Version classiqueVersion mobile

Appropriations du développement durable

 | 
Bruno Villalba

Partie 2. Logiques asymétriques d'appropriation.

La distribution de l’eau et le transfert de technologie au Cameroun. Un mode de diffusion du développement durable ?

Peguy T. Ndonkou

Texte intégral

1Lors de la conférence de Rio en 1992, la notion du « développement durable » est officiellement adoptée comme l’un des fondements de la coopération internationale. L’eau fait parti des axes prioritaires de cette coopération, et a contribué à redéfinir, partiellement, les formes de l’aide internationale. Dans cet optique, les questions de l’accès équitable à l’eau, ainsi que les modalités de sa distribution, deviennent des conditions importantes pour définir les critères d’un développement durable pertinent. Dès lors, l’aide internationale revêt plusieurs aspects : politique, économique et technique. Ce transfert d’un savoir-faire occidental doit donc être sans cesse réajuster en fonction des réalités locales car, selon Gilbert Rist (1998), tout transfert de technologie devrait conduire à des adaptations sociales et à de nouvelles négociations culturelles et politiques. Mais, les modes de diffusion et d’acquisition des connaissances théoriques et pratiques liées au développement durable s’enchevêtrent avec les perceptions endogènes et les modalités du transfert de technologie parce que l’Occident tente toujours d’imposer sa vision environnementale aux pays en développement. Georges Rossi (2000 : 35) dans sa réflexion sur la place de l’environnement dans les divers programmes et les actions de développement entrepris par les pays les plus riches dans les pays les plus pauvres de la planète montre justement « à quelles dérives (ou délires) on peut aboutir lorsque le souci écologique est accaparé par des idéologies ou des minorités agissantes comme moyen de pression et de pouvoir ». Cet auteur insiste sur les conséquences des programmes environnementaux mis en place par les gouvernements pour leurs populations respectives. Pour illustrer son propos, il s’appuie sur les ruptures, les déséquilibres, les désarticulations dans les systèmes d’organisation de l’espace et de mise en valeur, causés par les projets subventionnés par les pays d’Europe ou d’Amérique du Nord.

2Gérard Azoulay (2002), quant à lui, montre que le projet originel des « pionniers du développement » était largement fondé sur l’idée de réduction des écarts de développement entre les « pays développés » et les « pays sous-développés ». L’approche était à la fois théorique sur l’analyse des causes de la richesse et de la pauvreté des nations, mais aussi stratégique sur les moyens d’une transformation sociale profonde permettant de quitter cet état de « sous-développement. Désormais, l’accroissement des relations internationales dans les domaines du développement s’appréhende sans doute moins en volume qu’en raison de l’augmentation de la technicité des formes de coopérations. Ainsi, la question technique (que ce soit dans les domaines de la gestion de l’eau mais aussi dans les nouvelles technologies de l’information et de la communication) permet de réinterroger les mécanismes de coopérations.

3Les approches de l’anthropologie économique ont étudié les pratiques culturelles à partir d’une réflexion inspirée par les théories marxistes, donnant toute leur importance aux modes et activités de production, de conflits d’intérêts opposant divers acteurs engagés dans le procès de production au sein des sociétés non occidentales (Deliège, 2006). La théorie culturelle quant à elle, se fonde sur la compréhension de l’influence de la culture sur la personnalité individuelle, en insistant notamment sur l’« endosémie », qui consiste à rechercher le sens du comportement à l’intérieur du groupe étudié. Enfin, l’anthropotechnologie dans la perspective wiesnerienne (Wiesner et al., 1997) qui prend en considération les dimensions socioculturelles après le constat d’échec quasi systématique des transferts de technologies vers les pays en voie de développement industriel. Philippe Geslin (1999) relève que cette approche a une portée programmatique importante, car elle relance d’une manière originale le débat sur les transferts de technologies et pose les bases d’une réflexion sur les conséquences locales d’un transfert technique qui ne s’est pas suffisamment interrogé sur les conditions de réceptivité par les populations locales d’une innovation technologique, là où les populations sont confrontées aux contraintes des milieux naturels et à des modalités historiques de soumission à des structures de domination – à la fois traditionnelles et issues des rapports d’échanges économiques dans un contexte néo-libéral.

