Version classiqueVersion mobile

Appropriations du développement durable

 | 
Bruno Villalba

Partie 3. Appropriations professionnelles et militantes.

L’invention de la « chasse durable ». Genèse d’une appropriation subversive des normes de développement durable par les chasseurs de la baie de Somme

Yann Raison du Cleuziou

Texte intégral

  • 1 Nom des chasseurs locaux construit à partir de leur gibier de prédilection, la sauvagine, c’est-à-d (...)

1En 2002, la Fédération des Chasseurs de la Somme et le Conservatoire du Littoral signent une charte permettant la chasse sur les terrains du littoral picard appartenant au Conservatoire. L’accord porte sur le développement d’une « chasse durable ». L’association des deux acteurs et a fortiori l’association de la chasse au développement durable peut surprendre. D’aucuns y verront un improbable oxymore, une inqualifiable incongruité voire une scandaleuse imposture. La baie de Somme où est expérimentée cette hybridation de l’écologie et de la cynégétique est plus connue pour les mobilisations importantes des sauvaginiers1 contre les directives Oiseaux et Habitat (Natura 2000) dont l’objectif est justement de promouvoir une gestion durable de la faune et de la flore. Avec pour programme d’abroger ces directives, c’est dans ces circonscriptions picardes que CPNT (Chasse, Pêche, Nature et Tradition) a remporté ses plus fortes victoires électorales, jusqu’à obtenir dans la Somme lors des élections européennes de 1999, son meilleur score national avec 27,6 % des voix. Le paradoxe qu’offre à l’observateur l’appropriation de la thématique du développement durable par des chasseurs très engagés dans la contestation des normes qui en sont issues nécessite de rompre avec un certain nombre de représentations de sens commun pour être compréhensible.

2Il convient tout particulièrement de renoncer à construire une analyse en autonomisant les représentations de la nature qui sont en jeu de la société ou des groupes sociaux qui en sont porteurs. Par exemple, le jugement normatif construit sur les valeurs présumées contenues dans l’essence de la chasse et dans l’essence du développement durable aboutit à rendre incompréhensible la « chasse durable », si ce n’est comme spécieuse dissimulation d’une stratégie de manipulation de l’opinion. De la même manière, la mise en récit des conflits entre ruraux et urbains sous la forme reconstruite académiquement d’une opposition entre des « conceptions » de la nature ou d’un « processus de civilisation », masque le caractère proprement social de ce conflit. La nature produite par les pratiques des chasseurs n’est pas la nature produite par une association de naturalistes, ou des experts qualifiés par des diplômes. Elles ne sont pas symétriquement opposables parce que les acteurs qui les portent ne sont pas également disposés dans l’ordre social d’un coté et de l’autre d’un clivage strictement symbolique produit par des distinctions savantes. Le clivage est social. Il recoupe des normes de distinction et s’inscrit dans une ligne de fracture qui lui préexiste et dont il est un effet : la hiérarchie sociale et les relations asymétriques qu’elle organise. La nature est une construction sociale et par conséquent sa définition est l’objet permanent de conflits sociaux. L’enjeu de cette concurrence est l’imposition d’une norme des usages sociaux légitimes de la nature.

3Ces prolégomènes sont nécessaires pour construire les politiques de développement durable comme objet d’enquête socio-historique. En effet, s’interroger sur la réception et l’appropriation des normes de développement durable ne peut faire l’économie d’une étude sur la socialisation antérieure des objets naturels concernés, c’est-à-dire l’histoire de la société dans laquelle les normes de développement durable interviennent.

1. La baie de Somme, territoire d’une société

4L’estuaire de la Somme couvre une superficie de 70 km2 délimitée au nord par les dunes de la pointe de Saint-Quentin et au sud par les galets de la pointe du Hourdel. La richesse des milieux naturels de la baie et des territoires qui l’environnent en a fait depuis longtemps une zone de passage de nombreux oiseaux migrateurs. L’histoire contemporaine de la baie est déterminée dans une large mesure par l’exploitation cynégétique de cette ressource naturelle.

5À partir du XIXe siècle, les renclôtures et les endiguements nécessaires au développement du chemin de fer et du canal de la Somme ont entravé le travail régulier des marées sur la baie. La progression conséquente des prairies alluvionnaires, les « mollières », renouvelle les usages possibles de la baie et suscite une concurrence sociale pour leur appropriation : la chasse à la hutte s’y développe parallèlement au pâturage. Domaine Public Maritime (DPM) relevant du ministère de la Marine, les mollières ne sont pas soumises à la loi du 3 mai 1844 et la chasse n’y est par conséquent pas réglementée. Un conflit de compétences entre le ministère de l’Agriculture et celui de la Marine laisse les usages locaux combler ce vide juridique. La chasse de nuit, interdite par la loi de 1844 mais nécessaire à la chasse des migrateurs, est librement pratiquée. Les « sauvagines », comme sont désignés les oiseaux d’eau migrateurs, sont une ressource convoitée qui attire dans la baie, outre quelques aristocrates et bourgeois, un grand nombre d’ouvriers des communes circonvoisines. Le commissaire de l’inscription maritime, dans une lettre du 27 novembre 1876 à l’ingénieur des Ponts et Chaussées de Saint-Valery, laisse échapper son découragement : « Malgré les avertissements et les précautions prises par nos deux services pour empêcher les riverains de considérer le domaine maritime comme étant leur propriété, d’y élever des huttes et d’y creuser des mares de chasses, ces riverains sont incorrigibles […] » (Degonville, 1985 : 196). Les sauvaginiers « riverains » se sont approprié la baie.

6Les usages des chasseurs ont transformé l’espace indéterminé du littoral, des mollières et des marais, en territoire de chasse. Creuser, cultiver, tailler, faucher, semer, curer, ces pratiques en ordonnant l’espace à un usage cynégétique ordonnent en retour le chasseur dans un rôle de gestionnaire légitime. Le paysage est profondément transformé par ces aménagements. Des remparts de Saint-Valery, la baie ressemble à un damier constitué de mares de chasse et parsemé par ces étranges monticules que sont les huttes. La construction sociale de l’espace est aussi une construction sociale de la nature car les aménagements de l’espace imposent une norme anthropocentrique de la nature, c’est-à-dire une mise en ordre du sauvage passant par la hiérarchisation de tous les éléments naturels en catégories relatives à leur intérêt pour l’homme : gibier, nuisibles, etc.

