Version classiqueVersion mobile

Sartre. Une écriture critique

 | 
Jacques Deguy

1. Sartre critique littéraire : Questions sur une méthode

La Nausée, ou le désastre de Lanson

Note de l’auteur

« La Nausée ou le désastre de Lanson », Roman 20-50 n° 5, juin 1988, p. 25-35.

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple dans l’édition des Romans de la Pléiade la note de M. Contat et M. Rybalka, p. 171 (...)

1On partira ici de l’Avertissement des éditeurs et des notes du Feuillet sans date qui ouvrent le livre. Les commentateurs de ce début s’accordent à reconnaître dans ces précautions oratoires les signes de connivence d’un romancier qui joue sur un topos d’un âge révolu, où la fiction était encore suspecte (le XVIIIe siècle), pour mieux revendiquer son droit à installer le lecteur dans la sienne, avec le secret espoir qu’il l’acceptera peut-être comme un « roman vrai »1.

  • 2 Le numéro des pages renvoie à l’édition Folio de La Nausée, tirage de 1972.

2Mais pourquoi ne pas prendre aussi au sérieux, ne fût-ce qu’un instant, le travail de ces « éditeurs » de fantaisie, qui, dans la chronologie fictive de la production du livre, se situe en bonne logique après l’écriture du Journal de Roquentin ? Après le travail du texte, un travail sur le texte, dont les étapes successives sont explicitées : la découverte du Journal (« Ces cahiers ont été trouvés »…), le respect du manuscrit (« Nous les publions sans y rien changer »), la restitution de l’ordre des feuillets (« La première page n’est pas datée, mais nous avons de bonnes raisons pour penser qu’elle est antérieure de quelques semaines au début du journal proprement dit »), les conjectures quant à leur datation (« Elle aurait donc été écrite, au plus tard, vers le commencement de janvier 1932 »), les précisions sur l’auteur et les circonstances de la rédaction du texte (« Antoine Roquentin […] s’était fixé depuis trois ans à Bouville, pour y achever ses recherches historiques sur le marquis de Rollebon »). À la suite de l’Avertissement, les commentaires du Feuillet sans date respectent ce contrat d’objectivité : le texte s’interrompt au milieu d’une phrase, sans qu’on cherche à le dissimuler (note de la page 14)2. Un apparat critique s’élabore, qui ne cache rien des difficultés de lecture du manuscrit (note de la page 11 : « Un mot laissé en blanc »), offrant même le choix entre diverses solutions (« Un mot est raturé (peut-être « forcer » ou « forger »), un autre rajouté en surcharge est illisible »). La chronologie donne aussi matière à discussion érudite (« Le paragraphe qui suit est très postérieur aux précédents. Nous inclinons à croire qu’il fut écrit, au plus tôt, le lendemain »). Quant à l’apport d’informations, il se continue discrètement dans le corps même du Journal, avec une note sur l’Autodidacte (page 16) et une « note de l’éditeur » sur Germain Berger et son Mirabeau-Tonneau et ses amis (page 26). Ajoutons à cela, dans l’énonciation, la modestie obligée de cet « éditeur » qui ne s’exprime à la première personne du singulier qu’en cette dernière occurrence et emploie ailleurs le « nous » en usage dans le vocabulaire courtois du chercheur scientifique.

  • 3 Geneviève Idt, « Modèles scolaires dans l’écriture sartrienne : La Nausée ou la « narration impossi (...)

3Geneviève Idt a remarqué combien les « modèles scolaires » étaient opératoires dans l’écriture de La Nausée3. On peut insister ici sur un « modèle universitaire » qui, au-delà de l’écriture du personnage, opère un retour savant sur celle-ci, posture paradoxale d’un narrateur discret qui n’intervient dans son récit que sous ce masque. Les pirouettes sont multiples dans le tissu d’Arlequin qu’offre le texte sartrien. Au-delà du pastiche des présentations de romans du XVIIIe siècle, on aura reconnu dans celle-ci un pastiche d’édition critique qui renvoie aux normes de l’époque en matière de recherche littéraire, à savoir un lansonisme tout à fait orthodoxe.