4Selon Jacques Perrin (1983), le transfert des technologies désigne l’exportation des moyens de mise en œuvre des techniques élaborées dans les pays industrialisés vers les pays en développement. Dans son acceptation juridique, il s’agit du droit d’utilisation des techniques. Les transferts des technologies correspondent à des échanges composites et ont trait à la fois à la vente des droits d’utilisation de connaissances, à la vente des informations technologiques, mais aussi à la vente des biens d’équipement. La technologie, elle aussi peut être définie de diverses façons. Elle désigne l’ensemble des connaissances qui peuvent servir de production de biens et à la création des biens nouveaux. Jacques Perrin dit que la technologie a une double nature ; elle informe le procès de travail pour produire de nouvelles valeurs d’usage, mais la technologie informe également le procès de travail pour produire de nouvelles valeurs d’échanges et reproduire le rapport capital-travail.

  • 1 Ce genre de transaction a déjà eu lieu dans l’histoire de l’humanité et a constitué un enjeu de dév (...)
  • 2 Le Cameroun est un pays d’Afrique central, de 475 442 kilomètres carrés de surface, de peuplement t (...)

5Le contexte international pèse donc sur les situations nationales : les peuples des pays en voie de développement en général, de l’Afrique au Sud du Sahara et bamiléké de l’ouest Cameroun en particulier sont confrontés aux défis qui surgissent à partir de leur intégration dans « l’Économie-Monde » où se développent les échanges avec l’extérieur1. Selon Escobar Arturo (1995), le développement fait partie des projets spatio-culturels qui exigent une conquête incessante de territoires et de population ainsi que leur soumission écologique et culturelle aux impératifs d’un ordre rationnel et logocentrique. L’objectif de cet article est de remettre en question la façon dont la notion de développement durable peut être intégrée au transfert de technologie, en prenant une expérience dont l’action se déroule au Cameroun2 (carte 1).

Carte 1 : Situation du Cameroun.

Carte 1 : Situation du Cameroun.

Source : National Cartographic institute, 1992. By Enchaw G.B., 2007

  • 3 La région bamiléké du Cameroun occupe le plateau montagneux à l’Est des « grassfields », vaste régi (...)

6Cette expérience donne lieu à un transfert de technique de gestion et de distribution de l’eau au Cameroun via le projet « Scandinave water ». Le groupe ethnique Bamiléké de l’ouest Cameroun, bénéficiaire du projet est situé dans le village Bamena, département du Ndé dont le chef lieu est Bangangté3.

Figure 2 : Bangangté dans la province de l’ouest.

Figure 2 : Bangangté dans la province de l’ouest.

Source : National cartographic institute, 1992, by Enchaw Gabriel, 2007

7Pour comprendre et expliquer les raisons pour lesquelles l’eau distribuée par ce transfert de technologie est peu utilisée par les populations locales, nous avons opté d’administrer des questionnaires ménages aux populations et de soumettre les adultes résidents à Bamena, les techniciens de l’eau de la ville de Bangangté à un guide d’entretien.

8Le propos de ce travail est de comprendre et analyser les limites à ce transfert technologique, qui pourtant semblait répondre à toutes les attentes d’un projet conciliant les finalités du développement durable ainsi que les impératifs d’un développement local pérenne. Pour cela, nous examinerons le projet scandinave water dans sa logique et son implantation locale, puis les limites à une appropriation locale.

1. Projet scandinave water : logique et implantation locale

1.1. Présentation du dispositif

9Le Cameroun dispose de plusieurs sources d’approvisionnement en eau tant en milieu rural qu’en milieu urbain. Ainsi, on peut citer les rivières, les marigots, les fleuves, les puits, les forages, les bâches de retenue, les mares, les ruisseaux etc. La qualité de l’eau provenant de ces sources et utilisées par les populations est souvent douteuse et les expose à des risques sanitaires considérables. Dans le souci de soustraire ces populations à la corvée de l’eau, plusieurs partenaires ont proposé à l’État camerounais, dans le cadre de l’aide à la coopération, de contribuer à rapprocher les points d’eau au plus près d’elles. Cet apport devait permettre la diminution des risques microbiologiques liés au développement des agents pathogènes qui utilisent l’eau comme milieu de vie, et aider du même coup à lutter contre les maladies endémiques d’origine hydrique qui sévissent en milieu rural comme la bilharziose, l’onchocercose ou la cécité des rivières.

