Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Appropriations du développement durable

 | 
Bruno Villalba

Introduction. Stratégies asymétriques d’appropriation du développement durable

Bruno Villalba

Texte intégral

« La généalogie de tout concept est structurée en trois moments : d’abord la formation et la formulation, puis la vulgarisation et enfin la commercialisation » G. Deleuze et F. Guattari
« Les termes usuels d’« adaptation » et d’« exercice » décrivent bien l’opération mais laissent dans l’ombre ses contradictions : l’injonction paradoxale adressée à celui qui agit de renoncer à agir, de transformer son action en un simple processus automatique […] et un une fois cette transformation accomplie, de contrôler strictement cet automatisme. » G. Anders, (2002 : 110).

1La thématique du développement durable (DD) a fait l’objet d’importants investissements théoriques, qui ont mis en évidence la diversité de ses généalogies (Zaccaï, 2002), aboutissant à produire un projet politique original mais incertain (Swyngedouw, 2006). Cette littérature a vocation à dégager les origines intellectuelles et institutionnelles de cette notion, à la fois complexe quant à la fusion de ses sources théoriques et pragmatiques dans ses intentions (de Sadeleer, 2002). Loin de constituer un bloc de références monolithique, le DD construit un étrange paradoxe : être devenu une injonction dans la formulation des politiques publiques internationales et locales, tout en maintenant une imprécision dans la formalisation des dispositifs d’action proposés.

  • 1 Ce travail résulte d’une recherche financée par le Ministère de la recherche (Action Concertée Inci (...)
  • 2 M. Foucault présente, dans sa leçon fondatrice du 1er février 1978, trois axes d’un programme de re (...)

2Nous souhaitons interroger ce paradoxe en insistant sur les modalités effectives d’appropriation du développement durable1. En ce sens, l’apparition et la diffusion de la problématique du DD permettent de réinterroger les différents modes de régulation et de mobilisation collective (jeux, actions collectives, négociations, conflits… entre acteurs internationaux et locaux), et de contribuer à une réflexion sur les modes d’émergence de la « gouvernementalité » (au sens de M. Foucault, 2004 : 111-112)2 en matière de durabilité. Nous souhaitons approfondir les mécanismes de cette diffusion, en nous interrogeant sur les manières dont les acteurs internationaux et locaux – collectivités territoriales, entreprises, associations, usagers ou habitants… – prennent connaissances de cette thématique, la déclinent au sein de leur propre espace cognitif (fait de représentations et de pratiques militantes ou professionnelles), et l’utilisent dans le cadre de négociations, en vue de réaliser des projets durables.

3On émet l’hypothèse que l’appropriation du DD permet de l’instituer au-delà des discours d’intention, et, ainsi, de permettre l’intégration de certains principes d’action (de précaution, de responsabilité, de participation, de transparence, de transversalité, de réflexivité…) dans les pratiques et favoriser leur routinisation. Il s’agira donc de s’intéresser particulièrement aux processus de socialisation et d’apprentissage de ce paradigme par les acteurs, et d’en saisir les impacts sur les formes de négociations entre les acteurs concernés (Boltanski, Chiapello, 1999).

Formulation et diffusion

4L’appropriation s’insère dans un dispositif technique qui, schématiquement, débute par la formulation (plus ou moins théorisée) du concept, et se poursuit par sa diffusion, via des réseaux d’acteurs spécifiques, dans les milieux capables de le légitimer. Loin de constituer une chaîne causale linéaire, l’appropriation constitue à la fois une incorporation reformulée des éléments théoriques, ainsi qu’une renégociation des modes de faire préconisés. Par conséquent, l’appropriation ne peut être perçue comme la phase ultime du dispositif d’incorporation du DD dans les politiques publiques. Elle participe à la reformulation du projet constitué par le DD, en opérant une réflexion critique permanente sur les intentions portées par le DD et ses modalités d’application.

5Dans le cadre de cet ouvrage, nous ne reviendrons pas sur la phase de formulation. Elle constitue le cœur principal de la littérature consacrée au DD (Aubertin, Vivien, 2005 ; Gibbs, Krueger, 2006). Nous souhaitons davantage circonscrire notre réflexion aux modalités de diffusion qu’a connu le DD, afin de mieux appréhender comment il est possible pour les acteurs de concilier cette formulation avec leurs propres projets territoriaux. Les mécanismes de formulation et de diffusion du développement durable n’ont pas encore fait l’objet d’une étude systémique, permettant d’en reconstituer les réseaux de transmission et dégageant quelques mécanismes d’appropriation. Ces deux approches constituent l’économie générale de cet ouvrage.

6Le DD a cessé d’être, comme le rappelle André Micoud, une « une conception du monde qui relève de travaux de spécialistes en particulier des économistes et écologues » ; il est désormais « […] une figure qui s’adresse à nos sens, qui rend imaginable un questionnement très abstrait en le mettant à la portée de tout un chacun ». (Micoud, 2005 : 45-59). Les années 90 témoignent d’une montée en puissance de la thématique du DD, qui participe à la globalisation, c’est-à-dire comme une croissance généralisée des chaînes d’interdépendances sociales au niveau mondial, accompagnée par la conscience de cette interdépendance (Robertson, 1992). Comme le souligne David Dumoulin (2003), en prenant l’exemple des politiques de la nature, la dimension institutionnelle et politique de ce phénomène de globalisation peut se décliner en trois volets : 1) la multiplication des chaînes d’interdépendances entre acteurs nationaux et internationaux (qu’ils soient privés ou publics) ; 2) l’accélération des phénomènes d’exportation et d’importation institutionnelles ; 3) la convergence des ordres politiques internes. Cette vision met l’accent sur les interdépendances et la diffusion internationale des normes, comme vecteurs de transformation du système politique international. Cette période est propice à l’internationalisation des agendas nationaux, qui importent massivement de nouveaux concepts et de nouvelles pratiques institutionnelles.

  • 3 Les approches théoriques en termes de champ (Bourdieu P., 1980) évoquent la complexité de ces relat (...)

7Dans le cas présent, le terme institutionnel (Hall, Taylor, 1997 : 469-496) concerne les aspects formels et informels. Pour autant, une telle pratique institutionnelle n’aboutit pas à l’homogénéisation des configurations politiques ; à l’intérieur de ces espaces nationaux, les acteurs (gouvernementaux, experts, associations, citoyens, etc.) établissent des interactions complexes qui perturbent ce mécanisme d’intégration de la norme internationale3. Nous souhaitons ici davantage interroger les mécanismes d’intégration de cette norme internationale – dont on verra qu’elle est davantage perçue comme une norme identificatrice que comme un réel contenu structuré –, en soulignant les stratégies locales développées, qui témoignent à la fois de l’éventail des dynamiques sociales (logiques professionnelles, pratiques militantes, etc.) et des politiques produites (diversités des priorités d’actions, hiérarchisations différentes des objectifs…).