 

4On sait que Gustave Lanson établit en théorie et en pratique l’histoire littéraire comme approche scientifique des textes, entraînant un développement spectaculaire de l’érudition à partir du début du siècle. Il porta un soin tout particulier à initier ses étudiants aux règles philologiques qui président à l’élaboration d’éditions critiques : travail sur les manuscrits, souci de la chronologie, apport d’informations extérieures. Or le début de La Nausée répond assez scrupuleusement à ce projet, tel qu’il est formulé par exemple en 1910 par le maître de la Sorbonne :

Connaître un texte, c’est ensuite s’être posé à son sujet un certain nombre de questions ; c’est avoir fait passer nos impressions et nos idées par une série d’opérations variées qui les transforment et les précisent.

1°) Le texte est-il authentique ? S’il ne l’est pas, est-il faussement attribué ou totalement apocryphe ?

2°) Le texte est-il pur et complet, sans altération ni mutilation ? […]

3°) Quelle est la date du texte ? La date de la composition, et non pas seulement celle de la publication. La date des parties, et non pas seulement en gros celle du tout.

[…]

5°) Comment le texte s’est-il formé, du premier canevas à l’édition princeps ? Quels états de goût, quels principes d’art, quel travail d’esprit se manifestent dans les brouillons et les ébauches, si l’on en a conservé ?

  • 4 Gustave Lanson, « La méthode de l’histoire littéraire », Revue du Mois, 10 octobre 1910. Repris in  (...)

6°) On établira ensuite le sens littéral du texte. Le sens des mots et des tours par l’histoire de la langue, la grammaire et la syntaxe historique. Le sens de phrases, par l’éclaircissement des rapports obscurs, des allusions historiques ou biographiques4.

5Déguisé en Rudler ou en Mornet, le narrateur propose ainsi au lecteur dans les premières pages de son livre de jouer le jeu de l’édition savante.

*

6Le jeu ne se prolonge pas au-delà de la page 26, dernière occurrence d’une posture d’« éditeur ». Lanson est-il abandonné pour autant ? Certes non, car le personnage principal, scripteur du Journal, lui doit, sans le reconnaître, nombre de réflexes et nombre d’angoisses.

  • 5 « Après avoir fait de longs voyages, Antoine Roquentin s’est fixé à Bouville, au milieu des féroces (...)

7Il n’est pas inutile de rappeler d’abord que, dans son prière d’insérer, Sartre précise que le livre que Roquentin essaie d’écrire sur le marquis de Rollebon est bien une « thèse »5. Et la définition que donnait en 1901 l’auteur de l’Histoire de la littérature française de ce genre particulier répond assez bien, dans sa formulation négative, aux contraintes qu’éprouve le héros :

  • 6 G. Lanson, compte rendu du livre de G. Le Bidois : De l’action dans les tragédies de Racine, Revue (...)

Les thèses de doctorat ne doivent pas être des exercices brillants de goût, des manifestations subjectives de virtuosité logique ou esthétique6.

8La thèse n’offre certes pas les conditions les plus propices à l’épanouissement d’une personnalité dans l’écriture, ni peut-être le moyen le plus adéquat de rendre compte des choses. De ce point de vue, rien de plus simple que la fable de La Nausée : c’est le cauchemar d’un thésard pris au piège de l’écriture érudite et se posant la question de l’à-quoi-bon ? pour en arriver à la conclusion qu’il devrait changer de genre : « II fallait plutôt que j’écrive un roman sur le marquis de Rollebon » (page 88). Si l’on trouve dans le livre un écho de la démarche proustienne dans cette mise en texte de l’aventure d’une écriture, il s’agit de la relation très précise de l’échec d’une écriture professionnelle et professorale au profit de la relation au jour le jour de l’« existence », prélude ambigu à un livre à venir dont on nous dit vaguement qu’il sera un roman.