10Le village Bamena, comme beaucoup d’autres régions du pays, ont bénéficié de l’implantation des stations Scandinave water. Selon les informations recueillies au cours d’un entretien avec Alain Tientcheu, 33 ans, enseignant et environnementaliste, « Le projet Scandinave water était une initiative de la coopération canadienne. Il s’était fixé pour objectif de fournir une eau de qualité et en quantité aux populations des zones rurales soufrant d’un manque criant d’eau afin de mieux lutter contre les maladies biologiques liées à l’eau telle la bilharziose, le ver de Guinée. La coopération avait aussi la prétention d’aider le gouvernement camerounais à monter les adductions d’eau dans toutes les zones rurales. Mais l’échec de ce projet vient du fait qu’il n’était pas participatif. Les partenaires impliqués n’ont pas tous été consultés avant la réalisation ».

  • 4 Sonel : Société nationale d’électricité du Cameroun. La Sonel a été privatisée aux concessionnaires (...)

11Le but ultime du projet Scandinave Water était essentiellement lié à la distribution de l’eau potable. Le système de fonctionnement d’implantation du Scandinave Water consiste à créer près d’un cours d’eau, un bac de retenue d’eau et y plonger un moteur qui assure le captage de la ressource. Cette eau est ensuite conduite dans les réservoirs installés dans la cage métallique que représentent les photos 1, 2, 3, de la planche ci-dessous (source : Peguy Ndonkou, 2007). Les réservoirs ont chacun un rôle. Les uns servent à la décantation et à la filtration ; les autres au traitement et la distribution de l’eau. Le premier réseau Scandinave water a été implanté à Bamena en 1983, dans le cadre du programme AEP (Adduction d’eau potable) financé par le BIP (Budget d’investissement public). En 1986, une autre série d’installation est effective dans le cadre du même programme. Ce réseau sera complété par l’hydraulique villageoise financée par le même budget. Dès cet instant, cette localité est presque suffisamment alimentée en eau. Le fonctionnement du Scandinave Water nécessite aussi de l’énergie électrique, gérée au Cameroun par la Sonel (Société nationale d’électricité du Cameroun)4.

Photo 1 : Station de pompage d’eau du Scandinave Water à Bamena.

Photo 1 : Station de pompage d’eau du Scandinave Water à Bamena.

Photo 2 : État du compteur Sonel à l’intérieur de la station de pompage.

Photo 2 : État du compteur Sonel à l’intérieur de la station de pompage.

Photo 3 : Réservoirs de filtration, de traitement et de distribution d’eau.

Photo 3 : Réservoirs de filtration, de traitement et de distribution d’eau.

1.2. Conditions d’une déshérence du dispositif

  • 5 SNEC : Société nationale des eaux du Cameroun. Organisme national chargé de produire et de distribu (...)

12Tout d’abord, comme tout dispositif technique, la question du financement et de la maintenance est cruciale pour sa fonctionnalité de la station de pompage. Or, dans ce domaine, le transfert technique s’est opéré sans tenir compte des fluctuations locales. La SNEC5 à qui l’État avait confié le paiement des quittances de l’énergie électrique consommée dans le fonctionnement des stations de pompage du scandinave Water ne parvenait plus à supporter les coûts de consommation. La Sonel qui fournit de l’énergie électrique pour le fonctionnement du Scandinave Water sera ensuite privatisée en 2004 à une société américaine (AES-Sonel). Suite à cette privatisation, le prix du kilowatt d’énergie électrique a subi trois hausses en quatre ans. Avec ces hausses des prix, l’énergie électrique fournit par la Sonel et les compteurs installés dans les stations de distribution d’eau du Scandinave water sont interrompus. L’État ne pouvait pas non plus compter sur la participation des populations dont les revenus sont déjà très insuffisants et qui considèrent l’eau comme une providence. Dans ces conditions de déshérence, certains agents de la Sonel et les populations vont faire montre d’actes d’incivisme en démontant les compteurs pour les vendre. Les plaques en bois sont ainsi laissées « aux bons soins des termites ». Les populations ne pouvaient que retourner dans leur ancienne source d’approvisionnement en eau (marécages, rivières, sources, mares, étangs et puits) sans traitement.

