Version classiqueVersion mobile

Appropriations du développement durable

 | 
Bruno Villalba

Conclusion. Une appropriation politisée mais peu politique

Bruno Villalba

Texte intégral

1Le développement durable est désormais une notion largement appropriée. Au point que l’on peut s’interroger sur la dimension proprement politique de cette notion. Ne l’oublions pas. Loin de se cantonner dans le registre de la réflexion technique sur le modèle de la bonne gouvernance (souvent présenté comme une modalité permettant de transcender les clivages politiques), le développement durable se base sur un diagnostic critique de l’état environnemental et sociétal de l’humanité.

2L’appropriation n’est pas en soi une phase close sur sa propre durée ; elle est extrêmement sensible aux injonctions qui conditionnent son espace d’existence. Pour le dire d’une autre façon : l’appropriation est un dispositif subjectif soumis aux limites du domaine qu’il doit installer au cœur de la régulation sociale. Alors que le DD se présente comme une nouvelle manière d’agencer les rapports de force entre les sphères économique, sociale et environnementale, les stratégies d’appropriation dont il fait l’objet le conduisent à faire allégeance aux cadres qui conditionnent son intégration.

3Depuis sa phase d’émergence, nous avons assisté à une réduction progressive de l’univers du politiquement possible, par la mise en place pragmatique des cadres opérationnels des politiques de DD. Cela s’opère aussi par une requalification du récit fondateur du DD. Si l’on se penche sur les conditions de propagation d’une notion, il faut étudier à la fois le contenu du message et la forme, les modalités formelles des moyens de communication employés, ainsi que des contraintes normatives ou des cadres de formation employés.

4Nous avons présenté dans cet ouvrage quelques analyses sur les procédures de réduction (mécanismes, acteurs, logiques) qui se jouent dans plusieurs arènes, qui sont soit peu connectées (acteurs sociaux et milieux de l’entreprise), soit autonomes (sphères décisionnelles européennes), avec des temporalités différentes voire discordantes (phases de diffusion et mécanisme de juxtaposition des savoirs, opérant des accélérations dans les contenus de formation), avec des pratiques différentes (par exemple, sur les questions de professionnalisations des savoirs liés au DD). Le développement procède d’une méthode interactionniste, destinée à tenter une conciliation entre différents objectifs antagonistes (économie, équité, environnement). L’étude des dispositifs d’appropriation montre que le DD constitue un cadre performatif plutôt que normatif (au sens d’une conception tendant à contraindre à l’adoption de pratiques). L’appropriation montre davantage l’importance des formes de coopération mobilisées entre les acteurs, au risque du consensus. Le DD peut apparaître comme une sorte de syncrétisme, un mélange de contenus, permettant d’établir une communication entre des acteurs aux intérêts divergents. Mais ce n’est pas aussi simple lorsque l’on étudie les formes de communication mises en place. Elles témoignent davantage d’une juxtaposition de registres sémantiques, qui traduisent l’ajout d’un élément identitaire (un supplément de justification éthique par exemple) qui vient s’ajouter à la panoplie d’identités dont bénéficie déjà l’acteur concerné.

5Cela produit des disparités d’appréciation sur les objectifs même du DD. Elles résultent de visions divergentes sur l’ampleur de l’action à entreprendre face aux aspects les plus saillants de la crise écologique et ses conséquences sociales. La dynamique des politiques en matière de DD proviennent davantage des représentations portées par les acteurs, dotés de préoccupations écologiques différentes, qui assurent l’élaboration d’asymétrie d’informations (phénomène de sélection et d’élaboration objectivée des données écologiques et sociales) et légitiment les interactions opérées (discontinuités des questions écologiques et de leurs conséquences sociales, par exemple sur les thématiques de l’emploi et de la croissance). Pour assurer le développement d’une politique cohérente en matière de durabilité, nous assistons à une phase d’objectivation des informations (élaboration des indicateurs de durabilité, officialisation…), qui aboutit à une mise en équivalence des politiques choisies afin de les orienter face à un modèle, consensuel, moins par son contenu, que par ses méthodologies.

