Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

(Bé)vues du futur

 | 
Clément Dessy
, 
Valérie Stiénon

La pureté du martyr. La Cité dans les fers d’Ubald Paquin (1926), une dystopie hyperbolique

Jean-François Chassay

Texte intégral

  • 1 Le cas des Particules élémentaires de Michel Houellebecq est intéressant de ce point de vue. On a b (...)
  • 2 Ira Levin, This Perfect Day, New York, Random House, 1970 (pour la version originale). Le roman est (...)
  • 3 Lire par exemple, du docteur Jean Garrabe, « L’éthique : de la recherche à la pratique », http://ps (...)

1Jusqu’à quel point utopie et dystopie s’opposent-elles ? On présente la seconde comme le pendant négatif de la première. Cependant, on peut se demander si une utopie ne conduit pas fatalement à la mise en place d’un système totalitaire1. Si un individu baigne dans un univers social près de la perfection, par quelle absurdité voudrait-il y résister ? Ira Levin, dans Un bonheur insoutenable2, présente justement un monde où on impose le bonheur. Un ordinateur central surveille les citoyens, dictant la manière dont chacun doit se comporter pour atteindre une parfaite sérénité. Ce roman met bien en scène la perversité du modèle utopique dont la perfection supposée tend à annihiler la pensée critique. Ce que la littérature, à l’instar du roman de Levin mentionné, a déjà souligné. En ce sens, on ne peut nier la logique des Soviétiques qui enfermaient les dissidents dans des hôpitaux psychiatriques sous prétexte de « schizophrénie torpide3 ». S’opposer à un ordre social établi représentant le bonheur sur Terre relevait inévitablement d’un problème de santé mentale.

2Le roman qui va faire l’objet de la présente analyse a la particularité – certainement involontaire de la part de l’auteur – de promouvoir une société utopique précisément dystopique. Un groupe d’individus veut renverser un système inique pour le remplacer par un autre, mais l’échec conduit à la condamnation à mort du leader. Cependant, ce régime qu’on cherche à mettre en place, présenté comme un idéal, possède par plusieurs aspects les traits du fascisme. Ainsi, il n’y a pas d’issue positive pour le lecteur : entre un régime ultracapitaliste, raciste et hypocrite, et un autre d’une pureté toute fascisante, la victoire ne peut être que déceptive. Du moins, pour le lecteur contemporain : il y a fort à parier que le lecteur des années vingt ne saisissait pas l’odieux implicite de certaines scènes. Et comme on verra, les illustrations appuient – parfois en le décalant de manière étonnante – ce que raconte le texte.

  • 4 Ubald Paquin, La Cité dans les fers, Montréal, Édouard Garand, 1926, 61 p. Le folio des citations s (...)
  • 5 L’Histoire de l’édition littéraire au Québec au xxe siècle, vol. 1 : la naissance de l’éditeur, 190 (...)

3Publié à Montréal en 1926, ce roman s’intitule La Cité dans les fers4. L’auteur, Ubald Paquin, né en 1894 et mort en 1962, a été journaliste et a travaillé pour plusieurs journaux québécois. Il a lui-même fondé en 1916 un journal au titre belliqueux, La Bataille, qui n’a pas survécu dans les mémoires… Il a publié une dizaine de romans populaires, marqués par un fort nationalisme. Albert Fournier5 a illustré le roman, comme plusieurs autres à l’époque. Ce roman se situe dans la filiation de quelques romans utopiques et dystopiques québécois publiés à partir de la fin du xixe siècle, dont certaines particularités méritent ici d’être précisées.

Naissance d’un roman

  • 6 Je me permets de renvoyer à mon livre : L’Ambiguïté américaine : le roman québécois face aux États- (...)
  • 7 Cité par Jean-Claude Guédon, « Science, technique, américanité et littérature au Québec », Paragrap (...)

4Quand paraît La Cité dans les fers, le roman québécois n’a pas encore laissé d’œuvres d’envergure, même si plusieurs publications ne manquent pas d’intérêt sur les plans idéologique, historique ou anthropologique. Le premier roman, L’Influence d’un livre, paraît en 1837 et sera suivi d’à peine quelques dizaines de titres (environ 75, au total) jusqu’à la fin du siècle. Les trois premières décennies du xxe siècle ne changeront pas vraiment la donne. Une des particularités de l’utopie et de la dystopie à l’époque (mais aussi dans le roman en général) tient aux fréquents rapports d’amour et de haine associés à la société américaine, qui dynamisent la narration6. La forte pénétration de la culture américaine, que favorise la proximité de la frontière, a des effets à la fois positifs et négatifs, surtout chez les élites très catholiques et protectrices de la langue française et du mode de vie traditionnel valorisant le monde agricole. Cela étant dit, une minorité d’intellectuels, qui se réclament au xixe siècle de l’esprit des Lumières et revendiquent un lien avec les États-Unis, proposent même dans certains cas l’annexion du Québec au pays voisin. D’une part pour échapper au carcan du catholicisme aussi bien qu’au poids de l’esprit victorien du gouvernement canadien, d’autre part au nom des possibilités qu’offrent les États-Unis aux nouvelles idées. Arthur Buies, un des essayistes les plus intéressants de l’époque, écrira : « Partout ailleurs, les hommes sont des machines ou des troupeaux. En Amérique, ils sont des hommes, et voilà pourquoi les États-Unis sont la proue avancée de la civilisation, la lumière des autres peuples, voilà pourquoi ils ont un drapeau parsemé d’étoiles7. »

  • 8 Robert Major, Jean Rivard ou l’art de réussir. Idéologies et utopies dans l’œuvre d’Antoine Gérin-L (...)