13Il convient peut-être à ce niveau de prendre en considération le point de vue de Jacques Perrin (1983) qui montre que cette politique de transfert de technologie n’a pas pour ambition de promouvoir le développement du pays d’accueil, mais de réaliser des profits, d’assurer l’accès aux matières premières, de pénétrer de nouveaux marchés. Le projet Scandinave water relève de ce que cet auteur appelle « la vente directe de l’usine clés en main » qui permet aux firmes de transferts de vendre des équipements et des services technologiques en développant de nouvelles formes de sous-traitance. L’État camerounais aurait signé le contrat clés en main pour l’implantation du projet Scandinave water. Dans ce type de contrat, le maître d’ouvrage confie la responsabilité des études et de la construction d’un ensemble industriel à une seule entreprise d’un pays industrialisé. L’unité industrielle sera fournie prête au démarrage et gardera la responsabilité de la conception de l’unité de production et le choix des fournisseurs. Dans ce type de contrat, les principaux choix technologiques et économiques sont opérés ou contrôlés par le maître d’ouvrage.

14D’après les discussions issues des entretiens avec les techniciens de l’eau, les installations du Scandinave water devaient en plus bénéficier d’un approvisionnement en essence pour assurer les ruptures d’énergie électrique et perpétuer son fonctionnement. En conséquence, le Scandinave water tombe en désuétude parce que l’AES-Sonel vend cher l’énergie électrique qui contribue a son fonctionnement. Le prix du litre du gasoil n’est pas non plus à la portée de bourse des populations. Peu après, les ouvrages du Scandinave water sont en panne. L’état de l’ouvrage laisse à désirer comme on peut le voir sur la photo 2. Les systèmes mécaniques de fonctionnement sont déconnectés. Le panneau de l’installation du compteur électrique de la Sonel est rongé par les termites. Les câbles du courant électrique sont cambriolés par les populations et utilisés à d’autres fins. Les feux de brousse détériorent progressivement la qualité des tôles. Par endroits, les tôles sont démontées par les populations pour répondre à la stratégie de survie dans le cadre de la récupération et de la vente des métaux du secteur informel.

2. Limites à une appropriation locale

2.2. Transfert de technologie sans préparation locale

15Le projet Scandinave water semble se situer dans le contexte des récits du développement qui s’apparente à un mythe ayant contribué à ancrer dans bien des consciences la conviction que le progrès et la croissance n’ont pas de limite et ayant la certitude d’être universelle parce qu’elle est reproductible. Mais cette croissance illimitée, l’universalisation du modèle occidental se heurte pourtant à des résistances et à des obstacles de toute nature.

16Dans le domaine de l’industrialisation et plus particulièrement des technologies, cette occidentalisation entraîne selon Serge Latouche (1998), une destruction des formes économiques antérieures (artisanat, communautés rurales). Dans cette perspective, poursuit Serge Latouche (1998 : 95-96) : « La standardisation des produits s’impose sous la pression du marché mondial, sinon par goût, et la discipline des gestes de travail est mise en œuvre par la machine. Toute la vie se trouve bouleversée par la raison industrielle : les rythmes, les modes et les finalités. Toute limitée, freinée, bloquée qu’elle soit, comme dans la plupart des pays d’Afrique noire, une industrialisation se produit par « substitution d’habitudes de consommation ». Les produits et les usages traditionnels s’en trouvent détruits de manière irréversible. La logique de l’usine s’impose dans toutes les sphères de la société. »

