Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sartre. Une écriture critique

 | 
Jacques Deguy

4. Critique et autocritique : Sartre scripteur de soi

Cahiers, carnets, journaux : une écriture à risques

Note de l’auteur

« Cahiers, Carnets, Journaux : une écriture à risques », extrait de l’article « Les Carnets de la drôle de guerre de Jean-Paul Sartre : effets d’écriture, effets de lecture » (en collaboration avec Michel Contat), Littérature, n° 80, décembre 1990, p. 17-41.

Texte intégral

1Nulla dies sine linea. En 1963, le narrateur des Mots reprend à son compte ce précepte dans l’épilogue du livre.

2Précepte ambigu, qui désigne aussi bien la pratique d’écriture du diariste amateur que celle de l’écrivain nobélisable. Quelles sont ces lignes qu’on s’oblige à tracer au fil de chaque jour ? Le brouillon des œuvres à venir ? La confession capricieuse des événements quotidiens ? Ou un mélange des deux, qui signale le journal d’écrivain ?

3Les Cahiers pour une morale de 1947-1948 répondent au premier projet : avant-texte d’un factum qui n’aboutira pas à un livre, ces séquences suivent le fil d’une réflexion philosophique dont l’auteur n’a même pas indiqué le repérage temporel. Les textes majeurs de Sartre qui jouent le jeu du découpage au jour le jour, critère formel du journal intime, sont La Nausée et Les Carnets de la Drôle de guerre. Un journal fictif et un « vrai » journal, le second ayant succédé au premier. Cet ordre, paradoxal, renseigne d’emblée le lecteur sur le refus de Sartre de croire naïvement à quelque transparence de l’écriture intime. Si l’écriture éphéméride du vécu est seconde par rapport au pseudo journal romanesque, c’est que l’auteur n’a pas abordé le genre sans réticence. Il aura le même réflexe pour le récit d’enfance, en faisant précéder de plus de vingt ans par les enfances fictives de Lucien Fleurier le récit des aventures réelles de Poulou.

  • 1 J.P. Sartre, La Nausée, in Œuvres romanesques, Pléiade, p. 5 et 7.

4Le Journal de Roquentin dans La Nausée, recueilli sur ses « cahiers » par ses éditeurs, est lui-même donné à lire avec réticence. « Tenir un journal pour y voir clair », se dit le scripteur dans le « feuillet sans date » ; mais il se corrige « le lendemain » : « c’était une petite crise de folie ». « Je suis guéri, je renonce à écrire mes impressions au jour le jour, comme les petites filles, dans un beau cahier neuf. Dans un cas seulement il pourrait être intéressant de tenir un journal : ce serait si »1. Et le texte se suspend sur cette conditionnelle inachevée. Le Journal qui démarre à la page suivante voilera scrupuleusement le projet d’écriture, n’excluant pas l’hypothèse du journal d’un fou, c’est-à-dire évoquant la folie qu’il y a à tenir un journal.

  • 2 J.P. Sartre : Les Carnets de la Drôle de guerre, Galliamard, 1983, p. 175.

5La forme journal, pour Roquentin, n’est qu’un pis-aller imposé par les circonstances (la « nausée »), un état transitoire entre l’écriture érudite (la biographie aux allures de thèse sur Rollebon) et le vague projet de roman qui se précise dans les dernières pages. Une forme instable, comme entre parenthèses, correspondant à une période de métamorphose du scripteur. Le soldat de la Drôle de guerre aura un rapport analogue au genre. Il évoquera pour sa propre métamorphose l’image du « serpent qui mue »2.

  • 3 Ibid., p. 403.
  • 4 Nausée, Pléiade, p. 5.
  • 5 Carnets, p. 62.
  • 6 Nausée, Pléiade, p. 153.
  • 7 Carnets, p. 92.