9On objectera qu’à la différence de l’« éditeur » qui travaille sur son manuscrit, Roquentin ne s’occupe pas de pure philologie mais de la résurrection des faits et gestes d’un personnage historique : un historien de métier épluchant les archives. Les liens ne sont pas si lâches cependant entre histoire et littérature pour les spécialistes de la première moitié du XXe siècle. Gustave Lanson recommandait à ses étudiants de prendre pour modèle la démarche des maîtres de l’histoire positive de la Nouvelle Sorbonne :

  • 7 G. Lanson, « La méthode de l’histoire littéraire », in Peyre, op. cit., p. 33.

Notre méthode est donc, essentiellement, la méthode historique, et la meilleure préparation de l’étudiant en lettres sera de méditer l’Introduction aux études historiques de MM. Langlois et Seignobos7.

10Roquentin, chercheur et historien, pourrait bien à son tour servir de modèle, dans sa méthode et ses principes, à notre mystérieux « éditeur ». De plus l’objet de ses recherches – la rédaction d’une biographie de Rollebon – l’amène à l’intersection de l’histoire et de la littérature : il parle lui-même d’un « livre » et non d’une thèse. Adhémar de Rollebon a écrit des papiers intimes, fragments de journal et lettres : c’est le type de documents le plus volontiers cités par son biographe qui ici opère dans un domaine déjà illustré par des littéraires « purs » comme Sainte-Beuve : dans de nombreux Portraits et certains Lundis, les personnages évoqués appartiennent d’ailleurs plus à l’histoire qu’à l’histoire littéraire.

  • 8 Pour ces historiens, la méthode positive passe obligatoirement par la chasse aux faits : « Chercher (...)

11La ressemblance tient surtout, répétons-le, à la méthode positive, dont l’essai de Langlois et Seignobos reprend les points essentiels8. Ce n’est pas par hasard qu’une « rue Auguste Comte » (page 22) revient hanter les rares souvenirs d’enfance de Roquentin, liée à l’image d’un « oncle » que la lecture des Mots permettra d’identifier comme un substitut du Grand-Père Schweitzer, « homme du XIXe siècle » par excellence.

12Du positivisme, Roquentin hérite en effet l’essentiel du credo : la défiance vis-à-vis de ses réactions subjectives, le goût du vrai, la chasse aux faits et le désir d’exhaustivité. Ce qui apparaît dès les premières lignes du Feuillet sans date, où il se promet d’appliquer à son expérience les règles de sa méthode professionnelle :

Ne pas laisser échapper les nuances, les petits faits, même s’ils n’ont l’air de rien, et surtout les classer […]. Noter soigneusement et dans le plus grand détail tout ce qui se produit (page 11).

13Le Journal, dans son premier feuillet daté, évoque ce transfert de méthode (de l’enquête historique à l’enquête existentielle) pour en signaler les difficultés :

Je ne pense pas que le métier d’historien dispose à l’analyse psychologique. Dans notre partie, nous n’avons affaire qu’à des sentiments entiers sur lesquels on met des noms génériques comme Ambition, Intérêt. Pourtant si j’avais une ombre de connaissance sur moi-même, c’est maintenant qu’il faudrait m’en servir (page 15).

14Plus loin dans le livre, nombre de scènes illustrent le travail de l’historien proprement dit. Lieu privilégié de celui-ci : les bibliothèques. À la Bibliothèque Mazarine, il a dépouillé toute la correspondance du marquis des années 1789-1790 (page 27). Il fréquente « depuis trois ans » celle de Bouville, dont il connaît par cœur le décor et la disposition des volumes :

Les livres étaient toujours là, naturellement, rangés par ordre alphabétique sur les rayons, avec leurs dos noirs ou bruns et leurs étiquettes UP lf 7996 (Usage public – Littérature française) ou UP sn (Usage public – Sciences naturelles) (page 111).

  • 9 Sur le travail de montage effectué par Sartre pour confectionner ces références d’allure érudite, v (...)