8En quelques années, ce qui ne constituait qu’une simple formulation générale, s’est transformée en régime de compréhension et d’explication des orientations politiques. Cete phase de diffusion est essentielle pour appréhender les modalités de son appropriation, puisqu’elle constitue, en soi, un élément central dans les formes d’apprentissage des acteurs. Au niveau collectif, l’apprentissage se déroule en deux étapes : un « processus d’ancrage » qui permet d’inscrire les règles d’utilisation de l’objet dans la conscience collective, et un « processus d’objectivisation » qui projette sur l’objet des fonctions et des manières de s’en servir mais aussi tout un imaginaire lié aux situations dans lesquelles l’utilisation de l’objet a été apprise (Agostinelli, 2003 : 70-88 et 150). Il convient aussi d’accorder toute son importance au travail de légitimation opéré par les acteurs institutionnels qui favorisent son usage (Godard, 2003 : 375-402). Le non-usage d’une notion s’explique soit par le trop haut degré de technicité qu’elle requiert soit par le défaut de sa légitimité au regard de sa diffusion (est-elle ou non approuvée par l’État ?) (Proulx, 1994 : 149-159).

9La diffusion met donc essentiellement en place un nouvel espace de représentations sociales. Ce qui s’impose à la longue, comme donnée immédiate à nos sens, est un produit second, le résultat d’un travail de reformulation, à la fois par des recherches scientifiques mais surtout par des pratiques empiriques. Étrange paradoxe de cette notion, élaborée à partir d’un savoir technico-scientifique, qui pour se légitimer doit puiser dans le sens commun des acteurs, et pour se faire, valoriser des démarches participatives (co-construction, réseaux d’échanges, procédures évaluatives…) aboutissant à une reformulation des enjeux et méthodologies de la notion. On le verra, « la propagation de la notion a un caractère créateur. Ce caractère n’est pas reconnu tant qu’on se borne à parler de simplification, distorsion, diffusion, etc. Les qualificatifs et les idées qui leur sont associés laissent échapper le principal du phénomène propre à notre culture, qui est la socialisation d’une discipline dans son ensemble, et non pas […] la vulgarisation de quelques-unes de ses parties. On voit alors de quoi il s’agit : de la formulation d’un autre type de connaissance adapté à d’autres besoins, obéissant à d’autres critères, dans un contexte social précis. » (Moscovici, 1976 : 24-25).

10À ce titre, nous pouvons considérer le développement durable comme un principe qui dépasse le seul cercle restreint des prescripteurs internationaux (scientifiques ou politiques, comme lors de la phase d’émergence de la notion), pour affecter l’ensemble de la société. On y observe la naissance d’une représentation sociale, c’est-à-dire de figures et d’expressions socialisées. Si l’on suit l’analyse de Serge Moscovici, on considère une représentation comme une organisation d’images, mais aussi un langage, qui va nous permettre de découper la réalité en permettant une symbolisation des actes et situations qui nous sont communs. La représentation n’a pas simplement vocation à constituer une figure supplémentaire d’interprétation de la réalité ; sur ce point, nous accompagnons la démarche de Moscovici qui considère que la représentation doit être perçue comme un mode actif, car « son rôle est de façonner ce qui est donné de l’extérieur, les individus et les groupes sociaux ayant plutôt affaire à des objets, des actes, des situations constituées par et au cours des myriades d’interactions sociales. Elle reproduit, certes. Mais cette reproduction implique un remaillage des structures, un remodelage des éléments, une véritable reconstruction des données dans le contexte des valeurs, des notions et des règles dont il devient désormais solidaire. […] Au bout du compte, elle produit et détermine des comportements, puisqu’elle définit à la fois la nature des stimuli qui nous entourent et nous provoquent, et la signification des réponses à leur donner. » (Moscovici, 1976 : 25-26). La représentation permet aux acteurs (individus mais aussi groupes collectifs) de se rattacher à un système de valeurs, de notions et de pratiques qui donne un moyen de s’orienter dans l’espace social, mais aussi de donner les capacités matérielles à maîtriser le projet collectif. Elle permet aussi aux membres d’un groupe de se doter d’un medium pour les échanges (code pour nommer, classer, évaluer…). Elle est bien davantage qu’une simple reconstitution commune de la complexité sociale, puisqu’elle est un corpus organisé de connaissances, qui permet d’agir. Finalement, « [e] n un mot comme en mille, la représentation sociale est une modalité de connaissance particulière ayant pour fonction l’élaboration des comportements et la communication entre individus. » (Moscovici, 1976 : 25-26).

  • 4 La référence à une approche cognitiviste ne doit pas cependant laisser supposer qu’il s’agit pour n (...)

11La phase de diffusion du DD correspond bien à ce schéma, puisqu’elle mobilise ce registre des dimensions cognitives, tout en permettant aux acteurs de reformuler leur propre savoir et mode d’action4. Si l’on suit la démonstration proposée par Everett M. Rogers (2003), il rappelle que la phase de diffusion précède l’étape de l’adoption d’une innovation. Celle-ci dépend de la perception qu’en ont les individus ; cela suppose qu’ils puissent évaluer et apprécier son avantage relatif, sa compatibilité avec les valeurs du groupe d’appartenance, sa complexité, la possibilité de la tester et sa visibilité. Si l’analyse porte sur le cas d’un outil technique, on peut, par analogie, l’utiliser sur le cas présent, notamment sur les modifications des pratiques collectives et individuelles. Le mécanisme de diffusion et de transmission ne peut se réduire à une simple valorisation d’une innovation ; elle suppose aussi, comme le remarque Norbert Alter (2002) de mobiliser des interactions entre acteurs – et donc du conflit, à la fois matériel et symbolique qu’il faut apprendre à gérer – et des croyances. Inutile donc de chercher une quelconque cohérence générale ; pas plus que les concepteurs qui ne se situaient dans un même cadre de référencement, les opérateurs territoriaux du DD n’entendent pas s’insérer dans un même moule, même s’ils participent à une déclinaison territoriale acceptable du DD.