7La configuration originelle d’un espace naturel public non réglementé investi de pratiques populaires va déterminer l’histoire des sauvaginiers et joue un rôle majeur dans la construction de la société locale actuelle. La chasse est d’abord un savoir-faire et non un savoir théorique. Devenir chasseur relève d’un apprentissage de pratiques au fil d’un long processus de socialisation (Raison du Cleuziou, 2008 : 383-394). En baie de Somme, une majorité de chasseurs ont été initiés dans le cadre familial et souvent dès le plus jeune âge. C’est en accompagnant leurs aînés que les futurs chasseurs découvrent la sauvagine et la baie. Toute l’année et presque quotidiennement, lors de promenades « au marais », les animaux et l’espace suscitent de la part du sauvaginier, à la manière d’un rite d’institution (Bourdieu, 2001 : 178), la réitération des pratiques qui construisent son rôle et font qu’il le tient bien. La familiarité avec l’espace qu’il atteste par sa performance à se repérer et à faire ce qu’il faut, le légitime en tant qu’homme de la baie parce « qu’il sait où il va », qu’« il connaît » et peut siffler un courlis ou insulter un cormoran avec complicité. C’est en définitive parce qu’il produit la nature dont il est le produit, que le chasseur n’a pas une relation avec la nature mais qu’il a le sentiment d’en être : là est d’ailleurs son illusio. C’est-à-dire la croyance inconsciente qui légitime son rôle et ses pratiques, son habitus, et plus fondamentalement qui est constitutive de ce qu’il est. Dans la société locale, l’attestation de cette performance à être de la nature a presque le caractère d’un rite de passage. Devenir un « vrai huttier », c’est passer à l’âge adulte par l’affirmation de l’identité personnelle, intégrer la communauté des pairs par l’appropriation du territoire commun, et enfin être un vrai homme en manifestant la virilité requise par les sociabilités masculines locales.

8De manière corollaire, le territoire contribue à la construction de la société locale et est la matrice d’un entre-soi codifié au cœur de sociabilités très fortes. La chasse à la sauvagine suscite un fort sentiment d’identité de la population locale à la baie. Signe et conséquence d’une double contrainte, géographique et sociale, l’engouement pour la chasse s’apparente à un « goût de nécessité » (Bourdieu, 1979 : 198). La « passion » de la chasse est en effet, pour une majorité de chasseurs issue des classes populaires, le travestissement d’une absence de choix. La chasse sur le DPM est la seule chasse permise aux populations qui ne sont pas propriétaires d’un territoire, c’est aussi et surtout, localement, le seul loisir possible. L’attachement y est donc d’autant plus fort que le statut social est modeste. Pour les ouvriers du Vimeu, la région qui s’étend au sud de la baie, la pratique de la chasse offre une réserve de valeurs alternatives. Sur ces terres, ils regagnent une certaine estime de soi, qui leur fait parfois défaut dans leur vie professionnelle.

9Nécessaire à la chasse au gibier d’eau, la hutte est une cabane rustique à demi souterraine. Elle constitue souvent un substitut de résidence secondaire. Lieu d’élection des sociabilités masculines, les chasseurs y partagent dans la « camaraderie » une liberté conquise contre les obligations et les contraintes du foyer domestique. Les coûts d’entretien et l’accès difficile à la propriété suscitent des pratiques d’entraide et de camaraderie qui font de la hutte le cœur d’un vaste système de relations sociales de réciprocité où se croisent de multiples circuits d’échanges, de relations familiales, d’amitiés. Les passages des oiseaux migrateurs, la hutte, les appelants, la baie, fédèrent les imaginaires, donnent un langage commun, fondent un entre-soi au cœur de la reconnaissance réciproque des chasseurs comme membres d’une même communauté : la chasse est la condition de leur liberté contre le reste de la vie domestique, sociale, professionnelle ou politique, le marais leur bastion.

10C’est pourquoi analyser la chasse comme une simple pratique de loisir n’est guère heuristique. La reproduction de la société locale passe par la transmission du territoire et par la perpétuation des traditions et savoir-faire qui y sont liés. C’est ce qui explique que le vote CPNT dépasse largement le nombre des chasseurs : il mobilise toute une société. La violence de l’attachement viscéral des chasseurs à la baie s’explique parce que pour eux la défense de la chasse se confond avec la lutte pour la pérennité de leur groupe et la légitimation de leur culture. C’est en définitive parce que les chasseurs sont le produit d’une baie qu’ils produisent qu’ils ont un profond sentiment d’être de la baie et peuvent parfois éprouver l’intrusion d’usages concurrents dans leur environnement naturel familier comme une violation physique.

2. L’arraisonnement de la baie par les politiques environnementales

11Suite au Sommet de Paris (1972), la nature devient un axe des politiques européennes. Les directives Oiseaux (1979), Habitat (1992), la mise en œuvre des conventions internationales de Ramsar (1971) sur les zones humides, celle de Berne (1979) sur la conservation des espèces sauvages et enfin celle de Bonn (1979) sur les oiseaux migrateurs, imposent l’obligation aux États membres de se doter de réglementations et de programmes d’action pour gérer durablement la nature. Avec le développement des politiques européennes de protection de l’environnement, un zonage administratif et normatif qui requalifie l’espace en fonction d’une finalité de durabilité se superpose à la fabrication autochtone de la baie en haut lieu de chasse. L’impératif de durabilité induit un double changement d’échelle : la temporalité de référence devient celle du temps long, c’est-à-dire à la fois le passé à transmettre et le devenir à garantir ; la spatialité locale est reconsidérée sous l’angle international et planétaire (Alphandéry, Bergues, 2004 : 9). La valeur nouvelle des territoires est authentifiée par la présence d’un milieu spécifique, d’espèces végétales et animales rares ou exemplaires selon les nomenclatures savantes. Autant de critères qui singularisent une portion d’espace pour en faire un haut-lieu de la biodiversité, un territoire extrait des rationalités ordinaires, et assujetti aux référents savants qui fondent son exemplarité (Micoud, 1991). Ce travail de requalification scientifique des objets naturels présents sur le territoire, de leur hiérarchie et des usages qui en sont possibles, trame le processus de « naturalisation » de l’espace rural, c’est-à-dire la substitution d’une construction sociale cognitivo-centrique de la nature à celle anthropocentrique des chasseurs (Fabiani, 1985 : 84-86) : le référent du savoir naturaliste valorisant la rareté et la connaissance se substitue à celui de l’utilité pour l’homme (Chamborédon, 1980). L’espace rural est découpé en territoires définis par des critères scientifiques et maillé dans des réseaux nationaux et internationaux de sites analogues : Zones naturelles d’intérêt écologique faunistique et floristique (ZNIEFF), Zone spéciale de conservation (ZSC) de la directive Habitats ou Zone de protection spéciale de la directive Oiseaux. La qualification scientifique de l’intérêt des milieux opère un arbitrage en hiérarchisant, sur le territoire défini sensible, les objets naturels pour la protection desquels s’ordonne la vocation des territoires ainsi que la légitimité de leurs usages sociaux. En baie de Somme, c’est donc l’ensemble des pratiques ordinaires des chasseurs – principaux usagers du territoire – qui se trouve encadré par des impératifs scientifiques : la directive 79409 limite la saison de chasse aux périodes de « dépendance » et de « retour » ; avec Natura 2000, les mares de chasse, créées et entretenues par les chasseurs selon une finalité cynégétique sont requalifiés en milieu naturel à protéger à cause de la faune et la flore rares qui s’y trouvent. Les chasseurs doivent s’adapter à un impératif de multifonctionnalité : ils ne peuvent plus chasser et user de leurs territoires en fonction de leur seule finalité cynégétique mais ils doivent respecter une diversité d’impératifs imposés par les nouvelles règles de gestion des espèces et des milieux (Deverre et alii 2002 : 235). L’imposition des normes légales de développement durable, fondées selon des problématiques savantes totalement étrangères à la chasse au gibier d’eau, aboutit comme le note Dominique Darbon « à faire de pratiques sociales licites des actes illégaux » (1997 : 13) : les sauvaginiers deviennent déviants s’ils restent fidèles à leurs pratiques coutumières. Ils partagent le sentiment amer d’être dépossédés de leur vie ordinaire.

