Version classiqueVersion mobile

Appropriations du développement durable

 | 
Bruno Villalba

Partie 1. Cadres normatifs et techniques de diffusions du développement durable.

Le développement durable comme reconstruction narrative d’un projet commun

Yannick Rumpala

Texte intégral

1Une nouvelle forme de projet politique ? C’est ce que semble de plus en plus représenter le développement durable. Les ralliements vers cette thématique peuvent en effet donner l’image d’une dynamique collective de construction d’un large projet de réorganisation sociale, voire d’un projet de société à part entière pour les versions les plus ambitieuses. Mais cette dimension a été insuffisamment appréhendée dans ses implications : s’il s’agit d’enclencher un mouvement de transformation générale, au bénéfice à la fois de l’humanité et de la planète, comment et sur quelles bases peut se composer un projet collectif d’une telle ampleur ? Sur quoi peut se fonder un tel mouvement censé inclure plus ou moins progressivement la collectivité dans son ensemble ? Quels appuis socio-discursifs peut trouver la production d’un projet collectif aussi vaste ? Quelles sont les reconfigurations intellectuelles qui peuvent lui permettre de se déployer ?

  • 1 On peut pénétrer cet univers de textes comme un tissu de réseaux, précisément en considérant ces in (...)

2Vouloir répondre à ces questions fait pénétrer dans une masse énorme de réflexions hétérogènes, dont paraissent toutefois émerger des grandes lignes qui semblent de fait orienter la construction de ce projet commun. Ces questions sont importantes, car la forme donnée au projet va conditionner la manière dont seront appréhendées la démarche et les initiatives collectives à engager. Et ce projet paraît effectivement loin d’être stabilisé, tant ses bases s’avèrent plurielles, discutées, donc mouvantes. Ce qui lui donne même un aspect paradoxal : comment engager un projet collectif sur des bases incertaines et controversées ? Difficile à saisir, la thématique du développement durable l’est aussi à cause de sa forte dimension rhizomatique : le répertoire de thèmes qui la sous-tend renvoie au déploiement d’un réseau de significations, avec des branches qui se développent plus ou moins facilement, qui sont plus ou moins solides1.

  • 2 Saisir les conditions de production de ces discours reste toutefois souvent difficile, car une larg (...)

3En pénétrant dans cette thématique, le problème pour l’analyste est d’arriver à naviguer entre les discours et les idées, à faire le lien entre eux. Car il n’y a pas à proprement parler d’accès direct aux idées. Celles-ci sont portées par des agencements discursifs et l’ensemble prend forme dans des contextes, des configurations socio-historiques, dont l’importance n’est pas à négliger2. L’attention est en fait logiquement attirée par les « discours constituants » (l’expression est empruntée à Dominique Maingueneau), ces paroles qui « font autorité » et qui, du fait de leur prétention à être en surplomb, sont de nature à baliser la production de sens et à prendre une fonction légitimatrice (Maingueneau, Cossutta, 1995 : 112-125 ; Maingueneau, 2002 : 119-132). C’est par l’intermédiaire de ces textes et discours que tendent à se confronter des visions du monde.

  • 3 Une vaste littérature s’est développée sur le rôle et l’importance des récits dans la vie sociale, (...)
  • 4 Le terme « métarécit » doit son origine aux réflexions de Jean-François Lyotard, qui utilise aussi (...)

4On peut aussi considérer qu’un projet, en l’occurrence un projet de société, installe un récit3. Le récit sert en quelque sorte à accompagner le changement, ou au moins à le justifier. C’est ce qui semble également se passer avec le développement durable et amène à s’interroger sur la nature de ce récit. Précisément, ce projet collectif semble se construire à partir de l’installation d’un métarécit4. Il s’agit en effet d’un tissage narratif qui prend une forme englobante, voire totalisante, et qui peut ainsi venir expliquer et ordonner la compréhension et l’expérience du monde tel qu’il évolue. Dans l’interprétation comme dans l’argumentation, cet assemblage semble pouvoir fournir un cadre de référence transcendant. De quoi d’ailleurs amener à se demander quelle position un tel métarécit constitué autour du développement durable prend par rapport à ce qui a pu être présenté comme un autre métarécit éminemment influent, celui de la modernisation, et dans quelle mesure peuvent s’établir des articulations ou des substitutions.

  • 5 Sur l’importance des processus de définition des problèmes et leurs conséquences pour l’action gouv (...)

5Autant dire que la dynamique d’installation d’un tel projet ne va pas de soi. Pour la saisir, il faut une compréhension des fondements par lesquels ce vaste projet peut acquérir une influence motrice. De fait, le récit prend forme en s’appuyant sur un travail collectif de problématisation. C’est ce travail qui met en place l’image d’un projet bénéfique pour l’ensemble de la collectivité. Il engage également dans un processus de réexamen d’une gamme de problèmes rattachables à l’objectif général. Par cette activité de problématisation est défini ce qui doit changer5. Précisément, le changement à engager, sa nature, son orientation, dépendent des formes potentiellement évolutives que peuvent prendre les problématisations progressivement installées.

6Ce récit qui fait en même temps projet (et réciproquement) recourt par ailleurs à une sémantique. Comprendre ce projet suppose donc aussi de pénétrer cette sémantique pour en analyser les constituants et leurs conditions d’installation. On peut faire l’hypothèse que cette sémantique peut non seulement servir de cadre et d’horizon de référence, mais aussi de base communicationnelle, et qu’elle tend ainsi à jouer un rôle important dans la construction d’une appréhension collective du changement à effectuer et de sa gestion.

7L’objectif de cette contribution est de mieux appréhender les assises structurant la formation du projet commun que peut représenter le développement durable. Pour cela, nous reviendrons d’abord sur les conditions d’étayage discursif qu’il a pu trouver et sur la mise en forme socio-discursive d’un métarécit qui tend à s’effectuer dans le même mouvement. Nous verrons que c’est par la même occasion le bien commun qui se trouve reformulé, dans un processus où se mêlent en fait de multiples voix. Nous soulignerons enfin que la problématique du développement durable traduit aussi une perception plus ou moins précise d’une différence de nature des problèmes à traiter et que cela peut amener une évolution dans la manière de concevoir les interventions institutionnelles.

1. Conditions d’étayage discursif et de mise en forme d’un projet commun : du point de passage obligé au métarécit

8La thématique du développement durable, à commencer par son expression canonique dans le texte du rapport Brundtland (CMED, 1988), est installée sur l’idée générale de parvenir à une réunion des volontés pour pouvoir orienter les trajectoires socio-économiques de manières non-dommageables. En l’occurrence, c’est parce que prend forme un récit commun qu’une action commune devient envisageable. Et ce récit paraît même installé de telle sorte qu’il devient de plus en plus difficile de ne pas s’y référer à un moment ou à un autre lorsque sont concernées des activités gouvernementales. Des conditions ont été nécessaires pour cela et il est utile de les remettre en évidence. Elles aident à comprendre comment ce récit peut faire l’objet d’une appropriation collective. De surcroît, alors qu’avait été annoncée la in des grands récits (Lyotard, 1979), la thématique du développement durable paraît en proposer un nouveau, positionné comme une voie permettant de comprendre les problèmes majeurs posés à et par l’aventure humaine à la fin du XXe siècle, tout en offrant de possible solutions.