17L’acceptation généralisée des normes occidentales, devenue référence dans les modes de faire, mais aussi les modes de perceptions aboutit à des échecs. En ce sens, les chemins du « développement » devaient passer nécessairement par la rupture avec les logiques et les pratiques dont on décrète la faillite et l’inefficacité dans l’ère de la communication des peuples marqués par l’évolution rapide des technologies. Pourtant, les principes généraux du « développement durable » insistent sur l’importance d’une collaboration volontaire des acteurs concernés par la réalisation d’un projet. C’est dans cette perspective que Zaccaï (2002) aborde la question du « développement durable » sur le plan économique en interpellant les entreprises, les experts au regard des enjeux de la durabilité, que ces acteurs interprètent, chacun selon sa logique. Or, poursuit Zaccaï (2002 : 12) : « Le développement durable aurait alors des effets parce qu’il nous oblige à relier des problèmes séparés, parce qu’il nous oblige à penser ensemble plusieurs problèmes jusque-là disjoints. Plus profondément, le développement durable nous oblige à une réflexion politique, parce qu’il nous oblige à justifier à plusieurs égards, dans plusieurs registres et en nous référant à plusieurs échelles, à plusieurs sociétés. Il ouvre donc un espace politique nouveau. C’est donc une sorte d’heuristique politique dont nous ne savons pas encore vraiment comment nous en servir ».

18Dans le cadre du transfert de technique du Scandinave Water, les connaissances des populations locales n’ont pas été suffisamment interrogées et les acteurs locaux n’ont pas été réellement intégrés au projet – guère plus consultés. L’inadéquation entre les conditions d’élaboration du projet – notamment ses dimensions techniques (énergie, entretien, financement…) – et sa mise en service dans un espace social particulier se révèle rapidement. L’absence de consultation des populations concernées conduit à un désengagement de leur part, face à un outil qui est transplanté sans que les bénéficiaires aient eu le temps d’adapter leur manière de consommer et d’utiliser l’eau.

2.2. Transferts de technologie et transferts de connaissances

19Le transfert de technologie, surtout dans le cadre de cet article, montre qu’il aggrave la dépendance des pays en développement et expose davantage les populations à la pauvreté (le budget de financement de ce transfert est puisé dans les caisses de l’État), aux risques sanitaires (retour aux sources anciennes et consommation de l’eau polluée). Par ailleurs, il accentue la réémergence des maladies endémiques d’origine hydrique (cécités des rivières, amibiase, typhoïde…) et génère les conflits sociaux : le choix du site de l’implantation de la station de pompage d’eau Scandinave water est souvent l’objet de tensions entre les élites politiques – maires et députés – qui brandissent le projet comme une initiative personnelle pour solliciter les voix aux différents scrutins. Ces remarques rejoignent les critiques évoquées (Perrin, 1983 ; Ela, 2004) portant notamment sur la différence fondamentale des objectifs liés aux transferts de technologie. Ces auteurs insistent sur le fait que les firmes multinationales cherchent à atteindre certains objectifs (expansion, diversification, profits) qui ne sont pas nécessairement compatibles avec les préoccupations plus générales, sociales notamment, des pays en développement. Ces transferts de technologies sont de plus en plus proposés comme solution-miracle au développement sans toutefois tenir compte des besoins exprimés par les populations. Ces transferts ne sont pas automatiquement accompagnés de procédures qui permettraient d’installer durablement ces techniques dans les territoires d’accueil. Ainsi, comme le montre le projet Scandinave water, on peut constater une absence d’accompagnement dans le transfert des connaissances – à la fois sur le fonctionnement de l’outil lui-même, mais aussi sur les bénéfices attendus par les populations locales. Le processus de transformation/acquisition est long et complexe, et suppose là aussi de construire des procédures de formation, qui tiennent compte des spécificités locales (connaissances déjà existantes des responsables locaux : chefs du village et la compréhension des usages sociaux et culturels de l’eau, etc.). La connaissance ne se limite pas à l’information écrite ou orale, l’accès au savoir-faire est indispensable et reste le résultat, au cours des années, d’expériences positives, qui sont échangées entre les pourvoyeurs de cette technique et les acteurs locaux chargés d’en assurer le bon fonctionnement, ainsi que les habitants, premiers destinataires de cet outil.