3. Le braconnage comme résistance

  • 2 Utiliser un bulldozer pour combler la mare des tritons.

12Auparavant dédaignés comme des éléments ordinaires de la mare, le triton crêté ou la liparis de Loesel accèdent à une vie publique par les directives qui les protègent. Les sauvaginiers doivent désormais se soumettre aux nécessités de leur sauvegarde. Il m’a été raconté que des chasseurs avaient réagi avec discrétion et radicalité en « bullant2 » la mare des tritons ou en fauchant les orchidées protégées par Natura 2000 (Raison du Cleuziou, 2007a : 153-154). La violence de ces réactions manifeste l’effet performatif de l’imposition par des politiques publiques d’une nouvelle norme de la valeur de la faune et de la flore, c’est-à-dire d’une nouvelle définition des usages sociaux légitimes de l’espace (Raison du Cleuziou, 2007b). Le chasseur ne peut plus être indifférent à la présence du triton à partir du moment où ce dernier menace l’usage cynégétique de l’espace. Le maniement de la débroussailleuse ou de la pelle relève alors d’une politique de domination, il s’agit de prescrire en pratique quelle est la fonction du territoire et ce qu’est la « vraie nature », ce qui revient toujours à dire qui en est l’usager légitime. En effet, le rejet de la construction savante de la nature est avant tout un rejet de la légitimité d’étrangers à régir le territoire en définissant la nature.

13Ces pratiques de braconnage sont restées très marginales, la résistance s’est principalement exprimée par les différentes manifestations organisées par CPNT, mais elles manifestent à quel point l’imposition de normes perçues comme contraire aux coutumes locales peut aboutir à des effets pervers : l’exact contraire de ce que vise la norme ; mais aussi l’exact contraire des pratiques coutumières des chasseurs. Tout l’enjeu de l’institutionnalisation du développement durable est dans l’acceptabilité sociale de ces nouvelles normes, c’est-à-dire leur intégration par les usagers antérieurs des espaces. En baie de Somme, ce processus sera conflictuel parce que les deux recherches de durabilité – celle des savoir-faire cynégétiques dont procèdent les sociabilités locales et celle des milieux et espèces naturels – paraissent antagonistes (Raison du Cleuziou, 2007a). Mais le paradoxe est que c’est justement le conflit qui va être le meilleur vecteur de la conformation des chasseurs aux logiques de durabilité environnementale. Et cela malgré ou plutôt corollairement à la mobilisation politique massive de CPNT pour l’abrogation des directives Habitats et Oiseaux (Raison du Cleuziou, 2008).

4. Bons chasseurs contre mauvais chasseurs

14À partir des années soixante-dix, la conjonction entre l’émergence d’un mouvement d’opinion défavorable à la chasse, le développement d’un tourisme consommateur d’espace naturel et le développement des politiques publiques de protection de l’environnement va orienter la réaction des chasseurs en un sens favorable à l’institutionnalisation du développement durable dans leurs pratiques. Cette appropriation dépend de deux conditions de possibilité importantes : l’existence d’un pouvoir de régulation des pratiques des sauvaginiers, la force de l’attachement des chasseurs à la baie et à la perpétuation des traditions dont ils procèdent.

  • 3 « Trois vallées », in Picardie Chasse, n° 16, janvier 1987, p. 8.

15Dès le début des années quatre-vingt, les dirigeants des associations de chasse du DPM entreprennent une régulation des pratiques cynégétiques, à la fois pour maintenir la légitimité de la chasse et pour conserver la maîtrise des espaces naturels aux sauvaginiers. La dévalorisation médiatique des chasseurs a créé la nécessité de justifier un ordinaire que l’évidence sociale ne suffit plus à légitimer. De cette prise de conscience va naître un souci de pédagogie envers les non-chasseurs. Une exposition permanente sur les oiseaux de la baie est créée à Saint-Valery puis ira au Crotoy. Les chasseurs organisent aussi des sorties pédagogiques pour toucher les écoles. L’explication est censée combler la carence de normalité que l’accusation de déviance a engendrée : « L’intolérance vient de l’ignorance. Qui demande à apprendre, à savoir, plus que les enfants ? En cette matinée de novembre, les dirigeants des « Trois vallées » n’ont certainement pas provoqué 60 vocations de futurs huttiers. Mais ils ont atteint un but autrement important : expliquer, faire comprendre la chasse, pourquoi la chasse, comment la chasse et que la chasse, c’est naturel »3.

  • 4 Entretien avec Dominique Salesse, le 15/06/02, permanent et garde de l’Association des Chasseurs du (...)
  • 5 Lewin Guy (président de l’ADPMBDS), Le siffleur de la baie de Somme, n° 13, 1998.
  • 6 Lewin Guy, « Lavons le linge sale… », in Le siffleur de la baie de Somme, n° 9, 1994.

16En outre, les responsables associatifs partant du constat que « certains chasseurs sont les premiers ennemis de la chasse »4 vont entreprendre de discipliner les comportements des chasseurs en imposant une conformation des corps, des vêtements et des attitudes à une image valorisante de la chasse. Cette police des conduites doit effacer toutes les attitudes qui pourraient confirmer chez les touristes l’image médiatique du chasseur « populaire » : violent, viandard, alcoolique et en tenue paramilitaire. Le chasseur doit, pour être un « bon chasseur », avoir ses attributs : souriant, élégant, poli, écologiste et partageur. La diffusion par les responsables associatifs d’une représentation panoptique de l’œil des médias accroît la responsabilité individuelle : « juste une anecdote lamentable, mais je vous assure qu’il y a chez nous, passez-moi l’expression, des connards et des salopards (et heureusement qu’ils ne sont pas nombreux). Connards parce qu’ils n’hésitent pas un beau jour d’ouverture à se promener fusil chargé (ou non) entre les touristes et les baigneurs. Impensable, inconcevable, me direz-vous, mais c’est pourtant la réalité. Vous imaginez fort bien un reportage télévisé sur l’ouverture de la chasse en Baie de Somme. Point de discours, les images parleraient d’elles-mêmes… Spectacle pitoyable et pourtant 11 des nôtres ont été invités à monter les 27 marches de l’escalier menant au bureau, pas pour des prunes, vous vous en doutez bien ; mais vous avez tout compris !5 » Régulièrement, la presse cynégétique dénonce comme des « traîtres » ou des « brebis galeuses » les chasseurs photographiés ou médiatisés qui colportent une image négative du groupe6. Les gardes des associations de chasse du DPM ne sanctionnent plus seulement les transgressions du droit, ils surveillent aussi les conduites susceptibles de nuire à l’image des chasseurs comme le fait de ne pas ramasser les cartouches usagées. Il s’agit en effet non seulement de neutraliser les représentations médiatiques mais aussi de légitimer l’appropriation cynégétique du territoire auprès des nouveaux consommateurs de nature.

5. Le chasseur « écologiste » : une requalification des savoirs cynégétiques

  • 7 « Baie de Somme, la chasse c’est naturel », in Picardie Chasse, n° 10 juillet 1985, p. 7.