5Ce rapport conflictuel, rapidement esquissé, marque les romans utopistes. Ainsi en est-il par exemple de Jean Rivard, le défricheur, publié en 1862, présenté à l’époque comme le modèle du roman de la terre, défendant la colonisation et loin des miasmes urbains et d’une pensée américaine. S’établissant sur une terre inculte, le personnage éponyme parvient, après des années de labeur et d’isolement, à un succès qui attire les foules, au point qu’on nomme la nouvelle agglomération « Rivardville » en l’honneur de son fondateur. Pourtant, un ouvrage paru au début des années 19908 a bien démontré qu’en réalité ce roman correspondait au modèle du success story américain que le roman semble nier : une parfaite représentation de l’American Dream. Voici un jeune vertueux, agriculteur certes, mais qui est aussi un producteur et un industriel, un visionnaire capitaliste faisant preuve d’esprit d’entreprise.

  • 9 Errol Bouchette, Robert Lozé, Montréal, Pigeon, 1903, p. 164.
  • 10 Ibid., p. 166.
  • 11 Ibid., p. 164.

6Au début du siècle, Robert Lozé de l’économiste Errol Bouchette met en scène une figure d’industriel et de self made man positive. Cet homme parvient, grâce à la formation qu’il acquiert aux États-Unis, pays du progrès, à développer une production industrielle phénoménale et à faire fortune, sans déroger à sa culture. Il faut changer sans changer, véritable contradiction dans les termes. Bouchette défend un progrès utopique, qui récuse toutes transformations sociales en profondeur. Le progrès doit donner les mêmes résultats qu’au pays voisin, mais sans que la psychologie des individus change, sans toucher au catholicisme et au nationalisme des Canadiens français. Ceci s’exprime de manière spectaculaire dans la scène finale, hilarante de naïveté, alors qu’apparaît le parc industriel gigantesque développé par Jean Lozé, le frère de Robert. Le lecteur découvre un « port vaste et profond9 », une « usine qui bientôt déverse dans la plaine un flot inépuisable de richesses10. » Pourtant, ce taylorisme de conte de fées se déroule dans le petit village où sont nés les deux frères, loin des centres où s’épanche la culture matérialiste américaine. Il s’agit du « pays familier » où « le parler du terroir se fait entendre11 » et où se trouve, en son centre, la petite église catholique qui rassemble la communauté. Dans ce chapitre délirant où se télescopent Métropolis et La Petite Maison dans la prairie, rien ne porte à conséquence : l’industrie se développe dans un micro-système, une micro-société à l’image d’un Québec conservateur, sans interaction avec le monde, malgré des transformations considérables, puisque des bateaux arrivent en masse de l’étranger dans le port.

7Une des utopies les plus originales du début du siècle s’intitule L’Impératrice de l’Ungava : elle défend à la fois une pensée écologiste, féministe, et fait la promotion de la culture amérindienne – en 1927 ! Dès les premières lignes, on apprend que le jeune et brillant ingénieur canadien-français Jacques Normand a rencontré sur un bateau une jeune et riche orpheline américaine, Miss Darlington. Elle accepte de l’accompagner dans son voyage vers l’Ungava, Eldorado du Nord. Lors de ce périple aux accents initiatiques, ils constatent la renaissance politique et économique des Montagnais. Ils se retrouvent dans un vaste palais où règne l’Impératrice, qui tombe amoureuse de l’ingénieur, scellant la réconciliation entre Amérindiens et Canadiens français. Sur l’illustration de la couverture, l’impératrice, malgré ses plumes sur la tête qui attestent de son appartenance à la communauté autochtone, ressemble à Louise Brooks dans Loulou [Fig. 1]. L’héroïne hollywoodienne contemple à l’horizon son empire qui pourrait aussi bien être New York.

Fig. 1. Couverture de L’Impératrice de l’Ungava d’Alexandre Huot (1927).

Fig. 1. Couverture de L’Impératrice de l’Ungava d’Alexandre Huot (1927).

8La présence de la jeune Américaine permet à Normand de défendre l’autonomie économique du Canada français (sujet central de Robert Lozé, également) contre le capitalisme sauvage des exploiteurs venus du sud qui pillent les ressources naturelles.

  • 12 Daniel Chartier, préface à Alexandre Huot, L’Impératrice de l’Ungava [1927], Montréal, Imaginaire|N (...)

Le nationalisme s’exerce peu à l’encontre du Canada anglais […] et surtout contre le capital américain. Huot donne pourtant à son héros une compagne américaine, Edith Darlington, en prenant toutefois soin de la gagner à sa cause. […] Parce qu’elle parle bien le français, qu’elle a « abandonné tous [ses] droits d’Américaine pour [se] rendre » (94) dans l’Ungava et qu’elle se passionne pour le Québec, elle gagne le respect des autres personnages12.