1.1. Entre rupture et continuité : la problématique du développement durable comme innovation intellectuelle

9L’objectif d’un développement durable a été mis en forme à partir d’un schéma d’interprétation de la situation du monde. Plus précisément, la construction de cet objectif général procède d’une convergence d’interprétations vers un socle partageable. Le projet élaboré résulte ainsi d’un parcours réflexif collectif, qui va de l’appréhension d’une situation problématique à la perception d’une nécessité de trouver des voies correctrices. Si le développement durable se présente comme un projet collectif, son orientation peut en fait paraître ambiguë, dans la mesure où il ne semble pas seulement guidé par un idéal à atteindre, mais surtout par une fatalité à éviter. Son ancrage est moins dans une rêverie utopique que dans une perception négative d’un futur à éviter (le premier chapitre du rapport Brundtland s’intitule « Un avenir compromis »). Et si la bonne trajectoire paraît difficile à cerner, la mauvaise prend des contours de plus en plus précis, justifiant la recherche d’une alternative. De ce point de vue, des travaux comme ceux de Gilbert Rist (2001) ou de Franck-Dominique Vivien (2001), dans des registres différents, ont été utiles pour montrer la construction historique dans laquelle s’enclenche la thématique du développement durable. Cette dernière participe et se nourrit d’une série de mises en question : celles de la logique développementaliste qui s’était installée de manière presque hégémonique et, derrière elle, des axiomatiques mettant en avant les vertus supposées intrinsèques de la croissance économique. Le nouveau registre sémantique de la « soutenabilité » (de la « durabilité » dans sa version francisée) a ainsi prolongé et conforté l’érosion du métarécit antérieur, celui d’un Progrès que rien ne semblait pouvoir arrêter. À partir de l’image d’une planète en danger, toute une gamme de liens a pu en effet être proposée : des liens qui rapprochent les humains entre eux et qui s’imposent si la survie de la collectivité est menacée, mais aussi des liens avec les éléments naturels, liens qui deviennent de plus en plus évidents avec la montée des signes rappelant la situation de dépendance dans laquelle se trouvent les humains. Précisément, le travail socio-discursif réalisé a permis de nouer tous ces liens autour de la prise en compte du « long terme », devenu le point de mire déterminant dans les tentatives de caractérisation de ce type de développement nouveau, l’adjectif « durable » aidant justement par sa répétition à signaler l’importance de cette dimension temporelle. La problématique du développement durable met en fait en avant à la fois l’importance d’une série de problèmes interconnectés et le caractère nécessaire d’une prise en charge adaptée de ces problèmes. En ce sens, elle constitue aussi un discours de légitimation d’interventions correctrices ; la démarche proposée sous-entend que la logique de développement ayant jusque-là prévalu est perfectible. Le développement durable est aussi une manière de reprendre la problématisation de la crise écologique et des moyens de résoudre cette dernière (Rumpala, 1999 : 273-289). Au lieu de donner l’impression de subir cette crise écologique, il permet de la ressaisir par l’affirmation d’une forme de volontarisme et d’un refus du fatalisme. C’est en effet à la fois une nouvelle cause, à caractère universel, et un défi collectif qui sont proposés.

10Dans cette construction discursive, il s’agit ainsi de faire projet dans la durée. En corrigeant les tendances problématiques de la situation antérieure et en s’efforçant de ne pas les reproduire, il deviendrait possible d’assurer des bénéfices collectifs de manière étalée et pérenne. Le projet peut d’ailleurs être paré d’une touche d’utopie, mais avec un sens positif. Tel qu’il est construit, il peut en effet se voir appliqué l’oxymore forgé par Anthony Giddens, à savoir s’apparenter à un modèle de « réalisme utopique » (1994 : 160).

1.2. Constitution d’un point de passage obligé et mise en forme d’un projet commun

11Dans les années 1990, le développement durable pouvait encore être considéré comme un paradigme latent, dans le sens où il ne semblait pas alors disposer de principes suffisamment cohérents et établis pour pouvoir guider véritablement l’action publique, spécialement dans le domaine environnemental. Il manquait un ensemble de conditions : l’opérationnalité de ce principe, que les structures positionnées dans ce champ d’intervention aient à leur disposition un ensemble de ressources organisationnelles leur permettant d’acquérir ou de conserver une position centrale dans l’espace décisionnel et que des communautés d’action publique viables soient capables de soutenir les nouveaux paradigmes et de les rendre exploitables (Doern, 1993 ; Doern et Conway, 1994 : 235-237 ; et sur le cas français, Rumpala, 1999 : 273-289).

12Depuis, la thématique du développement durable a de plus en plus fonctionné comme un « attracteur », selon le terme de Dan Sperber (1996). Dans ce mouvement, l’espace de discussion tend à se réorganiser autour de prescriptions qui finissent presque par être réitérées de manière rituelle (attention pour certains effets environnementaux, souci du long terme…). La thématique du développement durable délimite ainsi un espace discursif qui tend à prendre la forme de ce que Michel Callon et Bruno Latour appellent, dans une perspective attentive au rôle des déplacements d’intérêts dans la construction des « faits », un point de passage obligé (Callon, 1986 : 183-184 ; Latour, 1995 : 322). Autrement dit, le détour vers cette approche prend de plus en plus les apparences de la nécessité et, avec la tendance qui se dessine ainsi, il ne reste guère de solutions admissibles en dehors de celle consistant à soutenir une conception construite autour du développement durable. En somme, la problématisation qui permet l’installation de cette approche dans différents milieux incite ou contraint les intérêts à se déplacer, ou tout au moins à intégrer cette nouvelle dimension pour se maintenir. Cette finalité collective qui tend à être construite et mise en avant comme un point de passage obligé renvoie à la fois à un cadre normatif censé être valable dans une perspective globale et à des orientations larges censées pouvoir être déclinées à différents niveaux d’intervention (Lafferty, 1996).

13À travers la problématique du développement durable prend aussi forme une représentation de la société dans laquelle l’ensemble des acteurs sociaux est jugé capable de se mobiliser autour d’un projet commun, étant bien sûr entendu qu’ils le fassent concrètement. Cette représentation de l’attractivité d’une nouvelle vision du développement, vision tendanciellement assimilée à un nouvel idéal de nature transcendante, est aussi une manière de laisser entrevoir de possibles espaces d’interventions et une capacité de régulation à l’intérieur de ceux-ci. Même si elle est gigantesque, l’échelle du projet n’empêche ainsi pas de penser qu’il soit réalisable, alors que, pourtant, élaborer un projet collectif de cette échelle et le mettre en œuvre peut s’avérer extrêmement difficile dans un monde où les conditions semblent avoir tellement changé qu’elles tendent à rendre plus fuyantes les prises sur son évolution.

1.3. De la structuration d’un répertoire discursif partageable à la composition d’un métarécit

14Un des aspects remarquables de la thématique du développement durable est la production discursive qu’elle a suscitée, et ce en quantité croissante, dans une dynamique qui paraît avoir progressé en s’auto-entretenant. Au fur et à mesure que les échanges discursifs ont avancé, ils ont pu aussi établir un vocabulaire commun (Aguirre, 2002 : 101-118), lequel a pu également tendre de manière récursive à structurer les discussions. Beaucoup d’auteurs ont fait remarquer que le caractère large, flottant, « attrape-tout » de cette thématique a pu aider à structurer un espace de convergence entre des acteurs qui pouvaient partir de visions du monde, de valeurs, de conceptions différentes (Jamieson, 1998 : 188). Cette constitution de cadres de référence communs est aussi souvent attendue par les acteurs eux-mêmes, car, même s’ils ont des intérêts divergents, ce sont ces cadres qui peuvent aider à envisager des initiatives communes. L’intertextualité a d’ailleurs une place importante dans le déploiement de la thématique du développement durable. Sous ce label, des relations peuvent en effet s’établir entre différents textes, parfois même sous des formes allusives. Le renvoi à des documents placés dans une position presque totémique a pu en effet conforter l’assise de certaines notions, à commencer par celle de « durabilité ». Des liens notionnels ont pu également être renforcés au fil des utilisations et des circulations dans les écrits.

15La référence au rapport Brundtland apparaît de fait avec une constance notable dans la grande majorité des textes. L’utilisation du rapport s’apparente souvent à une solution de facilité lorsqu’il s’agit de donner une définition à la notion de développement durable. C’est en effet une définition proposée dans le chapitre 2 qui est généralement reprise en citation (« un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs »). Ce qui est notable également, c’est que, dans le texte original, vient à la suite un paragraphe explicatif, mais que ce paragraphe est généralement oublié ou ignoré dans les reprises de cette définition. Il renvoie pourtant à des précisions qui peuvent avoir leur importance dans la manière de présenter la problématique. Par rapport à la définition proposée, le texte ajoute en effet que : « Deux concepts sont inhérents à cette notion : le concept de besoins, et plus particulièrement de besoins essentiels des plus démunis, à qui il convient d’accorder la plus grande priorité, l’idée des limitations que l’état de nos techniques et de notre organisation sociale impose sur la capacité de l’environnement à répondre aux besoins actuels et à venir. Ainsi les objectifs de développement économique et social sont définis en fonction de la durée et ce dans tous les pays, développés ou en développement, à économie de marché ou planifiée. Les interprétations pourront varier d’un pays à l’autre mais elles devront comporter certains éléments communs et s’accorder sur la notion fondamentale de développement soutenable ». La longueur du paragraphe peut effectivement dissuader de le reprendre, mais l’évacuer revient aussi d’une certaine manière à faire disparaître des enjeux particuliers et potentiellement lourds d’un point de vue philosophique, politique ou économique (des enjeux en termes d’équité, de rapports entre « pays développés » et « pays en voie de développement »…) (Zaccaï, 2002 : 127-141).