6« J’ai essayé de penser comme mon Roquentin »3, dit le soldat. Nombreux sont les échos d’une situation à l’autre, situation existentielle et situation d’écriture. Roquentin s’astreint à « ne pas laisser échapper les nuances, les petits faits, même s’ils n’ont l’air de rien »4. Le soldat se morigène : « II faut que je note toutes ces variations avec scrupule »5. Après l’expérience du jardin public, le premier se plaint du hiatus qui sépare l’écriture du vécu : « je me débats contre les mots ; là-bas je touchais la chose »6. Idem pour le second : « II y a presque toujours décalage entre le moment où j’ai senti et le moment où j’écris »7. Dans cette prophétique Nausée, l’Autodidacte, dont le carnet noir rappelle l’abécédaire des suppositoires Midy, évoque le sentiment de fraternité humaine qu’il connut dans un camp de prisonniers de la Grande Guerre, expérience que Sartre découvrira en 1940 au Stalag de Trêves. De même, Roquentin précède en écriture le romancier qui l’a créé. On trouve ici l’équivalent sartrien de l’étrange expérience de « la nuit du Tournesol » évoquée par André Breton, où la réalité semble modelée par une écriture fictionnelle antérieure.

  • 8 Geneviève Idt : « L’autoparodie dans les Mots de Sartre », in n° 6 des Cahiers du XXe siècle, Klinc (...)

7Mais, à la différence de Breton, Sartre joue de ces échos pour signaler une distance : distance par rapport à soi et distance par rapport au genre choisi. En 1939-1940, il joue à être Roquentin, à écrire comme lui. Le statut textuel des Carnets relève de ce point de vue de l’autoparodie, dont Geneviève Idt a montré, à propos des Mots, combien elle rendait compte des paradoxes de l’écriture intime8. Nous avons un vrai-faux Journal, miroir de celui de La Nausée, seule façon pour Sartre d’accepter une forme qu’il réprouve. Ce statut second et autoparodique étant un signe patent de cette réprobation.

  • 9 Rainer-Maria Rilke : Die Aufzeichnungen des Malte Laurids Brigge, 1910. À la différence de la Nausé (...)
  • 10 Voir J.P. Sartre : « L’homme ligoté : notes sur le Journal de Jules Renard », in Situations 1.

8La fiction du Journal de Roquentin était déjà lourde d’intertextualités. Du Joseph Delorme de Sainte-Beuve aux Cahiers de Malte Laurids Brigge de Rilke9 nombreux sont les écrits intimes fictifs et éclatés qui annoncent La Nausée dans sa forme et certains de ses thèmes. Pour les Carnets, les miroirs explicites se multiplient jusqu’à saturation. On verra plus loin le catalogue des carnets, cahiers et journaux intimes commandés par le soldat à Simone de Beauvoir : Sartre se pose en recenseur critique du genre. Le seul texte réutilisé à coup sûr de ces Carnets perdus sera, comme par hasard, une critique sans complaisance d’un écrivain qui s’est « ligoté » dans le journal intime : Jules Renard10. Les Carnets n’ont survécu, en dehors des notes qui annoncent, de loin, les théories de L’Être et le Néant, que comme avant-texte d’une démolition du genre carnet. Étrange résurrection. Sartre ne s’essaye à l’écriture au jour le jour qu’en exhibant les signes d’une radicale et permanente distance à son égard.

  • 11 Carnets, p. 175-
  • 12 Maurice Blanchot : « Le journal intime et le récit », in le Livre à venir, Gallimard, 1959 (repris (...)
  • 13 Roland Barthes : « Délibération », article de Tel quel 1979, repris in R.B. Le Bruissement la langu (...)
  • 14 Une partie de ce Journal vient d’être publiée : Simone de Beauvoir : Journal de guerre (septembre 1 (...)
  • 15 Simone de Beauvoir : Quand prime le spirituel, Gallimard, 1979 – Le « Journal de se trouve dans la (...)
  • 16 J.P. Sartre : Lettres au Castor, tome 2, p. 58 (lettre du 25 janvier 1940). Il s’agit du début de l (...)

9« J’avais horreur des carnets intimes »11. On pense aux réserves ultérieures de Maurice Blanchot12, et, dans cette insistance à montrer les écrits des autres dans sa propre écriture, à celles de Roland Barthes13. Ce mépris du genre était déjà commun aux « petits camarades » de Sartre. Quant à Simone de Beauvoir, qui tenait pour elle-même un journal à but d’aide-mémoire14, elle se moque, en 1935-1937, des masques de la mauvaise foi que prend l’écriture diariste avec le « journal de Chantal » dans Primauté du spirituel15. Les acolytes du soldat prennent eux aussi un malin plaisir à lui mettre sous le nez des pages de Jules Romains particulièrement critiques : il copiera le passage dans ses Carnets, parce qu’il le trouve « fort juste »16. Une véritable conspiration est ourdie, qui aboutit à la mise sous haute surveillance du genre.

