Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Appropriations du développement durable

 | 
Bruno Villalba

Partie 1. Cadres normatifs et techniques de diffusions du développement durable.

À l’origine de la politique européenne de développement durable : la doctrine coloniale des paysans noirs

Véronique Dimier

Texte intégral

« Lorsque le premier brouillon de ce livre a été achevé, je suis allé le lire à haute voix devant mon compagnon de tous les jours, pour avoir son imprimatur. Mais il faut que je le présente. Il est là, dans mon bureau de Bruxelles, immense dans sa photo en couleurs. C’est un pasteur peul. Il est pauvre. Ses yeux sont insondables, ses rides puissantes, sa bouche fermée. Ses mains sont grandes et belles ; elles ont beaucoup travaillé. Elles tiennent un brin d’herbe. Son dos est voûté ; son crâne est nu. Derrière lui, le désert. Son regard est intense ; il est grave, si grave posé sur moi, attentif à tout ce que je fais, sans un espoir, semble-il et sans reproche. Un regard silencieux, posé sur moi. Même pas pour juger, mais pour voir, pour tout voir. Et pour dire, à défaut de l’attente, l’immensité du besoin, et le non – désespoir, mais aussi pour dire la responsabilité de tous ceux qui quelque part dans le monde peuvent contribuer à faire que le poids des jours devienne plus léger. Et mon ami le Peul, dans sa grande houppelande, n’a pas bougé. Il a semblé me dire : « c’est ton affaire. Si tu veux être utile, viens à moi, je n’irai pas vers toi, car je suis le fils de la terre » (Pisani, 1984, p. 10).

1La citation est d’Edgar Pisani, commissaire européen en charge du développement (1981-1985) et tirée d’un ouvrage qui devait lancer sa politique de développement rural intégré, premier pas vers ce qu’il nomme dès 1982 le développement durable. Elle n’est pas sans rappeler le romanticisme rural d’un autre livre, celui de Robert Delavignette, les Paysans Noirs (1931). Ancien administrateur colonial en Afrique de l’ouest, puis enseignant et directeur de l’École Coloniale (1937-1946), ce dernier fut l’un des grands doctrinaires coloniaux français de l’entre deux guerres, doctrinaire dont les idées devaient largement dépasser le cadre colonial. Elles seront en effet reprises et développées au cœur même de Bruxelles, par ses anciens élèves administrateurs coloniaux, devenus après la décolonisation fonctionnaires européens, et acteurs clés dans l’institutionnalisation de la DG 8 (développement), responsable au sein de la Commission européenne des Conventions de Yaoundé, Lomé, plus récemment Cotonou (2000), avec les pays d’Afrique, Caraïbe et du Pacifique (Dimier, 2003a et 2003b). Leur influence sur les politiques de développement communautaires vis-à-vis de l’Afrique sera durable, comme nous le montrerons précisément à travers l’exemple de la politique de développement rural menée par la DG8. Cette politique ne sera mise en œuvre que très progressivement.

  • 1 Commission Européenne, Mémorandum sur la politique communautaire de développement, COM/82/0640.
  • 2 Commission Européenne, Promouvoir un développement économique et social durable : l’avenir des rela (...)
  • 3 L’article 32 des accords de Cotonou est entièrement consacré à l’environnement et ressources nature (...)
  • 4 Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen et au Conseil économique et social (...)

2De Yaoundé I (1963) à Lomé II (1979), une grande partie des projets de développement communautaires vise à renforcer la capacité d’exportation des pays africains en cultures de rente traditionnelles à travers le renforcement des grandes plantations et le développement des infrastructures de base. À partir de Lomé II (1979), un titre spécial est consacré à la « coopération agricole », dont les objectifs sont d’augmenter la production vivrière pour accroître le niveau de vie des populations et renforcer la sécurité alimentaire. L’on entend alors augmenter la productivité et diversifier les activités rurales tout en protégeant l’environnement et favorisant un auto-développement à la fois social et culturel. Le mémorandum Pisani (1982), nous le verrons, renforce ces aspects et pour la première fois mentionne sans réellement la définir la nécessité d’un développement durable1. Lomé III (1985), reprenant les idées de ce dernier quant à la définition d’une politique cohérente de développement rural intégré, affiche pour priorités l’autosuffisance et la sécurité alimentaires, avec une insistance nouvelle pour « la préservation des grands équilibres naturels » (lutte contra la désertification, gestion forestière…) et « la prise en compte de la dimension socioculturelle du développement », considérée comme « facteur capital » de réussite. Lomé IV (1990) dans son titre I et son chapitre sur la coopération agricole accorde une place primordiale aux problèmes d’environnement, considérant ces derniers comme des problèmes « politiques » : il s’agit de promouvoir « un développement viable et durable, basé particulièrement sur la protection de l’environnement et la gestion rationnelle des ressources naturelles ». Consacrant officiellement le besoin d’une politique commune en matière d’environnement, le traité de Maastricht fera du développement économique et social durable un objectif de base de la coopération au développement (art 130). Enfin, suite au sommet de Rio, un mémorandum spécifique sur le sujet sera rédigé par la Commission, lequel reconnaît la multiplicité des interprétations du concept de développement durable et s’aligne sur une définition très générale englobant à la fois l’aspect environnemental et l’aspect humain (culturel et social) du développement2. Cette définition sera reprise dans les accords de Cotonou (2000), lesquels placent le développement durable au centre des négociations futures3, plus récemment dans les nouveaux documents communautaires, « la stratégie pour l’Afrique », le « consensus européen »4. Enfin, elle reste au cœur du nouveau partenariat UE-Afrique discuté lors du second sommet euro-africain de Lisbonne le 8-9 décembre 2007.

  • 5 Ce travail est issu d’un projet de recherche sur l’institutionnalisation et la bureaucratisation de (...)

3Comme nous le montrerons ici, l’adoption de ce concept cache mal la permanence, au niveau des politiques de développement rurales, de certaines représentations sous-jacentes directement héritées de l’époque coloniale : celles d’une Afrique peuplée de paysans vivant en fusion avec la nature, « enracinés » dans le sol et gardiens de coutumes ancestrales qu’il faut absolument préserver au même titre que l’environnement5. Nous verrons également comment cette préservation participe d’une méthode plus générale de gouvernement et de contrôle des populations rurales africaines.

1. Développer l’Afrique pour elle-même

4L’idée de développement naît dans les années 1930 à un moment où l’idée de mission civilisatrice et de mise en valeur des colonies, qui jusque-là servait de justification à la colonisation, perd de son influence (Cooper, 1996 ; Dimier 2004 ; Lonsdale, Low 1976 ; Rist 1996). Apparaît à l’époque un nouveau discours sur la mission de l’État colonial dont R. Delavignette sera en France l’un des précurseurs. Ce discours, repris et soutenu sous le Front populaire par le ministre des colonies, Marius Moutet, deviendra dominant après la seconde guerre mondiale. Consacré par la Constitution de 1946, il finira par s’incarner dans les premiers plans de développement (FIDES : Fonds d’Investissement économique et social). C’est dans le cadre de cette évolution qu’il faut replacer la politique des paysans noirs préconisée par R. Delavignette (Dimier, 2004).

  • 6 Champs de coton, café… dont la production (sorte d’impôt en nature) allait directement dans les mai (...)

5Jusque dans les années 1920-30, le discours colonial dominant s’articule autour de l’idée de colonisation comme droit d’exploitation et devoir de civilisation. Les colonies sont alors considérées comme des propriétés faites par et pour la métropole, qu’il faut mettre en valeur. Cette mise en valeur, du côté agricole, passe soit par la constitution de grandes exploitations européennes dont la survie dépend du travail forcé, soit par la forme d’un petit paysannat obligé de cultiver pour le compte de l’administration coloniale ce que l’on viendra à nommer « les champs du commandant »6. En échange, il s’agit d’aider les peuples africains, considérés comme inférieurs culturellement à grimper l’échelle du progrès, à atteindre ce stade supérieur de l’évolution humaine qu’incarne, selon les positivistes républicains de la fin du XIXe siècle, la Civilisation française. À partir des années 1920, ce discours commence à être vivement critiqué, y compris dans des cercles coloniaux convaincus, comme ceux de l’École Coloniale. Les abus du travail forcé accrus par la crise des années 1930 et largement dénoncés par les administrateurs coloniaux eux-mêmes (Cooper, 1996) devaient inciter le directeur de cette école, R. Delavignette à développer un discours beaucoup plus humaniste : selon lui, il faut cesser de développer ou plutôt « de sous-développer l’Afrique pour les intérêts de la France » (Delavignette, 1935 : 119). Il faut cesser de la considérer comme « une production à conquérir » (Delavignette, 1935 : 128). Il faut au contraire l’aider financièrement à se « développer pour elle-même » (Delavignette, 1935 : 128) au niveau économique comme au niveau social. Il préconise d’ailleurs un système d’aides financières venant de la Métropole, ce qui tranche avec l’auto-suffisance financière jusqu’ici préconisée et appliquée en matière coloniale.

