Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Appropriations du développement durable

 | 
Bruno Villalba

Partie 3. Appropriations professionnelles et militantes.

« Comment sensibiliser sans désespérer… ? » Stratégies d’appropriation du développement durable par la Fédération des Centres sociaux du Nord

Bruno Villalba

Texte intégral

« Comment sensibiliser sans désespérer… ? »
(A. Dumait, Directeur de cs, 14 septembre 2004)
« Pourquoi les pauvres feraient de l’écologie ? »
B. Despierre, Directeur de cs, 24 février 2005

1En 1987, le rapport Brundtland a largement insisté sur l’idée selon laquelle la satisfaction des besoins présents devait tenir compte des besoins des générations à venir, mais qu’il fallait aussi accorder une priorité aux besoins essentiels des plus démunis. Avec le double principe, cumulatif, de l’équité intergénérationnel et intragénérationnel, le développement durable (DD) souhaite renforcer les logiques de solidarité entre les individus, notamment les plus pauvres au Nord comme au Sud. La recherche d’une équité actuelle devrait donc être consubstantielle à tout projet se revendiquant de ce principe. Or, les relations « social-environnemental » (Cornut et al., 2007 : 13) restent encore le parent pauvre des réflexions théoriques et des expériences concrètes (Dubois, Mahieu, 2002 : 73-94). Historiquement, analyse J. Theys (2007 : 23-35), nous avons assisté à un découplage du social face à l’environnemental. Pourtant, les interactions existent, notamment via les relations emplois et environnements (emplois créés par exemple), l’analyse des impacts sociaux des politiques environnementales (taxes, prix de l’énergie, etc.), ou les cumuls des inégalités (Villalba, Zaccaï, 2007). Les inégalités sociales, en matière environnementale peuvent provenir d’impacts subis (du fait d’une dégradation de l’environnement ou d’inégalités sociales de situation, comme dans les domaines de la santé ou du logement) ou générés (comportements humains, ou les enjeux d’équité face aux limitations qui sont prônés par certains objectifs écologiques). Elles peuvent aussi donner lieu à des politiques sectorielles destinées à les corriger. Néanmoins, il existe encore profondément, dans les mentalités des décideurs politiques comme dans les populations concernées, un hiatus entre les questions environnementales et les questions sociales. Travailler sur l’environnement se dissocie encore trop d’une réflexion sur le social.

2Comment dès lors analyser une réflexion sur le développement durable menée par les acteurs sociaux, chargés de porter un projet d’éducation populaire, notamment auprès de populations en situation de précarité ? Nous avons souhaité étudier la manière dont ces professionnels construisent leur relation avec le développement durable, en mettant l’accent sur les interactions perçues entre les problématiques environnementales et les inégalités sociales.

  • 1 Nous tenons à remercier : Mme Amandine Benali, Nadia Benourhazi, Pauline Denissel, Annie Dumait, Hé (...)
  • 2 L’article s’appuie sur les résultats d’une enquête sociologique, menée pendant plus de trois ans da (...)

3En interrogeant les modalités d’appropriation effectives du développement durable par la Fédération des centres sociaux et socio-culturels du Nord (FCSN) et les centres sociaux (CS) eux-mêmes1, nous souhaitons examiner le travail de conciliation qui s’élabore entre une culture professionnelle militante basée sur l’importance de l’éducation populaire, dont l’objectif demeure de participer au développement social local, et une problématique de durabilité2. La confrontation des méthodologies et des finalités entre ces options conduit-elle à une reformulation du projet politique des centres sociaux, qui pourrait ainsi indiquer une réelle intégration des buts du développement durable dans les pratiques professionnelles des acteurs concernés ?

4Les centres sociaux sont issus d’une tradition ancienne, privilégiant, entre autres, l’intégration des populations en situations précaires par un travail d’éducation populaire, dont le projet reste celui de participer à un développement social local (1). La thématique du DD, si elle n’apparaît pas en contradiction flagrante avec les orientations et les méthodes d’action des CS, entend contribuer à une réflexion sur la finalité du projet politique des centres, tout autant qu’à une reconfiguration de l’approche territoriale construite avec les partenaires institutionnels (2).

1. Centres sociaux et développement social local

  • 3 FCSF, 18 nov. 2002, « L’autonomie du projet associatif », Lettre fédérale.

5L’activité des CS résulte d’une histoire ancienne, qui marque encore la culture professionnelle des salariés. La forme organisationnelle de la Fédération des Centres sociaux de France (FCSF) privilégie une large autonomie des CS3, devant permettre une meilleure conciliation entre le projet politique territorial porté par les CS et les attentes locales des populations. Cela conduit, régulièrement, les CS a s’interroger sur cette adéquation et amène à des évolutions de pratiques professionnelles, dont peut, dans une certaine mesure, bénéficier la thématique du DD.

1.1. Finalités et principes d’organisation des centres sociaux

6La Fédération Nationale des Centres Sociaux et socioculturels fut créée en 1922. Dès son origine, l’organisation n’entend pas se situer dans le champ de l’assistance sociale aux plus démunis, mais souhaite proposer une médiation entre les différentes catégories de la population, en valorisant la construction d’un projet collectif, ancré dans des expériences territoriales. La Fédération propose une vision élargie de l’action sociale, qui entend à la fois se positionner sur les grandes questions sociales (notamment les rapports conflictuels entre les classes), mais aussi les enjeux institutionnels (une réflexion sur les régimes politiques et le rôle qu’ils imposent aux citoyens), ainsi qu’une réflexion sur les finalités du projet moderniste (notamment sur la dimension individualiste qu’il porte, souvent vecteur de désaffiliation sociale).

7L’originalité du projet réside aussi dans son ancrage local, afin de permettre une réelle transformation des rapports sociaux entre les individus au sein d’un même espace social. La « communauté » est ainsi valorisée, d’abord en estimant qu’elle est un bien déjà donné et substantialisé qu’il importe de préserver, puis, à partir des années 1960, comme un projet collectif à construire ; il s’agit à chaque fois, de répondre à la manière de construire un lien entre l’individuel et le collectif, afin de répondre aux grands enjeux du monde moderne. La Fédération entend donc se positionner sur le champ de l’intervention politique.

8Le sens du mot social renvoie à la façon dont les gens arrivent à vivre ensemble ; le projet est clairement politique (voir Sue, 2001 : 234-235), mais dans un sens précis : fondée sur le refus des ségrégations catégorielles, l’engagement des personnes, comme association de personnes distinctes, comme prise d’initiative, comme action promotionnelle d’un côté, et la négation d’une affiliation au combat politique du présent (notamment la logique de la lutte des classes). La politique de la FCSF est sensible à la conjoncture historique, à la fois pour définir son rapport au politique, mais aussi pour faire évoluer les pratiques des SC.

  • 4 Texte adopté par l’Assemblée générale d’Angers, les 17-18 juin 2000.
  • 5 Il y a environ 2200 centres sociaux agréés par les caf en France, en 2007, dont près de 1200 sont r (...)

9Sur le plan de son organisation, la Fédération nationalise son implantation, notamment après la seconde guerre mondiale, grâce à l’investissement de l’État (Durand, 1996b). Elle privilégie une approche décentralisée, basée sur un système fédéral horizontal et valorisant la coopération volontaire. L’autonomie des fédérations demeure une valeur fondamentale, et au sein de ces fédérations, il en est de même pour les centres sociaux (Dessertine, 2004). La Fédération partage ainsi un ensemble de valeurs, décliné sur des territoires locaux, permettant ainsi une meilleure compréhension des réalités sociales concernées (Durand, 1996a). Selon la Charte fédérale des centres sociaux et socioculturels de France4, le Centre social et socioculturel entend être un foyer d’initiatives porté par les habitants associés appuyés par des professionnels capables de définir et de mettre en œuvre un projet de développement social pour l’ensemble de la population sur un territoire5. Cette charte, en même temps qu’elle réaffirme les éléments fondamentaux de l’histoire des cs, proclame sa volonté de définir une stratégie cohérente et utile pour les habitants afin de parvenir à la constitution d’un projet territorial élaboré en concertation avec les principaux acteurs publics. Les centres sociaux sont donc divers dans leur façon de faire entre l’aide aux populations précaires (en favorisant les services de proximité), la rencontre de toute une population d’un territoire (le social historique des CS), ou la recherche d’une émancipation des populations (l’éducation populaire traditionnelle).

10La Fédération des centres sociaux et socio-culturels du Nord (fcsn) illustre cette situation. Créée en 1966, elle provient des courants paternalistes (avec la création des ouvroirs, comme à Roubaix), le catholicisme social (dans le Dunkerquois par exemple) et les mouvements d’éducation populaire (essentiellement dans l’Avesnois). Ces courants marquent des manières de faire différentes, notamment dans le rapport avec le politique. En décembre 1997, la Fédération des centres sociaux et socio-culturels du Pas-de-Calais naît. En 1998, ces deux fédérations se sont réunies en une Union régionale. Elles sont membres du réseau national de la fcsf. En 2006, la région Nord-Pas de Calais compte un peu moins de 150 centres (130 sont gérés par des associations, les autres sont à gestion municipale, voir tableau 1).

Tableau 1 : Nombre de centres sociaux région Nord-Pas de Calais.

Département

Total

Agréés non reconnus

Reconnus FCSF

59

128

8

127

62

18

9

9

Source : FCSF, mai 2006

  • 6 Ainsi que des contributions de la Caisse centrale d’activités sociales, et des Unités Territoriales (...)

11Il y a huit regroupements de centres sociaux : ACSRV à Valenciennes, ADUGES à Dunkerque, ASCD à Douai, Côté Quartier à Grande Synthe, Atouts Ville à Gravelines, AMQR à Raismes, Villenvie à Saint Pol, ACSW à Wattrelos. Ces regroupements de Centres Sociaux sont gérés en association et animés par des comités d’usagers ou des conseils de maison. Cela représente plus de 3 500 administrateurs bénévoles, 3 400 salariés (animateurs socio-culturel, éducateurs, intervenants ponctuels…), fonctionnant avec un budget consolidé de 70 millions d’euros par an. Les ressources sont constituées pour une part des subventions et de prestations provenant des principaux partenaires : communes (28 %), des Caisses d’allocations familiales (Caf, 25 %), de l’État (12 %), du Conseil général du Nord (11 %), du Conseil Régional, du Fonds d’action sociale (2 %)6. Les adhérents participent à hauteur d’environ 10 %. Les budgets des cs sont compris entre 250 000 € à 1,5 million €. Le centre social le plus lourd en termes de volume d’activité atteint un chiffre d’affaire de 2,8 millions d’euros en 2007, mais c’est une exception.

12L’action de la FCSN se décompose en quatre pôles (territorial, études/actions, formation, fédéral). Selon le principe fédéral du travail associé, les différents chantiers de chacun des quatre pôles sont portés par un binôme salarié-élu.

