Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ériger et borner diocèses et principautés au Moyen Âge

 | 
Nacima Baron
, 
Stéphane Boissellier
, 
François Clément
, 
et al.

I – Frontières politico-administratives (diocèses, « principautés » seigneuriales)

Limites et discontinuités à Byzance : le cas des territoires épiscopaux

Benjamin Moulet

Texte intégral

  • 1 Benoît Cursente et Mireille Mousnier (dirs.), Les territoires du médiéviste (Rennes : Presses unive (...)
  • 2 Alan Baker, Geography and History Briding the Divide (Cambridge, Angl. : Cambridge University Press (...)

1L’étude des territoires est à la mode depuis les années 1980 chez les géographes et plus récemment chez les historiens, en particulier médiévistes1. L’approche spatiale des phénomènes historiques est devenue une composante fondamentale de nombreux travaux d’Histoire, et cela n’est sans doute pas qu’un effet de mode, mais le signe révélateur d’une prise de conscience plus nette que les sociétés humaines s’inscrivent dans un espace qu’ils transforment et qui les transforme2.

  • 3 Guy Di Méo, L’Homme, la Société, l’Espace (Paris : Anthropos, 1991).
  • 4 Philippe Tizon, « Qu’est-ce que le territoire ? », Les territoires du quotidien, éd. par Guy Di Méo (...)
  • 5 Jacques Scheibling, Qu’est-ce que la géographie ? (Paris : Hachette, 1994), pp. 145-146.
  • 6 Joël Bonnemaison, « Voyage autour du territoire », L’Espace géographique (1981), pp. 249-262 (p. 25 (...)
  • 7 Anne Mailloux, « Le territoire dans les sources médiévales : perception, culture et expérience de l (...)

2Construction sociale3, le territoire voit émerger des rapports socio-spatiaux au sein d’un espace qui tend à se rapprocher du territoire des institutions4. Considéré aujourd’hui comme un espace clos, le territoire se définit toujours par référence à une autorité et un pouvoir qui l’organisent et le dominent5. Ainsi s’établit, selon les mots de Joël Bonnemaison, une « relation culturelle vécue entre un groupe humain et une trame de lieux hiérarchisés et interdépendants, dont la figure au sol constitue un système spatial, autrement dit un territoire »6, où s’inscrivent une pratique et une mémoire individuelles et collectives7.

  • 8 Sur ces points, voir : Jean-Michel Poisson (dir.), Castrum 4. Frontière et peuplement dans le monde (...)
  • 9 Armand Frémont, La région, espace vécu (Paris : Flammarion, 1999).
  • 10 « Espace perçu », Les mots de la géographie, dictionnaire critique, éd. par Roger Brunet, Robert Fe (...)
  • 11 Di Méo, L’Homme, la Société, l’Espace, p. 123.
  • 12 « Espace vécu », Les mots de la géographie, dictionnaire critique, éd. par Roger Brunet, Robert Fer (...)

3Pour définir un territoire, il faut lui attribuer des limites – c’est-à-dire des éléments définissant clairement une circonscription distincte de sa voisine – ou plutôt des frontières, qui déterminent un espace plus flou au contenu socio-économique et culturel séparant deux espaces dont les communautés, de part et d’autre, tentent de s’approprier les intérêts. Cette définition de la frontière s’applique particulièrement bien au monde médiéval où la notion de frontière linéaire moderne est totalement absente. Comme on peut le constater en bien des régions autour de la Méditerranée, les frontières apparaissent d’abord comme des zones perméables de contact aux limites floues et instables8. Ici, les notions d’espace perçu et d’espace vécu, développées en particulier par Armand Frémont dans son étude des régions françaises9, sont essentielles pour tenter d’approcher les réalités socio-spatiales des sociétés. L’espace perçu se définit par l’espace géographique tel que le voit et se le représente une personne ou un groupe, ce qui suppose une déformation par rapport au réel10. L’espace vécu, aire des pratiques spatiales de l’individu ou de la communauté11, doit être décliné en plusieurs points. Il faut en effet distinguer l’espace de vie, espace du quotidien, l’espace vécu recréé selon les perceptions de chacun, et l’espace des représentations qui renvoie à une idéologie immédiate et présente, distinguant ainsi les espaces entre eux12.

  • 13 Ce travail a depuis été publié : Benjamin Moulet, Évêques, pouvoir et société à Byzance (VIIIe-XIe (...)

4Dans le cadre de notre thèse de doctorat consacrée aux évêchés et évêques dans l’Empire byzantin aux VIIIe- XIe siècles, nous avons tenté d’appliquer ces quelques définitions et éléments de réflexion aux territoires épiscopaux, c’est-à-dire les espaces placés sous autorité épiscopale13. Au-delà de décalages évidents entre des concepts modernes et des réalités anciennes bien différentes, un certain nombre de difficultés d’ordre historique comme méthodologique se sont posées, en particulier la question des sources qui, rares, ne permettent pas toujours d’approcher aussi finement qu’on le souhaiterait les communautés provinciales de l’Empire.

  • 14 Michel Foucher, L’invention des frontières (Paris : Fondation pour les Études de Défense Nationale, (...)
  • 15 Michel Foucher, Fronts et frontières. Un tour du monde géopolitique (Paris : Fayard, 1991), pp. 38- (...)

5De même, comme on l’a souligné en distinguant la limite de la frontière, l’appréhension du territoire épiscopal et de ses frontières ne peut se faire que par une approche zonale et non linéaire de l’espace. Les frontières sont bien des organismes vivants et en évolution14 dont les dynamiques permettent l’étude de l’identité des communautés qui vivent de part et d’autre de ces frontières. La difficulté de l’approche spatiale du territoire épiscopal tient à la fluctuation des diocèses comme à l’absence de précision dans les sources pour définir l’espace. Dès lors, les frontières, tant objets de l’organisation de l’espace qu’objets construits par des valeurs culturelles, relèvent du réel, de l’imaginaire et du symbolique15.

6Par rapport au thème envisagé pour cette journée d’études – les espaces interstitiels et les territoires éclatés – il nous faut apporter quelques précisions. L’Empire byzantin n’est en aucun cas un « tout éclaté », bien au contraire, du moins dans sa majeure partie. S’il existe des zones et des pôles excentrés dans l’Empire, celui-ci reste gouverné par une seule et même autorité civile et militaire d’une part – celle de l’empereur, relayé par les fonctionnaires et les militaires partout dans les provinces – et ecclésiastique – celle du patriarche, qui délègue son autorité aux métropolites, archevêques et évêques.

  • 16 Voir : Laurent Carroué, Paul Claval, Guy Di Méo, Alain Miossec, Jean-Pierre Renard, Laurent Simon, (...)