6L’idée de mission civilisatrice est également fortement remise en cause par R. Delavignette dans un contexte où la guerre 1914-18 a semé le doute sur la supériorité de la Civilisation française et sur le lien jusqu’ici établi par les positivistes entre supériorité technique et morale. Selon lui, cette mission civilisatrice n’est qu’une pure rhétorique servant à cacher et justifier les effets néfastes de la colonisation : c’est-à-dire l’exploitation et l’acculturation des populations indigènes. Très influencé par les théories anthropologiques de Bronislaw Malinowski et celles des premiers anthropologues de terrain comme Maurice Delafosse, il développe une vision beaucoup plus relativiste de ce qu’il nomme désormais les « civilisations » africaines : les « indigènes » ne sont pas des « bons sauvages, des hommes inférieurs, des grands enfants » (Delavignette, 1946 : 32 ; Delavignette, 1936 : 253), des « brutes attardées » (Delavignette, 1926 : 143). Ils sont des hommes dotés d’une culture qui n’est pas forcément inférieure, le concept de culture étant ici entendu comme un tout transcendant les individus, déterminant leurs actions de façon durable. Ils possèdent un système social, économique et politique cohérent et harmonieux capable, au même titre que les sociétés européennes, d’assurer cette fonction nécessaire à toute communauté humaine selon B. Malinowski, « la cohésion sociale ».

7Dans ce nouveau discours, la colonisation n’est plus perçue comme un droit d’exploitation ou un devoir de civilisation, mais comme un contact culturel particulièrement destructeur pour les cultures et la cohésion sociale des communautés indigènes. D’autant plus destructeur, que, vu le gouffre existant entre les cultures en présence et la puissance des dominants, les peuples colonisés, pense-t-on, ne sont pas capables de trouver par eux-mêmes un équilibre entre les cultures africaines et les apports européens (l’économie de marché notamment). Cette vision très paternaliste des sociétés colonisées justifie une solution pareillement paternaliste : il revient à l’État colonial de mettre en place une politique qui aura pour but de « protéger » les sociétés indigènes contre les effets pervers du contact culturel, de sauvegarder leurs cultures ou plutôt de faciliter l’ajustement des cultures en présence, de les aider à préserver ou recouvrer leur cohésion sociale. Cette politique devra permettre aux populations colonisées de réaliser dans tous les aspects de la vie sociale, économique et politique « une mise en harmonie » (Delavignette, 1946 : 231) afin de permettre aux paysans noirs d’évoluer dans le respect de leurs traditions.

  • 7 Loi du 30 avril 1946 tendant à l’établissement, au financement et à l’exécution de plans d’équipeme (...)

8La constitution de 1946 ira pour partie dans ce sens en affirmant, conformément du reste à la Charte des Nations Unies, que l’objectif de la France est de développer les peuples d’outre-mer tout en préservant leurs « civilisations respectives » (Dimier, 2004b). Les idées de R. Delavignette, portées par le Front Populaire, deviendront ainsi dominantes après la seconde guerre mondiale (Cooper, 1996). Elles accompagneront l’abolition du travail forcé, la création en 1946 du Fonds d’Investissement pour le Développement Économique et Social, financé pour partir par dotation de la métropole. Le but de ce dernier est très clairement de « satisfaire aux besoins des populations autochtones et de généraliser les conditions plus favorables à leur progrès social »7, même si en pratique il visera également à subvenir aux besoins de la métropole par une intensification croissante de la production et donc un contrôle sans précédent de l’État colonial sur les populations rurales (Berman, Lonsdale, 1992 ; Marseilles 1989).

9À partir des années 1930, la politique indigène signifie donc développement. Cette politique implique également des méthodes spécifiques de gouvernement, des procédés subtils de contrôle, qui passent, à l’image du gouvernement défini par Michel Foucault (1986), par la connaissance des sociétés indigènes, le respect – temporaire ou non – de leurs cultures. Elle consiste à susciter la confiance des colonisés, à les convaincre plutôt qu’à les contraindre, à agir conformément à leurs volontés et intérêts par l’intermédiaire de politiques multiformes à dimension sociale (Dimier 2004). Ces méthodes seront particulièrement bien illustrées par la politique des paysans noirs.

2. Les Paysans noirs

10Cette politique est à replacer dans un contexte, les années 1930, où les politiques de mise en valeur des colonies, à travers la mise en œuvre de grands chantiers, tels ceux dirigés par le STIN (Service des Travaux d’irrigation du Niger), commencent à montrer leurs limites (Cooper 1996 ; Marseilles 1989). Recourant au travail forcé, peu respectueuses de l’équilibre écologique et des cultures locales, source de mécontentement et de révolte potentielle, elles feront l’objet de critiques croissantes de la part de l’administration coloniale elle-même et de R. Delavignette en particulier : « sous le charme des irrigations du Niger, vous (techniciens et ingénieurs européens) devenez « Européens bienfaiteurs » et vous vous laissez « porter à croire que » vous avez « inventé l’Agriculture au Soudan ». Vous inventez « tant de merveilles ! Une de plus une de moins ! ». Mais nous n’avez « rien vu des villages que les Noirs ont créés eux-mêmes et bien avant vous ». « Les caractères profonds de cette campagne antique à peine marquée à vos yeux vous ne les saisissez pas ». Or, « voilà ce que vous ne pouvez changer sous peine de mort. Déplacez le village-où-les-sorciers-dansent mais prenez garde : sans sorcier il crèvera, et c’est alors que vous n’aurez plus affaire qu’à de pauvres brutes, incapables de vaincre la brousse » (Delavignette, 1935 : 133 et 144-45). Derrière la critique lancée aux ingénieurs, c’est bien entendu la méthode de gouvernement et de contrôle de la paysannerie qui est visée : l’imposition de techniques, de contraintes inadaptées au contexte social, culturel et physique, destructrice à long terme de la société même qu’il s’agit de faire évoluer et de son environnement.

11Le modèle que R. Delavignette propose, celui des Paysans noirs, vise au contraire un développement autogéré qui soit respectueux des coutumes et des sols africains, qui passe par des méthodes plus souples de contrôle de la paysannerie. Selon lui, le seul moyen de gouverner efficacement et sans avoir recours à la force est de convaincre plutôt que de contraindre, d’éduquer, par la persuasion. Or, cette persuasion est impossible sans la connaissance de la « psychologie indigène », sans le respect des coutumes locales. Il s’agit de cerner les intérêts, les désirs, les ressorts des sociétés colonisées et de les utiliser pour atteindre les buts souhaités. Il s’agit de « sentir ce qui est à son goût [l’Africain] et de chercher les lois qui ne blesseront pas ses intérêts » (Delavignette, 1946 : 90). En l’occurrence ici, il convient « d’inciter » le petit paysan à accroître sa production, à produire cet « arachide trop » qui sera vendu sur les marchés mondiaux, en respectant son « âme », ses techniques de travail, ses valeurs, ses coutumes, sa dignité, enfin et surtout la terre auquel il est rattaché.

  • 8 Pays, terme souvent employé par R. Delavignette pour décrire les régions françaises et africaines, (...)

12Pour autant, la modernisation de la société rurale africaine est, selon R. Delavignette, non seulement désirable car porteuse d’un mieux être social, mais également indispensable, vu l’ouverture forcée des économies européennes comme africaines aux marchés mondiaux. Il faut donc trouver une politique qui protège les sociétés indigènes contre les effets néfastes de cette ouverture et permette un développement à l’échelle humaine, proche des « pays »8, respectueuse des coutumes et des sols, une sorte de « modernisme enraciné » (Thiesse 1990 : 529 ; Veitl, 1992) similaire à celui que certains tentent de mettre en œuvre en métropole. Sa politique des « Paysans Noirs » vise ainsi à conserver un petit paysannat dont la propriété doit être protégée face aux ambitions des compagnies européennes, dont le savoir-faire et les coutumes doivent être sauvegardées, mais dont le niveau de vie, la productivité et les techniques doivent être améliorées par un « grand programme de petits travaux » (Delavignette, 1946 : 201) qui ne « déracine » pas le paysan de sa terre (Delavignette, 1946 : 147), par un « petit machinisme adapté à l’esprit africain » (Delavignette, 1946 : 204) qui reste au service de l’homme.