13Quel que soit son mode de gestion, le CS entend développer la vie participative et associative sur un territoire local. Les habitants du quartier y ont un rôle majeur. Ils sont invités à adhérer au projet du centre, à ses objectifs, à ses principes de fonctionnement (graphique 1). Au sein du comité d’usagers ou du conseil d’administration, les représentants des habitants élaborent collectivement les orientations et le projet du centre, prennent les décisions en concertation avec les pouvoirs locaux et les principales institutions partenaires. Le centre social est dirigé et animé par une équipe de professionnels, salariés de l’association.

14D’après FCSN. Cet organigramme est indicatif, sachant qu’un tiers des centres n’est pas construit sur ce schéma. Par exemple, l’existence simultanée de ces conseils enfants – jeunes et adultes est plutôt rare…

15Les CS insèrent leurs actions quotidiennes dans un « projet social pluriannuel ». Ce projet s’inscrit en cohérence avec les programmes de développement social décidés par les pouvoirs locaux (la Ville en tout premier lieu) et les autres institutions (CAF, Conseil général…), ainsi que l’avis des adhérents du centre. Les CS élaborent alors des diagnostics territoriaux, à partir desquels les objectifs les plus pertinents peuvent être établis. L’agrément de la CAF vient valider cette concertation et permet l’adoption d’un contrat pluriannuel qui fera l’objet d’une évaluation ex-post. Le CS peut aussi être associé dans des dispositifs consultatifs animés par les partenaires (un CS peut être représenté dans les collèges de la ville où il est situé). Cela dénote une implantation territoriale (de la commune au département) mais aussi thématique (au sein du Comité de prévention de la Jeunesse, du Contrat territorial de Santé…).

Graphique 1 : Organigramme d’un centre social.

Graphique 1 : Organigramme d’un centre social.

1.2. Réinventer le projet politique des centres sociaux

  • 7 Voir les contributions à l’Université d’Automne Fcsf, 3-5 novembre 2000.

16Les débats préparatoires à l’élaboration et l’adoption de la Charte de 20007 révèlent cependant les hésitations professionnelles quant à l’action des CS. La fin des années 90 marque une période de trouble pour leur projet politique des Centres sociaux, qui se trouve contraint de redéfinir leurs partenariats établis, de redessiner les formes de leurs projets territoriaux, ainsi que de s’interroger sur ses objectifs généraux en matière d’éducation populaire (Bourrieau, 2001 ; Bresson, 2002).

  • 8 Sur la thématique : « les centres sociaux font-ils de la politique ? De quoi se mêlent-ils ? ».
  • 9 Pierre Cornette (président de la Fédération des Centres sociaux et Socioculturels du Nord), José Bu (...)
  • 10 Le positionnement du réseau comme « acteur de développement social local » est adopté au Congrès d’ (...)

17Les cs mènent un important travail d’introspection, afin de renouveler le cadre de leur identité professionnelle et de s’interroger sur le sens de leur intervention sociale (Baillergeau, Bellot, 2007). Le Congrès régional des centres sociaux et socioculturels du Nord-Pas de Calais du 28 mars 1998 insiste sur la nécessité de « construire un autre développement »8. Ce dernier, placé sous les auspices de la « solidarité », entend surtout préconiser une orientation politique qui réaffirme l’autonomie programmatique des cs, en cessant de répondre « aux injonctions venues de multiples horizons pour mettre le centre social au service des politiques de nos partenaires, en réglant son fonctionnement par une logique administrative qui tue la culture de l’engagement et de la solidarité dans l’œuf, par le contrôle et la suspicion transformé en pseudo système de partenariat.9 » Les contributions de ce Congrès insistent sur l’importance de positionner les cs comme des animateurs d’un projet de développement social, ancré dans les attentes et les besoins des populations concernées, en tenant compte des conditions territoriales des lieux investis. Le principe est de participer pleinement à un développement social local, perçu comme un processus destiné à l’échelle d’un territoire, à élaborer et réaliser un projet politique finalisé, s’appuyant sur la mise en œuvre d’une stratégie globale fondée sur la capacité des différents acteurs à y participer10.

  • 11 Voir Lettre fédérale, Fcsf, « Partenariats et financements », novembre 2002, p. 4.
  • 12 ainsi les orientations récentes de la CNAF sont davantage dans le soutien directe des familles (pre (...)

18L’objectif est de prendre ses distances par rapport à la « logique gestionnaire » – qui enferme le CS dans un rôle d’exécutant de la commande publique (État, Région, Département, CAF, municipalité), destiné à se conformer aux injonctions des commanditaires pour obtenir des financements. L’espace d’autonomie des CS s’affaiblit dès lors que prédomine la dépendance à un ensemble de commandes juxtaposées et sans cohérence d’ensemble, émanant autant des services publics que des collectivités locales. Les politiques segmentées (approche par le public, par thématiques, par secteur d’intervention…) sont trop souvent privilégiées – et ce depuis une vingtaine d’année. En outre, le développement des contractualisations thématiques (contrats enfance, contrats temps libre…) favorisent la localisation de politiques publiques sectorielles, au détriment, là encore, d’une approche globale et concertée des territoires. La mise en œuvre de politiques publiques territoriales présente en même temps le risque d’une instrumentalisation des centres sociaux. De l’aveu même des responsables de la Fédération, le CS est considéré par d’autres acteurs de son environnement comme un outil, un dispositif technique où la dimension administrative et financière prédomine sur sa dimension politique11 – la contractualisation est aussi une chance, car elle permet un agrément sur 3 ou 4 ans et une meilleure lisibilité pour le CS. La diminution des ressources propres et des financements stables liés à la contractualisation aboutit au fait que les centres sociaux sont souvent contraints de « gérer la précarité par la précarité » (Bresson, 2002). L’octroi des subventions est toujours soumis à des risques de changement d’orientation d’un des financeurs12, d’un changement de majorité politique aux élections municipales, aux élections au conseil d’administration de la CAF locale, ce qui rend difficile la mise en place de dispositifs pérennes. Le contexte national, régional, départemental et local de restriction budgétaire nuit au pilotage des centres sociaux et donc à l’inscription dans le temps de nombreuses actions.

  • 13 Entretien de Bernard Despierre, directeur du Centre social de Marcq-en-Baroeul, entretien du 24 fév (...)
  • 14 Thierry Roblin, Centre social intercommunal, Faches Thumesnil, entretien du 10 janvier 2005
  • 15 Lettre fédérale, Fcsf, « Partenariats et financements », novembre 2002, p. 2.

19Cette situation conduit les acteurs à se mobiliser autour d’enjeux de gestion à court terme et à travailler dans l’urgence (« le nez dans le guidon »13 ; « nous travaillons dans l’urgence, alors, les gens risquent de ne pas s’y retrouver, si on n’arrive pas à gérer les problèmes de temporalité, de rythme de vie entre l’équipe et les habitants.14 ») là où ils aimeraient pouvoir se projeter sur le plus long terme. Par conséquent, estiment les responsables nationaux, ce sont bien « la fonction de pilotage [de projet par les CS] mais aussi le modèle de développement des CS qui sont remis en question.15 » Une telle appréciation n’est pas démentie par les instances fédérales du Nord.

  • 16 Déclaration politique « Pour une réponse sociale et citoyenne », Fédération des centres sociaux et (...)

20La réflexion politique est aussi menée en interne : l’objectif consiste alors, pour « les Centres sociaux et socioculturels, Fédérations et Unions à réinventer une éducation populaire profitable aux individus et à la vie civique. Nous développerons avec les habitants, des lieux de débats pour conduire les analyses nécessaires ; que chacun et le centre social lui-même avec eux, puisse maîtriser la compréhension de la situation économique, sociale et politique actuelle. Nous agirons pour promouvoir cette reconnaissance de chacun sur ses capacités d’acteur de plein droit, dans nos pratiques et dans nos médiations. Ainsi pourrons se formuler les projets collectifs pertinents nécessaires au développement social et citoyen. Tel est notre engagement politique.16 » Cela suppose de s’éloigner de la fonction de prestataire de services et d’offres d’activités, attendus et financés par les partenaires publics, au profit d’une animation globale renouvelée.

21Comment réinventer un nouvel engagement politique alors même que l’autonomie décisionnelle des CS semble être limitée ? La stratégie adoptée, tant au niveau national que local, consiste à privilégier une animation globale locale, reposant sur l’élaboration d’un projet de centre fort et autonome, élaboré avec les habitants et concerté avec les partenaires du centre. Ce projet doit prendre appui sur les valeurs fondamentales des CS (participation, démocratie, utilité des actions, pédagogie…), à condition que celles-ci soient adaptées aux besoins et attentes des habitants, ce qui suppose un important travail d’adaptation aux conditions de chaque territoire (catégorie de population, situation économique, contraintes économiques, etc.).

22Redéfinir le projet territorial doit aussi tenir compte des pratiques professionnelles utilisées au sein d’un CS. À ce titre, il convient de tenir compte de la professionnalisation de l’action sociale opérée par les salariés des cs. L’importance de la commande publique autant que la territorialisation des politiques sectorielles se traduisent par une inflation de la part accordée aux activités professionnalisées dans les budgets. Cela induit des pratiques de segmentation des modes d’organisation en autant de secteurs différenciés qu’il y a de publics concernés (petite-enfance, enfance, jeunes, adultes, troisième âge…) ainsi que de thèmes traités (prévention, insertion, loisirs, éducation parentale…). La hausse des budgets est aussi le résultat de la création de postes, d’emploi-jeunes, de vacataires pour l’animation, etc.

1.3. Un intérêt encore circonspect à l’égard du développement durable

23En ce début d’année 2000, le DD apparaît de plus en plus comme une tentative de reformulation des référentiels de l’action publique. Les CS, alors en plein travail de réévaluation des objectifs politiques et des logiques territoriales, vont-ils se saisir de cette notion ?

  • 17 Délégué à la fédération national, entretien du 22 janvier 2004.
  • 18 Texte adopté par l’Assemblée générale d’Angers, les 17-18 juin 2000.