9Comme on le voit à partir de ces quelques exemples qu’on pourrait multiplier, la présence américaine dans le roman québécois ne manque jamais de s’affirmer, pour le meilleur et pour le pire. La Cité dans les fers d’Ubald Paquin en donne un autre exemple ayant ses particularités.

La Cité dans les fers ou un imaginaire de la fin

  • 13 Sur ce sujet, je me permets de renvoyer à un de mes ouvrages et à un autre auquel j’ai participé : (...)

10Un des traits distinctifs de la dystopie tient à sa capacité de plonger le lecteur dans un imaginaire de la fin13. D’une crise émergent des figures du mal. Chaque époque révèle ses craintes devant les transformations de son monde – ou les impossibilités de le transformer, et les risques que rien ne change. Les sociétés occidentales ont leurs propres hantises qui se traduisent par des tensions exacerbées (religieuses, économiques, idéologiques) s’énonçant sur un mode alarmiste ou pessimiste, parfois au contraire avec une étrange euphorie – sous la forme d’une valorisation du chaos, comme s’il s’agissait d’une fuite en avant désespérée.

  • 14 Tadeusz Konwicki, La Petite apocalypse, Robert Laffont, « Presses Pocket », 1981, p. 7.

11Le roman de Paquin en rend compte, faisant écho au hors-texte à la fois par des allusions implicites à la Première Guerre encore récente, à la situation économique du Canada français (et du Québec en particulier) à l’intérieur du Canada et aux transformations politiques qui se produisent en Europe. Par ailleurs, comme l’imaginaire de la fin propre aux dystopies l’énonce souvent, à la fin d’un monde collectif se superpose une « apocalypse intime » ou une Petite apocalypse pour reprendre le titre du roman de Tadeusz Konwicki dont l’incipit pourrait apparaître comme un modèle idoine d’entrée en matière romanesque dystopique : « Voici venir la fin du monde. Voici ma fin du monde à moi, imminente et sournoise dans sa lente progression de reptile. La fin de mon monde personnel14. »

12Avant que le texte ne débute, le lecteur découvre trois illustrations qui orientent la lecture. Si elles sont différentes par certains aspects, elles se rejoignent par leur mise en scène de la violence et de la catastrophe. La première illustre la couverture [Fig. 2]. La scène, absente du roman, possède un sens allégorique évident. Elle se situe dans le Vieux-Montréal, au sud de la ville et au bord du fleuve Saint-Laurent. Au centre de l’image se trouve la basilique Notre-Dame, « l’église-mère » de la ville, construite entre 1672 et 1683 (la ville, fondée en 1642, ne possède jusque-là qu’une petite chapelle en bois). On y voit le haut de la tour de gauche (nommée « Persévérance » et possédant le bourdon baptisé Jean-Baptiste…) s’effondrer, frappée par des zeppelins et des avions ennemis. Quelques personnes fuient, d’autres sont immobiles au sol, sans doute mortes. Des bâtiments explosent autour de la basilique.

Fig. 2. Couverture de La Cité dans les fers d’Ubald Paquin (1926).

Fig. 2. Couverture de La Cité dans les fers d’Ubald Paquin (1926).

13En 1927, des zeppelins survolant une ville ne peuvent qu’être associés aux Allemands, moins de dix ans après la fin de la Grande Guerre. Il n’existe pas de référence directe à la guerre dans le roman, mais l’Allemagne symbolise encore un pouvoir vindicatif, parabole de la catastrophe et de la ruine – dans les deux sens du terme, parce qu’elle ruine une population en jetant par terre ses bâtiments. La destruction des maisons, des murs, cristallise l’imaginaire de la catastrophe. Mais les murs évoquent, aussi bien par des échos antiques que contemporains, les thèmes de la ruine et de la survivance, la destruction d’un espace communautaire qui se rattache aussi à une filiation historique. Or, bien sûr, ce n’est pas n’importe quel mur ici qui s’effondre, mais une tour de la première basilique. C’est le catholicisme qu’on tente ici de détruire, mettant en crise le sacré, abattant le lieu par excellence de ritualisation du quotidien qui permet à la communauté de se reconnaître et de faire sens. De plus, cette basilique se trouve au cœur du lieu de naissance de la ville, donc de la Nouvelle-France ; la destruction vise également à rompre le lien, sémiotiquement, avec la France, et plus largement à détruire la réalité française de la ville sur le plan symbolique.