13Dans le même sens, de petites usines, des huileries campagnardes à échelle humaine doivent être expérimentées, où l’homme puisse conserver son outil de travail et sa dignité de travailleur, où rattaché à sa terre natale, il puisse garder son identité, ses traditions et ses valeurs fondamentales. S’y ajoute des coopératives de production, des caisses de crédit locales, un petit enseignement technique adapté aux nécessités locales, bref toute une panoplie de politiques à dimension sociale qui doivent permettre de contrôler la paysannerie de manière souple, l’inciter à évoluer dans le respect des traditions, bref, « outiller l’Afrique sans la prolétariser » (Delavignette, 1931 : 14).

3. Un grand programme de petits travaux

  • 9 R. Moreux, conseiller de l’union Française, directeur de » marchés coloniaux du monde ». L’exposé d (...)
  • 10 Discours M. Pflimlin, repris dans Marchés coloniaux du Monde, 5 juillet 1952, p. 1803.
  • 11 « dans un grand discours au Conseil de la République (Sénat), M. Pflimlin a défini avec clairvoyanc (...)
  • 12 B. Cornut Gentille, discours devant le grand conseil de l’AOF, 28 juin 1955, Marchés coloniaux du m (...)

14Certes, comme le déplore le rapport Moreux de 19529, le premier plan quinquennal financé par le FIDES (1946-52) portera essentiellement sur de grands projets d’infrastructure et la mécanisation de grandes exploitations agricoles, à l’image des travaux entrepris depuis les années 1930 par le STIN, lesquels sont plus que jamais critiqués à l’époque. Le second plan toutefois affichera des objectifs et des méthodes relativement similaires à ceux de R. Delavignette. La priorité est donnée à l’intensification de la production envisagée sous « l’angle des besoins locaux » autant que sous celui du « marché international » (Monnet, 1956 : 962). Il s’agit « d’amener les territoires d’Afrique à acquérir une maturité économique et sociale telle qu’ils puissent intervenir avec plus d’efficacité dans le jeu redoutable mais primordial de la libre concurrence et assurer à leur population un niveau de vie plus élevé » (Rogliano, 1953 : 684), un discours qui n’est pas sans rappeler celui plus actuel sur la mondialisation. Selon Pierre Pflimlin, Ministre de la France d’Outre-mer, il convient de « faire progresser l’économie de ces pays selon les lois de la vie, c’est-à-dire selon un processus de croissance organique, en évitant les ruptures brutales, en insérant au contraire l’effort dans des structures traditionnelles de la société pour y introduire des germes de progrès par les voies du conseil et de la persuasion »10. Preuve toutefois d’un débat récurrent sur la question des politiques à adopter, il précise : « Le développement agricole, mais dans quel sens ? C’est ici encore que s’affrontent deux thèses. D’abord celle des partisans des grandes exploitations mécanisées, sorties en quelque sorte armées de pied en cap des cerveaux d’un certain nombre de techniciens éminents qui dans la nature africaine et parfois même dans le désert font sortir du sol, à grands renforts d’outillage puissant des oasis de prospérité portant témoignage d’une sorte de volonté démiurgique de l’homme. Mais en matière agricole, nous ne sommes pas dans le domaine de la mécanique, mais dans le domaine de la vie, et je pense que c’est sur le fondement solide des structures agricoles autochtones, fortement enracinées dans le sol, dans le sol de la terre, mais aussi dans le sol du milieu sociologique qui a ses propres traditions et des propres expériences, et en prenant appui sur cette authentique réalité africaine ou malgache qu’il faut essayer de progresser »11. Son successeur, Gaston Defferre, reprendra à son compte la formule selon lui inventé par M. Moutet « un grand programme de petits travaux » (Defferre, 1956). Enfin, Bernard Cornut Gentille, haut commissaire de Afrique Occidentale Française, devait clairement en faire sa politique : « la leçon de l’expérience a porté : plus question de créer de toutes pièces de grands ensembles mécanisés produisant du riz à une échelle industrielle. Par contre action sur le paysan, dans son milieu, sur son terroir et avec lui. […] Un tel programme est immense, mais le voici amorcé, engagé, commencé aussi bien dans les sociétés mutuelles de production rurale et les secteurs de modernisation qu’à la base, à l’échelle du village, par l’encadrement agricole qui vulgarise de nouvelles méthodes de culture et crée des besoins collectifs d’un type nouveau »12.

  • 13 Moreux, exposant son rapport lors du débat du 17 juin de l’Assemblée de l’union Française, reprodui (...)
  • 14 L’article de Cépède (1954), fait état de ces deux propositions, celle du ministre G. Monnet (n° 191 (...)

15Le plan envisage en effet de nouveaux moyens d’encadrement, c’est-à-dire autant de moyens de contrôle, qui visent pour les agents de l’État colonial (techniciens agricoles, administrateurs coloniaux) à « persuader » les paysans africains de se moderniser et de préserver les sols, par l’intermédiaire de petites techniques adaptées aux mentalités et à l’environnement local. « Le plan doit avant tout prévoir des équipements, peut être non spectaculaires, mais directement et immédiatement utiles (….). Le problème du petit équipement apparaît plus que jamais la base indispensable du grand œuvre qui a été conçu à Paris »13. La question environnementale attire l’attention de nombreux observateurs à l’époque. Deux propositions seront ainsi votées à l’unanimité par l’assemblée de l’union française (assemblée purement consultative incluant des représentants des territoires d’outre-mer et de la métropole), lesquelles demandent au gouvernement de prendre toutes les mesures propres à protéger les forêts et la couverture végétale spontanée du sol dans ces territoires (Labrousse, 1954 : 227)14.

  • 15 Article non signé (informateur local), « Une vue d’ensemble sur la réorganisation agricole de l’AOF (...)
  • 16 De même que les anciennes sociétés de prévoyances, ces sociétés mutuelles de production visent à co (...)
  • 17 Un praticien en Haute Volta (non signé), « l’utilisation des structures coutumières pour la réalisa (...)

16Parmi ces mesures, l’éducation des « paysans noirs » à des techniques respectueuses des sols, se voit accorder un rôle central : « Quand il se rend compte de l’intérêt d’une nouveauté technique le cultivateur n’est pas rétif à son adoption : il suffit de vaincre la défiance instinctive qui est un phénomène psychologique rural général, par des démonstrations judicieuses et des explications convaincantes » (Cépède, 1954). Dans le même sens est prévue toute une panoplie d’instruments dont le but est de favoriser « l’éducation sociale et les formes d’une participation réelle et consciente des populations intéressées »15 : formation rurale de base, caisses de crédit agricole, coopératives pilotes et sociétés mutuelles de production, lesquelles doivent remplacer les anciennes sociétés de prévoyance, qui étaient sous contrôle direct de l’administrateur colonial, (Bonneuil, 1999), par un nouveau mode d’organisation mutualiste et participatif, sous tutelle plus souple16. L’on prévoit enfin la création de paysannats (incluant des caisses centrales d’équipements agricoles et de modernisation) lesquels « cherchent à aider les exploitants ruraux non seulement en leur fournissant équipement, matériel de culture nécessaire et crédits, mais encore en établissant une collaboration étroite et constante entre le paysan et les services techniques intéressés » dans montage, suivi et financement des projets financés (Bugaud, 1954 : 1076). Enfin, de même que R. Delavignette, l’on envisage l’utilisation « des chefs de terres et groupements d’agriculteurs pour faire adopter psychologiquement notre plan d’une part et en assurer au mieux l’exécution d’autre part ». Il s’agit « en employant le langage approprié, c’est-à-dire en traduisant dans la mentalité propre aux indigènes les conceptions techniques que nous voulons leur inculquer, de convertir à nos nouvelles méthodes, tout particulièrement les chefs de terre »17. Le tout doit également permettre de freiner l’exode rural, source de « perturbation » des familles paysannes (Rogliano, 1953 : 684) et de « dislocation coutumière » (Cépède, 1954 : 3179). Il est clair que « si nous savions mieux organiser la vie rurale africaine, aucun doute ne pourrait subsister quant à l’attachement du paysan à son sol » (Cépède, 1954 : 3179).