7Ce tout qu’est l’Empire – et donc les continuités territoriales et administratives qui le caractérisent – n’empêche pas l’existence de discontinuités dans le territoire impérial, c’est-à-dire de ruptures nettes et brutales de l’espace et des sociétés dans l’espace16. Ces discontinuités sont imposées par le relief ou l’hydrographie, mais aussi par la coexistence de différentes communautés, tant à l’intérieur de l’Empire que dans les zones frontières.

8Dans quelle mesure les sources nous permettent-elles de réfléchir à la définition des frontières des territoires épiscopaux dans l’Empire byzantin ? Nous préférons utiliser la notion de territoires épiscopaux plutôt que de diocèses : il s’agit pour nous d’insister sur la notion d’autorité qui structure cet espace aux contours mal définis – ou du moins mal connus – plutôt que d’imaginer des circonscriptions clairement établies.

Évolution, attribution, appropriation des territoires épiscopaux

9Il nous faut revenir rapidement sur l’histoire des frontières de ces territoires épiscopaux. En Orient comme en Occident, les canons des conciles des premiers siècles ont fixé la hiérarchie ecclésiastique et vraisemblablement les frontières qui distinguaient les évêchés les uns des autres. Quand le christianisme devint légal au IVe siècle, les Églises locales se sont structurées selon le principe d’accommodement : évêchés et cités tendaient à correspondre, voire à se confondre, particulièrement en Orient où le maillage urbain était plus important qu’en Occident.

  • 17 Florian Mazel, « Introduction », L’espace du diocèse. Genèse d’un territoire dans l’Occident médiév (...)
  • 18 Mazel, « Introduction », p. 15.

10Une distinction s’impose : la pérennité de l’Empire en Orient a permis à l’Église de maintenir durablement ses structures et ses territoires ; en Occident, beaucoup de diocèses sont hérités de l’Antiquité, ce qui a entre autres « nourri dans la tradition historiographique une certaine illusion administrative et territoriale au sujet du diocèse médiéval »17. L’heure est désormais à déconstruire les frontières des évêchés héritées de l’Antiquité et à « relativiser, voire à rejeter, l’idée d’une continuité avec les temps tardo-antiques » des frontières et territoires diocésains18. Ainsi, l’héritage de l’Antiquité est important, mais les maillages des territoires épiscopaux ont plus évolué qu’on l’a longtemps écrit et pensé.

  • 19 Comme nous pensons l’avoir montré pour les VIIIe-XIe siècles (Moulet, Évêques, pouvoir et société à (...)
  • 20 Conciliorum oecumenicorum generaliumque decreta. Editio Critica, I, The Oecumenical Councils From N (...)
  • 21 Conciliorum oecumenicorum generaliumque decreta, p. 256.
  • 22 Paul Krüger, Corpus Iuris Civilis. Volumen Secundum : Codex Iustinianus, I, 3, 35 (Berlin : Weidman (...)

11En Orient, la situation est quelque peu différente. Si le maillage ecclésiastique tend à se renforcer et à se développer avec les siècles19, les frontières internes de l’Église ont moins évolué qu’en Occident. Dès le Ve siècle, le canon 17 du concile de Chalcédoine (451) prescrit que toute cité nouvellement fondée sera également évêché20, règle reprise à la fin du VIIe siècle dans le canon 38 du concile in Trullo tenu à Constantinople21. Ces dispositions ecclésiastiques sont complétées par des lois civiles. Une disposition de l’empereur Zénon (474-491), reprise dans le Code de Justinien au VIe siècle, prévoit que toute cité, ancienne ou nouvelle, doit avoir un évêque22. Il y a donc correspondance entre villes et évêchés ; mais ces dispositions ne disent rien des territoires placés sous autorité épiscopale, et donc de leurs éventuelles frontières. Selon le principe d’accommodement, le territoire d’un évêché est donc celui d’une cité et de son hinterland, qui lui est économiquement et socialement lié et dépendant.

  • 23 Conciliorum oecumenicorum generaliumque decreta, pp. 21-22. La fréquence de réunion – deux fois par (...)
  • 24 Sur ces points, grossièrement résumés ici, voir : Paul Maraval, « Constantinople, l’Illyricum et l’ (...)

12À mesure que se met en place la hiérarchie de l’Église byzantine, les circonscriptions se multiplient. Le premier concile de Nicée (325) précise ainsi, dans ses canons 4 et 5, que les évêques d’une éparchie doivent se réunir auprès de l’évêque métropolitain, c’est-à-dire le titulaire du siège de l’évêché principal de la province23. Le maillage ecclésiastique tend ainsi à se complexifier, tout en respectant généralement le double découpage hérité de l’Empire romain, celui des cités et celui des provinces civiles issues de la réforme de Dioclétien (284-305), parallélisme qui tend à se maintenir dans les siècles suivants24.

  • 25 Voir par exemple la carte établie par : Sylvain Destephen, Prosopographie du diocèse d’Asie (325-64 (...)

13Ainsi, les territoires épiscopaux se multiplient dans l’Empire ; une structure hiérarchisée des territoires se met en place, sans que les frontières de ceux-ci ne soient mieux connues des historiens. Si l’on s’accorde généralement à faire coïncider les frontières des éparchies avec celles des anciennes provinces romaines25, les frontières des évêchés restent floues.

  • 26 Gilbert Dagron, « Le christianisme byzantin du VIIe au milieu du XIe siècle », Histoire du christia (...)

14Aux VIe-VIIe siècles, l’Empire byzantin voit ses frontières évoluer. Avec les conquêtes arabo-musulmanes, l’Empire perd quelques-unes de ses plus riches provinces et se resserre autour de l’Illyricum et de l’Asie Mineure, sans néanmoins que les divisions ecclésiastiques ne soient profondément modifiées. Alors que se mettent progressivement en place les thèmes, circonscriptions civiles et militaires remplaçant les anciennes provinces romaines, l’Église maintient ses cadres et ses territoires sans s’adapter aux changements de l’administration de l’Empire26.

  • 27 Moulet, Évêques, pouvoir et société à Byzance, pp. 66-67 et 95-96.

15On constate en revanche un phénomène inverse dans les siècles suivants : l’adaptation de l’Église aux changements territoriaux de l’administration civile et militaire byzantine. Ainsi, aux VIIIe- IXe siècles, Amorion (Phrygie) est promue métropole en même temps que capitale du thème des Anatoliques ; au nord-est de l’Asie Mineure, la transformation du duché de Chaldie est contemporaine de la réorganisation ecclésiastique de la région : Phasis n’est plus la métropole régionale, remplacée par Trébizonde, alors promue à ce rang27.

  • 28 Michel Lauwers, « ‘Territorium non facere diocesim’… Conflits, limites et représentation territoria (...)
  • 29 Denise Papachryssanthou, « Histoire d’un évêché byzantin : Hiérissos en Chalcidique », Travaux et M (...)