24Au plan national, la problématique du DD n’apparaît pas comme une orientation programmatique : « je n’ai jamais senti de la part de la fédé, une adhésion à ce terme-là. Le terme n’est d’ailleurs jamais utilisé. […] Je ne vois pas l’utilité politique des instances ou des cadres dirigeants à y aller.17 » explique Florent Lacour. La Fcsf se positionne sur la notion de développement, qu’elle souhaite voir plus soucieuse d’équité sociale, mais qu’elle considère comme indissociable du progrès matériel des usagers et habitants. La Charte fédérale des centres sociaux et socioculturels de France18 rappelle les valeurs qui structurent l’action des cs et n’évoque pas spécifiquement la thématique du DD. D’après F. Lacour, les origines militantes des acteurs de la Fédération nationale, mais aussi, dans une moindre mesure des dirigeants régionaux, issus des secteurs du développement local, de la coopération internationale, incitent davantage à se « penser comme un acteur du développement. […] Les cs sont bien placés pour une approche sur le développement humain, personnel ou collectif. Donc, si le dd s’entend ainsi, alors, oui, on fait du DD. » Les approches environnementalistes ne sont pas absentes, dans la mesure où elles participent à un effort de socialisation des usagers, puisqu’elles s’inscrivent dans des processus d’éducation populaire (protection de la nature perçue comme le respect de son propre environnement, et donc de sa personne). Par exemple, commente F. Lacour, « dans un centre social citadin, l’action sur les jardins vise à développer les relations à la Nature, mais dans l’objectif de faire ses propres fruits. […] mais un travail de fond, d’éducation, de pédagogie, sur l’environnement dans lequel les gens vivent : habitat, nature, pollution… j’en connais pas. » La culture militante et professionnelle reste dominée par une approche que l’on peut qualifier de développementaliste, au sens où les critères de l’insertion sociale sont reconnus par la capacité des individus à participer à l’effort productif du pays, témoignant ainsi de leur reconnaissance économique et politique.

  • 19 Le rapport peut être téléchargé sur le site http://Aciidd.net Cette phase s’est concentrée autour d (...)
  • 20 A. Dumait, entretien du 14 septembre 2004.
  • 21 La qualification des équipes professionnelles est une des priorités des cs. Les fédérations, en lie (...)

25Le diagnostic des représentations et pratiques des centres sociaux en matière de développement durable que nous avons réalisé (Villalba, Denissel, 2005)19 montre que les directeurs de CS du Nord présentaient une perception élaborée (vocabulaire, références historiques, cadres théoriques…), mobilisant des articulations complexes des différents éléments constitutifs de la notion, en valorisant les dimensions pragmatiques du concept (dimensions empiriques, formes d’usages locaux, illustrations locales…). Bien sûr, les parcours biographiques des directeurs, notamment leurs engagements associatifs et politiques en parallèle de leur fonction professionnelle, témoignent de la différence de niveau de connaissances et d’appropriation de la complexité de la notion du DD en dehors de la seule dimension environnementale. On peut ainsi construire trois catégories. La première est constituée des directeurs ayant été « sensibilisés20 » par leurs parcours personnels (engagement associatif ou politique – notamment au sein des Verts). La deuxième se construit autour d’une appropriation du DD par une formation professionnelle spécifique (formation universitaire ou expériences professionnelles antérieures)21. La troisième résulte d’une stratégie de conversion progressive ; pour cette catégorie, le DD est devenu un axe programmatique du CS, dans la mesure où il semble constituer un prolongement intéressant de l’action des CS.

26Mais les directeurs expriment leur scepticisme sur la dimension opératoire de cette notion au sein du fonctionnement des CS. À l’interne, ils évoquent les questions de formation du personnel salarié, de la gestion politique avec les membres des conseils d’administration. À l’externe, ils mettent l’accent sur les risques d’incompréhension avec les adhérents (notamment les plus précarisés) ou les différences d’interprétation avec les partenaires-financiers (comment concilier les intérêts avec les élus, les bailleurs sociaux, etc.). Au final, l’enquête montre que le désintérêt est avant tout justifié par des contraintes fonctionnelles, plutôt que par un simple rejet théorique. Il n’y a donc pas d’incompatibilité de nature entre les priorités de l’action sociale locale des CS et du DD.

27Est-ce à dire qu’en dehors d’un intérêt pour les principes généreux du DD, les directeurs estiment qu’il n’y a guère de convergences fortes entre le projet politique des CS et celui du DD ? La situation est plus complexe si l’on examine à la fois les approches parallèles sur le plan de la conception politique et de la méthode d’action.

  • 22 Charte fédérale des centres sociaux et socio-culturels de France, adoptée les 17-18 juin 2000 à Ang (...)
  • 23 Idem.

28L’action des CS repose sur des valeurs énoncées dans la charte fédérale, adoptée en 200022, qui met en avant la dignité des personnes, la notion de solidarité, et celle de démocratie. Ces thématiques ne sont certes pas spécifiques aux CS, mais elles perpétuent les valeurs historiques à l’origine des CS (Durand, 1996b ; Dessertine et al., 2004). Comme l’affirme la Charte, « La vision des Centres sociaux et socio-culturels ne fractionne pas la vie humaine en autant de segments qu’il y a d’administrations ou de prestataires de service : elle identifie ce qui fait la globalité de l’existence individuelle et des situations collectives23 ». Par la prise en compte de l’aspect multidimensionnel des besoins humains, les centres sociaux se placent dans une approche transversale, qui entend décloisonner les problématiques (par exemple, le logement ne peut pas être dissocié d’une compréhension des relations de parentalité, l’emploi de la question de la mobilité géographique, etc.).

  • 24 Les actions relatives à la dimension sanitaire et sociale du développement durable : http://www.ass (...)

29Au final, il s’agit bien d’un projet politique, qui touche au « mieux vivre ensemble » : il permet de situer les démarches individuelles dans une démarche collective de changement de la société et non de gestion de l’existant. Cela n’est pas sans évoquer la notion de durabilité sociale (Perret, 2005 : 341-347). J.-L. Dubois et F.-R. Mahieu (2002) définissent les trois critères de la durabilité sociale : accessibilité, renforcement des capacités, et équité. L’exclusion est pour eux synonyme de non-accès systématisé aux ressources, et s’accompagne de l’absence de droits économiques et sociaux. Une situation d’exclusion mène donc à l’impossibilité de former des potentialités et des capacités, impliquant une plus grande vulnérabilité aux crises économiques et écologiques. La description de ce cercle vicieux permet de se démarquer du discours libéral culpabilisant, qui veut que les populations exclues le restent du fait de leurs capacités insuffisantes à valoriser leurs ressources. Dubois et Mahieu en déduisent une définition de la durabilité sociale, inspirée des propos du rapport Brundtland : « Un développement est durable en termes sociaux si les politiques qui le composent – économiques, sociales, environnementales – ne causent pas de dysfonctionnements sociaux tels qu’ils remettent en cause les possibilités d’amélioration du bien-être pour l’ensemble de la population actuelle comme à venir. » Cette définition amène à voir la cohésion sociale comme l’une des composantes essentielles du développement durable, notamment en ce qui concerne les dimensions sanitaires et sociales24. En effet, l’une des solutions pour juguler les tensions induites par l’existence et la persistance d’inégalités est la redistribution des revenus, des formes de pouvoir politique, des liens sociaux, de la reconnaissance identitaire, etc. La cohésion sociale constitue une des potentialités formant la durabilité : elle se transmet de génération en génération.

  • 25 Les Écoles de consommateurs, labellisées par le centre régional de la consommation, interviennent d (...)

30Sur le plan de la méthodologie utilisée pour parvenir à cette option de durabilité sociale, alors que « le système économique a contribué à éloigner toujours plus les citoyens des centres de décision et à les déqualifier quant aux actions de développement à entreprendre, conduisant ainsi à la démission et l’attentisme » (Vachon, 1993), les centres sociaux font de la participation des habitants le principe de base de leur action (Bresson, 2004 : 97-114). Convaincus que le développement appartient à la collectivité elle-même et ne peut être imposé de l’extérieur, les CS entendent faire des usagers les « auteurs et acteurs du projet social » (voir graphique 1). Auteurs, ils le sont lorsqu’ils sont invités à s’exprimer et à participer à la prise de décisions concernant leur vie quotidienne et celle de la collectivité, au sein d’instances délibératives et consultatives comme les commissions thématiques, les comités d’usagers et le conseil d’administration. Acteurs, ils le sont aussi lorsqu’ils s’impliquent au quotidien dans les activités du centre social, progressant ainsi dans la réappropriation de leur vie quotidienne, dans l’apprentissage de la prise de responsabilité et de l’autonomie. D’une situation de consommateurs et d’assistés, ils sont appelés à devenir acteurs du projet du centre et de leur vie quotidienne25. Dès lors, à travers la recherche de l’autonomie, c’est bien la question de la durabilité et de la capacité des personnes à pouvoir se prendre en charge dans le long terme qui est abordée.

  • 26 Initiatives développement, hors-série n° 4, Congrès régional des centres sociaux du Nord

31En favorisant la formation des habitants et la prise de responsabilités, les centres sociaux s’inscrivent dans une démarche d’éducation populaire qui est bien de « forger les acteurs et plus encore les auteurs d’un changement de société à travers l’acquisition d’un esprit critique, d’une démarche d’apprentissage mutuel visant à une émancipation collective » (Bourrieau, 2001 : 245). Usagers dans un premier temps, les habitants sont encouragés à s’engager de manière plus active dans la vie de la collectivité en devenant bénévoles ou administrateurs. En cela, les CS sont un véritable « banc d’essai du citoyen » et participent à la construction d’un espace politique au sens étymologique du terme, c’est-à-dire une « vie sociale commune pour des individus libres et différenciés.26 » Un tel processus n’est cependant pas simple à mettre en place, comme le souligne l’étude de Maryse Bresson (2004).

32Si l’on s’arrêtait au jeu des correspondances, on pourrait en conclure que les similitudes de projets et de méthodes de faire sont très proches entre le Développement social local et le DD. Les valeurs de solidarité, de citoyenneté, d’autonomie, au cœur de l’action des centres sociaux se placeraient ainsi, presque naturellement, dans le champ du développement durable. Elles reflèteraient les préoccupations d’équité sociale, de durabilité économique, et de protection de l’environnement, qui sont centrales dans la rhétorique du DD. Poursuivons cette confrontation.

33Si l’on se tourne vers la durabilité économique, elle est abordée par le biais des activités d’insertion, les liens avec l’économie sociale et solidaire et l’économie des besoins, et par les activités économique menée directement par le centre. Bien que ce ne soit pas sa vocation première, le centre social met en œuvre des actions de valorisation des personnes et de leurs savoir-faire en amont de l’activité économique et préparant au retour à l’emploi, notamment par des ateliers d’écriture de CV, des chantiers d’insertion ou par l’accompagnement de projets. La création d’emplois peut être une conséquence des activités développées par le centre social en vue de répondre à des besoins existants. Historiquement, en effet, le réseau des centres sociaux s’inscrit bien dans le domaine de l’économie sociale et solidaire à côté des mutuelles et des coopératives ou a accompagné la création d’entreprises d’utilité sociale ayant pour finalité l’homme. On peut penser aux épiceries solidaires, aux laveries et transports collectifs. Enfin la durabilité économique est abordée sous l’angle d’une rationalisation des consommations grâce aux Écoles de consommateurs.