16Au bout du compte, le rapport Brundtland a conservé une position centrale par cet effet de répétition. C’est une référence qui survit et qui assure la survie de l’idée générale. D’ailleurs, le rapport Brundtland s’inscrit lui-même dans un fil historique, et l’importance qui a pu lui être accordée ne tient pas seulement à l’apparente nouveauté qu’ont pu représenter les idées émises, mais aussi à la pénétration qu’il leur a assuré dans le champ politique et normatif international (Osofsky Hari, 2006). Ces idées ont pu servir de bases à des répertoires argumentatifs, qui eux-mêmes ont pu conforter leurs assises grâce à des relais événementiels et des acteurs choisissant de les soutenir de manière plus ou moins opportuniste à ces occasions. C’est le cas avec la Conférence des Nations Unies pour l’environnement et le développement (CNUED) à Rio de Janeiro en juin 1992. Celle-ci prévoit des engagements et les inscrit dans un document (l’« Agenda 21 »), conçu pour devenir également une référence en établissant un programme international d’action pour le XXIe siècle (Zaccaï, 2002 : 141-167). Les principes avancés passent ainsi plus formellement sur l’agenda international et peuvent par la même occasion être mis en scène comme une étape supplémentaire. Cet étayage discursif rend plus facilement diffusable un cadre conceptuel officiellement reconnu et peut expliquer la capacité des idées sous-jacentes à survivre à « l’épreuve du temps » (Vivien, 2001), voire à devenir presque hégémonique mais sous une forme que beaucoup de commentateurs critiques suspectent de trop facilement s’ajuster à une idéologie concomitante de légitimation de la globalisation économique (Carruthers, 2001 : 93-112). À travers la problématique du développement durable s’est aussi effectuée une subsomption des problèmes par l’intermédiaire d’une catégorie unique, globalisante. Certains travaux tendent à montrer qu’elle a ainsi contribué à déplacer et transformer les façons d’aborder les questions environnementales et que les enjeux pouvant en découler se sont trouvés reconfigurés. Steven Bernstein va par exemple jusqu’à ramener cette évolution à l’émergence d’un « environnementalisme libéral », qui soumet la protection de l’environnement au respect d’un ordre économique devenu prépondérant. Pour lui, l’institutionnalisation du développement durable est à considérer comme un processus dans lequel des événements comme la Conférence de Rio ont contribué faire prévaloir des normes particulières et ainsi à légitimer l’évolution dans le sens de cet « environnementalisme libéral » (Bernstein, 2001, « Chapter 2 : From Environmental Protection to Sustainable Development » ; Bernstein, 2000 : 464-512). Le discours avancé tend en outre à effectuer une globalisation des responsabilités. En même temps que sont rappelées les nécessités de prise en charge des problèmes, ce sont en effet aussi des responsabilités collectives qui sont mises en forme. Les termes utilisés peuvent être révélateurs, comme l’indique Edwin Zaccaï (2002 : 65) à propos du Rapport Brundtland : « L’une des clés de voûte est l’utilisation centrale du mot commun. Il structure véritablement le propos, puisqu’il figure dans le titre d’abord, Notre avenir commun, puis dans les titres des trois sections du rapport, Préoccupations communes ; Problèmes communs ; Efforts communs.

17Le répertoire discursif de la « durabilité » reste en tout cas d’une grande plasticité. Comme Pierre Lascoumes, on peut considérer que ce que fournit cette approche, c’est un « critère de jugement en forme de standard, c’est-à-dire que son contenu est à élaborer chaque fois qu’on s’y réfère » (2001 : 563). Le bien commun ainsi esquissé est donc aussi le produit d’une réflexivité collective, sachant que celle-ci conserve des bases plurielles, liées à des valeurs, des intérêts, des perceptions hétérogènes.

  • 6 De ce point de vue, la dissolution des « grands récits » ne paraît pas aussi évidente que peut le l (...)
  • 7 À aborder avec précaution pour éviter d’en faire une représentation trop homogénéisante et pour pou (...)

18L’ensemble discursif en déploiement joue en fait sur plusieurs dimensions. Il installe une rhétorique du projet collectif, mais tisse aussi la trame d’un récit collectif. Le projet reçoit une incarnation par des textes (Agenda 21, stratégies nationales…) qui mettent en scène des communautés d’intérêt, qui marquent une orientation vers l’avenir et qui comportent ainsi une composante narrative. Plus précisément, par son caractère totalisant, la thématique du développement durable tend à prendre la forme d’un métarécit. Ce métarécit crée un cadre d’intelligibilité des évolutions à engager. Il installe aussi un cadre de référence, plutôt sur des principes relativement généraux. Ce récit transcendant et à vocation universelle peut trouver des bases justificatrices en décrivant un futur à accomplir. Dans son déroulement narratif, il construit une image de l’état à atteindre et manifeste une capacité de projection dans l’avenir. Ce métarécit agrège d’ailleurs des éléments narratifs qui lui préexistaient. On y retrouve des éléments de ce que Béatrice Jalenques-Vigouroux, reprenant la grille d’analyse de Jean-François Lyotard, a appelé le « métarécit environnemental », en l’occurrence un « grand péril » (la fin de la vie mais aussi la non-conscience de l’homme de ses responsabilités sur la vie), un « grand but » (l’éradication de l’irréversibilité des phénomènes menaçant la vie et l’approfondissement de la connaissance de la responsabilité humaine sur la vie), une « incitation à l’action », une « valeur suprême » (liée à la prolongation de la vie), une héroïsation de l’action quotidienne, presque anonyme, faite de gestes potentiellement discrets. On peut ajouter que le métarécit de la quête d’une « durabilité » du développement ne coupe pas brutalement les liens avec celui de la « modernité », ou, plus exactement, avec les métarécits qui ont pu être associés à la « modernité »6. Un récit fondateur comme celui relatif à la connaissance scientifique7 conserve en effet un rôle structurant dans la problématique du développement durable. Cette dernière reste aussi marquée par une forme de confiance dans les retombées du développement économique.

2. Une reformulation polyphonique du bien commun

19La formation d’un méta-récit ne signifie pas que le processus débouche sur un produit homogène et stabilisé. La thématique du développement durable continue à renvoyer à un agenda fluctuant avec des problématisations évolutives. Les ralliements s’effectuent sur une base délimitée et la majeure partie de l’espace de discussion reste traversée par des luttes définitionnelles. Leur importance tient aussi à ce que, derrière elles, tend aussi à se jouer la réorganisation de rapports de pouvoir. Comme le rappelait Olivier Godard : « La phase d’élaboration d’une représentation consistante des problèmes du développement durable est l’occasion de tentatives de recomposition socio-institutionnelle, avec pour enjeux l’émergence de nouveaux regards sur des problèmes que l’on pourrait dire classiques, ou la reconnaissance, comme problèmes dignes d’attention d’états de faits actuels ou virtuels jusqu’alors délaissés. En cela, les problèmes du développement durable sont engagés dans une compétition avec d’autres manières, plus classiques, de définir les problèmes désignés à la sollicitude publique » (Godard, 1997 : 37).