12Étudier les mécanismes de diffusion, c’est comprendre la plus ou moins grande perméabilité à l’intégration du principe ; c’est comprendre les raisons d’une appropriation et interroger les reformulations opérées. Cela nécessite de s’attarder sur les images et les opinions premières des acteurs concernés, dans la mesure où elles traduisent la position, l’échelle de valeur d’un individu ou d’une collectivité. En soi, cette phase de diffusion, par l’ouverture intellectuelle qui l’accompagne, ou par les canaux utilisés, ou bien encore par les processus de légitimation, participe à la création de conditions spécifiques permettant son appropriation. La diffusion construit le champ des filiations idéologiques qui contribuent à renouveler le cadre de la perception de ce qu’il est possible de faire. Mais elle peut tout aussi bien contribuer à conforter la situation existante (O’Connor, 1994). La diffusion permet l’implantation sociale du produit ; une fois que celle-ci est constatée, l’individualisation peut être proposée aux acteurs. Ainsi la diffusion a besoin de « passeurs de frontières » (Jollivet, 1992), de réseaux d’influence permettant de transformer des dimensions symboliques innovantes ou originales (en l’occurrence les éléments clés du DD), en pratiques normales – c’est-à-dire intégrées dans l’ordre officiel et dominant des rapports sociaux. Il y a lieu de tenir compte du travail essentiel des médiateurs, ceux qui sont les représentants de la représentation, qui opèrent une vulgarisation scientifique, participent à l’animation culturelle et finalement à la légitimation d’une représentation incluant les notions clés du développement durable. Comme le soulignait, dès 1974, Philippe Roqueplo, il importe de tenir compte des conditions de production d’une pédagogie des représentations sociales, en prenant en compte les mécanismes de « partage du savoir » et principalement les formes de reformulation des savoirs pratiques qu’ils mettent en place (Roqueplo, 1974).

13Ainsi, dans cet ouvrage, plusieurs contributions examinent la manière dont les acteurs appréhendent le DD suivant les perceptions qu’ils en retiennent en fonction d’un travail d’évaluation cognitif dépendant largement de leurs propres traditions intellectuelles. La complexe construction intellectuelle du DD, laisse parfois la place à l’élaboration d’un récit permettant une déclinaison possible dans des réseaux sociaux particuliers (Yannick Rumpala dans ce volume). La diffusion témoigne de l’importante action entreprise par les experts internationaux, à la fois dans la légitimation théorique de ce principe, mais aussi son insertion dans les réseaux juridiques et politiques, à l’échelle mondiale, comme à l’échelle des espaces régionaux – comme l’Europe (voir la contribution de S. Maljean-Dubois). Un retour sur les modalités d’institutionnalisations, progressives de la notion de DD en France ces quinze dernières années permet de mesurer les tâtonnements des gouvernements français successifs et de l’administration jusqu’à la situation actuelle, encore peu stabilisée (Antoine Goxe, ce volume). La diffusion s’inscrit dans une contrainte institutionnelle qui permet – ou pas – de légitimer une interrogation scientifique en l’incluant dans les dispositifs académiques et en procédant à son financement (Christian Lévèque, ce volume). Elle s’incorpore dans des modes de faire bureaucratiques, qui témoignent d’une certaine propension à reformuler le projet du DD pour le rendre compatible avec les procédures déjà utilisées : le cas de l’éducation nationale en donne un exemple significatif (Patrick Matagne, ce volume). La diffusion s’insère cependant dans un contexte spécifique. La socialisation des fonctionnaires européens influence l’élaboration d’une position institutionnelle européenne de la politique de développement, et par effet rebond, de la politique de développement durable (Véronique Dimier, dans ce volume).

L’approche de l’appropriation

  • 5 L’appropriation n’est pas perçue comme le dispositif de construction et d’extension du droit de pro (...)

14Dans le cas d’une notion qui tend à occasionner une recomposition des référentiels de l’action publique, l’appropriation suppose de modifier les prises de décisions et les choix d’ordre technique social, économique et politique. On assiste à un important travail d’institutionnalisation (Prades et al., 1994). L’importance de l’appropriation se signale dès lors qu’il est possible de saisir les conditions sociales d’émergence d’une pratique et d’en établir les modalités selon lesquelles elle contribue à modifier l’identité de l’acteur concerné. Ce peut être une transformation des savoirs, des modes d’élaboration des contenus, des logiques de collaboration, etc.5 L’appropriation comme processus requiert l’usage de la notion (sur le plan du registre du vocabulaire, de l’imaginaire collectif qu’elle induit…) et par là-même l’assimilation des connaissances nécessaires à son fonctionnement. Les conventions linguistiques que nous employons sont les résultats du processus pédagogique que nous subissons et sont modelées par nos habitus (cela se traduit par la constitution de son propre thésaurus, la complexité terminologique et la connotation des termes – une manière d’intégrer ou de rejeter la notion dans les limites des comportements normalisés).

  • 6 Certes, il est possible de réduire l’utilisation du DD à un simple un outil communicationnel par ex (...)

15L’appropriation suppose la mise en œuvre de pratiques, qui, au-delà d’un simple usage ponctuel – voire opportuniste – contribuent à une modification substantielle des représentations des individus, en façonnant par exemple un autre rapport au temps, ou bien en modifiant les techniques professionnelles (Edgerton, 1998 : 815-837). L’appropriation ne peut donc se réduire à une simple valorisation matérielle ou communicationnelle6 : elle suppose l’élaboration d’un « imaginaire technique » (Flichy, 2002) qui offre une représentation de cette option compatible avec l’ordre social existant. Les discours construits autour du DD sont donc à étudier, tout autant que les usages effectifs, car ils participent à l’élaboration de cet imaginaire, balisant le champ d’un espace collectif recomposé, qui permet de rompre avec les modèles existants, puis de légitimer un nouveau cadre conceptuel à l’action collective et ainsi d’élargir les réseaux d’acteurs mobilisés.

16L’appropriation ne se réduit pas cependant à une simple intégration de l’innovation. L’approche de l’appropriation met en évidence la disparité des usages et des usagers en montrant la construction sociale de l’usage, notamment à travers les significations qu’il revêt pour l’usager (Millerand, 1998 ; Millerand, 2002 : 181-203 ; Agostinelli, 2003 : 74-75). B. Latour (1994 : 587-907) explique que l’usage fonde réellement la validité de la chose : l’objet, comme support matériel, ne prend sens que s’il s’insère dans une relation sociale, qui lui confère une fonction, et en délimite les fonctionnalités. L’appropriation induit une transformation des usages sociaux (Akrich, Méadel, 2004 : 5-20). Pour autant, l’appropriation se construit à partir d’une large autonomie laissée aux acteurs pour l’incorporer dans leurs propres représentations. Les individus ou les groupes peuvent aller jusqu’à adopter des comportements, fondés sur une représentation de l’utilisation, qui les conduit parfois à un détournement d’usage, preuve de leur appropriation de l’outil (Perriault, 2002). On voit ici apparaître la place centrale de la notion d’usage dans le processus d’acquisition de l’objet : c’est bien la finalité qui motive son acquisition et ses modes d’utilisation. L’appropriation fonctionne comme un processus d’individualisation, qui est conditionné par une action, le plus souvent sous la forme d’une négociation entre acteurs, destinée à produire une nouvelle façon de faire – et parfois d’être.