34La protection de l’environnement n’est pas absente. Certes, il ne s’agit pas de la préoccupation centrale des CS. Pour autant elle découle d’un certain nombre d’activités ayant vocation à favoriser l’autonomie des personnes, à promouvoir la citoyenneté et la prise de responsabilités. C’est ainsi qu’ont été mises en place, dans bon nombre de CS, des démarches de tri sélectif, des actions d’éducation à l’environnement en particulier en Centre de Loisirs avec l’organisation de journées de nettoyage du quartier. De même la création d’écoles de consommateurs ou d’appartements témoins est d’abord motivée par une volonté de maîtriser les dépenses énergétiques et de promouvoir l’autonomie, notamment financière, des personnes. Pourtant on ne peut négliger l’impact positif de telles actions sur l’environnement. Que dire des jardins communautaires et de leurs bienfaits non seulement en termes de valorisation des savoir-faire des personnes et de promotion de leur autonomie, mais aussi de pédagogie de l’environnement (promotion du jardinage biologique, utilisation du compost, récupération de l’eau, rejet des engrais et pesticides) !

35Enfin, si on s’interroge sur le dernier pilier du DD, à savoir la question de la gouvernance, on peut, là-aussi, constater que les méthodologies d’actions valorisées par les CS sont très proches des outils valorisés par les théoriciens du DD. Les procédures délibératives, la co-construction des décisions, la valorisation des savoirs des acteurs concernés, etc., s’inscrivent dans les pratiques professionnelles des CS depuis fort longtemps, et ont été insérées, dès ses origines, dans la théorie générale du DD (Zaccaï, 2002).

36À ce stade, on pourrait insister sur ces proximités, tant théoriques qu’au niveau des pratiques professionnelles. Mais ce serait oublier que ces rapprochements sont issus de convergences factuelles (par exemple la montée en puissance des théories participatives dans l’espace social depuis une quinzaine d’année). Ce serait aussi minimiser les profondes divergences existantes sur les priorités de l’action politique portées par ces pratiques professionnelles. Par exemple, la relégation des questions environnementales au sein de l’action sociale est compréhensible au regard des difficultés récurrentes (financières, stratégiques) des secteurs sociaux (Mondolfo, 2005 : 28-36). Par conséquent, toute politique incitative en faveur du DD, trop mécaniquement plaquée, sur les réalités vécues par les acteurs sociaux risquerait de fausser une réflexion plus approfondie sur les convergences ultimes des deux projets théoriques.

2. Vers un développement social durable ?

37Soucieuse de favoriser une intégration du DD au sein des logiques fédérales qui tiennent compte des contraintes fonctionnelles des CS et des aspirations particulières des usagers des centres, la FCSN va mettre en place un processus d’acculturation autour de cette notion, même si, globalement, elle ne sera pas et elle n’est pas affichée comme une priorité par les instances dirigeantes. Cette initiative bénéficie d’un contexte régional favorable, puisqu’à la même période, les principaux partenaires se saisissent eux aussi de cette thématique.

2.1. Un processus d’acculturation enclenché par la FCSN

38Le graphique 2 indique les principales étapes de la diffusion du DD au sein de la FCSN.

Graphique 2 : Chronologie de la diffusion du DD au sein de la FCSN.

Graphique 2 : Chronologie de la diffusion du DD au sein de la FCSN.
  • 27 Ancien directeur de la Maison de la Maison de la Nature et de l’Environnement (Lille), il est sensi (...)
  • 28 Maquet Y., mai 2002, « Centres sociaux et développement durable. De la nécessité à agir ! Propositi (...)
  • 29 Initiatives développement, n° 11, sept. 2002, p. 5-8.

39La première sensibilisation de la FCSN au DD résulte d’un travail mené en 2002, par Yves Maquet27, délégué départemental. Celui-ci estime que la durabilité peut constituer une « démarche mobilisatrice et donneuse de sens pour l’intervention des centres sociaux28 et être une opportunité pour contribuer à redéfinir les objectifs éducatifs des centres. Y. Maquet met en place une stratégie, visant dans un premier temps à communiquer à l’interne sur cette notion et, ensuite, amener à débattre sur le fond. La première publicisation d’importance a lieu en septembre 2002, lors de la parution d’un « Dossier développement durable » dans le journal du Réseau29. Portant le sous-titre « quel rôle pour les centres sociaux ? », ce dossier proposait un rapide survol historique et théorique de la notion de DD au niveau international, puis présentait les dispositifs généraux en France pour terminer sur la situation régionale. Les centres sociaux étaient amenés à confronter leur « projet social » afin de « franchir un pas » vers le développement durable.

  • 30 Initiatives développement, Edition spéciale, mars 2003, p. 4. Les cinq autres ateliers portent sur (...)
  • 31 Éric Thuillier, Centre social d’Arque, entretien du 16 septembre 2004.

40Le Congrès régional du 24 mai 2003 sera l’occasion de programmer un atelier consacré à cette réflexion : « le développement durable tente de concilier le social, l’environnement et l’économie. La dimension éducative est fondamentale. Un travail sur le long terme, actions sur les mentalités, est à engager.30 » L’atelier a été précédé de travaux thématiques, réalisés par un peu moins d’une quinzaine de CS qui vont ainsi contribuer à décliner les principes du DD au sein de leurs actions. Par exemple, entre décembre 2002 et mai 2003, les directeurs des centres sociaux de l’Audomarois (Pas-de-Calais) se sont rencontrés pour s’interroger sur « le développement durable et la mixité sociale ». Partant « des définitions classiques, [ils ont] fait un travail de recherche sur internet. […] on s’est vu plusieurs fois, et on a essayé d’interpréter la définition classique de 1987 à notre manière. […] nous avons balayé de plus en plus large, sur tout et n’importe quoi. Mais on ne pouvait pas passer à côté de notre vocation première : travailler sur les groupes, l’éducation des individus, l’accompagnement et maintenant, plus dans l’insertion, la prévention, contre les dépendances… Nous devons aussi tenir compte de notre travail dans l’urgence, ce qui est pas toujours compatible avec le long terme.31 » Le tableau 2 présente l’état de la confrontation.

Tableau 2 : Réflexion sur la notion de développement durable et mixité sociale (mai 2003, Audomarois).

Tableau 2 : Réflexion sur la notion de développement durable et mixité sociale (mai 2003, Audomarois).
  • 32 Dans le cadre d’une recherche intitulée « Instituer le développement durable. Apprentissage, approp (...)

41Ce travail d’animation en amont du Congrès s’inscrit dans la logique d’action des CS : la fédération n’a pas à imposer un cadre d’analyse aux CS, mais doit contribuer à animer le projet politique des CS. L’opération, si elle ne mobilise finalement que peu de centres, a pour conséquence de susciter des débats au sein du personnel de direction, mais aussi d’alimenter, par le bas, en fonction des expériences territoriales disparates, ce que pourrait être un projet fédéral de DD. Pour les participants, cet atelier a été l’occasion d’une découverte de la complexité de cette notion et de constater que les thématiques du développement social et du développement durable partageaient – dans les principes théoriques, mais aussi les modes d’actions – des perspectives parfois similaires. Sous l’initiative de Luc Roussel, délégué de la FCSN, et de Jean-Luc Deleforge (directeur de centre social et animateur de cet atelier), un groupe de travail se met en place, qui va permettre d’aboutir à une recherche-action menée par des membres du CERAPS32. Cette animation aboutit à trois principaux résultats. Premièrement, le maintien, non sans difficultés techniques, d’une réflexion au niveau départemental sur l’opportunité d’une déclinaison de la thématique du DD au sein des CS. Le graphique 3 suivant présente les modalités de cette perspective.

42Ensuite, un approfondissement de la réflexion, notamment à la suite des principales conclusions de l’évaluation des représentations que nous avions réalisée, qui définit alors un cadre général de cette conciliation.

43Enfin, un Groupe opérationnel est constitué de mars à décembre 2005. Animé par Francis Gautier, Délégué Fédéral et référent élu du chantier DD, Jean-Luc Deleforge, il rassemble un administrateur et un collège de directeurs sensibles au sujet du DD, en partenariat avec l’équipe du CERAPS. Cette instance est en fait force de proposition au Conseil d’Administration de la FSCN sur les orientations et la stratégie à mener en matière de DD. La reconnaissance organisationnelle de ce groupe de travail est un signe d’officialisation par les instances dirigeantes de cette question, ainsi qu’un appui logistique relativement important.

Graphique 3 : L’intégration du DD dans le projet politique de la FCSN.

Graphique 3 : L’intégration du DD dans le projet politique de la FCSN.

Source : d’après comité de pilotage FCSN, J.-L. Deleforge.

44En décembre 2005 un Comité de pilotage se met en place qui participe à la construction d’une « culture commune au sein du réseau sur les enjeux du développement durable » (J.-L. Deleforge, entretien du 23 novembre 2006). Les représentants des financeurs, de techniciens de la FCSN et de l’administrateur en charge du dossier DD composent ce comité. Il va avoir comme fonction d’animer un travail de sensibilisation des CS à cette thématique et de construire les outils permettant une réelle appropriation, c’est-à-dire en mesure de faire évoluer les pratiques professionnelles.

45Le comité de pilotage va à la fois valider certaines recommandations issues du groupe opérationnel quant à la nécessité de développer des outils de formation permettant une évolution des pratiques professionnelles, tout en souhaitant que soit développée la réflexion sur les compatibilités entre le projet de développement social local et du développement durable. Par ailleurs, le comité sera attentif à valoriser les expériences menées par les CS eux-mêmes. C’est le cas, par exemple la Charte d’engagement des centres sociaux dans le développement durable que huit centres sociaux de la métropole lilloise signent le 18 novembre 2005 (Harter, 2007). Elle traduit l’ambition de cadrer le DD comme une nécessité à l’échelle politique des CS et un désir de mobiliser l’équipe technique des centres sociaux en insufflant des actions concrètes. Elle souhaite valoriser une « écologie populaire ». Enfin, étant donné la nécessité d’associer une culture de l’évaluation et du suivi, typique des prises en compte du DD, cette charte affirme la position centralisatrice que joue la FCSN. Elle s’est ainsi portée garante de la valorisation des actions réalisées dans les autres centres sociaux. De plus, elle effectue un travail de suivi et de prospection, une veille des projets mis en œuvre afin d’engager une mise en réseau sur le territoire départemental. La FCSN, par l’intermédiaire du président, de l’époque, Jacques Eloy, est ainsi signataire de cette charte.

46Sur le plan méthodologique, les CS sont caractérisés par une forte culture professionnelle, résultant d’une convergence de savoirs acquis et d’un engagement social revendiqué par les directeurs (Villalba, Denissel, 2005). Ces compétences sont régulièrement réactualisées grâce aux formations internes que dispense la FCSN. Pour ce faire, elle utilise un outil méthodologique, l’Accompagnement Méthodologique à l’Élaboration de Projet Partagé (AMEEP), destiné à mettre en place les projets des CS. Le comité de pilotage a souhaité que cet outil puisse intégrer les objectifs et les méthodes liés au DD.