  • 18 Article son signé (un informateur local) « l’importance des coopératives pilotes au Sénégal », Marc (...)
  • 19 Marchés coloniaux du monde, compte rendu, 22 mai 1954, p. 1490
  • 20 Guillautin, J., (directeur du bureau), « le Bureau interafricain des sols et de l’économie rurale p (...)
  • 21 Marchés coloniaux du monde, 17 novembre 1956, p. 2944.

17Le succès de telles politiques reste à analyser (Bonneuil, 1999). Marchés coloniaux du Monde, le journal des affaires coloniales d’alors, fait état de plusieurs expériences locales, initiées par arrêtés du gouverneur, et qui concernent notamment la mise en œuvre de « sociétés mutuelles de production rurale » (Sénégal) ou de « collectivités rurales autochtones modernisées » (Madagascar), expériences dont les résultats restent relativement mitigés malgré quelques succès18. La conférence des gouverneurs de l’AOF réunie en mai 1954 devait demander la poursuite de ces expériences19. Un bureau interafricain des sols et de l’économie rurale est même créé en 1950 à Paris en coopération avec les gouvernements belges et anglais, lequel vise à récolter et divulguer l’information concernant ces expériences20. Enfin, suite à la loi cadre Defferre qui accorde une autonomie politique interne aux territoires d’outre-mer (juin 1956), seize décrets furent adoptés qui généralisent la création par arrêtés des sociétés mutuelles de développement rural, des caisses locales de crédit agricole21. Ces expériences devaient quelque peu être secouées avec la décolonisation… encore que nombre d’entre elles perdureront, reprises sans grand changement par les nouveaux États africains et leurs élites nationalistes (Boiral et al. 1985 ; Cooper, 1997). Elles attestent du succès des thèses de R. Delavignette dont le livre restera la bible de nombreux administrateurs coloniaux en matière de développement. Certains l’emporteront d’ailleurs avec eux à Paris, Rue Monsieur, au sein du nouveau ministère français à la coopération, d’autres à Bruxelles : c’est le cas de Jacques Ferrandi, directeur du Fonds Européen de Développement (1963-75) et de son assistant, André Auclert.

4. Pour une nouvelle « politique de développement »

18Sur l’insistance de la France en effet, le traité de Rome prévoit des dispositions spéciales pour les territoires d’outre-mer, les colonies belges et françaises en Afrique Noire principalement. Ainsi, comprend-il des dispositions commerciales (systèmes de préférences) et financières (Fonds Européen de Développement), qui furent largement copiées sur la politique coloniale française. Avec l’indépendance de ces territoires, des conventions seront négociées tous les cinq ans avec les nouveaux États africains et malgaches (Yaoundé puis Lomé avec les pays ACP). Au niveau institutionnel, ces dispositions devaient se traduire par la mise en place au sein de la Commission d’une direction responsable de ce domaine, la Direction Générale 8 (Développement) et la nomination d’un commissaire français en charge du développement. Le rôle de cette dernière devait s’avérer essentiel au niveau du volet financier, puisque la convention attachée au Traité de Rome lui accorde la gestion du Fonds Européen de Développement (FED), fonds financé par contribution directe des États membres, fonctionnant sur le principe du don et largement calqué sur le modèle du FIDES.

19Pour mettre en œuvre ce fonds, Robert Lemaignen, le premier commissaire français au développement, nommera comme chef de cabinet J. Ferrandi, ancien administrateur colonial, ayant été auparavant Directeur Général des Services économiques de l’Afrique Occidentale Française (1953-1958), c’est-à-dire l’un des principaux architectes du FIDES dans cette partie de l’Empire. Propulsé directeur du Fonds Européen de Développement (1963-1975), ce dernier profitera de sa position et du contexte institutionnel de l’époque pour s’imposer au sein de la DG8 positionnant ses propres collaborateurs en Afrique, anciens élèves de l’École Coloniale comme lui, à des postes-clé. Nous l’avons montré (Dimier, 2003b), ces hommes vont transférer au sein de la Direction Générale 8 leur esprit de corps, c’est-à-dire leurs méthodes à base de relations très personnalisées avec les élites africaines, et leur façon de concevoir le développement en Afrique, influençant ainsi de façon durable la culture administrative de la DG8 et les politiques de développement européennes.

  • 22 Interview, A. Auclert, (16 mai 1999). A. Auclert, ancien administrateur colonial, travaillera à la (...)
  • 23 Pour exemple : dossier spécial sur projets agricoles du FED, Courrier n° 32, juin-juillet 1975 ; do (...)
  • 24 Conférence donnée par J. Ferrandi devant le Comité européen d’ingénieurs-conseils, à Bruxelles, rep (...)
  • 25 Archives de la Commission Européenne, (A. C. E.), Bac 1323, J. Ferrandi, Assistance et association, (...)

20Selon A. Auclert, tout projet de développement financé par le FED devait suivre cette considération essentielle : « le respect et la connaissance des individus, des sociétés, et de leur environnement, devise de l’École Coloniale. Vous connaissez sans doute les Paysans Noirs, ce livre m’a beaucoup inspiré ? »22. C’est ce principe, l’idée d’un développement dans le respect des cultures locales et des environnements écologiques que mettront régulièrement en avant les communications de la Commission au Conseil en matière de politique de coopération au développement et les articles fréquents sur la politique rurale publiés dans le Courrier, le journal de la DG823. C’est ce que ne cessera également de répéter J. Ferrandi, porte-parole officiel du FED, dans les nombreuses conférences qu’il viendra à donner : « Il ne faut pas que la technique éblouisse trop souvent les ingénieurs et leur fasse perdre de vue les besoins réels et les possibilités réelles des pays qu’ils ont la responsabilité d’aider […] Ce que nous attendons de vous (techniciens), c’est le refus du perfectionnisme qui consiste à vouloir transposer dans les pays en voie de développement des solutions techniques parfaitement élaborées, peut-être excellentes en Europe, mais qui ne sont pas adaptées aux conditions de l’Afrique […]. J’ajouterais que, de même qu’il n’y a pas de maladie, mais des malades, il n’y a pas de sous-développement, mais seulement des pays sous-développés, avec leurs caractéristiques, leurs besoins particuliers, leurs possibilités et leurs solutions spécifiques (en gras dans le texte) »24. Autrement dit, on doit « exiger » de la technique qu’elle sache « s’adapter, et même se plier, aux contraintes humaines et sociales de la société à développer » (ibidem) seul moyen pour ne pas entraîner un phénomène de rejet de la part de cette société. De même, J. Ferrandi devait insister lors de ses interventions sur cette « cette politique de brousse », une politique rurale dont le but est d’implanter ses actions « au contact des communautés agricoles mêmes »25.

  • 26 L’aide au secteur agricole (incluant le développement rural) représente sous Lomé I 32,7 % de l’aid (...)
  • 27 Commission Européenne, Mémorandum sur la politique communautaire de développement, COM/82/0640.
  • 28 « The European Community and rural development », Courrier, n° 37, September-October 1979, p. 75-76 (...)
  • 29 « Integral rural development projects carried out in black Africa: evaluation and perspectives », A (...)

21Ce discours, réplique directe de l’idée coloniale d’évolution dans le respect des traditions, fait évidemment partie d’un idéal, lui-même très lié à l’esprit de corps de la DG8, idéal qui sera régulièrement mis en avant pour affirmer la spécificité de la politique européenne de développement par rapport à celle de la banque Mondiale notamment, plus influencée à l’époque par les théories de la modernisation (Gilman, 2003 ; Guilhot, 2005). La réalité sera évidemment plus mitigée que les discours. Une grande partie des fonds FED durant les années ferrandiennes est en effet absorbée par les grands travaux d’infrastructures et le secteur productif26, certains diront par la suite, sans grande attention pour les sociétés et l’environnement local27. Les rapports de la Cour des comptes, les articles du Courrier révèlent toutefois que les projets à l’égard des petits producteurs furent également nombreux et menés par des hommes très soucieux d’adapter les projets aux besoins et techniques locales28. Une première évaluation détaillée des projets entrepris depuis le premier FED sera réalisée en 197929, à partir de dix projets jugés représentatifs. Elle confirme les expériences entreprises en ce sens, répliques directes, voire même continuation clairement reconnue des anciennes expériences coloniales des années 1950. Leur but affiché est d’accroître la production locale afin d’élever le niveau de vie des populations tout en leur permettant de s’adapter aux marchés mondiaux, répondre à leurs besoins essentiels tout en préservant les sols. Les méthodes utilisées sont relativement similaires : création de paysannats encadrés par des conseillers agricoles « réseaux d’animateurs devant collaborer à la lutte anti-érosive et vulgariser les moyens de modernisation agricole » (ibidem p. 91), introduction de techniques simples adaptées aux mentalités et aux contraintes environnementales, tentative de création de coopératives de production et de sociétés de crédit. Le succès de ces expériences reste très mitigé si l’on suit le rapport dont les conclusions, nous le verrons, insistent sur les limites des représentations du monde rural qu’elles sous-entendent.