  • 17 Carnets, p. 331.

10Les Carnets ne seront donc pas le lieu de l’effusion intime. Sartre invoque sa « pudeur », et son désir d’écrire « public ». « Une erreur fraîche et sombre serait peut-être préférable à leur aveuglante vérité », déclare-t-il avec un brin de regret17. Mais pour parler de soi, il refuse l’abandon propre au relevé d’humeurs. Il en usera de même pour le récit autobiographique dans Les Mots.

L’écriture intime comme régression

  • 18 Voir p. 18 de cet article dans sa version intégrale (Littérature, n° 80, décembre 1990).

11L’« horreur » des journaux intimes renvoie chez Sartre à l’horreur de l’écriture comme intimité. Il faut revenir ici, pour comprendre cette phobie, à la distinction entre écriture du premier jet et écriture travaillée dont nous avons parlé18. Écrits au jour le jour, peu ou pas relus, les Carnets illustrent en 1939-1940 une pratique scripturale sur laquelle Sartre s’est expliqué à plusieurs reprises.

Une régression scolaire :

  • 19 C’est le nomque les « éditeurs » donnent au manuscrit dans leur « avertissement » liminaire (Nausée(...)

12Roquentin, on l’a dit, écrivait son Journal sur des cahiers19. Support plus enfantin que les carnets du soldat de la Drôle de guerre, à la reliure plus ferme, plus adulte. Ce terme de cahier, support de l’éphéméride, véhicule un signifié scolaire et dénonce une régression liée à ce signifié.

  • 20 Ibid., pp. 15-16.
  • 21 J.P. Sartre : Les Mots, Gallimard, Folio, p. 67.
  • 22 Josette Pacaly : Sartre au miroir, Klincksieck, 1980. Sur les papiers maculés de la Nausée, voir pp (...)

13Le cahier est le lieu des exercices d’école. Celui par exemple où l’on s’efforce de retranscrire sans trop d’erreurs le texte d’un autre. C’est la dictée, présente dans La Nausée avec la série des papiers maculés dont Roquentin raffole : « une page réglée, arrachée sans doute à un cahier d’école » […] « Dictée : le hibou blanc »20. Dans les Mots Poulou apparaît pour la première fois en posture de scripteur, un scripteur maladroit, dans un exercice de dictée : « le lapen çovache ême le ten » : « un méchant papier couvert de gribouillis, de taches » que le Grand-Père jette sur la table21. En s’appuyant sur de tels passages, Josette Pacaly a démontré combien les fantasmes d’analité structuraient l’imaginaire sartrien22. Le cahier, ici, à la lettre, c’est de la merde. Il véhicule l’écriture infantile d’un texte dont on n’est pas l’auteur, résultat d’un exercice imposé, sur des feuilles que l’on peut arracher et salir.

14Dans la seconde partie des Mots, « Écrire », Sartre précise qu’il s’essaya à ses premières tentatives romanesques sur ce même support : ce sont ses « cahiers de romans ». Charles Schweitzer lui vantant les charmes de la vie d’enseignant, ces cahiers régressent d’eux-mêmes vers les cahiers strictement scolaires dans une superposition étrange :

  • 23 Mots, Folio, p. 141. On remarquera que ces cahiers de toile noire ont un aspect analogue aux carnet (...)

On m’acheta un « cahier de devoirs », recouvert d’une toile noire avec des tranches rouges : aucun signe extérieur ne le distinguait de mon « cahier de romans » : à peine l’eus-je regardé, mes devoirs scolaires et mes obligations personnelles fusionnèrent, j’identifiai l’auteur à l’élève, l’élève au futur professeur23.

15Nouvel Anchise sur le dos du malheureux Énée, le cahier scolaire écrase et fait tomber le cahier de la libre écriture :

  • 24 Ibid., p. 175.

Jetés à la poubelle, égarés ou brûlés, les cahiers de roman avaient fait place à ceux d’analyse logique, de dictée ou de calcul24.

  • 25 Carnets, p. 62.
  • 26 Nausée, Pléiade, p. 5.
  • 27 Mots, Folio, p. 136.