  • 33 Extra-Muros, janvier 2007, « Dossier ressource, le développement durable dans les centres sociaux d (...)
  • 34 Une autre réflexion a porté sur la compatibilité de la méthodologie agenda 21 et l’AMEPP (Deleforge (...)
  • 35 Thierry Roblin, Centre social intercommunal, Faches Thumesnil, entretien du 10 janvier 2005.
  • 36 L’appréciation est portée par un directeur, qui souhaite garder l’anonymat.

47Pour obtenir les moyens de sa politique, la Fédération des centres sociaux a dû faire reconnaître auprès du Conseil Régional, la plus-value spécifique du centre social sur les enjeux du Développement Durable. Cette reconnaissance a été obtenue en 2006 et concrétisée par une convention de partenariat et un financement qui a rendu possible la collaboration d’une coopérative de conseil pour l’initiative en développement durable et en économie solidaire, Extra-muros. En 2006, ce cabinet a procédé à trois études de cas de centres sociaux, afin d’apprécier les possibilités effectives pour un accompagnement à la formation et d’une démarche de progrès en DD dans les centres33. À son tour, Extra-muros constate que les directeurs sont certes intéressés par le DD, mais peu disposés à y investir beaucoup de leur temps… L’objectif n’est pas de substituer un savoir-faire à un autre, mais d’insister sur les complémentarités des pratiques, en réajustant les objectifs politiques, notamment en insistant davantage sur les techniques d’évaluation, mieux à même de montrer l’évolution du projet du centre dans le sens d’une meilleure prise en compte de la durabilité34. La formation concerne tout autant le personnel salarié que les militants bénévoles : il reste un important travail de sensibilisation à réaliser auprès des équipes salariées, mais aussi des membres des conseils d’administration ; « Depuis 1999 on a défini des grandes orientations, mais il n’est pas sûr que le DD dira quelque chose aux membres de l’équipe. Ils agissent, mais pas forcément avec cette idée comme référence.35 » Dans d’autres cas, la situation est moins encourageante : « au sein du CA, c’est pas une culture. On a un vice-président qui a été sensibilisé parce qu’il est membre de Greenpeace, mais par hasard. Et le président s’en fout. On fait du DD par effraction.36 »

  • 37 FCSN, Fiche Acrtion, Centre social et développement durable, atelier coopératif, janvier 2008.
  • 38 Besoin (en quoi en avons-nous besoin ?), Impact (Incidences sur le CS, sur les personnes, sur le te (...)

48Enfin, dernière initiative méthodologique, un atelier coopératif a été construit autour du lien entre « Centre social et développement durable »37. Réalisé sur le territoire du Dunkerquois fin 2007, il a permis la construction d’un tableau multicritère présentant une confrontation entre la détermination de certains critères38 marquant une réelle prise en considération du DD, et leur appropriation par les CS (« en quoi les actions entreprises prennent en compte les critères, comment cela se réalise et qu’est-ce que cela amène ? »).

  • 39 Le projet fédéral a été élaboré en 2005. Il a nécessité près d’un an de travail. La validation poli (...)

49Enfin, la constitution d’un pôle Étude action Développement Durable est intégré au projet fédéral 2006-201239, composé de l’équipe technique de la FCSN et l’administrateur délégué au Développement Durable. Le Développement Durable est rattaché à la deuxième orientation fédérale : « développer la prise en compte des enjeux territoriaux et des enjeux du Développement Durable ». Il faut préciser que dans le projet fédéral initial, il n’était pas prévu d’intégrer la thématique « développement durable » en tant que telle, ce concept pouvant très bien trouver sa place d’une manière transversale dans les projets politiques. L’action de quelques administrateurs et du délégué référent a pesé ; ils vont fournir les arguments nécessaires lors de la réunion de présentation de ce projet fédéral, qui a permis son insertion dans le projet politique (Deleforge, 2007 : 21-22).

50Le niveau fédéral a accompagné ces initiatives et en a également impulsé plusieurs, dont l’organisation, tout au long de l’année 2007, d’ateliers coopératifs regroupant trois collectifs de centres sociaux (une quinzaine de centres) sur trois territoires du Nord. Ces ateliers coopératifs ont été coanimés par un cadre fédéral, Sylvie Lambert, et des partenaires plus spécialisés (Centre d’Études et de Recherches pour le Développement, Extra-Muros, Pas-de-Coté).

51Mais l’élaboration du contenu programmatique résulte d’un travail d’investissement de quelques directeurs de CS. La complexité des processus qui rendent cette influence possible ne doit pas être sous-estimée (Candar, 2000). La FCSN dispose-t-elle d’acteurs bénéficiant d’une telle capacité à orienter un système social, principalement dans l’évolution de ses cadres normatifs ? Au sein de la FCSN, cette fonction de leadership reste contingente dans le système décisionnel interne, à la fois en raison d’une culture professionnelle – c’est le principe même du pilotage coopératif – qui limite le développement d’une autonomie trop prononcée des dirigeants, mais aussi, dans le cas présent, d’une appropriation encore assez faible de l’enjeu DD par les dirigeants élus, c’est-à-dire l’ensemble du conseil d’administration. Par conséquent, faute de disposer d’un réel leadership, au sens de pouvoir imposer sa volonté par la mobilisation d’une puissance (Smith et Sorbet, 2003), nous assistons davantage à l’émergence d’un pilotage, au sens où le « il n’est pas réservé aux dirigeants » et dans la mesure où il « consiste à s’efforcer de faire évoluer un système social dans une direction donnée sans être capable de contrôler ce mouvement » (Hauray, 2006 : 108).

52Au sein de l’équipe dirigeante de la Fédération, la priorité demeure le développement social, dans la continuité d’une pratique professionnelle ayant fait ses preuves. Par conséquent, on peut estimer qu’à l’heure actuelle, il n’y a pas encore de « stratégie globale » concernant le DD. Cette appropriation par les dirigeants est cependant pensée et préparée par le binôme salarié et élu porteur de l’enjeu DD. Ainsi, au cours du second semestre 2008, différents temps d’animation sont programmé, afin d’impliquer le CA. C’est un processus long dont l’aboutissement nécessite un investissement durable des acteurs les plus impliqués…

  • 40 Fédération des centres sociaux du Rhône, 15 janvier 2007, « Centres sociaux et développement durabl (...)

53La circonspection de la Fédération Nationale est patente, même si le travail en cours à la Fédération des Centres Sociaux du Nord est observé avec intérêt par cette Fédération Nationale et que celle-ci encourage le travail inter-régional sur le sujet, et a suscité l’intérêt d’autres fédérations (Rhônes-Alpes40, Bretagne). Ce groupe de travail interfédéral, Nord-Pas de Calais, Bretagne, Rhône Alpes se réunira en juin 2008 deux jours à Rennes pour finaliser un document référentiel qui sera soumis au CA de la Fédération Nationale. Signe de l’évolution très récente de la posture de la Fédération Nationale, ce chantier est financé en partie par des fonds dits « mutualisés » que la Fédération Nationale gère pour accompagner les initiatives les plus innovantes. Un séminaire national centré sur le DD sera également organisé par ce trio régional au cours de l’année 2009.

2.2. Une convergence dans le projet territorial.

  • 41 Cela résulte, entre autre, de l’investissement des municipalités dans ces questions, ou bien encore (...)
  • 42 Il complète et conforte à la fois nos analyses et celles réalisées par le cabinet Extra-Muros.

54La Fédération offre un cadre d’accompagnement pour permettre aux centres sociaux d’appréhender cette thématique. Conformément à la culture interne (Dutrenit, 1994), il est aussi du ressort des CS de se saisir de cette question, de manière autonome. Nous avons donc assisté, pendant ces trois années d’observation, à un lent mécanisme d’intériorisation de cette préoccupation au sein des CS. Mais celui-ci est très inégalement partagé. Difficile cependant d’établir un recensement global des actions menées sous l’étiquette développement durable. En raison de l’importante autonomie d’action des cs, de la diversité de leurs contacts locaux41 et de leur projet social, le travail d’inventaire a abouti à une liste disparate. Lorsque Xavier Harter (2007) évalue l’effectivité de l’intégration des orientations du DD au sein de ces CS de la métropole lilloise, il montre que seuls deux centres ont réellement mis en place des pratiques concrètes42. Les autres centres expriment une sensibilité de degrés variables, avec notamment une vision principalement centrée sur les actions à visée écologique, notamment en ce qui concerne la sensibilisation des jeunes publics. Bien souvent constate-t-il, les impératifs ne sont pas de s’impliquer dans le DD, les directeurs estimant que « l’urgence est ailleurs ». L’évolution provient finalement moins d’une démarche volontaire de la part des responsables des CS, que d’un redéploiement du projet territorial, qui va davantage prendre en considération le changement de positionnement des principaux partenaires institutionnels vis-à-vis du DD. L’échelle territoriale apparaît essentielle dans la conciliation entre ces dimensions sociale et écologique du développement durable. C’est à ce niveau, en tenant compte de la capacité d’expertise des acteurs locaux concernés, en appréciant les demandes des populations, en tenant compte des objectifs globaux du DD, que l’on peut imaginer de trouver des solutions réalistes et réalisables. Comme le souligne Jacques Theys (2002) « aujourd’hui, c’est essentiellement à l’échelle des territoires que les problèmes de développement durable sont perçus et c’est sans doute également là qu’ils peuvent trouver des solutions à la fois équitables et démocratiques ».

  • 43 Dès 1992, l’Agenda 21 de Rio, dans son chapitre 28, appelle les collectivités locales à se mobilise (...)
  • 44 Un A21L est un plan stratégique de DD d’une collectivité territoriale ou d’un territoire. L’intitul (...)

55Depuis la fin des années 1990, un certain nombre d’acteurs institutionnels, partenaires réguliers des cs, se tournent progressivement vers le dd. Cela prend place dans la lente conversion des politiques publiques nationales vers cette thématique (Lascoumes, 2005), avec l’année 2003 comme point de convergence, avec l’adoption de la stratégie nationale de développement durable et de la Charte de l’environnement (Aubertin, Vivien, 2005). Selon de nombreuses approches, la réalisation de l’objectif de DD imposerait une couverture progressive des territoires par des actions concrétisant cette optique nouvelle43. Nous assistons à une multiplication des démarches de type « Agenda 21 local »44 engagées par des collectivités territoriales en France ces cinq dernières années.