16Si l’on constate donc des adaptations et des changements dans les territoires ecclésiastiques, on ne connaît guère mieux les frontières des évêchés. Michel Lauwers a noté, pour l’Occident, que l’on connaît les limites d’un diocèse essentiellement lors de conflits, qui sont aussi souvent l’occasion de borner plus distinctement le territoire d’un évêché28. On fait le même constat pour l’Empire byzantin, avec cette différence fondamentale que le manque de sources ne permet d’envisager ce point que pour un nombre très limité de régions dans l’Empire ; c’est par exemple le cas bien connu de l’évêché de Hiérissos, au pied du Mont Athos29.

  • 30 C’est le cas par exemple en Thrace (voir ci-dessous).
  • 31 Le constat en a été fait dans l’éparchie d’Asie, autour de la métropole d’Éphèse : Pascal Culerrier (...)

17Ces divers points soulèvent la question de la définition des territoires épiscopaux et de leur appropriation. En effet, il est reconnu à l’empereur le droit de créer ou de promouvoir des évêchés et des métropoles selon le principe ancien d’accommodement. Même si les cités telles qu’elles existaient dans l’Antiquité tardive tendent à disparaître au VIIe siècle, les créations d’évêchés dans les kastra (villes fortifiées devenues le type d’espace urbain le plus répandu aux VIIIe-IXe siècles)30, voire dans de simples bourgades31, ne manquent pas.

  • 32 C’est le cas dans les années 720-730 quand l’empereur Léon III fait entrer dans l’orbite du patriar (...)
  • 33 Toujours sous le règne de Léon III, l’empereur décide de promouvoir le siège épiscopal de Rhizaion, (...)
  • 34 Jean Darrouzès, Notitiae Episcopatuum Ecclesiae Constantinopolitanae. Texte critique, introduction (...)

18Les variations de la hiérarchie ecclésiastique – et donc des territoires épiscopaux – tiennent en partie à la volonté du pouvoir impérial et patriarcal de mieux contrôler le territoire de l’Empire. Cela peut prendre la forme d’un élargissement des frontières ecclésiastiques de l’Empire32, de la promotion de certains sièges à un statut plus élevé33, ou encore simplement de la création de sièges, comme en témoignent les notices épiscopales, listes des sièges épiscopaux de l’Empire34.

  • 35 Timothée, 3 :1-15 ; Tite, 1 :5-9.

19Si l’empereur a le droit de créer des évêchés, le contrôle du territoire épiscopal revient en premier lieu à l’évêque titulaire du siège. L’évêque a en effet pleinement autorité sur l’intégralité du territoire de son diocèse, comme le lui garantissent notamment les canons qui définissent les fonctions épiscopales, inspirées des épîtres de Paul35. Les implications spatiales de ces fonctions sont nombreuses, tant le rôle de l’évêque est inscrit dans la vie quotidienne de sa communauté.

Des points plutôt que des lignes

  • 36 Benjamin Moulet, « Paysage urbain et autorité épiscopale dans les villes provinciales de l’empire m (...)

20Le territoire épiscopal se décline en deux types d’espaces : la cité, pôle principal de l’évêché dans lequel les autorités ecclésiastiques impriment leur marque36 ; les campagnes alentour, dont l’Église tire une part essentielle de ses revenus. Le territoire épiscopal recouvre donc une double réalité – plus ou moins urbaine et majoritairement rurale – que l’évêque doit parcourir lors de ses visites pastorales. Cependant, on connaît mal les limites de ce territoire : les sources conservées s’intéressent plus aux cités épiscopales qu’aux territoires ruraux qui les encadrent.

21Parmi ces sources figurent les notices épiscopales, qui listent tous les sièges épiscopaux de l’Empire. Si Jean Darrouzès, qui avait étudié brillamment ces sources, ne s’était pas risqué à en tirer des cartes, nous avons de notre côté tenté de le faire, transposant ainsi l’intégralité des listes épiscopales des VIIIe-XIe siècles.

22Il faut dire quelques mots sur ces sources. Lorsqu’elle est complète, une notice épiscopale énumère tous les sièges de l’Empire selon leur répartition hiérarchique en trois listes : les métropoles, les archevêchés autocéphales et les évêchés suffragants de chaque métropole regroupés par éparchie. L’ensemble est parfois précédé de la liste des patriarcats. Ces textes prennent la forme de listes en colonnes, ce qui a pu entraîner diverses erreurs de copie pour les scribes. Les sièges y sont également numérotés, ce qui permet de les classer les uns par rapport aux autres ; mais cela n’est pas systématique d’une liste à l’autre, d’une notice à l’autre.

  • 37 Darrouzès, Notitiae Episcopatuum Ecclesiae Constantinopolitanae,  notices 7 et 10 ; il s’agit de de (...)
  • 38 Darrouzès, Notitiae Episcopatuum Ecclesiae Constantinopolitanae,  notices 1, 2, 3, 4, 7, 9, 10, 13e (...)

23Toutes les notices ne sont par ailleurs pas complètes et les confusions des différents manuscrits ne permettent pas toujours de donner un nom précis à un siège. Les confusions sont de deux ordres : les variantes orthographiques pour un même nom de siège d’une part (mais c’est là un problème qui n’est guère difficile à résoudre) ; les variantes des noms de sièges d’autre part, puisque certains sièges eurent parfois plusieurs noms successifs ou furent nommés différemment d’une source à l’autre, d’une époque à l’autre. Ainsi, en Thrace, le siège d’Héxamilion est également connu sous le nom de Chersonèse37. En Bithynie, la cité de Brousse a porté plusieurs noms, comme Prousa et Théoupolis ; la ville a également été confondue avec Plousias ou Prousias en Honoriade38 ; on imagine ici les erreurs possibles pour les scribes des notices, peu au fait des réalités de régions qu’ils ne connaissent pas nécessairement.

24Parmi les difficultés que posent ces sources, il en est une particulièrement gênante lorsque l’on tente de reconstituer les frontières des territoires épiscopaux de l’Empire : de nombreux sièges – de tous statuts – ne sont pas enregistrés dans les notices. Les difficultés sont donc nombreuses pour tenter d’apprécier les variations de la hiérarchie ecclésiastique comme le maillage du territoire par l’Église.

  • 39 Moulet, Évêques, pouvoir et société à Byzance, pp. 522-526 et cartes dans le texte.

25Les cartes que nous avons réalisées ne figurent pas les frontières des territoires épiscopaux39. Ce choix s’explique de plusieurs façons. Le tracé des frontières serait totalement arbitraire puisqu’aucune source ne les mentionne avec précision. Nous avons par ailleurs travaillé sur des cartes muettes, ne faisant figurer ni le relief ni le réseau hydrographique. Il est probable qu’une partie des frontières territoires épiscopaux correspondent, de près ou de loin, avec les ruptures et les discontinuités du territoire byzantin, en particulier sur le haut plateau anatolien. Nous avons donc fait le choix de faire figurer tous les sièges existant aux VIIIe-XIe siècles recensés par les notices épiscopales.