14La page-titre est ornée, dans le bas, d’une vignette [Fig. 3]. Deux étroites bandes verticales encadrent une illustration. Sur la bande de gauche, on trouve à la verticale les lettres du mot « pour » et, à droite, de « la race ». Au centre se trouve un homme à l’allure volontaire, armé d’un fusil et regardant droit devant lui. Sa tête est encadrée du nom de « Chénier » et à ses pieds on lit : « ‘37 ‘38 ». Sous l’illustration : « L’action canadienne ». Cette image, politiquement très chargée, réfère aux événements de 1837-1838 et à une de ses figures les plus célèbres. À cette époque a lieu ce qu’on nommera la rébellion du Bas-Canada (le Québec actuel) ou rébellion des patriotes. Frustrés par les contraintes nombreuses (économiques, politiques) imposées par le gouvernement britannique, puis par le rejet systématique de demandes de réformes, les francophones contestent, de façon de plus en plus vive, ce qui conduira à une véritable rébellion, écrasée dans le sang. Lord Durham accouchera d’un rapport qui conclut que les francophones du Canada sont un peuple sans histoire et sans littérature (selon sa célèbre formule) et que le Haut et le Bas Canada doivent être réunis (ce sera l’Acte d’Union de 1840) pour réduire l’autonomie des Canadiens-français. Jean-Olivier Chénier est un des principaux chefs des insurgés, tué lors d’une bataille décisive.

Fig. 3. Vignette sur la page de garde dans La Cité dans les fers d’Ubald Paquin (1926).

Fig. 3. Vignette sur la page de garde dans La Cité dans les fers d’Ubald Paquin (1926).

15Ainsi, on entre dans le livre en ayant à l’esprit l’idée qu’il appelle à la revendication politique, ce que la première page du roman ne fait qu’accentuer de manière pesante : les premières lignes sont surmontées d’un dessin où un gigantesque John Bull à l’air féroce se tient droit dans ses bottes, les jambes écartées et dominant une ville, tenant dans sa main un sabre ensanglanté. De la violence apocalyptique de la couverture, on passe aux victimes de la violence (Chénier en devient la métonymie) puis aux responsables de la violence personnifiée par John Bull, symbole de l’Angleterre colonialiste.

16Le début du roman – le meilleur passage peut-être sur le plan littéraire, par sa sobriété ainsi que par la tension dramatique que le passage produit – exprime par l’absurde cette violence à la fois explicite et implicite. Il s’ouvre avec l’arrestation arbitraire du héros, André Bertrand, dans un passage qui curieusement rappelle Le Procès de Kafka :

Les deux détectives frappèrent à la porte.
Il était environ onze heures du soir.
Comme personne ne répondait, ils frappèrent une seconde fois, mais plus fort, et attendirent quelques instants.
[…]
Éclairant l’autre côté du corridor, une lumière apparut par le vasistas.
La porte s’ouvrit.
Dans l’embrasure, un homme, jeune encore, il ne paraissait pas dépasser la trentaine, dressa sa stature haute et massive.
Il était revêtu d’une robe de chambre, noire, brodée de jaune, sévère et ample.
Qui voulez-vous, demanda-t-il ?
André Bertrand.
C’est moi.
Le sergent Dufour entrouvrit son veston et laissa voir une plaque nickelée, épinglée à son gilet, identification de son métier.
Et après ? demanda Bertrand, surpris de cette visite à une heure aussi tardive.
Nous venons vous arrêter.
Alors, donnez-vous la peine d’entrer. (p. 3)

17À la différence de Joseph K. cependant, André Bertrand ne se laisse pas faire. Il n’a d’ailleurs rien d’un individu anonyme. Figure charismatique, il tentera sans succès de renverser un système politique inique.

18Le roman rappelle les événements de la rébellion des patriotes, transposés dans un monde contemporain. Un gouvernement canadien autocrate à Ottawa « serrait sur le corps de la Nation l’écrou de son despotisme » (p. 7). La nation avec un grand « N » ici, renvoie bien sûr aux Canadiens-français, concentrés pour l’essentiel au Québec. « Leurs adversaires, aux élections dernières, écrasés par l’argent et les forces organisées, avaient échoué lamentablement. André Bertrand lui-même, l’orateur puissant, n’avait pu malgré son éloquence et sa popularité, ramasser les votes nécessaires pour sauver son dépôt. » (p. 7) Cependant, l’honnêteté finira par triompher : Bertrand et plusieurs de ses amis sont élus. Ils sont trop peu nombreux cependant pour empêcher le gouvernement central de sévir contre le Québec en profitant bassement de ses ressources et de son économie, sans se gêner pour montrer leur mépris envers ces « papistes » et leur religion absurde. « La lutte commencée sur le terrain politique dégénéra en lutte de race et de religion » (p. 7) – comme si, dans le contexte, ça ne s’équivalait pas. Après avoir reçu un appui financier important, Bertrand organise, d’abord clandestinement, une résistance grâce à des réseaux qui traversent le Québec. L’objectif, comme il l’énonce au philanthrope qui les appuie, consiste à créer « une république Laurentienne groupant l’élément Français de l’Est » (p. 20) canadien. L’effet de surprise aidant, les Républicains que Bertrand conduit à la guerre remportent quelques batailles importantes laissant prévoir, dans un premier temps, une grande victoire. Peu à peu cependant, le pouvoir du nombre et de l’argent fait reculer le « Chef National » et ses troupes. On comprend vers la fin du roman que le titre renvoie à Montréal, broyée, écrasée par les Loyalistes anglophones. « Les militaires ontariens se conduisaient avec la morgue d’une soldatesque avinée. […] C’était bien la Cité dans les Fers, la Cité torturée. La moindre résistance était écrasée sans merci, sans pitié ; le terrorisme régnait. » (p. 50) Par ailleurs, les anglophones de Montréal ne sont jamais mentionnés alors qu’ils représentent à l’époque un pourcentage important de la population. Tout pousse à voir dans la nation un peuple homogène et unifié (une image fréquente dans de nombreuses utopies, Robert Lozé en étant un exemple).