6Les acteurs analysés, loin de constituer un quelconque échantillon représentatif, nous ont intéressés par la manière dont ils sont devenus, par la suite d’un processus d’auto-légitimation, des acteurs pertinents (socialisation, trajectoire) ou par ce qu’ils sont statutairement (en mesure de peser sur l’organisation interne du groupe) ou par ce qu’ils représentent en portant une dimension cognitive du projet du développement durable. Ces acteurs nous ont paru significatifs de dispositifs de publicisation de la problématique du DD ; ils ont participé d’une manière importante dans les processus étudiés de diffusion et d’appropriation du DD, en procédant à une maîtrise des rhétoriques du DD, en ayant alors une position de « traducteur », puis, parfois en bénéficiant d’une position centrale leur permettant de se doter d’un capital de connaissances et de savoir-faire spécifiques, légitimant de fait une capacité à se présenter comme détenteur d’une vision « officielle » du DD, et contribuant ainsi à devenir un agent d’officialisation d’une vision particulière du DD à travers sa mise en œuvre dans les agences administratives et/ou politique, mais aussi dans les secteurs privés.

7On pourra bien sûr regretter que la place accordée aux divers groupes d’intérêts qui apparaissent dans les configurations soit insuffisante ; la lisibilité de la structuration des coalitions ou les interactions avec les réseaux d’action publique ou privé (entreprise, association) auraient nécessité d’autres développements.

8Les développements durables élaborés et mis en place par ces acteurs constituent des systèmes qui ont une logique et un langage particulier, une structure d’implications qui portent autant sur des valeurs que sur ces concepts. Pour autant, la diversité des modes opératoires du développement durable, ne produit-elle pas une représentation avant tout fonctionnelle du principe ? En ce sens, au-delà d’une diversité de langage et de production d’images, la phase d’appropriation du développement durable par les acteurs n’aboutit-elle pas à créer une représentation partagée, permettant aux acteurs d’agir ensemble, s’appuyant donc sur des pratiques sociales valorisant une image standardisée du développement durable ? En le familiarisant avec le réel – par le biais des multiples pratiques d’utilisation du principe général du développement durable – on procède à une extraction de sens, et à la constitution d’un modus operandi reproductible et transférable. Par conséquent, ce travail d’adaptation aux cas concrets constitue une procédure de standardisation des modes de connaissances, notamment par la valorisation des savoir-faire. Ce travail de re-signification procède d’un passage de la pensée conceptuelle à une entité concrète, c’est-à-dire qu’il reconstitue le concept général en lui offrant un espace d’application effectif.

9Dans cette phase de diffusion et d’élaboration d’un cadre formel de son appropriation, le DD aboutit davantage à la constitution d’une chimère : elle est une représentation politisée – et non politique, dans le sens où elle exercerait une contrainte effective – de la durabilité, mais porte aussi les attributs spécifiques à chaque acteur concerné (recherche de l’efficacité optimale, souci de la légitimation politique, etc.) Elle condense donc des traits contradictoires, ce qui explique sa propagation et son succès.

10Cette période de l’appropriation constitue une étape essentielle dans l’acception du principe normatif posé par le DD ; elle permet de poser le principe d’une réflexion sur les conditions de la permanence d’un système économique basé sur le maintien d’une croissance continue. Ce que l’on s’approprie finalement, c’est l’idée que l’on puisse, moyennant un effort méthodologique, parvenir à un nouvel équilibre entre la pression anthropique et les capacités de la biosphère.

Auteur

Maître de conférences en sciences politiques à l’Institut d’Études Politiques de Lille, et membre du Centres d’Études et de Recherches Administratives, Politiques et Sociales (Cnrs UMR 8026). Il est directeur du comité de rédaction de la revue Développement durable et territoires (developpementdurable.revues.org). Il travaille sur l’écologie politique et la sociologie de l’environnement. Il a notamment publié (avec Tatiana Muxart, Franck-Dominique Vivien, et Joëlle Burnouf (dir.) 2003), Des milieux et des hommes : fragments d’histoires croisées, Paris, Elsevier, Coll. Environnement ; (avec David Hiez (dir.), 2008), La désobéissance civile. Approches politiques et juridiques. Presses universitaires du Septentrion.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search