15Il livre même au lecteur quelques-unes des fiches rédigées pendant son enquête, comme la brève notice biographique de Germain Berger par laquelle il a fait connaissance de M. de Rollebon (page 26)9. Il s’est fixé à Bouville à cause du legs de Rollebon-Campouyré à la bibliothèque (« des lettres du marquis, un fragment de journal, des papiers de toute sorte » [page 27]).

16Tout irait pour le mieux si la méthode suivie tenait ses promesses. Mais pour Roquentin, il y a quelque chose de pourri au royaume du positivisme. Il vit une sorte de dépression méthodologique qui le précipite dans l’écriture d’un journal intime, signe littéraire d’un dérèglement plus profond qu’il nommera « nausée ». Littéralement, Roquentin est malade de sa thèse, car il n’arrive pas à tirer un « livre » de ses multiples notes. Que se passe-t-il ?

17La méthode positive, par son idéal d’exhaustivité, suppose de « longues et patientes enquêtes ». « II faudrait avoir tout lu », soupire l’Autodidacte, qui représente la variante grotesque de cette conception du savoir comme collection de connaissances. Mais Roquentin s’aperçoit que plus on amasse les documents, plus les contours de la réalité que l’on veut cerner s’estompent :

Ce ne sont pas les documents qui font défaut : lettres, fragments de mémoires, rapports secrets, archives de police. J’en ai presque trop au contraire. Ce qui manque à tous ces témoignages, c’est la fermeté, la consistance. Ils ne se contredisent pas, non, mais ils ne s’accordent pas non plus ; ils n’ont pas l’air de concerner la même personne. Et pourtant les autres historiens travaillent sur des renseignements de la même espèce. Comment font-ils ? Est-ce que je suis plus scrupuleux ou moins intelligent ? Ainsi posée, d’ailleurs, la question me laisse entièrement froid. Au fond, qu’est-ce que je cherche ? Je n’en sais rien (page 27).

18La chasse aux faits représente la condition nécessaire de la connaissance pour le positiviste, mais non la condition suffisante. Gustave Lanson énonce clairement le dédoublement de la démarche :

  • 10 G. Lanson, « L’histoire littéraire et la sociologie », Revue de métaphysique et de morale, 1904. Re (...)

C’est en connaissant les faits que l’on arrive aux idées générales et aux lois, et la science du général se fait par l’élaboration du particulier. Il y aura deux étapes, si l’on veut, du travail scientifique ; en bas la préparation des faits et des rapports particuliers ; en haut, la confection des lois et des généralisations10.

19Le malheur de Roquentin est de rester en panne à mi-chemin, enseveli sous ses fiches et s’apercevant de l’impossibilité qu’il éprouve à en dégager des certitudes :

Je commence à croire qu’on ne peut jamais rien prouver. Ce sont des hypothèses honnêtes et qui rendent compte des faits : mais je sens si bien qu’elles viennent de moi, qu’elles sont simplement une manière d’unifier mes connaissances. Lents, paresseux, maussades, les faits s’accommodent à la rigueur de l’ordre que je veux leur donner mais il leur reste extérieur. J’ai l’impression de faire un travail de pure imagination (page 28).

20Citation capitale, qui formule la seule motivation intellectuellement claire à la dépression de Roquentin. Les amarres de la rationalité se distendent, préludant à l’« extase horrible » du jardin public ou de la banquette de tramway. C’est dans la faillite de l’enquête positive, autant que dans la solitude affective du personnage qui l’accompagne, que s’installe la nausée. Le livre met en scène de façon exemplaire l’échec du positivisme dans le principe même de sa méthode.

*

  • 11 En particulier dans « L’histoire littéraire et la sociologie ».
  • 12 Jean-Paul Sartre, « La théorie de l’état dans la pensée moderne française », article paru en anglai (...)