19Isolé, André Bertrand se cache. Malheureusement pour lui, pourtant au-dessus des contingences liées à la vie personnelle, il est tombé follement amoureux de la fille de sir Vincent Gaudry, son pire ennemi politique. Après l’avoir rejeté avec sarcasmes lorsqu’il ose la demander en mariage, elle s’éprend de lui à la vitesse de l’éclair (« Elle pensait à lui toujours, toutes les heures, toutes les minutes […]. Elle éprouvait une sensation légitime de fierté en songeant que cet homme fort s’était penché vers elle, que c’était elle qu’il avait choisie d’entre des milliers de femmes », p. 38). Dans un premier temps, la victoire personnelle s’additionne à la victoire politique. Mais bien versatile, elle révèle le lieu où se terre son amant lorsque son père machiavélique lui fait croire qu’il l’a trompée. Deux jours avant d’être pendu, il la rencontre et lui affirme qu’il n’a jamais aimé personne d’autre, ce qu’elle croit aussi rapidement qu’elle a cru son père. Les femmes, dans ce roman, n’ont décidément pas de tête. Elle regrette, mais un peu tard.

Un rapport ambivalent aux États-Unis

20Le gouvernement, peuplé de racistes, prêt à tout pour amasser le plus d’argent au détriment du peuple, va jusqu’à établir un accord de libre-échange avec les États-Unis. « La réciprocité avec les États-Unis est chose accomplie. Le marché canadien est inondé de produits étrangers qui font une concurrence acharnée à nos industries locales. » (p. 16) L’utilisation de la première personne du pluriel, inclusive, permet au narrateur d’intégrer le lecteur à son angoisse et de signaler son indignation face aux États-Unis. Non seulement ce gouvernement est plus loyal envers l’Empire britannique qu’envers le pays qu’il gouverne, le Canada, mais de plus, pactisant avec les États-Unis sans le moindre sentiment de culpabilité, il va à l’encontre des intérêts économiques de ses propres citoyens. Il en devient donc doublement traître. Il s’entoure par ailleurs, pour ses basses manœuvres, de policiers véreux, de juges peureux, d’une foule d’individus à leur solde dont les qualités ne paraissent guère. Face à eux, les Républicains menés par André Bertrand se révèlent sous des auspices positifs. Du moins, est-ce sans nul doute ce que l’auteur a voulu montrer. Pourtant, un regard contemporain doutera de cette évidence.

21Notons d’abord que face aux États-Unis, le rapport s’avère encore une fois ambivalent. Le pouvoir anglo-canadien est stigmatisé par les Républicains pour avoir signé un traité avec le pays voisin, vendant ainsi son âme. Quand André Bertrand rencontre le philanthrope qui leur permettra de fomenter leur coup d’État, il explique que trois options sont possibles : l’annexion aux États-Unis, l’indépendance de l’ensemble du pays (coupant le cordon ombilical avec l’Angleterre) ou la séparation par une confédération de l’Est. Il défend la troisième option et précise, à propos de la première, qu’elle « est contraire à tous points de vue à nos intérêts ; elle signifierait pour la race l’enlizement [sic] définitif dans le grand port américain. Le peuple n’en veut pas ». (p. 19) Pourtant, l’homme qui subventionnera leur organisation habite New York. Certes, il est d’origine canadienne-française. « William C. Riverin était un financier new-yorkais dont la famille était originaire de Québec. C’est ce qui explique la désinence française de son nom. Son grand-père avait émigré à l’âge de vingt ans mû par un goût d’aventures ataviques. » (p. 19) Il s’agit donc de la troisième génération d’émigrés, suffisamment intégrée à la réalité américaine et au monde financier pour être parmi les familles les plus riches du pays. « Il était aujourd’hui l’un des milliardaires américains les plus en vue comme l’un des plus audacieux » (p. 19) : on ne saurait mieux dire à quel point il a peu à voir avec une société canadienne-française où les élites politiques, comme il était mentionné plus haut dans la contextualisation historique, font encore la promotion de l’agriculture… Faut-il y voir un fantasme impérialiste implicite, la future république étendant ses tentacules jusqu’aux États-Unis ? Quoi qu’il en soit, ce n’est pas un riche financier du Québec que Bertrand va trouver, mais bien un Américain. Le pays rejeté (« Le peuple n’en veut pas ») sert pourtant lorsqu’il s’agit d’aller y chercher de l’argent. Soudain, l’horrible capitalisme et le matérialisme honnis n’existent plus.