17Les chasseurs cherchent aussi à asseoir leur légitimité face aux expertises scientifiques sur lesquels reposent les politiques de protection de la nature. Cette stratégie de défense nécessite l’imposition d’une éthique écologiste et d’une rationalisation scientifique aux pratiques cynégétiques. Pour résumer sa stratégie de défense, l’Association des Chasseurs du DPM de la baie de Somme (ADPMBDS) énumère un programme : « La meilleure façon de se défendre, c’est d’attaquer. Les moyens ? D’abord conquérir l’opinion publique afin de laisser marginaliser nos adversaires de plus en plus outranciers dans leurs propos et leurs écrits. Pour cela, il nous faut promouvoir la chasse c’est-à-dire : 1) L’expliquer : la chasse c’est naturel ; nous ne portons pas atteinte à la nature en prélevant une part raisonnable d’un capital renouvelable. 2) Informer le public : provoquer un changement de comportement des médias. 3) Participer à des actions techniques : en collaboration avec les scientifiques pour mieux connaître les populations d’oiseaux et en suivre l’évolution. 4) Éduquer le chasseur : lui faire comprendre que c’est par son comportement individuel qu’il modifiera son image de marque. Et si l’on veut inculquer ce message « la chasse c’est naturel », ne chasser que du gibier naturel »7. En pratique, les chasseurs doivent se conformer à une norme plus froide et gestionnaire, correspondant à la diffusion de la définition savante de la « nature » (Fabiani, 1985 : 89). La chasse cueillette est délégitimée par la chasse gestion (Dalla Bernardina, 1989 ; Vourc’h, Pelosse, 1985). Le chasseur ne tue plus, il « prélève » le gibier dans un cheptel administré avec rigueur. En outre, les cadres associatifs des sauvaginiers créent des dispositifs qui leurs permettent de produire des contre-expertises pour contester les analyses scientifiques.

  • 8 « Cayeux-Mers, un nouveau président, un carnet de prélèvement », in Picardie Chasse, n° 10 juillet (...)
  • 9 Entretien avec Éric Kramer, le 02/02/02. Président de l’ADPM Baie d’Authie Sud, Président de l’Unio (...)

18Par exemple dans le cadre de la directive Oiseaux (79409), la définition des dates de « dépendance » et de « retour » des migrateurs va provoquer un affrontement spécifique entre l’ONC, le Muséum d’histoire naturelle, le ministère de l’Environnement et l’Association Nationale des Chasseurs de Gibier d’Eau (ANCGE) dans le champ de l’expertise scientifique. Pour contester les expertises des naturalistes, les chasseurs inventent le « cahier de hutte » : les sauvaginiers doivent y noter le nombre d’oiseaux tués par espèce et la date de leur « prélèvement ». Ces informations créent une base de données ornithologiques opposable aux chiffres avancés par les naturalistes8. Du nombre d’oiseaux tués et du moment de leur abattage peuvent se déduire les dates de passage des oiseaux et donc leur période de dépendance ou de non-nidification, enjeu au cœur de la définition de la saison de chasse. Les associations de sauvaginiers de la Somme sont les premières à imposer ces dispositifs à leurs membres. Ces ressources argumentatives n’ont pourtant pas toujours eu les effets escomptés. Éric Kramer, président de l’Association des chasseurs de la baie d’Authie, se plaint de procès d’intention à l’égard des chasseurs : « Je me suis fait rétorquer que c’étaient des statistiques de chasseur et qu’on pouvait mettre en doute ce type de carnet. Partant de ce principe, rien n’est bon »9. Cependant, la construction de ces ressources associe tous les chasseurs à un travail d’expertise et les conforme à de nouvelles problématiques : leurs pratiques sont rationalisées en fonction de l’impératif de gestion durable des espèces. Sur le littoral picard, les associations de chasse imposent un PMA (prélèvement maximum autorisé, c’est-à-dire un quota d’oiseaux chassables, par nuit, par espèce et par chasseur) qui empêche les tableaux de chasse excessifs.

  • 10 « L’analyse du rapport Lefeuvre », in La Sauvagine, n° 447, mars 2001, pp. 14-34.
  • 11 Entretien avec Éric Kramer, idem.

19L’ANCGE va aussi créer un centre de recherche scientifique sur les oiseaux migrateurs à l’échelle des 70 pays du paléarctique occidental : l’OMPO (Oiseaux Migrateurs du Paléarctique Occidental). Ce réseau de scientifiques mène un programme de recherche, d’expertise et de protection des oiseaux migrateurs de l’Afrique centrale à la Sibérie. Le but de l’OMPO est de promouvoir une gestion internationale des oiseaux migrateurs. On ne peut ignorer l’aspect stratégique du recours à la dimension internationale des migrations des oiseaux en alternative aux observations sur la seule dimension européenne prévue par la directive 79409. La Sauvagine, revue des chasseurs de gibier d’eau, suit les débats scientifiques et s’en fait la tribune : le rapport Lefeuvre sur l’état des populations d’oiseaux migrateurs a fait l’objet d’une contre-expertise scientifique qui y est publiée10. Le cadre scientifique de gestion durable des populations d’oiseaux migrateurs à l’échelle globale est donc repris par les chasseurs dans une logique de conflit. Leur intérêt à la gestion rationnelle et durable des ressources naturelles est revendiqué pour justifier leur bonne foi écologiste : « Le chasseur c’est le premier écologiste. La chasse ne peut exister que si on prélève l’intérêt du capital. Pour moi, la chasse, on ne peut prélever que le plus par rapport au capital. Donc dès qu’on tape dans le capital, ça devient mauvais. Faut avoir l’intelligence, à un moment donné, de dire : là, l’espèce se comporte pas bien, on a des populations en régression, faut être capable de dire qu’on met en place un plan de gestion, on ne chasse plus l’espèce ou on la limite »11. La construction du chasseur en écologiste n’est pas réductible à une simple stratégie de communication : la mobilisation du discours « écologiste » est aussi un nouveau moyen d’expression d’expériences anciennes. Les chasseurs cherchent à valoriser une forme de gestion durable spontanée qu’ils pratiquent depuis longtemps. Mais en empruntant au discours qu’ils veulent contrer ses référents rhétoriques, ils contribuent à en instituer la légitimité.

6. La chasse patrimonialisée

20La mobilisation d’expertises scientifiques par les chasseurs ne doit pas tromper car elle est souvent conjointe à une délégitimation des scientifiques. Les sauvaginiers contestent les expertises savantes avec des contre-expertises savantes mais aussi en se référant à leur savoir-faire, au bon sens de l’homme du terroir qui a une connaissance filiale et empirique des milieux et des espèces et qui est opposé aux savoirs administratifs et scientifiques de ceux qui décident sans jamais être venus sur le « terrain ». Cette ambivalence, comme l’a noté Christophe Traïni en parlant de « sédimentation de justifications », reflète l’histoire complexe et conflictuelle de la chasse (2004 : 47). À ce titre, si l’émergence de la figure du chasseur écologiste dépend de la diffusion de la construction scientifique de la nature dans les années soixante-dix et quatre-vingt, la directive Habitat en 1992 va susciter d’autres requalifications des savoirs cynégétiques. Sans revenir sur l’histoire de la mise en application de la directive et des contestations qu’elle a suscitée (Billaud et alii 2002), à partir de 1998 les débats durant l’élaboration du document d’objectif PIC 01, concernant la gestion durable des sites Natura 2000 du littoral picard, sont riches d’enseignement sur l’institutionnalisation du développement durable. Les associations de chasseurs vont se mobiliser pour y participer.

