Version classiqueVersion mobile

Appropriations du développement durable

 | 
Bruno Villalba

Partie 3. Appropriations professionnelles et militantes.

Introduction de la troisième partie

Texte intégral

1Le concept de développement durable fait l’objet d’usages normatifs et discursifs en termes de labellisation par les acteurs qui s’en saisissent. Le prisme du développement durable constitue à ce titre une entrée méthodologique efficace pour l’analyse de la sociogenèse et des modalités d’activation de cette notion au sein d’espaces militants ou professionnels. À la différence des espaces institutionnels d’application et d’appropriation de la notion de développement durable (laquelle recouvre tous les domaines de décisions politiques si l’on se réfère à l’étendue des injonctions de l’agenda 21), certains espaces (monde de l’entreprise, secteurs associatifs, mouvements politiques…) établissent une relation plus distante.

2L’étude des modalités de l’émergence de cette notion dans certains cercles permet de saisir l’évolution des décalages entre les milieux institutionnels et de certains « passeurs » – promoteurs de la notion – et les modes d’applications, repositionnements/réajustements/divergences dans le milieu concerné. On peut ainsi saisir et voir évoluer les réajustements des stratégies, des discours, des pratiques et modalités d’organisation interne ; on peut aussi saisir les passages d’une scène militante à une autre, ou de l’informel à l’institutionnel. On peut ainsi échapper aux impasses d’une conception uniquement top down, en analysant les modalités d’insertion du concept de DD, en tenant compte des rapports que cette notion entretient avec d’autres composantes.

3L’appropriation du DD révèle ainsi la constitution de nouvelles pratique sociales, notamment dans la création/recomposition de réseaux sociaux. Suivant l’idée selon laquelle « un réseau ne se réduit pas à une simple somme de relations et que sa forme exerce une certaine contrainte sur chaque relation » (Sawicki, 1997 : 11), l’adoption d’une définition des réseaux en termes d’interactions apparaît finalement comme la plus simple et la plus efficace. La notion de réseau correspond ainsi à la communication, au passage d’identités, et à l’échange d’entités et de structures de pensées qui s’opèrent lorsque des personnes ou groupes de personnes sont en relation de quelque façon que ce soit. Elle permet aussi de comprendre les logiques de structuration des réseaux comme des sous-espaces clivés, qui révèlent l’importance des dynamiques identitaires comme « composantes essentielles des processus de mobilisation, de leur identité comme de leur modalité. Plus largement, elles constituent des modes de structuration du champ social et politique en système symbolique conflictuel. » (Braud, 1996 : 185). Les clivages dans le milieu militant ou professionnel se codifient en différents modèles d’engagement ou des compétences professionnelles reconnues. Ces clivages recouvrent aussi bien souvent le travail de légitimation/déligitimation de certains savoirs ; le DD peut alors permettre un réinvestissement professionnel de la part de certains acteurs, en reformatant leurs savoirs originels dans la sémantique et les modes d’action promus par le DD. On assiste alors, comme l’ont montré Charvolin et al. (2007) pour la constitution des contenus des sciences, à une contribution non négligeable de la part de ces acteurs, qui contribuent alors à redéfinir les modes d’action du DD.

4L’appropriation permet ainsi de comprendre qu’à travers la recomposition des réseaux, où leur repositionnement idéologique, nous assistons à des glissements institutionnels, dont le DD agit à la fois comme un facilitateur mais fait aussi l’objet d’une instrumentalisation de la part de certains acteurs du réseau (Sandrine Rousseau). Par ailleurs, l’articulation des éléments clés du DD (économique, environnemental, social) offre des possibilités d’appropriation différenciées suivant les acteurs ; le travail de décantation offre des résultats plus conformes aux éléments identitaires fondamentaux des acteurs concernés (Bruno Villalba). L’appropriation du DD recouvre des discours et des pratiques routinières, révélatrices des clivages relativement anciens et structurants dans l’espace social considéré (Yann Raison du Cleuziou).

Bibliographie

Braud Ph., 1996, L’émotion en politique, presses de sciences po, Paris, 185.

Charvolin F., A Micoud, L. Nyhart, 2007, Des sciences citoyennes ? La question de l’amateur dans les sciences naturalistes, Éd. de l’Aube, La Tour d’Aigues.

Sawicki F., 1997, Les réseaux du Parti Socialiste, Sociologie d’un milieu partisan, Paris, Belin.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search