22On pourra trouver que le matérialisme américain cadre mal avec le fascisme. Il est vrai que dans les années 1930 au Québec, comme dans de nombreux pays, le fascisme se présente souvent dans les journaux comme une voie médiane entre la décadence matérialiste américaine et les horreurs du communisme. Mais on ne demande pas à un roman d’exprimer la rationalité politique (surtout quand il s’agit d’une dystopie aussi explicitement abracadabrante que La Cité dans les fers) et de plus, on peut très bien y lire les tensions exacerbées, les contradictions latentes, qui font des États-Unis un pays qu’on aime pour pouvoir mieux le détester.

Personnification du fascisme

23Face à un parlementarisme qui ressemble à une farce, face à l’individualisme qu’il faut dénoncer – la population de l’est canadien et du Québec en particulier ressemble toujours à une grande famille –, face au capitalisme médiocre qui ne tient pas compte des valeurs fondamentales de la société (catholique et de « race » française), le fascisme apparaît comme une option.

24Le pays doit être mené par un chef ayant les attributs de la virilité et un grand charisme. La première description d’André Bertrand ne laisse pas de doute à ce sujet : « Colosse d’une force extraordinaire, légendaire au collège et à l’université, et qu’il a développée par la pratique de tous les sports, surtout ceux de défense et d’attaque, André Bertrand ne passe nulle part inaperçu. Rasée de frais, la peau blanche du visage faisait ressortir davantage le noir luisant des yeux et de la chevelure frisée à la Alexandre Dumas. » (p. 4) L’énoncé du nom de Dumas traduit métonymiquement une vie consacrée à l’aventure, même si choisir un mulâtre dans ce contexte a indéniablement un effet humoristique. Il reste qu’on reconnaît là la figure virile d’un chef charismatique. Et le rapprochement entre les objectifs politiques de Bertrand et le fascisme s’exprime de façon nette dans la description suivante : « Son physique avantageux et sa force herculéenne lui étaient un atout considérable. Crâne, ne détestant pas les aventures, il tenait à la fois du Cyrano, du Mirabeau et de Mussolini. Et ce mélange formait un singulier personnage d’une force rare. » (p. 21) Ça, pour être singulier, on n’en doute pas.

25Prenons quand même des précautions oratoires : soulignons qu’à cette époque, vers la fin des années 1920, des personnalités aussi différentes que Churchill, Roosevelt et… Gandhi éprouvent de l’admiration pour Mussolini. Rappelons aussi que les liens entre Mussolini et Hitler seront très tendus jusque vers 1936, le premier n’hésitant pas à traiter publiquement le second de dégénéré. Il est toujours facile de refaire l’histoire avec plusieurs décennies de recul. Cela n’empêche pas de constater que le roman de Paquin se trouve dans une mouvance propre à une idéologie fort contestable, pour le moins, où la démocratie joue un rôle accessoire. De nombreux passages du roman, sans mentionner implicitement le Duce, le démontrent.

26Le physique d’André Bertrand décrit dans la citation précédente correspond à une personnalité bien trempée, ne doutant jamais, qui le porte en avant, vers l’avenir : « L’énergie était la qualité dominante d’André Bertrand. Il savait vouloir. Et quand il voulait quelque chose, il savait prendre les moyens pour arriver à ses fins. Caractère cassant et violent, il avait su se maîtriser. Orgueilleux, il ne doutait jamais de lui-même. Ce sentiment humain, la peur, lui était inconnu. En face de l’avenir, des événements et des hommes, il n’avait jamais eu peur. » (p. 20) Il provoque le délire des foules et il sait comment les contrôler : « Pâle, les deux mains appuyées à la table, l’orateur, les lèvres frémissantes, les narines dilatées, goûtait la volupté âcre de cette ovation. Une pensée lui monta au cerveau que cette foule, dans un instant, n’aurait plus d’autre âme que la sienne, qu’il la tenait à sa merci […]. » (p. 8) Ses discours, présentés selon une rhétorique qui privilégie la violence – « Les mots se succédaient, froids, métalliques, durs. Ils allaient au loin frappant comme d’innombrables lames d’acier qu’une armée invisible aurait lancées » (p. 8) –, dans le contexte de défense du catholicisme qu’offre le roman, semblent aussi sortir de la bouche d’un prophète halluciné :

Dressé sur la pointe des pieds, la tête renversée, les mains nerveuses, tendues, vibrantes, la figure exsangue, les yeux clos repliés sur une vision intérieure, il oublia soudain où il se trouvait. La conviction parla seule en lui. Il était grisé de ses principes, dans une ivresse qui le faisait planer au-dessus de la réalité, dans le monde diaphane des idées. (p. 9)

27André Bertrand annonce un Hitler mâtiné de Saint-Paul sur son chemin de Damas. Violence et délire sont appelés par ses phrases et on ne peut rêver plus apocalyptique : c’est à la fois, selon les deux sens du terme apocalypse, une révélation et une destruction.

28Les tropes, tout au long du roman, sont marqués par l’hyperbole et l’allégorie, selon la grande tradition des régimes totalitaires. De plus, à l’image du fascisme, n’existe que la nation, bien avant les individus qui la composent. C’est ce qu’on sent dans la scène du discours où la foule, unie et homogène (sur le plan ethnique aussi bien que religieux) fusionne littéralement avec son sauveur.

