Livradois-Forez » réoriente le dispositif vers l’Ouest, au moins sur le plan administratif.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Panneau d’information touristique de la « Croix-du-Pialoux », à la limite des communes de Valcivières, Baffie et Saint-Anthème (Puy-de-Dôme), à 1385 m d’altitude. Réalisation : Cliché Marie Saudan.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/16897/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Titre Fig. 2. Borne (XVIsiècle ?) de la Croix-du-Pialoux. Réalisation : Cliché Marie Saudan.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/16897/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 496k

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site