21« J’étais Roquentin », dira Sartre dans Les Mots. On ne peut que souscrire à cette identité lorsqu’on considère la constante critique à laquelle le philosophe soumet le positivisme dans ses écrits théoriques. Il consacre ainsi un de ses tout premiers articles, publié en janvier 1927, à attaquer la méthode de Durkheim, dont la sociologie positive (« traiter les faits sociaux comme des choses ») était, avec l’histoire, l’autre référence majeure de Lanson11. À 22 ans, Sartre dénonce déjà le fossé qui sépare la « chasse aux faits » et l’élaboration de lois générales, s’écriant, bien avant Roquentin : « Penser un fait n’est pas après tout le transformer en loi12 » :

  • 13 Ibid., p. 526-527. L’étude de Durkheim est parue en 1912.

Chaque fois que les sociologues français ont marqué un point, la transition de l’observation des faits à une théorie est sujette à controverse. La brillante étude de Durkheim Les formes élémentaires de la vie religieuse, en offre un exemple. Son étude la plus exhaustive sur les religions australiennes nous conduit à la notion de « Mana ». À ce point de ses recherches, Durkheim cherche à expliquer le Mana par l’idée d’un groupe se représentant lui-même symboliquement. Mais cette explication même est basée sur l’argument le plus fragile du livre ; il semble surimposé et non déduit des faits13.

22La conclusion de cet article de jeunesse prend l’allure d’un véritable manifeste anti-positiviste :

  • 14 Ibid., p. 530.

II semble alors que l’avenir est à ceux qui, pour ces questions, se décident à ne rien attendre d’autre des méthodes réalistes que des fins réalistes et qui réalisent que celui qui part des faits doit finir par des faits14.

23Roquentin expérimente à Bouville l’échec d’un système de pensée que l’auteur de ses « aventures extraordinaires » avait déjà dénoncé, aidé en cela par ses lectures de Bergson puis de la phénoménologie de Husserl.

 

24Rappelons-nous ici cependant que La Nausée, avec le jeu liminaire de ses « éditeurs » parodiques, présente au lecteur une introduction lansonienne à la mise en scène romanesque des perplexités d’un chercheur positiviste. Cela peut autoriser à pousser plus avant l’identification de Sartre à Roquentin, pour dépasser la stricte dénonciation que nous venons de résumer. Les rapports avec Lanson appellent quelques nuances.

  • 15 À propos de L’Imaginaire, cf. cet extrait d’une lettre à S. de Beauvoir du 9 mars 1940 : « Paulhan (...)

25Bien qu’elle se retrouve dramatisée dans sa formulation romanesque, l’hésitation entre écriture érudite et écriture littéraire est une constante du projet d’un auteur qui voulait à la fois être Spinoza et Stendhal. Plus précisément, si Sartre n’a jamais avoué vivre le cauchemar du thésard comme son personnage, il a connu des rêves de thèse, ou des thèses rêvées tout au long de sa carrière d’écrivain. Il a sacrifié à l’écriture érudite, avec L’Imagination, reprise de son diplôme d’études supérieures, avec l’essai sur La transcendance de l’Ego. Ses lettres nous apprennent qu’il fut tenté de présenter comme thèse de doctorat son livre sur L’Imaginaire15. La genèse même de La Nausée, du Factum sur la contingence à Melancholia témoigne de cette balance entre les genres qui dans le livre est attribuée à Roquentin. Pour ce dernier l’équilibre entre les deux écritures est impossible, nous l’avons vu. Sacrifier son existence à ses recherches, c’est vivre par procuration. Une condamnation morale double la critique méthodologique :

M. de Rollebon était mon associé : il avait besoin de moi pour être et j’avais besoin de lui pour ne pas sentir mon être. […] Je ne m’apercevais plus que j’existais, je n’existais plus en moi, mais en lui […] je n’étais qu’un moyen de le faire vivre, il était ma raison d’être, il m’avait délivré de moi. Qu’est-ce que je vais faire à présent ? (page 140).