29On ne le verra jamais plus clairement que dans le chapitre intitulé « Le défilé des forces » où les soldats républicains « passent, saluent le chef, en tournant la tête de son côté » (p. 37). Cela rappelle les « grandes messes » fascistes et bientôt nazies. Bertrand et ses principaux lieutenants attendaient ce moment, lorsque « défileront devant eux, ceux, tous ceux, qui sont prêts, comme autrefois les gladiateurs pour César, à s’immoler pour Bertrand. Car la République c’est Bertrand. C’est lui qui en est l’incarnation vivante, c’est lui qui depuis des années, par son verbe enflammé a déchainé de par la province le grand mouvement d’indignation qui la balaye » (p. 36). Comme si la métonymie qui fait du chef l’incarnation du pays et le rappel de la Rome antique n’était pas suffisamment appuyée, on lit à la page suivante qu’une salve d’artillerie correspond au « Salut à la première République Canadienne, c’est “le morituri te salutant” de milliers d’hommes en pleine vigueur et en pleine force d’âge » (p. 37). La formule laisse croire qu’on s’apprête à les envoyer à la boucherie dans la joie.

Des illustrations qui parlent du texte autrement

30Deux illustrations du roman apparaissent comme un formidable acte manqué. La première montre, dans une grande ville, un incendie lointain vers lequel une foule (exclusivement masculine) se dirige – elle semble en réalité aspirée par l’incendie [Fig. 4]. Les flammes lointaines forment vaguement la silhouette d’un fantôme, d’un monstre qui régnerait sur la ville, allégorie du mal et de la violence. Comme le lecteur vient de parcourir une scène où la cavalerie, à la solde du gouvernement mécréant et anti-papiste, charge la foule avec une brutalité présentée de manière hyperbolique, une fois de plus, détruisant tout sur son passage, il associe naturellement la scène de dévastation à cette attaque massive. Or, le bas de vignette nous renvoie, par une citation, deux pages plus loin, où on apprend que les violences proviennent plutôt de la meute des républicains que des suppôts du gouvernement.

Fig. 4. Illustration de La Cité dans les fers d’Ubald Paquin, Montréal, Édouard Garand, 1926, p. 33.

Fig. 4. Illustration de La Cité dans les fers d’Ubald Paquin, Montréal, Édouard Garand, 1926, p. 33.

31Une autre, assez saisissante, montre la ville de Québec attaquée par la voie des airs [Fig. 5]. Au centre, on reconnaît le château Frontenac, symbole de la ville. Cette attaque, provenant des forces gouvernementales, pro-britanniques et impérialistes, ne peut que rappeler l’attaque des Anglais contre Québec qui joua un rôle central dans la fin de la Guerre de Sept Ans et par conséquent de la Nouvelle-France. Sauf que la ville est attaquée par des zeppelins et des avions, rappelant l’illustration de couverture et les forces allemandes honnies de la Première Guerre mondiale. Mais surtout, on comprend à la lecture que ce sont les forces républicaines de Bertrand qui s’en prennent à la ville pour la récupérer des mains des forces gouvernementales. Comme il s’agit sémiotiquement d’une représentation semblable à celle de l’attaque sur Montréal illustré en couverture, et qu’on suppose que la destruction de la basilique catholique résulte des forces anti-papistes, on peut proposer l’hypothèse que les adversaires se valent, s’attaquant de manière identique, avec les mêmes armes, à des monuments de semblables valeurs.

Fig. 5. Illustration de La Cité dans les fers d’Ubald Paquin, Montréal, Édouard Garand, 1926, p. 49.

Fig. 5. Illustration de La Cité dans les fers d’Ubald Paquin, Montréal, Édouard Garand, 1926, p. 49.

32À travers ces deux illustrations, la violence des uns et des autres se vaut et conduit à un semblable carnage. À la différence de leurs adversaires, les Républicains récusent l’hypocrisie, le racisme, ne considèrent pas l’argent comme la valeur suprême, ne défendent pas l’impérialisme, ce qui du coup, du point de vue de l’auteur, permet de présenter le clan républicain, de manière manichéenne, comme l’exact opposé des sbires du gouvernement : on a une conception très flottante de la démocratie – pourquoi faire, puisque le groupe ethnique et religieux est si uni ? –, on suit aveuglément un chef charismatique, on s’appuie sur une conception du pouvoir peu éloignée de la théorie de l’État corporatif mussolinien, on défend une vérité qui ressemble à une prophétie religieuse. En bref, on se trouve dans une forme de fascisme aux relents catholiques et on va chercher l’argent aux États-Unis pour préparer la guerre. Posons l’hypothèse qu’arrivé au pouvoir, le gouvernement de cette république ne ferait pas preuve d’une grande mansuétude. C’est pourquoi la pendaison d’André Bertrand, malgré les efforts très appuyés de l’auteur pour le transformer en martyr, ne pousse pas vraiment le lecteur à verser une larme. Trop désincarné, figure archétypale qui se révèle finalement assez peu, André Bertrand reste un personnage insignifiant. Il s’agit d’un chef dont l’envergure intellectuelle ne se démontre jamais, sinon à travers des formules creuses.