  • 30 La part sectorielle réservée à l’aide programmable agricole sera la suivante : Lomé II : 38,5 %. Lo (...)
  • 31 Commission Européenne, Mémorandum sur la politique communautaire de développement, COM/82/0640, in (...)
  • 32 Interview, J. Ferrandi (26 août 1999). Nous remercions ce dernier d’avoir bien voulu nous montrer s (...)

22C’est pourtant le même schéma que reprendra E. Pisani pour bâtir sa propre politique à partir de 1981. Aidée par la famine éthiopienne, il fera de la sécurité alimentaire son cheval de bataille. Soutenu par la Directeur Général de l’époque, D. Frisch, aidé par A. Auclert, devenu depuis directeur de la Direction E (Finance et Administration) chargée du contrôle financier du FED, il devait mettre en place une politique rurale intégrée qui absorbera peu à peu la moitié des fonds du FED30. Le but de cette politique, présenté à travers un nouveau mémorandum de la Commission Européenne (1982)31, est clairement d’« inciter » les paysans africains à rester sur leurs terres et à accroître « la production agricole vivrière » pour assurer leur autosuffisance alimentaire, tout en « prenant en compte les dimensions culturelles du développement », « restaurant, préservant les équilibres écologiques » et « maîtrisant l’urbanisation croissante », le tout devant permettre « un développement autonome » (p. 17). « Il convient de créer les conditions d’un développement durable qui tienne compte de l’interdépendance entre le développement, l’environnement, la population et les ressources » (Ibidem, p. 21). Quant aux méthodes, bien que présentées comme totalement novatrices, elles ne sont pas très différentes de celles préconisées par J. Ferrandi dans ses discours des années 1960 : il s’agit de s’appuyer sur les besoins et outillages locaux. « La Communauté doit, par ses analyses et les moyens qu’elle se propose de mettre en œuvre, convaincre l’Afrique de ce que son destin repose d’abord sur la mobilisation et l’épanouissement du travail paysan, sur la mise en valeur des immenses terres disponibles, sur la sauvegarde d’un tissu végétal présentement menacé ». « Il leur [les Africains] faut chercher en eux-mêmes, dans leur sol, dans leur culture, dans leur voisinage et leurs ressources, les facteurs déterminants de leur avenir » (Ibidem, p. 18). Pisani lui-même reconnaîtra sa dette à J. Ferrandi en dédicaçant son ouvrage La main et l’outil, « à celui qui fut le maître, l’orfèvre et l’enclume » de sa politique32. Une reconnaissance similaire à l’égard de R. Delavignette aurait été tout aussi appropriée.

5. La main et l’outil

  • 33 Commission Européenne, Mémorandum sur la politique communautaire de développement, COM/82/0640.

23Cet ouvrage porte en effet des ressemblances frappantes avec la bible de A. Auclert, Les Paysans noirs. Le but de E. Pisani n’est autre que de « réinventer le paysan, le milieu rural, le village, la petite ville comme les facteurs essentiels du développement. Sans eux, il n’y pas d’avenir pour l’Afrique » (Pisani, 1984 : 96-97). L’on y retrouvera du reste les mêmes critiques à l’égard des villes, de cette industrialisation et urbanisation non contrôlées, source de « déracinement », de « pollution, d’insécurité, de délinquance, d’instabilité politique » (Pisani, 1984 : 119). Réapparaît ainsi la peur de l’exode rural, préoccupation majeure du mémorandum de 198233. S’y ajoute la critique des grands travaux, leur effet néfaste sur l’environnement humain et écologique « Les unités de production n’ont pas besoin d’être gigantesques et spectaculaires pour être rentables. […] Aujourd’hui dix petits barrages valent mieux qu’un gros. […] Il ne s’agit point de brider l’avenir d’un continent ambitieux et de lui proposer un développement au rabais. Il s’agit d’en revenir constamment à une conception biologique et donc progressive du développement » (Pisani, 1984 : 131-132). Enfin, la même méfiance vis-à-vis de la technique et de ses défenseurs est mise en avant (Pisani, 1984 : 128). Et Pisani de conclure : « la réponse aux exigences du développement n’est ni dans le transfert de nos appareils et systèmes les plus modernes, ni dans la mise à disposition d’instruments démodés, elle est dans la recherche d’une solution adaptée. Elle est dans une véritable prise en compte de l’espace » (Pisani, 1984 : 137).

  • 34 Selon A. Auclert, cette phrase est devenu son mot d’ordre personnel (interview, op. cit.).

24De même que R. Delavignette, E. Pisani a pour préoccupation majeure de répondre aux besoins locaux et « d’insérer » le développement « dans les réalités locales », réalités culturelles et environnementales (Pisani, 1984 : 109). Ces réalités locales sont interprétées de la même façon, c’est-à-dire selon la même vision idéalisée et territorialisée de l’Afrique rurale et des paysans africains, « fils de la terre » comme son ami peul. D’où d’ailleurs des solutions similaires qui ne sont pas sans rappeler l’idée d’évolution dans le respect des traditions. De même que la politique indigène préconisée par R. Delavignette, il s’agit de permettre aux « pays » africains de conserver leur diversité culturelle, tout en participant à ce grand mouvement planétaire qu’est le développement, de réaliser « une synthèse entre la tradition et la modernité » (Pisani, 1984 : 179). Pour ce faire, Pisani invente un « nouveau grand programme de petits travaux »34, digne de R. Delavignette (Pisani, 1984 : 113). Ainsi, prévoit-il « une industrialisation modeste » (Pisani, 1984 : 112) qui permettra d’éviter l’exode rural (Pisani, 1984 : 205).

25À cet effet, E. Pisani souligne l’importance d’une éducation adaptée prenant en compte « le savoir traditionnel et son mode de transmission, parce que les pratiques culturales, les calendriers agraires, les modes de plantation ou d’assolement ont leur raison d’être tirée de l’expérience ancestrale » (Pisani, 1984 : 192). « Il est important que l’acte éducatif valorise la connaissance empirique du milieu physique » (Pisani, 1984 : 193), seul moyen de lutter contre les pratiques menant à la désertification… problème très en vogue à l’époque. Enfin, à la manière de R. Delavignette, il envisage la création, avec l’aide d’ong, des caisses populaires, des coopératives d’argent et de crédit. En clair : « de telles approches nous apprennent à réformer notre approche centralisatrice, standardisée, à lui substituer de véritables formes d’auto-programmation, d’élaboration concertée, dynamique, d’actions de développement entreprises avec le concours des populations » (Pisani, 1984 : 201).

  • 35 Cf. notamment, le dossier spécial du Courrier, n° 193, 2002 ; n° 194, 2002.

26Cette approche aura de beaux jours devant elle, puisqu’on la retrouvera, à quelques nuances près, dans pratiquement tous les discours ultérieurs de la Communauté Européenne sur la coopération et le développement durable35. Elle participe également d’une redécouverte par les organisations internationales de la dimension culturelle et environnementale du développement à une époque, comme le remarque M. Poncelet, où la coopération Nord/Sud, et les cadres théoriques développementalistes qui l’ont accompagnée dans les années 1960-70 sont en crise, où l’on tente par ce nouveau discours de trouver une thérapie et de nouvelles raisons d’espérer (Poncelet, 1994).

6. Épilogue

  • 36 Document interne de la Commission : « Evaluation sectorielle, développement rural. Note de synthèse(...)