20Derrière les discours sur le développement durable et les interprétations sur ce qu’il peut signifier, il n’est donc pas surprenant de trouver des tentatives d’affirmation ou de défense de positions d’autorité, notamment parce que dans la structuration de l’espace de discussion peut être aussi en jeu l’élaboration des futures lignes d’action. La dimension sémantique n’est pas déconnectée de la dimension politique, comme l’a souligné à sa manière John S. Dryzek (1997 : 124) en rappelant l’importance pour des intérêts différents avec des préoccupations différentes de revendiquer leur mot à dire sur le sujet : « For if sustainable development is indeed emerging as a dominant discourse, astute actors recognise that the terms of this discourse should be cast in terms favourable to them ». En prenant de l’importance, le sujet amène les intérêts influents à affirmer leur présence dans l’espace de discussion et à chercher à y placer des visions du développement durable répondant à leurs intentions. En somme, c’est aussi dans ces divergences et ces confrontations que se jouent les modes de définition du bien commun que tend à représenter le développement durable. C’est ce qui lui donne une expression non pas univoque, mais polyphonique.

2.1. La problématique du « développement durable comme espace de rencontre de schémas d’appréhension diversifiés

21La reconnaissance de plus en plus large de l’objectif d’un développement durable et son incorporation dans différents cadres juridiques, nationaux et internationaux, n’ont pas réussi à donner à l’expression une définition unifiée, avec des termes détaillés (Cans, 2003 ; Pieratti et Prat, 2000). Comme beaucoup d’analystes l’ont déjà remarqué, c’est aussi ce qui a permis à un large éventail d’acteurs de s’en réclamer ou de se l’approprier. Déjà dans le rapport Brundtland, il était possible de trouver plusieurs définitions dissemblables (Hatem, 1990 : 102). Et les hésitations dans la traduction de l’expression originale « sustainable development » n’ont fait que rajouter des sources de complications dans les discussions (Harribey, 1998 ; Vivien, 2005 ; Vivien, 2007 : 58-61).

  • 8 Pour une mise en relation des schémas d’appréhension avec les types et les degrés de changement env (...)

22La pluralité présente dans l’espace de discussion n’est pas qu’une question de définitions. Derrière un vocabulaire qui peut paraître au premier abord commun, partagé, se joue en fait la conciliation d’intérêts, de valeurs, de perceptions potentiellement divergentes. Au-delà du consensus sur les généralités, les visées et les intentions peuvent donc suivre des voies éloignées. C’est ce qui explique les multiples travaux qui ont essayé de débroussailler ce terrain encombré pour poser des balises ou proposer d’en dresser la carte (McManus, 1996 ; Jabareen, 2004 : 623-642)8. La tâche est d’autant plus compliquée, voire rapidement périssable, que se poursuivent les phénomènes de coévolution entre les dimensions écologiques et socio-économiques, que les connaissances sur ces phénomènes évoluent également, que les représentations sur le monde se transforment. Bref, la problématique du développement durable et les objectifs correspondants ne peuvent qu’être soumis aux changements, controverses et altérations.

23La forme et l’évolution de cette problématique sont donc à comprendre par rapport aux contextes dans lesquelles elle est produite et aux influences qui s’y exercent. De fait, des glissements apparaissent dans les significations proposées et les sujets associés, en fonction des acteurs qui se réfèrent à la notion et des cadres de références dans lesquels ils se positionnent. Dans les débats se lit ainsi l’histoire de la notion, une histoire faite de rencontres, d’hybridations entre des courants d’origines diverses (Vivien, 2003). Les visées à prétention universelle sont plutôt un espace de confluence à l’intérieur duquel irradient au final, de manière plus ou moins forte, des valeurs aux ramifications plus ou moins profondes. Cette multiplicité d’interprétations, de définitions et d’acteurs intéressés ont amené Olivier Boiral et Gérard Croteau (2004 : 259-281) à voir un « effet Tour de Babel » dans cette dynamique de promotion du développement durable.

24Cette ambiguïté de la notion de développement durable peut être vécue comme un aspect problématique par les acteurs intéressés. Mais elle peut aussi avoir une utilité stratégique. C’est ce qu’ont pu montrer Shirley Leitch et Sally Davenport (2007 : 43-61) sur un domaine plus délimité (celui du développement des biotechnologies en Nouvelle Zélande). Cette « ambiguïté stratégique » peut assurer de manière plutôt superficielle une cohérence interne à des textes ou à des ensemble de textes. Elle peut permettre à des perspectives et des objectifs multiples de coexister. Elle peut enfin aider à former un espace discursif auquel pourront participer des acteurs aux idées plus ou moins rivales.

25Au final, ce caractère polyphonique de la problématique du développement durable fait qu’elle tend à conserver un aspect ambivalent. D’un côté, l’espace de discussion reste ouvert aux possibilités de rapprochement, de reconfiguration entre conceptions normatives divergentes. Mais le maintien de celles-ci n’est pas non plus sans avoir une part importante dans les difficultés à établir une orientation effective vers le développement durable et à en fournir une légitimation (Grunwald, 2001 : 3-16).

2.2. Trois piliers pour un même projet : la construction discursive d’un espace de compatibilité entre des fins humaines difficiles à concilier

26La dynamique dont a bénéficié la thématique du développement durable doit beaucoup au fait qu’elle a été promue et saisie comme une voie de compromis (Godard, 2003 : 375-402). Sa diffusion dans les espaces de discussion laissait entrevoir des possibilités de recompositions, comme l’avait remarqué Olivier Godard (1994 : 135) : « Comme l’écodéveloppement hier, le « développement durable » est aujourd’hui une notion programmatique, servant à afficher un enjeu et à provoquer de multiples recompositions, tant dans les manières de penser que dans les relations économiques et politiques internationales ou dans les pratiques des opérateurs du développement et de l’aménagement. C’est aussi une notion dont on attend qu’elle parvienne à nouer de nouveaux compromis entre des préoccupations opposées et des courants intellectuels forts différents ».

27La conceptualisation proposée par le rapport Brundtland et dans son sillage est effectivement apparue comme ouvrant un champ nouveau pour sortir de l’opposition entre objectifs de croissance et préoccupations environnementales, laquelle avait pesé sur les débats dans les années 1970. Ce champ conceptuel se présente comme une possibilité et une façon de traiter rationnellement les tiraillements. Précisément, dans les milieux institutionnels, la solution du développement durable peut paraître séduisante dans la mesure où elle fait figure de voie médiane, entre d’une part une conception de l’écologie qui s’opposerait à toutes formes de progrès, et d’autre part, une conception qui invoquerait le progrès pour se permettre de négliger les répercussions des activités humaines sur l’environnement et l’épuisement des ressources naturelles. De ce point de vue, comme n’ont pas manqué de le signaler certains observateurs avertis, c’est une armature rhétorique qui se met en place et qui prend précisément la forme d’un oxymore (Sachs, 1999) : des courants d’idées qui tendaient à apparaître auparavant en antagonisme se trouvent rapprochés et combinés dans un nouveau cadre de référence propre à la conciliation.

28Toutes les interventions institutionnelles sont ainsi censées s’adapter pour qu’à chaque étape, de la préparation à la mise en œuvre, elles intègrent les dimensions placées en position centrale (d’où la métaphore des « piliers »), à savoir le développement économique, l’amélioration des conditions sociales et la sauvegarde de l’environnement. Avec ce principe à l’esprit, les acteurs concernés sont censés changer la manière d’aborder les problèmes, d’élaborer des solutions, de s’engager dans l’action. En somme, ils sont censés faire preuve d’une attitude réflexive pour respecter ce principe de conciliation. Dans ce schéma, la généralité du discours permet de glisser sur les difficultés latentes à cerner les contours de ces dimensions, souvent traités comme s’ils étaient intuitivement perceptibles.

3. Introduction d’enjeux intégrateurs et production d’un nouveau cadre d’appréhension

29La problématique du développement durable manifeste et produit des déplacements dans les modalités avec lesquelles les problèmes sont définis (Lafferty, Meadwocroft, 2000 : 16). Les interprétations dans le registre de la « durabilité » tendent à donner à voir une nouvelle classe de problèmes, combinant des problèmes plus ou moins anciens, conduisant à les reformuler, contribuant à en réorganiser la hiérarchie. Le passage par ce registre représente ainsi un travail particulier de problématisation. Pour Stephen R. Dovers (1995 : 93-106 ; 1996 : 308-313), qui insiste sur la différence des problèmes de « durabilité » par rapport à ceux des autres domaines d’intervention publique, ces problèmes particuliers sont identifiables par une série d’attributs : les échelles temporelles et spatiales sur lesquelles ils se situent, les limites qu’ils posent aux activités humaines, les possibilités d’irréversibilité, l’urgence, leur connectivité et complexité, l’incertitude, les effets cumulatifs, les dimensions éthiques et morales, la nouveauté. Les problèmes de « durabilité » tendent en outre plutôt à renvoyer à des choix systémiques et ils peuvent donc être de nature à transformer profondément les conditions d’élaboration des options stratégiques (Daneke, 2001). Tout cela est de nature à produire des tensions dans la rationalité des acteurs qui prétendent ou essayent de se situer dans une perspective de développement durable, dans la mesure où ils sont amenés à relier des problèmes qui pouvaient paraître séparés, à les intégrer dans une même appréhension alors que les habitudes pouvaient conduire à les traiter avec des catégories et des schémas différents.