33La dystopie qu’Ubald Paquin propose à ses lecteurs offre un portrait beaucoup moins manichéen qu’il ne l’espérait. Les trois premières illustrations aiguillent le lecteur vers une dystopie violente reposant sur un rappel historique : la destruction de la basilique Notre-Dame relève bien sûr de la fiction, mais la référence à Chénier renvoie à une réalité historique, et le « John Bull sanglant » impose sans subtilité une vision hyperbolique d’une situation réelle : les tensions entre francophones et anglophones, reposant sur une domination à l’époque quasi-coloniale. D’autres illustrations, sans apparaître très marquées idéologiquement, rappellent des événements historiques. Ainsi, celle d’un bateau de guerre anglais qui navigue vers le Québec, alors même que, dans le texte, les navires payés par Riverin bombardent le port de Montréal pour chasser les anti-papistes. C’est la reprise de la guerre anglo-américaine… Cependant, deux illustrations, comme on l’a vu, explorent par l’image ce que le texte ne cherche pas à cacher : les Républicains provoquent une violence destructrice aussi grande que celle de leurs adversaires. Sauf que l’auteur la présente dans la narration comme une violence défensive qui, curieusement, ne fait jamais de victimes. On se trouve ainsi devant un discours de propagande typique, qui justifie certaines violences aveugles (même si Paquin ne les présente pas ainsi) au nom de la pureté des intentions.

34Le roman actualise les traits d’un fascisme, puis bientôt d’un nazisme, qui fera de la propagande une arme spectaculaire. Encore une douzaine d’années et la dystopie que propose La Cité dans les fers, à travers fascisme et nazisme, va devenir un cauchemar autrement réel.

Notes

1 Le cas des Particules élémentaires de Michel Houellebecq est intéressant de ce point de vue. On a beaucoup accusé l’auteur d’avoir écrit un roman eugéniste qui présente à la fin une espèce posthumaine vivant dans un univers paradisiaque. Or, à la lecture des dernières pages, rien ne permet d’affirmer que cette société, que nous ne connaissons que par la voix d’un de ses propagandistes, n’est pas totalitaire.

2 Ira Levin, This Perfect Day, New York, Random House, 1970 (pour la version originale). Le roman est traduit la même année.

3 Lire par exemple, du docteur Jean Garrabe, « L’éthique : de la recherche à la pratique », http://psydoc-fr.broca.inserm.fr/colloques/CR/geneve/garrabegen.html. Consulté le 3 janvier 2014.

4 Ubald Paquin, La Cité dans les fers, Montréal, Édouard Garand, 1926, 61 p. Le folio des citations sera donné directement dans le corps du texte.

5 L’Histoire de l’édition littéraire au Québec au xxe siècle, vol. 1 : la naissance de l’éditeur, 1909-1939 (sous la direction de Jacques Michon, Montréal, Fides, 1999) confirme qu’il existe très peu de renseignements sur cet illustrateur (voir p. 316).

6 Je me permets de renvoyer à mon livre : L’Ambiguïté américaine : le roman québécois face aux États-Unis, Montréal, XYZ éditeur, 1995.

7 Cité par Jean-Claude Guédon, « Science, technique, américanité et littérature au Québec », Paragraphes, n8, 3e trimestre 1992, p. 130.

8 Robert Major, Jean Rivard ou l’art de réussir. Idéologies et utopies dans l’œuvre d’Antoine Gérin-Lajoie, Québec, Presses de l’Université Laval, « Vie des lettres québécoises », 1991.

9 Errol Bouchette, Robert Lozé, Montréal, Pigeon, 1903, p. 164.

10 Ibid., p. 166.

11 Ibid., p. 164.

12 Daniel Chartier, préface à Alexandre Huot, L’Impératrice de l’Ungava [1927], Montréal, Imaginaire|Nord, « Jardin de givre », 2006, p. 21.

13 Sur ce sujet, je me permets de renvoyer à un de mes ouvrages et à un autre auquel j’ai participé : Jean-François Chassay, Dérives de la fin : sciences, corps & villes, Montréal, Le Quartanier, « Erres essais », 2008 ; Jean-François Chassay, Anne Élaine Cliche et Bertrand Gervais (dir.), Des fins et des temps. Les limites de l’imaginaire, Montréal, Université du Québec à Montréal/centre Figura, « Figura », 2005.

14 Tadeusz Konwicki, La Petite apocalypse, Robert Laffont, « Presses Pocket », 1981, p. 7.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Couverture de L’Impératrice de l’Ungava d’Alexandre Huot (1927).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/16556/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 2. Couverture de La Cité dans les fers d’Ubald Paquin (1926).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/16556/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3. Vignette sur la page de garde dans La Cité dans les fers d’Ubald Paquin (1926).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/16556/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 4. Illustration de La Cité dans les fers d’Ubald Paquin, Montréal, Édouard Garand, 1926, p. 33.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/16556/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 5. Illustration de La Cité dans les fers d’Ubald Paquin, Montréal, Édouard Garand, 1926, p. 49.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/16556/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 681k

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site