  • 7 S. Allemand (2007 : 8) cite une étude réalisée en 2006 pour l’ADEME selon laquelle 77 % des Françai (...)
  • 8 La notion de référentiel est désormais largement interrogée comme outil explicatif de l’action publ (...)

17L’appropriation du DD s’effectue dans un contexte socio-politique et cognitif particulier7. Le décalage entre les représentations des individus et la complexité du montage théorique que représente le DD plaide pour une certaine prudence quant à toute vision déterministe sur les usages en construction. Les acteurs individuels ou collectifs sont en général traités comme agissant dans des univers sociaux où les techniques utilisées ne sont que des éléments stables et inertes, réduits à leur production et surtout incapables d’interférer sur les comportements des acteurs. L’utilitarisme prévaut dans l’appréhension des objets comme instruments d’action publique. Nous souhaitons au contraire envisager ces objets comme des acteurs à part entière des politiques publiques (Lascoumes, 2003 : 387-401), dans la mesure où à travers ce travail d’appropriation, ils procèdent à une reconstruction des représentations de leurs utilisateurs. Par conséquent, il ne s’agissait pas de s’interroger sur la construction d’un référentiel de l’action publique, conçu comme un outil opératoire8. L’appropriation engage une confrontation des dispositifs cognitifs des acteurs concernés avec les nouvelles orientations du DD. Ceci doit aboutir à une évolution des représentations des conséquences des choix réalisés pour se conformer à cette modification.

18En fonctionnant ainsi, la phase de l’appropriation du DD participe au lent travail de sa légitimation. Cette phase ne peut se résumer à une simple étape de formalisation pratique ; c’est à ce niveau que s’inscrivent dans les consciences collectives et individuelles les modalités opératoires du DD. En insérant ainsi des modes de compréhension et d’explication du réel dans les façons de faire des acteurs, l’appropriation légitime la notion du DD. Même si elle demeure contestée et contestable, cette notion produit des effets sur les pratiques d’acteurs. Elle participe aussi à la production d’allocation de ressources. Elle contribue à l’élaboration de nouveaux cadres du débat et son inscription dans les procédures de choix institutionnelles (du débat public à la transformation du contenu effectif des politiques publiques) ; ainsi, la méthodologie de l’Agenda 21, en insistant sur sa démarche procédurale, est un mode d’apprentissage collectif qui permet de valider la notion du DD. L’appropriation joue pleinement son rôle de formalisation du dispositif normatif contenu dans le DD. Une telle démarche prend ainsi tout son sens dans la déclinaison territoriale du DD. L’appropriation permet à chacun de devenir prescripteur du DD : chacun a appris et participe désormais à l’élaboration analytique de la notion, en tenant compte des contraintes territoriales qui sont les siennes. L’appropriation permet ainsi un renversement qui valorise les options locales en les conformant aux intentions générales prescrites par le DD.

Logiques asymétriques d’appropriation

19Nous souhaitions davantage travailler sur les logiques asymétriques d’appropriation. En insistant sur ces asymétries, nous soulignons le travail de réécriture de cette grammaire loue du DD opéré par les acteurs (Guay et al., 2004). Parce qu’elle ne s’apparente jamais à une transmission matérielle, la transmission des idées est soumise à des phénomènes d’altération et d’appropriations singulières, comme le souligne B. Lahire (1998 : 206) à propos de la culture : « Dans la transmission d’un patrimoine matériel, ce dernier reste inchangé au cours du processus de transmission aussi bien qu’une fois la transmission effectuée […]. Une fois encore, étrangeté de la transmission culturelle, la culture ne se « transmet » jamais à l’identique, mais se déforme en fonction de conditions de sa transmission et de la relation sociale qui s’instaure entre celui qui « sait » déjà et celui qui ne sait pas. La culture incorporée ne se transvase pas mais s’approprie et se transforme ».

  • 9 L’approche multiniveaux offre une intéressante perspective, voir Jonas 1994 : 257-264 ; Block., Deb (...)

20En valorisant l’asymétrie des situations, nous pouvons accorder toute leur importance aux parcours de l’appropriation, c’est-à-dire à la compréhension de l’influence des espaces cognitifs des acteurs concernés antérieurs à leur imprégnation par la notion du DD. On peut ensuite analyser les procédures d’acculturation mises en place par les « passeurs », qui facilitent l’adoption de nouvelles formes d’expression sémantiques mais aussi, à un degré plus significatif, de nouvelles pratiques professionnelles routinières. La reformulation passe par une conciliation opérée avec les contraintes professionnelles, mais aussi celles relevant des injonctions réglementaires, tout autant que celles issues des obligations territoriales9. Une telle approche nécessite de prendre en compte les temporalités de ces changements. Les procédures d’évolution des représentations, les modifications des comportements, les transformations des pratiques professionnelles… s’inscrivent dans des rythmes propres à chaque acteur, sans cependant être déconnectées d’une cadence propre à l’environnement dans lesquelles elles s’inscrivent. Nous considérons alors que l’appropriation valorise des modes de connaissances qui se solidifient en s’appuyant sur des vecteurs ou des dispositifs ancrés dans une histoire.

21Nous avons privilégié l’étude des usages effectifs inventés et installés par les acteurs ; ces usages traduisent leurs intentions et indiquent ainsi les orientations à venir. Mais, dans le même temps, ces usages modifient les interactions antérieures organisées avec les partenaires (Gervais, Dumas, 1994 : 31-63). L’appropriation se construit en tenant compte de ce processus de politisation qui procède d’une reformulation collective des modes d’association (Lagroye, 2003 : 359-385). Nous essayons alors d’aborder la notion du DD par sa circulation. Il s’agit de s’interroger sur le parcours social de cette appropriation, et notamment de montrer que, conçus dans un espace social spécifique où l’innovation a été négociée et s’est concrétisée, ces objets développent une carrière propre. En se confrontant et en s’intégrant à d’autres espaces sociaux, ils se transforment et enrichissent leur compétence en élargissant le champ des acteurs avec lesquels ils interagissent (Callon, 1986 : 169-208). La réflexion porte alors sur la circulation et la sélection des savoirs pertinents, la confrontation entre le rôle des experts (Ollitrault, 2001 : 105-130) et la scientificisation du politique (Devaux, 2006), ou bien encore la plongée dans les réseaux des coopérations internationales.