26Ce choix a une conséquence importante : certaines cités représentées n’ayant pas toujours été sièges épiscopaux pendant ces quatre siècles, les cartes couvrent toute cette période sans faire apparaître l’évolution du statut des cités épiscopales.

27Il ressort de ces cartes que c’est bien le maillage qui compte plutôt que le zonage des territoires épiscopaux : malgré les imperfections de cette méthode, il paraissait plus judicieux d’étudier le maillage du territoire par les cités épiscopales plutôt que de tenter de reconstruire, de façon inexacte, imprécise et arbitraire, les frontières des évêchés.

28Au-delà d’ailleurs du choix méthodologique se pose une réelle question historique : dans quelle mesure avait-on alors conscience, ou non, de ces frontières ? Ainsi que nous l’avons déjà souligné, l’idée de frontière linéaire est totalement absente au Moyen Âge. Pour notre propos, les points figurant les cités épiscopales permettent de déduire le maillage du territoire par la plus ou moins grande concentration des centres épiscopaux.

  • 40 Lauwers, « ‘Territorium non facere diocesim’… Conflits, limites et représentation territoriale du d (...)

29Nous pouvons ainsi établir le même constat qu’Élisabeth Zadora-Rio pour les paroisses ou Michel Lauwers pour les diocèses en Occident : « une précoce mise en place des cadres, mais sous la forme de réseaux (de lieux et de relations) plutôt que de territoires au sens strict du terme »40.

  • 41 On constate en effet une nette inflation des sièges de tous statuts pendant cette période. La notic (...)
  • 42 Charalambos Bouras, « Aspects of the Byzantine City, Eight-Fifteenth Centuries », The Economic Hist (...)

30Le territoire byzantin apparaît donc comme polarisé par une multitude de cités (jusqu’à près de 700 sièges enregistrés dans la notice 10 au XIe siècle) de toutes tailles, le plus souvent de simples bourgades, mais aussi quelques grandes villes, principales métropoles de l’Empire. La multiplication des sièges épiscopaux entre le VIIIe et le XIe siècle41 peut être liée à un phénomène d’« urbanisation » et d’expansion urbaine que l’on constate du VIIIe siècle au début du XIVe siècle, période de croissance économique et démographique de l’Empire. Charalambos Bouras a défini trois types de villes : les cités antiques qui ont survécu à la crise qu’a connue l’Empire au VIIe siècle, celles qui ont subi de plein fouet cette crise mais qui ont ensuite connu une certaine renaissance (abandon et réoccupation des sites urbains antiques), et enfin les villes nouvellement fondées, relativement rares néanmoins au cœur de l’Empire mais plus présentes dans les régions de frontières42.

  • 43 Alexander Kazhdan, « Polis and kastron in Theophanes and in some other historical texts », ΕΥΨΥΧΙΑ. (...)
  • 44 Moulet, « Paysage urbain et autorité épiscopale », p. 293.

31Les sources attestent de ces nombreux changements, et en particulier de la construction ou de la rénovation et de l’entretien des murailles des cités, même si l’on constate des phénomènes d’expansion urbaine au-delà des murs. Dès lors, les cités deviennent des kastra43, et les cités épiscopales ne font pas exception44. Les territoires épiscopaux sont donc d’abord concentrés autour de la cité-évêché, lieu du vécu des populations urbaines comme rurales placées sous l’autorité de l’évêque.

32La lecture des cartes de répartition des sièges épiscopaux permet donc d’avoir une idée, même imparfaite, de la dimension des territoires épiscopaux : selon les régions, les territoires épiscopaux sont plus resserrés, en particulier dans les régions anciennement et fortement urbanisées (par exemple dans l’ouest de l’Asie Mineure, comme le montre la carte 1) alors que dans certaines zones – en particulier celles qui sont plus éloignées des grands centres politiques et économiques de l’Empire – le réseau et le maillage sont bien plus lâches, laissant place à des territoires plus vastes.

Fig. 1. Sièges épiscopaux d’Asie Mineure occidentale. Réalisation : B. Moulet.

Fig. 1. Sièges épiscopaux d’Asie Mineure occidentale. Réalisation : B. Moulet.

33Les frontières des territoires épiscopaux comme le maillage du territoire impérial par les cités épiscopales s’expliquent donc tout autant par la démographie, la géographie ou la géopolitique : les évêchés sont moins nombreux au centre du plateau anatolien ou dans les régions de confins, en particulier dans les zones frontières avec le monde arabo-musulman (carte 2).

Fig. 2. Sièges épiscopaux d’Anatolie centrale. Réalisation : B. Moulet.

Fig. 2. Sièges épiscopaux d’Anatolie centrale. Réalisation : B. Moulet.

Continuités et discontinuités, seuils et zones frontières

34Ainsi apparaissent clairement des discontinuités dans le maillage ecclésiastique de l’Empire byzantin. Ces discontinuités ont des causes multiples, spatiales le plus souvent, mais aussi parfois socio-culturelles. Cela entraîne, en matière d’administration ecclésiastique du territoire byzantin, des politiques différentes, signe de l’adaptation et de la réactivité de l’Église aux mutations que connaît l’Empire.

  • 45 Marie-France Auzépy, « Gothie et Crimée de 750 à 843 d’après les sources ecclésiastiques et monasti (...)
  • 46 Nicolas Oikonomidès, « Le ‘système’ administratif byzantin en Crimée (IXe-Xe siècles) », МАИЭТ, Мат (...)
  • 47 Darrouzès, Notitiae Episcopatuum Ecclesiae Constantinopolitanae, notice 3 ; voir : Constantin Zucke (...)
  • 48 Cette transformation est enregistrée dans la notice 7 (Darrouzès, Notitiae Episcopatuum Ecclesiae C (...)
  • 49 Moulet, Évêques, pouvoir et société à Byzance, p. 97, carte 9.
  • 50 Alexander Vasiliev, The Goths in the Crimea (Cambridge, Mass. : The Mediaeval Academy of America, 1 (...)