  • 45 Région Nord Pas de Calais, 2004, Atlas régional du développement durable Nord-Pas de Calais, La Tou (...)
  • 46 Le partenariat avec le Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais (Npdc) se résume principalement au vo (...)
  • 47 Entretien du 12 septembre 2007.

56Le Conseil régional du Nord-Pas de Calais se présente comme un acteur local historique dans la promotion du dd et la mise en place de politiques publiques répondant à ces objectifs (Scarwell et al., 2008)45. Les domaines d’intervention du cr ne concernent pas directement les cs46. Cependant, on peut dégager des convergences dans les objectifs d’action, mais aussi dans la valorisation des méthodologies utilisées pour y parvenir. Ainsi, les cs ont la possibilité de bénéficier des fonds participatifs issus de la politique de la ville et renforcés par le cr en vue de contribuer à l’éclosion d’initiatives et à l’accompagnement de porteurs de projets (comme le Fonds de participation des habitants, ou le Fonds Régional à l’Innovation Sociale). Alain Alpern, Vice Président du Conseil Régional, en charge de la Délégation Développement Durable et Environnement (en poste jusqu’en septembre 2007), s’est associé au Comité de pilotage dès sa constitution et a permis l’obtention de financements. Son intérêt résidait dans la valorisation d’une approche plus « populaire » du DD, via la médiation des CS47.

  • 48 http://www.cg59.fr/

57Le Conseil général du Nord a la charge des politiques d’actions sanitaires et sociales, et doit contribuer à la construction de projets de développement social local, gage d’une meilleur complémentarité au travers de politiques d’interventions contractualisées. En 2000, il a opéré une réorganisation de ses actions, en privilégiant la territorialisation de son intervention et en la faisant évoluer vers une logique de développement social territorial – rejoignant ainsi les options préconisées par la Fcsn. La volonté du Département est de promouvoir une approche plus globale des processus d’exclusion des populations en difficulté, de favoriser « l’autonomie des personnes » et mener une politique de prévention et de lutte contre les exclusions s’est concrétisée par la signature, en 2000, d’un accord-cadre avec la Fcsn. Cet accord a ainsi permis la mise en œuvre de nouveaux modes de collaborations entre les services territorialisés du Département et les cs et un soutien financier à la fonction d’animation globale et aux actions d’insertion des bénéficiaires du Rmi. En ce qui concerne plus spécifiquement le dd, le Conseil Général du Nord votait, le 26 mai 2003, à l’unanimité, la mise en œuvre d’un Agenda 21 (A21)48. Le Groupe opérationnel de la FCSN a tenté de nouer, mais sans succès jusqu’à présent, des contacts avec les services Vice Président à l’environnement, le cadre de vie, la préservation de l’eau et A21, Jean Schepman.

  • 49 Voir la liste des agendas 21 sur http://www.agenda21france.org/
  • 50 Dominique Cunin, Centre social et culturel Aulnoye Aymeries, entretien du 16 novembre 2004.

58Il y a actuellement une cinquantaine d’agendas 21 locaux engagés dans le Nord-Pas de Calais49, qui ont tendance à valoriser la composante environnementale. En revanche, le volet social constitue souvent le parent pauvre des projets de DD. Les centres sociaux possèdent une expertise dans ce domaine qui pourrait alimenter les démarches agenda 21 engagées sur leur territoire. Les municipalités ont alors un rôle de renforcement positif ou négatif. La perception du DD reste tributaire des références culturelles politiques des acteurs des territoires concernés. Comme l’explique D. Cunin, « Dans l’Avesnois, c’est une culture « industrieuse », on a encore des discours politiques du rêve d’une grande industrie qui viendrait s’installer pour créer des emplois. Ici, le développement durable, c’est un supplément d’âme. Pas du tout une idée…50 » En fonction de leur propre degré d’investissement à l’égard du DD, on trouvera une influence significative dans la prise en considération de cette thématique au sein des CS. Ainsi la construction d’un A21 dans certaines municipalités (Faches Thumesnil, Valenciennes, Haubourdin, Lille, Marcq en Baroeul) donnera lieu à l’élaboration de nouveaux cadres de négociation avec les cs. Les CS sont associés aux travaux d’élaboration des A21, sous des formes certes variées suivant les communes. Une telle convergence constitue une opportunité décisive pour amener les CS vers de DD (Deleforge, 2007).

59Les communautés d’agglomération portent aussi, depuis leur création en 2000, une vision élargie des politiques de la ville. L’intégration des orientations du DD reste encore à étudier, mais, sans doute, la question des politiques sociales territoriales sera un questionnement important pour ces acteurs publics (Scarwell et al., 2008).

  • 51 « Développement social local : un nouveau positionnement pour les CAF », février 2004, Document de (...)
  • 52 Caisse d’Allocations familiales, février 2004, « Développement social local : un nouveau positionne (...)

60Les organismes paritaires de protection sociale intègrent à leur tour cette problématique. Ainsi, pour les CAF, désormais, les principes qui fondent la durabilité doivent être transcrits au niveau de l’action sociale51. Les CAF ont mis en avant huit enjeux du développement social local dont trois ont retenu plus particulièrement notre attention52. Il s’agit de : 1) la durabilité ou le passage « de logiques émiettées dans les modes d’intervention et trop souvent ponctuelles dans leur mise en œuvre à des politiques s’inscrivant dans la durée (pour leurs bénéficiaires et leurs porteurs) ». Il s’agit également d’une prise en compte de l’aspect multidimensionnel des besoins humains ainsi que de leurs évolutions possibles ; 2) la globalité ou le passage « d’une logique d’interventions émiettées et illisibles à une politique globale et facilement appréhendable » ; 3) la participation ou le passage « d’une logique où les bénéficiaires sont consommateurs, ou au mieux usagers des actions conduites pour eux, à des logiques où ils sont participants (citoyens) à l’élaboration de ces politiques et acteurs dans leur construction et leur mise en œuvre ». Ces principes généraux doivent s’inscrire dans « chaque contractualisation ». Les relations entre les CAF et les CS ont souvent été évoquées (Dubechot et al., 1998). Sans doute, le repositionnement stratégique de ces deux acteurs permettra une renégociation de leurs attentes mutuelles…

  • 53 La Caf est seule habilitée à accorder « l’agrément Centre Social » au titre de la fonction d’Animat (...)

61Les procédures de renouvellement des agréments des centres sociaux permettent de mesurer la prise en compte de la notion du DD. La signature d’un nouveau contrat de projet pluriannuel et pluripartenarial permet de pérenniser les actions dans le temps, et par conséquent, d’orienter ces mêmes actions vers des objectifs qui sont alors rappelés dans la rédaction de ces accords. L’objet de la contractualisation est de formaliser les engagements respectifs des différents signataires pour soutenir et accompagner de façon solidaire et durable la mise en œuvre du projet du centre social dans le cadre de l’agrément octroyé par la CAF53. Les CS mettent en place un travail de production du projet social au cours de l’année précédant le renouvellement. Ainsi, en 2003, certains CS du Nord ont ainsi procédé à un travail d’évaluation des résultats du précédent contrat, puis à un diagnostic (interne et externe) de territoire, réalisé avec le soutien technique de la FCSN, dans le cadre d’une procédure de concertation, qualifiée de « partagée », avec l’ensemble des partenaires institutionnels et associatifs concernés. Des groupes de travail sont souvent constitués (salariés permanents, conseil de centre, comité technique du projet d’agrément – avec les techniciens des partenaires associés – et le comité de pilotage – regroupant les personnes ayant la fonction politique et décisionnelle des partenaires) afin de définir les objectifs généraux et opérationnels par secteur pour les années 2004 à 2007. Les rapports de ces projets sociaux indiquent que les usagers ont été impliqués ou consultés à chaque étape.

  • 54 Par exemple, « permettre aux enfants de 6/12 ans de se confronter à la vie en les sensibilisant au (...)
  • 55 Voir par exemple, l’Opération « Nettoyons la Nature » (La Lettre, n° 2, oct. 2004, p. 2), menée par (...)
  • 56 Éric Thuillier, Centre social d’Arque, entretien du 16 septembre 2004.
  • 57 Idriss Lahoussa, Centre social des 3 faubourgs, entretien du 10 janvier 2005.
  • 58 Objectif fixé dans le contrat de projet 2000-2003 et prolongé dans les propositions 2004-2007 du Ce (...)
  • 59 Mostapha Ghezal, Centre social du Centre-ville de Cambrai, entretien du 16 novembre 2004.

62Comment se décline la préoccupation du DD dans ces objectifs généraux ? Elle n’apparaît jamais comme élément structurant le projet du CS dans son ensemble. Au mieux, elle apparaît comme l’un des objectifs spécifiques du centre (comme dans le cas du CS Le Parc d’Haubourdin). La plupart du temps, quand elle est mentionnée, elle est indiquée comme « objectif opérationnel54 ». Par contre, les thématiques de « l’environnement » et du « cadre de vie » sont plus fréquemment employées. Elles renvoient à des politiques de gestion des problématiques de proximité : propreté des espaces collectifs55, gestion des déjections canines, contribution à la lutte contre le sentiment d’insécurité, lié à la faible qualité esthétique du quartier, ou bien des dégradations effectuées à l’encontre du mobilier urbain, etc. Elles participent aussi aux actions de civisme et de citoyenneté (respect des règles de vie en collectivité, des lieux…) : « l’environnement, c’est l’environnement urbain, être dans son quartier, s’approprier son lieu de vie et le transmettre à ses descendants. […] C’est à la fois le collectif et le visuel.56 ». Enfin, elles constituent bien souvent des supports pédagogiques pour que les usagers adoptent de nouvelles pratiques (tris sélectifs, maîtrise de l’énergie…), qui participent à la volonté des centres sociaux de renforcer l’autonomie des personnes : « on est amené à sensibiliser notre public : cela fait partie de la citoyenneté. Notre base première est de rendre l’habitant plus citoyen.57 » afin, par exemple, d’éviter « le risque de dérive consumériste pour les jeunes58 » Dans ce cadre, certains directeurs n’hésitent pas à associer les thématiques de la santé (hygiène alimentaire, rapport au tabac, à l’alcool) à ce plan d’ensemble : « si les gens prennent soin d’eux, ils prendront soin de leur environnement, parce que cela fait partie de l’estime de soi59 ».

Conclusion

« Le désespoir est la forme supérieure de la critique » Léo Ferré

  • 60 Olivier Desrousseaux, Centre social Gayant, entretien du 21 janvier 2005

63Les discours montrent l’impact effectif du travail de sensibilisation de cette thématique à l’intérieur du réseau des CS. Ils indiquent aussi une indéniable montée en puissance de la volonté de s’approprier les principaux objectifs, notamment politiques et territoriaux, du DD. Mais ils rendent compte de la difficulté de concilier les objectifs de la durabilité avec les impératifs immédiats de l’action contractuelle des CS. L’urgence à agir impose son propre rythme et hiérarchise bien souvent les priorités. Un point de vue qui semble partager par les usagers des CS : « […] pour les habitants, les premières préoccupations, c’est l’argent, la consommation, le logement… si on leur parle développement durable… Ouais, c’est ça !60 ». Comment concilier la logique globalisante du DD avec les préoccupations portées par ces publics (Ballet et alii, 2005) ?