26Écrire une thèse est au fond une forme particulière de « mauvaise foi ». Parmi les « salauds » qui fascinent Roquentin, celui qui attire le plus ses regards parade dans la cour de la bibliothèque, la main droite symboliquement appuyée sur une pile d’in-folio. Coulé dans le bronze, Impétraz, le « sorcier », est avant tout un « universitaire » (page 48). Il figure ce que Roquentin aurait pu devenir sans la remise en question radicale de la « nausée », comme dans Les Mots le professeur d’Aurillac, double virtuel et honni de Poulou.

27Le roman de 1938 raconte comment on peut se tromper de genre et de méthode. Dans le seul domaine des recherches historiques, Roquentin donne à comprendre qu’il aurait moins erré en suivant d’autres voies que celles de Langlois et Seignobos : dans la scène avec Anny revient comme un leitmotiv le nom de Michelet. La grande figure de l’histoire romantique, opposée aux tâcherons de l’histoire positive. Anny, outre le texte, aimait dès son enfance les gravures de son édition de l’Histoire de France (pages 205-206). Or Michelet fut condamné par des positivistes comme Lanson, qui lui reproche son goût des synthèses aventureuses :

  • 16 G. Lanson, « Sainte-Beuve », Revue Universitaire, XIV, 1905. Repris in Peyre, op. cit., p. 429.

Illusion […] du goût du vrai chez l’ardent Michelet, […] qui ordonnait l’histoire du monde et de la France comme un grand duel mystique de la matière et de l’esprit, de la fatalité et de la liberté ; qui ne renonçait ensuite à enfermer la vérité dans sa foi métaphysique que pour consacrer de ce nom toutes ses passions démocratiques16.

  • 17 J-P- Sartre, « Denis de Rougemont : L’Amour et l’Occident », Europe, juin 1939. Repris in Situation (...)

28Rien de moins propice à l’imagerie au contraire que les manuels des modèles de Lanson. Sartre, admirateur explicite de Michelet, félicite dans un article Denis de Rougemont d’avoir évité « ces simples énumérations chronologiques de faits qu’on rencontre trop souvent chez Lavisse ou chez Seignobos »17.

29Mais il est trop tard pour changer de méthode. L’échec à la fois logique, littéraire et moral de l’enquête sur Rollebon déclenche un doute radical qui tient en deux constats : « Le passé n’existait pas » (page 127) ; « jamais un existant ne peut justifier l’existence d’un autre existant » (page 247). Que faire ? Écrire « une autre espèce de livre », « mais pas un livre d’histoire ». Roquentin hésite : « jamais je n’ai rien écrit de ce genre, des articles historiques, oui – et encore ». Revient alors sur le mode hypothétique le « roman » déjà rêvé devant les rayonnages de la bibliothèque. Les apories de la chasse aux faits acculent presque malgré lui notre héros à devenir plus tard un écrivain à part entière, marqué cependant, on s’en doute, par ses longues années de galère érudite.

 

  • 18 Annie Cohen-Solal, Sartre, Gallimard, 1985. Documents n° 19 et 20. Pour les revues de la rue d’Ulm, (...)

30Sartre est-il si loin des hésitations bouvilloises ? La lecture des textes et quelques anecdotes vécues permettent d’esquisser une dernière réponse. Quand il entra à l’École normale supérieure en 1924, il connut personnellement Gustave Lanson, qui dirigeait le prestigieux établissement depuis 1920. Lors des revues de l’École, nous le savions depuis la parution des Mémoires de Simone de Beauvoir, il se taillait un franc succès dans le rôle de l’auteur d’Hommes et livres. La biographie d’Annie Cohen-Solal nous montre deux photos de Sartre travesti en Lanson prises lors de la revue de mars 1925, intitulée « La revue des deux mondes ou le désastre de Lang-son », avec un jeu de mots sur les noms du directeur et de la ville du Tonkin dont la chute précipita en France celle du cabinet Jules Ferry. Sartre récidiva dans le même rôle avec la revue de 1926, intitulée, de façon plus littéraire « A l’ombre des jeunes billes en fleurs ». En 1927 la revue s’attaque méchamment à l’armée, provoquant un scandale qui ne fut pas étranger à la démission du directeur de l’École, déjà aigri par l’esprit de fronde des normaliens et qui mourra en 193418. Sartre mime de Lanson et acteur d’un échec ultime de la carrière du maître de l’histoire littéraire : l’image fait rêver, comme celles de l’édition de Michelet où Anny puisa sa théorie des « moments parfaits ».