35Dans les zones frontières ou excentrées – lieux où les discontinuités spatiales sont brutales – la constitution d’un maillage épiscopal spécifique, notamment par la création d’archevêchés (c’est-à-dire des Églises plus autonomes dans leur fonctionnement), permet un contrôle ecclésiastique accru de la région. La péninsule criméenne est un bon exemple de cette situation. Éloignée du cœur de l’Empire avec lequel elle ne partage aucune frontière, cette région, souvent désignée sous le nom de Gotthie dans les textes byzantins45, est partagée entre monde khazar et monde byzantin qui, au IXe siècle, y renforce sa présence – civile, militaire et ecclésiastique46. Province ecclésiastique au VIIIe siècle avec Doros comme métropole et sept évêchés suffragants47, la Gotthie est ensuite transformée en archevêché48, sans que l’on sache où se situe la résidence de l’archevêque. Il y a d’ailleurs de nombreuses confusions et beaucoup d’incertitudes sur la localisation des sièges de la région, puisque le nom de certains évêchés attestés dans la notice du VIIIe-IXe siècle renvoie aux tribus et populations encadrées par ces évêchés, sans qu’il y ait, semble-t-il, de cités où réside effectivement l’évêque49. La constitution d’une Église archiépiscopale en Gotthie fut sans doute bénéfique pour l’administration ecclésiastique de la région : à des sièges épiscopaux difficiles à stabiliser dans des cités, l’Église préfère une structure plus autonome et surtout plus souple dans son fonctionnement, permettant au personnel ecclésiastique d’être au plus près de populations semi-nomades50.

36Cela relativise à nouveau la question des frontières éventuelles des territoires épiscopaux ; ainsi que nous l’avons souligné, il faut considérer les points (bien que parfois impossibles à situer) plutôt que les lignes dans l’appréhension des territoires épiscopaux. À ces lignes et ces discontinuités se substituent ainsi des seuils, c’est-à-dire des transitions – brutales parfois, progressives le plus souvent – entre des systèmes politiques et culturels différents.

  • 51 Eleonora Kountoura, « New Fortresses and Bishoprics in 8th Century Thrace », Revue des Études Byzan (...)
  • 52 Vivien Prigent, « Les évêchés byzantins de la Calabre septentrionale au VIIIe siècle », Mélanges de (...)
  • 53 Grumel, Les regestes des actes du patriarcat de Constantinople. 1 : Les actes des patriarches, doc. (...)

37On constate ces phénomènes dans plusieurs régions de l’Empire où la multiplication d’évêchés est le fruit – ou le point de départ – d’une politique militaire visant à renforcer le contrôle du territoire. C’est le constat qu’E. Kountoura a dressé pour la Thrace au VIIIe siècle : la création de nouveaux évêchés est liée à la construction et/ou à la restauration de kastra sous le règne de Constantin V (741-775) afin d’étendre l’iconoclasme tout en luttant contre les Bulgares51. Le phénomène est comparable à la même époque en Calabre, où les empereurs isauriens fondent des évêchés dans les kastra de la frontière lombarde52. Quelques décennies plus tard, dans les années 960, la création de la métropole d’Otrante par décret patriarcal sur ordre de Nicéphore Phocas cherche à consolider la domination byzantine en Italie méridionale53.

  • 54 Détails dans Moulet, Évêques, pouvoir et société à Byzance, p. 56 et note 99.
  • 55 Michel Thierry, « Notes de géographie historique sur le Vaspurakan », Revue des Études Byzantines, (...)

38C’est aussi une tentative du pouvoir byzantin – impérial comme patriarcal – de renforcer la frontière avec des communautés étrangères, voire non chrétiennes. Dans ces zones frontières, une politique commune entre l’État et l’Église est le seul gage d’un établissement durable de la domination byzantine. On le constate également à la frontière avec la Bulgarie, pour laquelle les sceaux attestent de la création d’une hiérarchie ecclésiastique entre le IXe et le XIe siècle54, ou encore dans les confins orientaux de l’Empire dans la région du Vaspourakan : la ville de Vaasprakania est, au XIe siècle, tout autant le siège d’un archevêché que d’un katépanat55.

  • 56 Anna Avraméa, Le Péloponnèse du IVe au VIIIe siècle. Changements et persistances (Paris : Publicati (...)
  • 57 Darrouzès, Notitiae Episcopatuum Ecclesiae Constantinopolitanae, notice 7. Sur le cas du Péloponnès (...)

39Les phénomènes de discontinuités ne sont pas perceptibles uniquement aux frontières puisque l’on constate, à l’intérieur même de l’Empire, des discontinuités religieuses et culturelles. C’est par exemple le cas dans le Péloponnèse, soumis aux invasions slaves aux VIe-VIIe siècles56. Il faut attendre le début du IXe siècle pour que le Péloponnèse soit pacifié, moment où l’on constate également le début d’un processus de rechristianisation de la région par l’établissement de sièges épiscopaux. Dans les provinces soumises aux métropoles d’Athènes (Hellade), de Patras (Péloponnèse) et de Larissa (Hellade/Thessalie), les évêchés suffragants se multiplient au tournant des IXe et Xe siècles57.

  • 58 Élisabeth Malamut, Les îles de l’Empire byzantin (VIIIe-XIIe siècles) (Paris : Publications de la S (...)
  • 59 C’est le cas par exemple des îles Ioniennes de Céphalonie et Zakynthos à l’ouest du Péloponnèse, qu (...)

40Enfin, il existe un cas spécifique dans l’Empire byzantin, celui des îles58. La discontinuité spatiale évidente n’empêche pas une certaine continuité territoriale, ce qui est perceptible par exemple dans le fait que certains évêchés insulaires dépendent de métropoles continentales comme Athènes ou Corinthe59. Parmi ces îles, le cas de Chypre est singulier et montre bien les problèmes de frontières internes qui se posent dans l’Empire, tout comme les implications territoriales que peuvent entraîner des discontinuités socio-culturelles relativement brutales.

  • 60 Andreas Dikigoropoulos, « The Church of Cyprus During the Period of the Arab Wars, A.D. 649-965 », (...)
  • 61 Dagron, « Le christianisme byzantin », p. 28 et note 84, p. 62 et note 220. Sur cette cohabitation, (...)

41La présence de populations non byzantines (ni grecques de langue, ni chrétiennes de religion) sur le territoire de l’Empire est problématique pour celui-ci, ainsi que l’a montré le cas des Slaves dans le Péloponnèse. À Chypre, ce sont les populations arabes qui sont en contact avec le monde byzantin. Soumise aux invasions arabes dans la seconde moitié du VIIe siècle, l’île est coupée en deux. La hiérarchie ecclésiastique en subit les conséquences directes : en 691, l’empereur Justinien II (685-695) ordonne le transfert d’une partie de la population sous la conduite de l’archevêque sur le continent, à Cyzique (Hellespont)60. Cette situation incongrue – qui vit la situation géopolitique primer sur la géographie ecclésiastique – ne dura cependant qu’un temps, puisque la décision du transfert fut annulée en 698. Arabes et Byzantins avaient passé, dès 688, un accord de paix qui établissait sur l’île un condominium, entraînant un partage de l’île61. Cela a des conséquences sur le réseau épiscopal et sa répartition – et donc les frontières mêmes de ces territoires : les sièges byzantins sont essentiellement localisés aux VIIIe-IXe siècles dans la partie orientale de l’île, la partie aux mains des Arabes ne devant probablement pas être administrée par des évêchés. À une discontinuité culturelle et religieuse nette – l’opposition entre Arabes et Byzantins – se substitue, comme on l’a vu dans les régions de frontières, une zone de transition où vivent des communautés distinctes.