27Ces nouvelles raisons d’espérer devaient très vite toutefois se heurter aux limites mêmes de telles politiques. C’est ce que mettra en exergue une nouvelle évaluation sectorielle du développement rural réalisée en 1994, étude commanditée par la DG8 et qui conclut à un échec total de cette politique36. Le rapport en question met en évidence plusieurs faiblesses de l’approche défendue par Pisani : tout d’abord, l’hypothèse de base selon laquelle les problèmes alimentaires étaient dus à un manque de production, était faussée. D’après le rapport, le problème ne réside pas tant en effet dans un manque de production, mais dans un manque de compétitivité des produits locaux dans un contexte où la compétition avec d’autres producteurs, y compris européens, ruine et décourage les petits paysans. À cela s’ajoute, le problème délicat et fondamentalement politique d’une redistribution équitable des revenus. Toutefois, le principal obstacle réside dans un manque total de prise en compte de la réalité sociale, politique et administrative des pays ACP, grands défauts d’une bonne partie des politiques de développement durable et rural comme le font remarquer J. Ferguson (1994) et M.-C. Smouts (2001).

28L’image idéalisée du petit paysan attaché à sa terre, gardien des cultures traditionnelles, de la spiritualité et savoirs faire ancestraux, participant d’une communauté homogène, égalitaire, harmonieuse et solidaire, désireux de rester sur sa terre et de respecter l’environnement pourvu qu’on lui en donne les moyens ne résiste pas à l’analyse (Boiral et al., 1985).

29La réification de « la » culture africaine que cette image sous-entend cache précisément les conflits internes aux communautés rurales, les rapports sociaux et politiques dans lesquels les acteurs locaux sont impliqués. De même elle sous-estime voire ignore leurs motivations et intérêts, lesquels ne sont pas seulement spirituels mais matériels, inscrits dans des stratégies divergentes autant individuelles que collectives. Les sociétés africaines « ne se nourrissent pas que de symbolisme et de religieux, elles s’intéressent aussi aux biens matériels, et les individus et les groupes qui les constituent sont tout à fait capables de percevoir l’intérêt économique qu’ils peuvent attendre d’une opération de développement » (Dozon et Pontie in : Boiral et al., 1985 : 75).

30La valorisation systématique de ce soit-disant collectivisme villageois traditionnel sur lesquels l’on pensait bâtir le système coopératif néglige également le fait que ces sociétés ont développé des logiques marchandes et individuelles qui sont loin d’être traditionnelles (Boiral et al., 1985). Ceci remet bien entendu en cause cet autre mythe issu de la période coloniale : l’idée de paysans insérés de force dans l’économie marchande et incapables d’y faire face. Bien que très utile pour justifier l’action paternaliste du colonisateur ou du développeur, cette affirmation a largement été contestée par l’analyse d’historiens qui montrent au contraire que la participation des sociétés africaines dans les réseaux marchands, voire même dans l’économie monde, ne date pas de la période coloniale (Chauveau in Boiral et al., 1985 : 145 ; Ferguson 1994). Autrement dit, dans ces sociétés, « ce qui prévaut ce sont les rapports marchands locaux, les inégalités sociales et les stratégies individuelles » (Chauveau in Boiral et al., 1985 : 140), lesquels s’inscrivent également dans « des niveaux de décision imbriqués, diversifiés, multiples, situés à des paliers variés de la société locale » (Olivier de Sardan, in Boiral et al., 1985 : 40)

  • 37 « Integral rural development projects carried out in black Africa : evaluation and perspectives », (...)

31Ces quelques réflexions rejoignent les remarques mises en avant dans l’évaluation de 1979. L’on y notait que le monde rural était souvent vu par les développeurs en termes « simplifiés » : « Il existe une tendance à ignorer les structures sociales et les hiérarchisations économiques ou politiques qui coordonnent les actions. Le monde agraire (..) devient une masse de planteurs de café ou de coton ou encore un « exploitant agricole » moyen maîtrisant l’ensemble des personnes et des ressources de son terroir. Parfois aussi, les structures traditionnelles sont idéalisées et certains y projettent leurs conceptions d’égalitarisme, alors même que l’analyse leur montrerait l’importance des hiérarchisations sociales anciennes (gérontocratie, soumission de groupes de femmes par exemple) ou récentes (classes de paysans sans terre) »37. Le type « paternaliste » du système est également critiqué : il s’avère que les relais de la Commission sur place (techniciens d’origine occidentale ou locale), par manque de formation, ont souvent appliqué « des méthodes classiques de contrôle et de surveillance et pratiquèrent moins leur rôle de conseillers agricoles » (Dupriez, 1979 : 68) ; ou bien encore : « le monde paysan est souvent mal reconnu par ses interlocuteurs comme partenaire responsable à part entière ; il est considéré comme mineur, alors même que les fruits de l’action rurale dépendent entièrement de lui » (Dupriez, 1979 : 105).

  • 38 Document interne de la Commission : « Evaluation sectorielle, développement rural. Note de synthèse(...)

32Le rapport de 1994 insiste également sur l’incapacité des projets communautaires à saisir la complexité administrative-politique locale ou nationale, laquelle passe le plus souvent par cette « politique du ventre » décrite par Jean François Bayart (1989), c’est-à-dire un système des prébendes permettant à des réseaux de clientèles de se maintenir au pouvoir. « Cette approche (l’approche de Pisani) est intéressante, mais l’expérience montre que l’administration réagit souvent négativement aux projets dont elle considère qu’elle ne tire pas suffisamment d’avantages »38. Outre la difficulté à contrôler la mise en œuvre des petits projets, le rapport note également « le manque de respect par les bénéficiaires des engagement contractuels » (Ibidem, p. 23), ce que remarquait déjà à plusieurs reprises le rapport de 1979. De toute évidence, la politique de E. Pisani, pas plus que les projets antérieurs, n’a pu empêcher l’exode rural, but pourtant essentiel du programme comme le rappelle le rapport…. Il est vrai que « les jeunes, qui eux seraient motivés par des gains monétaires, sont, dans l’ensemble enclins à préférer des gains plus importants, mais surtout plus réguliers, du type salarial » (Ibidem, p. 104), à trouver dans les villes. Ces quelques réflexions ne sont pas sans révéler le décalage croissant existant entre une vision essentiellement rurale de la société africaine héritée de la période coloniale et une réalité urbaine de plus en plus incontournable.

  • 39 Une autre unité s’intitule : « Transport, infrastructure and urban development ».

33C’est ce décalage que note Fred Cooper (1996) lorsqu’il analyse la politique coloniale de la France des années 1930 aux années 1960. Selon lui, c’est l’incapacité totale des administrateurs coloniaux et des métropoles à considérer l’Afrique autrement que sous le prisme des petits paysans noirs enracinés dans leurs traditions, leur tendance à dénigrer l’industrialisation et les villes, considérées non comme espace social source de nouvelles identités, mais comme lieu de perdition, ce qui les empêchera pendant longtemps de mener une politique sociale adaptée à cet espace. De même, l’on peut noter que si la réalité urbaine ne fut pas négligée par la Communauté Européenne, elle n’en constituera jamais la priorité en matière de développement. Au sein même de la DG8, l’unité responsable du développement durable s’intitule « Développement rural et environnement »39, ce qui résume assez bien l’amalgame réalisé entre les deux.

34Ainsi de nouveaux concepts, tel que celui de développement durable, apparaissent, mal définis du reste, mais ces derniers ne peuvent cacher l’extrême continuité des politiques, méthodes et représentations qui leur sont liées depuis les années 1930. Le but des politiques de développement durable est encore et toujours de permettre aux paysans de conserver leurs civilisations, leurs sols et forêts tout en s’adaptant à la mondialisation, version moderne du contact culturel. L’idée d’évolution dans le respect des traditions a été remplacée par celle de prise en compte culturelle du développement, deux notions qui renferment les mêmes contradictions (Poncelet, 1994), si l’on considère que le développement est issu d’une culture occidentale bien particulière. Les méthodes tels que les micro-projets, microtechniques, micro-crédits, micro-coopératives sont plus que jamais de mode et prennent une dimension nouvelle avec l’armée d’ONGs qui s’en servent pour accroître leur légitimité. Que ces méthodes soient inefficaces, se heurtant à la complexité politique, sociale et économique des sociétés africaines, cela ne fait guère de doute : les logiques paysannes « accomplissent elles-mêmes le renversement des situations en s’appropriant à leur manière les transferts technologiques, en détournant les projets de développement de leurs finalités et en plaçant les développeurs dans une position où ils cessent d’être maîtres du jeu et sont à leur tour aménagés, utilisés et interprétés » (Dozon et Pontie in Boiral et al., 1985 : 73). Le fait que malgré les échecs répétés des politiques mises en œuvre, la figure du « paysan noir » perdure encore aujourd’hui prouve toutefois que ces méthodes de contrôle de la paysannerie africaine vieilles de plus d’un demi-siècle ont réussi à s’institutionnaliser durablement….