30Le repositionnement des schémas d’appréhension fait ainsi pénétrer des enjeux renouvelés, mais la pénétration d’enjeux renouvelés amène aussi réciproquement un repositionnement des schémas d’appréhension. Multidimensionnalité, complexité, incertitude, long terme : c’est pour une part importante autour de la perception de ces écueils que se réorganise l’espace des réflexions et des discussions. Ce faisant, c’est aussi la mise en visibilité et la mise en forme de ces enjeux qui permet de donner corps à un appareillage justificatif pour l’adaptation des raisonnements et des interventions. Et derrière, à la représentation d’efforts, atteignables mais encore à faire, pour mettre la réalisation du nouveau vaste projet à la portée de la collectivité.

3.1. Multidimensionnalité, complexité, incertitude : des enjeux en voie de rapprochement

31Les problèmes repris sous l’angle du DD sont couramment distingués par leur multidimensionnalité ou sont formulés avec le souci de ne pas les rabattre dans une seule dimension. L’image des piliers essaye de traduire cette idée. Lorsqu’elle est convoquée, elle permet en effet de signaler des liens entre des problèmes ou les différentes facettes qu’ils comportent. Elle peut être prolongée en annonçant plus ou moins explicitement qu’il n’est alors guère pertinent de traiter ces problèmes ou ces facettes de façon séparée. Placée sur un plan pragmatique, une approche axée sur un DD est ainsi de nature à remettre en question les routines administratives en poussant à adopter une vision plus transversale. L’application d’une telle démarche contribue en effet à faire ressortir la nécessité de dépasser les approches sectorielles au profit d’une approche intégrée.

32Dans la mesure où il est censé requérir une vision d’ensemble, le DD place aussi toute velléité d’intervention face à une multitude de paramètres interconnectés. Il est ainsi une manière de prendre conscience que le monde, tant du côté naturel que du côté humain, est fait de systèmes évolutifs et complexes, et d’autant plus complexes qu’ils sont interdépendants. D’où une tension potentielle d’un point de vue cognitif, dans la mesure où la problématique du développement durable renvoie à une approche globalisante, mais où la complexité des problèmes implique aussi qu’il n’est guère tenable de prétendre tout comprendre ou tout contrôler. Cette confrontation avec la complexité des situations problématiques à prendre en charge affecte la posture régulatrice des milieux politico-administratifs. Du fait de cette complexité, il est difficile d’associer une cause particulière à un problème et donc de trouver le ressort repérable sur lequel intervenir, a fortiori en ayant une relative perception des effets d’une telle intervention. La complexité se manifeste aussi dans des enchaînements d’effets qui peuvent être difficilement prévisibles, justement à cause d’interdépendances difficiles à cerner. Sur les scènes institutionnelles et médiatiques, le changement climatique est devenu un exemple fréquemment utilisé pour montrer de possibles effets en chaîne, dans le domaine écologique (Chauveau, 2007 : 9) mais aussi au-delà, dans la mesure où ceux-ci peuvent par exemple accentuer des phénomènes migratoires, susceptibles eux-mêmes d’engendrer des tensions et des conflits interétatiques.

33Pour les acteurs intéressés, la problématique du DD est aussi une manière d’être confrontés à la variabilité des situations à réguler. Cette variabilité est un facteur d’incertitudes et l’élargissement de l’horizon temporel rend celui-ci encore plus sensible. Plus il est question de long terme, plus il devient difficile de prévoir les effets d’évolutions dans des systèmes marqués par la complexité. Face à des contextes incertains, la tendance s’accentue en faveur de la recherche d’appuis scientifiques fiables paraissant capables de fournir davantage de certitude. Sauf que les avancées peuvent continuer du côté scientifique sans que cette certitude puisse être forcément fournie, ce qui n’améliore alors que marginalement les conditions de choix (Dovers, Handmer, 1992 : 262 – 276 ; Dovers et al., 1996). De plus, face à un avenir indéterminé et pouvant réserver des surprises, il n’est pas facile de prévoir le besoin de connaissances, de savoir plus ou moins à l’avance ce qu’il va falloir apprendre pour traiter de sujets revus à la lumière de l’objectif de développement durable.

3.3. Élargissement de l’horizon temporel et révision du rapport au temps

  • 9 Voir la partie intitulée « Le développement durable : une vision à plus long terme », dans la Commu (...)

34Une des caractéristiques fondamentales de la problématique du DD est de replacer les activités humaines dans un continuum temporel (dans la durée, pour faire plus directement écho à la traduction française la plus courante de l’expression). L’attention est censée s’élargir aux aspects intergénérationnels et, là aussi, l’idée est de changer à la fois la façon d’aborder les problèmes et de construire les choix collectifs, précisément en les évaluant à l’aune de leurs prolongements dans le futur et en évitant de ne donner du poids qu’au court terme au détriment du long terme (Held, 2001 : 351-366). L’argument est devenu un leitmotiv dans les textes institutionnels qui prétendent au statut de textes de référence. C’est sur ce principe que la Commission européenne a formellement installé la stratégie proposée pour l’Union européenne en matière de développement durable9. Si la référence à la longue durée est devenue plus fréquente, elle tend toutefois à continuer à baigner dans une espèce de flou et rares sont les textes qui font l’effort de préciser où commence ce « long terme ».

35Malgré les imprécisions, cet élargissement de l’horizon temporel peut laisser penser que se joue là une dynamique de transformation ou d’adaptation d’un régime d’historicité, pour reprendre l’expression forgée par l’historien François Hartog (2003 ; et Hartog, Lenclud, 1993 : 18-38). Cette conceptualisation, si on l’utilise au-delà d’une perspective simplement épistémologique, s’avère ici intéressante, dans la mesure où elle permet d’aborder la façon dont s’effectue dans une société l’articulation entre le passé, le présent et l’avenir. François Hartog (1995 : 1220) définit ainsi la notion de régime d’historicité : « J’entends par là, une formulation savante de l’expérience du temps qui, en retour, modèle nos façons de dire et de vivre notre propre temps. Un régime d’historicité ouvre et circonscrit un espace de travail et de pensée. Il rythme l’écriture du temps, représente un ordre du temps auquel on peut souscrire ou, au contraire (et le plus souvent), vouloir échapper, en cherchant à en élaborer un autre ». La notion de « régime d’historicité » peut ainsi aider à saisir sur quel rapport au temps s’organise une collectivité, à comprendre par quelle appréhension culturelle le temps est investi et avec quels types de représentations son écoulement est envisagé. Du point de vue de l’engagement dans le monde, la manière d’investir le déroulement temporel crée donc aussi un environnement sociocognitif dont l’influence peut se faire sentir dans la rationalité des acteurs : « Un régime d’historicité n’est en effet pas une entité métaphysique descendue du ciel, mais un cadre de pensée de longue durée, une respiration, une rythmique, un ordre du temps, qui permet et interdit de penser certaines choses » (Hartog, 1995 : 1222).