  • 61 Éric Thuillier, Centre social d’Arque, entretien du 16 septembre 2004.

64La faible présence de la thématique du DD au niveau fédéral et dans la plupart des CS traduit la difficulté de définir des priorités d’actions qui lui soient conformes, tout en étant intégrables dans les projets négociés avec les partenaires financiers. Autrement dit, ces mêmes partenaires ont-ils attribué des axes budgétaires favorisant le financement de ces priorités ? « comment, dans nos projets, peut-on harmoniser l’action de manière transversale, sur les termes, les thèmes, les actions… ? on a une difficulté à communiquer, mais aussi à contractualiser.61 ». Cette faiblesse s’explique aussi par l’extrême hétérogénéité des publics cibles. Comment construire une projet global pour le centre, orienté autour du DD, en développant des objectifs prioritaires pour la petite enfance, les personnes âgées, les migrants… ?

  • 62 Dominique Cunin, Centre social et culturel Aulnoye Aymeries, entretien du 16 novembre 2004.
  • 63 Thierry Roblin, Centre social intercommunal, Faches Thumesnil, entretien du 10 janvier 2005.

65L’étude réalisée témoigne de cette difficulté dans le montage organisationnel (structure interne spécifique, mobilisation des compétences sur le temps, formation, etc.), ainsi que les réticences professionnelles exprimées par les responsables rencontrés. Le positionnement politique le plus avancé est celui de la Fédération du Nord. C’est ainsi la Fédération du Nord qui, petit à petit, a réussi à mobiliser sa voisine du Pas-de-Calais, et lancé un groupe de travail national aujourd’hui reconnu par la Fédération Nationale. Mais même au niveau de la Fédération du Nord, le portage politique de l’enjeu DD reste fragile. La multiplication des champs d’engagements pour une telle fédération rend long et complexe, et incertain, des repositionnements aussi profonds. Comme le constate un directeur, « on est très isolé dans ce type de réflexion.62 » Finalement, « chaque centre social fait comme il veut ; cela dépend de la façon de percevoir se relation avec la personne.63 »

66L’appropriation est en fait différenciée : à la fois intériorisée dans les rhétoriques justificatrices (à l’égard de la fédération, des partenaires institutionnels) mais toujours difficile à concrétiser dans des objectifs de centre, ou bien encore à contractualiser.

Bibliographie

Aubertin C., Vivien F.-D., 2005, Le développement durable : enjeux politiques, économiques et sociaux, la documentation française, études de la documentation française.

Baillergeau E., Bellot C., 2007, Les transformations de l’intervention sociale : entre innovation et gestion des nouvelles vulnérabilités ?, Presses Universitaires de Quebec.

Ballet J., Dubois J-L., Mahieu F-R., 2005, L’autre développement. Un développement socialement durable, Paris, L’Harmattan.

Bourrieau J., 2001, L’éducation populaire réinterrogée, Paris, L’Harmattan Bouvier P., 2005, Le lien social, Paris, Gallimard, « Folio Essais ») Bresson M., 2004, « La participation des habitants contre la démocratie. Participation dans les centres sociaux associatifs du Nord de la France », revue Déviance et société, vol. 28, p. 97-114.

Bresson M., 2002, Les centres sociaux : entre expertise et militantisme, L’Harmattan.

Candar G., 2000, « Le statut de la biographie. Un essai de chronologie. », Correspondances, n° 61, p. 11-16.

Cornut P., Bauler T., Zaccaï E., (dir.), 2007, Environnement et inégalités sociales, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles.

Deleforge J.-L., 2007, Contribution à une méthodologie d’agenda 21 des centres sociaux et sociaux-culturels du Nord, Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis, Master Professionnel Développement local et économie solidaire, 66 p.

Dessertine D., Durand R., Eloy, J. (dir.), 2004, Les centres sociaux de 1880 à 1980 : une résolution locale de la question sociale, Presses Universitaires du Septentrion.

Dubechot P., Le Queau P., Simon M.-O., 1998, « Vécus et attentes des principaux acteurs des centres sociaux, Étude action réalisée pour la Fédération des centres sociaux et socioculturels de France, avec les centres sociaux et le concours financier de la CNAF », Les Rapports du Crédoc.

Dubois J.-L., Mahieu F. -R., 2002, « La dimension sociale du développement durable : réduction de la pauvreté ou durabilité sociale ? », in Martin J.-Y. (dir.), Développement durable ? Doctrines, pratiques, évaluations, IRD Éditions, Paris, p. 73-94.

Durand R., 1996a, « Espace de proximité et résolution de la question sociale : l’expérience des centres sociaux », in Poyraz M. (dir.), Les interventions sociales de proximité, Paris, L’Harmattan.

Durand R., 1996b, Histoire des centres sociaux, Du voisinage à la citoyenneté, Syros.

Dutrenit J.-M., 1994, Évaluer un centre social, Paris, L’Harmattan.

Harter X., juin 2007, Diagnostic des pratiques « développement durable » dans les centres sociaux de la métropole lilloise, Mémoire de stage, Licence professionnelle Intervention Sociale, 46 p.

Hauray B., 2006, L’europe des médicaments, Paris, Presses de Sciences Po.

Lascoumes P., 2005, « Le développement durable : vecteur d’innovations politiques ? », in Smouts M.-C. (dir.), Le développement durable. Les termes du débat, Paris, Armand Colin.

Mondolfo Ph. 2005, Conduire le développement social, Paris, Dunod.

Perret B., 2005, « Développement social durable : quels indicateurs ? », in Jean-Paul Maréchal et Béatrice Quenault (dir.), Le développement durable. Une perspective pour le XXIe siècle, Presses universitaires de Rennes, p. 341-347.

Scarwell H., Laganier R., Kergomard Cl. (dir.), 2008, Environnement et gouvernance des territoires. Enjeux, expériences et perspectives en région Nord-Pas-de-Calais, Lille, Presses universitaire du Septentrion.

Smith A., Sorbets C., 2003, Le leadership politique et le territoire, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Sue R., 2001, Renouer le lien social. Liberté, égalité, association, Éditions Odile Jacob.

Theys J., 2007, « Pourquoi les préoccupations sociales et environnementales s’ignorent-elles ? Un essai d’interprétation à partir du thème des inégalités écologiques », in Cornut P., Bauler T., Zaccaï E., (dir.), 2007, Environnement et inégalités sociales, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles, p. 23-35.

Theys J., 2002, « L’approche territoriale du « développement durable « , condition d’une prise en compte de sa dimension sociale », Revue Développement durable et territoires, http://www.revue-ddt.org/dossier001/D001_A05.htm.

Vachon B., 1993, Le développement local. Théorie et pratique. Réintroduire l’humain dans la logique de développement. Éd. Gaëtan Morin.

Villalba B., Zaccaï E., 2007, (dir.), « Inégalités écologiques, inégalités sociales : interfaces, interactions, discontinuités ? » revue Développement durable et territoires, http://developpementdurable.revues.org/document3497.html).

Villalba B., Denissel P., 14 septembre 2005, « Les centres sociaux et le développement durable. Rapport pour la Fcsn », FCSN, rapport, 30 p.

Zaccaï E. (éd.), 2007, Sustainable Development Ecology and Fair Trade, Routledge, London.

Zaccaï E., 2002, Le développement durable, Dynamique et constitution d’un projet, collection Éco-Polis, éd. PIE – Peter Lang.

Notes

1 Nous tenons à remercier : Mme Amandine Benali, Nadia Benourhazi, Pauline Denissel, Annie Dumait, Héléna Salazar-Seul, MM. Joëlle Colcanap, Dominique Cunin, Jean-Luc Deleforge, Olivier Desrousseaux, Bernard Despierre, Dominique Garet, Francis Gauthier, Mostapha Ghezal, Florent Lacour, Idriss Lahoussa, Jean-Yves Lantoine, Pierre Lecerf, Michel Lefebvre, Yves Maquet, Thierry Roblin, Luc Roussel, Éric Thuillier. Ce travail doit beaucoup à l’indéfectible soutien et écoute de Jean-Luc Deleforge ; qu’il trouve ici l’expression de mon amitié. Les analyses présentées n’engagent que nous.

2 L’article s’appuie sur les résultats d’une enquête sociologique, menée pendant plus de trois ans dans le département du Nord de la France, avec le recueil et le traitement de données de type qualitatif. Le recueil des données de terrain comporte deux volets principaux. Le premier est la réalisation d’une enquête au profit de la FCSN, dans l’objectif de saisir l’état des représentations des directeurs de centres sociaux vis-à-vis du DD, qui s’est déroulée entre mai 2004 et mai 2005, qui a donné lieu à une vingtaine d’entretiens semi-directifs. Cela a été complété par la réalisation d’entretiens de responsables administratifs des centres sociaux, au niveau local, départemental et national. Le second volet est composé par une observation participante dans le cadre du montage du comité de pilotage, afin de suivre l’évolution des modes de diffusion et d’appropriation de cette notion au cœur du fonctionnement de l’organisation départementale et régionale, entre septembre 2004 et novembre 2007.

3 FCSF, 18 nov. 2002, « L’autonomie du projet associatif », Lettre fédérale.

4 Texte adopté par l’Assemblée générale d’Angers, les 17-18 juin 2000.

5 Il y a environ 2200 centres sociaux agréés par les caf en France, en 2007, dont près de 1200 sont reconnus par le réseau des Centres sociaux et socioculturels de France (c’est-à-dire adhérents à des fédérations locales ou adhérents directs Fcsf, quand il n’y a pas de fédération locale). Les cs reconnus par la Fcsf, sont gérés par différents statuts : 79 % sont associatifs, 15 % sont municipaux et 6 % sont gérés par les caf (chiffres décembres 2005, caf/Fcsf).

6 Ainsi que des contributions de la Caisse centrale d’activités sociales, et des Unités Territoriales de Prévention et d’Action Sociale.

7 Voir les contributions à l’Université d’Automne Fcsf, 3-5 novembre 2000.

8 Sur la thématique : « les centres sociaux font-ils de la politique ? De quoi se mêlent-ils ? ».

9 Pierre Cornette (président de la Fédération des Centres sociaux et Socioculturels du Nord), José Bultel (président de la Fédération des Centres sociaux et Socioculturels du Pas-de-Calais), Conclusions communes, Congrès régional des centres sociaux et socioculturels du Nord-Pas de Calais du 28 mars 1998.