  • 19 Sandra Teroni, L’idea e la forma, éd. Marsilio, Venise, 1988, p. 116.

31En relisant La Nausée, on constate cependant que ce meurtre symbolique prit du temps. Comme le remarque Sandra Teroni, quelle différence entre le lent désengagement de Roquentin et la libération joyeuse que l’on trouve sous la plume de Gide avec Michel, le héros-narrateur de L’Immoraliste, qui renonce lui aussi, mais dans la joie, à ses recherches historiques pour se donner à l’expérience du présent19. Sartre dramatise au contraire des hésitations peut-être plus douloureuses entre une carrière universitaire programmée depuis son enfance (relisons Les Mots) et un engagement complet dans l’écriture. Avec, pour commencer son premier livre, un écho lansonien qui tient autant de la fascination que de la parodie, dans cette comédie de l’« éditeur » qui publie avec objectivité un texte sur la nécessaire assomption de son contraire.

*

  • 20 La remarque a été faite par Serge Doubrovsky au moment de la parution du Flaubert (voir Pléiade, p. (...)

32Concluons par une question impertinente : le « roman » désiré par Roquentin sera-t-il la voie royale de l’épanouissement de Sartre ? La fin de La Nausée respire moins l’optimisme de l’esthétique révélée que celle de la Recherche du temps perdu. Comme si l’auteur pressentait les difficultés d’écriture des œuvres suivantes, et l’inachèvement des Chemins de la liberté. À quoi reviendra-t-il avec Baudelaire, Mallarmé, Saint Genet et L’Idiot de la famille ? À des biographies. Celle de Rollebon avait échoué par excès de scrupule positiviste. Tout l’effort du philosophe écrivain sera de changer de méthode sans changer de genre. Et l’ultime étude sur les années de formation de Flaubert n’a-t-elle pas enfin les proportions de la thèse rêvée et redoutée par Roquentin, en renouant aussi avec quelques points de la démarche propre à l’auteur de l’Histoire de la littérature française : tri dans les éditions, discussions sur l’établissement et la chronologie des textes, usage des inédits et de travaux strictement universitaires20 ? Dans nombre de passages réapparaît sur le mode sérieux l’« éditeur » du Journal de Roquentin. Curieuse spirale, qui montre que le « désastre de Lanson » ne fut pas définitif dans l’écriture sartrienne.

Notes

1 Voir par exemple dans l’édition des Romans de la Pléiade la note de M. Contat et M. Rybalka, p. 1719, qui rappelle que le procédé qui consiste à voir l’auteur s’effacer derrière des « éditeurs » fut utilisé par Daniel Defoe pour Robinson Crusoé, puis dans de nombreux romans du XVIIIe siècle.

2 Le numéro des pages renvoie à l’édition Folio de La Nausée, tirage de 1972.

3 Geneviève Idt, « Modèles scolaires dans l’écriture sartrienne : La Nausée ou la « narration impossible « », Revue des Sciences humaines, t. XLVI, n° 174, avril-juin 1979.

4 Gustave Lanson, « La méthode de l’histoire littéraire », Revue du Mois, 10 octobre 1910. Repris in : Henri Peyre, G.L. Essais de méthode, de critique et d’histoire littéraire, Hachette, 1965, pp. 43-44.

5 « Après avoir fait de longs voyages, Antoine Roquentin s’est fixé à Bouville, au milieu des féroces gens de bien. Il habite près de la gare, dans un hôtel de commis voyageurs, et fait une thèse d’histoire sur un aventurier du XVIIIe siècle, M. de Robellon », Pléiade, p. 1694.