20Les comportements et les pratiques culturelles des populations bamiléké ne sont pas systématiquement solubles dans la logique du « développement durable ». Les usages qu’ils ont développés avec l’eau n’étaient guère compatibles avec les nouvelles pratiques issues de l’abondance de l’eau produite avec le Scandinave water. Dans cette culture, les rites médicaux ont lieu dans les cours d’eau. Ces rites effectués dans les cours d’eau permettent à l’eau ayant une valence de transport, d’emporter très loin les impuretés que l’on décharge du corps. À l’issue de l’entretien réalisé auprès d’un informateur, Mathieu Nana Ngongang, instituteur retraité, 53 ans, l’arrivée des technologies ne doit pas détourner les populations de leur culture, « La jeune génération ne doit pas perdre de vue sur les coutumes du village, l’eau apportée par le blanc (technologie) ne peut pas jouer le même rôle que les eaux du village. Les dieux du village habitent dans les cours d’eaux et si nous cessons de leur faire des rites, le village ira très mal. On doit utiliser l’eau du blanc quand il le faut et aller à la rivière quand il le faut, on peut boire l’eau du blanc si ça marchait et faire les sacrifices et les rites dans les chutes du village, chaque eau à son rôle ».

21Il se dégage de cette citation que les adultes incitent les jeunes à ne pas perdre de vue leurs propres valeurs culturelles. Ces valeurs ont existé bien avant l’arrivée des nouvelles technologies, il est donc hors de question que son implantation ait l’ambition de s’opposer à la culture locale. L’eau du cours d’eau doit drainer l’impureté au loin pour qu’un autre membre du groupe ne se « contamine » pas, ne « porte pas la malchance/l’infortune » (ne ngna’a sué’é). En plus, les cours d’eau qui coulent sont les cadres des pratiques juridiques dans ce groupe ethnique. En effet, le rite du veuvage se pratique à l’eau en raison du pouvoir que comporte l’eau. Ce rite consiste à soumettre la femme devenue veuve à une épreuve pour déterminer si elle n’est pas responsable du décès de son conjoint. Le rite de veuvage qui a commencé dans la maison du défunt, auquel est soumise la veuve, aux yeux de proches parents, se termine dans un cours d’eau. La veuve est ainsi amenée dans un cours d’eau ayant une chute. Elle est placée à quelques mètres de la chute. Le ritualiste place entre ces jambes une calebasse magique (teto’o. kan) contenant des ingrédients du rite (vin de raphia, arbre de paix, cauris, poudre à canon, graines de jujube…). La femme répète des formules imprécatoires dictées par le ritualiste. À l’issue de cette répétition, les participants observent les mouvements de la calebasse. Si le courant d’eau n’emporte pas la calebasse et rôde entre ses pieds, la veuve est reconnue coupable des faits qui lui sont reprochés ; mais si la calebasse est emportée par le courant d’eau, elle est reconnue innocente des faits de soupçon sur la mort de son conjoint. Ces rites sont exécutés dans un cadre public précis, sous le regard d’un nombre réduit de témoins. L’eau du Scandinave water ne pouvait contribuer à la réalisation de ce rite.

22Par ailleurs, dans le même contexte culturel, l’eau est une substance empreinte du pouvoir des esprits. En milieu bamiléké, l’eau est considérée comme la demeure des esprits et des ancêtres. Dans presque toute la région, les points d’eau sont considérés comme des lieux sacrés, à l’intersection des sphères humaine et divine. L’eau est le milieu de vie des puissances surnaturelles (crocodiles, arc-en-ciel, serpent boa, grenouilles…), une extension du royaume des morts et des ancêtres. Les représentations de l’eau ainsi présentées soulignent l’évidence que cette ressource est un milieu où abondent les esprits et une substance alliée au monde des ancêtres. C’est pour cette raison que les eaux qui jaillissent du sol sont considérées comme venant du centre de la terre et envoyée par les divinités ou Dieu. Ce genre d’eau peut jaillir et couler à n’importe quel endroit de la concession familiale. Les esprits de l’eau sont aussi présents dans les chutes. Les récits de nos informateurs sur la force des ancêtres et les chutes d’eau sont fort étonnants. Ils soulignent les dangers que l’homme encourt en s’y approchant sans un guide initié, chargé de parler à l’eau, aux esprits de l’eau et à indiquer les limites des zones permises et celles qui sont interdites de la chute. Ces récits donnent aussi à comprendre que la demeure des ancêtres en terre bamiléké est inviolable et sacrée. Dominique Mallaquais (2002 : 96) nous a présenté une description des chutes d’eau en ces termes : « Les chutes d’eau sont habitées par des divinités protectrices des environs. C’est pourquoi à côté de chaque chute s’élèvent de petites cases, soigneusement entretenues, qui servent d’abris aux [dieux gardiens] de la chute. Les grandes rivières abritent aussi de nombreux [esprits… ceux-ci] habitent des grands villages, cachés dans le fond de la rivière. Quand la rivière déborde, on dit que ce sont les morts qui sont venus danser sur la terre. Quand un homme se noie, on dit que les morts ont voulu l’attirer et quand on ne retrouve pas son corps, que les morts l’ont emmené vivant dans leur village aquatique. »