Bibliographie

Bayart J.-F., 1989, L’État en Afrique, la politique du ventre, Paris, Fayart.

Berman B., Lonsdale J., 1992, Unhappy Valley: conflict in Kenya and Africa, London, J. Currey.

Beinart W., 1984, « Soil erosion, conservationism and ideas about development: a southern African exploration, 1900-1960 », Journal of Southern African Studies, vol. 11, n° 1, p. 52-83.

Boiral P., Lanteri, J. F., Olivier de Sardan, J. P., 1985, Paysans, expatriés et chercheurs en Afrique Noire. Sciences sociales et développement rurale, Paris, Karthala.

Bonneuil C., 1999, « La graine et l’arbre : paysans, agronomes et administrateurs dans le bassin arachidier sénégalais à l’époque coloniale (1897-1950) », Études rurales, n° 151-152, pp. 199-223.

Boucher M. (directeur du bloc expérimental, ingénieur principal des services d’agricultures outre-mer), 25 septembre 1954, « Le bloc expérimental de l’arachide de Boudel (Kaffrine-Sénégal), Marchés coloniaux du monde.

Bugaud J. (Administrateur colonial, directeur gérant de la caisse centrale d’équipement et de modernisation du paysannat à Madagascar), 17 avril 1954, « La modernisation du paysannat malgache », Marchés coloniaux du monde.

Cépède C. (conseiller supérieur de la recherche agronomique), 20 novembre 1954, « La superfertilisation des sols cultivables. Victoire sur le nomadisme et remède à l’exode rural africain », Marchés coloniaux du monde.

Cooper F., 1996, Decolonization and African society. The labour question in French and British Africa, Cambridge, Cambridge University Press.

Cooper F. (éd.), 1997, International development and the social sciences, University of California Press.

Barry J. Baxter, B., Dunphy, R., (éds), 2004, Europe, Globalization and sustainable development, London, Routeldge.

Defferre G. « Je m’efforce de réaliser un grand programme de petits travaux », Marchés coloniaux du monde, 8 Décembre 1956, p. 3241.

Delavignette R., 1926, Toum, Paris, Grasset.

Delavignette R., 1931, Les paysans noirs, Paris, Stock.

Delavignette R., 1935, Soudan, Paris, Bourgogne, Paris, Grasset.

Delavignette R., 1946 (4e éd.), Service Africain, Paris, Gallimard.

Delavignette R., mai 1936, « Le Front populaire devant l’Afrique Noire », Afrique Française.

Delavignette R., 1960, Christianisme et colonialisme, Paris, Fayard.

Dimier V., (2003a), « Institutionnalisation et bureaucratisation de la Commission Européenne : le cas de la DG DEV », Politique Européenne, n° 11, p. 99-121.

Dimier V., (2003b), « L’institutionnalisation de la Commission Européenne (DG Développement) : du rôle des leaders dans la construction d’une administration multinationale, 1958-1975 », Études Internationales, Vol 34, n° 3, p. 401-428.

Dimier V., 2004, Le gouvernement des colonies : regards croisés franco-britanniques, Éditions de l’université de Bruxelles

Dimier V., 2004b, « For a Republic « diverse and indivisible » ? experience from the colonial past », Journal of contemporary European history, Vol 13, n° 1, p. 45-66.

Dupriez. H., 1979, « Integral rural development projects carried out in black Africa: evaluation and perspectives », A general report, Luxembourg, European Communities publication (Études. Série développement).

Ferguson J, 1994, The Anti-politics machine : « development », depoliticization, and bureaucratic power in Lesotho, University of Minnesota Press, Minneapolis, London.

Foucault M., 1986, « La gouvernementalité », Actes, n° 56, p. 9-10.

Gilman N., 2003, Mandarins of the future, the John Hopkins University Press.

Guilhot N., 2005, The democracy makers, Human right and international order, NY, Columbia University Press.

Jordan A., (éd.), 2002. Environmental policy in the European Union. Actors, institutiosn and processes, London, Earthcan Publications limitéd.

Labrousse M. (chef de la division du génie rural à la section technique d’agriculture tropicale), janvier 1954, « la conservation des cols et la mécanisation agricole dans les TOM » Marchés coloniaux du monde.

Marseilles J., 1989, Empire colonial et capitalisme français : histoire d’un divorce, Paris, Albin Michel.

Monnet G. (Président de la Commission de l’agriculture de l’Assemblée de l’Union Française), 31 mars 1956, « Les conditions de l’expansion de l’économie agricole dans les TOM », Marchés coloniaux du monde.

Lonsdale J., Low, « introduction », the Oxford History of East Africa, vol 3, Oxford University Press, 1976, p. 1-54.

Pisani E., 1984, La main et l’outil, le développement du Tiers Monde et l’Europe, Paris, Laffont

Poncelet M., 1994, Une utopie post-tiers mondiste. La dimension culturelle du développement, Paris, Harmattan.

Rist G., 1996, Le développement, Histoire d’une croyance occidentale, Paris, Presses FNSP.

Rogliano M. (Président de la Chambre de Commerce de Marseille, 7 mars 1953, « les conditions du développement économique et social de l’Afrique », Marchés coloniaux du monde.

Smouts M. C., 2001, Forêts tropicales, jungles internationales : les revers de l’éco-politique mondiale, Paris, Presses FNSP.

Thiesse A. M., 1990, Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération, Thèse pour le Doctorat d’État, Université Lyon II

Twitchett C., 1978, Europe and Africa : from association to partnership, Farnborough, Saxon House.

Veitl P., 1992, Les régions économiques Clémentel et l’invention de la région des Alpes Françaises, Thèse de Doctorat en Science Politique, IEP Grenoble, UPMF, Grenoble II, 2 T.

Notes

1 Commission Européenne, Mémorandum sur la politique communautaire de développement, COM/82/0640.

2 Commission Européenne, Promouvoir un développement économique et social durable : l’avenir des relations nord/sud, Sec/8371/94-FR, 1993, p. 59.

3 L’article 32 des accords de Cotonou est entièrement consacré à l’environnement et ressources naturelles. Il prévoit notamment « d’intégrer le principe d’une gestion durable de l’environnement dans tous les aspects de la coopération au développement et soutenir les programmes et les projets mis en œuvre par les divers acteurs ».

4 Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen et au Conseil économique et social européen, « la stratégie de l’UE pour l’Afrique : vers un pacte euro-africain pour accélérer le développement de l’Afrique » (Sec/2005/1255) ; Déclaration conjointe du Conseil, et des représentants des États membres réunis au sein du Conseil, du Parlement européen et de la Commission sur la politique de développement de l’Union européenne intitulée « le « consensus européen », 2006/C 46/01. Ces documents furent adoptés par le Conseil les 15 et 16 décembre 2005. Une telle évolution accompagne la consécration plus générale du concept de développement durable au sein des diverses politiques de l’Union Européenne Sur ce point, voir : Barry, Baxter, Dunphy (2004) ; Jordan (2002). Voir également les derniers documents communautaires en la matière : European Commission. A sustainable Europe for a better world : a European Union Strategy for sustainable development, COM/2001/264 ; European Commission. Towards a global partnership for sustainable development, COM/2002/82. Communication from the European Commission to the Council and the European Parliament on the review of the sustainable development strategy, a platform for action, COM/2005/658.

5 Ce travail est issu d’un projet de recherche sur l’institutionnalisation et la bureaucratisation de la Commission Européenne, (DG Développement), commencé en 1999, supporté financièrement par la Commission Européenne (Marie Curie Fellowship), l’université d’Oxford (Deakin Fellowship), le gouvernement américain (Fulbright fellowship) et l’Institut Européen de Florence (programme EUSSIRF).

6 Champs de coton, café… dont la production (sorte d’impôt en nature) allait directement dans les mains de l’administration coloniale.

7 Loi du 30 avril 1946 tendant à l’établissement, au financement et à l’exécution de plans d’équipement et de développement des territoires relevant de la France d’outre-mer.

8 Pays, terme souvent employé par R. Delavignette pour décrire les régions françaises et africaines, et qui est issu du mouvement régionaliste en France (Thiesse, 1990).

