Version classiqueVersion mobile

(Bé)vues du futur

 | 
Clément Dessy
, 
Valérie Stiénon

Dissensions de l’image animée. L’Idée de Berthold Bartosch ou le trauma comme mode de représentation dystopique

Dick Tomasovic

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Réalisé entre 1930 et 1932 par Berthold Bartosch1, le film d’animation L’Idée ne se laisse pas facilement résumer. Les premiers plans installent, à travers leurs images contrastées d’un noir et blanc granuleux et épais, un climat ténébreux. Le profil pensif d’un homme se détache des croisillons d’une fenêtre ouvrant sur un ciel nocturne et incroyablement étoilé. Ce n’est rien de moins que le cosmos qui semble défiler en arrière-plan. Bientôt, à partir d’un effet de transparence, une lueur douce, mais éclatante, tournant sur elle-même tout en se dilatant, envahit tout l’écran [Fig. 1]. De ce vortex lumineux naît une silhouette fragile et féminine [Fig. 2], qui se devine difficilement avant de se révéler pleinement à l’homme rêveur qui saisit cette figurine, maintenant tracée à gros traits, entre ses mains [Fig. 3]. Cette jeune femme nue, dont la taille et l’apparence varieront énormément tout au long des 30 minutes du film, est bien entendu l’incarnation de l’Idée. Après l’avoir exam...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search