16Dans cette superposition d’objets, on retrouve la figure spatialisée du « Sur-moi » à la fois évoquée et niée à propos du père de Poulou. D’où sans doute le lexique du devoir, avec ses connotations scolaires, qui revient lorsque Roquentin ou le soldat remplissent quotidiennement leur cahier/carnet : « II faut que je note avec scrupule… »25. « II faut dire comment je vois cette table… »26. On se rappellera que Charles propose à son petit-fils comme modèle d’exercice littéraire la description de l’arbre imposée par Flaubert a Maupassant quand ce dernier « était petit »27. Avec le marronnier de Bouville, on peut dire que la leçon a été comprise et l’exercice réussi. Les Carnets de la Drôle de guerre relèvent de ce point de vue du devoir de vacances, où l’écrivain continue à s’exercer pour ne pas perdre la main.

17Dévalorisé par l’exercice scolaire qui se superpose à l’imaginaire, le cahier « gribouillé » est voué à un mouvement de chute. On vient de le lire, les cahiers de Poulou sont « jetés à la poubelle, égarés ou brûlés ». Ce qui fut le destin des écrits de la Drôle de guerre.

  • 28 Ibid., p. 153.

18Les cahiers tombent, se perdent. Ils sont aussi voués à l’oubli : « je jetais sur le parquet les cahiers remplis, je finissais par les oublier, ils disparaissaient »28. Lorsque Poulou commence à Arcachon en octobre 1914 le roman du brave soldat Perrin qui, à lui seul, fait prisonnier le Kaiser, les choses tournent mal pour le manuscrit. Les événements historiques ne se pliant pas à la fiction inventée par le jeune auteur, il le sacrifie dans un étrange rite :

  • 29 Ibid., p. 180. On songe aux Carnets de 39-40 que leur auteur imagine ensevelis par Bost « quelque p (...)

Pour la première fois de ma vie je me relus, le rouge au front. Finalement j’emportai mon cahier sur la plage et je l’ensevelis dans le sable. Je n’écrivis plus29.

19Ce sable est à l’image des cendres recouvrant Pompéi où Freud, relisant Gradiva, voyait la figuration concrète de sa théorie du refoulement.

  • 30 Ibid., p. 156.

20Rêvant ailleurs dans Les Mots au futur professeur qu’il aurait pu être à Aurillac, Sartre réitère ses images de chute : « les cahiers tombaient sur le parquet l’un après l’autre »30. Dans l’univers imaginaire dont l’espace est ici esquissé, on pourra voir aussi une figure de l’hypallage : il y a chute des cahiers parce qu’il y a surtout chute de l’écrivain dans le cahier.

21La fascination pour le cahier, signe d’une double régression infantile et scolaire, est présente dans les Carnets de 1939-1940. Le carnet 5 livre ainsi un magnifique souvenir-écran : Sartre va faire un « pèlerinage » à Pfaffenhoffen, berceau de sa famille maternelle. Lui reviennent alors en mémoire des images de l’été 1913 :

  • 31 Carnets, pp. 193-194.

C’est à Pfaffenhoffen que se situe mon premier souvenir ‘littéraire’. J’écrivais un roman d’aventures, ‘Pour un papillon’, assis devant un secrétaire et tournant le dos à la fenêtre. Le papier dont je me servais était réglé : c’étaient plutôt des rayures que des traits : tous les deux centimètres, deux lignes parallèles étaient tracées, distantes d’un quart de centimètre et destinées à enserrer par le haut et par le bas mon écriture d’écolier, ça me faisait une désagréable impression d’avarice. J’achetais ces minces cahiers allemands chez Rosenfeld, un papetier misérable dont la boutique, juste en face de l’énorme magasin des Biedermann, me fournissait aussi de plumes et de bonbons. Il s’était fait en moi une étrange liaison de ces bonbons avec ces plumes et ces cahiers et je les mangeais avec l’impression de mâcher du papier31. »

Une régression sexuelle

22La chute du/dans le cahier entraîne l’angoisse. La forme d’écriture qu’il induit fait en effet courir le risque au scripteur d’une perte de son identité virile.

  • 32 La formule est de Léon Brunschvicg (Cité par D. Madelénat, article « Journal intime » du Dictionnai (...)
  • 33 Béatrice Didier : le Journal intime, PUF, coll. « Littératures modernes », 1976, p. 106. B. Didier (...)