  • 10 Ce travail a constamment nécessité une collaboration dévouée sans laquelle il n’aurait pas vu le jo (...)

22Cet ouvrage se présente comme une contribution à une sociologie des usages à l’examen des modes d’appropriation du développement durable, notamment à travers l’étude de sa construction normative et pragmatique par les acteurs détenteurs d’un pouvoir de sujétion (participation à l’élaboration d’une fonction symbolique, pouvoir de construction du réel…). Dans ce dessein, notre analyse prend en compte les groupes d’utilisateurs (types d’acteurs et registres argumentaires) et le sens que ces groupes attribuent à l’utilisation de la notion du DD, en fonction de leurs capacités et de leurs intérêts et, ainsi, d’analyser les conditions et les effets de la circulation de la notion considérée. Nous avons procédé à une confrontation entre discours et pratiques, non en termes d’évaluation normative, mais en considérant la continuité de l’investissement tant discursif que pratique. Une telle approche nécessite de se mettre dans une posture interdisciplinaire (Jollivet, 2001)10.

Approches territorialisées

23Élaboré et diffusée à l’échelle internationale, le développement durable a vocation à s’incarner dans des territoires capables de mener à bien la conciliation des intérêts environnementaux, sociaux et économiques. Comme le souligne B. Zuindeau, le territoire est ce qui porte les activités humaines et l’environnement, dans sa définition la plus générale, ce qui les entoure (Zuindeau, 2005 : 126). Le territoire traduit la dimension de construit social, espace de régulation et de négociation de la mise en place des normes prescrites par les autorités. La répartition des compétences laisse une part de responsabilités significative aux différents échelons de gouvernement territoriaux, afin d’apprécier les modalités les plus opérationnelles du DD (Lafferty, 1999 ; Laganier et al., 2002 ; Baker, 2006). Une stratégie de DD au niveau local implique ainsi des formes de délibération, de négociation et d’élaboration collective de normes sociales (Zuindeau, 2000). Nous appréhendons le territoire en fonction d’une conception privilégiant l’interdépendance des différents niveaux d’action (du local à l’international, en passant par une multitude de territoires ad hoc). Ainsi, le local n’existe qu’à travers les chaînes d’interdépendances qui le relient à d’autres arènes plus ou moins lointaines (Bourdin, 2000). Le territoire est une variable à part entière qui exerce son influence sur les objets considérés, ici les conditions de régulation des problèmes environnementaux et les enjeux de développement durable.

  • 11 Pour une analyse du théorème de la localité et plus largement de l’enjeu d’efficacité dans une prob (...)

24L’apparition de nouvelles contraintes – à la fois normatives (comme pour les préceptes du DD) ou contingentes (comme les pressions environnementales) obligent à une renégociation des représentations du territoire, ainsi que des finalités de la gestion du territoire (Goxe et al., 2007 : 89-107). Le caractère localisé11 de bon nombre de problèmes environnementaux, l’inégale exposition des espaces aux problèmes environnementaux de nature transfrontières, voire globaux (en particulier les conséquences spatialisées du changement climatique), la vulnérabilité plus ou moins marquée des territoires face à ces mêmes problèmes, compte tenu des disparités de ressources disponibles, font du territoire le lieu de convergence des interrogations ; c’est à cette échelle qu’il convient d’analyser les modalités effectives d’appropriation des valeurs et des modes de faire préconisés dans la phase de diffusion. Le territoire est ainsi perçu comme un lieu d’ajustement au regard d’une norme, d’un objectif…

25Cette reformulation de la perception du territoire et de ses modes de gestion témoigne des formes de l’appropriation. Elle permet de saisir l’intensité de cette incorporation, et des conséquences effectives que cela entraîne dans les manières de comprendre les contraintes environnementales ou les inégalités sociales par exemple (Zuindeau, 2007 : 253-268).

26L’appropriation permet de prendre en considération les procédures de négociations de ce que doit être ce travail de délimitation d’un DD opérationnel. Les mécanismes qui concourent à l’adhésion aux pratiques de mobilité durable, témoignent de la multiplicité des facteurs en cause, et révèlent les interactions en jeu (Christine Voiron-Canicio et Pascale Saint-Amand, ce volume). Cependant, cette pratique ne doit pas occulter les réticences locales ; elle représente un moment d’acculturation collective où l’on peut repérer la diffusion de normes tout comme l’existence de lignes de clivages entre les professionnels et les publics ciblés : le transfert technologique, orchestré par les seuls experts, permet de s’interroger sur la capacité effective des populations locales à s’approprier la thématique du DD. Ces transferts sont confrontés à des réalités exogènes et endogènes dont les dynamiques engendrent l’appropriation et la diffusion de ce concept (Peguy T. Ndonkou).

27La manière dont s’organisent les institutions formelles (notamment les collectivités territoriales) et les réseaux sociaux en vue de répondre aux problèmes territorialisés influe aussi sur la façon d’appréhender les objectifs du DD. Selon quelles modalités d’appropriation cette problématique malléable, soumise à d’amples conflits sémantiques, est redéfinie par les systèmes d’aménagement régionaux ? L’identification des dynamiques régionales de DD témoigne de ce travail de conciliation entre une histoire récente de ces territoires et des contraintes institutionnelles liées à la planification contractualisée (François Bertrand, ce volume).

28La dimension territoriale est tout autre si l’on se place au niveau d’un territoire national. L’influence exercée par le droit international dans l’intégration du développement durable au Chili oblige la classe politique chilienne à formuler, rapidement, sa propre conception du DD, compatible avec ses objectifs de croissance économique. Il s’agit certes, du processus de transformation du droit international de l’environnement en droit interne, mais aussi de l’adaptation de ce dernier aux exigences du cadre normatif régissant les échanges commerciaux internationaux (Pilar Moraga Sariego, ce volume).