10 Le positionnement du réseau comme « acteur de développement social local » est adopté au Congrès d’Armentières en 1998, cf. Fcsn, « Projets centres sociaux et développement social territorial », note de synthèse, document de travail, janvier 2005.

11 Voir Lettre fédérale, Fcsf, « Partenariats et financements », novembre 2002, p. 4.

12 ainsi les orientations récentes de la CNAF sont davantage dans le soutien directe des familles (prestations) que dans le soutien de l’action collective, notamment des centres sociaux

13 Entretien de Bernard Despierre, directeur du Centre social de Marcq-en-Baroeul, entretien du 24 février 2005.

14 Thierry Roblin, Centre social intercommunal, Faches Thumesnil, entretien du 10 janvier 2005

15 Lettre fédérale, Fcsf, « Partenariats et financements », novembre 2002, p. 2.

16 Déclaration politique « Pour une réponse sociale et citoyenne », Fédération des centres sociaux et socio-culturels de France, Assemblée générale de Mulhouse, 2002. C’est nous qui soulignons.

17 Délégué à la fédération national, entretien du 22 janvier 2004.

18 Texte adopté par l’Assemblée générale d’Angers, les 17-18 juin 2000.

19 Le rapport peut être téléchargé sur le site http://Aciidd.net Cette phase s’est concentrée autour de l’étude des sources documentaires internes à la fcsn (rapports, revues, projets sociaux, etc.), conjuguée avec une analyse de discours de directeurs de centres sociaux. Cette phase exploratoire a aussi bénéficié d’une étude de cas, réalisé sur le centre social Le Parc d’Haubourdin (Nord).

20 A. Dumait, entretien du 14 septembre 2004.

21 La qualification des équipes professionnelles est une des priorités des cs. Les fédérations, en lien avec le syndicat d’employeurs (Snaecso), et dans le cadre d’un contrat avec l’État, animent dans ce but un programme de formation destinés au personnel. À partir de l’année 2005, quelques réflexions ont été émises au niveau de la Fcsn, afin d’élaborer un cadre de formation sur le dd.

22 Charte fédérale des centres sociaux et socio-culturels de France, adoptée les 17-18 juin 2000 à Angers.

23 Idem.

24 Les actions relatives à la dimension sanitaire et sociale du développement durable : http://www.assemblee-nationale.fr/12/rap-info/i2248.asp#P293_62384

25 Les Écoles de consommateurs, labellisées par le centre régional de la consommation, interviennent dans certains centres sociaux. Sur des thèmes choisis par les habitants-usagers, elles proposent des ateliers-réunions animés par des intervenants spécialisés. Ils s’efforcent de répondre aux questions les plus pratiques et d’aider chacun dans la résolution des problèmes de vie quotidienne (administration, conditions de vente, etc.) Les Ecoles ont aussi vocation renforce l’autonomie des habitants-usagers face aux pratiques consuméristes. Mais il faut souligner que les consommateurs, même formés, peuvent répondre de façon très diversifiée aux injonctions et outils en faveur d’une consommation plus « durable », voir Zaccaï, 2007.

26 Initiatives développement, hors-série n° 4, Congrès régional des centres sociaux du Nord

27 Ancien directeur de la Maison de la Maison de la Nature et de l’Environnement (Lille), il est sensibilisé à la thématique du DD ; d’avril 2001 à septembre 2003, il est chargé de mission à la FSCN. Il est désormais chargé de mission de l’association le Pas de Côté (Lille) spécialisée dans l’animation coopérative.

28 Maquet Y., mai 2002, « Centres sociaux et développement durable. De la nécessité à agir ! Propositions », Document de travail, Fcsn, doc. Interne.

29 Initiatives développement, n° 11, sept. 2002, p. 5-8.

30 Initiatives développement, Edition spéciale, mars 2003, p. 4. Les cinq autres ateliers portent sur la « démocratie participative et démocratie représentative », « la responsabilité politique des bénévoles », « les habitants et le territoire », « l’autonomie du projet ». Union régionale des Centres sociaux du Nord-Pas-de-Calais, mai 2003, « Le développement durable » in Initiatives développement, hors-série 4, 2e Congrès Régional des Centres Sociaux du Nord, p. 18-19.

31 Éric Thuillier, Centre social d’Arque, entretien du 16 septembre 2004.

32 Dans le cadre d’une recherche intitulée « Instituer le développement durable. Apprentissage, appropriation, application : le cas des acteurs locaux » (2003-2006), financée par le Ministère de la Recherche.

33 Extra-Muros, janvier 2007, « Dossier ressource, le développement durable dans les centres sociaux de la fédération du Nord » Études de cas dans les centres sociaux d’Haubourdin, Landrecies et Armentières ».

34 Une autre réflexion a porté sur la compatibilité de la méthodologie agenda 21 et l’AMEPP (Deleforge, 2007).

35 Thierry Roblin, Centre social intercommunal, Faches Thumesnil, entretien du 10 janvier 2005.

36 L’appréciation est portée par un directeur, qui souhaite garder l’anonymat.

37 FCSN, Fiche Acrtion, Centre social et développement durable, atelier coopératif, janvier 2008.

38 Besoin (en quoi en avons-nous besoin ?), Impact (Incidences sur le CS, sur les personnes, sur le territoire ?), Bien commun (Pour le plus grand nombre ? Pour quelques-uns ?), Prise de pouvoir (Qui gouverne ? Comment les décisions se prennent ?), Ici/là-bas (Centré chez nous ? Vision plus globale ?), Long terme (Immédiateté ? Temps long ?).

39 Le projet fédéral a été élaboré en 2005. Il a nécessité près d’un an de travail. La validation politique lors du Conseil d’Administration du 7 janvier 2006 est l’aboutissement d’un travail collectif qui a mobilisé les administrateurs fédéraux, les acteurs du réseau et l’équipe fédérale salariée.

40 Fédération des centres sociaux du Rhône, 15 janvier 2007, « Centres sociaux et développement durable : quels liens ? quels enjeux ? L’état de la question perçue par les acteurs et inscrite dans leurs projets », rapport final, Lyon, documentation interne.

41 Cela résulte, entre autre, de l’investissement des municipalités dans ces questions, ou bien encore de l’existence d’un tissu associatif local engagé autour de l’économie solidaire, du commerce équitable, des énergies renouvelables, etc.

42 Il complète et conforte à la fois nos analyses et celles réalisées par le cabinet Extra-Muros.

43 Dès 1992, l’Agenda 21 de Rio, dans son chapitre 28, appelle les collectivités locales à se mobiliser et à élaborer des programmes territoriaux de DD. Cf. CNUED, 1993 : 202-203.

44 Un A21L est un plan stratégique de DD d’une collectivité territoriale ou d’un territoire. L’intitulé fait référence à l’« Agenda 21 de Rio » adopté en 1992 : « ce qu’il faut faire pour le XXIe siècle ».

45 Région Nord Pas de Calais, 2004, Atlas régional du développement durable Nord-Pas de Calais, La Tour d’Aigues, éditions de l’aube.

46 Le partenariat avec le Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais (Npdc) se résume principalement au volet technologie de l’information et de la communication de l’action des centres sociaux.

47 Entretien du 12 septembre 2007.

48 http://www.cg59.fr/

49 Voir la liste des agendas 21 sur http://www.agenda21france.org/

50 Dominique Cunin, Centre social et culturel Aulnoye Aymeries, entretien du 16 novembre 2004.

51 « Développement social local : un nouveau positionnement pour les CAF », février 2004, Document de synthèse, p. 6.

52 Caisse d’Allocations familiales, février 2004, « Développement social local : un nouveau positionnement pour les CAF », Document de synthèse. Une circulaire de la CAF est parue début mai 2008. Nous n’avons pu l’intégrer à cette étude.

53 La Caf est seule habilitée à accorder « l’agrément Centre Social » au titre de la fonction d’Animation Globale et Coordination avec une durée déterminée, sur la base d’un contrat de projet.

54 Par exemple, « permettre aux enfants de 6/12 ans de se confronter à la vie en les sensibilisant au développement durable », Centre social de la Résidence Gayant, Projet social 2004/2007, « Vivre ensemble », p. 95.

55 Voir par exemple, l’Opération « Nettoyons la Nature » (La Lettre, n° 2, oct. 2004, p. 2), menée par le Centre social du Centre-ville de Cambrai (2003 et 2004) en partenariat avec les Amis de la Terre de Cambrai et le Centre E. Leclerc. « Plus qu’un simple ramassage de déchets, nous avons voulu agir sur l’environnement de proximité : la rue. Plusieurs groupes de jeunes sont allés à la rencontre des habitants pour leur proposer la charte d’engagement à l’embellissement du quartier. » Voir aussi Evaluation de projet 2000-2003 du Centre Social, centre-ville de Cambrai.

56 Éric Thuillier, Centre social d’Arque, entretien du 16 septembre 2004.

57 Idriss Lahoussa, Centre social des 3 faubourgs, entretien du 10 janvier 2005.

58 Objectif fixé dans le contrat de projet 2000-2003 et prolongé dans les propositions 2004-2007 du Centre social du Centre-ville de Cambrai,

59 Mostapha Ghezal, Centre social du Centre-ville de Cambrai, entretien du 16 novembre 2004.

60 Olivier Desrousseaux, Centre social Gayant, entretien du 21 janvier 2005

61 Éric Thuillier, Centre social d’Arque, entretien du 16 septembre 2004.

62 Dominique Cunin, Centre social et culturel Aulnoye Aymeries, entretien du 16 novembre 2004.

63 Thierry Roblin, Centre social intercommunal, Faches Thumesnil, entretien du 10 janvier 2005.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Organigramme d’un centre social.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/16500/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Graphique 2 : Chronologie de la diffusion du DD au sein de la FCSN.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/16500/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau 2 : Réflexion sur la notion de développement durable et mixité sociale (mai 2003, Audomarois).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/16500/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Graphique 3 : L’intégration du DD dans le projet politique de la FCSN.
Crédits Source : d’après comité de pilotage FCSN, J.-L. Deleforge.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/16500/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k

Auteur

Maître de conférences en sciences politiques à l’Institut d’Études Politiques de Lille, et membre du Centres d’Études et de Recherches Administratives, Politiques et Sociales (Cnrs UMR 8026). Il est directeur du comité de rédaction de la revue Développement durable et territoires (developpementdurable.revues.org). Il travaille sur l’écologie politique et la sociologie de l’environnement. Il a notamment publié (avec Tatiana Muxart, Franck-Dominique Vivien, et Joëlle Burnouf (dir.) 2003), Des milieux et des hommes : fragments d’histoires croisées, Paris, Elsevier, Coll. Environnement ; (avec David Hiez (dir.), 2008), La désobéissance civile. Approches politiques et juridiques. Presses universitaires du Septentrion.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540