  • 12 Entretien avec Nicolas Lottin le 31/01/02, Conseiller Général CPNT de Saint-Valery, administrateur (...)
  • 13 Entretien avec Alex Pion le 18/06/02. Président de l’ADPM Littoral Picard Sud, administrateur de la (...)

21En effet malgré les réactions (marginales) de rejet susdites, les cadres des associations de chasseurs locaux préfèrent contester les nouvelles prescriptions au nom même du développement durable : ils opposent leur expérience d’« homme de terrain » aux savoirs scientifiques abstraits. Ainsi, pour préserver la flore qui pousse sur les berges des mares, le document d’objectif prévoit d’exporter hors zone la boue retirée lors des curages. Nicolas Lottin, chasseur, élu CPNT et responsable associatif, disqualifie cette règle de protection en dénonçant son caractère « livresque », « technocratique » et, par conséquent, sans autorité, voire « dangereux » pour la nature elle-même. Selon lui : « On voit qu’ils sont jamais venus sur le terrain. En plus, quand on met les boues sur le coté, les anguilles, les lamproies, les tritons qui sont dans la vase, la nuit, elles sortent et reviennent dans la mare. Si les boues ont été transportées à un kilomètre, comment elles vont faire, les lamproies ? Y a des tas de trucs comme ça. Depuis qu’on travaille avec eux, on leur a mis le nez dedans, sur le terrain jusqu’au cou… Depuis ça change »12. Cette citation est intéressante parce qu’elle montre bien que les chasseurs n’utilisent pas la rhétorique écologique dans une perspective stratégique de communication, ils en usent au nom d’une compétence réelle. Elle leur permet de requalifier leur savoir-faire et de rappeler le caractère anthropique des milieux sélectionnés dans le réseau Natura 2000. En utilisant la logique de protection des habitats promue par Natura 2000, les chasseurs mobilisent un argument décisif : la qualité des milieux est relative à leur anthropisation et on ne peut les protéger sans préserver les savoir-faire cynégétiques dont ils procèdent. Comme le rappelle Alex Pion, le président de l’Association des chasseurs du littoral picard sud : « On a su préserver ces zones-là, par la chasse ; le biotope a peu évolué parce qu’on sait comment ça marche. Une mare de chasse, si vous l’entretenez pas, c’est les algues, les roseaux, puis ça se ferme, ça se comble, s’installent les saules, les peupliers, puis c’est fini, c’est un marais qui disparaît. Par nécessité, comme on chasse le canard, on maintient des zones d’eau pour continuer à chasser »13.

  • 14 Entretien avec Guillemette Rolland le 31/01/02. Chargé de mission Côte Picarde au Conservatoire du (...)
  • 15 Baticle Christophe, Bouteiller Claude, 2003, Rapport d’étude : Chasse et environnement implications (...)
  • 16 « La chasse au gibier d’eau dans la gestion intégrée des estuaires. Droits international, européen (...)

22La revendication de l’importance des chasseurs dans la préservation des milieux a été acceptée par les autres acteurs de la protection du littoral. Ainsi une responsable locale du Conservatoire du Littoral reconnaît : « Si, aujourd’hui, l’environnement est de qualité, c’est bien grâce aux pratiques qui s’y font depuis longtemps, il faut donc aussi protéger ces pratiques parce qu’elles font partie de l’entretien des habitats, tout en sachant les rationaliser dans leurs excès »14. Dans le cadre de l’élaboration du document d’objectif PIC 01, une enquête sociologique a été commandée pour évaluer l’importance de ces pratiques15. Enfin un colloque a été organisé par le Conservatoire du Littoral et l’ANCGE sur la chasse au gibier d’eau dans la gestion intégrée des estuaires16. Par ailleurs le Conservatoire du Littoral et la Fédération des chasseurs de la Somme ont signé un protocole pour expérimenter une pratique de « chasse durable » sur les terrains gérés par le Conservatoire. Avec la directive Habitat, la reconnaissance du caractère anthropique des milieux sélectionnés a permis aux chasseurs de requalifier leurs pratiques au nom des espaces à protéger : la chasse raisonnée est devenue une garantie de la durabilité des espaces naturels fragiles.

23Ce processus est typique des processus de patrimonialisation qui construisent le visage des campagnes actuelles. Comme l’écrit André Micoud : « Loin d’être la trace immuable d’un passé qui dure, la campagne actuelle est ce qui naît du sein de l’espace rural quand sont mis en collection une partie des éléments qui s’y trouvent et à propos desquels il est signifié que, pour n’être plus intéressants selon le point de vue agricole, ils ne sont pas rien. La patrimonialisation est le nom donné à ce processus par lequel un collectif humain s’énonce comme tel par le travail de mise en collection de ce qui, de son passé, est pour lui gage d’avenir » (2004 : 16). À ce titre la chasse est patrimonialisée, c’est-à-dire saisie dans ce processus de mise en collection qui trame la construction de la baie en haut lieu d’une nature préservée.

7. Une sanctuarisation subversive contre « l’invasion touristique »

  • 17 Nous employons le terme « entrepreneur » dans le sens proposé par Howard Becker de promoteur d’un c (...)
  • 18 Entretien avec Renaud Blondin le 14/06/02. Président de l’ADPMBDS, administrateur de la Fédération (...)
  • 19 Entretien avec un chasseur, ouvrier, à Noyelles sur Mer le 02/02/02.

24Reste encore à souligner l’effet majeur du contexte. Sans l’expérience quotidienne de la pression touristique par la société locale, le rapport aux normes de développement durable n’aurait pas été le même. En 1974, l’établissement d’un schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme est établi en baie de Somme. Son but est d’encadrer et d’encourager le développement de la côte picarde. Pour accompagner ce développement, le SMACOPI (Syndicat mixte pour l’aménagement de la côte picarde) est créé. Il a pour mission de favoriser le développement touristique du littoral picard tout en le conciliant avec la protection des milieux naturels. En 1975, le Conservatoire du littoral est créé. Ces deux entrepreneurs17 de nature vont développer une nouvelle norme environnementale sur le littoral picard à travers une réévaluation à la fois esthétique et savante de la qualité des espaces. Ils mobilisent explicitement la finalité de « développement durable » pour légitimer leurs actions. La rareté et la fragilité deviennent les référents ultimes qui conduisent à une patrimonialisation des espaces et par conséquent à un programme de sanctuarisation corollaire d’une ouverture au public. Les apparitions de « sentiers découverte », de pistes cyclables, de parcs ornithologiques et de réserves objectivent sur le territoire cette définition inédite de la baie. La chasse au gibier d’eau est contestée de manière croissante, à la fois par la promotion touristique du littoral, qui réduit son territoire, mais aussi par sa dévaluation comme mode de consommation des espaces naturels à un moment où se développent les loisirs de plein air et une sensibilité écologiste. Les développements conjoints du tourisme et des réglementations européennes prend pour les sauvaginiers l’apparence d’une conjuration de fait qui vise à les exclure : « Les écolos utilisent les directives pour nous restreindre la chasse, la place est libre pour les vacanciers. Les promeneurs colportent la même rêverie que les Verts »18. Le dénominateur commun serait une conception idéalisée de la nature, d’origine urbaine et opposée aux usages traditionnels de l’espace rural. Les fréquents conflits entre randonneurs et chasseurs prêtent une réalité à ces représentations. En outre, beaucoup de chasseurs appartenant aux couches populaires traduisent leur sentiment de marginalisation sociale par un ressentiment à l’égard du développement touristique de la baie qui leur paraît un arbitrage injuste en faveur des populations allochtones : « Le problème des touristes, c’est qu’il faudrait éliminer les chasseurs dans la baie, ils développent le tourisme dans un certain sens. La piste cyclable, c’est pour ceux qui viennent de Paris découvrir la baie […] mais il n’y a rien pour les gens d’ici, nous, nos loisirs, on nous les rogne »19. Les sentiers de randonnées, les pistes cyclables, sont ressentis comme des intrusions étrangères et menaçantes qui détruisent le territoire de chasse en le morcelant en zones sous contrôle où les espaces qui ne sont pas publicisés sont voués à la sanctuarisation. Le « développement durable » est mal accueilli parce qu’il remet en cause la durabilité des usages sociaux séculaires de la baie.