23Complétons ce témoignage par la description des comportements de l’eau. Dans le village Bamena par exemple, lorsque l’eau de la rivière déborde, elle empêche les femmes de rentrer du champ. Elle déborde au niveau du pont et la traversée devient impossible. À plusieurs reprises, les eaux de rivière ont débordé empêchant les femmes et les enfants de vaquer librement à leurs préoccupations quotidiennes. Les analyses qui précédent montrent que les cours d’eau sont les lieux de résidences des esprits de l’eau. Or, certains endroits de ces cours d’eau ont servi de point de canalisation. Ces constructions permettaient de retenir l’eau en quantité suffisante, y mettre un moteur, afin de la conduire dans l’aqueduc du Scandinave water. Cette construction et les bruits du moteur en état de marche perturbaient considérablement la tranquillité des esprits de l’eau. Pour manifester leur mécontentement, les esprits de l’eau asséchaient les cours d’eau et le pompage de l’eau devenait impossible.

24Dans ce contexte culturel, le « développement durable » sera confronté à de telles pratiques culturelles tout aussi durables, puisqu’elles se pratiquent de génération en génération. S’il est vrai que les rites de veuvage sont de plus en plus considérés comme un comportement anodin, les sanctions liées à la transgression de ce rite sont la cause des maladies, des infortunes dont sont victimes les individus de ce groupe ethnique.

Conclusion

25À travers cette contribution sur les transferts de technologie, nous avons essayé de montrer que la distribution de l’eau dans le contexte culturel particulier bamiléké de l’ouest Cameroun est surtout confrontée à des déterminants endogènes. Alors que Scandinave water se présente comme une solution pour l’amélioration de la qualité de vie des populations locales, on constate que les objectifs du projet n’ont jamais été atteints, et que le projet lui-même est progressivement abandonné par les autorités locales. Cela résulte à la fois d’une imprégnation des acteurs du Nord aux conditions de réalisation de ce transfert de technologie – association des populations locales, compréhensions des schémas culturels locaux, etc. – que des acteurs du Sud dans l’édification de leurs représentations sur ce que peut être un développement durable – compatibilité des usages de l’eau avec la gestion sur le temps long de la ressource, lutte contre les inégalités sociales en fonction d’une meilleure prise en compte des intérêts partagés par les habitants, etc. L’exemple du projet Scandinave Water permet ainsi de contribuer à la pertinence d’une mise en place d’un développement durable, valorisant une forme de croissance, avec les possibilités économiques et culturelles des pays du Sud.

Bibliographie

Azoulay G., 2002, Les Théories du développement. Du rattrapage des retards à l’explosion des inégalités, Rennes, PURennes, coll. « Dictact Économie ».

Déliège R., 2006, Une Histoire de l’anthropologie : Écoles, auteurs, théories, Seuil, coll. « Philo. Géner ».

Ela J-M., 2004, Afrique, l’irruption des pauvres. Société contre ingérence, pouvoir et argent, Paris, L’Harmattan.

Escobar A.., 1995, Encoutering development : the Making and Unmaking of the third world, Princeton University Press.

Geslin Ph., 1999, L’Apprentissage des mondes. Une anthropologie appliquée aux transferts de technologies, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris et Octarès Éditions, Toulouse.

Latouche S., 2005, L’Occidentalisation du monde, essai sur la signification, la portée et les limites de l’uniformisation planétaire, Éditions La Découverte/Poche.

Mallaquais D., 2002, Architecture, pouvoir et dissidence au Cameroun, Paris, Karthala, Presses de l’UCCAC/ceri. Recherches internationales.

