Version classiqueVersion mobile

(Bé)vues du futur

 | 
Clément Dessy
, 
Valérie Stiénon

La dystopie, c’est l’histoire. Les (bé)vues du passé dans la dystopie française

Chapman Wing

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans ce chapitre, il sera question d’examiner le rôle de l’histoire et des historiens tels qu’ils sont dépeints dans plusieurs romans dystopiques français du grand xixe siècle : Le Monde tel qu’il sera (1846) d’Émile Souvestre, L’An 5865, ou Paris dans 4000 ans (1865) d’Hippolyte Mettais, Le Vingtième Siècle (1882) d’Albert Robida, et Paris en l’an 3000 (1912) par Henriot (pseudonyme d’Henri Maigrot). En examinant l’emploi des illustrations insérées dans la plupart de ces ouvrages et la description textuelle d’autres images que les personnages eux-mêmes sont amenés à interpréter, on relèvera les tensions mises en évidence par ces auteurs entre, d’une part, les effets du temps sur le monde et, d’autre part, la perception de ce monde en évolution par le biais d’indices visibles. Dans un premier temps, on soulignera, à travers un exemple emprunté à Souvestre, la tension entre l’illustration et la description qui apparaît dans cette occurrence précoce du genre. Ensuite, on examinera plu...

Auteur

College of Staten Island (CUNY)

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search