  • 20 Prix donné par la Fédération Nationale des Offices de Tourisme et Syndicats d’Initiative pour récom (...)
  • 21 Entretien avec Renaud Blondin, idem.
  • 22 « Tourisme en baie de Somme », in Le siffleur de la baie de Somme, n° 8, 1993.
  • 23 Terme d’origine inconnu, peut être picard, mais désignant sans équivoque le papier hygiénique.
  • 24 Entretien avec Renaud Blondin, idem.

25Ces réactions sont caractéristiques de la saturation des populations autochtones quand le seuil de tolérance sociale à la pression touristique est dépassé (Michaud, 1983 : 166-174). Les « bravos de l’accueil20 » reçus en 1994 par l’ADPMBDS, pour l’organisation de visites guidées de la baie par les chasseurs, ne doivent pas faire illusion : « on est d’accord pour montrer notre nature à ces gens-là mais en retour, on aimerait qu’on soit respecté »21. En guidant les touristes, le chasseur manifeste que la baie est sa propriété. Il impose un mode de consommation de l’environnement conforme à son usage cynégétique et légitime son autorité. Au contraire, les randonnées organisées par d’autres organismes deviennent suspectes d’appropriation écologiste de la baie et sont accueillies avec réserve. Plus généralement, les associations de chasseurs cherchent à diffuser auprès des touristes une représentation du chasseur en homme de terroir, « vivant au rythme des marées et des migrations »22, un gardien historique des milieux naturels, le médiateur incontournable entre les urbains et la nature sauvage : « il faut reconnaître que les gens qui sont ici, c’est eux qui gèrent la nature au quotidien, c’est pas les gens qui viennent de la ville le week-end et puis s’en vont en laissant leurs papiers garoupettes23, c’est nous qui sommes ici, qui faisons que la nature est encore belle et qu’ils peuvent venir la visiter »24.

26Devant la fatalité du développement touristique, les représentants des sauvaginiers vont progressivement prendre le parti de collaborer à l’aménagement du littoral plutôt que de le subir. Ils travaillent étroitement avec le SMACOPI et le Conservatoire du Littoral pour préserver les espaces naturels de la pression touristique. Certains chasseurs créent des associations locales de sauvegarde des milieux naturels pour s’immiscer dans les processus de décision. Celle du canton de Rue a pour devise : « Si nous voulons éviter le pire, nous devons tous nous investir ». Cette collaboration suit une finalité subversive : limiter au maximum la pénétration des touristes dans l’espace pour défendre les usages des populations autochtones. Un responsable des chasseurs a ainsi empêché la construction d’une passerelle qui devait permettre aux touristes d’aller dans les dunes de la baie d’Authie. Cet usage de la sanctuarisation n’a pas pour seule motivation la protection du massif dunaire : il réserve l’accès de cet espace aux populations locales qui seules en connaissent l’accès. Cette collaboration est aussi dictée par un engouement profond pour la nature sauvage et la peur de son saccage par les « masses » en vacances. Par pessimisme devant « l’invasion touristique » de la baie certains chasseurs ont renoncé à chasser pour mettre leur territoire privé en réserve volontaire et être sûr de sa préservation.

8. La politisation et le double jeu des représentants

27En baie de Somme, la subversion des normes de sanctuarisation de l’espace par les chasseurs n’aurait pas été possible sans leur structuration associative et institutionnelle. Trois associations ont conditionné ce processus : l’Association des Chasseurs du Domaine Public Maritime de la baie de Somme, l’Association des chasseurs de la baie d’Authie, l’Association des chasseurs du littoral picard sud. Ces trois associations ont été créées en 1976 en réponse aux nouvelles règles d’attribution du droit de chasse sur le DPM. Jusqu’en 1967, l’implantation des huttes y était autorisée par arrêté préfectoral pour une durée limitée. Autorisation moyennant le versement au Trésor d’une redevance fixée par les Domaines, et renouvelée systématiquement à échéance au profit des anciens titulaires. Les chasseurs locaux usent de ces normes administratives pour opérer un bouclage social du territoire à leur profit. La chasse au gibier d’eau est une pratique individuelle très faiblement encadrée. En 1967, le ministère de l’Économie et des Finances décide qu’à compter du premier janvier 1971, les concessions seront renouvelées par adjudication. Cette décision ébranle l’ordre social local parce qu’elle rompt le monopole des autochtones sur le territoire. Un compromis est négocié par l’ANCGE. En 1976, l’État loue le DPM en 3 lots : la baie d’Authie, la baie de Somme et le littoral picard sud de Cayeux au Tréport. Les trois associations susdites se sont constituées pour louer chaque lot et sous-louent ensuite le droit de chasse aux chasseurs en différentes licences. Ces associations acquièrent vite une grande emprise sur les chasseurs puisqu’elles ont le monopole du droit de chasse sur le DPM et disposent par conséquent d’un pouvoir disciplinaire à l’égard des sauvaginiers. Dirigées par des notabilités de la chasse locale et en lien étroit avec l’ANCGE, elles dotent les sauvaginiers locaux d’une représentation spécifique, permettent la structuration de l’intérêt des chasseurs et deviennent un puissant moyen de mobilisation pour le maintien de la domination des usages autochtones de l’espace littoral contre les prétentions concurrentes.