Appropriations professionnelles et militantes

29La professionnalisation peut être perçue, « sommairement, nous dit P. Lehingue, comme le processus au terme duquel un savoir-faire pratique est érigé en profession, sur la foi de trois indicateurs traditionnellement mobilisés : recherche ou consolidation d’une dimension monopolistique, volonté (plus ou moins dicible) d’autocontrôle de l’activité et effort de légitimation des pratiques exercées » (Lehingue, 1999 : 93-134). La professionnalisation du DD constitue, selon cette approche une production de procédures techniques qui tendent à façonner nos capacités cognitives à concevoir ce qu’est une politique de développement durable. S’interroger sur la professionnalisation dans le DD c’est analyser les signes de concentration d’un savoir et de savoir-faire distincts en matière de pratiques qui permet de construire la durabilité, et donc, sur la base d’un savoir d’expert, de construire une procédure qui impose ce que doit être le concept de durabilité. La professionnalisation est par conséquent toujours une contribution à une réduction des savoir-faire, afin d’élaborer des référentiels des modes opératoires, des méthodologies à utiliser et des critères de l’évaluation. Cette réduction procède à la fois par sélection et simplification : sélection des règles et procédures les plus efficientes et simplification pour permettre leur appropriation par la puissance publique (qui finalement reste le maître d’œuvre et le financeur…), ainsi que par les partenaires d’une opération.

30Ces professionnels, qui effectuent un transfert des savoirs d’un espace social à un autre, et permettent une réappropriation par d’autres acteurs ainsi éduqués et formés, méritent d’être étudiés. Ils participent à la fois à l’émergence d’un savoir original, mais aussi à un travail de conciliation entre les savoirs des secteurs professionnels concernés, tout autant qu’à un travail de légitimation de ces nouvelles pratiques. La professionnalisation permet ainsi de réinsérer les savoir-faire en matière de DD dans des pratiques et des savoirs plus profondément ancrés dans les pratiques professionnelles des acteurs spécialisés. En mettant en avant cette historicité, on peut ainsi saisir une part des mécanismes volontaristes (contraintes légales) et les usages politiques (Pasquier et al., 2007 ; Faure, Négrier, 2007).

31Pourtant, les travaux de sociologie de l’administration et de l’action publique, en particulier ceux du courant d’analyse dit du néo-institutionnalisme historique, sont nombreux à avoir mis en évidence les décalages entre les discours politiques volontaristes de l’innovation institutionnelle et la réalité incrémentale des changements dans la régulation publique et l’organisation de l’appareil administratif. La négociation professionnelle se rencontre dans les dispositifs de recherche. Loin de constituer un acteur spécifique, extérieur à ce jeu de légitimation des formes d’appropriation du DD, les chercheurs participent aussi à la constitution de normes socialement acceptables. Ainsi, la construction scientifique d’une pratique de recherche induit des formes de compréhension et d’usage du DD : une approche trans-disciplinaire, combinant l’interdisciplinarité avec des actions participatives, mène à des recommandations politiques plus logiques et largement plus applicables dans le domaine de l’agriculture en Belgique (Valérie Vandermeulen, Guido Van Huylenbroeck, ce volume).

32Au niveau des formes de l’appropriation, on note un écart entre les usagers prescrits et les usagers effectifs. L’appropriation n’est pas plus réductible à une pratique qui deviendrait la norme, mais peut servir des intérêts contradictoires, et répondre à une finalité sociale ou marchande (Sandrine Rousseau, ce volume). En effectuant ce double travail de conciliation/imposition, les professionnels du DD participent à la reformulation d’un contenu pratique du DD, destiné à pouvoir s’intégrer dans les compétences avérées des acteurs concernés. Ainsi, les acteurs du secteur social doivent apprendre à réagencer leur propre savoir, à composer de nouvelles formes de compétences professionnelles, en tenant compte des contraintes posées par leurs partenaires (Bruno Villalba, ce volume). Dans un même registre, les modes d’appropriation du développement durable par les sauvaginiers du littoral picard permet de comprendre les conditions de possibilité d’une conjugaison entre des positions jugées antagonistes du rapport au temps dans la gestion des ressources naturelles et des temps sociaux qu’entraînent la pratique de la chasse (Yann Raison du Cléziou, ce volume).

Bibliographie

Anders G., (1956) 2002, L’obsolescence de l’Homme. Sur l’âme à l’époque de la deuxième révolution industrielle, Paris, éd. Ivrea.

Agostinelli S., 2003, Les nouveaux outils de communication des savoirs, Paris, L’Harmattan.

Akrich M., Méadel C., 2004, « Problématiser la question des usages », Sciences Sociales et Santé, 22 (1), p. 5-20.

Allemand S., 2007, Les paradoxes du développement durable, Paris, Le cavalier bleu.

Alter N., 2000, L’innovation : croyances et pratiques, Paris, PUF.

Athanasiou, T., 1996, « The Age of Greenwashing », Capitalism, Nature, Socialism, 7 (1), 1-36.

Aubertin C., Vivien F.-D., 2005, Le développement durable : enjeux politiques, économiques et sociaux, la documentation française, études de la documentation française.

Baker, S., 2006, The Politics of Sustainable Development. Theory, Policy and Practice within the European Union, Taylor & Francis.

Block Th., Debruyne P., 2008, « Multi-scalar governance and incremental processes in urban projects: reflections on the implementation of sustainable development – Case Kortrijk », Paper International Symposium ‘Sustainable urban development seen by social sciences », 29-30 May 2008, Temis, Saint-Étienne.

Boltanski L., Chiapello E., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Bourdin A., 2000, La question locale, Paris, Puf.

Callon M., 1986, « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L’Année sociologique, 36, p. 169-208.

De Sadeleer N., 2002, Environmental Principles. From Political Slogans to Legal Rules, Oxford University Press.

Desage F., Godard J., 2005, « Désenchantement idéologique et réenchantement mythique des politiques locales. Retour critique sur le rôle des idées dans l’analyse de l’action publique », Revue française de science politique, vol. 50, n ° 4, p. 633-662.

Devaux S., 2006, « Usages des savoirs constitués avant 1989. Le rôle des scientifiques dans les 1er ministères de l’environnement en Tchécoslovaquie (1989-1992) », in Kott S., Mespoulet M. (dir.), La transition socialiste dans l’histoire, Bruxelles, Presse universitaire libre de Bruxelles.

Dumoulin D., 2003, Les politiques de conservation de la nature confrontées aux politiques du renouveau indien. Une étude transnationale depuis le Mexique, Thèse pour le doctorat de science politique, IEP de Paris, 2003.

Edgerton D., 1998, « De l’innovation aux usages. Dix thèses éclectiques sur l’histoire des techniques », Les Annales, vol. 53, n ° 4-5, pp. 815-837.

Faure A., Négrier E. (dir.), 2007, Critiques de la territorialisation. Les politiques publiques à l’épreuve de l’action locale, Paris, L’Harmattan Flichy P., 2002, « La place de l’imaginaire dans l’action technique : le cas d’Internet », Réseaux n° 109 Foucault M., 2004, Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France. 1977-1978, édité par M. Senellart, Paris, Gallimard, Seuil, coll. « Hautes études ».