42À Chypre, comme en bien d’autres régions de l’Empire, il faut donc nuancer les phénomènes de discontinuités, du moins dans l’administration ecclésiastique de l’Empire. Cela n’est pas éloigné de la question des frontières des territoires épiscopaux. Il semble plus judicieux de parler d’une multitude de pôles dans l’administration du territoire par l’Église plutôt que de territoires aux limites clairement établies qui se juxtaposeraient les uns à côté des autres comme les pièces d’un puzzle. L’absence de territoires nettement définis comme l’existence de discontinuités spatiales ou socio-culturelles n’empêchent pas le bon fonctionnement de l’Empire. On ne trouve ainsi ni limites claires, ni discontinuités brutales dans la répartition des évêchés et dans l’agencement des territoires épiscopaux.

Fig. 3. Localisation des lieux cités. Réalisation : B. Moulet.

Fig. 3. Localisation des lieux cités. Réalisation : B. Moulet.

Notes

1 Benoît Cursente et Mireille Mousnier (dirs.), Les territoires du médiéviste (Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2005), en particulier Fabrice Ripoll et Vincent Veschambre, « Le territoire des géographes. Quelques points de repère sur ses usages contemporains », pp. 275-291. Ce texte a été écrit en 2009 ; depuis, des travaux ont été publiés sur notre sujet, mais nous préférons conserver les références citées originellement. Ajoutons simplement celle-ci : Florian Mazel, L’Évêque et le territoire. L’invention médiévale de l’espace (Ve- XIIIe siècle) (Paris : Seuil, 2016).

2 Alan Baker, Geography and History Briding the Divide (Cambridge, Angl. : Cambridge University Press, 2003) ; Alan Baker, « Réflexions sur les relations entre l’histoire et la géographie », Où en est la géographie historique ? Entre économie et culture, éd. par Philippe Boulanger, Jean-René Trochet et Bernadette Joseph (Paris : L’Harmattan, 2005), pp. 19-31.

3 Guy Di Méo, L’Homme, la Société, l’Espace (Paris : Anthropos, 1991).

4 Philippe Tizon, « Qu’est-ce que le territoire ? », Les territoires du quotidien, éd. par Guy Di Méo (Paris : L’Harmattan, 1996), pp. 17-34.

5 Jacques Scheibling, Qu’est-ce que la géographie ? (Paris : Hachette, 1994), pp. 145-146.

6 Joël Bonnemaison, « Voyage autour du territoire », L’Espace géographique (1981), pp. 249-262 (p. 253).

7 Anne Mailloux, « Le territoire dans les sources médiévales : perception, culture et expérience de l’espace social. Essai de synthèse », Les territoires du médiéviste, éd. par Benoît Cursente et Mireille Mousnier (Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2005), pp. 223-235 (p. 234, doc. nº 1).

8 Sur ces points, voir : Jean-Michel Poisson (dir.), Castrum 4. Frontière et peuplement dans le monde méditerranéen au Moyen Âge : actes du colloque d’Erice-Trapani (Italie), 18-25 septembre 1988 (Rome - Madrid : École française de Rome - Casa de Velázquez, 1992). Sur le cas de la frontière orientale de l’Empire byzantin, voir : Jean-Claude Cheynet, « La conception militaire de la frontière orientale (IXe- XIIIe siècle) », Eastern Approaches to Byzantium. Papers from the Thirty-Third Spring Symposium of Byzantine Studies, University of Warwick, Coventry, March 1999, éd. par Antony Eastmond (Aldershot – Burlington - Singapour - Sydney : Ashgate, 2001), pp. 57-69 ; Gilbert Dagron, « Byzance et la frontière : idéologie et réalité », Frontiers in the Middle Ages : Proceedings of the Third European Congress of Medieval Studies (Jyväskylä, 10-14 June 2003), éd. par Outi Merisalo et Päivi Pahta (Turnhout - Louvain-la-Neuve : Brepols - Fédération Internationale des Instituts d’Études Médiévales, 2006), pp. 303-318 ; Ralph-Johannes Lilie, « The Byzantine-Arab Borderland from the Seventh Century to the Ninth Century », Borders, Barriers, and Ethnogenesis. Frontiers in Late Antiquity and the Middle Ages, éd. par Florin Curta (Turnhout : Brepols, 2005), pp. 13-21 ; Nicolas Oikonomidès, « L’ ‘épopée’ de Digénis et la frontière orientale de Byzance aux Xe et XIe siècles », Travaux et Mémoires, 7 (1979), pp. 375-397 ; en dernier lieu, Sophie Métivier, « L’organisation de la frontière arabo-byzantine en Cappadoce (VIIIe- IXe siècle) », Puer Apuliae. Mélanges offerts à Jean-Marie Martin, éd. par Errico Cuozzo, Vincent Déroche, Annick Peters-Custot et Vien Prigent (Paris : Amis du Centre de recherche d’Histoire et Civilisation de Byzance, 2008), vol. 2, pp. 433-454. Sur l’Espagne et les contacts entre musulmans et chrétiens : Philippe Sénac, La frontière et les hommes, VIIIe- XIIe siècle. Le peuplement musulman au nord de l’Èbre et les débuts de la reconquête aragonaise (Paris : Maisonneuve et Larose, 2000).

9 Armand Frémont, La région, espace vécu (Paris : Flammarion, 1999).

10 « Espace perçu », Les mots de la géographie, dictionnaire critique, éd. par Roger Brunet, Robert Ferras et Hervé Théry (Montpellier - Paris : Reclus et La Documentation Française, 1992), p. 181.

11 Di Méo, L’Homme, la Société, l’Espace, p. 123.

12 « Espace vécu », Les mots de la géographie, dictionnaire critique, éd. par Roger Brunet, Robert Ferras et Hervé Théry (Montpellier - Paris : Reclus et La Documentation Française, 1992), p. 181.

13 Ce travail a depuis été publié : Benjamin Moulet, Évêques, pouvoir et société à Byzance (VIIIe-XIe siècle). Territoires, communautés et individus dans la société provinciale byzantine (Paris : Publications de la Sorbonne, 2011) ; voir en particulier le chapitre 2, « Les territoires du quotidien », pp. 127-172.

14 Michel Foucher, L’invention des frontières (Paris : Fondation pour les Études de Défense Nationale, 1986), pp. 58-61.

15 Michel Foucher, Fronts et frontières. Un tour du monde géopolitique (Paris : Fayard, 1991), pp. 38-48 ; Ripoll et Veschambre, « Le territoire des géographes », pp. 278-279.