28Sans le pouvoir de régulation des pratiques cynégétiques détenues par ces associations, il est présumable que l’appropriation des normes de développement durable par les chasseurs aurait été moindre. Car l’opinion des sauvaginiers est clivée socialement : les classes populaires majoritaires restent hostiles à l’application des directives Oiseaux et Habitats et leurs réactions lorsqu’elles ne sont pas mises en forme par le travail de mobilisation des dirigeants cynégétiques, oscillent entre la violence matérielle et le découragement. À partir de 1989, les dirigeants cynégétiques locaux, très engagés dans CPNT, sauront en tirer parti dans les négociations pour imposer leurs revendications et leur légitimité. Ils sont les seuls à disposer de suffisamment d’autorité pour imposer aux chasseurs une régulation de leurs pratiques. En effet, le rejet par les sauvaginiers de la construction savante de la nature n’est pas un rejet de la démarche de protection, mais un rejet de la légitimité d’étrangers à régir le territoire en définissant la nature. Ces normes n’auraient pas été socialement acceptées sans la médiation de responsables cynégétiques locaux.

29Avec la création de CPNT, la politisation du mouvement des chasseurs va contraindre ces derniers à un double jeu. Comme dirigeants associatifs, ils doivent incarner la révolte avec une grande violence verbale pour représenter les militants et être suivis ; comme hommes politiques, ils doivent attester de la bonne conduite écologique de leurs troupes pour légitimer leur cause et avoir du poids. L’adoption par les chasseurs d’une rationalité écologique plus rigoureuse dépend de ce cette logique paradoxale d’intégration conflictuelle. Révoltes violentes et réformes raisonnées sont les deux faces, apparemment contradictoires mais cohérentes en pratiques, d’une unique stratégie de lobbying électoral et politique. Car en définitive, c’est bien parce que les représentants associatifs étaient engagés dans un combat politique contre les directives européennes et la politique des Verts, qu’il leur était nécessaire de pouvoir mobiliser dans l’arène publique l’exemple de pratiques cynégétiques exemplairement écologique et « durable ».

  • 25 « Les chasseurs en ont assez », La Sauvagine, numéro spécial manifestations, 1989, p. 7.

30La traduction de ce positionnement dans le programme CPNT correspond à l’opposition entre « vrais » et « faux écologistes » : les premiers seraient les agriculteurs, chasseurs, sylviculteurs, dont la légitimité des pratiques est attestée par la haute qualité des milieux naturels ; les seconds des idéologues urbains qui au nom d’une idée abstraite de la nature pratiquent une ingérence illégitime dans le monde rural et menacent ce faisant la durabilité des milieux naturels en contrariant les usagers qui en sont le gage. Ce discours n’a pas été créé par CPNT, mais au contraire le parti politique en procède, il est issu du travail de requalification de la chasse entrepris par les Fédérations et les milieux associatifs depuis les années soixante-dix. La motion nationale adoptée lors des manifestations de défense de la chasse en février 1989 le rappelle : « Les chasseurs français ont une connaissance approfondie et concrète des milieux naturels. Ils souhaitent défendre leurs traditions rurales et leur identité régionale et refusent que des fonctionnaires et des technocrates européens leur imposent des décisions arbitraires qui ignorent les spécificités locales et ne s’appuient sur aucune connaissance réelle de la faune sauvage et de ses habitats »25. Le parti Chasse Pêche Tradition (premier nom de CPNT) sera créé quelques mois plus tard (Raison du Cleuziou, 2008). Dans l’histoire du mouvement des chasseurs, la mobilisation de l’étiquette écologiste ou celle du développement durable ne manifestent pas un basculement, mais une requalification stratégique de pratiques et de savoirs anciens contre les prétentions normatives d’acteurs extérieurs au territoire.

Conclusion : Toute politique de la nature est une politique sociale

31L’appropriation du développement durable par les sauvaginiers du littoral picard est intéressante parce qu’elle permet de comprendre les conditions de possibilité d’une conjugaison entre deux durabilités qui paraissaient irréductiblement antagonistes : la préservation des milieux naturels et la préservation des pratiques cynégétiques. Pour être précis, il s’agit moins d’une appropriation – car les pratiques de la chasse à la sauvagine ne seront pas révolutionnées par l’intégration d’une logique nouvelle – que d’un processus de requalification et de rationalisation de pratiques déjà existantes. Ce processus sera d’ailleurs autant caractérisé par la reprise de la rhétorique du développement durable par les sauvaginiers, que par la reconnaissance de la légitimité des pratiques cynégétiques par les promoteurs des politiques publiques. Le conflit sera le plus sûr vecteur de cette dynamique.

32Le détour par le temps long de l’histoire sociale de la baie est nécessaire pour comprendre l’attachement viscéral des chasseurs – plus particulièrement des classes populaires – à la chasse et au territoire. Car c’est de la force de ce lien que dépend la violence de la résistance aux nouvelles normes environnementales et paradoxalement l’appropriation subversive de ces normes. C’est en définitive parce qu’ils ont toujours voulu conserver la maîtrise de l’espace que les sauvaginiers doivent reconstruire en permanence leur légitimité à en user. L’invention d’une chasse durable est possible parce qu’elle offre un moyen de reproduction au groupe des chasseurs et permet la transmission du patrimoine de la société locale à un moment où le tourisme l’ébranle. La révolte sera moins menée contre l’idée les politiques de gestion durable de la nature, que contre la prétention d’acteurs étrangers au territoire – les touristes et les Institutions Européennes – à en définir les usages sociaux légitimes. À ce titre, la négociation locale de l’application du programme Natura 2000 permettra de sortir d’une contestation où reste bloquée la directive Oiseaux à cause de la rigidité de son application. Les cas de braconnage, sans chercher à leur prêter une représentativité qu’ils n’ont pas, sont intéressants parce qu’ils donnent à penser que des normes légales ne peuvent être substituées sans précaution à des normes sociales, sauf à prendre le risque d’effets pervers redoutables. Au-delà de la place de la chasse dans la société contemporaine, la révolte des sauvaginiers pose la question de la légitimité du pouvoir lorsqu’aucun recours pertinent n’est possible pour en contester les décisions. C’est pour les Institutions Européennes une question capitale.

33La nature étant totalement anthropisée, protéger la nature c’est toujours protéger une culture de la nature : savante, agricole, cynégétique ou esthétique. La hiérarchie entre les différents objets naturels à protéger relevant toujours d’une finalité culturelle, y compris lorsqu’on invoque leur caractère « sauvage ». Décider d’une politique de la nature c’est toujours décider d’un degré et d’une modalité d’anthropisation. Les interventions de l’État ou des Institutions Européennes, par des politiques publiques, imposent une définition légitime de la nature et arbitrent ce faisant les luttes sociales pour l’appropriation symbolique et pratique de l’espace rural et de ses ressources (Chamboredon, 1980). Le cas de la baie de Somme permet de rappeler qu’il est vain de penser la question environnementale sans penser la question sociale. Parce que toute politique de la nature est une politique sociale, aucune résolution de l’une n’est possible sans résolution de l’autre.

Bibliographie

Alphandéry P., Bergues M., 2004, « Territoires en question : pratiques des lieux, usages d’un mot », Ethnologie française, XXXIV, 1 : 5-12.

Baticle C., Bouteiller C., 2003, Rapport d’étude : Chasse et environnement implications réciproques ? Site Natura 2000 « PIC. 01 » Estuaires et littoral picards.

Becker H., 1985, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

Berger P., Luckmann T., 1996, La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincksieck.

Billaud J.-P., Alphandéry P., Fortier A., Pinton F., 2002, « La nature en directive : l’exemple du réseau Natura 2000 », in Perrier-Cornet P. (dir.), Repenser les campagnes, La Tour d’Aigues, éd° de l’Aube/DATAR : 239-258.