23Une critique adressée couramment au journal intime est d’allier à un « infantilisme morbide »32 une tendance coupable à la passivité. « L’écriture du diariste est fondamentalement passive », déclare Béatrice Didier33.

  • 34 Voir J. Pacaly, op. cit.

24C’est heurter là de front une hantise majeure de l’imaginaire sartrien, qui assimile (abusivement) passivité et féminité, passivité et « pédérastie »34. Pour Sartre, s’abandonner à l’écriture du cahier, c’est revivre le vertige d’identité sexuelle qui marque l’enfance de Poulou et qui ouvre celle de Lucien Fleurier dans les premières pages de « l’Enfance d’un chef ».

  • 35 Nausée, Pléiade, p. 7.
  • 36 Ibid., p. 15.

25Roquentin est ici plus clair que le Sartre des Carnets : il « renonce à écrire [ses] impressions au jour le jour, comme les petites filles, dans un beau cahier neuf »35 : « je ne suis ni vierge ni prêtre pour jouer à la vie intérieure »36. On évoquera ici le double fascinant et ridicule que constitue l’Autodidacte qui use sans distance de son carnet noir où il note citations et pensées. Son homosexualité dévoilée lui vaudra le châtiment que l’on sait à la bibliothèque.

  • 37 Mots, Folio, p. 156 sq.

26Le statut sexuel du Journal est du côté de la féminité passive, ce qui dans L’Être et le Néant amène la notion de facticité, proche de l’obscène. Revenons au syndrome d’Aurillac qui, dans Les Mots, est le lieu du rêve de la carrière obscure de l’écrivain professeur. Les cahiers d’écriture libre y glissent sur le parquet pour aller s’enfermer dans une malle37. Dans un passage des Mandarins (1954), Simone de Beauvoir fait déjà d’Aurillac la ville de l’écriture intime, inutile et obscène. Nadine, fille du héros Dubreuilh, remarque un manuscrit sur le bureau de son père :

  • 38 Simone de Beauvoir : les Mandarins, Gallimard, 1954, p. 169.

Elle nous montrait du doigt une valise aux coins usés ; sur le cuir fané était collée une étiquette : Ma vie par Joséphine Mièvre. ‘Tu parles d’un manuscrit ! dit-elle entre deux hoquets. C’est son vrai nom. Et tu ne sais pas ce qu’elle m’a dit ?’Dans ses yeux humides de plaisir, il y avait une lueur de triomphe : rire, c’était sa revanche. ‘Elle m’a dit : « moi, Mademoiselle, je suis un document vivant ». Soixante ans. Elle habite Aurillac. Elle raconte tout depuis le début.’ D’un coup de pied, elle souleva le couvercle. Des liasses et des liasses de papier rose, couverte d’encre verte, sans une rature38.

27Ce manuscrit « sans une rature », support d’un écrit intime, est l’objet dans ce texte d’un traitement dont le sadisme semble tout à fait sartrien : foulé aux pieds, enfermé dans une malle-valise, moqué par un rire insolent. Ce curieux passage éclaire le fantasme d’Aurillac inscrit au cœur des Mots, livre dont l’auteur, plus encore que Simone de Beauvoir lorsqu’elle entreprit ses Mémoires, a dû redouter, en écrivant sur soi, le spectre de Joséphine Mièvre.

  • 39 Mots, Folio, p. 153.
  • 40 Ibid., p. 122.

28Féminité, passivité : l’écriture au jour le jour à dominance intime est décrite par Sartre comme substitut d’une activité masturbatoire. « Ma plume allait si vite que, souvent, j’avais mal au poignet »39, déclare-t-il à plusieurs reprises à propos de Poulou. Le garçonnet écrit ainsi en « écriture automatique »40, forme de dictée de l’inconscient que le Sartre de Qu’est-ce que la littérature ? reprochera avec véhémence aux surréalistes. Rejet d’une écriture de l’abandon pour des raisons plus morales que poétiques ou philosophiques.

  • 41 Serge Doubrovsky : « Phallotexte et gynotexte dans La Nausée : « Feuillet sans date « », M. Issacha (...)
  • 42 J.P. Sartre : Œuvres romanesques, Pléiade, p. 1759.
  • 43 Nausée, Pléiade, pp. 116-119.