Gervais M.-C., Dumas B., 1994, « L’appropriation par les acteurs sociaux de connaissances environnementales », in Prades J. A., Tessier R., Vaillancourt J.-G., Instituer le développement durable. Éthique de l’écodécision et sociologie de l’environnement, Québec, Fides, p. 31-63.

Gibbs, D. & Krueger, R. (Éds.), 2006, Sustainable Development, New York: Guilford Press.

Godard O., 2003, « Développement durable et principes de légitimité », Social Science Information, vol. 42, n° 3, 2003, pp. 375-402.

Goxe A., Villalba B., et B. Zuindeau), 2008, « Séquelles environnementales et persistance du territoire », in Scarwell H., Laganier R., Kergomard Cl. (dir.), Environnement et gouvernance des territoires. Enjeux, expériences et perspectives en région Nord-Pas-de-Calais, Lille, Presses universitaire du Septentrion, p. 89-107.

Guay L., Doucet L., Bouthillier L., G. Debailleul (dir.), 2004, Les enjeux et les défis du développement durable. Connaître, décider, agir, Québec, Les presses de l’Université Laval.

Hall Peter, Taylor Rosemarie, 1997, « La science politique et les trois néo-institutionnalismes », Revues Française de Science Politique, 3 (47), p. 469-496.

Jobert B., 1995, « Rhétorique politique, controverses scientifiques et construction de normes institutionnelles : esquisse d’un parcours de recherche », dans Faure A., Pollet G., Warin Ph., La construction du sens dans les politiques publiques. Débats autour de la notion de référentiel, Paris, L’Harmattan, p. 13-24.

Jollivet M. (dir.), 1992, Sciences de la nature, sciences de la société, Les passeurs de frontières, Paris, Éditions du CNRS.

Jollivet M. (dir.), 2001, Le Développement durable, de l’utopie au concept : de nouveaux chantiers pour la recherche, Paris, Elsevier, coll. « NSS ».

Jonas, A., (1994), « The Scale Politics of Spatiality », in: Environment and Planning D: Society and Space, 12, 3, pp. 257-264.

Laborier P., Lascoumes P., 2005, « L’action publique comprise comme gouvernementalisation de l’État », in Meyet S., Naves M.-C. et Ribemont T. (dir.), Travailler avec Foucault. Retours sur le politique, Paris, L’Harmattan, coll. « cahiers politiques », pp. 37-62.

Lafferty, W. M. (ed), 2001, Sustainable Communities in Europe: The Implementation of Local Agenda 21 in 12 European Countries. London : Earthscan Ltd.

Laganier R., Villalba B., Zuindeau B., 2002, « Le développement durable face au territoire : éléments pour une recherche pluridisciplinaire », revue Développement durable et territoires (htp://developpementdurable.revues.org/document774.html).

Lagroye J., 2003, « Les processus de politisation » in Lagroye J. (dir.), La Politisation, Paris, Belin, p. 359-385.

Lahire B., 1998, L’homme pluriel, Paris, Nathan.

Latour B., 1994, « Une sociologie sans objet ? Remarques sur l’interobjectivité », Sociologie du travail, 1994, vol. 36, no4, pp. 587-907.

Lascoumes P., 2003, « Gouverner par les instruments. Ou comment s’instrumente l’action publique ? » in Lagroye J., (dir.), La politisation, Paris, Belin, p. 387-401.

Lehingue P., 1999, « Vocation, art, métier ou profession ? Codification et étiquetage des activités politiques », in Offerlé M. (dir), La profession politique. XIXe-XXe siècles, Belin, 1999, pp. 93-134.

Micoud A., 2005, « Développement Durable et société : qu’est-ce que le « développement durable » fait aux sciences sociales », in Matagne P., Les enjeux du développement durable, Paris, Édition l’Harmattan, pp. 45-59.

Millerand F., 1998, « Usages des NTIC : les approches de la diffusion, de l’innovation et de l’appropriation », in Revue électronique Commposite, v. 98.1, http://commposite.org/v1/98.1/articles/ntic_1.htm

Millerand F., 2002, « La dimension cognitive de l’appropriation des artefacts communicationnels », in F. Jauréguiberry & S. Proulx (Éds), Internet : nouvel espace citoyen, Paris, L’Harmattan, pp. 181-203.

Moscovici Serge, 1976 (1961), La psychanalyse, son image et son public, Paris, Puf.

Ollitrault S., 2001, « Les écologistes Français : des experts en action », Revue française de science politique, vol. 51, n° 1-2, février-avril 2001, p. 105-130.

Pasquier R., Simoulin V., Weisbein J. (dir.), 2007, La gouvernance territoriale. Pratiques, discours et théories, LGDJ, coll. « Droit et Société », Série Politique.

Perriault J., 2002, Éducation et nouvelles technologies. Théories et pratiques. Paris, Nathan université, coll. 128.

Pradès A., Tessier R., Vaillancourt J.-G., (dir.), 1994, Instituer le développement durable. Éthique de l’écodécision et sociologie de l’environnement, Montréal, Fides.

Proulx S., 1994, « Les différentes problématiques de l’usage et de l’usager », in Vitalis A. (dir.), Médias et nouvelles technologies : pour une socio-politique des usages, Éditions Apogée, Rennes, p. 149-159.

Robertson R., 1992, Globalisation. Social Theory and Global Culture, London, Sage.

Roqueplo P., 1974, Le partage des savoirs, Paris, Le Seuil

Surel Y., 1995, « Les politiques publiques comme paradigmes », dans Faure A., Pollet G., Warin P., La construction du sens dans les politiques publiques. Débats autour de la notion de référentiel, Paris, L’Harmattan, pp. 125-152.

Swyngedouw E., 2006, « Impossible ‘Sustainability’ and the Post-Political Condition », In Gibbs, D. & Krueger, R. (Éds.), Sustainable Development, New York: Guilford Press.

O’Connor M. (éd.), 1994, Is capitalism sustainable? Political economy and politics of ecology, The Guilford Press, New York, London.

Vivien F.-D. (dir.), 2002, Biodiversité et appropriation. Droits de propriété en questions, Paris, Elsevier.

Zaccaï E., 2002, Le développement durable : dynamique et constitution d’un projet, Bruxelles, Presses Inter-universitaires Européennes-Peter Lang.

Zuindeau B. (dir.)., 2000, Développement durable et territoire, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires de Septentrion.