36Une fois signalé, grâce à une notion comme celle de l’existence de régimes d’historicité, que les collectivités humaines peuvent vivre leur rapport au temps de manière plurielle et évolutive, il reste la question difficile de l’interprétation des signes actuels. La montée de la thématique du développement durable et des argumentations axées sur le « long terme » peut paraître de nature à remettre en question le type d’interprétation que propose François Hartog (2006) avec le terme de « présentisme » : « Selon qu’une société met l’accent sur le passé, le futur ou le présent, l’expérience du temps qui s’en trouve exprimée n’est en effet pas la même. En l’occurrence, nous sommes en train de passer d’une époque commandée par le futur à une autre commandée par le présent ». Si on le suit, l’époque contemporaine marquerait en effet l’avènement du règne du présent (dans le même sens, voir Laïdi, 1998 et 2002), expansif et envahissant jusqu’à tendre à incorporer le passé (par des processus de « mémorialisation » de l’histoire) et l’avenir (par la description de menaces potentielles). La vie collective tendrait donc à s’organiser autour d’un présent impérissable et continuel, et c’est dans cette tendance que François Hartog entrevoit le glissement d’un régime d’historicité à un autre. Il décèle en effet une mise en crise du « futurisme » qui prédominait auparavant dans le monde européen depuis le moment ouvert par la Révolution française : « Progressivement, le futur s’est trouvé investi du rôle dévolu jusque-là au passé. Dès lors, le présent est éclairé et guidé par le futur. Le grand mot d’ordre devient la « perfectibilité » puis le progrès dont la Révolution française est la manifestation la plus claire et, au XXe siècle, la révolution communiste, la manifestation la plus extrême. C’est ce régime futuriste qu’on voit se dénouer à son tour depuis les années 70 pour ouvrir, de nos jours, sur ce que j’appelle le « présentisme » » (Hartog, 2006). François Hartog va ainsi jusqu’à ramener des manifestations apparentes d’un intérêt pour le futur, comme le principe de responsabilité de Hans Jonas ou le principe de précaution, à des extensions de la logique présentiste : « C’est une société plongée dans un présent qui s’est dilaté au point d’absorber le futur et le passé. Avec les principes de responsabilité et de précaution, le présent préempte un futur jugé désormais comme menaçant. Nous appliquons ces principes pour empêcher ou retarder la catastrophe dont nous sommes responsables et qui s’avance vers nous : le futur n’est plus ce vers quoi il faut aller, il est au contraire une perspective qu’il faut au maximum retarder. La convention de l’Unesco sur le patrimoine naturel et culturel de 1972 en est un marqueur symbolique : la reconnaissance de l’environnement comme patrimoine ne s’est pas faite au nom d’un passé exemplaire mais au nom du futur, d’un futur menaçant » (Hartog, 2006). À suivre ce schéma, les craintes suscitées par des aggravations qui pourraient s’avérer irrémédiables et les souhaits de prise en compte de possibles effets irréversibles seraient donc à voir comme une expression de ce « présentisme ».

  • 10 « Futuriste » voulant désigner la perspective qui donne la primauté au futur, ce qui veut dire, de (...)

37La thématique du développement durable paraît en décalage par rapport à cette interprétation. Il est en effet difficile de réduire cette thématique uniquement à une affirmation du présent, même si une partie relève de problématiques actuelles et immédiates (pauvreté, accès à l’éducation…). Si elle s’insère dans un régime d’historicité, ce dernier n’est pas tout à fait présentiste. Au contraire, on peut même considérer qu’il y a avec cette thématique un retour de l’idée de futur. Certes, ce n’est plus le régime futuriste dont François Hartog a décrit les traits et l’installation avant le moment actuel10. En fait, une part des arguments mobilisés sous l’étiquette du développement durable peut laisser penser que s’avance là un autre type de régime futuriste.

38Le contexte s’avère donc suffisamment ambigu pour questionner l’idée d’un nouveau régime d’historicité, qui peut sembler marqué par une hésitation entre une forme de « présentisme » et une forme de « futurisme ». Avec les interrogations introduites par l’intermédiaire plus ou moins direct de l’idée de développement durable, la période s’apparente en effet à un moment de questionnement collectif, de doute, de mise en question de présupposés et préférences jusque-là prévalents (en l’occurrence quant à la valorisation du « court terme »). C’est une nouvelle articulation entre présent et futur qui semble se chercher et qui pourrait participer au repositionnement de catégorisations, à l’installation de nouveaux repères et peut-être au final à la reconfiguration d’un régime d’historicité.

39Le développement durable implique une action dans la durée et, en ce sens, il peut être une remise en question du « régime présentiste ». Le développement durable en tant que projet est aussi une projection en avant, guidée par un questionnement tâtonnant sur la manière de le faire advenir. L’inscription dans une perspective de « durabilité » pousse à des conduites d’anticipation et des démarches d’exploration de l’avenir, sous forme de travaux de prospective par exemple. C’est effectivement une manière de rejoindre ce que Hans Jonas considérait comme « La « première obligation » de l’éthique de l’avenir : se procurer une idée des effets lointains » (1995 : 67). La problématique du développement durable tend même à recréer une forme de continuum temporel entre le passé, le présent et le futur, qui peuvent se trouver ainsi réarticulés. L’objectif étant de rendre pertinente et efficace l’action présente pour retrouver une forme de maîtrise sur le monde, les efforts à engager sont en effet censés s’appuyer, par la médiation d’une réflexion adaptée, sur une capacité à imaginer le futur, reliée à une capacité à tirer les enseignements du passé. La question peut alors être effectivement celle des forces et ressources aptes à faire reculer un « régime présentiste », ou à sortir d’une « culture instantanéiste » pour reprendre la perspective de François Ost (2001).

3.3. L’image d’une panacée providentielle

40La progression de la thématique du développement durable peut être prise comme un révélateur de rationalités en évolution, ou au moins incitées à évoluer. D’un point de vue socio-discursif, cette thématique ne constitue pas seulement un ensemble d’interprétations renouvelées ; elle permet aussi la formation d’un espace de discussion commun en contribuant à mettre en relation des assemblages de préoccupations et des lignes de discours éloignés, voire contraires. C’est presque une panacée providentielle qui tend à être présentée et qui semble permettre de concilier le développement économique, l’amélioration des conditions de vie de l’humanité et la préservation durable des ressources et des équilibres naturels. L’association de plusieurs registres argumentaires permet de tisser des liens entre différents univers de sens et ouvre ainsi la voie à une grille d’intelligibilité surplombante.

41Tout en gagnant en extension, la référence au développement durable accroît ainsi sa capacité à intéresser et à rallier des acteurs partant de préoccupations diverses. Elle devient elle-même mot d’ordre et signe de ralliement, sans avoir besoin de passer par la production d’une définition univoque et en laissant donc ouvertes des marges d’interprétation. Ce champ thématique relativement malléable offre de nouvelles ressources argumentatives qui permettent des investissements variés. Face à des gammes différentes de problèmes persistants, il donne la possibilité de reconstituer un cadre commun de mise en sens du monde, de fait en permettant presque à chaque acteur de retrouver des significations sans abandonner ses préoccupations.

42Ce cadre commun assure l’insertion d’une nouvelle fin (englobante) dans le répertoire des fins collectives. Le développement durable peut alors être présenté par ses promoteurs comme une idée nouvelle permettant le passage de l’humanité vers une étape supérieure. Mais si le développement durable est une idée, de quelle espèce d’idée s’agit-il donc ? L’expression idée-projet paraît appropriée pour la qualifier. Elle peut en l’occurrence servir à désigner ce type de représentation intellectuelle qui est en même temps l’expression d’une intentionnalité, d’une forme de volonté orientée vers un but.

43Tels qu’ils se déploient, les discours participant à la promotion du développement durable contiennent en effet une prétention à faire projet. Plus précisément, ce qui s’effectue là n’est pas seulement la production intellectuelle d’un projet collectif, mais aussi une affirmation plus ou moins authentique de la nécessité d’un engagement dans l’action, un souhait plus ou moins approfondi de construire en même temps les conditions permettant de fabriquer ce projet, de l’améliorer, de le faire avancer et exister. Dans les discours les plus fervents, transparaît de surcroît une intention presque performative, puisqu’il s’agit au moins autant de montrer l’importance du projet, son caractère nécessaire.