Perrin J., 1983, Les transferts de technologie, Paris, Éditions La Decouverte/Maspero.

Rist G., 1998, Le Développement, histoire d’une croyance occidentale, Paris, Presses de Sciences Po.

Rossi G., 2000, L’Ingérence écologique : Environnement et développement rural du Nord au Sud, Paris : CNRS, Coll. « Espaces et Milieux »

Wiesner A., Pavard B., Benchenkroun T H., Geslin P., 1997, Anthropotechnologie, vers un monde industriel pluricentrique, Toulouse, Octares Éditions, coll. « Travail », dirigée par Jacques Christol et Gilbert de Terssac.

Zaccaï E., 2002, Le Développement durable : dynamique et constitution d’un projet, Bruxelles, Presses Inter-universitaires Europèennes-Peter Lang.

Notes

1 Ce genre de transaction a déjà eu lieu dans l’histoire de l’humanité et a constitué un enjeu de développement dans plusieurs pays. Aux XVIIIe et XIXe siècles, rapporte Jacques Perrin (1983), des pays comme les États-Unis, la France, l’Allemagne, la Pologne ont démarré leur processus d’industrialisation en important des techniques précédemment développées par l’Angleterre. Le japon a opéré des transferts de technologie mise au point par les pays occidentaux dans les premières décennies de ce dernier siècle.

2 Le Cameroun est un pays d’Afrique central, de 475 442 kilomètres carrés de surface, de peuplement très anciens qui a eu des contacts avec le monde occidental depuis le quinzième siècle avec l’abordage des Portugais sur les côtes Douala, puis avec l’installation de nombreux comptoirs commerciaux et le travail d’évangélisation des missionnaires. Le pays a traversé deux crises économiques, l’une au début de la décennie 1970 et la deuxième entre 1985 et 1987. Cette dernière fut la plus récurrente, car elle a entraîné des conséquences négatives sur le niveau de vie des populations. Des mesures de diminution des effectifs dans la fonction publique comme dans le secteur privé ont été adoptées. Ajoutée aux conséquences économiques des programmes d’ajustement structurel, cette crise a entraîné une paupérisation plus accrue des populations.

3 La région bamiléké du Cameroun occupe le plateau montagneux à l’Est des « grassfields », vaste région qui va de Widekum (limite de la province du Sud-Ouest), en passant par le plateau de Bamenda dans la province du Nord-Ouest jusqu’à la large bande des hautes terres et de savanes au Sud-Est, Centre de la région dite Bamiléké.

4 Sonel : Société nationale d’électricité du Cameroun. La Sonel a été privatisée aux concessionnaires Américains en 2004 et est devenue AES-Sonel (American electricity society de la société nationale d’électricité du Cameroun). Dès cet instant, le prix du kilowat a subi 3 hausses en quatre ans.

5 SNEC : Société nationale des eaux du Cameroun. Organisme national chargé de produire et de distribuer l’eau potable aux populations sur l’ensemble du territoire national, créée le 22 mai 1967, elle est chargée en régime de concessions des activités de production et de distribution d’eau potable dans les agglomérations urbaines du pays.

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Situation du Cameroun.
Crédits Source : National Cartographic institute, 1992. By Enchaw G.B., 2007
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/16495/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Figure 2 : Bangangté dans la province de l’ouest.
Crédits Source : National cartographic institute, 1992, by Enchaw Gabriel, 2007
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/16495/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Photo 1 : Station de pompage d’eau du Scandinave Water à Bamena.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/16495/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Photo 2 : État du compteur Sonel à l’intérieur de la station de pompage.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/16495/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Photo 3 : Réservoirs de filtration, de traitement et de distribution d’eau.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/16495/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 313k

Auteur

Enseigne l’anthropologie à l’Université de Yaoundé I et à l’École des infirmiers spécialisés en santé mentale de Yaoundé au Cameroun. Il prépare en ce moment une thèse de Doctorat PH.D en Anthropologie sous la direction de Daniel Bley à l’Université de Provence, Aix-Marseille II au sein de l’École doctorale « Espaces, cultures, sociétés ». Il est membre des Laboratoires DESMID, ÉSPACE, France.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search