Bourdieu P., 1979, La distinction, critique sociale du jugement, Paris, Minuit.

Bourdieu P., 2001, « Les rites d’institution », in Langage et pouvoir symbolique, Paris, Seuil.

Chamborédon J.-C., 1980, « Les usages urbains de l’espace rural : du moyen de production au lieu de récréation », Revue française de sociologie, janvier-mars, XXI-1 : 97-119.

Chamborédon J.-C., 1985, « La « naturalisation » de la campagne : une autre manière de cultiver les « simples » », Cadoret A. (dir), Protection de la Nature. Histoire et idéologie. De la nature à l’environnement, Paris, L’Harmattan : 138-151.

Dalla Bernardina S., 1989, L’invention du chasseur écologiste : un exemple italien, Terrain, n° 13, octobre : 130-139.

Darbon D., 1997, « La crise de la chasse en France », Conjonctures politiques n° 9, Paris, L’Harmattan.

Degonville M., 1985, La Chasse en baie de Somme, mémoire de maîtrise d’histoire sous la direction de M. Hubscher, Université d’Amiens UFR des Sciences Historiques.

Deverre C., Mormont M., Soulard C., 2002, La question de la nature et ses implications territoriales, in Perrier-Cornet P. (dir.), Repenser les campagnes, La Tour d’Aigues, éd° de l’Aube/DATAR : 217-237.

Fabiani J.-L., 1984, « L’opposition à la chasse et l’affrontement des représentations de la nature », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 54, septembre.

Fabiani J.-L., 1985, « Science des écosystèmes et protection de la nature », Cadoret A., (dir), Protection de la Nature. Histoire et idéologie. De la nature à l’environnement, Paris, L’Harmattan.

Fabiani J.-L., 1993, « La nature, l’action publique et la régulation sociale », Mathieu N., Jollivet M. (dir), Du rural à l’environnement : la question de la nature aujourd’hui, Paris, Association des ruralistes français, L’Harmattan : 195-208.

Michaud J.-L., 1983, Le tourisme face à l’environnement, Paris, PUF.

Micoud A., (dir), 1991, Des hauts lieux ; la construction sociale de l’exemplarité, Paris, Presses du CNRS.

Micoud A., 2004, « Des patrimoines aux territoires durables », Ethnologie française, XXXIV, 1 : 13-22.

Raison du Cleuziou Y., 2002, A contre-temps : la révolte des chasseurs contre le changement de norme environnementale en baie de Somme, DEA de Gouvernement, sous la direction de M. Offerlé, Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Raison du Cleuziou Y., 2007a, « La nature embrigadée. Conflit en baie de Somme », Ethnologie française, XXXVII, 1 : 153-162.

Raison du Cleuziou Y., 2007b, « Le destin politique des bêtes : l’embrigadement des animaux dans des constructions sociales de la nature concurrentes », communication au colloque Les mondes ruraux à l’épreuve des sciences sociales, Dijon, 18-19 mai 2006, consultable sur le site www.symposcience.org.

Raison du Cleuziou Y., 2008, « Chasser et devenir chasseur en politique : les sauvaginiers de la Somme et l’invention de Chasse Pêche Tradition (1936-1989) », in Antoine A., Mischi J. (dir.), Sociabilité et politique en milieu rural, Rennes, PUR, p. 383-394.

Trainï C., 2004, « Territoires de chasse », Ethnologie française, XXXIV, 1 : 41-48.

Vourc’h A. & Pelosse V., 1985, « Chasseurs et protecteurs : les paradoxes d’une contradiction », in Cadoret A., (dir), Protection de la Nature. Histoire et idéologie. De la nature à l’environnement, Paris, L’Harmattan : 108-123.

Notes

1 Nom des chasseurs locaux construit à partir de leur gibier de prédilection, la sauvagine, c’est-à-dire les oiseaux des étangs, des fleuves et des grèves.

2 Utiliser un bulldozer pour combler la mare des tritons.

3 « Trois vallées », in Picardie Chasse, n° 16, janvier 1987, p. 8.

4 Entretien avec Dominique Salesse, le 15/06/02, permanent et garde de l’Association des Chasseurs du Domaine Public Maritime de la baie de Somme (ADPMBDS).

5 Lewin Guy (président de l’ADPMBDS), Le siffleur de la baie de Somme, n° 13, 1998.

6 Lewin Guy, « Lavons le linge sale… », in Le siffleur de la baie de Somme, n° 9, 1994.

7 « Baie de Somme, la chasse c’est naturel », in Picardie Chasse, n° 10 juillet 1985, p. 7.

8 « Cayeux-Mers, un nouveau président, un carnet de prélèvement », in Picardie Chasse, n° 10 juillet 1985, p. 4.

9 Entretien avec Éric Kramer, le 02/02/02. Président de l’ADPM Baie d’Authie Sud, Président de l’Union Picarde des Associations de Chasseurs de Gibier d’Eau et de Migrateurs, responsabilités dans le dossier Natura 2000 à l’ANCGE.

10 « L’analyse du rapport Lefeuvre », in La Sauvagine, n° 447, mars 2001, pp. 14-34.

11 Entretien avec Éric Kramer, idem.

12 Entretien avec Nicolas Lottin le 31/01/02, Conseiller Général CPNT de Saint-Valery, administrateur de l’ADPMBDS, candidat CPNT aux législatives contre Vincent Peillon.

13 Entretien avec Alex Pion le 18/06/02. Président de l’ADPM Littoral Picard Sud, administrateur de la Fédération des chasseurs de la Somme, CPNT actif, responsabilités à l’ANCGE.

14 Entretien avec Guillemette Rolland le 31/01/02. Chargé de mission Côte Picarde au Conservatoire du Littoral.

15 Baticle Christophe, Bouteiller Claude, 2003, Rapport d’étude : Chasse et environnement implications réciproques ? Site Natura 2000 « PIC. 01 » Estuaires et littoral picards.

16 « La chasse au gibier d’eau dans la gestion intégrée des estuaires. Droits international, européen et national », colloque organisé dans le cadre de la journée mondiale des zones humides, 2 février 2006.

17 Nous employons le terme « entrepreneur » dans le sens proposé par Howard Becker de promoteur d’un cadre de perception, ou d’une norme sur une question sociale (Becker, 1985).

18 Entretien avec Renaud Blondin le 14/06/02. Président de l’ADPMBDS, administrateur de la Fédération des chasseurs de la Somme, administrateur de l’ANCGE, militant CPNT très actif.

19 Entretien avec un chasseur, ouvrier, à Noyelles sur Mer le 02/02/02.

20 Prix donné par la Fédération Nationale des Offices de Tourisme et Syndicats d’Initiative pour récompenser les initiatives en faveur du développement touristique.

21 Entretien avec Renaud Blondin, idem.

22 « Tourisme en baie de Somme », in Le siffleur de la baie de Somme, n° 8, 1993.

23 Terme d’origine inconnu, peut être picard, mais désignant sans équivoque le papier hygiénique.

24 Entretien avec Renaud Blondin, idem.

25 « Les chasseurs en ont assez », La Sauvagine, numéro spécial manifestations, 1989, p. 7.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search