44La difficulté est ensuite de présenter positivement les remises en cause qui peuvent s’ensuivre, et ce pour tous les groupes sociaux, même si ces remises en cause peuvent les toucher à des degrés divers. Il n’est pas facile de dire que l’objectif à atteindre passe par des efforts, des concessions, des adaptations plus ou moins pénibles. C’est ce qui peut donner au développement durable l’apparence d’un projet de société dans une version « light », peu dérangeante. Bertrand Morvan (2000) y voit par exemple une « utopie politiquement correcte ». Reprenant les réflexions de Paul Ricœur sur les rapports entre idéologie et utopie (L’idéologie et l’utopie, Paris, Seuil, 1997), il constate plutôt une « dégradation d’une vision utopique en discours idéologique » (Morvan, 2000 : 101). à suivre ce type de point de vue, le développement durable tend effectivement davantage à apparaître comme une forme de gestion du système habillée en projet collectif de rechange (voir Latouche, 1999 : 90-96 ; Latouche, 2003).

45Le discours est effectivement devenu plus gestionnaire et les éléments de critique qui subsistent sont surtout ceux qui justifient une recherche d’adaptabilité du système. Il y a d’ailleurs une large confiance dans la capacité d’apprentissage des institutions, comme le notaient aussi Maarten Hajer et Frank Fischer (1999: 4): « The dominant discourse that shaped up around the notion of sustainable development was one that suggested that the major institutions could learn, had learned and would be able to reinvent themselves so as to become co-producers of a new sort of development that would be more environmentally sustainable ». L’apprentissage général semble ainsi davantage viser un ajustement du modèle en place plutôt que sa métamorphose radicale.

Conclusion

46La problématique du développement durable a au moins contribué à réintroduire une discussion sur les finalités du développement et, pour ceux qui la poussent plus loin, sur les finalités des activités humaines. Avec l’avancée des discussions et des propositions, ces finalités se sont trouvées resituées dans ce qui pouvait apparaître comme un projet de société renouvelé, notamment parce qu’il devait permettre de traiter simultanément des dimensions auparavant séparées. En travaillant ce projet, les collectivités humaines sont censées trouver une organisation qui permet de circuler entre leurs différents registres de préoccupations (économiques, sociales, environnementales) sans les disjoindre. Le jeu doit être encore ouvert, en permettant l’émergence de projet collectif, selon les endroits et les périodes considérés. Perception d’un idéal, mais pragmatisme donc également, puisqu’il s’agit de faire advenir une situation qui n’est pas encore atteinte, tout en tenant compte d’éléments qui amènent à une prise en compte de la réalité.

47Le projet n’a d’ailleurs pas besoin d’être cohérent pour être mobilisateur. De fait, l’espace de discussion reste imprégné par des différences d’appréciation dans les priorités et ces différences rendent le projet collectif encore fluctuant. Ce qui fait sa force tient notamment à l’armature narrative qui le sous-tend (un ensemble de menaces presque vitales appelant une réaction forte et collective) et qui peut être utilisée pour mettre en avant son caractère désirable, voire nécessaire. De ce point de vue, la thématique du développement durable renvoie à des récits dont le déploiement fonctionne aussi comme une activité légitimatrice. Ces récits donnent une cohérence à des perceptions et des attentes et ont donc une importance stratégique dans les processus contribuant à intéresser un large éventail d’acteurs, susceptibles de se faire ensuite eux-mêmes des défenseurs de l’approche et de promouvoir collectivement le changement. D’un point de vue dynamique, les ralliements autour du développement durable contribuent effectivement à donner l’impression d’une augmentation de sa force de conviction.

48Il faut toutefois garder à l’esprit que c’est surtout au niveau de l’argument général que l’adhésion paraît la plus facile à gagner. En introduisant davantage d’hétérogénéité, les déclinaisons des généralités laissent en revanche davantage de prises au retour des controverses. Si, vu de loin, peut paraître se dégager un mouvement d’ensemble, son évolution et son éventuelle issue ne sont donc pas établies par avance. Les usages de la thématique peuvent en effet varier selon les espaces et les moments où elle est appropriée. Et derrière l’entente apparente sur des termes communs peuvent subsister des conflits pour imposer certaines visions.

Bibliographie

Aguirre Benigno E., 2002, « « Sustainable Development » as Collective Surge », Social Science Quarterly, vol. 83, n° 1.

Bernstein Steven, 2000, « Ideas, Social Structure and the Compromise of Liberal Environmentalism », European Journal of International Relations, vol. 6, n° 4.

Bernstein Steven, 2002, The Compromise of Liberal Environmentalism, New York, Columbia University Press.

Boiral Olivier et Croteau Gérard, 2004, « Du développement durable à l’entreprise durable, ou l’effet Tour de Babel », in Guay Louis, Laval Doucet, Luc Bouthillier et Guy Debailleul (dir.), Les enjeux et les défis du développement durable. Connaître, décider, agir, Québec, Les presses de l’Université Laval.

Callon Michel, 1986, « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L’Année sociologique, volume 36.

Callon M., 1991, « Réseaux technico-économiques et irréversibilités », in Robert Boyer, Bernard Chavance, Olivier Godard (dir.), Les figures de l’irréversibilité en économie, Paris, Éd. de l’EHESS, p. 199-200.

Cans Chantal, 2003, « Le développement durable en droit interne : apparence du droit et droit des apparences », Actualité juridique – Droit administratif, 10 février.

Carruthers David,, Fall 2001, « From opposition to orthodoxy: The remaking of sustainable development », Journal of Third World Studies, vol. 18, n° 2.

Chauveau Julie, 2007, « Le changement climatique risque d’aggraver la crise de l’eau dans le monde », Les Échos, 22 mars.

Commissariat général du Plan, 1993, L’économie face à l’écologie, Paris, La Découverte/La Documentation française.

Commission mondiale sur l’environnement et le développement, 1988, Notre avenir à tous, Montréal, Les Éditions du Fleuve.

Daneke Gregory A., 2001, « Sustainable Development as Systemic Choices », Policy Studies Journal, vol. 29, n° 3.

Doern G. Bruce, 1993, « From Sectoral to Macro Green Governance: the Canadian Department of the Environment as an Aspiring Central Agency », in Governance, Volume 6, n° 2.

Doern G. Bruce and Conway Thomas, 1994, The Greening of Canada. Federal Institutions and Decisions, Toronto, University of Toronto Press.

Dovers Stephen R., 1995, « A framework for scaling and framing policy problems in sustainability », Ecological Economics, vol. 12, n° 2.

Dovers Stephen R., 1996, « Sustainability: Demands on Policy », Journal of Public Policy, Vol. 16, Part 3.

Dovers S. R. and Handmer J. W., 1992, « Uncertainty, sustainability and change », Global Environmental Change, 2.

Dovers S. R., Norton T. W. and Handmer J. W., 1996, « Uncertainty, ecology, sustainability and policy », Biodiversity and Conservation, vol. 5, n° 10.

Dryzek John S., 1997, The Politics of the Earth. Environmental Discourses, Oxford, Oxford University Press.

Giddens Anthony, 1994, Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan.

Godard Olivier, 1993, « Le développement durable », in Commissariat général du Plan, L’économie face à l’écologie, Paris, La Découverte/La Documentation française.

Godard Olivier, « Projets et recompositions par les échelles territoriales », Pouvoirs locaux, n° 34, III/1997.

Godard Olivier, 2003, « Développement durable et principes de légitimité », Social Science Information, vol. 42, n° 3, p. 375-402.

Grunwald Arwin, 2001, « Legitimate decisions leading towards sustainable development – problems and challenges », Poiesis Prax, 1, p. 3-16.

Fischer Frank and Hajer Maarten A. (Éds.), 1999, Living with Nature. Environmental Politics as Cultural Discourse, Oxford, Oxford University Press.

Harribey Jean-Marie, 1998, Le développement soutenable, Paris, Economica.

Hartog François et Lenclud Gérard, 1993, « Régimes d’historicité », in Alexandru Dutu et Norbert Dodille (dir.), L’État des lieux en sciences sociales, Paris, L’Harmattan.

Hartog François, 1995, « Temps et Histoire. « Comment écrire l’histoire de France ? » », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 50, n° 6.

Hartog François, 2003, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Seuil.

Hartog François, 2006, « Nos hommes politiques sont prisonniers de la tyrannie du présent. », Entretien in Enjeux Les Échos, février.

Hatem Fabrice, 1990, « Le concept de « développement soutenable », Économie prospective internationale, n° 44, 4e trimestre.

Held Martin, 2001, « Sustainable Development from a Temporal Perspective », Time & Society, vol. 10, n° 2-3.