16 Voir : Laurent Carroué, Paul Claval, Guy Di Méo, Alain Miossec, Jean-Pierre Renard, Laurent Simon, Yvette Veyret et Jean-Pierre Vigneau, Limites et discontinuités en géographie (Paris : Société d'édition d'enseignement supérieur, 2002), spécialement les chapitres 1 (Guy Di Méo et Yvette Veyret, « Problématiques, enjeux théoriques et épistémologiques pour la géographie », pp. 5-26) et 3 (Jean-Pierre Renard, « La frontière : limite géopolitique majeure mais aussi aire de transition », pp. 40-66).

17 Florian Mazel, « Introduction », L’espace du diocèse. Genèse d’un territoire dans l’Occident médiéval (Ve- XIIIe siècle), éd. par Florian Mazel (Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2008), pp. 11-21 (p. 14).

18 Mazel, « Introduction », p. 15.

19 Comme nous pensons l’avoir montré pour les VIIIe-XIe siècles (Moulet, Évêques, pouvoir et société à Byzance, en particulier, chapitre 1, « Hiérarchie ecclésiastique et maillage du territoire », pp. 39-126).

20 Conciliorum oecumenicorum generaliumque decreta. Editio Critica, I, The Oecumenical Councils From Nicaea I to Nicaea II (325-787), éd. par Giuseppe Alberigo (Turnhout : Brepols, 2006), p. 145.

21 Conciliorum oecumenicorum generaliumque decreta, p. 256.

22 Paul Krüger, Corpus Iuris Civilis. Volumen Secundum : Codex Iustinianus, I, 3, 35 (Berlin : Weidmann, 1954), pp. 23-24.

23 Conciliorum oecumenicorum generaliumque decreta, pp. 21-22. La fréquence de réunion – deux fois par an – est ramenée à une fois par an au VIe siècle.

24 Sur ces points, grossièrement résumés ici, voir : Paul Maraval, « Constantinople, l’Illyricum et l’Asie Mineure », Histoire du christianisme des origines à nos jours. 2 : Naissance d’une chrétienté (250-430), éd. par Jean-Marie Mayeur, Charles Pietri, Luce Pietri, André Vauchez et Marc Venard (Paris : Desclée, 1995), pp. 929 et 931 et Bernard Flusin, « Évêques et patriarches. Les structures de l’Église impériale », Histoire du christianisme des origines à nos jours. 3 : Les Églises d’Orient et d’Occident (432-610), éd. par Luce Pietri (Paris : Desclée, 1998), pp. 486-487, 507-512.

25 Voir par exemple la carte établie par : Sylvain Destephen, Prosopographie du diocèse d’Asie (325-641) (Paris : Amis du centre d’histoire et civilisation de Byzance, 2008), pp. 984-985.

26 Gilbert Dagron, « Le christianisme byzantin du VIIe au milieu du XIe siècle », Histoire du christianisme des origines à nos jours. 4 : Évêques, moines et empereurs (610-1054), éd. par Gilbert Dagron, Pierre Riché et André Vauchez (Paris : Desclée, 1993), pp. 28-32.

27 Moulet, Évêques, pouvoir et société à Byzance, pp. 66-67 et 95-96.

28 Michel Lauwers, « ‘Territorium non facere diocesim’… Conflits, limites et représentation territoriale du diocèse (Ve-XIIIe siècle) », L’espace du diocèse. Genèse d’un territoire dans l’occident médiéval (Ve - XIIIe siècle), éd. par Florian Mazel (Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2008), pp. 23-51 (pp. 50-51).

29 Denise Papachryssanthou, « Histoire d’un évêché byzantin : Hiérissos en Chalcidique », Travaux et Mémoires, 8 (1981), pp. 373-396. Les sources importantes conservées dans les monastères du Mont Athos permettent de reconstituer l’histoire de l’évêché, surtout à partir des XIe-XIIe siècles, grâce à quelques actes relatifs à des conflits de propriétés entre l’Église de Hiérissos et des moines ou des laïcs de la région.

30 C’est le cas par exemple en Thrace (voir ci-dessous).

31 Le constat en a été fait dans l’éparchie d’Asie, autour de la métropole d’Éphèse : Pascal Culerrier, « Les évêchés suffragants d’Éphèse aux Ve-XIIIe siècles », Revue des Études Byzantines, 45 (1987), pp. 139-164.

32 C’est le cas dans les années 720-730 quand l’empereur Léon III fait entrer dans l’orbite du patriarcat de Constantinople l’Illyricum, la Calabre et la Sicile ; voir : Vivien Prigent, « Les empereurs isauriens et la confiscation des patrimoines pontificaux d’Italie du Sud », Mélanges de l’École Française de Rome, Moyen Âge, 116 (2004), pp. 557-594.

33 Toujours sous le règne de Léon III, l’empereur décide de promouvoir le siège épiscopal de Rhizaion, à l’est de Trébizonde, au rang d’archevêché : Venance Grumel, Les regestes des actes du patriarcat de Constantinople. 1 : Les actes des patriarches, fasc. 2 et 3, Les regestes de 715 à 1206 (Paris : Institut français d’Études Byzantines, 1989), doc. n° 333, d’après un acte postérieur (doc. n° 938, acte du patriarche Nicolas III Grammatikos en 1084).

34 Jean Darrouzès, Notitiae Episcopatuum Ecclesiae Constantinopolitanae. Texte critique, introduction et notes (Paris : Institut français d’Études Byzantines, 1981) ; Moulet, Évêques, pouvoir et société à Byzance, pp. 39-126.

35 Timothée, 3 :1-15 ; Tite, 1 :5-9.

36 Benjamin Moulet, « Paysage urbain et autorité épiscopale dans les villes provinciales de l’empire mésobyzantin (VIIIe-XIe siècles) », Revue Belge de Philologie et d’Histoire 86/2 (2008), pp. 293-307.

37 Darrouzès, Notitiae Episcopatuum Ecclesiae Constantinopolitanae,  notices 7 et 10 ; il s’agit de deux cités distinctes ; voir : Catherine Asdracha, « La Thrace Orientale et la mer Noire : géographie ecclésiastique et prosopographie (VIIIe-XIIe siècles) », Géographie historique du monde méditerranéen, éd. par Hélène Ahrweiler (Paris : Publications de la Sorbonne, 1988), pp. 221-309 (pp. 249-250).

38 Darrouzès, Notitiae Episcopatuum Ecclesiae Constantinopolitanae,  notices 1, 2, 3, 4, 7, 9, 10, 13 et 20 ; voir : Michel Kaplan, « L’évêque à l’époque du second iconoclasme », Monastères, images, pouvoirs et société à Byzance. Nouvelles approches du monachisme byzantin. Le second iconoclasme et ses suites, éd. par Michel Kaplan (Paris : Publications de la Sorbonne, 2006), pp. 183-205 (p. 195 et notes 54-55).