29Comme est condamnée toute écriture du premier jet. Dans le Journal de Roquentin est exhibé en fait, comme l’a brillamment montré Serge Doubrovsky, « le sexe de l’écriture »41. Cette écriture est nauséeuse : « La seule vue de mon écriture me donne envie de vomir », avoue le personnage dans une variante du texte42. Quant à la dynamique de cette écriture, lorsque la phrase s’arrête en suspens après quelques lignes, cette « panne » déclenche une angoisse insurmontable. « Jamais plus je n’écrirai sur la feuille commencée », dit Roquentin avant de se mutiler en s’ouvrant la paume de la main avec la lame d’un canif43. À l’encre des signes interrompus se mêle le sang rouge, couleur de l’encre du carnet de l’Autodidacte, qui, à la fin du livre, aura à son tour le visage ensanglanté par les coups du bibliothécaire. Cohérence des images répulsives et obsessionnelles où Doubrovsky lit une angoisse de castration. Écrire comme Roquentin, c’est risquer sa virilité.

30Dans un entretien avec Michel Sicard en 1977-1978, Sartre est revenu explicitement sur cette dimension sexuelle de l’écriture, en commentant les remarques de la Correspondance de Flaubert. Il relève avec un intérêt qui n’étonnera pas l’opposition établie par l’auteur de Madame Bovary entre la passivité onaniste de l’écriture et l’émergence virile qu’accompagne le passage aux caractères imprimés :

  • 44 « Sartre », Obliques, n° 18-19, 1979, p. 11.

L’écrit, en passant par l’impression, a quelque chose qui correspond à une érection : c’est le passage de ce qui est encore mou, encore beaucoup trop sien, comme un organe sexuel qui n’érige pas, à quelque chose qui, au contraire, par l’intervention de la lettre imprimée, prend un caractère de dureté, d’épaisseur, qui est encore soi, tout en étant déjà quelque chose de dur prêt à pénétrer dans le monde44.

  • 45 Ibid., p. 18.

31Est-il lui-même si différent de Flaubert ? « Une phrase qui me plaît, que je garde, est une phrase que je ressens imprimée à travers les caractères manuels qui sont sous mes yeux », déclare-t-il plus loin45, tout en reconnaissant « ne pas aimer » ses manuscrits. Façon de reconnaître que le premier jet reste du côté de l’informe, que l’acte créateur, donc masculin, est le polissage, feuille après feuille, de cette matière molle inapte, sans ce travail d’ajustement, à « pénétrer le monde ».

 

32En rapportant cette « Erlebnis » de l’écriture au genre des cahiers et des carnets intimes, on voit combien le refus d’accepter ce genre d’expression s’ancre au plus profond de l’imaginaire sartrien. La Nausée est un faux journal intime parce que le journal intime est un genre faux. Les Carnets de la Drôle de guerre parodient ce genre faux pour en bâtir la critique au fil du texte. « Tourniquet » typiquement sartrien d’une écriture de la déconstruction que l’on retrouve au cœur des Mots, autre partie achevée de l’œuvre autobiographique.

Notes

1 J.P. Sartre, La Nausée, in Œuvres romanesques, Pléiade, p. 5 et 7.

2 J.P. Sartre : Les Carnets de la Drôle de guerre, Galliamard, 1983, p. 175.

3 Ibid., p. 403.

4 Nausée, Pléiade, p. 5.

5 Carnets, p. 62.

6 Nausée, Pléiade, p. 153.

7 Carnets, p. 92.

8 Geneviève Idt : « L’autoparodie dans les Mots de Sartre », in n° 6 des Cahiers du XXe siècle, Klincksieck, 1976.

9 Rainer-Maria Rilke : Die Aufzeichnungen des Malte Laurids Brigge, 1910. À la différence de la Nausée, ces « Cahiers » ne jouent pas le jeu du découpage au jour le jour. Une seule indication de date est donnée au début du texte (« 11 september, rue Toullier »).

10 Voir J.P. Sartre : « L’homme ligoté : notes sur le Journal de Jules Renard », in Situations 1.

11 Carnets, p. 175-

12 Maurice Blanchot : « Le journal intime et le récit », in le Livre à venir, Gallimard, 1959 (repris en Folio-Essais, p. 252 à 259).