Hopwood Bill, Mellor Mary and O’Brien Geoff, 2005, « Sustainable Development: Mapping Different Approaches », Sustainable Development, 13, 2005.

JabareenYosef, 2004, « A knowledge map for describing variegated and conflict domains of sustainable development », Journal of Environmental Planning and Management, vol. 47, n° 4, July.

Jamieson Dale, 1998, « Sustainability and beyond », Ecological Economics, vol. 24, n° 2-3.

Jonas Hans, 1995, Le principe responsabilité, Paris, Champs Flammarion.

Lafferty William M., Summer 1996, « The Politics of Sustainable Development. Global Norms for National Implementation », Environmental Politics, vol. 5, n° 2.

William M. Lafferty and James Meadwocroft (Éds), 2000, Implementing Sustainable Development. Strategies and Initiatives in High Consumption Societies, Oxford, Oxford University Press.

Laïdi Zaki, 1998, « L’urgence ou la dévalorisation de l’avenir », Esprit, n° 240.

Laïdi Zaki, 2002, Le sacre du présent, Flammarion, collection Champs.

Lascoumes Pierre, 2001, « Les ambiguïtés des politiques de développement durable », in Qu’est-ce que les technologies ?, Université de tous les savoirs (volume 5), sous la direction d’Yves Michaud, Paris, Éditions Odile Jacob.

Latouche Serge, 1999, « La « double imposture » du développement durable », Geographica Helvetica, Heft 2, 1999/54 Jg.

Latouche Serge, 2003, « L’imposture du développement durable ou les habits neufs du développement », Mondes en développement, n° 121.

Latour Bruno, 1995, La science en action, Paris, Gallimard, collection Folio/Essais.

Leitch Shirley, Davenport Sally, 2007, « Strategic ambiguity as a discourse practice: the role of keywords in the discourse on "sustainable" biotechnology », Discourse Studies, vol. 9, n° 1, p. 43-61.

Lyotard Jean-François, 1979, La condition postmoderne, Paris, Éd. de Minuit.

Lyotard Jean-François, 1988, Le postmoderne expliqué aux enfants, Paris, Le livre de poche.

McManus Phil, 1996, « Contested Terrains : Politics, Stories and Discourses of Sustainability », Environmental Politics, vol. 5, n° 1.

Maingueneau Dominique, 2002, « Les rapports des organisations internationales : un discours constituant ? », Nouveaux Cahiers de l’IUED, n° 13, Paris, PUF.

Maingueneau Dominique et Cossutta Frédéric, 1995, « L’analyse des discours constituants », Langages, n° 117.

Morvan Bertrand, 2000, « Le développement durable : une utopie politiquement correcte », Quaderni, n° 41.

Osofsky Hari M., 2006, Defining Sustainable Development After Earth Summit 2002, Loyola of Los Angeles International and Comparative Law Review, vol. 26, (http://ilr.lls.edu/issues/26/OSOFSKY.pdf).

Ost François, 2001, « Comment penser la durabilité dans une culture instantanéiste ? », in Marcel Jollivet (dir.), Le développement durable, de l’utopie au concept. De nouveaux chantiers pour la recherche, Paris, Elsevier.

Pedynowski Dena, 2003, « Science (s) which, when and whose ? Probing the metanarrative of scientific knowledge in the social construction of nature », Progress in Human Geography, vol. 27, n° 6.

Pieratti Gertrude et Prat Jean-Luc, 2000, « Droit, économie, écologie et développement durable : des relations nécessairement complémentaires mais inévitablement ambiguës », Revue juridique de l’environnement, n° 3.

Rist Gilbert, 2001, Le développement. Histoire d’une croyance occidentale, Paris, Presses de Sciences Po, 2e éd.

Rochefort David A. and Cobb Roger W. (Éds), 1994, The Politics of Problem Definition. Shaping the Policy Agenda, Lawrence, University Press of Kansas.

Rumpala Yannick, 1999, Questions écologiques, réponses économiques : les changements dans la régulation publique des problèmes d’environnement au tournant des années 1980 et 1990, une analyse intersectorielle, Thèse de doctorat en science politique, Paris, Institut d’études politiques.

Rumpala Yannick, 2003, Régulation publique et environnement. Questions écologiques, réponses économiques, Paris, L’Harmattan.

Sachs Wolfgang, 1999, « Sustainable development and the crisis of nature: on the political anatomy of an oxymoron », in Frank Fischer and Maarten A. Hajer (Éds), Living with Nature. Environmental Politics as Cultural Discourse, Oxford, Oxford University Press.

Sperber Dan, 1996, La contagion des idées, Paris, Odile Jacob.

Vivien Franck-Dominique, 2001, « Histoire d’un mot, histoire d’une idée : le développement durable à l’épreuve du temps », in Marcel Jollivet (dir.), Le développement durable, de l’utopie au concept. De nouveaux chantiers pour la recherche, Paris, Elsevier.

Vivien Franck-Dominique, 2003, « Jalons pour une histoire de la notion de développement durable », Mondes en développement, vol. 31, n° 121, 2003/1.

Vivien Franck-Dominique, 2005, Le développement soutenable, Paris, La Découverte (Repères).

Vivien Franck-Dominique, 2007, « Sustainable development : un problème de traduction », Responsabilité & environnement, n° 48.

Zaccaï Edwin, 2002, Le développement durable. Dynamique et constitution d’un projet, Bruxelles, Presses Interuniversitaires Européennes.

Notes

1 On peut pénétrer cet univers de textes comme un tissu de réseaux, précisément en considérant ces intermédiaires à la manière de Michel Callon comme des « textes-réseaux » (1991 : 199-200).

2 Saisir les conditions de production de ces discours reste toutefois souvent difficile, car une large part de la littérature institutionnelle accessible s’avère anonyme et il devient alors périlleux de prétendre retrouver les intentions et la situation du ou des locuteur (s).

3 Une vaste littérature s’est développée sur le rôle et l’importance des récits dans la vie sociale, voir par exemple Shaul, 2006 : 245-262.

4 Le terme « métarécit » doit son origine aux réflexions de Jean-François Lyotard, qui utilise aussi l’expression « grand récit » et insiste sur la dimension de légitimation : « Par métarécit ou grand récit, j’entends précisément des narrations à fonction légitimante » (1988 : 34). C’est plus ce cadre conceptuel que les présupposés « postmodernistes » (et le débat interminable qui peut s’ensuivre) qui nous intéresse ici.

5 Sur l’importance des processus de définition des problèmes et leurs conséquences pour l’action gouvernementale, voir Rochefort et al., 1994.

6 De ce point de vue, la dissolution des « grands récits » ne paraît pas aussi évidente que peut le laisser penser la littérature sur la postmodernité.

7 À aborder avec précaution pour éviter d’en faire une représentation trop homogénéisante et pour pouvoir ainsi en discerner véritablement les ramifications. Cf. Pedynowski, 2003 : 735-752.

8 Pour une mise en relation des schémas d’appréhension avec les types et les degrés de changement envisageables, voir Hopwood, Mellor and O’Brien, 2005 : 38-52.

9 Voir la partie intitulée « Le développement durable : une vision à plus long terme », dans la Communication de la Commission « Développement durable en Europe pour un monde meilleur : stratégie de l’Union européenne en faveur du développement durable (Proposition de la Commission en vue du Conseil européen de Göteborg) », Bruxelles, le 19.6.2001, COM (2001) 264 final/2, p. 2-5.

10 « Futuriste » voulant désigner la perspective qui donne la primauté au futur, ce qui veut dire, de façon plus précise, que l’intelligibilité de ce qui se passe, de ce qui s’est passé et de ce qui doit se passer, provient du futur. La lumière vient du futur, c’est sur elle qu’il faut se guider, c’est vers lui qu’il faut marcher » (« Régimes d’historicité : Entretien avec François Hartog », http://www.vox-poetica.org/entretiens/hartog.html, consulté le 14 mars 2007).

Auteur

Maître de conférence en science politique, Université de Nice/Faculté de droit, Équipe de Recherche sur les Mutations de l’Europe et de ses Sociétés (ERMES), Avenue Doyen Louis Trotabas 06050 NICE Cedex 01 Tél. : 04-93-86-60-92. yannick.rumpala@wanadoo.fr.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search