Zuindeau B., 2005, « Externalités environnementales et territoire : une approche en termes de ‘proximité’ », in C. Lacour, E. Perrin, N Rousier (éd.), Les nouvelles frontières de l’économie urbaine, La Tour d’Aigues, éditions de l’Aube, série bibliothèque des territoires.

Zuindeau B., 2006, « Spatial approach to sustainable development: challenges of equity and efficacy », Regional Studies, 40, pp. 459-470.

Zuindeau B., 2007, « Territorial equity and sustainable development », Environmental Values, 16 (2), pp. 253-268.

Notes

1 Ce travail résulte d’une recherche financée par le Ministère de la recherche (Action Concertée Incitative « Sociétés et cultures dans le développement durable », 2003-2006), qui a permis la création d’un séminaire interdisciplinaire consacré à ce sujet (2004-2005, organisé en partenariat avec le réseau Développement durable et Territoires fragiles,
http://developpementdurable.revues.org/document1520.html) et a donné lieu à un colloque international (Lille, 8-10 novembre 2007) sur le thème « Instituer le développement durable » (Goxe Antoine, 2009, « Instituer le développement durable : appropriation, professionnalisation, standardisation », Compte rendu de colloque (Lille, 8-10 novembre 2007) in Natures Sciences Sociétés 17, 76-78 (2009). Le livre présente les principales contributions présentées à ce séminaire et à ce colloque relevant de la problématique de l’appropriation.

2 M. Foucault présente, dans sa leçon fondatrice du 1er février 1978, trois axes d’un programme de recherche en termes de « gouvernementalité » ; les deux premiers nourrissent notre approche : « Par gouvernementalité, j’entends l’ensemble constitué par les institutions, les procédures, analyses et réflexions, les calculs et les tactiques qui permettent d’exercer cette forme bien spécifique, bien plus complexe, de pouvoir, qui a pour cible principale la population, pour forme majeure de savoir, l’économie politique, pour instruments techniques essentiels les dispositifs de sécurité. Deuxièmement, par gouvernementalité, j’entends la tendance, la ligne de force qui, dans tout l’Occident, n’a pas cessé de conduire, et depuis fort longtemps, vers la prééminence de ce type de pouvoir qu’on peut appeler le « gouvernement » sur tous les autres : souveraineté, discipline ; ce qui a amené, d’une part, le développement de toute une série d’appareils spécifiques de gouvernement et, d’autre part, le développement de toute une série de savoirs » (2004 : 111-112). Comme le soulignent P. Laborier et P. Lascoumes : « Parler de gouvernementalité, c’est souligner un changement radical dans les formes d’exercice du pouvoir par une autorité centralisée, qui résulte d’un processus de rationalisation et de technicisation. Cette nouvelle rationalité politique s’appuie sur deux éléments fondamentaux : une série d’appareils spécifiques de gouvernement et un ensemble de savoirs, plus précisément de systèmes de connaissance » (2005 : 43).

3 Les approches théoriques en termes de champ (Bourdieu P., 1980) évoquent la complexité de ces relations entres différents acteurs qui organisent différents champs.

4 La référence à une approche cognitiviste ne doit pas cependant laisser supposer qu’il s’agit pour nous de considérer que les politiques publiques ou que les décisions des acteurs privés sont déterminées par des croyances communes aux acteurs publics et privés concernés, qui définissent la manière dont ces mêmes acteurs envisagent les problèmes publics et conçoivent les réponses adaptées à cette perception des problèmes (Desage, Godard, 2005 : 633-661).

5 L’appropriation n’est pas perçue comme le dispositif de construction et d’extension du droit de propriété (Vivien, 2002).

6 Certes, il est possible de réduire l’utilisation du DD à un simple un outil communicationnel par exemple, destiné à promouvoir simplement une opération de marketing à très court termes. Mais il est alors possible de s’interroger sur les évolutions effectives pour les opérateurs concernés… (Athanasiou, 1996 : 1-36).

7 S. Allemand (2007 : 8) cite une étude réalisée en 2006 pour l’ADEME selon laquelle 77 % des Français disent savoir ce qu’est le développement durable contre 54 % en 2004, mais sans proposer de définition… Il cite un autre sondage de 2004, selon lequel 64 % des Français interrogés déclaraient bien connaître l’expression développement durable, mais moins d’un sur dix (8 %) savaient qu’il comportait trois piliers (Allemand, 2007 : 102-103).

8 La notion de référentiel est désormais largement interrogée comme outil explicatif de l’action publique (Surel, 1995 : 125-152 ; Desage, Godard, 2005 : 633-661). L’évolution de certains des concepts des approches cognitives des politiques publiques chez certains de leurs fondateurs rend cet exercice encore plus délicat (Jobert B., 1995 13-24).

9 L’approche multiniveaux offre une intéressante perspective, voir Jonas 1994 : 257-264 ; Block., Debruyne, 2008.

10 Ce travail a constamment nécessité une collaboration dévouée sans laquelle il n’aurait pas vu le jour. Nous remercions particulièrement Younés Haddadi, secrétaire et gestionnaire du CERAPS, qui, par sa compétence, a facilité le travail collectif de la recherche. Nous remercions les diférents enseignantschercheurs, chercheurs et doctorants qui ont collaboré à l’élaboration du cadre théorique de ce travail : Hélène Combe (Politiste), Hélène Duriez (politiste), Arianne Epee (politiste), Pilar Moraga Sariego (juriste), Magali Nonjon (politiste), Sylvie Ollitrault (politiste), Sophie Ranchy (juriste), et Sandrine Rousseau (Economiste) et enin, l’amicale complicité d’Antoine Goxe (politiste), à qui ce travail doit beaucoup.

11 Pour une analyse du théorème de la localité et plus largement de l’enjeu d’efficacité dans une problématique de développement durable, on pourra se reporter à Zuindeau (2006 : 459-470).

Auteur

Maître de conférences en sciences politiques à l’Institut d’Études Politiques de Lille, et membre du Centres d’Études et de Recherches Administratives, Politiques et Sociales (Cnrs UMR 8026). Il est directeur du comité de rédaction de la revue Développement durable et territoires (developpementdurable.revues.org). Il travaille sur l’écologie politique et la sociologie de l’environnement. Il a notamment publié (avec Tatiana Muxart, Franck-Dominique Vivien, et Joëlle Burnouf (dir.) 2003), Des milieux et des hommes : fragments d’histoires croisées, Paris, Elsevier, Coll. Environnement ; (avec David Hiez (dir.), 2008), La désobéissance civile. Approches politiques et juridiques. Presses universitaires du Septentrion.

© Presses universitaires du Septentrion, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540