39 Moulet, Évêques, pouvoir et société à Byzance, pp. 522-526 et cartes dans le texte.

40 Lauwers, « ‘Territorium non facere diocesim’… Conflits, limites et représentation territoriale du diocèse (Ve-XIIIe siècle) »,  p. 50, qui renvoie aux travaux d’Élisabeth Zadora-Rio, « Territoires paroissiaux et construction de l’espace vernaculaire », Médiévales, 49 (2005), pp. 105-120.

41 On constate en effet une nette inflation des sièges de tous statuts pendant cette période. La notice 2, au VIIIe siècle, enregistre 41 métropoles, 46 archevêchés autocéphales et 398 évêchés suffragants ; la notice 7 (début du Xe siècle) énumère 51 métropoles, 51 archevêchés autocéphales et 536 évêchés suffragants ; enfin, la notice 10, au XIe siècle, liste 57 métropoles, jusqu’à 625 évêchés suffragants (total cumulé d’évêchés par addition de toutes les variantes des différentes recensions de la notice) ainsi qu’une cinquantaine de sièges supplémentaires dans quelques-uns des manuscrits de la notice. L’augmentation du nombre de métropoles est encore plus flagrante, passant de 41 au VIIIe siècle à 85 au milieu du XIe siècle (notice 11).

42 Charalambos Bouras, « Aspects of the Byzantine City, Eight-Fifteenth Centuries », The Economic History of Byzantium from the Seventh through the Fifteenth Century, éd. par Angeliki E. Laiou (Washington D.C. : Dumbarton Oaks Research Library and Collection, 2002), vol. 2, pp. 497-537.

43 Alexander Kazhdan, « Polis and kastron in Theophanes and in some other historical texts », ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler (Paris : Publications de la Sorbonne, 1998), vol. 1, pp. 345-360.

44 Moulet, « Paysage urbain et autorité épiscopale », p. 293.

45 Marie-France Auzépy, « Gothie et Crimée de 750 à 843 d’après les sources ecclésiastiques et monastiques grecques », МАИЭТ, Материалы по археологии, истории и этнографии Таврии, 7 (2000), pp. 324-331.

46 Nicolas Oikonomidès, « Le ‘système’ administratif byzantin en Crimée (IXe-Xe siècles) », МАИЭТ, Материалы по археологии, истории и этнографии Таврии, 7 (2000), pp. 318-323.

47 Darrouzès, Notitiae Episcopatuum Ecclesiae Constantinopolitanae, notice 3 ; voir : Constantin Zuckerman, « Byzantium’s Pontic Policy in the ‘Notitiae episcopatuum’ », La Crimée entre Byzance et le Khaganat khazar, éd. par Constantin Zuckerman (Paris : Amis du centre d’histoire et civilisation de Byzance, 2006), pp. 201-230 (pp. 202-218).

48 Cette transformation est enregistrée dans la notice 7 (Darrouzès, Notitiae Episcopatuum Ecclesiae Constantinopolitanae, notice 7).

49 Moulet, Évêques, pouvoir et société à Byzance, p. 97, carte 9.

50 Alexander Vasiliev, The Goths in the Crimea (Cambridge, Mass. : The Mediaeval Academy of America, 1936), pp. 98-105.

51 Eleonora Kountoura, « New Fortresses and Bishoprics in 8th Century Thrace », Revue des Études Byzantines, 55 (1997), pp. 279-289.

52 Vivien Prigent, « Les évêchés byzantins de la Calabre septentrionale au VIIIe siècle », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen âge, 114 (2002), pp. 931-953.

53 Grumel, Les regestes des actes du patriarcat de Constantinople. 1 : Les actes des patriarches, doc. n° 792. Cette création ne nous est pas connue des sources byzantines ; c’est Liutprand, évêque de Crémone, qui en fait part dans le récit de son ambassade à Constantinople en 969 : Paolo Chiesa, Liudprandi Cremonensis Antapodosis, Homelia paschalis, Historia Ottonis, Relatio de legatione Constantinopolitana (Turnhout : Brepols, 1998), p. 115.

54 Détails dans Moulet, Évêques, pouvoir et société à Byzance, p. 56 et note 99.

55 Michel Thierry, « Notes de géographie historique sur le Vaspurakan », Revue des Études Byzantines, 34 (1976), pp. 159-173 (pp. 160-168).

56 Anna Avraméa, Le Péloponnèse du IVe au VIIIe siècle. Changements et persistances (Paris : Publications de la Sorbonne, 1997).

57 Darrouzès, Notitiae Episcopatuum Ecclesiae Constantinopolitanae, notice 7. Sur le cas du Péloponnèse, voir : Panayotis Yannopoulos, « Métropoles du Péloponnèse mésobyzantin : un souvenir des invasions avaro-slaves », Byzantion, 63 (1993), pp. 388-400.

58 Élisabeth Malamut, Les îles de l’Empire byzantin (VIIIe-XIIe siècles) (Paris : Publications de la Sorbonne, 1988).

59 C’est le cas par exemple des îles Ioniennes de Céphalonie et Zakynthos à l’ouest du Péloponnèse, qui dépendent de Corinthe, ou encore d’Andros, Syros ou Skyros, sous l’autorité d’Athènes.

60 Andreas Dikigoropoulos, « The Church of Cyprus During the Period of the Arab Wars, A.D. 649-965 », Greek Orthodox Theological Review, 11 (1965-1966), pp. 237-279 ; Malamut, Les îles de l’Empire byzantin (VIIIe-XIIe siècles), vol. 1, pp. 339 et 361-362 ; David Michael Metcalf (éd.), Byzantine Lead Seals from Cyprus (Nicosie : Cyprus Research Center, 2004), pp. 83-100. La situation, particulièrement exceptionnelle, est évoquée au concile in Trullo en 692 ; un canon y est même consacré : Conciliorum oecumenicorum generaliumque decreta, p. 239 (canon 39).

61 Dagron, « Le christianisme byzantin », p. 28 et note 84, p. 62 et note 220. Sur cette cohabitation, qui se poursuit dans les siècles suivants, voir : Lennart Rydén, « Cyprus at the time of the Condominium as reflected in the Lives of Sts Demetrianos and Constantine the Jew », The Sweet Land of Cyprus. Papers given at the Twenty-Fifth Jubilee Spring Symposium of Byzantine Studies, Birmingham, march 1991, éd. par Anthony Bryer et George S. Georghallides (Nicosie : Cyprus Research Center, 1993), pp. 189-202.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Sièges épiscopaux d’Asie Mineure occidentale. Réalisation : B. Moulet.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/16895/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 598k
Titre Fig. 2. Sièges épiscopaux d’Anatolie centrale. Réalisation : B. Moulet.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/16895/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 562k
Titre Fig. 3. Localisation des lieux cités. Réalisation : B. Moulet.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/16895/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 600k

© Presses universitaires du Septentrion, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site