6 G. Lanson, compte rendu du livre de G. Le Bidois : De l’action dans les tragédies de Racine, Revue Universitaire n° l, 1901, p. 158.

7 G. Lanson, « La méthode de l’histoire littéraire », in Peyre, op. cit., p. 33.

8 Pour ces historiens, la méthode positive passe obligatoirement par la chasse aux faits : « Chercher, recueillir les documents est donc une des parties, logiquement la première, et une des parties principales du métier d’historien ». Cela va de pair avec une défiance systématique vis-à-vis de la subjectivité du chercheur : « Quiconque, lisant un texte, n’est pas occupé exclusivement de le comprendre, arrive forcément à le lire à travers ses impressions ; dans le document, il est frappé par les phrases ou les mots qui répondent à ses propres conceptions ou s’accordent avec l’idée a priori qu’il s’est formée des faits ; sans même s’en apercevoir il détache ces phrases ou ces mots et en forme un texte imaginaire qu’il met à la place du texte réel de l’auteur » (Citations extraites de Ch. V. Langlois et Ch. Seignobos, Introduction aux études historiques, Hachette, 1re éd 1898, 3e éd 1905 p. 2 et p. 119).

9 Sur le travail de montage effectué par Sartre pour confectionner ces références d’allure érudite, voir Pléiade, p. 1740,

10 G. Lanson, « L’histoire littéraire et la sociologie », Revue de métaphysique et de morale, 1904. Repris in Peyre, op. cit., p. 64.

11 En particulier dans « L’histoire littéraire et la sociologie ».

12 Jean-Paul Sartre, « La théorie de l’état dans la pensée moderne française », article paru en anglais dans The New Ambassador, Paris, n° l, janvier 1927. Retraduit et édité par M. Contat et M. Rybalka, Les Écrits de Sartre, Gallimard, 1970, p. 517 sq.

13 Ibid., p. 526-527. L’étude de Durkheim est parue en 1912.

14 Ibid., p. 530.

15 À propos de L’Imaginaire, cf. cet extrait d’une lettre à S. de Beauvoir du 9 mars 1940 : « Paulhan m’écrit. Wahl et Brunschwicg ont décidé de prendre L’Imaginaire pour thèse de doctorat. On publierait la thèse en supprimant la première partie (déjà parue dans La revue de Méta). Ça j’accepte sous la réserve qu’il n’y aura pas de thèse secondaire à écrire. Est-ce bien ? » (Lettres au Castor, t. 2, p. 125-126).
Ce doctorat n’aboutira pas, la publication commerciale du livre faisant échouer cette combinaison. Conclusion détachée de Sartre : « Je pourrai toujours présenter un machin sur le Néant ou n’importe quoi si la fantaisie m’en reprenait » (Ibid., p. 127). Malgré le détachement, retenons la tentation réitérée de la consécration universitaire.

16 G. Lanson, « Sainte-Beuve », Revue Universitaire, XIV, 1905. Repris in Peyre, op. cit., p. 429.

17 J-P- Sartre, « Denis de Rougemont : L’Amour et l’Occident », Europe, juin 1939. Repris in Situations 1, Gallimard, p. 60.

18 Annie Cohen-Solal, Sartre, Gallimard, 1985. Documents n° 19 et 20. Pour les revues de la rue d’Ulm, lire pp. 95-100. D’autres sources donnent comme titre de la revue de 1926 : « À l’ombre des vieilles billes en fleurs ».

19 Sandra Teroni, L’idea e la forma, éd. Marsilio, Venise, 1988, p. 116.

20 La remarque a été faite par Serge Doubrovsky au moment de la parution du Flaubert (voir Pléiade, p. 1741, note 2). Pour une approche plus détaillée des rapports entre Sartre et Lanson, on se permettra de renvoyer à Jacques Deguy, Sartre et la critique littéraire du XIXe siècle, publication du Centre Roman 20-50 de l’Université de Lille 3, 1986.

© Presses universitaires du Septentrion, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search