13 Roland Barthes : « Délibération », article de Tel quel 1979, repris in R.B. Le Bruissement la langue, Seuil, 1984. On pourra relever les réserves suivantes, qui touchent à la notion sartrienne d’authenticité : « Inessentiel, peu sûr, le Journal est de plus inauthentique. Je ne veux pas dire par là que celui qui s’y exprime n’est pas sincère. Je veux dire que sa forme même ne peut être empruntée qu’à une Forme antécédente et immobile (celle précisément du Journal intime), qu’on ne peut subvertir. Ecrivant mon Journal, je suis, par statut, condamné à la simulation. Double simulation, même : car, toute émotion étant copie de la même émotion qu’on a lue quelque part, rapporter une humeur dans le langage codé du Relevé d’Humeurs, c’est copier une copie » (p. 411).

14 Une partie de ce Journal vient d’être publiée : Simone de Beauvoir : Journal de guerre (septembre 1939-janvier 1941), Gallimard, 1990.

15 Simone de Beauvoir : Quand prime le spirituel, Gallimard, 1979 – Le « Journal de se trouve dans la seconde nouvelle (pp. 47 à 57 et 82 à 86).

16 J.P. Sartre : Lettres au Castor, tome 2, p. 58 (lettre du 25 janvier 1940). Il s’agit du début de la Douceur de la vie, volume des Hommes de bonne volonté où le personnage de Jules Romains, Jalliez, se pose la question : « Un vraiment très grand a-t-il jamais tenu un journal, sauf pour une occasion et sans suite ? » (voir les Hommes de bonne volonté, coll. Bouquins, vol. 3, pp. 487-489).

17 Carnets, p. 331.

18 Voir p. 18 de cet article dans sa version intégrale (Littérature, n° 80, décembre 1990).

19 C’est le nomque les « éditeurs » donnent au manuscrit dans leur « avertissement » liminaire (Nausée, Pléiade, p. 3).

20 Ibid., pp. 15-16.

21 J.P. Sartre : Les Mots, Gallimard, Folio, p. 67.

22 Josette Pacaly : Sartre au miroir, Klincksieck, 1980. Sur les papiers maculés de la Nausée, voir pp. 127-130.

23 Mots, Folio, p. 141. On remarquera que ces cahiers de toile noire ont un aspect analogue aux carnets de l’adulte.

24 Ibid., p. 175.

25 Carnets, p. 62.

26 Nausée, Pléiade, p. 5.

27 Mots, Folio, p. 136.

28 Ibid., p. 153.

29 Ibid., p. 180. On songe aux Carnets de 39-40 que leur auteur imagine ensevelis par Bost « quelque part dans la terre en morceaux » (Lettres au Castor, 2, p. 262).

30 Ibid., p. 156.

31 Carnets, pp. 193-194.

32 La formule est de Léon Brunschvicg (Cité par D. Madelénat, article « Journal intime » du Dictionnaire des littératures de langue française, tome 2, Bordas, 1987, p. 1212).

33 Béatrice Didier : le Journal intime, PUF, coll. « Littératures modernes », 1976, p. 106. B. Didier relie d’ailleurs explicitement cet infantilisme du genre à l’« obsession pédagogique » : « Le Journal reproduit aussi la coutume scolaire du "devoir fait à la maison" régulièrement chaque soir le plus souvent » (p. 102).

34 Voir J. Pacaly, op. cit.

35 Nausée, Pléiade, p. 7.

36 Ibid., p. 15.

37 Mots, Folio, p. 156 sq.

38 Simone de Beauvoir : les Mandarins, Gallimard, 1954, p. 169.

39 Mots, Folio, p. 153.

40 Ibid., p. 122.

41 Serge Doubrovsky : « Phallotexte et gynotexte dans La Nausée : « Feuillet sans date « », M. Issacharoff et J.C. Viquin éd., Sartre et la mise en signe, Klincksieck, 1982, pp. 31-55.

42 J.P. Sartre : Œuvres romanesques, Pléiade, p. 1759.

43 Nausée, Pléiade, pp. 116-119.

44 « Sartre », Obliques, n° 18-19, 1979, p. 11.

45 Ibid., p. 18.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540