9 R. Moreux, conseiller de l’union Française, directeur de » marchés coloniaux du monde ». L’exposé des motifs de ce rapport (1952) destiné à l’Assemblée de l’Union française (assemblée rassemblant parlementaires métropolitains et d’outre-mer), sera publié dans : R. Moreux, Principes nouveaux d’économie coloniale, R. Moreux edit, 1952. Cf aussi : « les erreurs du gigantisme en matière d’équipement apparaissent de façon désolante en Casamance », Marchés coloniaux du monde, 25 avril 1953, p. 1190 (article non signé). G. Defferre (Ministre FOM) « je m’efforce de réaliser un grand programme de petits travaux », Marchés coloniaux du monde, 8 décembre 1956, p. 3241. Dans cet article, G. Defferre cite un rapport (Louvel) présenté à la Commission des finances de l’Assemblée Nationale et qui fait état des sommes engagées dans les TOM depuis 1946. 50 % des investissements sont allés aux travaux d’infrastructure générale de base (voies de communication), seulement 12 % à agriculture. Le rapport met en exergue les erreurs de l’Office du Niger.

10 Discours M. Pflimlin, repris dans Marchés coloniaux du Monde, 5 juillet 1952, p. 1803.

11 « dans un grand discours au Conseil de la République (Sénat), M. Pflimlin a défini avec clairvoyance la politique de l’Union Française pour ces pays », Marchés coloniaux du monde, 13 décembre 1952, p. 3143.

12 B. Cornut Gentille, discours devant le grand conseil de l’AOF, 28 juin 1955, Marchés coloniaux du monde, 9 juillet 1955, p. 1928.

13 Moreux, exposant son rapport lors du débat du 17 juin de l’Assemblée de l’union Française, reproduit in : Marchés coloniaux du monde, 21 juin 1952, p. 1695.

14 L’article de Cépède (1954), fait état de ces deux propositions, celle du ministre G. Monnet (n° 191, 1952) et du Ministre Sérot (n° 140, 1953). Sur des mesures similaires dans les colonies ou anciennes colonies britanniques et la manière dont elles ont pu constituer un moyen de contrôle des populations rurales, voir Beinart (1983).

15 Article non signé (informateur local), « Une vue d’ensemble sur la réorganisation agricole de l’AOF », Marchés coloniaux du monde, 6 mars 1954, p. 632.

16 De même que les anciennes sociétés de prévoyances, ces sociétés mutuelles de production visent à collecter et vendre les récoltes de leurs adhérents aux huiliers métropolitains ou aux exportateurs. Ces sociétés de production sont divisées trois secteurs : crédit, accroissement de la production, écoulement et service. Elles sont dirigées par un conseil d’administration dont les deux tiers des membres sont élus par les adhérents, mais restent sous la tutelle de l’administrateur colonial. Cf. Monnet, 1956, p. 962 ; article non signé (informateur local), « Une vue d’ensemble sur la réorganisation agricole de l’AOF », Marchés coloniaux du Monde, 6 mars 1954, p. 632.

17 Un praticien en Haute Volta (non signé), « l’utilisation des structures coutumières pour la réalisation des plans d’équipement agricole », Marché coloniaux du monde, 12 décembre 1953, p. 3482.

18 Article son signé (un informateur local) « l’importance des coopératives pilotes au Sénégal », Marchés coloniaux du Monde, 20 février 1954, p. 514 ; Bugaud, 1954 ; Boucher, 1954, p. 2723 ; article non signé, « L’effort d’encadrement du paysannat africain : où en sont les sociétés mutuelles de production rurale », Marchés coloniaux du monde, 12 novembre 1955, p. 3009.

19 Marchés coloniaux du monde, compte rendu, 22 mai 1954, p. 1490

20 Guillautin, J., (directeur du bureau), « le Bureau interafricain des sols et de l’économie rurale peut jouer un grand rôle dans l’évolution de l’agriculture », Marchés coloniaux du monde, 25 décembre 1954, p. 3627.

21 Marchés coloniaux du monde, 17 novembre 1956, p. 2944.

22 Interview, A. Auclert, (16 mai 1999). A. Auclert, ancien administrateur colonial, travaillera à la Direction Générale des Affaires Économiques et du Plan en AOF, 1953-1957, en étroite collaboration avec J. Ferrandi. En 1958, il est nommé à la DG VIII la Division des Études (Direction des Études et Programmes de Développement, Direction C). Après la réorganisation de la DG8 en 1963, il accompagnera J. Ferrandi dans la nouvelle Direction C (Fonds de Développement) où il sera promu (1967) chef de la Division Opérations Financières, restant de fait son fidèle bras droit, et son assistant personnel.

23 Pour exemple : dossier spécial sur projets agricoles du FED, Courrier n° 32, juin-juillet 1975 ; dossier spécial sur le développement rural Courrier n° 57, septembre-octobre 1979.

24 Conférence donnée par J. Ferrandi devant le Comité européen d’ingénieurs-conseils, à Bruxelles, reproduite dans Marchés Tropicaux, 1974, p. 1055-56. Voir également sur ce point : A. C. E., Bac 1323, J. Ferrandi, Le développement de l’économie rurale des pays de la CEE, communication présentée au Congrès CECA, Luxembourg, 25-27 octobre 1966.

25 Archives de la Commission Européenne, (A. C. E.), Bac 1323, J. Ferrandi, Assistance et association, communication à l’Académie des Sciences d’Outremer, Paris, 22 mai 1964.

26 L’aide au secteur agricole (incluant le développement rural) représente sous Lomé I 32,7 % de l’aide du FED (répartition sectorielle de l’aide programmable, en % du total des engagements) : Document interne de la Commission : « Évaluation sectorielle, développement rural. Note de synthèse », 1994, p. 14 ; Twitchett, 1978.

27 Commission Européenne, Mémorandum sur la politique communautaire de développement, COM/82/0640.

28 « The European Community and rural development », Courrier, n° 37, September-October 1979, p. 75-76; « A rural development project: a gamble for the future », ibidem, p. 78. Voir les rapports de la cours des comptes à partir de 1977. Les entretiens que nous avons menés avec deux des principaux fonctionnaires concernés par cette politique, semblent confirmer cela : B. Bini Smaghi, chef de l’unité construction et travaux urbains (1973-75) puis hydraulique (1975-1982) dans la direction C (projet) de la DG8 (Interview, 18 mai 2005) et G. Grüner, chef de l’unité agriculture dans la même direction de 1973 à 1982 (Interview, 28 juin 2005).

29 « Integral rural development projects carried out in black Africa: evaluation and perspectives », A general report by H. Dupriez., 1979, Luxembourg, European Communities publication (Études. Série développement).

30 La part sectorielle réservée à l’aide programmable agricole sera la suivante : Lomé II : 38,5 %. Lomé III : 45,9 %, « Évaluation sectorielle, développement rural. Note de synthèse », 1994, p. 14.

31 Commission Européenne, Mémorandum sur la politique communautaire de développement, COM/82/0640, in Le Courrier n° 76, novembre-décembre 1982.

32 Interview, J. Ferrandi (26 août 1999). Nous remercions ce dernier d’avoir bien voulu nous montrer ses archives.

33 Commission Européenne, Mémorandum sur la politique communautaire de développement, COM/82/0640.

34 Selon A. Auclert, cette phrase est devenu son mot d’ordre personnel (interview, op. cit.).

35 Cf. notamment, le dossier spécial du Courrier, n° 193, 2002 ; n° 194, 2002.

36 Document interne de la Commission : « Evaluation sectorielle, développement rural. Note de synthèse », 1994. C’est ce que confirment nos interviews avec les personnes suivantes : J. P. Dubois, ancien membre du cabinet Pisani, (interview, 17 mai 2003), C. Deben, chef de l’unité évaluation à la DG8 entre 1992 et 1994 (Interview 3 juin 2004) ; L. Guerrato, chef de la division à la DG8 (direction A) « prospectives et politiques sectorielles » de 1990 à 1995 (Interview, 17 juin 2005).

37 « Integral rural development projects carried out in black Africa : evaluation and perspectives », A general report by H. Dupriez., 1979. p. 73.

38 Document interne de la Commission : « Evaluation sectorielle, développement rural. Note de synthèse », 1994. 21.

39 Une autre unité s’intitule : « Transport, infrastructure and urban development ».

Auteur

Professeure, à l’Université Libres de Bruxelles, Institut d’Études Européennes ; elle est chercheuse associée au CURAPP, Amiens. Université Libre de Bruxelles, Institut d’Études européennes, CP 172, 39 av. Roosevelt 1050 Bruxelles Belgique. vdimier@ulb.ac.be.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540