Version classiqueVersion mobile

Appropriations du développement durable

 | 
Bruno Villalba

Partie 1. Cadres normatifs et techniques de diffusions du développement durable.

Introduction de la première partie

Texte intégral

1Le développement durable, dans ses approches normatives, esquisse les voies d’un véritable projet de changement social, un projet politique de grande ampleur puisqu’ayant une visée in fine mondiale, s’appuyant sur le double constat de la crise écologique et du niveau intolérable des inégalités, qui l’un comme l’autre s’aggravent. Élaborée progressivement ces trente dernières années au sein de commissions et de forums internationaux sous l’égide de l’ONU (Conférence de Stockholm sur l’Environnement Humain de 1972, Commission Mondiale sur l’Environnement et le Développement de 1983 à 1987, Conférence de Rio de 1992, jusqu’au Sommet Mondial du DD de Johannesburg en 2002…) ou d’autres instances (Union Européenne, OCDE, etc.), cette problématique est promue et diffusée par un ensemble hétéroclite d’acteurs dans divers secteurs sociaux et vers différentes échelles de territoire et de gouvernement. Sa formulation initiale résulte d’un jeu de réseaux d’acteurs proposant des orientations stratégiques, construisant principes et enjeux (Zaccaï, 2002).

2Loin de constituer une simple déclinaison institutionnelle, législative ou réglementaire, la phase de diffusion du développement durable révèle le travail de « compromis » (Gendron, 2006) opéré entre les acteurs institutionels chargés de matérialiser cette notion aux contours incertains et aux objectifs peu opérationnels. Le DD propose une reformulation des finalités de l’action collective de notre société mondialisée, et donc, une transformation des modes d’action des institutions sociales (Reid, 1999).

3Il appartient aux décideurs politiques et économiques, principalement, d’étudier les propositions de réaménagement du système économique, en vue d’établir un cadre réglementaire favorisant la mise en place des objectifs d’équité du DD. À eux d’opérer une sélection des éléments qui paraissent à la fois les plus pertinents mais aussi les plus adaptables aux environnements déjà existants (Antoine et al., 1994).

4Les contributions de cette partie permettent de clarifier le travail de mise en conformité de cette notion. La diffusion du DD s’opère dans un environnement administratif et politique, enchâssé dans des rapports sociaux et déterminé par des contraintes normatives. Les acteurs institutionnels sont à la fois dépendants, détenteurs et créateurs de cet environnement ; ils ont par conséquent une place essentielle dans la manière de permettre une légitimation et une acceptation du DD. On ne peut considérer la diffusion du DD comme un processus d’incorporation automatique au sein des dispositifs décisionnels. Par plus qu’elle ne peut être perçue comme une vague de fond venant reformater les représentations des acteurs décisionnels. Les auteurs témoignent de ce travail de concessions – qui n’est pas sans conflits ni renoncements. À travers une objectivation dans le langage (Y. Rumpala), une codification normative (S. Maljean-Dubois), une institutionnalisation incomplète (A. Goxe) ou un travail de légitimation scientifique (Ch. Lévèque), le compromis opère comme une traduction (au sens de Latour), c’est-à-dire qu’il permet de concilier des représentations sociales – qui sans être antagonistes ne partagent pas forcément et le diagnostic de crise écologique inscrit au cœur de la rhétorique du DD et les préconisations en termes de gouvernance – et ainsi d’aboutir à une évolution du dispositif technique de la décision publique. Cette phase de diffusion/intégration permet de saisir comment s’infléchissent ces représentations, afin d’aboutir à l’émergence de nouvelles pratiques (P. Matagne). Cependant, les acteurs sociaux ne se contentent pas de participer à une simple répétition du récit contenu dans le DD. Loin de constituer une simple acclimatation, le compromis découvre les connaissances socialement et professionnellement élaborée par ces acteurs décisionnels. Leurs interprétations du DD s’enracinent dans leur propre histoire (V. Dimier).

Bibliographie

Antoine S., Barrère M., Verbrugge G. (éds)., 1994, La planète Terre entre nos mains. Guide pour la mise en œuvre des engagments du sommet planète Terre, Paris, La Documentation Française.

Gendron C., 2006, Le développement durable comme compromis. La modernisation écologique de l’économie à l’ère de la mondialisation, Presses de l’Université du Québec.

Reid D., 1999, Sustainable development. An introductory guide, London, Earthscan Publication.

Zaccaï E., 2002, Le développement durable : dynamique et constitution d’un projet, Bruxelles, Presses Inter-universitaires Européennes-Peter Lang.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search